Compte sur moi


Chapitre 9 : L'espoir


« Le désir, le souvenir, l'espoir. Les troistemps d'un amour.» de Hélène Ouvrard


Ça avait été plus facile que ce à quoi Draco s'était attendu.

Il faut dire que le faite que tous leurs amis respectifs étaient au courant de son état avait beaucoup aidé.

Blaise l'avait dit à Pansy qui l'avait dit à Greg, Greg l'avait dit à Seamus qui l'avait répété à son petit-ami et celui-ci l'avait annoncé à Neville. Tous les Gryffondors semblaient ravis de la nouvelle et ils s'étaient déplacés pour féliciter le couple. Évidemment, Seamus avait tenu à toucher le ventre du blond et celui-ci avait accepté devant l'enthousiasme de l'Irlandais, malgré la moue de Harry. Seamus avait fait promettre à Dean qu'ils s'y mettraient aussi après leurs études. Celui-ci avait semblé dire oui à contrecœur, mais le blond avait bien vu qu'il était ému.

Parmi les Serpentards, Greg était le seul vraiment content pour son ami. Pansy avait commencé par le sermonner sur son âge et le fait qu'il s'agissait de Potter, mais Draco avait été très étonné quand Greg s'était énervé et l'avait presque menacée de représailles si elle ne se taisait pas et ne se comportait pas en véritable amie. Depuis, elle et Blaise n'avaient plus fait une seule remarque désagréable. Ce qui, du point de vue de Harry, était un miracle.

ooo

Peu après leur retour au Square Grimmaurd, le couple avait été chez le Médicomage pour enfin connaitre le sexe du bébé. Draco disait que ça n'avait pas d'importance mais Harry était trop curieux que pour attendre.

« Je suis ravi de vous revoir monsieur Malefoy et monsieur Potter, dit le médecin en les accueillant. »

Les deux jeunes hommes rentrèrent dans le cabinet et Draco alla directement s'allonger sur la chaise comme d'habitude.

Le Médicomage fit d'abord quelques sorts de routine, pour s'assurer que le bébé était en parfaite santé, avant de dire :

« Alors vous voulez toujours connaitre le sexe de votre enfant messieurs ? »

Le Survivant hocha la tête frénétiquement et le blond leva les yeux au ciel devant son comportement.

Deux ou trois sorts furent encore prononcés quand l'homme s'exclama soudain :

« Félicitations, c'est un garçon ! »

Draco et Harry se regardèrent en souriant. Par Merlin, ils allaient avoir un petit garçon !

Le brun murmura à son amant :

« On va pouvoir commencer à chercher un prénom. »

Draco avait averti tout le monde de la nouvelle, ainsi que ses parents. Il fut soulagé quand ces dernier leurs firent parvenir une lettre seulement dotée de félicitations et sans aucune allusion à un quelconque mariage.


Le soir même

« Non, non et non ! »

« Mais pourquoi ? Mes parents avaient de très jolis prénoms. »

« Harry, il est hors de question que je donne à notre enfant le prénom de personnes mortes dans des circonstances tragiques ! Il y a mieux pour commencer dans la vie. Tu n'as jamais entendu parler du Karma ? C'est notre enfant ! Pas la réincarnation de quelqu'un d'autre. »

« Je suis plutôt étonné que toi tu en aies entendu parler, » bougonna le Survivant.

Zut alors… La sentence de Draco l'empêchait de donner à leur enfant le nom de ses parents ou même de son parrain Sirius Black… Ou de son mentor Albus Dumbledore. Ou de Remus. Même celui de Severus lui était interdit ! Bon sang, ne connaissait-il personne qui était mort de manière normale ?

« Et en deuxième prénom ? »

« Si tu donnes le nom de ton père en deuxième prénom, on va aussi être obligés de donner celui de mon père aussi pour éviter une guerre. »

Harry grimaça mais le blond n'avait pas tort. Lucius Malefoy ne supporterait pas que seul le nom de James soit donné à son petit-fils. Le brun soupira.

« Je n'ai pas vraiment d'idée. Comme je ne pensais pas survivre à la guerre, je n'avais jamais vraiment imaginé avoir des enfants. »

Draco s'approcha de son petit-ami et le prit dans ses bras. Depuis qu'ils étaient revenus chez eux, les choses allaient beaucoup mieux. Ils parlaient beaucoup plus de ce qu'ils ressentaient et le blond ne percevait plus cette tension permanente de faire attention à tout ce qu'il disait ou faisait. Même Harry semblait plus détendu et se laisser plus aller.

« Tu sais… Moi, j'avais une idée de prénom, » dit Draco en rougissant.

Le brun le regarda étonné, l'aristocrate paraissait un peu gêné et il ne comprenait pas pourquoi.

« Qu'est-ce que c'est ? »

« Je me suis toujours dit que si j'avais un fils, j'aimerais… Enfin si ça te plaît aussi, j'aimerais l'appeler Cyrus. »

Draco prit une feuille et le lui écrivit.

Le Survivant prit la page et prononça plusieurs fois le prénom.

« Ça me plaît assez bien, je dois dire. D'où ça vient ? »

« C'est de Perse, c'est le nom d'un dieu là-bas. »

« Tu veux donner à notre fils le nom d'un dieu ? Tu ne serais pas un peu mégalomane ? » rigola Harry.

Le blond lui frappa l'arrière du crâne mais sourit.

« Alors ça te plaît vraiment ? Tu es sûr ? »

« Oui vraiment. Je trouve que ça sonne bien et c'est original. Au moins ce n'est pas le nom d'une constellation ou d'une étoile. Et ça me fait un peu penser à Sirius. »

« Mes parents n'ont pas le nom d'une étoile ! »

« Et Sirius ? Et Bellatrix ? Je ne te parle même pas d'Androméda. Ils sont tous de ta famille, je crois. »

Draco marmonna un « oh ça va hein » et partit aussi dignement que possible vers son bureau.

ooo

Les jours puis les semaines passèrent, novembre se finissait et Draco en était à cinq mois de grossesse. Comme il pouvait toujours cacher son ventre grâce à de gros pulls, Harry était en mesure de tenir sa promesse et il l'emmenait souvent faire des sorties du côté Moldu évidemment. Le couple prenait de grandes précautions pour éviter que les journaux Sorciers ne découvrent toute l'affaire.

Ils faisaient souvent des balades dans les parcs, le Médicomage ayant conseillé à Draco de faire un peu d'exercice tous les jours. Maintenant qu'ils connaissaient le sexe du bébé, ils préparaient aussi la chambre et faisaient les magasins pour trouver landau, table à langer et lit.

Hermione avait commandé des catalogues pour eux pour la décoration et c'était une source inépuisable de divergences et – heureusement – de compromis entre eux.

Comme Harry avait découvert que Draco pouvait parler pendant des heures d'un simple détail - selon lui - dans le papier peint, il lui avait proposé de faire venir ses amis Serpentards pour qu'ils l'aident pendant que lui-même était au boulot. Cela avait beaucoup étonné le blond mais la santé mentale du Survivant en dépendait et il était prêt à supporter les anciens verts et argents pour ça.

Comme Théo ne pouvait se déplacer que le week-end et que Greg n'avait aucun goût, Draco avait d'abord fait appel à Blaise et Pansy. Et, pour la première fois de sa vie, le noir ressentit un peu de compassion pour Potter.

« Mais regarde les ailes de ces vifs d'or sur ce papier sont grises, ça ne va pas du tout ! Alors que sur celui-là, elles sont bien blanches. »

« Pansy, elles ne sont pas grises, elles sont nacrées. Et les vifs d'or sont beaucoup mieux dessinés dessus. »

« Oh ne me fais pas rire, il y a juste deux-trois arabesques en plus dessus. Non, celui-ci est bien plus joli comme modèle pour le papier peint. »

Blaise, lui ne voyait pas la moindre différence et il se demandait comment il était possible qu'au bout d'une journée entière, ils ne se soient toujours pas mis d'accord au moins sur le modèle de vifs d'or. Dire qu'ils allaient sûrement encore discuter de l'arrière-plan, de la couleur et de toutes ses choses qui emmerdaient profondément le noir !

« Bon Blaise, aide-nous un peu. Lequel tu préfères ? »

Le susnommé regarda les deux dessins de vifs d'or qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, selon lui. Il chercha frénétiquement la réponse adéquate qui lui permettrait enfin de sortir de cet enfer sans qu'aucun des deux ne lui râle dessus.

Quelqu'un quelque part devait avoir entendu ses prières car ce fut à cet instant que Harry rentra. Celui-ci fut plus que perturbé par le regard de pur reconnaissance que lui envoya Blaise quand il pénétra dans la pièce. Il salua les deux amis de Draco et alla embrasser ce dernier.

« Alors vous en êtes où ? »

« Nous nous sommes arrêtés sur ces deux modèles de vifs d'or mais nous ne sommes pas d'accord pour désigner le plus beau. »

Harry fronça les sourcils en regardant les deux dessins dont il ne voyait pas de réelles différences entre les deux.

« Attends, tu veux dire que de toute la journée vous n'avez fait que choisir le modèle pour le papier peint ? Pas la couleur ou les bordures ? C'est tout ? »

« Et encore » pensa-t-il, « ils ne l'ont même pas encore tout à fait choisis. »

« Oui et ? » répliqua le blond.

Harry jeta un coup d'œil à Blaise qui avait l'air désespéré. Il comprenait mieux son comportement quand il était rentré. Préférant battre en retraite toujours pour le bien de sa santé mentale, le Survivant répliqua :

« Rien, rien. Je préfère celui de Draco. »

« Quoi ? C'est de la triche Potter, tu ne sais même pas lequel c'est ! »

« Pansy, tu dois t'incliner, Harry a choisis le meilleur, » ricana le blond.

« Il n'a pas choisis, il n'a fait qu'être de ton coté ! »

« C'est ce que je dis, il a choisis le meilleur, » dit fièrement son ami.

Pansy croisa les bras et bouda. Blaise lui tapota la jambe en lui chuchotant que c'était le sien le plus beau. Le geste n'échappa pas à Draco qui haussa un sourcil, perplexe. Blaise réconfortait rarement les gens, même ses amis et les touchaient encore moins.

Plus tard dans la soirée, après que Pansy et Blaise furent partis, Harry raconta sa journée à son petit-ami.

« J'ai vu ta mère aujourd'hui. Tu as son bonjour et elle espère que tu leurs rendras visite bientôt. »

« On verra. Pourquoi est-ce que tu l'as vue ? »

« Eh bien, tu sais qu'elle est bénévole dans mon association caritative, elle donne des cours sur le monde magique aux enfants sorciers né de parents Moldus. Elle voulait savoir si elle pouvait les faire monter sur un balai. Apparemment, depuis qu'elle leurs a parlé du Quidditch, ils veulent tous essayer. Je lui ai dit qu'il fallait l'autorisation des parents et qu'il faudrait trouver des balais. Elle a dit que ce ne serait pas un problème et m'a montré la réserve où il y a tous tes anciens balais. Par Merlin, mais tu en as eu combien ? Il devait y en avoir au moins une trentaine ! »

« À chaque fois qu'un nouveau balais sortait mon père me l'achetait, » rigola l'autre. « Mais c'était peut-être un peu exagéré, » ajouta-t-il prudemment en voyant le regard outré de Harry.

« J'espère qu'il ne fera pas pareil avec notre fils, je ne veux pas faire de lui un enfant pourri gâté. »

« Hé ! Je ne suis pas un gamin pourri gâté comme tu dis, » râla le blond.

« À onze ans si tu l'étais. Et à douze. Et à treize. Et à… »

« C'est bon, on a compris, » l'interrompit-il.

Voyant que son petit-ami boudait, le Survivant l'attira à lui.

« Mais heureusement, tu es devenu un homme merveilleux que j'aime, murmura-t-il à son oreille. »

Il sentit l'aristocrate frissonner et en profita pour passer ses mains sous son pull.

« C'est traître ça, » chuchota le blond.

« Mais tu aimes ça, » répondit l'autre en souriant.

« Je ne sais pas, tu n'as pas encore vraiment commencé, » dit Draco sur un ton aguicheur.

Le sourire de Harry s'agrandit.

ooo

Le week-end

On était samedi matin et le couple paressait joyeusement au lit. Harry était soulagé car la chambre du bébé était bientôt finie. Ils avaient décidé d'un commun accord de ne pas utiliser de rouge ou de vert et ainsi la pièce était peinte de bleu pâle avec une bande de vifs d'or qui entourait les murs à cinquante centimètres du sol. Il ne leur restait plus qu'à décider de ce qu'ils allaient poser au sol justement. Draco voulait de la moquette mais le Survivant argumentait que ça prenait la poussière et que c'était mauvais pour le bébé alors que le blond répliquait que si l'enfant tombait par mégarde, de la moquette c'était moins douloureux.

L'aristocrate fut le premier à se lever pour aller aux toilettes. Il en profita pour aller dans la cuisine et rapporter le petit-déjeuner et le journal. Après quelques jours à enfin dormir ensemble, les deux garçons avaient découvert qu'ils aimaient tous deux prendre le petit-déjeuner au lit quand c'était possible. Surtout que cela permettait de rester au chaud, le mois de décembre s'annonçant particulièrement froid.

Harry fut réveillé par une bonne odeur de café et avisa Draco qui rentrait dans leur chambre avec un plateau.

« Tu sais à quel point tu es merveilleux ? »

« Oui je sais, » sourit le blond.

Après s'être bien installé, Harry prit directement la partie sportive du journal et laissa le reste à Draco. Il était en train de ricaner en voyant le score désastreux qu'avaient fait les Canons de Chudley et du fait qu'il allait pouvoir charrier Ron pendant une semaine avec ça quand son amant s'exclama :

Par les couilles de Merlin !

Harry regarda son petit-ami ébahi. Draco n'était jamais vulgaire et il ne se souvenait pas l'avoir jamais entendu dire de gros mots. Puis il jeta un regard inquiet sur le journal.

Oh Merde.

Une photo d'eux deux se tenant par la main dans le parc de Londres ainsi qu'une autre les montrant dans un magasin d'accessoires pour bébé faisaient la première page de la Gazette sorcière.

Le Survivant soupira. Ça devait bien arriver un jour, il se doutait qu'ils ne pourraient pas garder leur secret encore bien longtemps.

« Draco, ça va ? »

« Par Salazar, qu'est-ce que nous allons faire ? »

« Draco calme-toi. Ce n'est pas grave, » dit le brun remarquant qu'il avait vraiment l'air secoué.

« Pas grave ! Comment est-ce que tu peux dire ça ? Tout le monde va être en courant, on va être suivis partout, tous les journalistes vont être sur notre dos. »

« Ce qui serait grave, c'est que l'un de nous tombe malade ou que tu perdes le bébé. Ça c'est grave. Ce torchon, c'est juste une bande d'emmerdeurs qui n'a rien à se mettre sous la dent. On va faire un communiqué dans le Chicaneur pour les prendre de court et Hermione se chargera de les prévenir que s'ils s'approchent de trop près, elle leur fera un procès pour atteinte à la vie privée et mise en danger de la vie d'autrui. Tout le monde sait qu'une grossesse masculine est plus fragile et qu'il ne faut surtout pas de surmenages ou autres choses de ce genre. »

Ces paroles eurent l'air de calmer un peu l'ancien Serpentard et Harry lui caressa doucement les mains, attendant qu'il s'apaise et reprenne ses esprits.

« Tu as déjà réfléchis à tout ça on dirait, » dit finalement le blond.

« Quand nous avons emménagé ensemble, je savais que quelque chose comme ça finirait par arriver. Alors je suis allé voir Hermione pour savoir comment réagir au mieux. »

« Et pourquoi le Chicaneur ? »

« Parce que je préfère que ce soit Luna qui ait l'exclusivité plutôt que la Gazette du Sorcier. Je ne les aime pas beaucoup. »

Draco pensa que c'était un doux euphémisme. Harry les détestait sans aucun doute.

« D'accord on va faire ça. Mais tu sais que certains nous suivrons quand même. Ils voudront des photos exclusives de nous deux dans la vie de tous les jours ou que sais-je encore. »

« Peut-être mais ça dissuadera la majorité. Et ceux qui voudront quand même quelques clichés sauront à quoi s'en tenir. »

ooo

Le plus dur au fond n'avait pas été tellement de convaincre Draco de faire les photos mais bien de convaincre Luna de faire cet article. Elle leur avait d'abord répondu qu'elle ne publiait pas ce genre de choses et Harry avait dû lui expliquer la situation et le lui demander comme un service personnel pour qu'elle accepte de faire une interview exclusive du couple, pour laquelle n'importe quel journaliste aurait vendu père et mère.

De toute façon, Draco avait toujours pensé qu'elle était cinglée et ce n'est pas aujourd'hui qu'il allait changer d'avis.

Harry avait fait venir un photographe professionnel pour les photos et même si Draco n'avait pas été très à l'aise de montrer son ventre, il avait trouvé les photos très réussies et le brun en avait même fait encadrer une ou deux pour leur maison et décorer la chambrer du bébé.

Comme il fallait s'y attendre les gens s'étaient rués dans les kiosques et Luna avait été obligée de tripler le nombre de journaux parus. Elle en voulut secrètement à Harry pendant un moment pour tout ce remue-ménage.

Dès le début, le couple s'était mis d'accord sur ce qu'ils allaient raconter. Il était évidemment hors de question qu'ils expliquent que la grossesse était survenue grâce à un coup d'un soir ou encore que Draco était parti quatre jours loin de Harry.

Ils avaient décidé de raconter avec le moins de détails possibles qu'ils avaient renoué suite à la soirée caritative du Survivant (ce qui n'était pas faux) et que même si avoir un bébé n'était pas prévu, ils en étaient ravis (ce qui était vrai). Le blond parlait un peu de son expérience d'homme enceint et Harry de ses joies de futur père et ils demandaient aux journalistes de respecter leurs vies privées pour le bien de la santé du père porteur et de l'enfant.

L'article se terminait par une mise en garde de l'avocate Hermione Granger à l'encontre de ceux qui pourrait porter atteinte au bien-être du couple.


Une semaine plus tard

« Je suis lessivé, » annonça Harry en rentrant chez lui.

Et dire qu'on était jeudi, il devrait encore aller bosser demain avant de pouvoir profiter du week-end.

« Harry viens vite ! Vite ! »

Aussitôt le Survivant se précipita dans la cuisine d'où venait la voix de Draco, craignant le pire. Il fut tout d'abord soulagé de voir que Draco était debout et se tenait le ventre d'un air ébahi.

« Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as mal quelque part ? »

« Non, non. Je crois qu'il a bougé… »

À un peu plus de cinq mois et demi de grossesse, le blond s'était beaucoup inquiété de ne pas encore sentir le bébé bouger, même si le Médicomage avait bien dit que pour un premier bébé, c'était normal.

Harry s'approcha et posa sa main sur le ventre de son compagnon et sentit une petite secousse.

Ils se regardèrent, émerveillés d'enfin sentir leur enfant. Le brun vit les yeux de son amant s'embuer mais il ne fit pas de réflexion. Il savait que Draco n'aimait pas ce qu'il appelait « ses moments de faiblesse » et qu'il imputait toujours aux hormones.

Harry détourna le regard vers la table et avisa le courrier du jour.

« On a reçu des lettres intéressantes ? Tiens qu'est-ce que c'est que ça ? » demanda-t-il en voyant une sorte de brochure.

« C'est… Hum… Je… Enfin on est invités à une exposition. »

Le brun fut surpris de remarquer de la gêne dans la voix de son amant et regarda plus attentivement le prospectus où figuraient en exemple certaines œuvres de l'artiste.

« Alessandro Salma… Ce nom ne me dit rien mais ces tableaux sont intéressants… Mais… Mais c'est toi sur celui-là ?! »

« Euh, oui en effet. J'ai posé un peu pour lui quand j'étais à Prague. Il était dans la classe d'une ex à Théo, c'est comme ça que je l'ai rencontré. »

« Et tu n'as fait que poser pour lui, n'est-ce pas ? » demanda lentement le Survivant.

« Non. Nous sommes sortis ensemble un moment. »

C'était la première fois qu'ils abordaient le sujet des ex. Harry n'avait que peu parlé des deux années avant la création de son organisations caritatives mais Draco avait compris qu'il n'en était pas très fier et qu'il avait eu de nombreuses conquêtes.

Le survivant lui ne s'était jamais senti le droit de demander quelques choses au blond en comparaison à son propre passé.

Voyant que Harry n'osait pas poser les questions qui le démangeaient, Draco prit les devants :

« Ça a duré un an et demi et c'est le seul avec qui j'ai eu une relation après toi. »

Le brun n'était pas tellement jaloux du fait que Draco ait eu un petit-ami mais il sentait que ce garçon avait dû compter pour son amant. Le Survivant avait beau avoir eu beaucoup d'amants aucun n'avait eu la moindre importance.

Le blond soupira et attira Harry à lui.

« Arrêtes de faire ta mauvaise tête. Tu verras, il est très sympa. »

« Il n'a pas intérêt à être trop sympa… » bougonna la brun en serra la taille de son amant.

« Harry, il est certainement au courant que nous sommes ensemble et que je suis enceint. En plus regarde-moi. J'en suis à presque 6 mois et je ressemble déjà à une baleine ! »

« Moi, je trouve que tu es magnifique, » dit très sérieusement le Survivant.

« Ne sois pas bête. »

« C'est toi qui es bête de penser le contraire, » murmura le brun avant de l'embrasser.

ooo

« Il faut que tu me dises tout ce que tu sais ! Comment il est, comment a été leur relation, pourquoi ils ont rompu. »

« J'aurais dû me douter que tu ne m'avais pas apporté des chocolats pour rien, » dit pensivement Hermione en regardant avec envie la boîte.

« Tu comprends, je ne peux pas demander tout ça à Draco mais toi tu peux me le dire, » supplia Harry.

La jeune fille leva les yeux au ciel devant le comportement puéril, selon elle, de son ami.

« Harry, sans compter que ça fait un moment qu'ils ont rompu, Draco est avec toi maintenant. En quoi est-ce que c'est important de savoir tout ça ? »

« Parce que je veux être sûr qu'il n'y a plus rien entre eux, que Draco ne pourrait pas me laisser pour un autre… » répondit-il nerveusement en se triturant les mains.

« C'est absurde, tu sais bien que Draco n'a jamais cessé d'avoir des sentiments pour toi, même quand il était avec Alessandro. C'est d'ailleurs en partie pour ça qu'ils ont rompu. »

« C'est vrai ? Comment ça ? » demanda Harry soudain plus satisfait.

Hermione se mordit les lèvres. Elle avait parlé trop vite et elle n'était pas sûre que Draco soit très heureux qu'elle aborde ce sujet.

« Je te dis pourquoi ils ont rompu et en échange tu me dis le prénom que vous avez choisi pour le bébé. »

« C'est très Serpentard ça, Hermie. Tu sais bien que Draco veut garder la surprise… »

« Très bien, comme tu veux, » dit-elle d'un ton dégagé en buvant son thé.

1,2 ,3…

« Bon d'accord, d'accord. Tu me racontes et puis je te le dis. »

La brunette cacha le sourire de satisfaction qui apparut sur son visage.

« Ils ont rompu d'un commun accord, mais c'est surtout parce qu'Alessandro voyait bien que Draco ne t'avait pas tout à fait oublié et apparemment, il lui reprochait souvent de ne pas l'aimer assez. Draco a fini par admettre qu'il ne l'aimerait probablement jamais autant qu'Alessandro l'aimait lui alors ils se sont séparés. »

Harry essayait vraiment d'être désolé pour l'autre garçon mais la satisfaction de savoir que le blond avait continué à penser à lui était trop forte.

« À ton tour ! Dis-moi enfin quel nom vous avez choisi. »

« Draco a proposé Cyrus. C'est du perse et j'aime beaucoup aussi. »

« Oui je connais. Ça veut dire « soleil » si je me souviens bien… C'est étrange, » dit lentement la jeune fille.

« Ça veut dire soleil vraiment ? C'est cool ça. Mais pourquoi c'est étrange ? »

« Au cours de Runes, une des Runes avait pour symbole un éclair et elle signifiait « soleil »… Je me demande si Draco l'a fait exprès, » dit-elle en regardant la célèbre cicatrice de son ami.

Harry savait le blond trop malin pour ne pas s'être renseigné sur un prénom avant de le choisir. Le brun fut étrangement ému de cet hommage implicite.

Décidemment Draco ne cesserait jamais de le surprendre.

ooo

Pendant ce temps Draco prenait le thé chez Pansy. Ils avaient d'abord commencé à parler du fait que Draco et Harry avait finalement trouvé un compromis pour le sol de la chambre du bébé et du fait qu'ils avaient décidé de mettre du tapis autour du berceau et de la table à langer. Ensuite la conversation avait dérivé sur l'exposition d'Alessandro.

« Il a l'air de réussir, c'est bien. Je ne l'ai pas rencontré souvent mais ça avait l'air d'être un garçon bien, » dit la jeune fille.

Draco savait qu'elle se retenait de rajouter « pas comme Potter » et il lui fut reconnaissant des efforts qu'elle tentait de faire depuis son altercation avec Grégory.

« J'ai déjà prévenu Théo et il va essayer de se libérer. Faire son mémoire de fin d'études lui prend beaucoup de temps. Tu pourrais venir toi aussi. Avec Blaise par exemple, » ajouta sournoisement Draco.

La main de Pansy s'arrêta un bref instant de tourner son thé mais reprit aussitôt. Le sourire du blond s'élargit.

« Alors ça fait combien de temps que vous sortez ensemble ? »

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

« Ne me prends pas pour un imbécile, Pansy. Je vous connais depuis assez longtemps tous les deux pour reconnaître certains signes. »

Comprenant que malheureusement pour elle, son ami ne lâcherait pas l'affaire, elle préféra abdiquer.

« Nous ne sortons pas ensemble d'abord. Nous couchons épisodiquement ensemble, c'est tout. Avec mon entreprise qui s'étend de plus en plus, j'ai trop peu de temps libre pour le consacrer à une relation sérieuse et il en va de même pour Blaise. Nous nous aidons mutuellement en quelques sortes. »

« Hum c'est très pragmatique comme point de vue. Mais comment vous en êtes arrivés là ? Je présume que l'un de vous n'a pas débarqué chez l'autre pour lui dire « hey si on couchait ensemble pour se dépanner ? ». »

« Non bien sûr que non. C'est arrivé par hasard en fait. Quand nous avons appris ta grossesse, ça nous a fait un certain choc et nous avons un peu bu pour nous en remettre et voilà. »

« Et voilà ? Oh allez Pans' donne-moi plus de détails croustillants ! Je vais bientôt devoir faire ceinture pour le bébé. » Dit le blond en faisant ses yeux larmoyants.

« Ça ne te regarde pas mais sache juste que… Tous ses voyages ont donné beaucoup d'expériences à Blaise, » répondit-elle avec un clin d'œil.

Draco partit plus tard en jurant de ne le dire à personne et en se demandant de quel genre d'expérience Pansy parlait.

ooo

L'exposition d'Alessandro eut son petit succès notamment grâce à la présence de Draco. Comme il était interdit aux journalistes de l'approcher à moins de 10 mètres dans les lieux publics et chez lui, ils étaient tous venus au vernissage pour pouvoir photographier le couple. Mais aucun ne s'était risqué à demander une interview, les regards furieux que leurs lançaient Harry Potter avait de quoi en refroidir plus d'un.

Comme Draco n'était pas au courant de la discussion entre son amant et Hermione, il fut assez surpris de voir Harry aussi agréable avec son ex.

Théo, Pansy et Blaise vinrent aussi à l'exposition et ce dernier acheta même un de ses tableaux.

Malheureusement à cause des journalistes, le couple resta moins longtemps que prévu à la joie de Harry. Il le fut beaucoup moins quand Draco promit à son ancien petit-ami qu'ils se reverraient bientôt.

ooo

Les semaines passèrent et la date de l'accouchement se rapprochait de plus en plus. Draco était assez inquiet et Harry cachait sa propre anxiété pour rassurer le blond. Le Médicomage leur avait certifié que tout allait parfaitement bien et qu'il n'y avait donc pas lieu de s'inquiéter.

Fin novembre, le couple se rendit aux fiançailles de Neville avec Hannah Abbot qui travaillait Aux Trois Balais, à Pré-au-lard.

Draco ayant refusé de danser à cause de son ventre, il laissa Harry inviter Hermione. C'est ainsi que Ron et le blond se mirent à parler un moment.

« Tu sais je n'ai jamais eu l'occasion de te remercier pour avoir été mon Gardien du Secret. »

« Hum, j'aimerais te dire que ça été un plaisir mais non. S'il te plaît, choisis quelqu'un d'autre la prochaine fois. »

Draco rit sous le ton désespéré du rouquin. Il regarda les gens qui dansaient sur la piste et avisa Neville et sa fiancée.

« Je dois t'avouer que j'ai toujours cru que c'est toi et Hermione qui finiraient les premiers la bague au doigt. »

« Je voulais qu'on se fiance après Poudlard mais tu connais Hermione… D'abord finir les études. Mais je t'avoue que je voudrais la demander en mariage à Noël… Je sais qu'elle doit encore finir cette année mais moi j'ai déjà commencé à bosser en tant qu'Auror et si on se fiance cette année, on pourrait se marier l'an prochain. Tu penses qu'elle serait d'accord ? »

« Vu comment elle a lorgné sur la bague de Hannah, je pense que tu as toutes tes chances ! Mais essaye d'être romantique pour changer. »

« Justement je voulais te demander si… Si tu pouvais m'aider à choisir une bague ? Je n'y connais rien à ce genre de choses et je voudrais vraiment que tout soit parfait pour elle. »

Le blond le regarda surpris.

« Et tu me demandes ça à moi ? »

« Je te le répéterais pas mais… Tu es la personne que je connais qui a le plus de goût et tu connais bien Hermione alors… »

« Ok, ok, je vais t'aider mais arrêtes les compliments sinon je vais finir par croire qu'on t'a drogué. »

« Oh merci, Draco ! »

« Hé qu'est-ce que vous complotez tous les deux ? »

Ron et Draco sursautèrent en entendant la voix de Harry. Le blond détourna la conversation en disant qu'ils se moquaient de sa prestation en danse. Le brun lui tira la langue en représailles et partit discuter avec Seamus.

Ron remercia Draco et lui dit qu'il préférait que personne d'autre ne soit au courant. Le Survivant n'étant pas connu pour sa grande discrétion, le blond hocha la tête.

ooo

Noël arriva bien vite et Draco, à presque sept mois de grossesse, avait bien du mal à garder son calme. Dans les bijouteries, Weasley avait été pire qu'un gosse dans un magasin de bonbons. Le blond avait bien cru qu'ils ne trouveraient jamais la bague à temps mais ils avaient enfin déniché la perle rare à une semaine de la date limite. Le bébé donnait souvent des coups de pied et si l'aristocrate était content de le savoir en pleine forme, il aurait bien aimé aussi pouvoir passer des nuits tranquilles ! Dire qu'il s'était inquiété de ne pas le sentir assez ! Sans compter qu'il avait l'impression d'aller toutes les cinq minutes aux toilettes. Harry faisait tout ce qu'il pouvait pour lui faciliter les choses mais il ne pouvait ni dormir à sa place, ni aller aux toilettes pour lui.

Pour ne pas faire de jaloux, le couple décida de passer la nuit de Noël chez la famille Weasley et le lendemain chez la famille Malefoy.

Bien que Draco s'endormit à plusieurs reprises au cours de la soirée, il fut content d'avoir réussi à tenir jusqu'à minuit pour enfin voir la demande en mariage de Ron.

Au douzième coup de minuit alors que tout le monde se serrait dans les bras pour se souhaiter un joyeux Noël, le rouquin s'était agenouillé devant sa belle et avait ouvert l'écrin où reposait la fameuse bague.

Madame Weasley avait poussé un cri et Hermione avait bien évidemment dit oui. Le blond ne put s'empêcher de verser quelques larmes.

Foutues hormones. Il avait frappé son amant en lui disant que c'était sa faute et même si le brun n'avait pas compris, il avait néanmoins hoché la tête. Harry avait appris à ses dépens que quand Draco était comme ça, il valait mieux ne pas argumenter.

La nouvelle année se passa beaucoup plus calmement. Comme Draco devenait trop faible que pour supporter la foule pendant longtemps, Harry avait simplement proposé qu'ils la passent juste tous les deux au Square Grimmaurd. Le brun avait passé la quasi-totalité de la journée dans la cuisine et Draco à dormir.

Le soir venu

Harry semblait un peu mal à l'aise et Draco ne comprenait pas pourquoi. Le blond, dont la grossesse avait grandement diminué la patience, finit par demander, agacé et inquiet, si quelque chose n'allait pas.

« Non, non tout va bien. »

Devant le regard sceptique de son amant, le brun continua :

« Enfin il n'y a rien c'est juste que… Neville s'est fiancé, Ron et Hermione se marieront l'année prochaine… Alors ça m'a fait penser à nous et à comment on voyait notre avenir. » Dit-il en rougissant.

L'ancien Serpentard le regarda et réfléchit bien aux mots qu'il allait dire.

« Tout d'abord, je pense que c'est un peu tôt pour parler mariage. Après tout ça ne fait que sept mois que nous sommes ensemble et je ne voudrais pas qu'on fasse la même erreur et qu'on aille trop vite. Ensuite on va avoir un bébé et ça va nous demander beaucoup de temps et de travail donc planifier un mariage n'est peut-être pas adéquat pour l'instant. »

Le Survivant hocha la tête mais semblait déçu. Draco ajouta en souriant :

« Mais mon avenir je le vois avec toi et seulement avec toi… Pour toujours. »

Harry releva la tête et regarda l'aristocrate d'un air bien plus sérieux et décidé que Draco ne lui avait jamais vu.

« Alors si tu vois ton avenir de la même manière et quand on aura passé les couches-culottes, les biberons et que j'aurai enfin perdu tous ces kilos en trop… Peut-être que je te laisserais m'épouser, » termina le blond en rougissant lui aussi.

Le brun se leva et encercla de ses bras son amant. Il lui chuchota :

« Je serais toujours là, Draco. Avec toi pour toujours. Tu peux compter sur moi. »

Le blond vient nichait sa tête dans le cou de Harry pour cacher ses larmes et souffla de soulagement. Harry était à lui, enfin. Peu importe ce que l'avenir leur réservait, ils étaient ensemble. Ils pourraient compter l'un sur l'autre. Pour toujours.


ÉPILOGUE : Le bonheur

« Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre. » Paul Eluard

« Cyrus, par Merlin, dépêche-toi, on va être en retard ! »

« Techniquement nous sommes déjà en retard, » déclara tranquillement Draco en examinant sa montre.

« Je refuse d'être plus en retard que Ron, c'est une question d'honneur. Personne n'est plus en retard que Ron ! » s'exclama Harry sur les nerfs.

Le blond soupira et finit par se lever de sa chaise et cria :

« Cyrus Potter-Malefoy, si tu ne descends pas immédiatement, je viens te chercher par la peau des fesses ! »

« J'arrive papa ! »

Un garçon de onze ans descendit les escaliers en courant. Il avait les cheveux noirs en bataille et des yeux gris clairs. C'était sa première année à Poudlard et il semblait aussi excité qu'anxieux.

Draco sentit une bouffée de fierté apparaître quand il regarda son fils. Ça y est, le premier de leurs enfants rentrait à Poudlard. Ça ne les rajeunissait pas tout ça.

Le blond se tourna vers ses deux autres enfants et dit :

« Sélène, arrête de faire des couettes à ton petit frère. Il a l'air ridicule. »

La jeune fille le regarda d'un air le plus innocent possible. Elle était le porté craché des Malefoy. Elle avait sept ans, les cheveux très blonds, les yeux bleus clairs et une peau pâle. Sélène était déjà très intelligente pour son âge et ses parents pensaient qu'elle finirait sûrement à Serdaigle.

Harry s'approcha de leur petit dernier pour lui ôter tous les élastiques qui ornaient ses cheveux. Il était le seul qui avait hérité des yeux de Harry, il avait trois ans et les cheveux bruns avec des reflets roux qu'il tenait certainement de la mère du Survivant. Celui-ci prit l'enfant dans ses bras pendant que Draco tenait la main de Cyrus qui lui-même tenait celle de sa sœur.

Le blond prit la main de son époux et il sentit l'alliance contre sa paume. Cela avait beau faire huit ans qu'ils étaient mariés maintenant, il ressentait toujours le même bonheur en voyant l'anneau.

Son regard croisa celui de son époux et Draco sut que Harry pensait la même chose.

Par Merlin, ce qu'ils pouvaient être heureux.

Puis la petite famille transplana sur la voie neuf trois-quarts.

FIN

Et voilà "Compte sur moi" est fini pour de bon ^^.

Je remercie tous ceux et celles qui ont ajouté mon histoire dans leurs favoris, qui ont laissé des reviews et plus particulièrement mes "réguliers" (Archimède, Birgitte26, strormtrooper2, Serdra, sakura-okasan et bien d'autres!). Chacune des reviews laissées m'a fait extrêmement plaisir :).

J'espère que la fin sera à la hauteur de vos attentes :p.

à bientôt pour de nouvelles aventures !

Mellya