Auteur : Crazyitachi-la-malade-de-Shaka~

Yo!

Juste pour info, à propos des lemons. Je ne fais plus dans le gore très explicite, plus envie. C'est toujours rating M, parce que toujours explicite, mais n'espérez pas « un bon gros lemon bien bandant » ou je ne sais quoi.

Sur ce, après une longue longue longue attente… Enjoy


Chapitre 9

Une légende oubliée

Alors qu'elle soit belle !

Résumé

Ichigo a été sauvé des griffes de Luisenbarn grâce à l'aide du Mécène Marin, Aizen et de son acolyte et ex-ondin Gin. Aizen, histoire de prouver à Ichigo qu'il se sacrifie pour des humains pourris, gage avec Ichigo que s'il devient humain pour une semaine au moins, son opinion sera la même que la sienne. Ichigo tient le pari, mais derrière cette façade, Ichigo sait pertinemment qu'en devenant humain, il se laisse aller à son égoïsme tandis que des gens meurent en mer.

Personne ne semble avoir remarqué ce dilemme qui naît chez l'ondin et Ichigo repart alors à Ieron avec un Grimmjow aux anges de pouvoir avoir Ichigo près de lui.

~ o ~

« Pourquoi tu ne leur avais pas dit qu'il ne pourrait pas rester humain ? »

Kisuke leva le nez de son journal à la question de Yoruichi. Après un long silence où il réfléchit mûrement sa réponse, il soupira finalement et n'ajouta rien. Si son acolyte s'en offusqua, elle ne pressa pas pour autant et comprit qu'il y avait encore et toujours eu des obstacles et qu'elle aurait dû le savoir.

Elle secoua la tête, presque aussi déçue et triste que Grimmjow, puis plongea son regard jaune de fauve sur l'horizon mou de l'océan. Les deux amis étaient sur la jetée du port d'Ieron et observaient le dernier bateau, un modeste esquif, mouiller au large des côtes. Celui de Grimmjow.

Depuis des années c'était ainsi que cela se passait. Grimmjow avait repris la pêche pour les derniers rares habitants d'Ieron la Désertée comme on la nommait maintenant. Et quand il partait, il était toujours accompagné de son Protecteur, son amant. Ils allaient fendant les flots et lorsque le pêcheur avait assez de poissons, il rentrait, vidait les cales et reprenait un transport bien plus modeste, un Optimist. Et sur le couchant souvent, on distinguait au loin une voile solitaire fixe.

Le pêcheur était probablement assis sur la planche installée au ras de l'eau et il parlait avec Ichigo qui nageait autour de lui. Un humain et un ondin. Depuis le début ça avait été un doux rêve plein de rebondissements, de peurs et d'espoirs. Mais il semblait que les deux amants ne regrettaient rien, vivre longtemps l'un auprès de l'autre était tout ce qui leur importait.

« Pourquoi je ne leur ai pas dit ? » murmura finalement Kisuke.

Yoruichi dressa l'oreille, espérant peut-être une réponse à sa question. Son ami soupira encore, les yeux cachés par son éternel bob rayé.

« Parce qu'ils le savaient déjà… »

~ o ~

Cinq ans plus tôt

La voiture revenant du parc Atlantica se gara près de chez Urahara. Le marchand, jusqu'alors au volant, quitta son poste et laissa Grimmjow aider l'ex-ondin à marcher à l'intérieur. Le chemin avait été très long et on en avait profité pour acheter des habits au plus jeune des trois qui était paradoxalement le plus vieux.

Ichigo portait un bermuda beige en lin et une chemise de type tunisienne blanche. Ces couleurs rehaussaient avec force et beauté son teint halé et ses cheveux brillants, et rien ne semblait entacher son sourire radieux. Chaque regard était une découverte, et les encouragements et explications de son guide attitré le ravissaient.

L'ex-ondin était encore fatigué de ses mésaventures et il avait beaucoup dormi durant le voyage. Il restait quelque cicatrices des sévices passés sur son corps et son esprit, mais il avait pris sur lui de les oublier. Tout semblait parfait hormis peut-être ce malaise qui le taraudait profondément et qu'il avait fini par attribuer au changement radical de mode de vie.

« Venez, je vais vous aider à mieux aménager la cabane de la crique.

-On vivra là-bas, Urahara ? demanda Ichigo.

-A moins que vous ne vouliez retourner chez Grimmjow ? »

Le concerné grogna pour manifester son mécontentement. Après tout, admit Ichigo avec un sourire, il aimait bien cette crique où ils s'étaient réellement rencontrés. Cela lui rappelait beaucoup de souvenirs, et aussi la statuette de bois et…

« Oh non ! s'exclama Ichigo, non !

-Qu'y a-t-il ? » s'inquiéta le pêcheur.

Le nouvel humain fronça les sourcils avant de prendre un air triste en soupirant.

« Je n'ai plus de pouvoirs… Je ne peux plus trouver la petite statue en bois… »

Grimmjow faillit dire qu'il la retrouverait dès qu'il redeviendrait ondin, mais cela revenait à dire qu'il ne resterait pas humain. Et égoïstement, il voulait garder Ichigo pour lui. Il se contenta alors d'enlacer son amant en lui promettant qu'il lui en sculpterait autant qu'il le souhaitait.

Quelques heures plus tard, après avoir installé la cabane de la crique, le petit groupe d'amis s'était réuni pour écouter Yoruichi leur parler de l'état d'Ieron. Elle reparla du raz-de-marée qui avait submergé le village après la capture d'Ichigo. Il ne restait maintenant plus que la moitié du village et encore, une bonne partie de ces survivants réfléchissaient à sérieusement s'en aller. Il n'y avait plus que deux ou trois pêcheurs pour subvenir aux besoins des gens et sous le regard insistant d'Ichigo, Grimmjow accepta de reprendre la pêche.

Yoruichi parla aussi de Sasakibe à qui elle avait expliqué les origines de ces cataclysmes. Il avait fini par y croire et, cela l'avait surprise, Loly avait été la première à soutenir la cause de maintenant l'ex-ondin.

« Mais la ville semble plutôt bien réparée ?

-C'est grâce au travail de Grimmjow, intervint Urahara. Il me semble qu'Isshin et ses filles ont également beaucoup aidé, n'est-ce pas, Yoruichi ?

-Oui, ils ont soigné pas mal de monde. »

Ichigo dressa l'oreille.

« Isshin ? C'est l'homme qui m'a aidé dans le filet ?

-Ouais, Ichi. Tu voudras aller le voir ? »

Le nouvel humain sourit, il serait ravi de pouvoir remercier l'homme. Il avait craint de détester les humains lorsqu'il était enfermé dans l'aquarium, mais le petit pari avec Aizen le poussait à chercher le positif chez les Humains et, à la réflexion, il ne regrettait pas d'avoir protégé des gens comme Isshin.

« Tu veux te reposer peut-être, Ichigo ? demanda Kisuke. Il va te falloir un peu de temps pour t'habituer à ton nouveau corps.

-Oui… Je sens qu'il est vraiment moins résistant.

-Tu as mal que'qu'part ? s'inquiéta Grimmjow. Tu as besoin de…

-Non non, coupa l'ex-ondin. Je sens juste que ce corps est limité et j'ai un peu du mal pour le comprendre. »

L'homme soupira, soulagé. Il observa ensuite les deux marchands quitter la crique vers leur magasin et demeura perdu dans ses pensées un moment ensuite. Il avait peine à réaliser que tout ceci était vrai. Ichigo avait abandonné son statut d'être extraordinaire pour le rejoindre sur la terre, lui, le pêcheur taciturne au sale caractère.

~ o ~

A dater de ce jour, les instants s'écoulèrent dans une douce lenteur qui ravissait les deux amoureux réunis. Lorsque Grimmjow partait pêcher, Ichigo l'accompagnait. Au départ ils profitaient de ces moments pour être ensemble, se découvrir. L'ex-ondin avait eu quelques surprises au réveil et depuis il paniquait un peu des réactions de son corps. Grimmjow l'avait rassuré longuement, lui expliquant que c'était normal, mais Ichigo le savait déjà. Il était juste très différent de le savoir et de l'expérimenter.

Du coup Grimmjow essayait de limiter les rapprochements entre eux de peur de se montrer trop entreprenant et effrayer son compagnon. Après tout, jusqu'à la veille, Ichigo n'avait même pas de jambes !

« J'aime bien être ici… »

Les deux hommes étaient assis dans l'Optimist de Grimmjow et voguait mollement au rythme des vagues, à peine dérangés par le vent et baignés de la lumière du coucher de soleil. Ichigo avait appuyé sa tête sur l'épaule du pêcheur et regardait l'horizon se fondre avec la mer, attendant patiemment le moment où il n'y aurait plus de lumière.

Seuls dans cette immensité, il commençait à ressentir ce dont les hommes de la mer parlaient. L'océan était abrupt. Cette solitude devait effrayer lorsque l'on n'entendait pas la voix de Mère, lorsqu'on ne pouvait plus dire que sa maison était les six septième de la planète.

« Tu as l'air mélancolique. »

Ce n'était pas une question que Grimmjow posait, mais Ichigo n'en tint pas réellement compte et préféra esquiver.

« Juste un peu fatigué tu sais. »

L'homme bourru ne releva pas. L'ex-ondin ferma les yeux.

Ichigo ne reprit pas la mer les jours suivants.

~ o ~

Le premier jour après son arrivée, Ichigo se réveilla avec les cris des mouettes, l'odeur de la marée et celle de son amant. Tranquillement installé contre lui, il garda cependant les yeux fermés avec un sourire calme, profitant de ce moment qu'il devinait magique.

« Réveillé ? résonna la voix profonde du pêcheur.

-Hnn… non… »

Cela fit sourire Grimmjow qui ne fit pas pour autant mine de se redresser. Il sentit les jambes de l'ex-ondin entourer une des siennes pour mieux s'accrocher à lui. Comme une moule à son rocher, pensa-t-il avec amusement.

L'ex-ondin soupira et ouvrit finalement les yeux pour tomber sur le visage de Grimmjow. Et tout à coup il eut une vision de son père dans ces traits. Le même regard perçant, mais beaucoup plus libre maintenant. Comme si ces sourcils froncés s'étaient enfin redressés du poids imaginaire qui leur pesait dessus. Sans s'en empêcher, Ichigo embrassa alors l'homme et se blottit un peu plus contre lui.

« Tu aimes vivre sur terre pour l'instant ?

-Je ne suis là que depuis un jour, Grimm…

-Oui, mais pour le moment ? »

Devant l'insistance de son compagnon, Ichigo réfléchit un instant.

« Oui, j'aime bien. C'est vraiment différent. »

Grimmjow prit un instant et répondit alors :

« Différent de chez toi avant ou… différent de ce que tu espérais ? »

L'un comme l'autre savait que c'était la seconde option. Pourtant ce n'était pas forcément négatif. Ichigo avait idéalisé la vie sur terre, il avait imaginé des choses magnifiques et la vue dévastée d'Ieron l'avait refroidi dès le début. Et tous les humains qui s'étaient succédés avant dans l'aquarium… Il en faudrait beaucoup pour revoir son jugement dans le positif.

« Je crois que j'ai encore besoin de temps pour m'adapter, Grimm. Et puis je n'ai quasiment rien vu à part ta cabane et ton bateau ! ajouta-t-il en plaisantant.

-Ah parce que c'est de ma faute ? »

Les deux se chicanèrent un moment. L'ex-ondin eut le dernier mot même s'il avait dû pour cela reparler avec sa langue maternelle. Ils se levèrent tard après quelques câlins qui demeurèrent somme toute assez chastes.

La journée se partagea entre visiter la ville et faire connaissance avec les gens. Ichigo aurait voulu dire ce qu'il était réellement. Les gens le croiraient vu l'ampleur des désastres et la réclusion d'Ieron. Il voulait voir de première main les réactions des gens, voir si ceux de l'aquarium étaient des exceptions. Mais Urahara l'en garda bien, on ne savait jamais si des gens mal intentionnés pouvaient l'apprendre et l'enlever pour l'étudier ou le vendre. Alors on présenta Ichigo comme un ami de Grimmjow venu pour une convalescence.

Ichigo n'aima pas cela, mais s'y résolut et, derrière ses grands sourires, observa consciencieusement son environnement.

Il rencontra Isshin et sa famille, et fut ravi d'être accueilli comme un membre de leur petit cercle. Isshin était bien différent du soir où il l'avait rencontré, ne cessant de jouer le pitre au désespoir d'une de ses filles. Ichigo s'entendit bien avec Karin et Yuzu, elles étaient attentionnées et sympathiques, essayant le plus possible de parler dans la langue de l'ex-ondin.

Le jeune homme évoqua donc, pour répondre aux demandes curieuses des trois, la vie sous l'eau. Comment il évoluait là-bas, comment il parlait avec les poissons. Les dauphins étaient très intelligents et de bons compagnons de conversation, mais pas forcément les mérous… Cela fit sourire les petites filles qui, à leur tour, lui racontèrent les histoires de sirènes et d'êtres merveilleux. Ichigo fut surpris de tous ces contes qui étaient si beaux et se demanda sincèrement pourquoi des gens nourris avec des histoires aussi touchantes avaient pu être méchants avec lui.

Il lui était inconcevable de ne pas admirer le héros des histoires de son enfance, ou à défaut, l'aimer.

Plus tard, en voyant un portrait de famille dans l'entrée de la maison, Ichigo reconnut la mère de famille. Il l'avait vue plusieurs fois, elle faisait partie des Marcheurs de la nuit. Ceux qu'il n'avait pas pu sauver à temps et conduire dans un au-delà plus doux. Cela lui rappela ceux qui se perdaient en mer probablement à l'instant même et qu'il ne sauverait pas.

« Urahara-san m'a dit que tu guidais les gens morts en mer, Ichi-nii…

-Oui, Yuzu. Je le faisais avant.

-Tu sais où est Maman alors ? »

L'ex-ondin fit alors une chose qu'il n'avait jamais faite jusqu'à présent.

« Je l'ai conduite quand elle a disparu en mer. Elle a été très douce, et j'ai discuté avec elle un long moment. Maintenant elle repose en paix. »

Il mentit.

~ o ~

« Alors comment s'est déroulé ce premier jour ? »

Ichigo attendait le retour de Grimmjow de la pêche en compagnie d'Urahara. Tout en travaillant sur les projets du scientifique, ils conversaient de tout et de rien, parfois interrompus par Yoruichi qui se plaignait du bazar de son colocataire.

« Très bien, répondit calmement l'ex-ondin. Je suis surpris car je pensais que ça serait différent, mais j'aime bien la terre.

-Différent ?

-Je crois que je suis un peu déçu par les Hommes, Urahara-san… »

Le scientifique soupira et balaya une mèche dérangeante devant ses yeux.

« S'il y a bien une chose de magnifique avec les Hommes, c'est qu'ils sont capables du pire comme du meilleur, Ichigo. Et c'est dans le pire qu'ils montrent le meilleur. »

L'ex-ondin sembla percuter et saisir ce que voulait dire son ami. Il admit un sourire.

« Oui, je les aime pour ça. Je pense que comme Mère me manque aussi, je dois être un peu plus pessimiste.

-Et puis Ieron est très petite, tu ne peux pas voir vraiment ce qu'est l'humanité.

-Les Kurosaki m'ont dit qu'il y avait des milliards d'Hommes sur Terre. C'est énorme ! »

Kisuke s'amusa de cette réaction et se retint de dire que cela n'empêchait pas certains de se sentir seul.

~ o ~

Le troisième jour fut un peu plus mouvementé. Isshin proposa à Ichigo de venir à la 'vraie' ville avec lui et ses filles pour y faire des courses et, naturellement, Grimmjow fit partie de l'aventure. Cette découverte émerveilla Ichigo qui apprit ce qu'était la monnaie et, par extension, la notion même de communauté.

Il fut subjugué de l'organisation de la route, des magasins. Le commerce était un mot qui n'existait pas dans sa langue et il eut du mal à comprendre cette notion de propriété et tout ce qu'elle engendrait.

On l'emmena voir une fête foraine itinérante et la découverte des attractions le ravit d'autant plus qu'il put s'y promener seul avec Grimmjow. Il mangea de nouvelles choses, joua à des stands de tir et autres réjouissances qu'il n'avait jamais imaginé exister.

Cette journée lui redonna une bouffée d'espoir, chassa sa morosité latente. Et accroché au bras de son pêcheur, il pensa même que vivre ainsi ne lui déplairait pas. Au contraire. La vie d'Homme pouvait s'avérer pleine de rebondissements au final et cette évolution permanente lui donnait envie.

Ils rentrèrent tard le soir, l'ex-ondin mort de fatigue. Ichigo avait certes appris à marcher très vite, mais ses jambes étaient encore faibles. Il ne broncha pas devant un bain chaud et quelques massages de son compagnon pour détendre ses muscles endoloris.

Les deux amoureux partageaient nombre de moments intimes, mais aucun n'osait aller plus loin. L'anxiété les retenait sans doute, ou peut-être avaient-ils peur que leur situation ne soit pas assez stable ? Ils n'auraient su l'expliquer eux-mêmes à vrai dire. Ils étaient comme un jeune couple qui attendait le moment parfait où ils auraient besoin de plus. Rester l'un contre l'autre, parfois pousser un peu plus les choses, mais ne rien brusquer. C'était une situation qui leur convenait.

« Tu as vraiment de grandes mains, constata Ichigo alors qu'il observait les membres parcourir les muscles de ses jambes.

-Tu vas pas te plaindre en plus ? moqua Grimmjow. Elles sont loin de te déplaire. »

L'ex-ondin s'amusa du ton de son compagnon. Il se laissa aller sur le lit, parfaitement détendu et écoutant les bruits de la nuit. Les grillons et le ressac de la mer résonnaient comme une berceuse familière déjà et avec un pincement au cœur, il ferma les yeux.

Grimmjow remarqua ce malaise soudain et vint enlacer celui qu'il aimait tendrement. Il lui caressait les cheveux depuis un moment déjà quand il murmura enfin :

« Dis-moi ce qui ne va pas, Ichi. J'vois que t'es triste… »

Ichigo tourna la tête vers Grimmjow et s'étonna encore de la ressemblance qu'il partageait avec son père. Le jeune homme soupira et afficha un sourire qui se voulait rassurant.

« Tu gardes des choses pour toi et j'ai pas l'impression que ça te fasse du bien, Ichi, insista Grimmjow. Je veux pas te forcer à parler mais il faudrait que tu parles justement… »

L'ex-ondin posa un doigt sur les lèvres de son amoureux et lui caressa le visage doucement.

« Tu sais ce que sont les Marcheurs de la nuit ?

-Nan, c'est quoi ? »

Ichigo détourna le regard brièvement et prit son courage à deux mains.

« Mon rôle en tant que Protecteur est de protéger les âmes des morts en mer. Je dois limiter les dégâts causés par des catastrophes naturelles, mais surtout, guider les morts vers l'au-delà.

-Oui je sais ça…

-Mais je ne suis pas infaillible. »

Grimmjow repensa tout à coup à ces nuits où il était incapable de dormir, où il sentait un malaise profond l'agiter. Ces nuits où l'atmosphère pesait comme à la veille d'une tempête.

« J'ai… une fois dit à Mère que je ne voulais plus être Protecteur, que je voulais être libre. Elle m'a laissé faire et j'ai alors parcouru les océans. »

Grimmjow écoutait le récit avec attention, s'attendant à une chute inquiétante.

« C'était bien. J'ai appris des choses sur les autres espèces, j'ai passé beaucoup de temps à observer les humains. Ceux qui naviguaient par besoin, d'autres qui admiraient la vue. J'ai aussi croisé des enfants avec qui j'ai discuté et ils me comprenaient tous. C'était magnifique… »

Ichigo soupira.

« Puis j'ai commencé à voir des gens sous l'eau. Des gens aux yeux vides qui m'effrayaient car ils criaient et se lamentaient. J'ai essayé de les fuir puisque j'étais impuissant face à eux, mais ils étaient nombreux et ils me suivaient.

-C'était…

-Quand j'ai compris qu'ils étaient les âmes des gens morts en mer, j'ai repris mon rôle. Et avec plus de force encore, je ne voulais plus jamais les voir ou les entendre, plus jamais que quelqu'un devienne comme eux. »

Ichigo fit une pause.

« Mais ils sont toujours là sous l'eau. Ils me suivaient toujours en pleurant, tous les jours depuis si longtemps… Et parmi eux, il y a des gens que… Il y a la mère des Kurosaki.

-Mais tu as dit à Yuzu qu'elle était…

-J'ai menti, coupa Ichigo. J'ai menti pour qu'elle ne me déteste pas, pour ne pas la blesser. Je t'ai menti aussi.

-Sur quoi ? demanda Grimmjow sérieusement.

-Par omission, je t'ai menti.

-Ichigo, tu…

-Ce sont eux qu'on appelle les Marcheurs de la nuit. Et j'ai été jaloux d'eux une fois tous les ans. Parce que Mère leur avait offert une compensation pour leur au-delà détruit. Une fois par an, la nuit, elle les laisse quitter l'océan pour retourner sur la terre voir ceux qu'ils aiment. Une fois par an, ils marchent sur la terre… pendant que moi je les regarde, seul dans mon océan en me disant que c'est ma punition.

-Non, Ichigo. Tu as fait une erreur parce que tu voulais être libéré de ton devoir, tu… Ce n'est pas une punition. Mer ne te ferait jamais ça je pense.

-Ton père est un Marcheur, Grimmjow… »

Ichigo garda le regard fixé sur celui de son compagnon, craignant sa réaction. Le pêcheur eut un air un peu surpris et demeura silencieux quelques minutes.

« Et alors ? Je suis triste pour lui, mais je ne vais pas te détester pour autant. N'importe qui aurait craqué au moins une fois sous l'énorme devoir que Mer t'impose. Je n'ai pas le droit de t'en vouloir alors que tu sauves la vie à bien plus de gens. »

Le jeune homme sentit les larmes jaillir de ses yeux.

« Mais il n'y a plus de Protecteur en ce moment, Grimmjow ! gémit Ichigo. Plus personne pour guider les morts et les naufragés ! »

L'homme eut un air blessé devant la détresse de son compagnon déchiré entre devoir et amour. Il le prit dans ses bras et le serra fort.

« Shh… N'y pense pas Ichigo, shh… »

~ o ~

Durant les jours qui suivirent Grimmjow se montra d'une douceur infinie envers Ichigo. Il ne voyait plus son amant de la même manière. Chacun de ses sourires avec les fillettes Kurosaki prenait une dimension dramatique, chaque moment où il semblait s'amuser devenait source de culpabilité future et le pêcheur se mortifia d'être en partie la raison de cette douleur que s'infligeait Ichigo.

S'il demeurait humain malgré tout c'était pour être avec lui.

Ils se trouvaient sur la jetée près de leur maisonnette. Ichigo regardait l'eau avec un air pensif, appuyé contre Grimmjow qui l'enlaçait. Ils formaient un beau tableau tous les deux, quoique triste. Leurs pieds se mouvaient mollement dans l'eau claire de la crique.

Parfois Ichigo murmurait ses espoirs fous où Mère le laisserait partir et nommerait un nouveau protecteur. Le pêcheur répondait que ça serait bien. Parfois Ichigo disait aussi qu'il aimait Grimmjow. Il répondait toujours « pas autant que je t'aime moi ». Cela arrachait un petit sourire à l'ex-ondin qui continuait de noyer son regard dans l'eau claire de la crique.

« Il n'y a plus rien, Grimm… quand je suis là, les jambes dans l'eau, je ne sens pas… je suis là, l'eau est là, mais… mais elle n'est plus mon amie, même pas mon ennemie… »

Grimmjow l'embrassa sur les lèvres avec tout l'amour qu'il pouvait donner.

« Je sais, Ichi, je sais… »

Les baisers prirent plus d'ardeur, ils se confirmèrent, s'affirmèrent. Leurs mains se promenaient avec lenteur sur le corps de l'autre, essayant de ne pas être trop impérieuses, pour ne pas s'effrayer. Grimmjow avait enlacé le torse plus fin d'Ichigo pour le prendre contre lui tandis que l'ex-ondin entourait sa nuque puissante pour continuer de l'embrasser.

Pendant de longues minutes, ils continuèrent, se souciant de temps en temps de prendre leur souffle, mais ils ne se détachaient pas l'un de l'autre. Quand parfois leurs bouches ne se touchaient plus, leurs lèvres décidaient de s'effleurer et leurs souffles se mêlaient alors, éreintés.

Le pêcheur poussa bientôt le nouvel humain dos au sol, toujours avec une lenteur prudente. Il n'était pas à sa première fois et Ichigo en connaissait bien plus qu'il ne le laissait croire, mais il avait à cœur de bien faire. Il voulait montrer ses sentiments. Montrer à Ichigo à quel point il l'aimait, comme si cet amour à lui-seul pourrait apaiser la mélancolie de l'ex-ondin.

Le 'ploc' sonore de l'eau interrompit les pensées de Grimmjow qui avisa alors l'air rassurant d'Ichigo, sous lui. Il jouait avec son pied dans l'eau claire de la crique, rappelant ainsi son amant vers lui. Le pêcheur était en appui sur un bras, l'autre suivant sa main qui caressait le torse bronzé. Ichigo souriait tendrement et fermait les yeux de temps en temps pour savourer le contact.

Un regard dans les azurs perçants et Grimmjow sourit. Ichigo était si rassurant.

Il se pencha encore pour l'embrasser et ils s'enlevèrent alors leur chemise à manches courtes d'un commun accord. Ils étaient habillés de leur bermuda de bain, comme d'habitude, et les enlever ne leur prit pas plus de temps qu'un nouveau baiser sur leurs lèvres rougies.

Parfois Grimmjow avait envie de parler, de murmurer des mots à l'oreille de celui qu'il considèrerait toujours comme son ondin, mais Ichigo lui souriait, espiègle. Le pêcheur se taisait alors pour se concentrer sur les mains du nouvel humain, sur ses jambes qui s'écartaient pour l'accueillir entre. L'homme retint un gémissement proche du grognement en sentant l'autre ainsi si proche.

Un regard à l'adresse d'Ichigo. Il n'en menait pas large.

Lentement, ils s'enlacèrent pour n'avoir plus l'impression que d'être un. Serrés forts l'un contre l'autre, ils ne cessaient de se toucher, de s'effleurer. Grimmjow dévorait le cou de son amant quand ce dernier bougeait le bassin pour le provoquer. Ichigo se cambrait délicieusement quand son amant massait ses côtés, le haut de ses jambes, le creux des genoux.

Se trouver sur le bord d'une jetée était bien le cadet de leurs soucis. Au contraire, Mer serait témoin de ce qui les unissait, un amour qui bravait l'océan.

Les souffles effrénés se murent bientôt en grognement parfois ponctués d'une note plus aigüe. D'un murmure plus prononcé, de mots précipités. Grimmjow prit l'initiative au bout d'un moment et prit dans sa main leur deux sexes pour les frotter l'un contre l'autre. Ils avaient déjà eu l'envie de le faire plusieurs fois, mais n'étaient jamais allé jusqu'au bout.

Aujourd'hui il n'y aurait pas de retour, parce qu'aujourd'hui ils se touchaient pour se dire quelque chose.

Ichigo ouvrait la bouche comme pour gémir, mais souvent aucun son ne franchissait ses lèvres. Il savourait d'une manière purement délicieuse avant d'ajouter sa main pour prendre un peu le relai et laisser son amant profiter autant que lui. Et Ichigo adorait voir cet air abandonné qu'arborait son pêcheur.

Les gestes devinrent plus brouillons, bien moins réfléchis. Au fur et à mesure, ils bougeaient, se redressaient tantôt l'un assis, l'autre sur les genoux. Ou tous les deux allongés de côté. Cela les faisait sourire d'amusement avant de reprendre tout le sérieux du plaisir qu'ils se donnaient.

Finalement, sentant qu'il allait craquer, Grimmjow dégagea sa main et se pencha vers Ichigo. Il leur manquait un peu de matériel pour mener les choses jusqu'au bout. Cela fit rire un peu le nouvel humain qui ne trouva rien à redire au fait de se lever pour rejoindre leur cabane. Même nus comme des vers.

Au contraire, ils continuèrent de s'asticoter, de s'embrasser et de se toucher jusqu'à ce qu'ils tombent d'un coup sur le lit. Un crac sonore les fit se regarder un moment, interdits, et le lit s'effondra de quelques centimètres. Loin de les déranger, ils eurent un air amusé et éclatèrent de rire tout en continuant leurs affaires.

Ichigo fronça un peu les sourcils lorsque Grimmjow glissa une main entre ses jambes et plus près de son intimité. Il adressa un air interrogateur à son amant qui lui répondit d'un baiser qui se prolongea longtemps. Au moins le temps que trois doigts puissent passer sans que cela ne perturbe le nouvel humain plus que de raisons.

Grimmjow s'étonnait de voir son amant si à l'aise, mais il ne s'en plaignait pas. Il préférait faire l'amour avec quelqu'un qui savait déjà ce qui allait se passer. Il avait l'impression que c'était plus facile de communiquer à ce moment, plus profond. Et puis, savoir comment Ichigo pouvait se sentir aussi à l'aise, c'était bien le cadet de ses soucis. Il était bien là, ils étaient bien là, c'était tout ce qui comptait.

L'ex-ondin commença bientôt à gémir un peu plus, rompant enfin leurs ébats jusqu'alors presque aphones. Cela amusa Grimmjow qui mit plus d'ardeur à la tâche pour bien préparer la suite. Il sentait dans son dos, sur ses épaules et le haut de ses bras, les caresses d'Ichigo qui parfois prenaient des accents graves. Mais il continuait de retenir son souffle entre deux hoquets sans même réaliser ses gestes.

Ichigo attrapa finalement le visage de Grimmjow dans ses mains et leurs regards s'attardèrent l'un dans l'autre. Ils savaient à ce moment ce qu'ils faisaient, ils savaient que ce serait leur plus beau souvenir de ce genre, peut-être le seul. Était-ce la dernière fois ? C'était une éventualité dont ils étaient conscients. Si c'était la dernière fois…

Alors autant qu'elle soit belle.

Lentement, ils ne firent plus qu'un, tant dans leurs corps que leurs yeux et leurs esprits. Ils se lièrent définitivement, sachant malgré eux qu'ils finiraient blessés… Mais pour l'instant ils étaient heureux alors ils souriaient.

Grimmjow prit beaucoup de soin au départ, pour qu'ils prennent leurs marques, avant d'imposer progressivement un rythme qu'ils se firent un plaisir de ne jamais suivre plus de deux minutes. A quoi cela servait de réfléchir après tout ? Ils n'en avaient pas besoin à ce moment. Seules comptaient les caresses effrénées, les baisers violents, les gestes brusques, les souffles haletants et les gémissements. L'un et l'autre, ils n'étaient plus qu'un et ils se le prouvaient de la même manière, en parfaite harmonie.

Leurs grognements rauques envahirent la pièce et résonnèrent probablement à l'extérieur, mais qu'en avaient-ils à faire ? Ils étaient à cet endroit à cet instant, de tout leur être et sans craindre le futur ou la mort.

Ils atteignirent bientôt ce qu'ils désiraient et continuèrent un peu plus avant de s'effondrer exténués, mais le sourire toujours aux coins de leurs lèvres. Ichigo s'était blotti contre Grimmjow, le courant d'air frais marin les rafraichissant avec plaisir, et ils se regardaient. Parfois ils fermaient aussi leurs paupières pour se reposer un peu, puis ils se réveillaient en pleine forme.

Et encore une fois, ils se parlaient de cette manière.

Leur plus belle façon de dire je t'aime.

~ o ~

Urahara remarqua que quelque chose n'allait pas avec ses deux protégés. Il conclut alors qu'ils étaient déjà redescendus de leur petit nuage. Ils n'auraient pas profité longtemps de leur temps en amoureux et égaux, et cela le désolait. Mère était parfois cruelle, mais donner naissance à un Protecteur alors qu'elle-même était maltraitée et polluée était difficile.

Depuis quelques temps, les jours étaient plus courts et cela n'annonçait pas l'arrivée de l'hiver. Ce premier signe mis la puce à l'oreille du scientifique qui décoda bientôt les suivants. La teinte rouge des couchers de soleil imprégnait le ciel bleu de manière très discrète, les animaux étaient tout à coup moins présents, comme enfuis. L'atmosphère était lourde… Au départ il avait cru aux Marcheurs de la nuit, mais ce n'était ni la période ni la nuit. Alors il avait fini par comprendre.

Le Tumulte.

C'était ainsi que l'on nommait la période où le Protecteur est parti trop longtemps, une de ces occurrences où le monde menace d'imploser.

« C'est ça le Tumulte ? demanda Yoruichi à son ami un matin. C'est plutôt calme…

-Sais-tu que la civilisation minoenne, 1800 avant Jésus-Christ, était la plus avancée ? Elle possédait des rues pavées, des immeubles, l'eau courante et même la climatisation. On soupçonne les mythes de parler de cette civilisation sous le nom d'Atlantide.

-Où veux-tu en venir ?

-Cette civilisation s'est éteinte en une nuit, perdant tous leurs savoirs pour se livrer dans les années suivantes à des actes aussi préhistoriques que le cannibalisme.

-Que…

-Elle aurait disparu à cause de l'éruption volcanique la plus destructrice de l'histoire de l'Europe. Des milliers de tonnes de pierres projetées, des raz-de-marée de trente mètre de haut… En une nuit. »

Urahara afficha un air amusé devant celui ahuri de son amie.

« Oui, ma chère. Ce fut provoqué par un Tumulte. Parce qu'une Protectrice avait choisi un homme plutôt que son devoir. »

~ o ~

Ichigo regardait le ciel avec une inquiétude chaque jour grandissante. Il vivait avec son amant chaque jour comme le dernier, sachant pertinemment que le temps était bientôt écoulé. Il avait cependant profité d'un moment de solitude pour parcourir la plage et réfléchir un peu à ce qu'il allait faire.

« Ichigo ! »

L'ex-ondin sursauta en reconnaissant la voix de Gin. Il fit volte-face et avisa les deux acolytes qui marchaient pieds nus sur le sable vers lui. Ils avaient laissé leur voiture sur le bord de la route.

« Comment vas-tu ? demanda l'ancien Protecteur. Stressé en ce moment je dirais ?

-Mais…

-Le Tumulte, expliqua Aizen. Ieron est entré dans une bulle en dehors du monde. J'ai remarqué ça lorsque je n'ai pas pu joindre Urahara. »

Ichigo se mordit la lèvre. Si Ieron était déjà isolée du monde alors la situation était critique. Il ne donnait pas douze heures avant que tout ne s'effondre, qu'Ieron et ses alentours sur 200km ne soient définitivement rasés.

« Alors tu savais ? s'étonna Aizen. Dire que j'ai cédé à Gin qui croyait que tu ignorais ce qu'était le Tumulte.

-Allez Aizen, ça vous fait du bien de sortir un peu de votre bureau. »

Le plus âgé eut un air amusé et reprit :

« Qu'en est-il de notre pari, Ichigo ?

-Le pari n'a jamais eu d'importance, Aizen, vous le savez parfaitement. Vous vouliez juste que je crois à l'espoir d'avoir une vie humaine pour que ça me soit arraché.

-Ouch, s'exclama Gin. Il vous rend bien plus méchant que vous n'êtes !

-J'ai l'habitude, mon cher Gin. Je suppose donc que mon sadisme primaire ne t'a pas donné l'occasion de découvrir d'extraordinaires choses… dont certaines très douces et agréables ? »

Ichigo cacha une rougeur sur ses joues avant de soupirer et de déclarer avec une honnêteté qui laissa ses interlocuteurs perplexes :

« Je veux rester avec Grimmjow, je l'aime. Mais le Tumulte… Jamais je ne supporterais de sacrifier des gens pour mon propre bonheur… »

Gin hocha la tête et s'assit sur le sol. Il encouragea Ichigo à faire pareil et Aizen comprit qu'ils allaient parler de Protecteur à Protecteur. Aussi il jugea qu'il ferait mieux d'aller voir Urahara jusqu'à ce qu'ils aient terminé.

« Tu sais pourquoi j'ai quitté mon rôle ?

-Pas avec certitude.

-La même raison qui pousse pas mal de gens à faire des conneries, Ichi ! plaisanta Gin, par amour !

-Hein ? s'étrangla Ichigo. Par amour… pour, pour Aizen ?

-Ce bâtard sans cœur, comme tu sembles le penser, n'en est pas un. C'est un homme d'affaires, un requin, faut qu'il tienne son image. Et pis c'est un sacré coup au pieu, sérieusement ! »

Si les mots de Gin étaient directs, ils eurent le mérite de détendre un peu Ichigo, presque à le faire rire.

« Bref, j'suis là pour te prévenir. Mère n'aime pas que ses enfants jouent contre elle. Donner naissance à un Protecteur l'affaiblit considérablement, c'est pour ça qu'elle veut nous garder même s'il faut être brutale.

-Je l'entends souvent pleurer…

-Ouais enfin c'est pas pour autant que j'aime ce qu'elle m'a fait. Le Tumulte, c'est sa manière de tout relâcher, pour réunir assez de force pour donner naissance à un nouveau Protecteur. La destruction autour est juste une conséquence. Y'en a pas eu de cataclysme quand je me suis cassé, pour ça que si ça pète cette fois, il y aura vraiment beaucoup de morts. »

Un poids apparut physiquement sur Ichigo qui se voûta d'un coup sans même s'en rendre compte.

« Que s'est-il passé ? Comment as-tu pu quitter ton rôle de Protecteur ? »

L'ancien ondin afficha un large sourire.

« J'ai joué contre elle, j'ai été fou. J'ai utilisé mes pouvoirs pour avoir justement le pouvoir de ne plus dépendre de Mère. J'ai été étonné de voir que ça fonctionnait et j'ai pu profiter de tous les avantages à être un triton sans les histoires de devoirs. Comme je n'étais pas mort ni en sursis comme toi, elle ne pouvait déclencher le Tumulte et je lui avais échappé.

-Mais je peux…

-Sauf qu'elle a la rancune tenace. Pour se venger, elle a modifié l'eau pour que je devienne allergique au sel contenu dedans. Dorénavant je ne peux utiliser qu'une partie de mes pouvoirs et seulement nager dans les eaux douces ou les aquariums. Tu sais comme moi que ni l'un ni l'autre ne sont comparables à l'océan. »

Ichigo baissa les yeux.

« J'te conseille pas cette solution. Parce que même si j'ai une vie d'humain qui me convient, l'océan me manque terriblement. Et elle trouvera une autre méthode pour te punir malgré tout… »

Le jeune homme secoua la tête.

« Si je résume… Je peux attendre sans rien faire et tout le monde meurt et moi avec ?

-Yep.

-Ou retourner à mon rôle et… abandonner Grimmjow.

-Les choses seront comme au départ.

-Et si je renonce à mon rôle tout simplement… Mère déclenche aussi le Tumulte. »

Quels choix prodigieux se manifestaient à lui ! Ichigo n'aurait presque pas eu à hésiter. Il se laissa tomber dans le sable, plus triste que jamais. Après un long silence où ni lui ni Gin ne parlèrent, il laissa finalement échapper :

« Tu sais… depuis le début je savais que ça finirait comme ça…

-Et pourtant tu l'as fait quand même. »

~ o ~

Quand Ichigo rejoignit enfin la jetée où mouillait le chalutier de pêche tout juste revenu de Grimmjow, c'était sans Gin. Ce dernier était parti retrouver Aizen probablement chez Urahara pour discuter du Tumulte, du choix qu'il ferait forcément, et des conséquences…

Pourtant Ichigo n'avait pas envie de pleurer, il était horriblement triste, mais cela avait dépassé le stade de la douleur. Il s'approcha du bateau et avisa Pantera qui bondit sur la jetée avant de décamper rapidement dévorer le petit poisson donné par son maître. Grimmjow descendit à son tour et son air grognon habituel devint aussi triste que celui d'Ichigo lorsqu'il croisa son regard.

Le pêcheur soupira. Il arriva à hauteur d'Ichigo et lui prit la main sans dire un mot pour rentrer chez eux. Ils croisèrent Gin et Aizen chez Urahara, mais ne s'attardèrent pas, préférant aller dans leur foyer. Ils s'installèrent au bord de l'eau, Ichigo dans les bras de son amant.

Ils n'avaient jamais autant resserré leur étreinte que ce jour-là.

« Dis, tu te souviens la première fois qu'on s'est rencontré ? lança Grimmjow.

-Celle où tu avais le ventre ouvert après le naufrage ou ici ? plaisanta Ichigo sans grand entrain.

-Tu n'as jamais chanté depuis… »

Grimmjow leva les yeux au ciel comme pour rassembler ses souvenirs.

« Tu parlais très mal et je n'avais pas compris tout ce que tu avais dit…

-Tu étais quand même doué !

-Tu étais trop mignon… »

L'air transi d'amour n'allait pas particulièrement à un homme de la carrure et de la réputation de Grimmjow. Voire pas du tout. Mais ce contraste plaisait beaucoup à Ichigo.

« Toi tu l'étais moins.

-Je prendrai ça comme un compliment, Ichi. »

Les deux se sourirent brièvement avant que leurs expressions ne laissent place à la même tristesse. Ils se regardèrent un long moment, conscients qu'il était temps d'arrêter de tourner autour du pot, mais aucun n'avait le courage d'exploser la bulle.

« Quelles… options avons-nous ? »

Grimmjow se mortifia d'avoir ramené la réalité parmi eux, mais Ichigo lui prit la main et serra fort tout en continuant de regarder au loin sur l'horizon.

« Peu en réalité. Soit je renonce à mon rôle, je meurs et des cataclysmes ravagent des centaines de kilomètres. Soit je reste avec toi, on survit un temps jusqu'à ce que Mère se venge… Elle m'empêchera sûrement de te voir.

-Soit tu retournes avec Mer et tout redevient comme avant. »

L'ex-ondin acquiesça lentement. Grimmjow haussa les épaules et étouffa un rire nerveux.

« Comment je pourrais tenir tête à Mer ? Quelle belle-mère redoutable j'ai, n'est-ce pas…

-Je t'aime, Grimm. Je ne risquerai pas ta vie, et si reprendre mon rôle nous permet de revenir comme avant… Cela sera parfait. »

Grimmjow tourna la tête d'Ichigo vers lui avec délicatesse avant de le regarder dans les yeux.

« Non, c'qui serait parfait, ça serait que nous puissions aller d'un monde l'un et l'autre librement. »

Le rouquin afficha un sourire et passa ses bras autour du cou du pêcheur. Pendant quelques minutes, Grimmjow crut qu'Ichigo allait pleurer, mais au contraire, il semblait se détendre contre lui, comme s'il prenait du courage.

« Dans quelques heures le Tumulte va exploser.

-Si peu ? »

La phrase, étranglée par la voix tremblante de Grimmjow, faillit faire craquer Ichigo dans sa résolution. Il secoua la tête et posa son front sur celui parsemé de mèches bleues.

« C'est bien assez pour se montrer à quel point on s'aime, non ? »

~ o ~

Urahara, Aizen et les autres étaient plongés dans un silence de mort lorsqu'Ichigo arriva, suivi de son pêcheur, par le souterrain de la crique. Il affichait un léger sourire qui mit tout le monde mal à l'aise sauf peut-être Grimmjow qui lui tenait la main avec force.

Un regard de Kisuke, Ichigo acquiesça silencieusement. C'était l'heure.

Les deux amants quittèrent l'échoppe et marchèrent quelques minutes sur la plage d'Ieron, pieds nus sur le sable. Ils s'arrêtèrent une fois éloignés du petit port et Ichigo ôta son pantalon d'abord puis le reste de ses vêtements. Grimmjow le regarda faire, interdit.

Prenant une inspiration, le Protecteur avança dans l'eau. Il ne commit pas l'erreur de regarder en arrière, s'enfonçant dans la mer jusqu'à ce que le niveau lui atteigne les premières côtes. Une fois immergé à un peu plus de moitié, il inspira et se tourna vers Grimmjow qui l'attendait sur le sable.

Ichigo hocha la tête et ferma les yeux, il allait s'adresser à Mère lorsque le pêcheur lui cria d'arrêter tout en se ruant vers lui. Il voulut lui dire de ne pas s'approcher, de ne pas rendre les choses plus difficiles, mais Grimmjow ne fit que le prendre dans ses bras et de le serrer fort contre lui.

« Tu peux le dire maintenant, murmura-t-il. Elle peut reprendre son fils, mais je garde ton amour… »

Le jeune homme répondit à l'étreinte et, tout bas, s'adressa à Mère.

Quand il eut fini, Grimmjow sentit avec peine que le corps qui était si proche n'avait de nouveau plus de jambes, que sa main dans le dos se posait sur une nageoire, qu'elle s'emmêlait dans une longue chevelure. Une boule le prit à la gorge, l'étouffant presque et il garda les yeux fermés de peur de pleurer.

« Je t'aime, Grimm, ça ne changera jamais.

-Moi aussi, Ichi, purée c'que j't'aime… »

L'ondin étouffa un rire amusé, mais tendre en essuyant une larme qui coulait des yeux bleu perçant.

« Un grand gaillard comme toi qui pleure ? Je ne meurs pas, Grimm… Ne pleure pas.

-J'pleure pour toi, Ichi. Parce que je sais que t'en meurs d'envie, mais que tu dois être fort… »

Le Protecteur crispa ses doigts dans les cheveux de son amant et l'embrassa longuement sans redevenir humain pour autant. Ce n'était pas le but recherché du reste. Après un baiser qui dura de longues minutes, Ichigo murmura :

« Je reviens tout de suite, mon amour. Le temps de la rassurer.»

Grimmjow ne répondit pas, la voix trop étranglée.

Ichigo recula un peu et se laissa choir dans l'eau avant de disparaître.

Le pêcheur demeura immobile, les vagues à mi-hauteur, les yeux sur l'horizon. Ses bras ballants cachés sous l'eau semblaient encore étreindre l'ondin qui était maintenant loin, mais lui ne pouvait se résoudre à rebrousser chemin, même pour attendre le retour de son amant.

Rien ne serait plus jamais comme avant.

Grimmjow inspira longuement pour calmer sa respiration et contenir sa douleur. Expiration. Il ne devait pas penser aux moments magnifiques qu'il avait vécus avec Ichigo. Inspiration. Ne pas songer à l'allégresse qui l'avait envahi lorsque son amant avait gagné des jambes. Expiration. Oublier à jamais le contact de sa peau contre la sienne. Inspiration. L'intimité qu'ils avaient partagé et qui ne serait jamais plus la même. Expiration. La frustration…

« Bordel… »

L'homme secoua la tête, une seule larme coulait sur sa joue et son visage inspirait juste du chagrin. Si Ichigo était mort, ça aurait presque été plus facile de s'en remettre.

Plus loin, spectateurs silencieux, Aizen et les autres baissèrent la tête. Ichigo et son sens du devoir, cela forçait le respect. Urahara se redressa tout à coup, étonnant Yoruichi qui tenta de le retenir. Le marchand se dirigeait d'un pas certain sur la jetée, vers Grimmjow qui gardait l'air d'une âme en peine. Comme possédé, Kisuke s'approcha jusqu'à être à hauteur du pêcheur.

Grimmjow tourna la tête pour voir qui osait venir vers lui avec, certainement, l'intention de le réconforter. Cependant il fut choqué de voir l'original du village le regarder de deux yeux absolument irréels. Comme s'ils reflétaient la…

« Mer ? murmura le pêcheur abasourdi. Mer… ? »

Il avait du mal à contenir sa surprise, que se passait-il ? Il sursauta tout à coup quand Ichigo surgit de sous l'eau et lui ordonna d'écouter attentivement ce que Kisuke allait dire.

« Tous les ans, commença la voix transformée d'Urahara à l'adresse d'Ichigo, lorsque les Marcheurs de la nuit se lèveront, tu auras deux jambes toi aussi et tu les accompagneras. Le soleil montera dans le ciel et tu pourras jouer aux humains. Mais quand il ira se coucher, tu retourneras à ton devoir. »

Les deux amants ne purent s'empêcher de pleurer de joie même pour une si maigre concession de la part de Mère.

« Tu n'auras plus à être jaloux d'eux, Ichi, murmura Grimmjow en embrassant l'ondin. Plus jamais… »

Ichigo sourit, radieux.

~ o ~

Epilogue,

Quinze ans plus tard

« Depuis ce temps à Ieron, on raconte d'années en années l'histoire de Grimmjow le pêcheur taciturne et du Protecteur Ichigo qui s'aimèrent d'amour tendre. »

Urahara se tenait dans un petit cercle d'enfants qui l'écoutaient, émerveillés.

« Mais ils ont continué à s'aimer, hein ? s'inquiéta une petite fille.

-Bien sûr ! Chaque jour qui se levait, ils allaient se retrouver et ils passaient souvent la journée ensemble. Grimmjow sur son Optimist, la lumière du couchant le nimbant de feu tandis qu'Ichigo, toujours fidèle au rendez-vous, lui parlait de ce qu'il avait vu sous l'eau.

-Mais Grimmjow est…

-Hélas oui il est mort il y a des années maintenant. Il n'a pas échappé une troisième fois aux tempêtes des Grandes Pêches et Mer a pris son âme. Mais pour le remercier de son amour vivace envers son fils, lui a accordé l'éternité auprès de lui, tous les deux sous l'eau… »

Kisuke parlait avec un sourire triste, comme un parent évoquerait un fils chéri disparu dont les souvenirs seraient à jamais présents autour de lui.

« Et si vous tendez l'oreille lorsque vous êtes en mer, vous pourrez peut-être les entendre se parler. Parfois l'un chante au large tandis que l'autre écoute et d'autres fois, on peut les apercevoir fendre les flots. »

Un petit garçon essuya une larme sur sa joue et regarda ses camarades comme s'il posait une question silencieuse.

« Racontez-la encore, Urahara-san ! S'il vous plaît !

-Oui, s'il vous plaît ! »

Le marchand sourit et reprit calmement :

« Il était une fois Grimmjow Jaggerjack, un homme sans histoire… »

FIN


So ! Voilà, c'est terminé
Il n'y aura pas de suite, pas la peine de supplier.

N'hésitez pas à dire ce que vous en penser !

Remerciements à : BlackNell, kawa-sensei, Nass, miliee7, AliceGarden, Misaki Hoshi, Noa death, Ayu, Saeymi, Lylyn972, Ishtar Nana, Kaita-Chan, Crazy White Rabbit, Clairaice, Mugetsu, My-Panda, Bankara, Ariel Camel, jfvbb, LuunaCrazy, Lynn, Ekio Kimiko, PetiteBulle, Eldar-Melda, Staaa, Nekotee, Yaoi Rosa-chan, Grimm-sama, Boys-Love-Yaoi, dollylix, shishi-sama, Tsukiba, Patate-douce-sama, Ame no Uzume Nabeshima, Feather-of-blood, Ecko-22, Narhia, Inocencia, tsuki116 chan, Ninie-san, Missy Gumi, Ritsu, luciole eteinte, Ekane-lys, Imaza Jones, ZabiZarbi, Ronsheep, Patate crue, Mermaid Motel, Katheliina, Lovely-bubble, lili-199, Bakavelique, Bellone, JuneYiu, Millyel, DarkAngeliDragonne, Arienlys, Damon-64, Lily Joke, Bixwing, gaarasama123 et Ginhyeong

pour vos reviews que j'ai toujours su apprécier à leur valeur même si je n'y répondais pas toujours.

J'ai aussi laissé un mot sur ma page de profil pour expliquer quelques trucs !

Au plaisir !

Crazyitachi-la-malade-de-Shaka~