« Callie Iphigenia Torres, veux-tu m'épouser ? »

Le politicien avait prononcé cette phrase avec conviction tout en lançant un sourire de circonstance vers l'assemblée de photographe.

Callie quand à elle était tétanisée. Elle avait toujours rêvé qu'un jour on la demande en mariage, elle ne s'attendait juste pas à ce que cela se fasse ce soir là.

En auto-pilote, Elle regarda Chris dans les yeux pour essayer de discerner une quelconques émotion qui trahirait les sentiments de cet homme peu démonstratif. Sentant la pression des secondes qui s'écoulaient, elle senti le regard de son compagnon se durcir au point d'en devenir haineux. Elle senti alors les larmes lui monter aux yeux sentant qu'elle était sur le point de prendre une décision irréversible.

« Oui » elle chuchota ce mot malgré elle, emporté par le besoin de sécurité que lui offrait cet engagement. Au fond elle pourtant, son cœur pleurait à l'idée d'avoir fait un mauvais choix.

La salle explosa en applaudissement et félicitations en tout genre et son nouveau fiancé la pris brusquement dans ses bras.
Elle senti néanmoins des yeux l'observer au loin... les yeux bleu d'Arizona.

La blonde avait quitté la salle avec un pincement au cœur mais de retour en cuisine elle se dit qu'elle n'avait en aucun cas le droit d'être jalouse. Cette jeune femme était magnifique et elle méritait le meilleurs...
Arizona se décida donc à retourner en salle et assista au reste de la scène. Son cœur fit un bond au moment ou elle vit le regard brisé et les gestes contraints de la latina. Si on étudiait son langage corporel, il était impossible qu'elle aime réellement cet homme, mais l'inverse était également valable ce qui la révolta profondément. Au bout de quelques secondes, les grands yeux bruns de Callie vinrent rencontrer les siens et les deux femmes comprirent l'importance de la décision qui avait été prise.

Callie fondit littéralement en larme devant l'intensité de ce regard. Elle y sentait le soutient dont elle avait besoin mais aussi l'incompréhension.
Trop tôt, Chris la sollicita de nouveau avant de donner une interview exclusive. La brunette suivi donc docilement son futur mari avec une pointe au cœur qu'elle espérait être uniquement dûe à de l'appréhension.

XXXXXXXXXXxxxxxxxxx

Une semaine après la demande en mariage, Callie avait retrouvé espoir. Son fiancé était devenu un autre homme en quelques jours. Attentionné, calme et agréable, elle envisageait de nouveau fonder une famille heureuse...

Ce jour là, la latina décida de déjeuner dans son restaurant préféré dans l'espoir d'apercevoir Arizona. Elle avait vu le juge le matin et avait rendez vous avec son fiancé dans l'après-midi pour parler du mariage. Rien que d'y penser, elle se disait que sa vie était enfin celle dont elle avait toujours rêvé.

Elle entra donc le sourire aux lèvres dans l'établissement et s'assit à sa table habituelle. Quelques instants plus tard, l'une des serveuse vient prendre sa commande.

« Serait-il possible de voir le chef ? »

« Je suis désolée madame, mais elle n'est pas disponible pour le moment »

Le visage de Callie se déforma sous la déception bien qu'elle ne sache pas pourquoi.

Elle déjeuna donc en silence, le nez plongé dans des catalogues de mariage.

Au moment où elle s'apprêtait à partir, une assiette apparu de nul part et se posa devant elle.
La blonde apparu alors un expression illisible sur le visage.

Callie lui souria chaudement

« Arizona ! Ca me fait plaisir de vous voir, encore merci pour le dessert il est aussi bon que celui que me faisait ma grand-mère et... »

Elle se tut devant le regard insistant qu'elle recevait

« Quoi ? » Elle se mis à rire une nouvelle fois devant la mine grave d'Arizona

« Callie... » « Callie, pourquoi as-tu fais ça ? » la blonde la regardait toujours avec insistance, comme si elle essayait de la percer à jour.

« Heu...oui? On se tutoies définitivement alors ! » la brunette ria encore au ton de la blonde, persuadée qu'il s'agissait d'une blague.

Alors qu'elle mangeait son dessert avec appétit, Arizona lui saisi la main et leurs regards se croisèrent de longues secondes. Callie était tétanisée, elle se sentait exposée et commençait à se demander ce qui se passait dans la jolie tête de la blonde.

« Pourquoi as-tu accepté d'épouser un homme que tu n'aimes pas ? Tu vaux tellement mieux que lui... » elle avait chuchoté la dernière partie

Pour Callie le monde s'arrêta à cette déclaration.

« Comment peux-tu oser dire ça ? J'aime Chris et je interdis de dire le contraire » la latina était maintenant en colère. Elle n'avait elle même jamais oser mettre de mots sur la relation qu'elle entretenait avec cet homme. Le fait que la blonde le fasse lui prouva que ce qu'elle pensait tout au fond d'elle même était peut-être plus visible qu'elle l'imaginait.
Callie retira alors précipitamment sa main et se leva sous le hochement de tête désapprobateur de la blonde. Au moment où elle s'apprêtait à partir, la blonde lui pris le bras et l'entraîna vers l'arrière de l'établissement. Elle les enferma alors dans une pièce isolée qui lui servait de bureau.

Devant le regard médusé de la brune, elle pris une grande inspiration avant de commencer. Elle savait qu'elle risquait de se mettre cette femme à dos alors qu'elle ne souhaitait que … Qu'attendait-elle d'ailleurs ? Elle regarda alors la latina avec attention, appréciant chacune de ses courbes, chaque trait de son visage. La colère la rendait encore plus magnifique, la jeune femme était tout simplement superbe.

« Je t'ai vu Callie, j'ai vu ton regard... tu avais peur, j'ai le sentiment que...que... »

« Bon écoutes, je n'ai pas le temps pour tes conneries, tu me déçois beaucoup Arizona. Je pensais qu'on aurait pu être amies mais ce n'est visiblement pas le cas... Aller j'y vais... »

Totalement impuissante devant le déni qui habitait la brunette elle rouvrit la porte du bureau et lui fit signe de tête.

« Alors vaz-y Callie, va le rejoindre. Je te souhaite juste d'être heureuse. Encore un fois même si on ne se connaît pas beaucoup je sais que tu mérites d'avoir la vie dont tu rêves. Fais juste attention à toi... »

Callie sentie les sous entendus derrière la dernière phrase et hocha la tête.

La blonde lui bloqua alors le passage une nouvelle fois et déposa un baiser au coin de ses lèvres. La brune resta immobile un moment savourant cette sensation inconnue et parti précipitamment sans se retourner.

Xxxxxxx

La brunette arriva chez elle profondément touchée par ce qui venait de se passer. Elle espérait alors effacer les nouveaux doutes qui avaient germer dans son esprit en retrouvant l'homme aimant de ces derniers jours.
Elle aperçu la voiture de Chris et rentra hâtivement dans leur grande villa.

« Chris ? Je suis là chéri... »

Des fleurs étaient posées sur la table du salon ce qui eu pour effet de la faire sourire. Elle s'avança alors pour effleurer les délicats pétales quand soudain...

Elle fut violemment plaquée sur la table. Son ventre heurta alors le rebord du meuble ce qui lui coupa le souffle. Ses poignets étaient maintenant maintenus dans son dos par un individu d'une force incroyable la rendant totalement vulnérable.
C'est alors qu'elle reconnu cette fragrance, cette odeur... Chris

« Mais qu'est- ce que tu ... » Totalement paniquée, elle se débattait sans succès.

« Tu n'es vraiment qu'une salope, tu me déçois beaucoup Callie... Je t'attends depuis une heure. UNE HEURE ! J'ai fait venir des journalistes pour leur parler du mariage, et toi ? Toi tu m'as humilié par ton absence ! »

A ce moment la brune était en larme. Elle ne comprenait pas... elle était effectivement en retard mais elle ne pensais pas que leur rendez vous était en réalité public. Elle compris alors que quoi qu'elle fasse, ce mariage ne serait jamais qu'une supercherie politique destinée à augmenter la côte de popularité de Chris.

Quelques secondes plus tard, l'homme lui tira les cheveux et pressa son bras sur son cou.
« Ne refais plus jamais ça Callie, PLUS JAMAIS où je te jure que je te le ferai payer. Tu n'es rien sans moi, tu n'est qu'une pute »

Il la lacha alors sur ses mots laissant la jeune femme choquée et anéantie par les dernières secondes qui venaient de s'écouler.

Tout ne se passait peut-être pas si bien que ça finalement. Les mots d'Arizona lui revinrent alors violement en mémoire et elle fondit en larme sur le sol.

Xxxxxx

Les jours passèrent et la situation était redevenue normale. Normale dans le sens où ils n'avaient jamais reparlé de ce qui s'était passé et Chris avait abandonné son comportement d'homme parfait.
Callie se sentait malgré tout responsable de la situation et faisait tout pour contenter son futur mari.

Relevant ses emails, elle aperçu qu'il lui en avait envoyé un. Elle l'ouvrit avec appréhension et pris lentement connaissance du contenu.

Il lui donnait rendez vous chez eux à 17H précise pour discuter du mariage... toujours du mariage.
Le message était froid et était sobrement signé « C. »

A l'approche de cet événement mariage annoncé, il ne lui avait toujours jamais dit qu'il l'aimait...Du moins hors caméras. Cette réalisation brisa encore un peu plus le cœur de la latina. Elle repris néanmoins courage et se rendit à son domicile une heure avant l'horaire fixé.

Callie remarqua que son fiancé était déjà là et rentra donc le plus discrètement possible voulant éviter toute altercation. Sa journée avait été difficile et elle ne se sentait pas capable de gérer ses accès de colère.

En avançant dans la maison, elle aperçu un foulard qu'elle ne connaissait pas. C'était une pièce en soie de grande marque imprégné d'un parfum de femme. Callie était sure de ne jamais l'avoir vu...
Elle entendit alors des rires à l'étage et compris immédiatement de quoi il était question. Pas le temps de réfléchir, elle vit deux ombres se dessiner dans le couloir et entendit des pas dans l'escalier. Elle retint alors son souffle et attendit. Quelques rires et autres bruits des plus équivoques, puis la porte se referma. Totalement choquée par ce qu'elle venait d'apprendre, elle essaya de reprendre ses esprit mais fut interrompue par le souffle reconnaissable de Chris dans son dos.
« T'as interêt à fermer ta gueule ! » Il disparu alors dans une autre pièce de la maison d'un pas calme sans un regard. Callie elle ne pouvait réprimer un sanglot. Le cauchemar ne semblait que commencer.

Moins d'une minute après, quelqu'un frappa à la porte. La brune pris alors une grande aspiration et essaya de se recomposer avant d'affronter la suite des événements. Elle entendit la voix de Chris dans l'entrée et su qu'il ne lui faudrait que quelques secondes avant d'être à nouveau à proximité de cet homme. Le jeu du couple heureux devait alors reprendre...

Lorsqu'elle entra dans le salon, son souffle se coupa et la panique s'empara d'elle à la vue de la personne qui se tenait devant-elle. Arizona était assise sur la canapé, un catalogue dans les mains.
Elle leva les yeux en entendant la brunette entrer et les deux femmes restèrent une nouvelle fois perdues dans les yeux l'une de l'autre.
La blonde ne mis que quelques secondes à remarquer que quelque chose n'allait pas. Callie avait le visage tiré et malgré son maquillage fraîchement retouché, elle pouvait jurer qu'elle avait pleuré. Elle fronça ses sourcils à cette idée et son regard se retourna vers Chris. L'homme s'était alors levé et avait accueilli sa fiancée par un baiser digne des meilleurs acteurs hollywoodiens. Pourtant nul n'était dupe. Ni Arizona dont le cœur se brisa un peu plus à cette vision, ni Callie qui prenait pleinement conscience de son statut d'objet...

« Bien, nous allons donc pouvoir choisir le menu du grand jours ! Arizona...Je peux t'appeler Arizona hein, nous sommes amis maintenant. »

La blonde avait la nausée à cette idée, elle avait uniquement accepté la proposition pour Callie. Elle ne faisait pas confiance à Chris et son approche peu subtile pour la séduire quelques minutes auparavant n'avait fait que renforcer sa méfiance.

«Oui, donc Arizona sera notre traiteur pour le mariage... »