ACTE I

Disclaimer : Je ne possède en rien l'œuvre qu'est Bishoujo Senshi Sailor Moon ainsi que tous ses dérivés. Ils sont la propriété exclusive de Mme Naoko Takeuchi même si je me permets humblement d'en emprunter les personnages pour mon récit.

Je m'excuse auprès de tous mes lecteurs pour les débuts tardifs de cette nouvelle fanfic. J'ai été bien malade un certain temps (mais rien de grave, je vous rassure) et ensuite j'ai eu beaucoup de boulot avec ma société donc cette fanfic a été mise de côté et je m'en excuse! J'espère que ce chapitre vous plaira et saura vous faire oublier cette longue attente !

Je remercie, une fois de plus, Natsu82 mon indispensable bêta-readeur !

-Quelque part dans Tokyo-

Un laboratoire sombre et fourni. Microscopes, éprouvettes, tubes à essais et autres fioles s'entassaient sur des tables poussiéreuses semblant supporter le poids des ans. L'amoncellement anarchique de tout ce matériel ne trompait néanmoins pas sur la technologie de pointe qu'abritait ce lieu. Un silence lourd régnait dans la pièce où seul un léger bruit de liquide entré en ébullition se faisait entendre. La température ambiante, anormalement basse, générait en continu un épais brouillard rampant qui enveloppait l'ensemble de la pièce de son manteau fantomatique. Malgré le froid pénétrant et la pénombre qui baignait le lieu, une jeune femme en blouse blanche, perchée sur des talons hauts, cachant un tailleur écarlate au décolleté avantageux, marchait d'un pas rapide et décidé vers une silhouette imposante et quasi-immobile.

« Vous m'avez appelée professeur ? »

« Ah Kaorinite ! Regarde ! » Ordonna l'homme à la voix grave sans se retourner.

Se penchant sur le réceptacle soumis à une forte température, la jeune femme ne put masquer sa surprise qui se mua rapidement en satisfaction, symbolisée par un large sourire de contentement. Le liquide visqueux rose s'épaississait rapidement pour donner corps à une forme à la fois familière et étrangère.

« Est-ce bien ce que je crois ? » Demanda-t-elle simplement.

« Oui ! Tu as devant toi un œuf parfait ! Après des années de recherche j'ai enfin réussi à le créer ! Et tu sais ce que ça signifie ? » Dit le scientifique aux cheveux blancs dont l'excitation était palpable.

« Oui mais je ne doute pas que vous allez me le dire quand même. » Répondit Kaorinite avec un léger amusement.

« Grâce à lui nous allons pouvoir nous mettre en recherche des talismans ! Il nous suffit de réunir ces trois reliques pour que le Saint Graal se matérialise, pour que la source du pouvoir le plus incommensurable se matérialise en ce monde ! Il nous suffira alors de nous en emparer ! Une fois le Graal entre nos mains, cette planète sera notre ! » Expliqua le quadragénaire avec emphase.

« Kaorinite, je compte sur toi pour mener à bien cette opération, tu as toute ma confiance. » Reprit-il sérieusement en se retournant et en posant ses deux mains sur les épaules de la séduisante scientifique, après avoir pris soin de modérer son enthousiasme.

« Je ne vous décevrai pas professeur. » répondit-elle d'un ton solennel avant de se volatiliser avec l'œuf à présent arrivé à maturation.

OOOOO

-Une maison du quartier Azabu Jyuban - Tokyo-

« On va être en retard ! Dépêche-toi ! » Lança Mamoru qui s'impatientait à proximité de sa moto.

« J'arrive Mamo-chan ! » Cria une voix aigüe et étouffée.

« Je suis sûr que Makoto a prévu un véritable banquet pour ce soir, tu pouvais attendre Usagi ! » Constata avec agacement le jeune homme en voyant sa femme arriver d'un pas pressé et maladroit. L'ancienne princesse de la Lune n'avait pas terminé de mâcher son melon pan.

« Oui je sais mais j'avais trop faim et le goûter c'est sacré ! » Lui rétorqua-t-elle avec une mine boudeuse. Elle monta néanmoins rapidement sur la moto. Mamoru poussa un long soupir d'exaspération avant de mettre son casque et de démarrer en trombe. L'engin fila à toute vitesse en direction de la mairie, emportant le jeune couple spécialement habillé pour l'occasion.

OOOOO

-Aéroport de Narita – Tokyo-

Un jeune homme en costume sombre, émaillé d'une simple cravate rouge sur une chemise blanche, attendait patiemment au terminal 3 de l'aéroport. Aspiré par la lecture de son roman, son expression était sereine et son visage arborait un léger sourire de satisfaction. Il buvait de temps à autres quelques gorgées de son café tout en n'oubliant pas de regarder le tableau d'arrivé des derniers vols. Le 3792 en provenance de New York se faisait toujours attendre.

Il se demandait comment serait apprêtée sa fiancée. Nul doute qu'elle avait du passer la totalité du vol à étudier les dernières revues médicales éditées et qu'elle aurait, pour cela, chaussé ses lunettes et coiffé ses cheveux en chignon. Il espérait que le voyage ne l'avait pas trop fatiguée. L'affichage électronique du tableau des arrivées afficha soudain celle de son vol. Les passagers étaient invités à récupérer leurs bagages annonça une voie féminine dans les haut-parleurs de l'aéroport. Quelques minutes plus tard il vit une figure familière se diriger tout droit vers lui avec un large sourire. Rangeant son livre dans sa besace, il se leva pour l'accueillir.

« Merci d'être venu me chercher ! » Dit la jeune femme avec un mélange d'étonnement et de satisfaction.

« C'est normal, nous sommes fiancés ! » Rétorqua-t-il brusquement, gêné.

Se dressant sur la pointe des pieds, la jeune médecin déposa avec tendresse un baiser sur la joue de son partenaire qui rougit immédiatement. Baissant les yeux, il attrapa immédiatement la valise de sa compagne et se dirigea d'un pas pressé vers la sortie de l'aéroport.

« Viens, nous devons prendre un taxi sinon nous allons être en retard ! » Lança-t-il sans se retourner.

« Je sais, excuse-moi. Tu es très beau aujourd'hui. » Répondit-elle, amusée par la timidité de son fiancé.

Soudain très étonné, ne sachant comment réagir, le jeune homme détourna immédiatement son regard, rougissant de nouveau.

« Non, c'est toi…qui est très belle aujourd'hui… » Articula-t-il à voix basse devant celle qui avait réussi le tour de force d'enfiler une belle robe parme et d'effacer toute trace de la fatigue liée au voyage grâce à un maquillage parfaitement étudié.

Ami prit soudain la main de Nephrite en affichant son sourire le plus lumineux. Les deux amoureux montèrent dans le taxi, direction la mairie de Tokyo.

OOOOO

-Une berline sombre quelque part dans Tokyo-

La Miko monta avec hâte dans le véhicule qui venait de s'arrêter devant les marches qui mènent à l'entrée du temple Hikawa.

« Tu as trois quart d'heure de retard ! » S'indigna-t-elle à peine assise sur la banquette arrière.

« Je suis vraiment désolée mais cet animateur radio ne voulait pas me lâcher ! Il m'a imposée trente minutes supplémentaires d'émission et vu le nombre de fans présents, je me voyais mal l'envoyer sur les roses… » Avoua confuse l'autre passagère de la voiture.

« Tu es trop gentille avec tes fans ! » S'énerva la jeune femme aux cheveux sombres.

« Ils me le rendent bien donc je trouve que c'est un minimum… » Répondit avec conviction la jeune star en regardant sa compagne droit dans les yeux.

« Oui mais ce n'était vraiment pas le jour pour ce genre d'extras ! On doit encore repasser à l'appartement se changer ! On ne sera jamais à l'heure ! » Sermonna la prêtresse.

« Arrête, on dirait Sacho ! Et puis tu sais très bien que j'ai passé l'âge que l'on me fasse la morale » Lança d'un ton amusé, mais néanmoins bien menaçant, l'Idole.

« Oh ! Excuse-moi miss star internationale de ne pas être toujours satisfaite de ta seule présence, contrairement à tes fans ! » Rétorqua la Miko en regardant volontairement à travers la fenêtre de sa portière afin de fuir le regard agacé de sa partenaire.

Un silence pesant pris place dans l'habitacle. Les deux jeunes femmes restaient chacune à une extrémité de la banquette, perdues dans leurs pensées.

« Tu n'es quand même pas très gentille de sous-estimer ainsi Amachachi, Reiko… » Commença sur un ton plus doux la jeune chanteuse.

« Pardon ? » Demanda stupéfaite l'intéressée qui regardait à présent son interlocutrice.

« J'ai le meilleur chauffeur du monde, ne doute pas de lui. » Dit simplement avec le sourire l'Idole.

Appuyant sur un bouton situé à l'intérieur de sa portière, la vitre séparant l'avant de la berline de l'arrière s'abaissa pour dévoiler le conducteur concentré sur sa tache.

« Hein, Amachachi, dites à Reiko que vous êtes le meilleur chauffeur du monde vu qu'elle ne me croit pas. » Intima la star le plus sérieusement du monde.

« Le meilleur ? Eh bien… » Commença gêné, mais malgré tout flatté, le chauffeur.

« Ne soyez pas modeste, je sais que vous êtes le meilleur. Dites-moi quelle heure il est ? » Continua sur le même ton la jeune femme.

« Il est 15h50 mademoiselle. »

« Et nous avons rendez-vous à quelle heure à la mairie déjà ? »

« 16h30 mademoiselle. »

« Pensez-vous qu'il est possible que nous y soyons dans les temps Amachachi ? »

« Eh bien…je dirais que les chances sont très f… »

« J'ai confiance en vous Amachachi ! Si vous réussissez, la prime sera à la hauteur ! » Coupa la jeune femme d'un ton solennel.

« Je…je vais faire de mon mieux mademoiselle ! » Répondit l'homme en essuyant les gouttes de sueur qui commençaient à perler sur son front.

Minako releva ensuite la vitre sous le regard médusé de Rei.

« Tu vois, tout s'arrange ! Tu me pardonnes alors Reiko ? » Demanda avec un large sourire malicieux la vénusienne.

« Tu es diabolique… » Constata d'un air effaré la martienne.

« Non, je suis irrésistible ! » Rétorqua le plus sérieusement du monde la native de Venus en se rapprochant sensiblement de sa fiancée.

« Tu ne m'en voudras pas d'en profiter tant que nous n'avons pas à attacher notre ceinture de sécurité… » Susurra Minako dont les lèvres n'étaient plus qu'à quelques centimètres de celles de Rei.

« Quoi ? » Tenta vainement la jeune prêtresse avant d'être interrompue par un baiser sensuel, enflammé, vénusien en somme. Sentant petit à petit ses réticences et sa volonté s'éroder devant les charmes de sa fiancée, elle décida de faire confiance aux aptitudes de pilotage d'Amachachi.

OOOOO

-Devant la mairie de Tokyo-

Makoto regardait la légère montre qu'elle portait à son poignet. Il était déjà 16h20 et aucune de ses amies n'était présente. Autant, l'absence d'Usagi et Minako ne la surprenait aucunement, autant celle d'Ami et Rei l'intriguait même si elle se doutait que la Miko devait être avec la star pour manquer ainsi de ponctualité.

Un banc compact de journalistes et de fans faisait le pied de grue devant l'édifice dans l'attente d'apercevoir l'Idole qu'ils suivaient, pour la plupart, avidement depuis déjà quelques années. Un cordon de Police avait été mis en place spécialement pour l'occasion par la mairie qui souhaitait éviter toute émeute devant ses locaux.

Rei avait gagné en popularité également ces derniers mois malgré le fait qu'elle soit totalement extérieure au monde du spectacle, tant et si bien que le couple qu'elle formait avec la célèbre Minako Aino était devenu rapidement le plus populaire du pays et l'un des plus en vus sur le plan international.

16h22. Un taxi arriva. Deux jeunes gens en sortirent avec hâte. Makoto reconnu immédiatement la silhouette familière d'Ami et la démarche bien particulière de Nephrite.

« Mako-chan, toutes mes félicitations ! Ta robe est superbe ! Félicitations à toi aussi Motoki-kun, tu es très classe dans ce costume ! » Lança la native de Mercure en trottant vers les futurs mariés.

« Merci Ami-chan ! ça a été ton vol ? Je suis contente que tu ais pu venir ! » Répondit la jupitérienne avec un large sourire et qui semblait parfaitement détendue.

« Merci Ami-chan. » Répondit simplement Motoki qui était déjà pétrifié par le trac. Il était d'ailleurs amusant de constater le contraste entre les deux futurs mariés.

« Félicitations Makoto, Motoki ! » Clama d'un ton solennel Nephrite dont la posture rigide dissimulait à peine une forte gêne.

Les deux anciennes Senshis échangèrent de leurs nouvelles tandis que leurs compagnons respectifs s'enfermaient dans un mutisme qui ne saillait guère à l'événement mais qui s'avérait compréhensible du fait de la position de l'un et du caractère de l'autre.

16h25 retentirent dans un bruit de moteur. Un chopper blanc se gara à proximité de la mairie. Une jeune femme retira vite son casque, le remit au conducteur et se mit à courir du mieux qu'elle put avec sa longue robe. Le jeune homme déposa les deux casques sur sa moto et se mit également à courir afin de rattraper sa femme, ce qu'il n'eut aucun mal à faire. Lui prenant la main, ils arrivèrent finalement ensemble devant les mariés.

« Mako-chan, félicitations ! Ta robe est splendide mais ça ne vaut pas la mienne ! » Lança en riant de bon cœur Usagi en prenant son amie dans ses bras.

« Euh…merci Usagi-chan ! » Répondit la native de Jupiter qui s'était habituée aux idées et réflexions saugrenues de son amie.

« Eh, t'as la classe Motoki ! » Cria l'ancienne princesse de la Lune en assenant en franche tape dans le dos du futur marié.

« Merci. » Articula faiblement le jeune homme qui blanchissait à mesure que les invités arrivaient, que l'échéance se précisait.

« Félicitations Makoto, Motoki. » Dit simplement avec un léger sourire Mamoru qui nota immédiatement le trouble chez son ami. Il décida alors de le prendre à part.

« Motoki, ne t'inquiète pas ça va bien se passer ! » Lui assura-t-il en le prenant par l'épaule.

« J'espère Mamoru. Tu sais à quel point c'est un jour important pour moi… » Bredouilla l'ancien employé du Crown.

« Tu n'as qu'à te laisser guider par le maire et Makoto et tout ira bien, crois-moi ! » Lui conseilla l'ancien prince de la Terre.

Les Shitennou ainsi que Naru étaient à présent arrivés. Il ne manquait plus que deux invités et non des moindres. Il était désormais 16h29 à la montre de Makoto et il ne faisait aucun doute selon elle que les deux jeunes femmes seraient en retard.

Une berline noire haut de gamme arriva soudain en trombe, s'arrêtant dans un fracas tonitruant. Deux jeunes femmes en sortirent rapidement. L'une d'elle sembla féliciter son chauffeur à travers la vitre avant du véhicule tandis que l'autre avançait d'un pas franc et décidé vers les invités. Le public de fans et de journalistes contenu derrière le cordon de Police s'agita quand il reconnut Rei Hino mais s'enflamma quand il aperçut enfin la célèbre Minako Aino courir d'un pas léger et rapide vers sa fiancée.

Le vacarme se fit soudain total. Certains policiers se joignirent même à cette clameur pour réclamer un autographe au couple nippon le plus célèbre.

Minako signait toujours avec beaucoup de plaisir des autographes et avait systématiquement un mot gentil pour ses fans. Elle pouvait être fatiguée, de mauvaise humeur ou malade, elle affichait toujours son sourire le plus lumineux face à ses admirateurs. Il s'agissait là d'une question de professionnalisme selon elle. Elle retirait également toujours ses lunettes de soleil en leur présence afin de briser tout sentiment de distance ou d'inaccessibilité que cet accessoire pourrait engendrer.

Rei, de son côté, avait eu bien du mal à se faire à ce rituel. S'y étant refusée de longs mois durant, elle avait finalement cédé aux suppliques des fans et surtout à leur gentillesse. Elle n'hésitait plus à présent à discuter ni à plaisanter avec eux. Elle gardait, en revanche, ses distances avec les journalistes, n'ayant pas l'habitude du discours marketé que tenait sa compagne toute l'année, et sa phrase favorite en leur présence restait « sans commentaire ». Malgré cette apparente froideur, la Miko était très populaire parmi la profession pour son charisme, sa beauté, son éducation et surtout son caractère, tout de suite perçu comme bien trempé, et donc à la hauteur de l'Idole préférée des japonais.

Tandis que Minako répondait brièvement aux journalistes sur comment elle envisageait la fête qui s'annonçait et ses relations avec Makoto, des bribes de conversations entre sa partenaire et ses fans attinrent ses oreilles, pour son plus grand amusement.

« Rei-sama, je vous admire tellement ! Qu'est-ce que je dois faire pour être comme vous ? »

« Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de te retirer dans un temple ! Sois toi-même, dans la vie c'est ce qu'il y a de plus important ! » Répondit avec douceur et en affichant un sourire bienveillant la prêtresse.

« Rei-san, comment avez-vous fait pour séduire une star de la renommée de Minako-chan ? »

« Je n'ai rien eu à faire puisque c'est elle qui m'a couru après ! » Répondit dans un éclat de rire la native de Mars qui ne manqua pas d'adresser un regard en direction de sa fiancée. Cette dernière eut bien du mal à cacher le léger rictus d'agacement et le rouge qui lui monta instantanément aux joues.

Les deux jeunes femmes se dirigèrent ensuite vers les futurs mariés pour les féliciter et saluer les invités.

« Eh bien, j'ai cru que vous n'arriveriez jamais ! » Lança d'un ton faussement menaçant Makoto.

« Ne sois pas médisante Makoto ! » Rétorqua immédiatement Rei.

« Pardon Mako-chan, c'est de ma faute ! Toutes mes félicitations en tout cas, vous êtes superbes comme ça tous les deux ! » Dit avec enthousiasme Minako.

« Merci Minako-chan ! Ne t'inquiète pas pour le retard, je plaisantais ! » Rassura avec le sourire la native de Jupiter.

« Félicitations Makoto, Motoki. » Articula d'un ton toujours boudeur la martienne.

Les deux intéressés la remercièrent puis invitèrent tous les personnes présentes à pénétrer dans la mairie, salon 17, afin de commencer la cérémonie.

OOOOO

-Salon 17, mairie de Tokyo-

La cérémonie se déroula dans le calme et la quiétude, les fans de Minako ainsi que les journalistes n'ayant pas été autorisés à la suivre à l'intérieur de la mairie.

Makoto suivit le cérémonial à la perfection avec une tranquillité et une assurance impressionnante. Motoki, de son côté, transpirait à grosses goûtes et manqua de faire tomber l'alliance tant le trac le paralysait. La native de Jupiter avait choisi pour témoin Ami tandis que son futur époux avait logiquement désigné Mamoru.

Les deux jeunes gens furent déclarés mari et femme sous les applaudissements nourris et enthousiastes des invités qui quittèrent ensuite progressivement la salle pour s'installer en bonne place à la sortie de l'édifice. Les fans de Minako et les journalistes s'agitèrent de nouveau en la voyant ressortir et le crépitement des flashs reprit son ballet entêtant.

Les mariés apparurent quelques instants plus tard sur le perron de la mairie puis descendirent les quelques marches sous une pluie mêlée de riz et de pétales de roses. Riant aux éclats, leur bonheur rayonnant inspira tous ceux présents qui arborèrent également un large sourire et applaudirent vivement l'union des deux amoureux de longue date.

Vint l'heure du moment tant attendu des demoiselles et des hommes romantiques, Motoki en était après tout la preuve, le lancé du bouquet de la mariée !

Minako, cette fois-ci, ne se fit pas prier et se mit en bonne place pour recevoir le précieux sésame, n'hésitant pas à jouer des coudes avec Ami et Naru. Rei, elle, resta en retrait, observant le spectacle d'un œil amusé. Elle se serait bien jointe à sa fiancée pour tenter d'attraper la fameuse composition florale mais elle craignait l'instinct de compétition sans merci qui bouillonnait déjà dans les veines des trois jeunes femmes. Elle jugea donc plus sage de rester à bonne distance.

Mamoru, de son côté, avait bien du mal à retenir Usagi qui mourrait d'envie de participer à cette sympathique foire d'empoigne.

Voyant tout le monde en place et sentant la pression monter au fil des minutes, Makoto se retourna et jeta avec force son bouquet. Naru et Ami s'élancèrent pour attraper l'objet tant convoité mais le corps parfaitement athlétique de Minako fit la différence. La star fit montre d'une détente que n'aurait pas reniée une basketteuse professionnelle, sans doute un héritage de sa pratique assidue du volley-ball, durant son rare temps libre. Le bouquet fut néanmoins lancé avec une telle puissance que la préhension de l'Idole ne fut pas suffisante et la jeune star vit alors avec étonnement sa proie atterrir naturellement dans les bras de Rei.

La prêtresse rougit instantanément jusqu'aux oreilles en constatant ce que le hasard, ou le destin, venait de lui confier. Sentant tous les regards posés soudainement sur elle, elle baissa immédiatement les yeux. Minako se dirigea vers elle d'un pas rapide en affichant un large sourire bienveillant.

« Félicitations Reiko ! » Dit avec un léger rire la native de Venus.

« C'est quoi ce regard insistant ? Tu attends quelque chose Mina ? » Répondit de manière direct la martienne qui avait bien du mal à cacher son amusement.

« Non, rien du tout… » Souffla la vénusienne, occupée à dissimuler, non sans mal, son évidente déception derrière l'un de ses nombreux masques. Seul le ton de sa voix la trahissait.

« Tant mieux car je comptais le garder…non, je plaisante ! » Avoua la Miko en tendant le bouquet à sa fiancée dont la peine lui avait instantanément fendu le cœur.

La jeune star accepta le présent et le regarda d'un air incrédule.

« Mina, veux-tu m'épouser ? » Demanda doucement la native de Mars.

Le choc céda la place à un élan passionné. Minako s'élança dans les bras de Rei et l'embrassa avec fougue. Prenant cette réaction pour un « oui », la prêtresse étreignit sa future épouse et lui rendit son baiser avec passion sous un tonnerre d'applaudissements provenant des invités mais surtout des fans présents. Les journalistes se bousculèrent et adoptèrent les poses les plus improbables pour immortaliser ce moment qui valait déjà de l'or.

Les deux ex-Senshis ne remarquèrent même pas le chaos de flashs et de cris qui les entourait. Elles semblaient avoir basculé dans un autre monde, imaginé et érigé pour elles, régie par leurs propres règles, où le temps avait suspendu son cours.

Minako susurra un simple « oui » à l'oreille de son amour millénaire, éternel et qu'elle allait peut-être enfin pouvoir épouser. Rei ne put s'empêcher de prendre de nouveau l'Idole dans ses bras et de la serrer de toutes ses forces contre son cœur. S'agrippant à sa compagne, celle qui fut la princesse de Venus ne parvint pas à retenir les grosses larmes qui roulèrent le long de ses joues. L'émotion était bien visible sur le visage de l'ensemble des personnes présentes et particulièrement chez les rares privilégiés qui savaient les épreuves qu'avaient traversées les deux jeunes femmes dans cette vie et dans la précédente.

Une fois ses larmes séchées avec l'aide des nombreux baisers de sa compagne, Minako suivit Rei vers leur véhicule où Amachachi les attendait. Les invités firent de même et se mirent en route vers la salle qu'avait réservée Makoto. Les festivités allaient désormais pouvoir commencer.

OOOOO

-Une salle quelque part dans Tokyo-

Les convives arrivèrent les uns après les autres. Minako et Rei se présentèrent, une fois de plus, parmi les dernières car le chauffeur de la star avait du s'employer à semer les journalistes, pour ne pas leur révéler l'endroit où leur égérie et sa compagne allaient passer la soirée. Tout le staff de sécurité de L'Idole était d'ailleurs sur le pied de guerre pour éviter la moindre intrusion de fans bien renseignés ou la prise de clichés peu flatteurs par des paparazzis. Jusqu'ici tout semblait se dérouler comme prévu.

Minako sortit de voiture au bras de sa future femme. Elle avait revêtu une robe de soirée noire, sans doute hors de prix, accompagnée d'escarpins et d'un sac à main coordonnés. Rei, de son côté, avait opté pour plus de simplicité avec un pantalon à pince beige sur une chemise blanche, un blaser bleu marine et des chaussures à lacets vernies de la même couleur. Déjà irritée par le retard de sa fiancée, elle n'avait pas souhaité attraper une migraine en tergiversant pendant d'interminables minutes sur la tenue la plus appropriée à l'événement.

A peine la prêtresse eut franchi la porte de la salle qu'elle fut frappée par un mauvais pressentiment qui la pétrifia. La native de Venus remarqua immédiatement son trouble et lui demanda, discrètement au creux de l'oreille, quel était l'objet de son tourment.

« Je sens une puissante présence maléfique ici. » Chuchota la Miko.

« Tu es sûre ? » Voulu s'assurer la star.

« Absolument ! Il va se passer quelque chose… » Répondit la martienne.

Minako attira alors rapidement Rei vers la cours intérieure, déserte, dont disposait la salle. Elle sentit la main de la native de Mars se crisper dans la sienne.

« Il y a donc fort à parier que nous ayons à faire face à de nouveaux ennemis dés ce soir. » Commença l'Idole qui n'avait plus à se soucier des oreilles indiscrètes.

« Je ne peux l'affirmer à cent pourcent mais il y a de fortes chances oui. » Rétorqua la prêtresse désormais sur le qui-vive.

« Nous sommes les seules à disposer d'une réserve de pouvoir résiduelle du fait de nos souvenirs donc nous devons régler ce problème seules. Il est hors de question de mêler les autres, et surtout Makoto, à tout cela ! » Lança avec conviction celle qui fut Sailor Venus.

La Miko acquiesça tout en restant concentrée sur sa tache. Elle devait localiser la force négative au plus vite.

« Il va être difficile de régler son compte à ce démon en évitant tout dommage collatéral mais nous devons y arriver ! Nous sommes les seules en mesure de le faire ! Allons inspecter la salle et ses alentours, ça nous aidera à le localiser ! » Ordonna la vénusienne qui tourna rapidement des talons sans attendre la réponse de son équipière.

Rei s'amusa du retour soudain de Venus chez sa partenaire et se dit que la guerrière des temps anciens, sa droiture, sa fierté et son autorité naturelle, n'avait finalement jamais quitté Minako. Elle se demandait jusqu'à quel point leur incarnation passée influait sur leur personnalité présente et si le retour des souvenirs de cette autre vie ne renforçait pas également l'ascendant que pouvait prendre la Senshi sur la jeune femme presque ordinaire qu'elle et sa fiancée étaient devenues.

Regardant son commandant déambuler d'un pas rapide et assuré à la recherche d'indices, sa silhouette svelte et athlétique, ses longs cheveux soyeux, son expression sérieuse et concentrée laissèrent la place, en l'espace d'une seconde, à la princesse de Venus. Se retournant vers la réincarnation de Sailor Mars, elle lui tendit la main dans une tentative désespérée d'apaiser les peurs, les doutes, la solitude qui lui serrait le cœur. Peu à peu, sous l'effet d'une impulsion rapide, méthodique et inéluctable, une teinte grise partit de ses pieds pour recouvrir progressivement sa peau bronzée, ses cheveux dorés, ses yeux azurs. Luttant en vain contre la transformation funeste et l'effroi qui s'emparait d'elle, la Senshi se vit avec horreur progressivement changée en statut, figée et vulnérable. Son enveloppe commença ensuite à se désagréger à une vitesse effrayante, sous le regard impuissant et terrifié de la martienne. Seul subsista un petit tas de poussière.

Sentant deux mains posées sur ses épaules la secouant énergiquement, Rei cligna des yeux, dissipant ainsi le brouillard qui obscurcissait sa vue, et vit le regard de Minako posé sur le sien, cette figure aimée et familière postée juste à quelques centimètres d'elle. La jeune femme avait bien du mal à cacher la panique qui l'habitait.

« Reiko, est-ce que ça va ? Réponds-moi ! » Cria la native de Venus, désemparée.

« Oui…oui, ça va…je crois… » Articula difficilement la prêtresse qui sentait encore des gouttes de sueur froide couler de son front.

« Tu as eu une vision n'est-ce pas ? Qu'as-tu vu ? » Interrogea la vénusienne qui savait reconnaître les signes attestant que son second avait eu une prémonition.

« Je…ce n'est rien… » Souffla la Miko encore choquée par l'expérience qu'elle venait de vivre.

« Si c'est important Reiko et même capital vu la situation ! Je t'ordonne de me dire ce que tu as vu ! » Commanda avec autorité la star internationale.

« J'ai vu…la mort…de Sailor Venus, ta mort… » Avoua, peinée, la native de Mars à sa compagne, blême.

A SUIVRE...

Notes de l'auteur : -Désolée pour cette fin en cliffhanger particulièrement abrupte ! J'espère quand même que tout le fluffy de ce chapitre vous a plu ! Bon, comme vous pouvez vous en douter, ça va chauffer dans le prochain chapitre ! Rendez-vous le mois prochain :)

-Comme vous avez sans doute déjà du en entendre parler, Fanfiction est actuellement en train de faire une refonte totale de son site internet où ils comptent supprimer les histoires au contenu jugé trop violent et/ou sexuel. Ainsi, une censure assez importante va s'opérer sur les fanfics rated M et K qui seront jugées incompatibles avec la nouvelle politique de Fanfiction. Des milliers d'histoires risquent donc de disparaître et une censure assez sévère menace de rentrer en vigueur sur ce site incontournable du monde de la fanfic. Je vous invite donc à signer la pétition disponible à cette adresse et à la faire tourner auprès de vos amis, connaissances, familles… :

petitions/fanfiction-net-stop-the-destruction-of-fanfiction-net# à taper sous Google, la pétition sort en premier résultat. Désolée de ne pas pouvoir vous fournir le lien complet mais c'est interdit par Fanfiction et même en trichant, il ne s'affiche pas -_-

Il serait pourtant si simple de prévoir un système d'enregistrement des lecteurs pour accéder aux fanfics rated M ou de mettre en place une politique d'avertissements mais non, Fanfiction préfère céder à la facilité de la censure et menacer notre liberté d'expression à tous. Vous aurez compris que je vous invite grandement à signer cette pétition, chaque voix compte. Merci d'avance !