Note de la traductrice : Héhéhé èwé ! J'ai remarqué qu'il n' y avait aucune fic sur ce couple è3é ! Pourtant ils sont siii mignon *^* ! M'enfin je parle mais ce n'est pas réellement un yaoï c'est plus de l'amitié x') ! *se pend*

Cette histoire ne m'appartient pas elle est à Namikaze Artemis-senseï x3 ! Moi je ne fais que traduire °^° ! Et elle m'en a donné l'autorisation :D !


Note de l'auteur originale : Avertissement: Je ne possède pas KHR.

Oh, oui, un petit guide:

" Parole ". - Anglais

"Parole". - Japonais

Techie

Tsunayoshi Sawada était tout simplement un garçon normal de 6 ans.

Et il serait resté un enfant normal un peu plus longtemps, si Nana n'avait pas gagné ces billets pour l'Angleterre grâce à un concours dans un supermarché qu'elle fréquentait.

Mais elle l'a fait: ainsi, alors que Tsuna finissait son petit déjeuner, Nana décida de lui dire les bonnes nouvelles.

"Nous allons visiter l'Angleterre!" avait-elle annoncé gaiement, sans se détourner du levier où elle faisait la vaisselle. Elle voulu frapper dans ses mains, mais ne se souvient qu'au dernier moment qu'elle tenait un plat dans sa main.

Tsuna prit quelques instants pour traiter cette information et se rappeler l'emplacement approximatif de l'Angleterre.

"Hein? Comment?" s'écria Tsuna, laissant tomber ses baguettes sur le sol. Il n'avait jamais eu à parler de l'Angleterre avant ce moment. Sans oublier que, dans ses six années de la vie, il n'avait pas encore été en vacances à l'étranger.

"Tu vois, maman est entrée dans un concours pour un voyage d'une semaine en Angleterre!" expliqua Nana. "Mama a été vraiment choqué quand elle a gagné, parce que tant d'autres personnes s'étaient inscrits à ce concours aussi!"

"Donc, nous allons en Angleterre?" dit Tsuna avec un sourire. Il s'arrêta un instant. «Attends, maman, qu'est ce qu'on fera en Angleterre?"

"Mama n'est sûre de rien!" Nana se mit à rire. Ses yeux s'assombrirent un instant. "Je.. Mama a remporté trois billets, mais papa n'est pas là souvent, non? Il a du travail à faire. Donc, ça va juste être Tsuna-kun et moi!"

Tsuna regarda le reste de sa nourriture, puis ses baguettes qu'il avait abandonné sur le sol. Il décida d'en prendre des nouveaux, et tout simplement apporté ses plaques vers le lévier.

"Quand y allons-nous, maman?" demanda Tsuna, en soulevant les plaques pour que Nana les prenne. Il était encore trop petit pour atteindre le comptoir.

«Dans six jours," répondit consciencieusement Nana en prenant les plaques. "Tu pourras te vanter devant tous tes amis!"

Quels amis? pensa tristement Tsuna. Il n'a pas a exprimer ses plaintes, enfin si mais il ne voulait pas inquiéter sa maman.

Six jours se sont écoulés. Nana et Tsuna étaient assis en face de leur porte à l'aéroport. Comme ils étaient assis, quelque chose d'important se rappela à Tsuna.

"Mama ... peux tu parler anglais?"

Il faut pardonner à Tsuna de ne pas y avoir penser avant. Il avait seulement six ans, après tout. Heureusement, ce n'était pas un problème.

"Ne t'inquiète pas, Tsuna-kun," dit Nana. "J'ai pris des cours d'anglais durant tout le long de l'école, et j'ai suivi le rythme de mes compétences à l'école on ne sait jamais quand on pourrait avoir besoin d'utiliser l'anglais, après tout!"

"C'est incroyable!" s'écria Tsuna .

"Mais Tsuna-kun ne parle pas anglais, donc tu dois rester avec maman, d'accord?" dit Nana .

"Je peux parler anglais!" s'opposa Tsuna . " Ha-hallo! "

Nana laissa échapper un sourire à ce son.

Après un certain temps, les deux s'engagèrent sur le plan. Le voyage en avion a pris du temps, de cette façon Tsuna passa la plupart du temps à dormir. grâce à cela, le décalage horaire de Tsuna n'était pas trop mal, bien qu'il ait encore empêché Nana et lui de faire beaucoup de choses pour le premier jour. Ils ont dormit et ont tenté de comprendre la télévision anglaise.

Mais le deuxième jour, ils sont aller faire du shopping. Nana ne voulait pas aller à l'un de ces pièges à touristes, parce qu'elle était Tsuna et avait peur de le perdre.

Mais, rapidement Tsuna et elle se sont perdus.

Pris de panique, il regarda autour de lui désespérément cherchant sa mère. En se déplaçant dans la foule, il fut finalement acculé au pied d'un banc.

«Maman! Kaa-chan!" Cria Tsuna .

"Kaa-chan?"

Tsuna se retourna pour regarder autour de lui et vit un enfant aux cheveux blonds avec une sucette coincé dans sa bouche. Il devait avoir le même âge que Tsuna, et il était assis sur le banc.

Le gamin enleva la sucette de la bouche et le regarda. Tsuna nota vaguement que la sucette était rouge.

" Kaa-chan ... c'est le japonais pour la maman, n'est-ce pas? " dit l'enfant. " Est-ce que tu t'es perdu? "

Tsuna regarda fixement l'enfant.

Celui ci fronça les sourcils.

" Vous ne parlez pas anglais? " il a demandé. Ses sourcils froncés. "Euh ... vous êtes perdu?"

Tsuna cligna des yeux.

"Oui," répondit-il.

«Je suis Spanner," se présenta-t-il. «et toi?"

"Je suis Tsuna," répondit-il. "As tu vu ma maman?"

"Non, tu vois ma maman à moi?" demanda Spanner dans un japonais cassés.

"... Non?" dit Tsuna sur un ton hésitant, pas exactement sûr de ce que Spanner disait. "Est-ce que es perdu aussi ?"

Spanner fronça les sourcils, essayant de déchiffrer les mots de Tsuna. Grattant la tête, il décida finalement que Tsuna lui demandait s'il était perdu aussi.

"Oui," répondit Spanner.

Ils se tenaient l'un devant l'autre dans un silence gêné pendant un petit moment, il suffit de regarder les gens autour d'eux pour voir leurs mères respectives.

"Um, Spanner-kun, n'est tu pas anglais?" demanda Tsuna . "Pourquoi es tu perdu?"

"... Je ne suis pas de Londres," répondit-il.

"Tsuna-kun!"

Les yeux de Tsuna s'élargirent, sa tête se tourna de tout les côtés à la recherche de sa mère. Il la vit courir vers lui.

Nana s'arrêta devant Tsuna et posa ses mains sur ses genoux, la respiration haletante. Elle leva les yeux vers lui avec un faible sourire.

"Tsuna-kun, je t'ai dit de tenir ma main," réprimanda doucement Nana . "Pourquoi t'es tu laisser aller?"

"Désolé, maman," S'excusa Tsuna , ne répondant à la question de Nana. Il ne voulait pas dire qu'il lui avait lâcher parce qu'il avait vu un jouet intéressant.

Nana remarqua soudainement le garçon blond à côté de Tsuna.

"Qui est ton ami?" demanda doucement Nana

"Il dit que son nom est Spanner," dit Tsuna . "Il parle un peu de japonais. Il est perdu aussi!"

"Qu'est-ce que ?" Les yeux de Nana s'élargirent. " Où sont tes parents, Spanner? "

«... Ma mère est quelque part par là. Elle devrait bientôt être là, parce que nous devions nous rencontrer ici au cas ou je me perdrais "répondit Spanner. Il décida de ne pas commenter l'accent pas si parfait de Nana.

Nana s'installa sur le banc côté de Spanner. " Je ne peux pas laisser un enfant seul! "

Spanner coinça le dos de sa sucette dans sa bouche et haussa les épaules. Ce n'était pas vraiment les affaires de l'autre femme, mais elle était libre de s'asseoir où elle voulait. Ce serait trop fatiguant d'essayer de la convaincre de partir, de toute façon.

"Tsuna-kun, tu peux t'asseoir à côté de Spanner!" décida Nana, en se déplaçant pour laisser plus d'espace pour que Tsuna s'asseye.

"Hein?" s'écria Tsuna . Nerveusement, il s'installa à côté de Spanner.

Celui ci regarda vers Tsuna et repris sa sucette de sa bouche. "Aime tu les robots?"

"Robots?" dit Tsuna avec surprise.

"Les Robots du Japon sont ..." Spanner fronça les sourcils, ne savant pas comment exprimer ses sentiments en japonais. "Euh ... incroyable. "

"Cool?" suggéra Tsuna.

Spanner sourit, ses yeux éclaircissement. "Oui. Les robots sont ... cool!"

«J'ai vu des robots avant, et ils sont assez cool,"dit Tsuna , en souriant à Spanner.

Spanner, encouragé par la déclaration Tsuna, parla sur tous ses robots préférés. Il expliqua en détail le petit robot qu'il avait réussi à créer l'autre jour. Tsuna essaya de comprendre ce que Spanner disais, mais le Japonais médiocre de Spanner et le peu de connaissance de Tsuna sur le sujet rendit la conversation difficile. Tsuna se résigna à sourire et hocher la tête.

"... Si ..." Spanner fronça les sourcils. "Euh, adresse e-mail?"

"Adresse e-mail?" dit Tsuna dans la confusion.

" Spanner, Dieu merci ! "

Les deux têtes de Tsuna et Spanner firent un bond au son du nom de Spanner. Une femme blonde courait vers le banc sur lequel ls étaient assis. Comme elle s'approchait, Tsuna nota la sueur qui dégoulinait régulièrement de son front. Ses habits étaient suffisamment lâche pour que les taches de sueur ne soient pas notables.

" Maman tu as pris un certain temps, " dit calmement spanner, en descendant du banc. Il hocha la tête en direction de Nana et Tsuna. " Ces gens sont des touristes japonais. Il-Tsuna était perdu comme moi, et sa mère ne voulait pas me quitter une fois qu'elle a appris que je n'avais pas mes parents avec moi. "

" Oh vraiment? " La mère Spanner donna un sourire à Nana. "Merci de rester avec mon enfant. J'étais paniquée quand il a disparu."

"Pas de problème," répondit Nana , un peu surprise de voir que la femme pouvait parler japonais. "Je ne pouvais pas laisser un enfant tout seul !"

" Vous avez oublié que nous étions censés nous rencontrer ici, n'est ce pas?" soupira Spanner. Ce n'était pas une question, c'était tout simplement une déclaration résignée.

La mère de Spanner laissa échapper un rire gêné.

Après quelques minutes de conversation, ils découvrirent qu'ils avaient l'intention de se diriger vers le même endroit. La mère de Spanner -dont le nom s'est avéré être Nicoletta- expliqua que sa famille allait se déplacer bientôt vers l'Italie alors qu'ils allaient autour des sites touristiques.

Spanner et Tsuna, continuèrent leur conversation dans la langue japonaise. Bien que cela n'aurait aucune conséquence immédiate, Tsuna apprendrait l'anglais dès qu'il sera rentré chez lui.

Tsuna n'avait pas d'adresse e-mail, en fait, il avait à peine touché un ordinateur. Et comme Spanner ne tiens pas particulièrement à écrire des lettres, ils étaient un peu de mal. Ils n'avaient aucun moyen de communiquer.

Spanner voulait rester en contact en raison de l'intérêt qu'il avait pour le brunet et le fait qu'il était japonais. Tsuna voulait rester en contact parce que Spanner était le premier ami qu'il ne se soit jamais fait.

Cependant, Nana intervint et donna son adresse e-mail à Spanner. Avec un sourire, elle promis de faire une adresse e-mail pour Tsuna une fois de retour au Japon.

Les prochains jours, ils les passèrent ensemble. Les deux mères s'entendaient assez bien, et surtout Tsuna et Spanner devenaient des amis proches. Spanner ne s'entendaient pas bien avec les gens de son école, personne ne se souciait de l'écouter radoter sur les robots. Tsuna non seulement écoutait, mais participa activement à la conversation.

Bien que c'était difficile de parler en japonais. La mère se Spanner avait un ami japonais, donc elle appris le japonnais à l'école secondaire. Elle pensait qu'il serait bien d'enseigner Spanner à parler japonais, surtout compte tenu de l'amour de Spanner pour les robots. Cependant, il était loin de parler couramment la langue.

La semaine passa trop vite. Spanner et sa mère les quittèrent, en promettant de rester en contact, et Nana et Tsuna se dirigèrent vers le Japon.

Les semaines passèrent.

Tsuna,insatisfait de la lenteur de ses cours d'anglais à l'école, commença à apprendre l'anglais en dehors de l'école avec l'aide des livres Spanner et d'une bibliothèque. Même si l'anglais était difficile à étudier, il voulait désespérément être en mesure de mieux communiquer avec son seul et premier ami il appris l'anglais à un rythme fou. Dans l'année, il réussi à apprendre suffisamment l'anglais pour lire les e-mails de Spanner et lui envoyer des e-mails en anglais.

Sa prononciation était loin d'être parfaite, mais néanmoins, sa lecture et son écriture étaient excellents.

Si la rencontre de Tsuna avec Spanner était le premier point tournant dans sa vie, alors le cadeau d'anniversaire de spanner pour le septième anniversaire de Tsuna serait le second.

L présent était arrivé dans une petite boîte en bois, la veille de l'anniversaire de Tsuna. Sachant que c'était le cadeau d'anniversaire de Spanner pour lui, Tsuna au lieu de l'ouvrir attendit le lendemain. Donc, au moment où son horloge frappa douze heure Tsuna ouvrit rapidement la boîte.

Dans la boîte il y avait un robot. Il s'agissait d'un simple, robot humanoïde qui était capable de se promener, rien de plus, rien de moins.

Mais Tsuna fut fasciné .

Il ne pouvait pas croire que Spanner un garçon du même âge que lui-pouvait faire quelque chose comme ça, alimenté uniquement par une batterie. Pour les prochaines semaines, il interrogea Spanner sur la façon de travailler sur les robots. Tsuna était plutôt déçu de découvrir que ça devrait prendre un certain temps pour lui pour être en mesure de concevoir et de fabriquer des robots par lui-même, mais il tenait à le faire.

En raison de sa concentration sur cette technologie, ses notes à l'école demeurèrent faibles; Tsuna ne se souciait pas beaucoup au sujet de ses notes, car il était encore à l'école primaire. , cependant, Il était le plus fort dans sa classe pour l'anglais. Sa correspondance régulière avec Spanner rendit l'anglais beaucoup plus facile.

Lorsque Tsuna eu dix ans, il était enfin capable de faire son propre robot. Fièrement, il en conçu un qu'il envoya à Spanner pour son dixième anniversaire. Spanner était tout à fait heureux un nouveau sujet de conversation venait de s'ouvrir.

Tsuna fouilla plus loin dans le monde de la robotique et de la technologie. Nana était ravi que Tsuna semblait jouir de son «hobby» tellement, qu'elle laissa Tsuna acheter les matériaux dont il avait besoin, à condition qu'ils ne soient pas trop cher. Au moment où il eut onze ans, les meubles, tout à fait normal dans la chambre Tsuna furent un bureau (couvert dans les journaux plutôt atypiques) et un petit lit. Sa chambre était pleine de ses outils et de ses robots.

Iemitsu fit des visites occasionnelles, bien que ses visites soient réparties plus loin et plus espacées à chaque fois. Et bien sûr, plus Tsuna grandi, Plus il devint douteux au sujet de son père. Il lui posa la question et son père répondit "qu'il travaillait sur les chantiers très vieux". Il voulait savoir ce que son père faisait vraiment.

Son plan était en mouvement. Il commençait par manger son dîner de bonne heure une nuit, quand Iemitsu était à la maison. Il suggéra à Nana de faire un bon dîner avec Iemitsu sans que celui ci soit sur son ordinateur portable. Tsuna serait à l'étage et Nana devait glisser vers le bas pour le dîner avec Iemitsu. Nana pouvait être assez énergique quand elle le voulait ; Tsuna comptait sur ce point.

Une fois Iemitsu en bas, Tsuna se faufila dans la salle. Il était ravi de découvrir que non l'ordinateur portable était connecté sur le compte Iemitsu.

C'est alors qu'il découvrit que Iemitsu n'était très certainement pas quelqu'un qui travaillait dans la circulation sur les chantiers. Pourquoi quelqu'un qui travaille dans ce genre d'endroits coderaient leurs e-mails?

Il téléchargea rapidement le contenu de quelques-uns des e-mails sur une clé USB avec l'espoir qu'il finirait par être en mesure de déchiffrer le code. Tsuna replaça l'ordinateur à son emplacement initial et se faufila hors de la salle.

Tsuna finit par abandonner le code et l'envoya à Spanner pour voir s'il avait un peu de chance.

Spanner passa plus d'un an sur le décryptage du code. Certes, il ne passait par chaque moment sur le code mais néanmoins, il montra que ce code était tout à fait difficile quand il eut réussi à se fissurer, Spanner expliqua à Tsuna pourquoi il était probablement incapable de le résoudre: les e-mails étaient en italien.

Et que le père de Tsuna était dans la mafia.

Nana avait dit à Tsuna que Iemitsu avait disparu et était devenu une star juste la semaine avant. Tsuna pensa (à tort) cela signifiait que Iemitsu était mort. En vérité, il ne pleura pas Iemitsu, il le connaissait à peine. Il était curieux de savoir comment c'était arrivé, mais Nana ne saurait pas répondre à toutes ses questions. Ne voulant pas la faire déprimé, il pausa seulement quelques questions avant d'abandonner.

Si Iemitsu était dans la mafia, il aurait répondu à l'une de ses questions: comment était mort Iemitsu. Elle ouvert tout un tas d'autres questions, comme pourquoi bordel, son père était-il dans la mafia. Mais Tsuna se résigna à ne jamais savoir, si son père a été tué parce qu'il était dans la mafia, il n'a certainement pas plus envie de s'impliquer.

Spanner mis aussi fermement en garde Tsuna de rester loin de la mafia.

Ce printemps-là, Tsuna était entré au collège. En fait, il commençait à essayer de s'impliquer dans ses classes. Avec un peu d'effort, sa teneur moyenne est passée de «quasi-échec» à «légèrement supérieur à la moyenne». (Le fait qu'il faisait déjà très bien les mathématiques et les sciences était une grande aide). Son surnom à l'école élémentaire, «Dame-Tsuna", a été utilisé uniquement par certains de ses mesquins anciens camarades de classe, et bien sûr au cours de sa classe PE.

Automne vint. Tsuna restait cordial avec ses camarades de classe, mais n'avait pas de véritables amitiés . Il n'a pas l'esprit à ça : parler avec Spanner était beaucoup plus intéressant que de traîner avec ses camarades de classe, après tout.

Tsuna travaillait sur un nouveau robot dans sa chambre quand il rencontra un bébé. C'était une journée ensoleillée, mais Tsuna était enfermé dans sa chambre.

"Il semblerait que tu sois tout comme ton dossier l'indique."

Tsuna ignora la voix et continua à travailler sur son nouveau robot.

Reborn, irrité, essaya de frapper Tsuna pour saisir son attention. Le mot clé ici était : tentative. La main de Tsuna jaillit et claquasur le bouton vert brillant sur son bureau. des barres de métal grimpèrent au plafond et autour de Reborn. Toutefois, Reborn n'était pas le meilleur tueur à gages au monde pour rien. Il sauta en arrière mais manqua d'être capturé dans la cage de fortune.

Tsuna jeta un coup d'œil vers Reborn. Son regard de mort pourrait geler l'enfer lui même.

"Finition. Robot", cracha Tsuna , ses yeux lançant des éclairs.

Reborn décida sagement de rester en arrière. Il avait reconnu par l'aura, que les techniciens de la Vongola Family avait souvent ce genre d'expression lorsqu'ils travaillaient sur un projet.

Ils pourraient devenir très violent dans cet état. Reborn préféra ne pas blesser Tsuna, et donc, il est resta en arrière.

Environ un quart d'heure plus tard, Tsuna se pencha en arrière sur sa chaise et attrapa son manuel de mathématiques. Le robot était en forme de soucoupe, capable de passer comme un éclair autour de la table. Et, bien sûr, une autre chose.

"Résout cette équation : x où 2x = 9x - 28,"

Une voix robotique, ressemblant un peu à la voix de Tsuna, répondit à sa question.

"4."

Un petit sourire se colla sur le visage de Tsuna. Il lut un autre problème de ses devoirs.

"Il y a quatre personnes dans une chambre. Pour deux personnes, il ya une probabilité de 50% que ce sont des amis. Deux personnes sont connectées si un), ce sont des amis, b), une troisième personne est l'ami de tant d'entre eux, ou c), ils ont des amis différents qui sont amis les uns avec les autres. Quelle est la probabilité que chaque paire de ces gens dans cette salle soit connecté? "

Le robot fit des bruits électroniques pendant une minute ou deux, avant de donner une réponse.

"19/32."

Le petit sourire de Tsuna s'agrandi en un large sourire . En cliquant sur un bouton sur le robot, il s'éteint.

"Maintenant, toi, le bébé." Tsuna se retourna et regarda Reborn. "Que voulez-vous?"

"...Tu ne vas pas te demander pourquoi un bébé peut parler?" Demanda Reborn, un peu incrédule.

« Évidemment, tu le peux ," Répondit,Tsuna impassible. «Je suis curieux, oui, mais je suis sûr que tu seras plus enclin à me dire pourquoi tu agis comme un adulte si j'écoute ce que Tu as à dire. Alors?"

Reborn haussa les épaules. Quel que soit où son bateau flottait, il supposait.

«Je suis le plus grand tueur à gages du monde. J'ai été affecté par un homme pour vous former à devenir un boss de la mafia étonnant," Expliqua Reborn. Il regarda par-dessus Tsuna avec un œil critique. «Ton cas est loin d'être désespérée, mais il sera encore difficile."

Tsuna cligna des yeux une fois. Deux fois. Trois fois.

«D'accord», Tsuna gémit, se frottant la tempe. "Et je suppose que je ne peux pas me sortir de cette situation?"

"Non," répondit Reborn, résistant à l'envie de tirer sur le garçon. Il n'y avait pas de raison Pourtant.

"Un homme ... c'est de mon père vous parlez? Je sais qu'il fait partie de la mafia, et il est possible qu'il ne soit pas réellement mort ..." Tsuna pris un air songeur.

Reborn leva un sourcil. "Ton père? Non, mais il n'est pas mort ... pourquoi penses tu cela ? Je l'ai vu l'autre jour."

"... Je vois,» murmura-t-Tsuna. "Ce bas-"

"-. De toute façon" intervint Reborn «Je suis et serai ton tuteur à domicile pour un bon bout de temps. Et du peu que j'ai vu de tes notes, même si elles sont bonnes, elles ne sont pas supers.

Un sourire cruel se répandit sur le visage de Reborn.

"Et je n'accepte pas quelque chose de moins de cent."

Tsuna haussa les épaules. Ce serait moins fatiguant de garder ses qualités, mais il vaudrait mieux ça que de mourir horriblement des mains de l'auto-proclamé meilleur tueur à gages du monde.

De plus, il pourrait toujours utiliser sa machine de devoirs en mathématiques.

"Et je ne te laisserai pas utiliser cet intéressant appareil que vous venez de créer," Ajouta Reborn.

Merde.


Note de l'auteur originale :Je pense que je vais garder cela comme un one-shot pour l'instant. Si les gens veulent vraiment une suite, je vais probablement continuer. xD

Note de la traductrice : Laissez des rewiews -w- je veux la suite moi °o° !