Voilà finalement la fameuse fic dont j'ai beaucoup parlé lors de la publication de Juste trop tard. En espérant ne pas vous décevoir...


Dengeki Daisy ne m'appartient pas.


Delain – See me in shadow


Debout devant le miroir, Teru regardait son reflet, pensive. Depuis un mois, beaucoup d'événements s'étaient produits, et, parfois, elle pensait que tout avait été un rêve, qu'elle était encore une lycéenne ordinaire, et qu'elle n'avait pas de véritable raison pour pleurer.

Teru toucha le miroir du bout des doigts. Ce n'était réellement pas elle de l'autre côté. Cette adolescente que reflétait ce miroir n'était qu'une inconnue. Elle ne se reconnaissait pas, ce visage n'était pas le sien. Ce corps était celui d'une autre, comme si elle n'existait pas. Il ne lui restait que ses pensées au fond de sa tête. Cependant, bientôt, elles ne seraient plus les siennes. À la fin de la journée, elle ne serait définitivement plus Teru Kurebayashi.

Après tous ces événements, en songeant à ce qui s'était passé depuis un mois, elle ne pouvait pas pleurer. Elle ne pouvait plus. Parfois, elle se demandait pourquoi elle était triste pour un tel homme. De son côté, partageait-il sa tristesse ? Certainement pas. Il ne reviendrait même pas. Il ne lui avait rien dit. Comme à chaque fois, elle ne savait pas ce qui lui arrivait. Elle n'était au courant de rien.

Teru serra les poings. Cette longue robe blanche était tout simplement magnifique. Même bien trop pour elle. Elle n'était pas faite pour une telle beauté, elle qui avait toujours été cette fille sans atouts féminins. Elle se demandait pourquoi elle se tenait là, un bouquet dans les mains. Elle pouvait encore partir, mais pour aller où ? Personne ne l'attendait, surtout pas lui.

Et pourquoi l'attendrait-il seulement ? Elle pensait qu'elle était spéciale à ses yeux, cependant cela s'était avéré être faux. On dit tout à la personne qui nous est spéciale. Peut-être n'avait-elle pas été à la hauteur. Sans doute ne lui correspondait-elle pas. En toute franchise, elle avait été une idiote depuis le début. Riko lui avait pourtant bien dit qu'il ne fallait pas l'aimer.

Néanmoins, bientôt, tout serait trop tard. Son futur mari l'attendait avec amour, ou tout du moins était-ce ce qu'elle pensait. De toute façon, peu lui importait. Son fiancé avait toujours été présent à ses côtés, attentif à chacune de ses requêtes. Il était son héros. Elle n'imaginait pas sa vie sans lui.

Elle l'aimait comme un frère, pas comme un mari, toutefois elle savait qu'elle pouvait avoir confiance en lui. Daisy était fort, c'était ce en quoi elle croyait, plus que l'amour. Non seulement il l'avait toujours sauvée, mais il l'écoutait autant que nécessaire, toujours attentif à ses moindres soucis et là pour lui proposer des solutions.

Teru avait accepté sa demande en mariage quelques jours plus tard. Sur le moment, elle avait été si surprise qu'elle n'avait pas su comment réagir. Néanmoins, il avait compris et l'avait attendue sans interférer dans sa décision. Il ne l'avait en rien forcée. Or, l'identité de Daisy l'avait choquée, quand bien même elle avait fini par s'y habituer et avait récupéré de son trouble. Pourquoi n'était-ce pas lui ?

Et voilà, elle pensait à nouveau à lui. Quand bien même elle lui en voulait, et malgré sa disparition, elle était persuadée que, s'il revenait, elle lui pardonnerait. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Au final, elle restait une idiote, comme il le lui avait souvent dit. Parce qu'elle l'aimait toujours. Il avait disparu sans laisser la moindre trace, tel un fantôme. Il était son point faible.

Elle savait pertinemment que si elle avait dû un jour imaginer son mariage, ce serait avec lui, pas son fiancé actuel. Néanmoins, épouser Daisy n'était pas du tout un calvaire, au contraire : c'était d'un côté un soulagement. C'était l'assurance d'avoir auprès d'elle un être de confiance entière et totale. Daisy ne la trahirait jamais.

Plus que tout, elle savait très bien qu'il ne reviendrait pas. Revenir, pour quoi ? Pour elle ? Ridicule. Elle ne représentait rien à ses yeux, il le lui avait prouvé en s'en allant. Un mois après, Teru n'avait toujours pas eu la moindre nouvelle. Il se moquait bien de ses sentiments, et avait préféré partir. Toutefois, rien qu'une fois, elle désirerait le revoir et lui demander la raison de son départ.

La veille de sa disparition, il avait été violent. Elle avait pris peur et avait été persuadée qu'il allait presque la frapper, ce qu'il n'avait jamais fait jusque là. Elle ne voulait pas d'un tel homme, il l'effrayait bien trop. Si telle était sa vraie personnalité, alors elle ne voulait pas de lui. À qui pouvait-elle faire croire cela ? Malgré tous ses efforts pour l'oublier, elle n'y parvenait pas.

Teru continuait à se fixer dans le miroir. Elle qui n'était déjà pas bien grosse avait perdu du poids. Elle ne se considérait déjà pas comme très belle, mais avec ses joues creuses elle se trouvait laide. Il n'y avait pas d'autre mot pour la décrire. Elle ne pouvait certainement pas se marier dans ces conditions. Elle ne voulait certainement pas le décevoir, après tout ce qu'il avait fait pour elle.

Plus que tout, elle craignait de décevoir qui que ce fût, en particulier Daisy. Elle n'avait jamais rien pu faire pour lui auparavant, il était temps de lui rendre la pareille. Il lui avait consacré trois ans de sa vie, et continuerait ainsi jusqu'à la fin de ses jours, il le lui avait promis. Elle ne supportait pas de profiter de sa gentillesse sans rien faire en échange. De plus, devenir sa femme n'avait rien de repoussant, au contraire.

Dans un coin de son esprit, elle se demanda s'il serait présent lors de la messe. S'il interromprait la cérémonie afin de l'emmener au loin. C'était vraiment un énorme cliché, elle ne vivait pas dans un film, voyons. S'il avait souhaité la récupérer, il serait venu bien avant. À présent, c'était presque trop tard, et elle n'espérait plus rien.

Teru tourna enfin la tête, cessant de cette manière de regarder cette inconnue dans le miroir. Daisy avait payé pour cette magnifique robe ainsi que tous les préparatifs. Elle était bien trop pauvre pour s'en occuper. Malgré leur écart d'âge, ils entretenaient une relation très complice, bien que platonique. Dans ses dix-sept années d'existence, elle n'avait donné son premier baiser à personne, et son héros était sur le point de le lui prendre.

Elle était persuadée qu'une fois mariée, elle l'oublierait. Elle n'avait aucune raison de le regretter, puisque lui avait déjà dû oublier son existence, ce qui ne l'étonnerait guère. Tant qu'elle avait Daisy à ses côtés, elle ne risquait rien, et pourrait être heureuse. Il lui assurerait un futur bien plus brillant que lui qui n'était sérieux en rien.

Teru se répétait qu'elle avait fait le bon choix, même si elle savait au plus profond d'elle-même qu'elle pourrait craquer à tout instant si on savait comment s'y prendre. Cela ne faisait qu'un mois qu'il était parti, et ce sujet était encore sensible, quand bien même elle faisait de son mieux afin de l'oublier. Néanmoins, elle ne s'abaisserait pas à son niveau, elle ne se montrerait pas faible.

Car, après tout, si elle était bel et bien forte, il lui fallait le prouver à présent. Teru arrangea le voile qui couvrit en partie son visage, serra bien son bouquet dans les mains puis se dirigea vers la porte.


Si vous connaissez le manga et que vous avez lu attentivement le prologue, vous trouverez que quelque chose cloche. Laissez-moi vos impressions.