Salut a tout le monde !

Revenu de vacances, bronzé, musclé, libre comme l'air ! Et malheureusement désolé de ne pas vous avoir donner de nouvelles plus tot, jai quelques petit problèmes, qui ralentissent et ralentiront a l'avenir l'écriture de mes chapitres... Et croyez bien j'en suis aussi désolé que vous ! :/

Sinon, cette périlleuse mission commence dans un cadre que la plupart des gens connaissent : un lycée ! Il y aurait pu avoir plus original, mais ca me semblait etre un bon point de départ ! Je vous propose donc de profiter de ce dernier chapitre fraichement sorti du four !

Sur un tout autre ton, jai un projet en parallele sur une histoire qui n'a rien avoir avec cherub, mais qui va secrire a 2 paires de main. Si vous etes interressé(e), je mettrais probablement le nom du blog ou nous allons publier dici deux trois jours sur mon profil. C une histoire d'ange, je ne peux rien dire de plus ^^

Merci a vous, bonne lecture !

Ps : I want to do a special thanks to the english people who read my story, its so kind of you to try to read this in french ! Thanks for all my friends and Bon courage ^^.


Le lycée Sainte Marylin. Probablement le pire lycée privé de tout l'état de New York, et clairement le pire de New York City. Rien qu'en 2012, elle a accueilli en son sein un petit milliers de vol, 326 agressions (dont 59 sexuelle) et 17 meurtres. Sa grande cour ainsi que le manque cruel de surveillant amenait les élèves de ce lycée a être livré a eux même. Aucun repos, aucun répit pour ceux qui ne savent pas se faire respecter.

Dante, Lexie et Jean venaient à peine d'arriver qu'ils avaient déjà compris les règles.

Règle n°1 : Fais toi respecter.

Règle n°2 : Si tu veux pas te faire respecter, t'as intérêt à avoir de la monnaie.

Règle n°3 : T'as pas de fric ? Tu repars sur un brancard.

Les trois adolescents avaient clairement choisis de suivre la première règle à la lettre. Lexie avait réussi en à peine une journée de remporter l'estime de tout les garçons. Quelqu'un qui ne la connaissait pas aurait dis que c'était grâce à son admirable petit cul et ses hanches de rêves, admirablement développée pour une fille de 15 ans. Mais, son caractère des plus explosifs, en faisait un agent redoutable, et forçait les hommes à se prosterner à ses pieds. Toutefois, ce tempérament lui avait régulièrement desservi. Des 7 missions auxquelles elle a participé, 3 avaient échoué à cause de ce caractère violent. Elle est probablement l'agent qui as reçu le plus de punition de l'histoire de CHERUB et n'auras probablement jamais son t-shirt noir.

Jean l'avait suivie, copié son caractère pour les besoins de la mission. C'était une agent exemplaire. 14 mission à son actif, exécutées à la vitesse de l'éclair et d'une propreté irréprochable. Cette grande brune, plutôt plate mais au corps bien fait, pouvait faire tomber n'importe quel mec, et avait le caractère antonyme à celui de Lexie, ce qui, bizarrement, n'empêchait pas l'entente entre les deux jeunes filles.

Dante lui, pour la mission, était resté égal à lui même. Flegmatique, assez paresseux, mais avec un caractère néanmoins bien trempé... Et des bras en acier forgé. Ses cheveux, habituellement roux, avait été teint en brun, pour ressembler à ses coéquipières. Celui ci était censé se rapprocher de Léo Dovisioso, qui semblait absent. Jean et Lexie avait eu plus de chance. Enfin, si on eut dire ça comme ça... Disons que Gina Dovisioso était là. Mais elle n'avait pas réussi à l'approcher. Un sacré phénomène cette Gina...

« Pourquoi je divague comme ça, moi ? »

Jeudi matin, 8h, devant le lycée. Dante était arrivé un peu plus en avance que ses « sœurs », qui se lavaient les cheveux à l'heure qu'il était et attendait devant le lycée, en écoutant un peu d'Ozzy (nda : Ozzy Osbourne, chanteur de Heavy métal). Sortant de ses pensées, il remarqua qu'il n'était plus seul. Un autre garçon qu'il ne connaissait pas s'était installé à une dizaine de mètre de lui, assis sur les rambardes qui encerclaient l'établissement.

Il avait les cheveux blonds, bouclés et semblait plongé dans son livre. Il portait des lunettes rectangulaires dont les verres étaient couvert de multiples rayures. Il était plutôt petit. Mince voire maigre. Masse musculaire : genre de type à respecter la règle n°2. Il le regarda plus longuement. C'était clair maintenant. Règle n°2. Il était couvert d'hématomes aux bras et jambes. Un joli coquard décorait également son œil gauche.

Et maintenant que l'entrée du bagne commençai à se remplir, il pouvait voir les adolescents le regarder comme un morceau de viande ou comme un gibier à abattre.

Règle n°2. Pas mal de gens se moquaient de lui.

-Alors, tu es revenu ? Tu as eu les couilles de revenir ?

-Prêt pour ta raclée, connard ?

-Et le matou reviens, il est toujours vivant !

-La dernière fois que je t'ai vu, t'avais un tuyau dans le nez !

-A ton avis, tu rentrera vivant chez toi ce soir ?

… Règle n°2...

5 garçons l'approchèrent. Le genre règle n°1 à fond. Dante reconnut parmi eux Dominique « Dom » Sultz. Un mauvais coup ? Dom était dedans. A coup sur.

-Alors, Léo, comme ça t'es revenu. Dit un des mecs.

-T'as de quoi acheter ton permis de vivre aujourd'hui, Dovi ? Renchérit un autre.

-...

-Réponds son of a bitch. Dit Dom.

-Non, Dom, j'ai pas de fric.

Rectification. Règle n°3.

-Bon, bah, ça sera même tarif que d'habitude. Tu veux payer l'addition maintenant ou tu attends la fin des cours.

-... Tout à l'heure ?

Dom éclata d'un rire gras, bien à son image.

-Parce que tu crois que t'as le choix ? Dante regarda le groupe de gens avec pitié. Il soupira.

« Bon, faut ptete que je me bouge, sinon, ça va chauffer pour ma cible... »

Dante s'approcha du groupe de jeunes gens. Il avait réussi à se mettre dans le petit carnet de Dom.

-Hé mec, Ya un fuckin problem ?

-Ah Dante. Ouais, cet enfoiré paye jamais son droit à la vie dans ce bahut. T'es nouveau nan ? Tu veux te faire une place ? Frappe ce fils d'enculé.

Dante jeta un coup d'oeil furtif au jeune homme.

-On pourrait le laisser pour aujourd'hui nan ? Il rentre à peine.

-T'es une tarlouze ou quoi ? Frappe ce fils de pute !

Le jeune homme regarda attentivement Léo. Il n'allait pas s'en sortir sans son aide. Mais si il l'aidait, il serait dans la merde. Dom était un des plus gros caïds du lycée. Et si il provoquait une baston, la bataille était jouée d'avance, même avec l'entraînement de choc de CHERUB. Pourquoi Mattew n'est jamais là quand on as besoin de lui ?

Il réfléchit rapidement et eu une idée. Les portes derrière lui venaient juste de s'ouvrir...

-Regarde moi gamin.

Il prit la tête de Léo, et l'obligea à le fixer. Il le regarda avec un semi amusement, et lui fis un clin d'œil. Il chuchota :

-Je vais risquer mes miches pour toi. J'espère que t'appréciera.

Et là dessus, il prit la tête de Dom dans sa main gauche, le bras de Léo dans la droite. Il écrasa la tête du caïds contre la rambarde sur lequel Léo était assis, et profitant de l'effet de surprise, entraîna Léo à l'intérieur du lycée. Il courut sur toute la longueur du lycée, l'emmenant au dernier étage, interdit au public, pour le mettre à l'abri.

-Putain mec, t'es un taré ! Cracha Léo, en courant.

-Et ouais, sourit Dante, pas essoufflé pour un sou.

Ils arrivèrent dans un long couloir avec des bâches par terre, éclairé au néon. Ils reprirent leur souffle quelques instants. Au bout de deux minutes, le petit blond réussi enfin à articuler :

-T'es nouveau ici ?

-Ouais, moi c'est Dante.

Sans se départir de son éternel sourire, il tendit la main. Léo la regarda, puis le jeune homme qu'il y avais au bout, puis baissa la tête en rigolant tristement.

-Si je te sers la main, ça voudra dire que tu t'engage à être le pote de la pire merde du lycée.

-En bousillant Dom, je suis autant dans la merde que toi, mec ! Répondis Dante a tac-o-tac « Alors t'inquiètes, j'ai absolument pas peur de ça ! »

Léo regarda sourit et lui serra la main.

-Quand je t'ai vu, t'a l'heure, je me suis dit, vu ton gabarit, « oh putain, encore un qui va me faire chier », bah putain je me suis trompé. Moi, c'est Léo Dovisioso, hacker pro, et punching-ball à mes heures !

La cloche de la fin des cours venait de sonner. Lexie et Jean étaient restés dans la classe, pur surveiller leur cible. Le monde autour d'elle ainsi que le brouhaha empêchait la jeune fille de les repérer. Elles avaient très vite compris l'état d'esprit de Gina Dovisioso. Plus règle n°1, tu meurs. Mais pas dans la violence, même si visiblement elle était très douée la dedans, et ne crachai pas de plus de temps en temps. Tout ce qui était provocateur et qui se voyait, elle le faisait. En 3 jours, elle avait détruit la moitié des tables de la classe, inondé un étage, foutu par terre tout les casiers du troisième étage. Une connerie quotidienne. Qu'allait elle inventer aujourd'hui ?

Contrairement aux autres jours, elle était resté en classe après la cloche. D'habitude, elle était plutôt du genre à se barrer avant la sonnerie. Là, elle regardait tranquillement la fenêtre en souriant. Elle se balançait sur sa chaise, en tortillant une mèche de cheveux sans se soucier du bruit et du peuple.

Sans son côté complètement folle, elle était vraiment jolie. Une beauté assez discrète, malgré son tempérament. Elle avait de longs cheveux noirs, légèrement bouclés. Ses yeux verts et son joli teint aurait pu faire fondre. Mais à Sainte Marylin, voir ce joli minois arriver devait juste signifier une chose...

« CASSOS ! ».

-Hé, pétasse ! Cria une voix venant de l'entrée de la classe.

Un adolescent à l'allure assez pathétique s'avança vers la table de Gina. Tiens, en voilà un qui ne sait pas à quoi s'attendre... Étonnant. Mais ce qui fut plus étonnant encore, ce fut la réponse de la jeune fille, qui ne correspondait pas du tout :

-Ouiiiiiiii ? Répondit elle, très calme.

Le jeune homme parut déstabilisé. Il ne s'attendait pas à ça de la fameuse Gina ! Cela semblait bien plus facile que ce qu'il avait pensé.

-C'est toi la connasse qui as foutu mon casier par terre hier ?

-Tout à fait.

-Y'avait ma came dedans, et elle est foutue maintenant ! Je vais te faire payer.

-Et qu'est ce que tu vas me faire ? Dit elle sur un ton moqueur que l'on commençait à reconnaître.

Les élèves se rapprochèrent de la table de la sadique. Réalisant que la jeune fille se moquait de lui, le junkie s'énerva :

-JE VAIS TE BOUSILLER ! Cria il.

Et il lança son poing aveuglement. Riant presque, Gina attrapa son poing et le retourna, d'un coup sec, lui brisant le poignet. Epic fail pour le jeune homme. Il tomba lourdement au sol, se tordant de douleur.

-Penses y à deux fois la prochaine fois, lança Gina.

Elle lui cracha au visage et lui envoya un head-kick circulaire. Son pied attérit avec violence sur la joue du geek. Regardant le jeune homme, elle rit à pleine dents, attrapa son sac et partit. Les deux agents, qui avaient observé toute la scène, s'engagèrent dans le couloir deux secondes après leur cible.

-Elle me plaît vraiment cette fille, lança Lexie, en esquivant les gens du couloir sur-peuplé.

-C'est juste une tarée. Mais toi aussi tu l'es.

-On se connaîtrait pas aussi bien, j'exploserais ta gueule pour ce que tu viens de dire.

-Je sais, Souris Jean, c'est pour ça que je me le permets. Regarde la route, on va la perdre.

Gina s'engouffra dans la salle informatique, sans regarder derrière elle. Les deux jeunes filles s'arrêtèrent et se plaquèrent contre le mur pour ne pas gêner l'afflux. Elles devaient avoir l'air naturel.

-On parle de quoi ? Demanda Jean.

-Qu'est ce qu'on s'en fous ? Dis Lexie, posant la main sur la poignée, puis prenant une voix bavarde : Et tu sais ce que je lui ai dis ?

Elle tourna la poignée.

-Non, tu lui as dis quoi ? Répondit l'agent, rentrant dans le jeu de sa coéquipière.

Elle ouvrit la porte en lui tournant le dos :

-Qu'il pouvait aller se faire enculer par Dom si ça lui chantait, mais que avec moi...

Elle se retourna et s'interrompit. Gina était assise par terre, un zipo à la main. Elle essayait de faire cramer les rideaux. Elle tourna la tête vers les « sœurs » :

-Barrez vous.

-T'y arriveras pas comme ça ! Dis Lexie, en prenant un des ordinateurs, Tiens Jean, aide moi.

Et sur ce, elle balança l'ordinateur contre le rideau qui prit feu instantanément. Jean l'imita. Gina les regarda d'abord, incrédule, puis éclata de rire :

-Merci pour le tuyau !

Elle sortit une bombe à peinture de son sac, et écrivit en gros sur le mur de la salle.

GINA IS THE QUEEN. FUCK THE OTHERS. BURN THIS FUCKIN SCHOOL !

Elle rit encore plus, et sa folie augmenta lorsque l'alarme incendie retentit.

-Des barres ! Aller venez, on se tire !

Les trois filles se mirent à courir à travers les couloirs en rigolant comme des folles. Ça faisait longtemps que Jean avait pas fait une belle connerie. Et Lexie et Gina riait pour la beauté du geste. Elles bousculaient tout le monde sur le chemin de la sortie. Gina gueulait comme une taré :

-BURN ! BURN SCHOOL BURN ! (nda : cf Burn-Black Bomb A)

Une fois sortie, elles coururent encore longtemps, avant de s'arrêter, en continuant de rire.

-Vous êtes les nouvelles, nan ? Moi c'est Gina. Vous êtes aussi tarés que moi, ça me plaît.

-Quand tu veux on remet ça ! Lui sourit Lexie.

Celle ci et Jean se regardèrent brièvement, échangeant un sourire. La mission pouvait enfin commencer.