Salut à vous tous, pour ceux qui m'ont suivi j'ai déjà écris 2 fics dans l'univers d'Harry Potter, mais cette fois je plonge dans l'univers de One Piece.^^

Ce début de fic je l'ai eu pendant mes épreuves de BTS (courant début mai) et aujourd'hui (5 juillet 2012 à 14h j'aurais mes résultats).

Donc j'ai commencé à écrire, j'ai jamais autant écrit en si peu de temps plus de 200 pages en moins d'un mois Oo je vous jure même mes fics perso font pas autant.

Donc si vous aimez les histoires bien longues, vous avez frapper à la bonne porte.^^ Surtout qu'avec One piece il y a pas mal à creuser.^^

Bon je tiens à préciser qu'étant attachée à Ace et Barbe Blanche et n'acceptant pas leurs morts dans cette fic ils sont vivants ^^.

Une autre surprise attendra les fans de cet équipage (dés le chapitre 2) ;) mais j'en dis pas plus héhé seul mes bêtas savent ^^...

Puis j'ai mon rôle de Sadique à tenir lol (que vous aller redécouvrir pour ceux qui me connaissent ou découvrir si ce n'est pas le cas MDR)

En ayant parlé de Bêta je tiens à les remercier d'avoir accepter de me relire il s'agit de:

Liaskane et Kogame-chan35 qui seront mes bêtas pour cette palpitante aventure qui est toujours en-cours et qui a déjà 23 chapitres d'écris (5/07/2012).

Le 24ème est en marche, quoi qu'il arrive je terminerais ma fic, donc rassurez-vous je ne la laisserais pas à l'abandon.

Je tiens à préciser que seulement 2 chapitres sont corrigés, donc je vais publié le 1er dans un premier temps.

Un bonus vous attends à la fin du premier chapitre.

Je vous ai fait assez attendre voici donc Un jour, une vie, une histoire...


Un jour, une vie, une histoire...

Chapitre 1 : Marineford, lieu de toutes les rencontres !

C'était il y a 15 ans...

- Feu ! ordonna un capitaine de la Marine.

Des bruits de boulets de canons fendirent l'air pour s'abattre sur une île, comme beaucoup d'autres avant elle, lors d'un Buster Call.

Sur l'île :

- Non, maman ! cria l'enfant.

Il s'écroula et ferma les yeux.

15 ans plus tard :

- Ace, révèle au grand public le nom de ton père, ordonna Sengoku.

- C'est Barbe Blanche, s'exclama Ace sur l'échafaud.

- C'est faux, ta mère s'appelait Portgas D Rouge et ton père était le Seigneur des Pirates, Gol D. Roger ! révéla Sengoku.

Le public, qui regardait depuis des écrans l'imminente exécution de Portgas D Ace, fut choqué par la nouvelle.

Ainsi, le roi des pirates avait un descendant !

- Mais rassures-toi Ace, tu n'es pas le seul dans ce cas, continua Sengoku.

C'est alors que 2 soldats apparurent, portant une croix sur laquelle était attachée une jeune femme.

Elle devait avoir à peu près le même âge qu'Ace, elle était d'assez petite taille. Ses longs cheveux châtain foncés et ondulés cachaient en partie son visage.

Elle ne portait qu'un haut à manche court blanc et un pantacourt de la même couleur s'arrêtant à la hauteur de ses genoux.

La jeune inconnue semblait être inconsciente. Sengoku se dirigea vers elle et prit quelque chose dans sa veste, une seringue.

Il piqua la jeune femme avec. Presque aussitôt, elle se réveilla :

- Ça fait maintenant presque 10 jours que nous t'avons plongée dans le coma, refuses-tu toujours de renier ton père ou bien as-tu décidé de prêter main forte à la Marine ? demanda Sengoku.

Ce dernier tint d'une main le visage de la demoiselle pour qu'elle le regarde dans les yeux :

- Je refuse ! s'écria-t-elle.

Elle dégagea son visage et essaya de se libérer de ses liens :

- Tu seras donc la première à être exécutée, ainsi je mettrais un terme non pas à une, mais à 2 lignées, poursuivit Sengoku. Vous vous demandez sûrement qui est cette femme. Ça vous fera un choc, tout comme moi lorsque j'ai appris, il y a 15 ans, qui elle était. Aujourd'hui, je tâcherais de mettre fin à ta lignée, Newgate, car il s'agit là de ta fille !

Edward Newgate, dit Barbe Blanche, s'en trouva choqué, il regarda plus attentivement sa prétendue fille :

- Adrianna, murmura le pirate.

- Père ? firent ses fils inquiets attendant une réponse.

- … Je crains malheureusement que Sengoku ait raison, elle ressemble étonnement à une femme que j'ai aimée, il y a de cela plus de 20 ans, continua Barbe Blanche.

- PIRATES ET ALLIES DE BARBE BLANCHE ! s'écria l'intéressée, attirant l'attention de tous. Ils veulent vous pousser à la mutinerie ! Ne croyez pas Akainu ! Je vous en conjure, ils vont vouloir créer la confusion au sein de vous et...

Sengoku la gifla pour qu'elle se taise.

- C'est tout ce que vous savez faire ? demanda la jeune femme, la lèvre fendue. Frapper ?

Celle-ci fusilla l'Amiral en Chef de son regard le plus noir :

- Tu ne vaux pas mieux que ton père, cracha-t-il en appuyant sur sa gorge.

- Mon père est un homme bien, contrairement à vous ! s'exclama-t-elle en se débattant comme elle le pouvait.

- Exécutez-la, ordonna le Marine aux bourreaux.

La jeune demoiselle sentit qu'on lui maintenait la tête inclinée, pour qu'elle soit tranchée. Elle fit tout ce qu'elle put, crier.

- LÂchez-moi !

Elle libéra alors un puissant courant d'énergie, assommant une bonne partie de l'armée de la Marine.

- C'est pas vrai, elle possède le fluide royal !

Sengoku, sous le choc, ne la quitta pas des yeux en tant qu'Amiral en Chef, cela l'avait à peine ébranlé mais ce n'était pas le cas des plus faibles esprits, se retrouvant maintenant à terre.

Néanmoins, cela avait aussi énormément épuisé la jeune femme, qui était complètement essoufflée.

- Voilà ce qui devait arriver, tu as utilisé tes dernières forces, asséna fièrement le Marine. Je reste tout de même surpris qu'après 3 semaines de privation de nourriture, tu arrives à me tenir tête comme tu l'as fait.

- Relâche ma fille et mon fils ! commanda Barbe Blanche, qui était avec ses hommes à quelques dizaines de mètres de l'échafaud.

- Si tu veux la rejoindre, il faudra encore nous passer sur le corps, prévint Akainu.

Lui et les deux autres Amiraux se levèrent, postés devant l'échafaud en tant qu'ultime défense.

- Le fluide de ta gamine est puissant pour quelqu'un qui suit une restriction alimentaire depuis 3 semaines, je peine à croire qu'elle ait réussi avec le peu de force qu'il lui restait à mettre à terre toute la Marine, remarqua Aokji.

- Mais il semblerait qu'elle ne le maîtrise pas, elle l'a déclenché dans un moment de désespoir, coupa Kizaru.

- Vous croyez ? répliqua-t-elle. Alors comment vous expliquez que juste vos soldats aient été touchés ? sourit-elle. Je maîtrise parfaitement mon fluide et cela depuis que je suis petite. J'assomme qui je veux, même si vous avez toujours fait en sorte qu'il ne me reste que peu de forces. Maintenant vous êtes seulement quatre combattants émérites contre une armada de pirates, les Vice-Amiraux encore debout ne tiendront pas longtemps face aux commandants de flotte. Vous pensez vraiment pouvoir vous en sortir ?

Les 3 amiraux regardèrent autour d'eux, sachant déjà ce qu'ils allaient constater : tout était calme, des milliers d'hommes bavant sur le sol évanouis, et cette gamine avait raison.

Akainu s'élança alors vers Barbe Blanche et l'attaqua :

- C'est décidément une manie chez vous, de faire des larbins ! railla Akainu.

- PAPA ! cria avec horreur la jeune fille.

L'Empereur des Mers stoppa les coups de lave sans difficulté :

- Je t'interdis de traiter ma fille de cette façon, siffla-t-il.

- Il est temps d'y mettre un terme, asséna Sengoku en voyant que la situation tournait.

Utilisant son Fruit du Démon, l'Amiral en Chef se transforma, atteignant l'état gigantesque de Bouddha.

- Si tu avances encore, Barbe Blanche, je les écrase sans hésitation, menaça-t-il.

Les pirates se figèrent face à l'énorme main d'or au-dessus des deux héritiers.

- … En fait, vous êtes encore plus laid et horrible comme ça, déclara la jeune femme.

- Tu vas te taire ? s'étrangla-t-il.

Le Marine tourna son regard vers elle et leva la main pour l'aplatir :

- Non ! s'exclama le commandant de la seconde flotte, horrifié.

- Pourquoi l'a-t-elle provoquée ? demanda Joz.

- Pour ça, fut la seule réplique d'un Barbe Blanche souriant.

La prisonnière capta le regard de Sengoku, qui comprit trop tard son erreur. Il ne put empêcher le déchaînement d'une puissante vague de fluide royal, qui l'assomma net avec les trois amiraux, ne résistant pas à une seconde attaque. Puis, elle s'effondra.

- Père, faîtes vite, elle s'est évanouie et elle est livide !

Ace, tout aussi paniqué qu'impuissant, regrettait clairement de ne pas pouvoir tenter quelque chose. Barbe Blanche s'avança et, avec le fruit du tremblement, explosa les portes qui gardaient l'échafaud lui et ses hommes prirent aussitôt la place. Bientôt, ils rejoignirent les deux prisonniers.

- ACE ! hurlèrent une bonne partie des pirates.

Marco se dirigea vers Ace et le libéra de ses menottes avec une clé qu'avait discrètement fait tomber Boa Hancock (pour quelle raison, ça, il l'ignorait) sur son chemin.

L'impératrice des Pirates, porteuse du Fluide Royal, avait fait semblant d'être touchée et s'en allait à présent vers Impel Down avec un vaisseau volé.

- Vista, quémanda l'homme le plus fort du monde, occupe-toi des liens de ma fille.

En effet, celle-ci n'était maintenue que par d'épaisses cordes. Elle ne devait pas posséder de fruit du démon, pour ne pas être attachée avec du granit marin.

Le commandant se chargea de couper ce qui retenait les poignets et les chevilles de la jeune femme. La prenant contre lui, il lâcha un sifflement rageur.

- Regardez-moi ça, ils ne l'ont pas attaché qu'aujourd'hui, les ordures !

Barbe Blanche observa les marques, elles étaient très foncées et saignaient un peu. Dans un geste paternel, il dégagea d'un doigt le visage de sa descendance, caché par quelques mèches de cheveux.

- Partons, notre mission est terminée, déclara-t-il sombrement.

- Père, je..., commença Ace tête baissée.

- Nous n'avons pas beaucoup de temps. Il faut partir avant qu'ils ne reprennent leurs esprits le temps des explications se fera une fois en sécurité.

Ace se tut aussitôt, il avait tellement honte... Si cette inconnue n'avait pas utilisé le reste de ses forces pour éviter la guerre imminente, c'était sûr et certain qu'il aurait perdu des frères. Il avait tellement honte de ne pas avoir écouté son père lorsqu'il lui avait dit de ne pas partir à la poursuite de Barbe Noire…

Mais l'Empereur avait raison : il avait fait assez de conneries, inutile de retarder leur départ pas après le sacrifice de la fille de leur capitaine. Tous les pirates rejoignirent le Moby Dick et commencèrent à partir.

Ils sortirent de la baie qui avait été dégagée de la glace à grand renfort de coups de canon. Ils pressèrent le pas quand ils entendirent au loin des soldats se relever et leur courir après.

Une attaque frôla le dos de Vista, qui s'était décalé au dernier moment mais ne put que tomber au sol. La jeune femme qu'il portait se réveilla plus ou moins quand il effectua une pirouette avant de se mettre devant son adversaire.

Tout était flou pour elle, ses yeux se rétrécirent sans hésiter un seul instant. Elle se releva comme elle pouvait, prit dans le même mouvement fluide une des épées de Vista et arrêta net Mihawk.

Les mains tremblantes, elle soufflait doucement, encore à moitié comateuse malgré la force qu'elle puisait dans ses bras.

- Ça suffit maintenant, espèce de lâche ! Attaquer un adversaire par derrière !...

Cela se voyait qu'elle bouillait de colère. Pour preuve, l'épée qu'elle tenait entre les mains s'illumina. D'un mouvement rapide, elle frappa Mihawk qui stoppa le coup mais ce fut insuffisant. Continuant d'attaquer à l'aide du fluide, elle fut rejointe par Vista et, à eux deux, repoussèrent le Capitaine Corsaire au-delà d'une faille créée pour l'occasion par Barbe Blanche.

- Allons-y, sollicita la jeune femme, grimaçant en frottant ses marques machinalement.

- Vous êtes du genre coriace ! s'écria le commandant en recommençant à courir.

- Peut-être, mais ne perdons pas de temps. Tenez, fit-elle en tendant l'épée à Vista.

Il refusa gentiment, un grand sourire aux lèvres.

- Gardez-la tant qu'on n'est pas sur le navire, vous avez l'air de savoir vous en servir.

- Merci. C'est d'ailleurs miraculeux, quand je pense que la dernière fois que j'ai touché une épée, c'était il y a quinze ans !

- Quinze ans sans pratique et vous arrivez à contrer le meilleur épéiste du monde ? s'étonna l'épéiste.

- Hein ? C'est lui, Oeil de Faucon ? comprit enfin la jeune femme.

- Ne me dites pas que vous ignoriez qui c'était ?

- J'aimerais vous y voir, à être coupé du monde pendant autant d'années ! J'avais entendu parler de lui mais j'ignorais à quoi il ressemblait.

Elle était la cause d'étonnement de plusieurs pirates mais ne s'arrêta pas. Pas maintenant qu'elle était libre. Plusieurs soldats s'étaient d'ailleurs réveillés, il ne fallait pas traîner.

- C'est dans la tête, dans la tête, murmura la jeune femme pour elle-même.

Elle était affamée mais ce n'était pas le moment ! Pourtant, sa faim et sa fatigue la rattrapaient, sa vision se faisait trouble.

Déjà qu'elle était à côté de plaque quand elle s'était battu contre Mihawk, mais là c'était pire, ça lui donnait de sérieux vertiges.

Son corps lui hurlait de s'arrêter et de lâcher prise mais jamais elle ne le ferait, elle préférait mourir. Il fallait qu'elle quitte cet endroit, un dernier effort se répéta-t-elle mentalement.

Ses membres ne se mouvaient plus que par sa simple volonté, sinon, elle se serait écroulée dans la seconde.

Elle monta sur le navire de son père et tomba à genoux, la respiration difficile. Elle avait l'impression d'avoir la gorge en sang quand l'air y rentrait.

Sa vision se détériorait et elle sentait qu'elle allait s'évanouir. Elle mit une main à son visage pour essayer de se maintenir éveillée et murmura :

- Hypoglycémie...

Elle s'écroula l'instant suivant. Tout le monde resta silencieux.

Leur colère, celle contre la Marine, était palpable, faisant monter une tension presque insupportable. Beaucoup se préparèrent à partir et attaquèrent avec les canons leurs ennemis reprenant conscience petit à petit.

Le médecin de bord se précipita sur la jeune femme, portant avec un commandant un brancard et une trousse de secours.

- Si elle nous fait une bonne hypoglycémie, ça va l'aider. Allez vite me préparer de l'eau sucrée, la perfusion ne sera pas suffisante et n'agira pas tout de suite, ordonna-t-il en déballant ses affaires.

Avant même que sa requête fut terminée, Marco et Ace s'élançaient vers les cuisines.

- Je n'arrive pas à croire qu'elle ait réussi à courir dans un tel état, murmura le médecin en vérifiant l'état général de santé de sa patiente.

- Alors ? demanda Barbe Blanche avec inquiétude.

- Il semblerait qu'elle ne fasse qu'une hypoglycémie. En ce qui concerne ses blessures, avec les bandages que je lui ai fait, d'ici un mois il n'y paraîtra presque plus. Il ne faut pas s'attendre par contre à ce qu'elle se réveille prochainement, déballa le pirate d'une traite.

- Mais ses jours ne sont pas en danger ?

- Non, je pense même qu'elle récupérera assez rapidement. Sa détermination l'a aidé à tenir jusqu'à maintenant, je suis confiant. Elle est juste épuisée, il lui faut surtout beaucoup de repos.

Les commandants de la première et seconde flotte revirent alors avec ce qui était demandé.

- Merci, fit le médecin en penchant la tête de la jeune femme pour qu'elle boive, j'avais craint une déshydratation et fort heureusement ce n'est pas le cas.

L'Empereur des Mers se détendit un peu, sa fille n'était pas en danger, son regard se dirigea vers Ace, qui semblait l'éviter :

- Que voulais-tu me dire ? dit alors Edward Newgate alors que son fils se présentait devant lui.

Le jeune pirate observa rapidement son père avant de détourner les yeux :

- Je... que je..., oh père sanctionnez-moi pour ne pas vous avoir écouté ! s'écria-t-il en tombant à genoux. Si elle n'était pas intervenue, il y aurait eu beaucoup de morts et de blessés parmi nous et peut-être... peut-être que vous...

Ace, la gorge bloquée par des sanglots qu'il retenait, ne put continuer. Mais tout le monde comprit où il voulait en venir.

- Je ne suis qu'un imbécile, alors pourquoi êtes-vous tous venus ? continua-t-il. Tout est de ma faute !

- Parce qu'ils t'aiment, chuchota une voix féminine.

Tout le monde tourna le regard vers l'endroit d'où venait le souffle. Et tous eurent la surprise de voir que la fille de leur capitaine avait enfin ouvert les yeux.

Les premiers soins commençaient à faire leurs effets, mais elle décida de garder les yeux clos, la fatigue probablement :

- Ace, murmura-t-elle doucement, tu n'es pas un imbécile, je ne te le permets pas... Tout le monde fait des conneries, certaines lourdes, certes, mais l'Homme avec un grand H n'est pas parfait. Si tu étais un imbécile, un vrai, tu commettrais des erreurs, mais sans en tirer aucune leçon. Or, toi tu regrettes, tu as appris des choses, tu en as tiré des leçons. Ace, tu es un être humain, tu as le droit de te tromper. S'ils sont venus te sauver c'est parce qu'ils t'aiment et t'apprécient et cela, qu'importe ce que tu as pu faire…

Il eut un silence, elle venait de se rendormir, elle était encore très fatiguée et l'effort demandé pour sa tirade l'avait obligé à replonger dans le sommeil.

Ace ne put alors s'empêcher de pleurer : tout ce qu'elle venait de dire... c'était vrai.

Une vérité à l'état brut aussi douloureuse que soulageante. Personne n'osait parler, même si beaucoup se détendirent en voyant que leur frère avait enfin ouvert les yeux.

- Père, mes amis, mes frères, pardon, chuchota Ace d'une voix rauque de moins en moins fort. Pardon, pardon, pardon…

- Cesses donc de pleurnicher, coupa Barbe Blanche avec un regard compatissant. Ta démarche ne partait pas d'un mauvais sentiment en poursuivant Teach. Aucun d'entre nous ne t'en veut.

- Oui, si on t'en voulait, on serait pas venu aussi nombreux pour leur casser la gueule, plaisanta Marco.

- Bien qu'au final, il n'y ait pas eu d'action, ajouta Fossa en souriant.

- Merci, les amis…

Cette fois, ce furent des larmes de joies qui coulaient le long du visage du fils de Roger sans qu'il ne puisse les arrêter.

- ACEEEE ! appela quelqu'un, brisant sans vergogne son moment d'émotion.

- Mais on dirait..., commença l'intéressé en se relevant.

- ACEEEEE !

- LUFFY ! hurla Ace en se précipitant vers le bord du bateau.

- ACEEEEEE ! répéta le Chapeau de Paille depuis un navire de la Marine.

Luffy étira ses bras vers le navire de Barbe Blanche et se projeta sur son frère, les faisant tomber tous les deux sur le pont avec force et bruit.

- Luffy, je suis content de te revoir !

- Moi aussi, mais, pour l'exécution, elle a pas eu lieu ? demanda aussitôt son petit frère.

- Ce que tu peux être naïf ! Non, j'ai été secouru, et pour dire vrai, c'est grâce à elle, dit-il en désignant la demoiselle qui était maintenant allongée près de son père.

- Comment ça ?

- C'est un peu long à expliquer, l'essentiel c'est que c'est grâce à elle que je suis encore là, coupa court le commandant.

- Bah, dit donc elle doit être forte alors, conclut innocemment le rookie.

- J'ai bien entendu ? demanda Jimbei, à la barre du bateau du Gouvernement .

Ce dernier manœuvra le bateau sur il se trouvait et l'approcha de Moby Dick afin de l'aborder.

Tous purent remarquer diverses statues de pierre, Crocodile, des personnes étranges, des révolutionnaires et la sulfureuse Boa Hancock impassible et en retrait.

- Ace, je vois que tu es toujours en vie ! lança l'homme-poisson. Ça fait plaisir, mais vous avez fait vite. Barbe Blanche, il va falloir me raconter, je croyais qu'il n'y avait pas de femme dans ton équipage…

- C'est le cas d'habitude mais là, c'était différent, elle était sur l'échafaud aussi, prête à se faire exécuter, commença Barbe Blanche.

- Hein ? Mais comment se fait-il qu'elle ait sauvé Ace dans ce cas ? interrompit Luffy, toujours aussi impoli.

- Elle a utilisé plusieurs fois le fluide royal, expliqua Marco. Rien qu'avec le premier coup, elle a mis des milliers d'hommes à terre.

- Ah je comprends pourquoi vous avez fait vite. Ce n'est d'ailleurs pas plus mal, il n'y a pas eu de victime, conclut Jimbei à voix haute. Ça me rassure que cette guerre n'ait pas éclatée et ne se soit pas terminée dans un bain de sang.

Barbe Blanche se retira alors, sa fille dans les bras, le médecin l'aidant à transporter les perfusions jusqu'à l'infirmerie.

- Elle sera mieux ici, annonça celui-ci

- Adrianna..., murmura Barbe Blanche.

- Père ?

- Je me demande pourquoi elle m'a caché l'existence de ma fille, expliqua Barbe Blanche après un court silence.

- Je pense qu'elle pourra répondre à cette question, tenta le pirate en désignant la jeune femme, peiné de voir son capitaine dans cet état. Avait-elle des raisons de ne pas vous l'avoir fait savoir ?

- Non, et c'est bien cela qui me gêne, soupira le géant.

- Je pense qu'il faudra attendre son rétablissement pour tirer ces choses aux clairs. Moi en tout cas, de ce que j'ai vu et entendu à Marineford, elle semble vous aimer. Je suis désolé de vous dire ça alors que vous venez de la rencontrer, père, mais il faut la laisser se reposer. Si elle se réveille, je vous avertirais tout de suite.

Détachant à regret ses yeux de la fine silhouette respirant avec régularité dans des draps blancs, l'homme le plus fort du monde sortit de l'infirmerie et rejoignit le reste de ses hommes.

- Père, des vaisseaux de la Marine sont à notre poursuite, l'informa Marco. C'était à prévoir. Nous attendons les ordres.

Le paternel s'avança et regarda l'horizon. Effectivement, une dizaine de vaisseaux fendaient les flots dans leur direction. Prenant une forte inspiration, il brisa l'air et, au bout de quelques minutes de poursuite, un tsunami alla engloutir les membres du Gouvernement sans causer dommage aux pirates.

- Voilà qui devrait les calmer pour un moment, s'esclaffa l'Empereur.

- Chouette, on va pouvoir fêter ça ! cria Luffy, levant les bras vers le ciel en riant.

- C'est pas le moment, Luffy.

- Hein, pourquoi ? demanda le jeune homme avec sa candeur habituelle en penchant la tête.

- Celle qui m'a sauvé n'a pas un état de santé très brillant, expliqua Ace. Si je dois faire la fête, ce sera une fois qu'elle sera sur pied. C'est grâce à elle si je suis ici, après tout. Je ne pourrais pas m'amuser avec les autres alors qu'elle est clouée au lit.

- Dans ce cas, si tout le monde est d'accord, on fêtera le retour d'Ace après le rétablissement de...

Barbe Blanche s'arrêta net.

- Quand j'y repense, on ignore tous comment elle s'appelle, déclara-t-il, songeur.

- La petite ? demanda Jimbei.

- Oui.

- D'ailleurs, pourquoi était-elle sur l'échafaud avec Ace ? questionna l'homme-poisson.

Tout le monde se tut, c'était à leur capitaine de le dire. Même si la Marine se ferait un plaisir d'annoncer qu'il avait une fille, il préférait apparemment se taire pour le moment.


Voila le Bonus ^^

Ainsi je vais vous faire la présentation de ce nouveau personnage qui est la fille de Barbe Blanche.

Cette fiche va vous suivre tout au long des chapitres et sera complété au fur et à mesure par mes soins.

Prénom : Néant

Nom : Newgate

Sexe : Féminin

Fille de : d'Adrianna et d'Edward Newgate dit Barbe Blanche.

Age : A peu près le même que Ace soit 20 ans (à confirmer).

Née le : Néant

Cheveux : Longs, châtain foncés et ondulés.

Couleur des yeux : Néant

Taille : Petite

Fruit du démon : Semble n'avoir aucun pouvoir provenant d'un fruit du démon puisqu'elle était attachée par des cordes et non du grannit marin.

Fluide : Maitrise le fluide royal puisqu'elle a su assomer toutes les forces de la Marine uniquement sans que cela touche les pirates.

Force : Semble avoir des bases d'épéistes puisqu'elle bloque Dracule Mihawk. Ennemis : Le Gouvernement Mondial.

Passé : On l'ignore, mais il semblerait que le gouvernement mondial est caché son existence, puisque Barbe Blanche lui-même ignorait qu'il avait un enfant.

Couleur préféré : Néant

Ses amis : Néant

Constat que l'on peut faire : Elle semble connaitre ses origines, puisque quand Sengoku lui demande si elle accepte enfin de renier son père pour sauver sa vie en servant la Marine, celle-ci refuse catégoriquement. De plus elle semble aimer son père, plusieurs choses le montre, déjà elle refuse de renier ses origines, elle le défend face à Sengoku, elle le met en garde sur les attentions d'Akainu et elle hurle de peur le mot « Papa » quand Akainu attaque son père.

Le fait qu'elle avertisse d'ailleurs son père et ses alliés des intentions d'Akainu cela sous-entend qu'elle aurait donc entendu les sombres projets de la Marine peu avant que la guerre éclate.

Caractère : Elle semble déterminée, puisqu'elle préfère mourir que de renier son nom.

Spécificité : Néant.


To be continued...

Dans le prochain épisode la fille de Barbe Blanche reprend enfin connaissance, qui est-elle ? Comment s'appelle t'elle ? L'homme le plus fort du monde le découvrira.

Mais alors qu'elle est à peine réveillée, cette dernière va leur offrir quelque chose...

Dans le prochain épisode ne manquez pas « Une âme qui se réveille et une âme qui s'éveille ».


Alors ? J'espère que vous avez aimé ^^ Dites ce que vous en pensez.^^