Edit : aah ! j'étais tellement pressée de publier ce nouveau chapitre que j'ai complètement oublié de remercier mes reviewers tout à l'heure ! pardon XD vos commentaires m'ont fait tellement plaisir ! alors un grand merci à guest, sakura et texas37 :D

Note : eh oui ! Me revoilà contre toute attente ! Hier, il y avait une nuit d'HPF et comme la saison 1 de Nikita vient d'être rediffusée sur NT1, je suis d'humeur très Balex en ce moment donc j'ai écrit trois nouvelles scènes sur eux hier :D Ça saute un peu des étapes par rapport au dernier texte mais vu la fin de ce qui sera le chapitre 6, j'aurai la possibilité de faire des flash back si l'envie me prend et que je trouve le temps. Bref, j'espère que vous prendrez plaisir à lire ces nouvelles petites scènes !

Avertissement : pour le niveau de spoiler, je reste très très floue sur les événements, je ne dis que des trucs à caractère général comme « cet épisode l'avait ébranlé » sans entrer dans les détails. Comme ça, ça reste relativement intemporel, ça peut correspondre à certains faits de la saison 2 comme à d'autres qui pourraient arriver plus tard… Donc voilà, je considère que ce sont des scènes sans spoilers sur la fin de la saison. J'utilise des bribes de réel, d'autres non. J'aurais pu écrire ça sans avoir vu la fin de la saison 2 donc ne prenez pas pour argent comptant ce que j'écris, tout est du domaine de l'imagination (je préviens pour les prochains chapitres qui pourraient faire croire que je spoile mais non en fait XD)

Rappel : texte écrit dans le cadre des nuits d'HPF. Le principe ? Un thème donné pour nous inspirer un texte, une heure pour le rédiger ! Et ça s'enchaîne de 21h00 à 4h00 du matin…

Thème: fuite (22h-23h)


Scène 4 : Complicité

Birkhoff contemplait l'océan, perdu dans ses pensées.

Cet épisode l'avait ébranlé et il ne savait plus trop où il en était.

Parfois, c'était tellement difficile. Pourquoi continuer ? Pourquoi s'acharner ?

Ça n'avait aucun sens, l'entreprise de Nikki était vouée à l'échec. Ils...

- Tu songes à prendre la fuite ? s'enquit une voix taquine derrière lui.

Alex vint s'asseoir à ses côtés, une cannette de fueler© tendue vers lui, une autre déjà à ses lèvres.

Prendre la fuite ? Est-ce qu'il y songeait vraiment ? Avec une pointe d'amertume, il se dit que cette idée ne devait jamais l'effleurer, elle, courageuse comme elle l'était. Mais si lui y pensait, cela faisait-il pour autant de lui un froussard ? Tout ça… leurs plans – leur but, plutôt, vu l'improvisation constante que ça nécessitait – c'était quand même surréaliste ! De la folie. On ne pouvait tout de même pas lui reprocher de vouloir vivre, non ? De quel droit se permettaient-ils de le jug…

- Tu sais, Seymour, moi aussi j'y pense parfois…

Le Birkhoff rectificatif qu'il allait rétorquer par automatisme se coinça dans sa gorge et il tourna des yeux écarquillés vers elle, persuadé qu'elle n'était pas sérieuse. Mais elle l'était.

C'était à son tour de fixer la ligne d'horizon avec tristesse. Sublime et fragile poupée russe qui se dévoilait parfois comme ce soir, le prenant par surprise.

Il aurait voulu la questionner, en savoir davantage sur ses intentions, ses angoisses. Partager les siennes. Lui proposer de fuir ensemble, peut-être ? Mais ses mots restèrent bloqués quelque part en lui. Comme s'ils le devaient. Trop tôt.

- Tu me rassures, je croyais que tu étais aussi tête brûlée que Nikki et Mikey. Mais si on s'éclipsait, ils ne survivraient pas un jour sans nous, doués comme ils sont, tu le sais bien ! lui dit-il avec, à l'appui, une légère accolade, épaule contre épaule.

Prise au dépourvu, Alex se tourna vers lui et remarqua son sourire en coin. Le rire qu'il retenait devant son air ébahi. Et contre toute attente, un éclat de rire jaillit alors de sa poitrine. Un de ceux qui réchauffent l'atmosphère – ou en tout cas son cœur à lui –, tout comme le sourire éclatant qu'elle afficha ensuite tandis qu'elle posait sa tête sur son épaule en lui soufflant un merci.

Oui, parfois il doutait. Mais il savait aussi pourquoi il restait. Pourquoi il continuait. C'était pour eux. Pour elle aussi, maintenant. Pour ses amis. Sa famille.


La suite très prochainement...