La cloche sonna midi, les couloirs de l'école Saint-Tristan d'origine calmes, devinrent en quelques secondes remplis à craquer des jeunes adolescents de treize à quatorze ans. Un tapage assourdissant émanait de ces jeunes gens ivres de joie au bruit de la cloche. Bientôt, tous les enfants furent sortis des couloirs pour se diriger vers la cantine.

Tous, sauf une : une jeune fille descendit les escaliers menant à la cour, seule, la tête baissée. Cette fille avait des cheveux d'une couleur étrange, un noir virant au bleu. Ses yeux, d'un orange éclatant, brillaient faiblement. De gros cernes naturels lui donnaient un air fatigué à longueur de temps. Elle portait une veste en cuir noire, un jeans bleu avec des genoux usés et des converses noires abimées.

Marchant lentement, son déjeuner à la main et un livre assez volumineux s'intitulant «Autre-monde, le cœur de la terre » elle finit par arriver à la cantine 5minutes après tout le monde. En poussant la porte, son entrée fut accompagnée par le regard moqueur de tous les jeunes présents. Et tout en inspirant profondément, elle traversa toute la grande salle, des jeunes lui faisaient des croche-pieds, riant, ils lui crachèrent :

-Alors, Edith ? Tu ne te promènes pas avec une horde de chats ? Pourtant, avec ces yeux- là, tu devrais les attirer comme des mouches.

Ou d'autres l'appelaient « Chatte à lentilles » Edith portait des lentilles oranges, car elle n'aimait pas la couleur naturelle de ses yeux, ils étaient gris clairs, elle avait l'impression qu'en se voyant dans la glace, elle était aveugle. L'orange étant sa couleur préférée, elle économisa pour s'acheter des lentilles orange claires, une couleur pareille aux yeux d'un chat.

Elle alla s'assoir à une table où se trouvaient deux filles : Amélie, une fille avec des couettes blondes, des taches de rousseur et Marie, une fille banale avec des cheveux bruns bouclés. Quand elles virent Edith s'approcher, elles déguerpirent au plus vite. Edith mangea donc seule, pour elle ce n'était pas trop grave.

Edith avait toujours été rejetée par les autres, de nature solitaire, elle n'avait jamais trouvé cela trop dérangeant. Elle s'était refermée sur elle-même au fil du temps, plus personne n'arrivait à lui parler. Mais de toute façon personne n'était son ami. Une seule personne pouvait la faire rire et à faire ressortir la vrai fille au fond d'elle : souriante, rigolote et dynamique. Cette personne était son frère, Germain, qu'elle admirait. Malgré la différence d'âge treize ans et seize ans, ils s'entendaient à merveille. Il lui avait fait découvert les mangas, chose qu'elle lisait très souvent, lui apprenait à dessiner des personnages et lui faisait découvrir des livres divers. Un livre en particulier avait tapé dans l'œil d'Edith, la saga Autre-monde de Maxime Chattam. Ce livre était tous ce qui la faisait oublier la vie où elle devait survivre.

Elle prit la décision de terminer le dernier tome sortit, le tome trois. Plus que quatre chapitres et elle avait fini le cycle un, car le cycle deux, se composant de quatre livres, devait sortir vers noël. La saga entière devait donc composer de sept livres. Ce livre est tellement sympa, si seulement le monde était comme ça, songea-t-elle. Non, je serai entouré de ces horribles personnes autour de moi. Elle jeta un regard circulaire dans la salle, faisant attention à ce que personnes ne la remarquent.

Il restait dix minutes de recréation, et Edith n'avait pas quitté la cantine, absorbée par son livre. Aller, dernier chapitre et j'ai fini, pensa-t-elle avec un mélange de joie et de tristesse. Edith détestait finir un livre, surtout le dernier d'une saga. Sous l'excitation, elle lit de toute vitesse.

-Voila… Fini le cycle un, reste à attendre Noel pour le tome quatre, se dit-elle à elle-même.

Cela lui prenait souvent de parler toute seule, tout le monde le savait, et avait utilisé sa manie pour trouver une autre façon de se moquer d'elle. Elle ferma son livre dans un bruit de claquage, rassembla ses affaires étalées sur la table et se dirigea vers l'emplacement de sa classe, patientant jusqu'à la sonnerie.

La fin des cours se déroulèrent habituellement : assise seule au fond de la classe, écoutant à moitié. L'autre moitié occupée à rêver ou à dessiner. Etonnamment, elle était une des première de classe même en écoutant presque rien, et en étudiant presque jamais. Quand l'école fut finie tous les jeunes se précipitèrent hors du bâtiment pour pouvoir profiter de la vie. Edith pressa le pas elle aussi, heureuse de pouvoir être avec son frère pendant tout le mercredi. Elle traversa rapidement la rue principale et s'engagea dans le centre-ville. Elle bifurqua à droite et arriva dans sa rue. Elle s'arrêta un instant, prit une grande inspiration, enfonça sa tête dans son manteau et s'engagea dans sa rue. Edith détestait tous les adultes du quartier, il n'y avait aucun enfant ou adolescent. Quand elle arriva devant sa maison, une maison très imposante, Edith avait des parents très haut placés, mais sa mère partait trois cent jours par ans plus ou moins, son père qui était soit à son travail, ou enfermé dans son bureau. Edith était donc assez riche. Mais elle ne voyait pas ses parents souvent. Ce qui la rendait encore plus sombre et sans vie. Elle profitait des instants que ses parents lui donnaient pour les vivre à fond. La personne qui s'occupait la plupart du temps d'Edith et de son frère était Angeline, leur sœur ainée de vingt et un ans. Angeline ne travaillait qu'à mi-temps pendant que son frère et sa sœur était à l'école, elle remplaçait la mère qu'ils n'avaient jamais eue.

Une lueur commença à briller dans les yeux orange d'Edith. Elle poussa la porte, en enlevant ses chaussures elle vit celle de son frère sur la carpette de l'entrée. Elle prit une grande inspiration, et cria dans la grande maison :

-Je suis là! Germain? J'ai finis le tome trois, tu t'en rends compte?

-Edith, c'est toi ? Attend je descends. Tu rentres tard aujourd'hui.

-J'ai pris mon temps, t'as de la chance de ne pas avoir de rattrapage pendant les vacances de Noel toi

Un jeune homme descendit des escaliers volumineux au milieu de l'énorme hall. Il était assez grand pour son âge, il avait des cheveux châtains courts. Ses yeux étaient noirs. Germain, contrairement à Edith, avait toujours sût être à l'aise en toutes situations, toujours entourés d'amis ou même des gens qu'il ne connaissait presque pas. Il était populaire dans son école, le fait aussi qu'il n'ait jamais révélé l'existence d'Edith dans sa famille, car il aurait été rejeté aussitôt. Mais Edith voulait qu'il ait une vie normale, pas comme elle. Edith se tourna vers Germain en lui souriant :

-Angel est rentrée ? Faut que je lui demande quelque chose.

-Non pas encore, elle est allée faire les courses au supermarché. Elle devrait rentrer bientôt.

-Ok, bon j'attendrai. Alors comment c'est passé ta journée ?

- Je suis allé trainer dans la ville avec des amis, sauf qu'une fille m'a demandé pour aller au cinéma ce soir…

-Quoi ? C'est qui, t'as dit quoi ?

Edith fut toute chamboulée par cette nouvelle, Germain avait beau être populaire, il n'était jamais sorti avec une fille à seize ans. Edith savait que beaucoup de filles lui demandaient, mais il refusait à tous les coups, car elle demanderait alors de venir ici, et Germain savait qu'Edith ne voulait voir personne ici. Elle ne voulait pas que son frère devienne quelqu'un de rejeté en révélant qu'il était son frère.

-J'ai accepté… Je sais que je n'aurais pas dû, mais cette fille je l'aime vraiment, c'est Léa, tu vois qui sais ? Je t'en ai parlé il y a pas trop longtemps, elle n'habite pas loin !

Edith soupira, puis se adressa à son frère un large sourire, elle était à la fois contente et inquiète pour lui.

Edith passa le plus clair de son temps à lire un manga dans son lit. Elle était comme dans un rêve, tous ces personnages avec des pouvoirs extraordinaires la faisaient s'évader du monde réel. Quand Angeline rentra vers 6 heures et demi, elle était accompagnée d'un homme de son âge, il était grand et peu musclé. Ses cheveux lui cachaient les yeux à moitié. Ses yeux étaient turquoises, son allure le rendait mystérieux. Edith embrassa sa sœur et salua son ami.

-Bonjour, je suis Jonathan, tu sais pourquoi je suis là ?

Jonathan sourit à Edith, qui le regarda d'un air étrange, c'était la première fois qu'elle le voyait.

-Je ne vous aie jamais vu de ma vie, désolé. Où est Germain ?

-Ce Germain est votre frère à toute les deux c'est bien ça ?

-Oui exact, et toi t'es qui ?

-Le fiancé de ta grande sœur, elle ne te l'a pas dit ?

-Non ! Angel, pourquoi tu me l'as pas dit ? Depuis quand vous êtes fiancé ? Dit-Edith en haussant le ton, elle n'en croyait pas ses oreilles, à vingt et un ans, Edith n'aurait jamais cru qu'une personne pourrait être fiancé. Mais pendant qu'Edith débattait son idée dans sa tête, Angeline la ramena sur tête :

- On dit tu ne me l'as pas dit, pas tu me l'as pas dit. Cela t'arrive d'écouter à l'école ?

-Ça va, ça va, tu n'es pas ma mère !

Les paroles d'Edith lancèrent un froid. Leur mère n'était jamais là, c'est à peine si ils se rappelaient de son visage. Mais pendant qu'Edith recherchait le visage de sa mère dans le désordre permanent qu'était son cerveau, Angeline l'arracha de ses pensées.

-Moi je suis pas comme toi, je parle comme j'ai envie ! reprit Edith.

-Je ne suis pas comme toi, soigne ton langage…

-Rahh la la la la, je monte, amuse toi bien avec ton fiancé ! Tu m'énerves ! Sur ces mots, Edith se précipita sur les marches se trouvant juste derrière elle, Angeline la regarda monter puis baissa les yeux tristement, elle aimait tellement Edith, en sachant son statut à l'école, elle faisait tous ce qu'elle avait en son pouvoir pour la rendre heureuse.

Edith se dirigea vers sa chambre. Quand elle arriva au niveau de la chambre de son frère, en passant, elle entendit une langue étrangère. Du japonais se dit-elle, il regarde un animé, mais lequel ? Elle poussa la porte par curiosité, son frère, surpris par son arrivée cacha subitement l'écran et lui dit d'une voix étonnée :

-Non non non, faut pas que tu vois le héros comme ça ! Vite sors !

-Ok ok, je pars, mais tu connais le fiancé d'Angel ?

- Oui, tu ne savais pas ? Elle me l'a dit à moi pourtant…

-Quoi ? Pourquoi elle me l'a pas dit ? Je lui faisais confiance….

-Allez ça va aller, ne t'inquiète pas. Germain lui sourit gentiment, mais Edith baissa la tête, poussa un grand soupir et s'en alla. Elle passa les innombrables portes des couloirs. Regardant en passant les plaques en argent sur les portes salle de bain de Germain, salon quatre, salle de jeux, … Elle finit par arriver dans sa chambre, elle soupira de soulagement en la poussant. Elle jeta son cartable dans un coin et huma l'air de sa chambre. Elle jeta un regard circulaire dans sa chambre et s'arrêta sur un vivarium se trouvant sur son étagère. Elle s'en approcha en attrapant au passage une boîte en plastique qui remuait.

-Hey, Loy ! Tu m'as manqué, tu as faim peut-être ?

Le serpent de cinquante centimètres de long se trouvant dans le vivarium s'agita pour acquiescer la proposition de sa maitresse. Edith entrouvrit délicatement la boîte en plastique et plongea sa main dedans. Elle en sortit deux énormes sauterelles vivantes. Elle les lâcha dans le vivarium dans la joie de Loy. Le serpent se jeta sur l'une des sauterelles. Edith sourit en le voyant gober cette pauvre bête.

Edith passa le reste de son temps à faire ses devoirs, allez sur ordinateur jouer à un jeu en ligne, et à lire des mangas. Un rapide coup d'œil sur son calendrier lui fit arrêter ses activités. Les prochains jours annonçaient le festival de sa ville. Il était peut-être ne plein hiver mais il faisait fureur chaque année. Un sourire se dessina rapidement sur son visage.

-Enfin ! C'est après-demain, mais il reste le samedi…