Coucou à tous et à toutes !

Me revoila pour une fiction qui me tenait à coeur un Katniss/Cato, car oui à travers mes reviews ou les PM, vous devez savoir, je suis une fan de Cato ( faut dire que l'acteur du film est à tomber aussi. Mon quatre heure personnel )

J'espère que cette histoire vous plaira, elle nous donne une fin que je trouve quand même plus réaliste et le K/P je n'en peux plus. Rated M pour lemon, violence.. Vous verrez ça au fur et à mesure des chapitres! Je vous promets du sang, du vomi et des insultes.

(Ma version personnel du bonheur dans une fic... *_* Sadique Powâââ)

Bon j'attends vos impressions avec impatience, je suis dans un mois de stage là fou fou fou niveau boulot, un par semaine peut être ou tous les dix jours le temps d'avoir de l'avance. La longueur variera, sûrement plus longue que ce chapitre d'entrée en matière ^^

Chapitre 1

La pluie fouettait mon visage et mes cheveux collés sur ma joue alors que mon bras brandissait une flèche tout droite pointée sur la tête de Cato.

« Lâche le espèce d'enfoiré ! » criai-je pour me faire entendre par dessus les cris des mutations qui jappaient à la base de la corne d'abondance. Leurs griffes crissaient le métal mais le bruit était atténué par l'avalanche d'eau que nous prenions sur le crane. Les gouttes d'eau sur le métal brillant de la corne nous empêchait presque d'entendre notre propre cœur battre à tout rompre. Mon bras commençait à trembler et je savais qu'il fallait que je prenne vite une décision. La tête de Cato était une solution trop hasardeuse car s'il bascule en avant, Peeta tomberait avec lui.

Peeta, qui prenait une couleur bleuté très inquiétante, il allait suffoqué si je ne réagissais pas très vite. Je décidais alors de viser la main de Cato. Avec de la chance Peeta se raccrochera en tombant. Je lui jetais un coup d'œil lui montrant sa main d'un geste de la tête. Il opina mais je ne fus pas certaine dû à la météo apocalyptique. Je tendais alors mon arc, bougeant légèrement mon angle de tir.

« N'essaye même pas la fille de feu ! » Je le vis resserrer son étreinte autour du cou de Peeta. Je n'avais pas le choix, je devais le faire.

Un coup de canon retentit alors.

Un rire tonitruant, une espèce de rire non humain, cruel s'éleva. Je regardais avec effroi Cato rire, ses cheveux blonds collés sur son visage et ses vêtements à moitié dépecés. Je me levais sans un mot, mon corps tremblait de toute part, je ne contrôlais plus du tout mes membres. Mon regard s'écarquilla d'effroi quand je vus le corps inanimé de Peeta en bas de la corne. Un cri d'horreur resta bloqué dans ma gorge. Ou alors il sortit mais le bruit environnant était si fort que je ne m'en rendit pas compte. Comment avais-je pu rater ma cible ? Comment avais-je pu le tuer ? J'étais un monstre, comme n'importe quel tribut de ce Jeu. Je n'étais pas à l'abri de devenir une meurtrière comme eux. J'étais devenu l'un d'eux sans le vouloir.

Je me retournais vers mon adversaire. Il semblait toujours pris de folie, riant aux éclats. Je me levais d'un coup, la rage me donnait des ailes. Je me déplaçais vers Cato doucement, pour ne pas glisser sur le métal mouillé, et arrivait derrière lui. Je n'avais plus à attendre de personne. Autant en finir. Cato se rendit compte un seconde trop tard de ma présence et avec tout le force qu'il me restait je le poussais de la corne d'abondance. Il cria en tombant et les mutations se jetèrent sur lui. Ces cris étaient atroces mais je n'arrivais plus à distinguer quoique ce soit dans cette pluie torrentielle. Je priais pour qu'il soit mort assez vite.

Je me recroquevillais sur le métal glacé et fermais les yeux. Mon corps se mit de lui même en positon fétale et les gouttes d'eau glacé roulaient sur mes joues, cachant ainsi mes larmes devant les cameras. Un sommeil sans aucune chance de survie vint alors me trouver. Le genre de sommeil qui vous engourdi, vous glace mais vous apaise. Il vous murmure à l'oreille que tout est fini et que ça ne prendra pas longtemps. Ce sommeil que nous avons tous rêvé de connaître dans cette arène.

Mon nez commença à frétiller. Une envie d'éternuer atroce me montait au visage et je me relevais sur un bras pour faire un vacarme pas possible, de la morve s'étalant sur le métal doré. Je m'essuyais du revers de la main et mon corps sembla se réveiller. Une douleur uniforme m'engloba. Tous mes membres étaient endolories, je ne sentais plus mes orteils ni le bout de mes doigts. Je jetais un oeil sur mes main elles étaient bleues. Je semblais à un stade avancée d'hypothermie. Je me mis à genoux. Je levais alors la tête vers un soleil, une matinée humide, avec des rayons qui réchauffaient ma peau meurtrie. Une unique larme coula le long de ma joue, j'étais dans si mauvais état que je pouvais pas pleurer plus. Mes yeux devaient être rouges car ils me piquaient et me lancer. Ils semblaient me supplier de fermer les paupières pour ne jamais les rouvrir. Je me rappelais soudain de mon adversaire du district deux. Je commençais à ramper prudemment vers le bord de la corne, ne pouvant plus marcher sur mes pieds pour l'instant. Aucune trace des mutations, elles avaient du repartir dans la forêt. Je vis alors deux corps à une vingtaine de mètres l'un de l'autre. Mon coeur se serra si fort que je dus mettre ma main sur la poitrine pour essayer de me masser. Si un hovercraft n'était pas encore passé me prendre c'est que Cato était encore en vie. Je devais aller vérifier. Il semblait en assez mauvais état, je décidais de laisser mon arc et entrepris de descendre.

Je ne fis pas quelques mouvements que je basculais et tombais rudement sur le sol.

« Quelle putain de journée. » grommelais-je dans entre mes dents.

Je rampais vers le corps de Cato en prenant soin d'éviter de regarder Peeta. J'attrapais un couteau qui trainait sur ce champ de bataille atroce. Je continuais d'avancer et j'arrivais à proximité de Cato. Je fus prise d'un haut le coeur que je ne pus retenir. Mon estomac se vida sur l'herbe verte légèrement tachée par endroit de sang séché. De la bile brûlante me déchira l'oesophage mais le corps de Cato était à vif. Je pouvais voir ses muscles, par endroit ses os, son visage portait la marque des crocs acérés de ses bêtes. Je m'assis à côté de lui, le regardant quelques minutes. Un muscle tressaillit légèrement sur son visage et j'eus un léger mouvement de recul, tenant mon couteau bien serré dans ma main.

Il ouvrit les yeux, enfin un était si boursouflé que je ne pouvais dire s'il était ouvert. Il ouvrit la bouche avec un effort surhumain.

« Achèves... moi. » réussit-il à murmurer avant de refermer les yeux.

Il était encore en vie. C'était vraiment une force de la nature. Je baissais les yeux sur mon couteau, allais-je l'égorger? Assez de sang n'avait-il pas été versé ? Me voyais-je vraiment lui trancher la gorge d'un geste froid et calculateur?

Je n'étais pas comme ça. Je ne pouvais plus supporter un autre meurtre. Je voulais juste que ça s'arrête maintenant. Je ne pouvais pas rentrer au district après l'incident avec Peeta, il m'avait aimé, fait confiance... et je l'avais rejeté avant de le tuer. Si je tuais Cato maintenant, tout le monde se dirait que je l'ai fait exprès, je voulais gagner et j'ai tué Peeta en faisant passer ça pour un accident.

Je me rappelais alors la contenance de mon petit sac à la ceinture. Des baies mortelles de sureau. Une et je serais enfin débarrassée de ce monde sanguinolent. Je jetais un coup d'oeil un Cato qui souffrait le martyr chaque minute. Une mort rapide lui serait salvatrice. Je sortis les bais et en positionna deux dans mes mains. Je me penchais alors vers Cato.

« écoute, croque la dedans, ça te tuera en une fraction de seconde. Tu ne souffriras plus, personne ne souffrira plus, d'accord ? »

Je me surprenais à poser la main sur ses cheveux, aussi blond que ceux de Peeta. Une telle souffrance ne pouvait laisser personne ne marbre. Je l'avais poussé et laissé se faire déchiqueter par ces bêtes. Je lui devais bien ça. Je leur devait bien ça à tous ceux qui étaient mort dans cette arène.

Il ouvrit son oeil valide et me regarda droit des les miens. Une lueur de reconnaissance sembla illuminé son regard. J'en mis une dans la mienne et une autre baie sur la bouche de Cato.

« ensemble d'accord ? Après tout ce cauchemar sera enfin terminé. » dis je avec un sourire résigné.

Le coin de ses lèvres trembla. Essayais-t-il de pleurer ou sourire ? Je ne le saurais jamais de toute façon.

« On le fait à trois. Un, deux, .. »

Une sirène s'éleva alors dans l'arène me déchirant mon tympan valide. Je laissais tombé ma baie à terre et me plaquais ma main sur l'oreille.

La voix du haut Juge Seneca retentit alors.

« Arrêtez, arrêtez! Mesdames et messieurs, à travers des jeux exceptionnels et des tributs hors normes, je suis heureux de vous annoncer que cette année, ce ne sera pas deux tributs du même district mais bien un tribut du district deux et du district douze qui ont remporté ces soixante-quatorzièmes Hunger Games. »

le sceau du Capitole s'afficha dans le ciel et un hovercraft se matérialisa. Sans que j'eus le temps de réagir et d'avaler ma baie, du personnel médical débarqua à terre, comme téléporter, et se ruèrent sur nous. Une aiguille s'enfonça dans mon bras et je priais pour qu'il m'ait enfin tué. Enfin morte sans aucune possibilité de retour chez moi.

j'attends vos impressions dans vos reviews cher lecteurs/lectrices (review anonymes activées)