&&&&.

Bonsoir (ou bonjour) à vous!

Voilà une nouvelle histoire, je sais que j'en ai déjà en cours et je vous promets de les finir, mais celle-ci m'a littéralement pourchassée lol, elle me trottait dans la tête sans arrêt, j'ai donc décidé de l'écrire pour m'en débarrasser.

J'espère qu'elle vous plaira.

C'est comme d'habitude une fic avec relations homosexuelle, donc si vous n'aimez pas ne lisez pas.

C'est aussi comme d'habitude avec mes couples favoris, DM/HP, BZ/RW.

&&&&.

Chapitre 1.

&&&&.

Harry Potter leva le nez vers le ciel étoilé, aucun nuage ne le voilait et la lune brillait, à demi pleine, et donnant une nuit très claire.

Il se tenait debout près du plan d'eau, dans le parc du manoir Malfoy, et il respira profondément l'air doux de la nuit, c'était bientôt le début de l'été et il faisait bon.

Il entendait la musique qui venait de l'intérieur de la demeure et songea qu'il était temps d'y retourner en entendant le happy birthday, il était sortit à cause de la chaleur qui régnait dedans pour prendre un peu d'air frais, mais le gâteau allait être découpé et il devait y assister.

C'était l'anniversaire commun de Draco Malfoy et de son époux, en ce mois de juin ils fêtaient tous les deux leurs 22 ans, lui-même les atteindrait aussi à la fin du mois prochain, et le couple avait organisé une grande fête à cette occasion.

Harry sourit, songeur, qui aurait cru qu'un jour il serait invité dans ce manoir pour fêter l'anniversaire de l'ex prince des Serpentard qui plus est était devenu un ami proche.

Les choses avaient bien changées au fil du temps.

Il avait même été l'un des témoins de Draco à son mariage, l'autre étant Blaise Zabini, il y avait de cela un peu plus d'un an maintenant.

Le dernier des Malfoy avait épousé un sorcier venu d'Irlande.

Il l'avait rencontré quand celui-ci était venu se présenter pour un poste dans l'entreprise de gestion qu'il avait crée à Londres.

Ils s'étaient plut dés le départ et le blond était rapidement tombé amoureux de cet irlandais au charme magnétique et à la beauté certaine qui avait su le séduire sur tous les plans, il était brun aux yeux bleus et se prénommait Edan, Draco l'appelait souvent 'son Eden'.

« Harry?

La voix de son ami de toujours, Ronald Weasley, le fit revenir à l'instant présent et il tourna la tête vers lui.

« Oui?

« Ils vont couper le gâteau tu viens?

Le brun observa le visage fermé de son ami et répondit par une question à la sienne.

« Il t'ignore là aussi?

« Non...c'est pire! Marmonna Ron qui baissa la tête...il m'a dit « Salut Weasley »...t'imagines?

Oui Harry imaginait bien la peine qu'il avait dû ressentir, il voyait sa souffrance tous les jours.

« Je préférais encore quand il m'ignorait...je me disais que c'était parce qu'il ne pouvait pas me parler, parce que ça le touchait! Continua le rouquin qui leva la tête et la secoua lentement...là j'ai vraiment l'impression que je ne compte plus à ses yeux...c'est vraiment fini.

Navré pour lui le brun le prit par le bras.

« Aller viens, allons goûter à ce gâteau.

&&&&.

Le gâteau était délicieux et les deux époux reçurent une montagne de cadeaux.

&&&&.

Un peu avant que la soirée se termine Harry se retrouva seul avec Draco.

« Tu es heureux? Lui demanda t-il...c'est toujours la lune de miel?

« Absolument! Répondit le blond qui lui sourit...tu devrais essayer.

« Essayer quoi? Le mariage? Se mit à rire le brun...non merci, tu vois je n'ai jamais été plus heureux que depuis que je n'ai plus aucun amant qui me pourrit la vie, alors faudrait vraiment que je tombe sur la perle rare pour en arriver là...mais je te trouve un air un peu fatigué! Termina t-il en changeant de sujet et en scrutant les traits de Draco.

« Je manque un peu de sommeil c'est tout! Répondit celui-ci en haussant les épaules.

« Normal si toutes les nuits vous rejouez votre nuit de noce! Rigola Harry.

« Crétin! Sourit le blond.

« Bon je vais rentrer moi aussi! Reprit Harry en s'apercevant que les invités commençaient à partir...et je vois Ron qui m'attend déjà près de la porte.

« Ça ne c'est pas arrangé entre eux? S'enquit Draco.

« Malheureusement non! Soupira le brun...au revoir Draco, salut Edan pour moi.

« Je n'y manquerais pas!

&&&&.

« Draco...Draco réveilles-toi mon amour!

Le blond ouvrit doucement les yeux et fixa avec stupéfaction le ciel étoilé au dessus de lui et qui blanchissait à l'est.

Dans le même temps il réalisa qu'il était couché dans l'herbe.

« Mais...qu'est-ce que je fais là? Fit-il d'une voix blanche et complètement désorienté.

Il se souvenait s'être couché dans leur lit mais pas être descendu dans le parc.

C'était la troisième fois en deux mois que cette sorte de mésaventure lui arrivait.

« Qu'est-ce qui m'arrive? Gémit-il tout en se relevant, aidé par Edan qui le regardait avec inquiétude.

« Tu commences à me faire peur avec ces crises de somnambulisme! Fit ce dernier tout en entourant ses épaules d'un bras protecteur et en l'entraînant vers le manoir.

« Je n'y comprend rien, j'en ai jamais fait jusqu'à présent! Murmura Draco...quelle heure est-il?

« 5heures du matin...viens te coucher, demain j'appellerais un médecin.

« Non! S'écria le blond...c'est sûrement passager, j'ai juste besoin de faire une bonne nuit et ça ira mieux.

&&&&.

Le lendemain matin Harry ouvrit la porte-fenêtre du salon qui donnait sur la terrasse, appréciant avec délice l'air frais du matin tout en souriant au pépiement des oiseaux.

Il vivait à la campagne et à l'écart de tout depuis six mois et ne s'était jamais sentit aussi bien, cette vie l'avait revigoré.

Après la guerre, il devait reconnaître que son statut de héros lui était un peu monté à la tête, il s'était mit à mener une vie où rien ne comptait que la recherche du plaisir, une vie sans consistance et où les amants qu'il oubliait dés le lendemain se multipliaient.

Il s'était bien amusé c'est vrai, durant un temps, mais il avait fini par se lasser, cette vie n'était pas pour lui, elle ne le comblait pas.

Il était d'un naturel trop entier et trop vrai pour se contenter de vivre dans l'artifice et le faux-semblant, au fond de lui il savait qu'il avait besoin d'un but, besoin de se donner à fond dans quelque chose ou pour quelqu'un pour se réaliser.

Là son existence se résumait à un monde de pantins qui tournaient sur eux-même et dans un vide total.

Il avait tout abandonné.

Il s'était offert cette jolie petite maison à la campagne et il avait reprit ses marques en s'isolant, il était heureux ici, seul.

Enfin plus si seul que ça, il y avait trois mois Ron était venu s'installer chez lui, et il l'avait accueillit bien volontiers, Ron était comme son frère et il avait des problèmes, il avait répondu présent, cela allait de soi.

Le rouquin était venu après s'être séparé de Blaise Zabini, le meilleur ami de Draco Malfoy.

Tous les deux avaient entamé une liaison vers la fin de la guerre, et ils avaient emménagés ensemble à la fin de leurs études.

Ils semblaient si heureux et amoureux!

Pourtant, il y avait environ cinq mois de cela, tout avait basculé.

Blaise qui avait ouvert un cabinet d'architecte était victime de son succès et, débordé de travail, il avait embauché un assistant.

Un assistant un peu trop beau aux yeux de Ron qui n'avait pourtant fait aucune remarque au début, il voulait faire confiance à celui qui était toute sa vie.

Mais le Serpentard s'était mit à rentrer de plus en plus tard, lui disant que c'était à cause du travail, et passait même des week-end à l'extérieur, toujours pour le travail, et toujours en compagnie de son assistant.

L'excuse du travail fini par ne plus suffire au rouquin que la jalousie dévorait, il n'y croyait plus et les disputes commencèrent, puis se firent de plus en plus fréquentes, les mots durs se succédant, et chacun restant drapés dans sa fierté et sur ses positions, ils finirent par ne plus se parler autrement qu'en se criant dessus..

Et un soir, alors que pour la énième fois Blaise tardait à rentrer, Ron décida de ne pas l'attendre et d'aller se défouler sur une piste de danse.

La suite était banale et arrivait à des tas de couples, une histoire bête mais aussi vieille que le monde.

Le rouquin se laissa séduire par dépit, rancune et colère, et pensant punir Blaise il passa la nuit dans les bras d'un autre.

Au matin quand il était rentré le Serpentard l'attendait, et bien évidemment une dispute éclata au cours de laquelle Ron, excédé, lui avoua tout.

Mais il le fit d'une façon provocante, l'air de dire « tu vois moi aussi je te cocufie quand je veux », parce qu'il voulait lui faire mal, et il réussit.

Un gouffre d'incompréhension qu'aucun des deux n'était plus capable de franchir les sépara.

Le Serpentard se statufia, l'instant d'un regard terrible où ce fut comme si on le poignardait en plein cœur, puis il ferma les yeux une seconde avant de les ouvrir de nouveau, dans un éclat aussi dur que le diamant.

« Je veux que tu sois partit quand je reviendrais, et ne remet plus jamais les pieds ici!

Ceci dit il s'était dirigé vers la porte qu'il avait refermé derrière lui en la claquant.

Ron ne lui avait jamais vu un tel regard, il lui fit mal ce regard et par dépit et colère mêlé il cria:

« Bon débarras!.

Et il était venu chez Harry, l'ami vers qui il pouvait toujours se tourner en cas de problème, le seul à qui il pouvait tout confier, tout dire.

Le rouquin s'était donc installé chez lui, en colère au départ et n'arrêtant pas de maudire Blaise, puis il avait commencé à s'en vouloir, il l'aimait tellement son Serpentard, il n'avait agit que par jalousie, sans réfléchir et les remords se mirent à le ronger.

Il tenta de retourner voir celui qui était toute sa vie, mais ce dernier refusa de lui parler, ni cette fois ni les fois suivantes.

Ron fini par abandonner, mais les jours passant il était de plus en plus malheureux.

&&&&.

« Café Harry?

Totalement perdu dans ses pensées le brun sursauta puis se tourna vers son ami.

Ron lui tendait une tasse.

« Merci! Lui dit-il dans un sourire...allons nous asseoir.

Assit l'un près de l'autre ils sirotèrent tranquillement et silencieusement leur café.

C'était apaisant et relaxant ce silence seulement troué par le chant des oiseaux.

&&&&.

Trois semaines après cet anniversaire, un soir, Harry eut la surprise de voir Blaise se présenter à sa porte.

Il ne venait plus depuis que Ron était là.

« Blaise...ça fait plaisir de te voir! Lui dit-il après lui avoir ouvert...viens entres!

Il l'emmena vers le salon où se trouvait Ron, installé sur le canapé, et qui ouvrit de grand yeux dans lequel un espoir subit s'alluma, mais Blaise l'éteignit rapidement d'un glacial:

« Salut Weasley!

Le brun remarqua la crispation de son ami et la lueur douloureuse qui s'alluma dans ses yeux bleus, mais il ne pouvait rien faire ou dire pour l'aider, il ne voulait pas s'en mêler parce qu'il savait que ça n'arrangerait rien.

Il n'était ni pour l'un ni pour l'autre et ne voulait en rejeter aucun, cette histoire c'était la leur et en tant qu'ami il espérait juste qu'elle finirait bien.

« Que me vaut l'honneur de ta visite? S'enquit-il en s'asseyant près de Ron et en invitant d'un geste le Serpentard à en faire autant sur un des fauteuils.

« Tu as vu Draco depuis son anniversaire? S'enquit ce dernier en obtempérant.

« Non, j'ai pas eut l'occasion...pourquoi?

« Je l'ai vu hier et il avait l'air d'aller mal! Répondit Blaise qui ne jetait pas un seul regard vers le rouquin, comme si il n'existait pas...Edan s'inquiète.

« Draco est malade?...il faut qu'il l'emmène voir un médecin, tout simplement.

« Mais justement! Se récria le Serpentard...Draco s'y refuse et il n'écoute personne, moi comprit...pourtant il fait des crises de somnambulisme, Edan m'a dit qu'au début il a cru que ce n'était rien, ça lui était arrivé deux ou trois fois ces deux derniers mois mais il pensait que ça passerait; que c'était juste un coup de fatigue ou autre, mais au contraire là c'est maintenant deux ou trois fois par semaine, comme si ça empirait...c'est pas normal et Draco avait vraiment l'air fatigué, et même assez étrange quand je l'ai vu...j'ai à peine pu lui parler, dés que j'ai dit le mot 'médecin' il a hurlé qu'il allait très bien et il est partit en courant dans sa chambre, comme si il avait peur.

« Tu veux que j'essaye de le convaincre de voir un médecin, c'est ça?

« Oui, toi il t'écoutera peut-être, vous êtes aussi têtu l'un que l'autre mais tu fini toujours par avoir le dessus..

Harry sourit.

« Je pense que vous vous affolez pour rien mais j'irais voir cette tête de mule demain...tu veux boire quelque chose?

« Non merci! Répondit Blaise qui se leva...j'ai à faire!

« Ton assistant t'attends je suppose! Ne pu s'empêcher d'intervenir Ron avec une ironie douloureuse pour lui-même...ou t'as peut-être changé depuis le temps, c'est qui maintenant?

« Ça ne te regarde plus! Rétorqua sèchement le Serpentard qui rajouta...au revoir Harry et merci!

Ceci dit il sortit rapidement.

Ron tourna les yeux vers Harry qui fit une grimace désolée.

« Je ne suis qu'un idiot! Murmura le rouquin...pourquoi je dis que des conneries? Pourquoi il m'a fait ça?...et pourquoi moi j'ai fait ça!

Sans rien dire le brun lui posa une main sur l'épaule et la serra.

« Je l'aime Harry! Souffla Ron en se prenant le visage entre les mains...je l'aime ce con!

&&&&.

Le lendemain, en fin de matinée, Hary se présentait au manoir.

Ce fut Edan qui l'accueillit au salon, seul.

« Bonjour Harry, je suis content de te voir...Blaise t'a expliqué? Fit-il tout en l'incitant à s'asseoir près de lui sur le canapé.

« Oui...comment va Draco?

« Pour l'instant il dort, mais cette nuit je l'ai encore retrouvé dans le parc! Raconta Edan qui semblait effondré...mais c'est pas tout...

Il se tu l'air d'avoir du mal à continuer.

« Quoi? Fit le brun.

Le jeune irlandais eut l'air d'hésiter, gêné, puis il se décida.

« Je n'en ai encore parlé à personne! Dit-il à contre cœur...mais...depuis une semaine il est victime d'hallucinations.

« Comment ça?

« Il...il voit des choses qui n'existe pas.

« Attends...comme si il avait prit un hallucinogène?

« Non, il ne prend rien de cette sorte...non, et il ne pourrait rien avaler qui ai cet effet, même par accident, j'y ai pensé et je fais très attention ...mais j'étais là Harry, à chaque fois, et il disait voir des choses que moi je voyais pas...des ombres d'après ce que j'ai compris...comment tu explique ça?...moi je ne vois qu'une explication possible, quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête.

Le brun fronça les sourcils.

« Qu'est-ce que tu veux dire?

« Je pense que c'est d'un psychiatre dont il a besoin.

« Draco n'est pas fou! Rétorqua Harry.

« Je ne dis pas ça...je l'aime tu le sais, mais il commence à me faire peur, je m'inquiète pour lui...depuis hier c'est encore pire, il dit que des gens lui veulent du mal et qu'ils l'espionnent sans arrêt, même dans la maison...alors j'espère que ce n'est que de la fatigue, du surmenage, ou autre...je ne sais pas moi...mais tu crois pas qu'il vaudrait mieux s'en assurer?

Dubitatif et hésitant Harry réfléchit un instant, lui aussi était devenu inquiet maintenant et il se dit que le jeune homme n'avait pas tort.

« Oui! Finit-il par dire lentement...tu as peut-être raison, mais il faut prendre le meilleur psychiatre-sorcier, et je n'en connais pas.

« Moi non plus mais je vais me renseigner pour en trouver un bon! Fit Edan qui parut soulagé d'avoir un soutien...toi occupes-toi de lui faire accepter l'idée.

Puis il se leva.

« Je vais monter le réveiller et lui dire que tu es là...ensuite j'irais m'occuper de trouver le médecin et je le ramènerais ici...tu restera avec lui jusqu'à ce que je revienne? Je ne veux pas qu'il reste seul.

« Oui bien sûr! Répondit Harry.

&&&&.

A bientôt si vous le voulez!