~/~

La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre

- 1 -

La panique du chiffre trois

Lorsqu'il avait une idée précise en tête, Steve Rogers la préparait soigneusement avant qu'elle ne franchisse la barrière de ses lèvres. Surtout quand le principal récepteur de cette nouvelle était Tony. Il était impatient de soumettre cette idée même si une certaine appréhension se manifestait d'heure en heure, le rapprochant du moment fatidique de la révélation. Cap savait comment le gérer depuis le temps mais il y avait toujours un petit pourcentage d'imprévu très Starkien.

En prévision de cette irrépressible envie de confesser ses pensées, Steve décida de mettre en place une soirée en tête à tête romantique. Par conséquent, le soldat avait demandé à chacun des membres de l'équipe s'ils pouvaient lui laisser le Manoir Avengers. Et chacun d'eux avait consenti à sa manière.

Thor avait évidemment accepté de sortir avec Jane, trop content de pouvoir profiter d'une soirée Midgardienne à l'extérieur tandis que sa belle était tout aussi ravie de s'échapper avec le demi-dieu nordique Natasha avait accepté seulement après un regard scrutateur et un échange de bon procédé sur la nature de la demande du capitaine, promettant qu'elle tiendrait Clint loin d'eux par la même occasion lorsqu'elle pris connaissance des détails ; Bruce promit de s'enfermer dans son laboratoire et de ne pas en sortir même si les murs se mettaient à trembler ou que le toit menaçait de s'écrouler. Steve avait donc champ libre pour lancer sa bombe atomique car c'était à peu de chose près un équivalent.

Captain America avait donc préparé avec soin leur repas, qu'ils avaient tranquillement mangé dans le grand salon du Manoir. Sitôt le dessert achevé, Tony avait pris ses aises. Si Steve était resté avec son habituelle droiture, dos contre le dossier du canapé, l'ingénieur avait pivoté pour mettre ses jambes par-dessus les cuisses de son amant, le plus près possible de lui. Tony avait le look du génie sortie de son antre, ses cheveux bruns en bataille, un tee-shirt noir qui laissait apercevoir la lumière du réacteur et un jeans. Mais la cause en était simple, il avait bossé toute la journée sur un nouveau projet pour Pepper et son entreprise.

Une main tendrement posée sur une de ses jambes, le regard azur de Steve scrutait son amant avec douceur tandis que celui-ci débitait un flot de parole qui malheureusement, pour une fois, n'atteignait pas vraiment la matière grise de Captain America. Évidemment, Tony s'en rendit compte et s'arrêta, fronça les sourcils avant d'agiter sa main devant les yeux de son interlocuteur.

-Terre à Capsicle ? Tu m'écoutes ?

-Moui…

-Qu'est-ce que j'ai dit ?

Steve ouvrit la bouche mais un soupir désolé répondit à la question de son amant. Un sourire gêné étira ses lèvres et il pencha sa tête vers Tony, son front venant contre le sien.

-Désolé, je ne t'écoutais pas Tony.

-C'est ce que j'avais cru comprendre big guy, râla-t-il avec sarcasme. Et qu'est-ce qui occupait tes pensées plutôt que ma géniale personne ?

Le soldat eut un léger rire, son regard ne quittant pas les prunelles si vives de son génie d'amant qui attendait une réponse convenable de sa part. Une de ses grandes mains vint trouver sa place sur sa nuque, la caressant du bout des doigts et il le sentit frissonner sous leurs passages.

-Personne à par toi, répondit-il avec sa sincérité si adorable.

Ce que Tony aimait ce genre de phrase qui avait le don de le faire fondre comme une collégienne en chaleur. Confidence top secrète de fanboy. Mais bon sang... Steve savait bien que ce genre de phrase romantique, ses manières rétro et désuètes le faisaient complètement craquer.

Un soupir tremblant lui échappa et Tony franchit l'espace qui le séparait des lèvres de son homme, de son Captain America. Il porta une de ses mains sur la nuque de Steve pour approfondir le baiser, ses doigts se plongeant voluptueusement dans la chevelure d'or du soldat à la bannière étoilée. Et lorsque le baiser monta d'un cran, dans la catégorie du langoureux dévorant, Cap eut la sensation qu'il allait perdre Tony. Ou du moins l'occasion de lui dire ce pour quoi il avait organisé cette petite soirée qui allait finir de manière non convenue sur le canapé. Tony avait cette capacité effrayante à faire dériver les soirées romantiques en soirées des plus torrides. Il rompit le baiser en s'attirant un grognement de protestation.

-Tony…

-Tu as bien fait sortir tout le monde, excepté Bruce car il est insortable, en vue d'une soirée de folie sur le canapé, non ? fit-il avec son sourire charmeur et sa main qui tentait de faire pression sur la nuque du super soldat.

-Pas exactement.

Tony releva un sourcil mais ne capitula pas pour autant dans son envie de faire pencher la balance en faveur de son idée. Steve se servit de la prise sur sa nuque, et de la position inconfortable de Tony pour lui accorder juste un effleurement tendre du bout des lèvres, avant de lâcher sa bombe atomique personnelle :

-J'ai envie qu'on forme une famille…

Ce qui eut l'effet de bloquer Tony dans sa tentative de débauche sur le canapé. Son regard s'écarquilla sensiblement, fixant Cap comme s'il venait de lui annoncer la fin du monde dans la seconde qui suivait.

-Famille, répéta-t-il soudainement crispé.

-Oui, souffla Steve avec tendresse.

-Enfant ?

-Oui.

-Adoption ?

-C'est l'idée mon coeur.

Un silence s'abattit entre les deux hommes.

-Oh, lâcha Tony en réalisant toute l'ampleur de cette déclaration.

Steve caressa sa nuque avec tendresse, observant le visage figé de Tony qui perdait quelques couleurs alors que chacun de ses muscles s'étaient tendus comme pour une bataille.

Cap voulait qu'ils forment une famille.

Qui dit famille dit enfant.

Steve voulait qu'ils adoptent un enfant.

Après l'instant de blocage, la panique prit place dans les prunelles sombres de Tony qui relâcha la nuque de son amant. Il sauta sur ses pieds comme un diable hors de sa boite, son cœur s'emballant, l'angoisse montant comme un lent venin face aux responsabilités que cela engageait.

-Je vais y réfléchir ! Il me semble que j'ai oublié de débrancher mon fer à souder... Et des updates... débita-t-il rapidement.

Tony prit la fuite sous le regard tendre de son homme qui ne chercha pas à le retenir. Il s'y était préparé. Steve entendit les pas précipités monter à l'étage dans un élan de pure panique face aux responsabilités que sa demande impliquait. Tony détestait ce qui s'apparentait de près comme de loin à une once de prise de décision d'une ampleur aussi capitale.

Il avait réagi de la même manière la première fois qu'il lui avait murmuré "je t'aime" mais à l'époque, Steve n'avait pas pensé un seul instant que son possessif d'amant allait s'enfuir dans son atelier. Son regard continuait de fixer la porte par laquelle Tony avait fuit. Un sourire étira finalement ses lèvres en repensant à sa demande en mariage. Elle avait eu le même impacte que cette envie de fonder une famille, mais sa mise en scène romantique avait été une précieuse stratégie pour empêcher Iron man de fuir.

Captain America finit par se lever, récupéra leurs couverts pour tout débarrasser et ainsi laisser du temps à Tony. Assez pour qu'il puisse considérer sa demande mais aussi pour éviter qu'il ne se torture l'esprit trop longtemps.

Une fois sa tâche achevée, Steve monta les deux étages qui le conduisaient devant la porte de l'atelier. Celle-ci s'ouvrit à son arrivée. Jarvis avait depuis longtemps reçut l'ordre de le laisser entrer sans qu'il ait besoin d'en réclamer l'accès, sauf exception. Tony était penché sur une de ses créations technologiques et il le vit tressaillir à son entrée. Cap n'était pas dupe, il était au-dessus d'un truc pour faire semblant d'être occupé. Steve se rapprocha tranquillement de son amant et glissa ses larges mains sur ses épaules avant de les couler sur son torse.

-Tony, tu veux bien arrêter de faire semblant de bosser ?

-C'est urgent Capsicle, commença-t-il en se levant comme électrocuté par les mains de Steve.

Cap attrapa ses hanches pour l'empêcher de fuir une seconde fois, son regard cherchant le sien. Tony releva vivement la tête, lui adressant un regard de bête acculée. La peur faisait briller ses prunelles sombres, ses muscles tendus pour lutter.

Steve le coinça en douceur contre le plan de travail de son corps massif, un bras l'entourant de manière rassurante, l'autre venant sur sa nuque avec tendresse. Le super soldat entendît un grondement mécontent lorsque ses lèvres vinrent à la rencontre des siennes. D'abord, il les effleura tendrement, sa langue venant lui réclamer l'entrée de sa bouche sans oser un seul instant le contraindre. La douceur de Steve finit par avoir raison des défenses de Tony Stark Rogers. Il soupira, tremblant, avant de jeter ses bras autour du cou de Cap avec un accent désemparé, venant chercher sa langue pour une danse où se mêlaient besoin, passion, tendresse, confusion et surtout une peur viscérale.

Steve ne rompit le baiser que lorsqu'il le sentit un peu plus détendu. Il couvrit ses lèvres de baisers légers, Tony gardant ses yeux résolument fermés.

-Tu te sens mieux ?

-Putain de merde...

Un sourire étira les lèvres du super soldat à sa manière très élégante d'exprimer ses angoisses. Les paupières de Tony s'ouvrirent sur des iris plus troublés que jamais.

-Je peux pas Steve... Je suis pas fait pour être père, la preuve, je suis à cent pour cent gay enfin Stevephile mais passons. Je suis un irresponsable égocentrique, je vais l'oublier dans un magasin ce gosse et je m'en rendrai même pas compte ! Si je ne l'écrase pas dans son sommeil avec une machine ou encore avec mon égo ! Je vais tout faire foirer... Je serai le pire des pères.

Une grimace de dégout étira les traits de Tony qui avait vraisemblablement pensé au sien à qui il vouait toujours une haine sans borne. Son regard quitta les prunelles bleu azur – qui le rendait tout chose tout le temps – et piqua du nez sur le torse musclé – qui le faisait couiner dans une situation normale. Iron man déglutit avec un malaise évident. Il détestait se sentir vulnérable de la sorte, mit au pied d'un mur qu'il n'avait pas vu venir. Un mur plein de responsabilités.

Steve glissa sur Tony des mains caressantes qui remontèrent doucement pour encadrer son visage et lui relever la tête. Les prunelles d'onyx troublées s'accrochèrent à celles si calmes et confiantes de son amant.

-Tu seras un père parfait Tony, je ne doute pas un seul instant de toi.

Un rire nerveux échappa à Tony, mal à l'aise, ne croyant pas un seul instant les paroles si confiantes de son homme. Fichu soldat parfait qui transpirait d'assurance. Les pouces de Steve caressèrent ses joues rugueuses, effleurant son bouc avant de couler sensuellement sur sa nuque puis dans son dos pour le serrer contre lui. Le meilleur moyen de rassurer l'homme de sa vie était de lui prodiguer ce genre de tendresse. Ses lèvres posèrent des baisers fugaces sur les siennes puis partirent à l'aventure sur son visage, son nez, ses pommettes, sa tempe. Il voulait arriver à bout de son anxiété, de sa peur, mais pas lui imposer ce choix.

-Tony, appela-t-il avec amour.

-Bordel...

-Tu as le droit de me dire non tu sais, je peux comprendre que...

Cette fois, c'était le milliardaire qui fit taire Captain America d'un baiser plus appuyé.

Comment lui dire non ?

Steve Rogers, Captain America, le seul l'unique porte drapeau étoilée de l'Amérique lui avait déjà fait la proposition la plus inimaginable qui soit quelques mois auparavant : le demander en mariage, lui, Tony Stark... Un élan de panique l'avait submergé face à cet engagement de taille, improbable pour lui mais il avait dit oui, parce qu'il était complètement fou de Steve, qu'il était un égoïste de dernier degré et qu'il était à lui. Après avoir durement bataillé pour l'avoir soit dit en passant.

Jamais ô grand jamais il n'aurait cru passer un an de vie de couple avec Steve Rogers, et encore moins que celui-ci le demande en mariage à cette fameuse date.

Son cœur lui jouait des tours et semblait faire l'ascenseur dans sa poitrine tandis qu'il approfondissait le baiser avec beaucoup plus d'émotion qu'il ne devrait en manifester. Tony avait appris à relâcher de son superbe contrôle en l'unique présence de son amant qui sourit contre ses lèvres en le serrant davantage dans ses bras puissants.

Steve voulait qu'ils soient une famille…

Steve voulait qu'ils adoptent un enfant…

Augmenter leur duo parfait au nombre de trois.

Ses entrailles se tordirent rien que de remuer ces pensées dans son si brillant esprit. Putain de merde ! Son héros d'enfance, son fantasme d'adulte, son mari voulait avoir une sorte de super famille…

Et il avait beau être le pro de la pirouette orale pour se défiler des obligations barbantes, de ses responsabilités – pour les refiler à sa chère Pepper ou à Steve – il était bien incapable de dire non à l'amour de sa vie. Ce qu'il n'avouerait jamais même sous la torture d'une certaine russe rousse.

Tony rompit le baiser, un air impressionné collé sur son visage, ses prunelles scrutant celui si calme et patient de Steve.

-Oui... Murmura-t-il très bas.

Un sourire rayonnant étira finalement les lèvres du soldat blond, un de ceux qualifiés "sourire mille volt" absolument irrésistible. Les larges mains de Steve coulèrent sur ses fesses pour le soulever avec facilité et l'asseoir sur le plan de travail heureusement libre sur le rebord. Tony lâcha un soupir tremblant entre la peur de sa décision et l'excitation de cette perspective… Il n'en revenait toujours pas d'avoir lâché ce putain de mot. Oui… Il venait d'approuver une demande d'adoption que Steve avait sans aucun doute réfléchi durant des mois dans son adorable tête blonde.

Il n'était pas croyant pour un sous mais que Dieu le préserve de dire une autre ânerie de ce genre pour les beaux yeux de Captain America. Et rien qu'en regardant Steve, Iron man avait la certitude que même s'il se mettait à prier pieusement maintenant, cela n'arriverait pas, il dirait oui à n'importe quoi venant de son amant. Un amant qui semblait rayonner encore plus que d'habitude. Déjà que Cap avait une aura constante, celle-ci pourrait bien lui bruler la rétine et la peau au dernier degré il en était certain. Voir même être la source d'une nouvelle énergie écologique…

L'ingénieur ferma doucement les yeux en sentant une main revenir sur sa nuque pour se plonger dans ses cheveux, un soupir lui échappant alors qu'il avait toujours cet air incertain sur le visage.

-Je t'aime Tony.

Un grognement répondit à cette déclaration bien trop intense pour le milliardaire dont la façade de nonchalance avait beaucoup de mal à revenir. Tony rouvrit les yeux tout en glissant enfin ses mains sur le torse parfait de son amant si parfait, à la manière d'un chat en manque d'attention. Il se tendit pour venir chercher les lèvres de Steve dans l'optique de le faire taire mais Cap était plus grand et ne le laissait pas faire.

-Bordel, Steve Stark Rogers embrasse-moi, ordonna Tony.

-Pas avant de t'avoir dit à quel point je suis heureux…

Elles étaient rares les fois où Tony avait quelques rougeurs sur les joues… Elles se comptaient même sur les doigts d'une seule main. Mais c'était une situation si exceptionnelle que la chaleur s'y diffusa pour les colorer sous le regard attentif et tendre de Steve. En comparaison, Iron man avait depuis longtemps explosé le quota rougeur des pommettes de son amant du temps où il lui courait après et même encore maintenant. Cap déposa un baiser sur une de ses pommettes pour savourer cette vision à sa juste valeur, tirant un grognement à son amant avant de lui donner ce qu'il avait si aimablement demandé.

Un baiser d'une intensité romantique dévastatrice. Tony coula ses bras autour du cou musclé de Steve et l'entoura même de ses jambes pour les nouer, se collant contre lui pour que chaque centimètre de son épiderme - même couvert de tissu - soit en contact avec la seule personne capable de lui faire dire n'importe quoi, de lui faire perdre les pédales. Et c'était sans compter sur la libido sans limite de Tony pour se faire consoler d'une manière bien particulière. Le soldat blond soupira dans le baiser en le sentant épouser son corps de la sorte, ses mains coulant avec sensualité sur ses hanches, pianotant dans le creux de ses reins avant de descendre sur ses fesses superbement moulées par son jean. Il rompit le baiser pour picorer ses lèvres sans se défaire de son sourire flamboyant.

-J'ai épousé un démon de la luxure, plaisanta Steve avec tendresse.

-Et j'ai débauché le plus parfait des anges pour être encore plus parfait.

Steve releva un sourcil devant le sourire charmeur et joueur qui avait pris place sur les lèvres fines de son amant. Tony mordit sa lèvre inférieure avant de la sucer et frotta implicitement son bassin contre lui, avant qu'un souffle sensuel ne caresse les lèvres humidifiées de baisers.

-Et si je voulais une conversation sérieuse ? murmura Steve en glissant ses lèvres dans son cou.

-Je te dirais que ça attendra que tu me prennes sauvagement sur la table Sweetass, ronronna Tony en glissant ses mains sur la superbe musculature ô combien foutrement parfaite du torse de son amant.

Un rire amusé lui répondit avant que Tony ne sente une morsure dans son cou. L'ingénieur gémit doucement, érotiquement, tendant le cou pour en avoir davantage tandis que ses mains passaient sous le tee-shirt blanc immaculé de son Captain America. Tony en soupira d'envie alors que ses doigts agiles redécouvraient l'anatomie humaine en parcourant les pectoraux surdéveloppés, remontant le tissu encombrant par la même occasion.

Steve obtempéra à l'appel et se redressa à contre coeur, laissant Tony lui retirer son tee-shirt et le jeter à l'aveuglette tout en prenant soin de faire de même avec celui de son amant. Le milliardaire s'appuya lascivement sur ses bras, penché en arrière, le regard dévorant celui qui était emprisonné entre ses jambes. Mais ce qui le laissa sans voix, sans pique joueuse, c'était le regard si intense de son amant. Les prunelles bleues débordaient d'amour et elles n'étaient que pour lui. Tony se laissa quelques secondes pour graver cette image dans son cerveau car à tous les coups Jarvis n'auraient jamais le bon angle de caméra pour le conserver dans ses fichiers secrets.

Son temps de réaction un brin trop long lui valut un super soldat penché sur son torse qui embrassait le réacteur qui le maintenait en vie, les larges mains coulant sur ses cuisses pour remonter sur ses fesses. Les baisers tendres remontèrent sur son torse et Steve vint caresser ses lèvres de son souffle.

-Je t'aime…

Des mots si simples mais qui englobaient tellement de choses. Et comme Tony n'était pas avare de ses mots-là, il se jeta sur les lèvres de Steve pour lui répondre à sa manière, d'un baiser fiévreux, débordant de passion, alors qu'une lance de foudre s'était plantée dans ses reins. Son cœur s'emballait clairement à chaque fois que Steve lui disait ces mots mais là plus que tout. Cap répondit à son baiser, comprenant les mots voilés derrière le ballet endiablé de leurs langues ainsi que de leurs corps étroitement liés, ses bras puissants le serrant plus fortement contre lui.

Tony allait d'abord s'occuper de satisfaire ses envies de luxure que Steve était très enclin à lui donner sur sa table d'atelier.

Et ensuite, il songerait à cette idée totalement effrayante d'adopter un enfant.

~/~

Je m'excuse d'avance car à force de m'alimenter de fanarts superhusband, de tomber sur des fanarts adorables de superfamily et d'avoir fait quelques crash tests en rôle play avec mon amie et bien… Cela m'a donné envie d'écrire ça !

Evidemment ça à dérapé car Tony est... un obsédé... Donc je m'en excuse !

Donc il y aura principalement Steve et Tony, mais il y a une forte probabilité que j'y intègre aussi le reste de la clique et bien plus car je risque de mélanger l'univers Avengers film et l'univers Avengers comics/dessin animé.

Si vous avez des envies, des scènes en tête, je suis ouverte à toute proposition car j'écris ce recueil de textes pour me faire plaisir mais aussi pour faire plaisir ^.^

Merci à vous d'avoir lut!

~/~