Titre: La potion de Rimèd

Disclamer: Tout à J.K.R, les personnages, lieux... mais pas ma fic x)

Pairing: Harry Potter X Draco Malfoy (que c'est étonnant O_o)

Rating: M

Avertissement: Ceci est une fiction mettant en scène des relations homosexuelles. Etant connue pour mes lemons très explicites et dépravés (voir pornographiques), je vous demande de prendre en considération l'avertissement. Je ne suis pas responsable des dégâts occasionnés sur vos neurones.

Résumé: L'animosité entre Harry et Draco devient insupportable. Dumbledore les punis : comment survivre en étant enfermé trois jours dans la même pièce que Malfoy, et en plus sous véritaserum puissance dix ?

Note: Pour ceux qui suivent 'Arrache-moi le cœur' ne vous inquiétez pas, une suite est prévue pour mon retour de vacance dans une semaine.

Bavardage IMPORTANT : Il faut que vous sachiez que j'ai écrit la fin de ce chapitre très tard et en étant très fatiguée, alors, moi qui avais promis de faire un lemon dans les cordes de n'importe qui… ben j'ai pas su tenir T-T Je suis partie en plein dans mon super délire xD C'est tout c'est en moi et j'ai du mal à y faire face XD

Donc je rappelle aux âmes sensibles de quitter la page immédiatement u_u

Enfin vous le découvrirez par vous-même, et interdit de me traiter de siphonnée du cerveau ! x)

Merci à Orihana Shizu-chan d'avoir corrigé cet OS !

.

.

.

« La potion de Rimèd : troisième partie»

.

.

.

Le soleil se levait doucement dans le ciel, faisant briller le château de Poudlard. Quelques rayons glissaient à travers les fenêtres et réchauffaient l'atmosphère morose du matin. Les élèves les plus rapides se jetaient sur les places les plus agréables tandis que les moins chanceux se voyaient prendre les places les plus sombres et froides. En effet, choisir une bonne place était la préoccupation la plus importante pour tous élèves de l'école… sauf deux.

Harry Potter et Draco Malfoy, enfermés tous les deux dans la plus haute tour de la grande et prestigieuse école de magie. Quand on y réfléchissait ça avait un peu des airs de romance à la compte de fée, manquait plus que Malfoy se laisse pousser les cheveux et les jette par la fenêtre.

C'était ce que pensait Harry à moitié endormi dans le canapé, repus après avoir mangé à lui seul un gros poulet bien tendre accompagné de légumes frits. Il avait mangé seul. Malfoy avait disparu dans la salle de bain depuis quelques heures et Harry n'avait pas du tout envie de savoir ce qu'il se passait là-dedans.

C'était le troisième jour. Le dernier jour avant leur libération. Il se demandait encore comment il avait pu survivre pendant 48 heures déjà avec Malfoy. C'est dans ces moments d'ennuis profonds qu'il se mettait à se remémorer les événements.

Il avait merdé hier soir. Il avait même fait un plongeon royal dans de la bouse de dragon. Il avait eu du mal à digérer le fait que Malfoy puisse avoir des sentiments… autres que de la haine envers lui et puis voilà qu'il l'avait embrassé, il cherchait quoi au juste ? Le fait de savoir que le blond l'aimait l'avait retourné et sa tête lui faisait atrocement mal, il avait l'impression que quelqu'un s'amusait à taper dans une énorme cloche.

Il s'était d'abord penché sur le cas Malfoy avant de penser à ses propres actes. Il n'avait pas réussit à lui faire cracher le morceau à cet idiot. Depuis quand l'aimait-il ? Pourquoi l'avait-il caché ? En y réfléchissant Harry voyait mal Malfoy se ramener vers lui en lui disant avec un sourire niais 'Salut, tu me noies dans les toilettes, je te frappe et je te fais passer pour un imbécile depuis des années mais je t'aime ! Tu veux un bonbon à la réglisse ?' Erk. Effectivement il était heureux d'avoir échappé à ça.

Des fois il s'était surpris à imaginer Malfoy intégrer le fan club Harry Potter en épiant ses moindres faits et gestes, et plus étrange : Malfoy en tenue de pom-pom girl en train de crier son nom comme un dératé en plein milieu du stade de Quiddich.

En fait c'était vraiment effrayant.

Si Malfoy avait été une fille il n'aurait peut-être pas trouvé cela étrange. Seulement voilà : d'après ses sources oculaires Malfoy était un garçon en pleine croissance, le bougre n'avait même pas un seul petit poil sur le torse. Si ça tombe il était imberbe, né sans poil…

Harry retroussa le nez et chassa cette pensée.

Les poils de Malfoy n'étaient pas quelque chose qui l'intéressait (bien qu'il se demandait où est ce qu'il pourrait trouver des poils… finalement il préférait oublier ça). Le blond était un garçon. Ca aurait été bien plus simple s'il avait été une fille, Harry aurait été flatté, aurait rougit et l'aurait embrassé. Sauf que, il était un garçon et Harry avait été flatté, il avait rougi et il l'avait embrassé.

Et ce n'était pas sensé se passer de cette façon.

Il l'avait embrassé sur un coup de tête, plus par curiosité que par réelle envie. Mais ce qu'il avait ressenti juste après l'avait bouleversé. Ca n'avait pas été si différent qu'avec Cho Chang (sauf peut-être qu'il n'avait pas fourré sa langue dans sa bouche… erk), ses lèvres étaient douces et plutôt tièdes, seulement une fois que son cerveau fut reconnecté à la réalité il s'était enfuit dans la salle de bain pour une séance d'auto-questionnage sur lui-même, sur ses préférences sexuelles et ses éventuelles tendances masochistes. Mais au lieu de ça il avait préféré perdre la tête avec une poubelle qui dansait la salsa et chanter en cœur avec les brosses à dents.

Evidement quand il avait repris connaissance il s'était demandé si son jus de citrouille n'avait pas été empoisonné.

Ce matin il avait jeté des coups d'œil suspicieux à sa brosse à dent qui était sagement posée sur le rebord de l'évier. Au fond de lui il avait espéré qu'elle se remette à danser, cela lui aurait prouvé une chose : il nageait en plein délire et rien n'était réel.

Sauf que la pauvre chose en plastique n'avait pas bougé d'un poil malgré le regard suppliant que lui lançait Harry.

Si tout ça n'était qu'un affreux cauchemar il pourrait peut-être comprendre pourquoi il avait embrassé Malfoy sous l'influence d'une pulsion. Rien que de penser à ça il avait des frissons dans tout le dos.

Si ça avait été un autre garçon qui lui avait dit ça, tenez, Collin Crivey par exemple, Harry aurait mis sa main à couper qu'il aurait déjà oublié.

Mais ce n'était pas Colin Crivey, c'était Draco Malfoy. C'était peut-être ça qui le dérangeait le plus finalement.

Le fait que ce soit un homme n'arrangeait pas les choses non plus. Il ne s'était jamais posé la question depuis qu'il était à Poudlard, personne ne parlait de ça et aucun couple gay à l'horizon. Il avait même presque oublié que ce genre existait. Du coup il ne s'était jamais posé de questions, automatiquement il avait été vers les filles parce que ça lui semblait naturel.

En embrassant Malfoy il avait remis en cause tout ce qu'il pensait être. Parce qu'il avait beau imaginer les Canon de Chudley sortant de leur vestiaire, torse nu, plein de sueur dégoulinant sur leur peau luisante et bronzée, aucune envie ne pointait le bout de son nez vers ses beaux mâles bourrés de phéromones.

Ils étaient beaux, on ne pouvait le nier, mais Harry préférait largement regarder les posters où posaient de jolies sorcières en petites tenues légères, exubérant leurs grosses poitrines refaites à travers une chemisette un peu transparente… Ca c'était déjà beaucoup plus agréable à regarder et beaucoup plus intéressant au niveau de ce qui se passait dans son pantalon.

Alors il se posait l'ultime question : Pourquoi avoir embrassé Draco Malfoy si ce n'est de le faire espérer pour rien ?

Même si ce bisou avait rendu Harry gaga pendant une bonne demi-heure il ne se voyait pas faire autre chose. Surtout que ce garçon s'appelait, pour son plus grand malheur : Draco Malfoy.

Et que ce même garçon lui avait fait vivre un enfer.

Ça lui faisait déjà bizarre de se dire que son ennemi ne le détestait pas, il mettrait bien un an à s'en remettre, alors il se voyait encore moins lui faire de petites papouilles au détour d'un couloir, surtout que ce n'était pas du tout le genre de Malfoy.

Des images traumatisantes lui traversèrent furtivement l'esprit.

Peut-être que tout pourrait s'arranger si Malfoy décidait de se faire pousser une paire de seins. Quoique, en y réfléchissant, ce n'était pas vraiment la partie qu'il fallait absolument changer… Il pourrait facilement s'adapter si aucun grossissement mammaire ne pointait le bout de son nez, mais jamais à ce qu'il se trouvait plus bas.

« Beurk » grimaça-t-il sans s'en rendre compte.

Mais il se voyait mal dire à Malefoy « Si tu veux sortir avec moi je te propose de te couper le pénis et de te greffer un vagin, et puis une paire de lolos tant que tu y es, et laisse pousser tes cheveux je t'achèterais du maquillage »

Il ricana.

Il n'était pas sur de sortir vivant s'il lui disait ça, mais ça pourrait être drôle, ou affreux.

En fait, Harry l'avait embrassé parce qu'il était habillé. Ses vêtements cachaient son corps de garçon et en effet, quand il s'était rapproché, il n'avait vu que des yeux gris brillants comme la lune reflétant sur la surface de l'eau, des lèvres roses pulpeuses, un petit nez pincé, une peau lisse et claire… Mais pas un garçon respirant le mâle dominant.

Peut-être qu'il serait prêt à soulager Malfoy de sa peine de cœur en l'embrassant, c'était quelque chose dans ses cordes. Mais pas plus.

Il releva la tête lorsqu'il entendit le verrou de la porte de la salle de bain tourner. Il n'était pas sur de vouloir voir Malfoy maintenant.

Celui-ci sortit, les cheveux en bataille et les yeux légèrement gonflés et rougis. Il détourna précipitamment la tête pour empêcher Potter de voir son état lamentable.

Mais c'était trop tard et déjà des milliers de questions tourbillonnaient dans la tête du brun.

Harry se redressa, Malfoy devait avoir sentit son regard sur lui dès qu'il était sortit de la pièce d'où sortait une brume étrange d'ailleurs. Il ne savait pas quoi faire et fixait ses pieds, c'était soudain bien plus intéressant. Il ouvrit la bouche pour parler parce qu'il avait envie que Malfoy et lui discutent mais paradoxalement il n'avait pas envie d'être confronté à ce regard d'acier tout froissé par les pleurs.

Pas que cela lui faisait mal au cœur de voir Malfoy triste, c'était même légèrement jouissif de se venger de cette manière mais c'était autre chose de devoir y faire face.

La potion agit avec ses deux idées contradictoires et le spectacle devait être étrange : Harry Potter ouvrait et refermait désespérément la bouche. C'était un dysfonctionnement à faire remarquer. Il fallait qu'il se décide sinon il allait finir la journée en gobant les mouches comme un poisson.

Il avait envie de discuter avec Malfoy mais il n'avait pas envie de lui parler.

Ça allait être difficile. Il commençait à avoir mal à la tête, la potion agissait en même temps sur ses deux envies, ça devait être un beau foutoir là-dedans.

Puis il remarqua que Malfoy le fixait, les yeux ronds. Il n'avait pas l'air d'avoir compris le malaise qui était en train d'avoir lieu dans sa tête. Puis contre toute attente un petit sourire se dessina sur les lèvres de son camarade.

« Tu bugges Potter ? Tu ressembles à un crapaud » dit-il alors que son sourire s'agrandissait joyeusement.

Harry trouva que c'était la meilleure chose que Malfoy est faite : maintenant c'était clair, Harry avait envie de lui balancer des saloperies à la figure.

La potion agit donc sur son envie dominatrice et Harry dit :

« Je vais finir par croire que tu es Zoophile » il plongea son regard dans celui de Draco en signe de défi.

Malfoy retroussa méchamment le nez en se posant contre le mur.

Un long silence s'installa pendant que les deux faisaient le concours de celui qui toise le plus l'autre du regard.

Harry avait une drôle impression de déjà vu.

« Tu essaies de résister à la potion n'est ce pas ? » demanda Harry. Il avait vu que Malfoy semblait perturbé.

Le regard du blond changea immédiatement et détourna les yeux.

« Comment peux-tu savoir ça ? »

Harry haussa un sourcil.

« Etant donné que tu as pris la potion et que tu ressens ses effets autant que moi, je suppose que tu dis la vérité. J'ai encore du mal à croire que tu sois… enfin, que tu-tu, enfin tu sais » Malfoy rougit furieusement et essaya de se cacher derrière sa frange trop courte « si vraiment c'est le cas et que tu subis cela depuis longtemps j'ai du mal à me dire que tu n'aies rien tenté de plus poussé, enfin je veux dire... de-de plus, enfin, tu sais » Harry sentait ses joues chauffer.

Malfoy faisait semblant d'être captivé par ses doigts qui défroissaient sa cravate.

« Comment fais-tu pour résister ? » Ajouta Harry impatient d'avoir la réponse.

Malfoy pinça les lèvres.

« Je ne résiste pas, j'ai essayé mais je n'y arrive pas. » dit Malfoy en jouant à défaire et à refaire son nœud avant de lancer un regard accusateur à Harry « Et j'ai l'impression que tu crois que personne ne peut-être… attiré par une autre sans avoir des pensées salaces ! »

Harry plissa les yeux.

« Si tu dis que tu n'as jamais eu envie de faire des choses bizarres avec moi alors c'est que cette potion ne fonctionne pas si bien que ça. » Harry le défia du regard. Il savait que Malfoy se sentait extrêmement mal à l'aise par la tournure que prenait leur conversation.

Malfoy sembla être sur le point de sortir de ses gongs.

« Potter, ouvre bien grand tes putains d'oreilles de balafré de merde » Harry écarquilla les yeux « J'ai ENVIE de te faire pleins de choses bien dégueulasses que même Merlin se retournerait dans sa tombe mais je n'ai PAS ENVIE de te faire ce genres de choses si tu ne le veux pas » étrangement les yeux de Malfoy brillaient d'une lueur inconnue.

Harry avait inconsciemment resserré les doigts sur le bord du canapé. Il ne savait pas dans quel ordre assimiler les informations : Malfoy était un gros pervers, Malfoy avait envie de faire des choses mais n'avait pas envie de les faire si Harry ne voulait pas.

Ca c'était clair. Et Harry était un peu effrayé.

Malfoy reprit laissant ses bras aller dans tous les sens.

« Si je n'avais pas ses putains de foutus sentiments à la con qui ne servent à rien, tu serais déjà passé à la casserole » Draco fixa Harry, ce dernier déglutit « Mais cette merde me rend impuissant » finit-il carrément furieux.

« Si je comprends bien, commença prudemment Harry, si tu n'étais pas… amou-am-amoureux, j'ai risqué de me faire violer pendant mon sommeil ? » il haussa les sourcils « C'est rassurant dites donc » il ricana de mauvaise-foie.

« C'est justement parce que je le suis que tu peux encore t'asseoir » un petit clin d'œil conclut la phrase.

« Hein ? » répondit Harry qui n'avait visiblement rien comprit.

Malfoy lui lança un regard désabusé et désespéré aussi.

« T'es con ou quoi ? » dit le blond en croisant les bras sur sa poitrine « ou bien t'es trop innocent, comme c'est mignon ! » se moqua-t-il.

Harry répondit de la manière la plus intelligente de toute sa vie : il lui fit un majestueux doigt d'honneur.

Harry s'enfonça dans le fauteuil essayant d'ignorer la présence de Malfoy. Si à chaque fois qu'ils avaient une conversation civilisée Malfoy la faisait tourner dans ce sens alors qu'il reste seul.

Pas qu'Harry n'aimait pas parler de cul mais quand ça le concernait il préférait éviter le sujet et dans la situation présente, ça le touchait directement.

Malfoy n'avait toujours pas bougé et enlever la crasse de ses ongles semblait très intéressant. Il faisait vraiment mal semblant de l'ignorer. Harry soupira bruyamment.

« Tu fais planter la potion » dit soudainement Harry en levant les yeux vers le Serpentard.

Celui-ci arrêta son petit manège et planta ses deux iris dans les siens.

« Je te demande pardon ? »

« He bien, quand tu as des envies contradictoires la potion agit sur les deux envies en même temps, mais comme tes deux envies ne peuvent pas fonctionner en même temps, la potion est alors inefficace » fit Harry plutôt fier de lui.

Draco le fixait intensément et ses pupilles brillaient.

« Quand tu fais aller ton cerveau tu peux dire des choses sensées » il ricana.

Harry le fusilla du regard.

« Tu n'as même pas l'air surpris » dit-il.

« Non, effectivement Potter je ne suis pas surpris »

Et pour la première fois depuis le début de leur conversation Draco se détacha du mur contre lequel il s'était appuyé et rejoignit Harry sur le fauteuil. Il se laissa tomber comme s'il était exténué.

« Pourquoi ? » demanda curieusement Harry.

Le Serpentard eut un sourire en coin.

« Parce que je m'en suis rendu compte dès que j'ai bu cette foutu potion Potter »

Ils restèrent sans parler quelques minutes mais le silence devenant trop gênant, Harry reprit la parole.

« Toi aussi ça te fais bugger ? »

Malfoy sourit.

« A ton avis, pourquoi je suis resté planté là-bas comme un con ? » dit-il en pointant du doigt la place qu'il avait quitté quelques minutes auparavant.

« C'est désagréable comme sensation » dit Harry « J'ai l'impression que mon cerveau se met dans l'autre sens c'est… ouais c'est… »

« Déjà il faudrait que tu en ais un de cerveau Potter » Ricana Malfoy « Mais tu as raison, ça me fait la même chose »

Puis soudain Harry se redressa comme si quelque chose l'avait piqué. Il avait fait sursauter le blond par son geste si rapide.

« Ca va pas non ? Qu'est ce que… » Commença Draco mais il fut coupé par un Harry Potter, les yeux pétillants de joie qui tapait dans ses mains. Draco pensa que c'était même un peu effrayant.

« Malfoy ! » commença Harry d'un ton excité, on aurait dit qu'il venait de découvrir la 8ème merveille du monde. 'C'est peut-être le cas' pensa Malfoy en rejetant une mèche derrière son oreille « On peut peut-être contrôler cette potion ! Si on active à chaque fois deux sentiments contradictoires alors on peut contrer les effets qu'elle a sur nous, ainsi on ne sera plus obligé de… »

« Je t'arrête tout de suite Potter. On ne peut pas s'obliger à avoir envie ou non de quelque chose » le coupa Malfoy, il avait l'impression de faire face à un gamin.

« Mais bien sûr que si ! Regarde par exemple tout à l'heure, j'avais envie de te parler mais en fait je n'avais pas envie de te faire face, j'ai détraqué la potion qui a agit sur mes deux envies et du coup je n'ai rien fait ! » S'exclama Harry.

Malfoy se tapa le front contre la paume de sa main s'attirant un regard interrogateur.

« Je ne sais pas comment ça fonctionne là-dedans » Draco tapa son index contre la tempe d'Harry « Mais ça doit être compliqué de s'y retrouver » il se gratta le menton « Potter, on ne peut pas gagner contre cette potion »

« Mais je viens de te dire que… est ce que tu m'écoutes au moins ? » fit Harry exaspéré.

« Potter, si tu as envie de manger du chocolat et que justement une belle plaquette de chocolat repose sur la table en face de toi » Il vit Harry tourner la tête pour voir si par magie une plaquette de chocolat était apparut sur le guéridon, Malfoy soupira et continua « Tu as très envie de la manger, il ne suffira pas de penser 'non je n'ai pas envie' pour déjouer le Rimèd Potter. Elle agira selon ton envie dominante et surtout la vraie. »

Les épaules d'Harry s'affaissèrent, déçu. Malfoy avait raison, le Rimèd avait été étudié pour faire la différence.

« Et puis, reprit Malfoy, c'est comme si tu mentais. Quand tu bois du véritaserum et qu'on te demande si tu aimes le chocolat, tu auras beau essayer de dire non, si tu aimes le chocolat tu le diras. »

Harry se renfrogna, énervé. Il remonta ses genoux contre sa poitrine et les entoura de ses bras.

« Tu m'énerve » il vit Malfoy hausser les sourcils « Tu m'énerve à toujours me contredire »

« Je te contredis parce que ce que tu proposais ne pouvais pas marcher, je t'ai prouvé que… »

Harry lui lança un regard noir et Malfoy se tu. Intérieurement il jubilait d'avoir fermé le caquet de Potter.

Le silence reprit place. Harry boudait sur ses genoux. Voilà encore une raison pour laquelle il ne pouvait pas supporter le Serpentard, dès qu'il ouvrait la bouche il lui montrait qu'il avait tord même quand il avait raison. Le plus dur à accepter était le fait qu'effectivement il avait mal réfléchit, ou pas assez et que Malfoy avait pris un malin plaisir de le lui renvoyer en pleine figure. Harry lança un regard en biais sur le blond. Il ne souriait pas et son regard était dirigé vers la cheminé d'où le feu ne s'arrêtait jamais de crépiter. Il semblait paisible, pourtant Harry savait qu'à l'intérieur Malfoy devait danser autour d'un feu de joie avec des plumes de cacatoès collées au cul. Et ça avait le don de l'énerver encore plus. Dommage que la potion n'obligeait par à faire certaines choses que l'on pensait, il adorerait voir Malfoy tourner en rond autour de la table basse en faisant 'hou ga hou ga' avec une ceinture en sac banane moldu, la classe.

Il allait se mettre à rire quand il se rappela pourquoi il avait pensé à ça. Il tourna la tête non sans avoir froncé les sourcils.

.

Malfoy agaçait Harry au plus haut point. Ca faisait dix minutes que celui-ci n'arrêtait pas de soupirer en claquant son livre pour le fermer puis le rouvrir, re soupirer, refermer son livre…

Harry essayait de se concentrer pour continuer de bouder mais c'était sans compter son super pote Malfoy qui lui titillait les nerfs.

Il avait essayé de penser à autre chose que ce prétentieux de blond. Alors il avait pensé à Ginny, la belle rousse avait bien grandit, ses cheveux étaient restés longs et elle n'était pas rousse comme son frère mais un rouge plus prononcé et plus foncé, bordeaux. Ses petites taches de rousseurs couraient sur son petit nez au bout rond et ses joues. Harry pensait beaucoup à elle, elle était belle, gracieuse, gentille et attentionnée, la fille parfaite seulement deux choses l'empêchaient de faire le premier pas : Ginny était la sœur de Ron. Il n'était pas sûr que Ron accepte que son meilleur ami se tape sa petite sœur et s'il pensait plus profondément encore, il prenait la famille Weasley comme sa propre famille et il considérait Ginny aussi comme sa sœur.

La Seconde était que Ginny voyait Harry à travers son statut de survivant et non comme Harry. Depuis le jour où elle était rentrée en deuxième année, elle avait fait partie du fan club d'Harry Potter et Harry l'avait surpris en train de faire la belle devant ses amies en leur disant que le « survivant » allait passer les vacances de noël chez elle. Il se souvient qu'une blonde s'était mise à pleurer en couinant que c'était injuste.

Alors ce jour là il s'était dit qu'il ne pourrait jamais se mettre en couple avec elle.

Il entendit Malfoy soupirer, claquer son livre et le rouvrir en faisant tourner les pages bruyamment.

« Tu ne peux pas arrêter de faire ça ? » Harry le toisa du regard.

Malfoy lui fit un grand sourire espiègle.

« De faire quoi ? » Demanda-t-il en claquant son livre et en soupirant d'un air innocent avant de rouvrir les pages abîmées par son traitement.

Harry voyait rouge.

« Ca ! Soupirer, remuer comme ça ! »

« Je ne remue pas » Dit Malfoy en haussant les sourcils. « Remuer c'est ça » Joignant le geste à la parole il se rassit confortablement dans le fauteuil, puis leva une jambe, puis la reposa en soupirant, puis s'assit plus proche d'Harry qui se mordait les joues.

« T'es vraiment insupportable Malfoy» Dit Harry en se pinçant l'arrête du nez, Malfoy était pire qu'un gamin de trois ans.

« C'est de ta faute Potter, tu penses tellement fort que je le ressens d'ici et c'est foutrement désagréable ! » dit-il sèchement avant de refermer définitivement son livre et de le balancer sans ménagement sur la table basse.

« Tu ne sais même pas à quoi je pense imbécile »

Malfoy le défia du regard, une lueur malsaine dans les yeux.

« Un Rockmout dont les tâches de rousseurs n'ont d'égal que leur absence d'âme (1)… »

Harry écarquilla les yeux.

« Comment oses-tu… » Ses yeux pétillaient de fureur.

Et Malfoy souriait étrangement, un mélange de dédain, de colère de… tristesse ?

« Tu n'as pas beaucoup de respect pour moi hein Potter ? Après ce que je t'ai dit tu penses à elle à côté de moi, t'es culotté franchement »

« Parce que toi tu as du respect pour moi peut-être ? » cracha Harry, indigné du comportement de Malfoy « Et je ne m'arrêterais pas de penser à elle que tu sois à côté ou pas » Quelque chose se mit à briller dans le regard d'acier mais Harry fit semblant de ne rien remarquer « Et puis de toute façon, je n'arrêterais jamais de penser à elle, je ne t'aime pas Malfoy il faut que tu arrêtes d'espérer quoique ce soit parce que ça n'arrivera jamais ! » La fin de sa phrase retentit dans la pièce comme un écho.

Sans s'en rendre compte Harry s'était levé pour lui crier dessus et il n'avait pas remarqué que pendant qu'il lui balançait ses saloperies, les yeux de Malfoy s'étaient voilés et avait baissé la tête.

Harry reprenait son souffle, sa tête lui tournait et il avait l'impression d'avoir fait une connerie. Il avait du mal à croire que ce qu'il avait dit soit vrai. Il ne pensait pas qu'il n'arrêterait jamais de penser à Ginny, il n'y pensait déjà presque plus alors pourquoi est ce qu'il avait réussi à le dire ? Il supposa que c'était parce que Ginny était la sœur de Ron et que quoiqu'il fasse il allait penser à elle, comme une sœur.

Son cœur rata un battement. Malfoy non plus, il n'arrêterait jamais de penser à lui. Mais c'était différent. Il pensait à Ginny quand il l'a croisait dans un couloir ou alors il repensait à une conversation qu'il avait eu avec elle, ou bien il pensait à elle car il ne savait pas quoi lui offrir comme cadeaux à Noël… Il pensait à elle comme il pensait à Hermione, comme Ron, comme une amie.

Alors que Malfoy, il y pensait beaucoup plus souvent. Il n'avait pas besoin de l'avoir croisé au détour d'un couloir pour penser à lui, en bien ou en mal d'ailleurs. Il n'avait pas besoin de le voir, il n'avait pas besoin d'avoir eu de conversation avec lui, il n'avait pas besoin d'excuse comme les fêtes pour y penser. Malfoy était dans son esprit aussi présent que lui était dans le sien, il en était sûr. Seulement les raisons pour lesquelles il pensait à Malfoy et les raisons pour lesquelles Malfoy pensait à lui étaient totalement différentes.

Il fut sortit de sa léthargie par une gêne. Il baissa les yeux et s'en voulu immédiatement. Les épaules de Malfoy étaient secouées de soubresauts et il cachait son visage dans ses mains. Il pleurait.

« Je suis désolé Malfoy, je me suis mal exprimé» Dit Harry d'une voix douce.

Il s'accroupit et sans réfléchir il posa une main à plat sur le genou de Malfoy.

« Non… c'est exac-tement ce que tu as voulu dire » Dit Malfoy entre deux hoquets. « Putain » Il renifla. Il détestait pleurer, il détestait montrer sa vulnérabilité. Et pire encore, il s'était juré de ne jamais pleurer devant Potter car maintenant qu'il connaissait sa faiblesse, il était sûr que le brun l'avait bien enregistré pour peut-être s'en servir plus tard si besoin était. Vil Griffondor.

Le pouce d'Harry frottait doucement le genou de Malfoy. Harry attendait qu'il se calme avant de reprendre. Il avait envie de rire et de pleurer en même temps, Malfoy était jaloux. C'était… Il ne savait même pas comment décrire ce qu'il ressentait par rapport à ça. C'était indéchiffrable.

« Je ne peux pas te dire que je ne le pense pas, c'est vrai, mais Ginny c'est juste… comme ma sœur, tu comprends ? » Harry avait l'impression de parler à un enfant de trois ans, lui faire comprendre qu'il ne peut pas avoir de bonbons car c'est mauvais pour les dents. Tournée dans un autre sens cette phrase collerait parfaitement à Malfoy. Il se retint de ricaner c'était malvenu.

Et puis, c'était tellement étrange de voir Malfoy pleurer. Il ne l'avait jamais vu sous cet angle et il le trouvait touchant mais faible. Tout ce qu'il avait connu de lui c'était des sourires hypocrites, des coups bas, des blagues pas drôles du tout et des moqueries à tout bout de champs, sans compter les nombreuses bagarres dont une qui avait failli se terminée au fond du lac de Poudlard.

Combien de fois s'étaient-ils battus, Quatorze fois avait dit Dumbledore. Leur première bagarre avait eu lieu en troisième année. Ils étaient en début de sixième année. Ils avaient fini quatorze fois dans le bureau de Dumbledore en presque quatre ans. Ho, ce n'était pas si terrible que ça.

La première fois qu'ils s'étaient battus, c'était dans les vestiaires de Quidditch après un match que les Serpentards avaient perdu face aux Griffondors. Malfoy avait essayé de noyer Harry sous la douche, lui envoyant les images de Goyle et Grabbe nu au passage (mauvais souvenir) et Harry, ayant beaucoup plus de force que ce petit blond pathétique l'avait aplati sur le carrelage, mouillant ses beaux vêtements et lui avait enfoncé un savon de douche dans la bouche (d'ailleurs Harry était sûr que si Malfoy avait hurlé comme une fille c'était plus pour ses vêtements que pour la moitié de savon qu'il avait bouffé) et ses deux gorilles avaient mis tellement de temps à s'habiller pour venir défendre Malfoy qu'il était trop tard, Harry s'était carapaté en rigolant comme un fou même s'il dégoulinait et qu'il devait à nouveau se changer.

Ha le bon vieux temps où on faisait bouffer des savons à son ennemi. D'ailleurs après ça il avait vaguement entendu des bruits de couloirs, comme quoi Malfoy avait dû faire un lavage d'estomac parce que le savon l'avait intoxiqué.

« Donc tu penses aussi que je devrais arrêter d'espérer ? » Murmura Malfoy d'une voix à peine audible, coupée par des reniflements.

Harry ne savait pas quoi répondre. Déjà le fait qu'il soit en train de réconforter Malfoy était une situation assez bizarre.

« Je ne sais pas. Ça me fait déjà bizarre de savoir que tu… enfin que tu éprouves ça pour moi, je ne sais même pas si j'arriverais à te regarder en face après ça. » Il leva les yeux mais fut coupé par des petites mèches blondes. Au moins Malfoy ne tremblait plus. « En plus, ce n'est pas possible pour plusieurs raisons » Il ne savait pas si c'était bien de dire cela maintenant mais de toute façon il ne pouvait plus se contrôler, les mots sortaient tout seuls de sa bouche « Nous sommes deux garçons, ensuite tu as ta famille qui a des positions politiques qui sont totalement opposées aux miennes, et tu penses comme eux, ensuite… ce serait beaucoup trop compliqué à gérer et puis… »

Malfoy sursauta.

« Je n'ai jamais dit qu'on pouvait rendre cela publique si jamais… il se passait éventuellement quelque chose » espérait Malfoy.

Harry fixa sa main qui continuait de caresser Malfoy comme si c'était naturel.

Sauf que c'était tout sauf naturel.

« Malfoy » fit Harry exaspéré « Ce serait trop compliqué pour moi et j'en ai déjà assez avec toute cette merde qui me tombe dessus » Harry s'était retenu de mentionner les super potes mangemorts de Malfoy et son idole Voldychou. Ho. Berk.

Il sentit Malfoy se tendre.

« Donc tu insinues que ce que je ressens pour toi c'est de la merde ? » l'accusa Malfoy.

« Non, mais j'ai déjà assez de problèmes pour que… »

Malfoy se braqua et le coupa sèchement.

« C'est un problème de savoir que je t'a-… que j'éprouve des sentiments pour toi ? » s'était-il repris de justesse.

Harry s'était figé. Malfoy n'avait pas faillit dire ce qu'Harry pensait qu'il avait faillit dire n'est ce pas ?

« Ce que je voulais dire » Commença Harry en avalant de travers, ayant encore une autre phrase dans la tête « C'est que j'ai assez de problèmes avec Voldemort et tout ses petits copains psychopathes qui essaient de me tuer tous les ans, je ne veux pas en plus faire attention à toi et à me demander toutes les cinq minutes si quelqu'un nous a vu et nous mette en danger » il fit une pause « surtout toi en fait parce que moi je m'en fiche »

Il avait peur d'avoir dit une grosse bêtise vu que Malfoy se remit à trembler.

« Tu-tu es en train de sous entendre que ce serait possible que nous… »

Harry l'arrêta dans son élan d'espoir perdu.

« Non, je voulais t'expliquer pourquoi je ne voulais pas » il fit une courte pause « Puis, sans vouloir te vexer je ne pense pas que nous soyons… sur la même longueur d'onde. »

Le silence les étreignit de nouveau.

Harry repartit dans le fond de ses pensées.

La deuxième fois qu'il s'était battu avec Malfoy s'était dans les toilettes des filles. Il ne savait même plus pourquoi ils s'étaient retrouvés là et il ne savait plus non plus pourquoi ils s'étaient battus, toujours est-il que cette fois là était… mémorable.

Harry eut un sourire carnassier.

Ils s'étaient battus avec des sorts puis Harry, dans son jour de bonté qu'il était, lui avait asséné un brillant coup de genou dans les bijoux de famille. Malfoy s'était tordu en deux en le traitant de tricheur tout en lui donnant un coup de pied dans le tibia. Puis Harry, toujours plus costaud l'avait attrapé par les cheveux et l'avait emmené dans une cabine. Malfoy avait tout de suite comprit ce qui l'attendait et s'était débattu de toute ses forces. Mais en vain, il avait fini la tête la première dans les toilettes (heureusement Harry n'était pas cruel à ce point, il avait bien sur vérifié qu'ils étaient 'propres') et il avait tiré la chasse d'eau. Malefoy ne l'avait plus emmerdé pendant un bout de temps après ça.

Mon dieu, en y repensant il avait toujours eu le dessus sur Malfoy et pourtant ce petit con revenait toujours à la charge. À l'époque Harry avait pensé que soit Malfoy était fou et aimait être humilié, soit il était encore plus con qu'un manche à balais.

Mais maintenant… comme Harry ne savait pas depuis combien de temps Malfoy éprouvait « ça » il se demanda si il ne revenait tout le temps pour le provoquer pour pouvoir être avec lui. Ho merlin que c'était niais, guimauve et romantique, ça ne ressemblait pas du tout à Malfoy. Harry jeta un coup d'œil discret au blond. En même temps, plus rien depuis qu'ils avaient tous les deux franchit le seuil de cette porte ne ressemblait à Malfoy. Il rougissait, il lui avait avoué des choses pour lesquelles il se serait pendu avant, et maintenant il chialait comme une gonzesse. Cet appartement était maléfique, se dit Harry en jetant un regard mauvais à l'ensemble du petit salon.

« Pourquoi tu m'as embrassé hier ? » demanda Malfoy en essuyant ses yeux du revers de la manche de sa belle chemise blanche.

Harry le maudissait, il ne pouvait pas arrêter de poser des questions ? Surtout ce genre de questions ?

« Une pulsion malsaine. Je suis déso… je suis dés… bon apparemment je ne suis pas désolé. » Nom d'un babouin, il se sentait mal. « Je n'ai pas détesté » dit-il pour faire semblant de se rattraper.

« Tu t'es moqué de moi » ce n'était pas une question.

Harry réagit plus vite qu'il ne l'aurait cru.

« Non bien sûr que non mais… » Il hésita

« Mais quoi ? » demanda impatiemment Malfoy.

« Je… »

Puis sans prévenir, Malfoy se redressa comme un 'i', son regard trahissant la colère et la tristesse qu'il ressentait.

« Tu ne veux pas parce que je ne suis pas une fille, Parce que je n'ai pas deux vieux tas de graisses qui pendront jusqu'à mon nombril quand j'aurai un gosse ? » s'égosillait Malfoy.

« Les filles n'ont pas leurs… »

« Ta gueule ! » hurla –t-il en rejetant d'un coup sec la main de Potter posée sur son genou. « Parce que je ne peux pas avoir d'enfant justement ? Qu'est ce qui t'empêche hein Potter ? T'as peur ? »

La tête d'Harry bourdonnait. Qu'est ce que c'était que cette scène ? Des enfants ? Il n'en voulait pas, pas encore en tout cas alors il s'en fichait.

« Je n'ai pas peur mais j'aime le corps des femmes, tu peux comprendre ? » Il se demandait s'il avait rêvé en entendant le canapé craquer.

Malfoy se pencha, son visage aussi près que possible de celui d'Harry, leurs fronts se touchant presque, ils s'échangeaient des regards mauvais.

Malfoy pleurait il y avait à peine trois minutes et maintenant il avait l'air d'être sur le point de faire d'Harry de la chaire à pâtée (2).

« Alors c'est ça… » Fit Malfoy dégoûté. « Et je suppose que si je me transforme en femme tu trouveras une autre excuse pour ne pas venir avec moi ? »

« C'est quoi cette conversation ? »

Malfoy se rassit tranquillement.

« Je suppose que j'ai compris Potter. Je… » Il fit une pause, passant nerveusement sa main dans ses cheveux « Je ne t'embêterais plus avec ça »

Harry le regarda de travers. Ca faisait trois jours qu'ils ne parlaient que de ça et que Malfoy insistait comme un désespéré et maintenant il laissait tomber, comme ça. C'était… soudain et inattendu. Harry le trouvait vraiment lunatique.

Il se demandait vraiment comment Malfoy avait pu tomber amoureux de lui après le nombre de fois où il l'avait à moitié noyé dans les toilettes ou étouffé en lui faisant avaler des choses non identifiées.

.

C'était une situation qu'Harry ne savait pas gérer. Son cerveau était partit au fin fond du désert l'empêchant de réfléchir à une phrase cohérente. Il venait de lâcher son livre qui rebondit deux fois sur le sol avant de s'immobiliser sur le dos, ouvert.

Cela faisait une heure qu'il avait quitté Malfoy dans le salon pour s'isoler dans la chambre avec un livre. Il pensait y être tranquille et avoir l'occasion de vider son esprit et surtout les images de Malfoy en train de pleurer, cela le rendait morose et c'était mauvais pour son moral. En une heure il avait eu le temps de se plonger dans l'histoire prenante du livre, qui n'avait pas été si prenante que ça car aux moindres petits bruits Harry était déconcentré.

Mais voilà : 60 minutes. La porte de la mini chambre s'était ouverte dans un fracas assourdissant.

Devant lui, dans l'encadrement de la porte, se trouvait Malfoy, torse nu, les yeux brillants et les joues rougies.

Harry n'avait pas du tout regardé ses cheveux blonds un peu en bataille, la peau de son torse qui semblait laiteuse et douce, un ventre plat… fascinant, des hanches plus larges que ses épaules… Un corps taillé en 'V' à l'envers…

Malfoy venait sûrement de pleurer tant ses yeux étaient clairs et sa lèvre du bas encore tremblante. Harry se dit que Malfoy s'était transformé en chochotte. Deux fois qu'il pleurait dans la même journée.

« Potter, j'en ai marre, qu'est-ce que je dois faire ? » sa voix retentit comme un boomerang.

Harry, dont le cerveau revenait de vacance, se redressa brusquement, renversant sa couette sur le sol et ne sachant pas s'il était nécessaire de la ramasser.

« De quoi tu-tu parles ? »

« Qu'est-ce que je dois faire pour te plaire ? »

Harry resta bouche-bée. Un lourd silence envahit la pièce laissant le temps aux deux adolescents de se regarder le plus de travers possible, ou le plus bizarrement possible. Harry ne savait pas quel comportement adopter : rire, pleurer, se jeter sur les murs en hurlant des phrases incompréhensibles, vomir, rougir, le prendre dans ses bras, lui envoyer un sort impardonnable. Non vraiment il ne savait pas. Et il se voyait mal lui dire 'ne pas t'appeler Draco Malfoy pour commencer', déjà que l'autre semblait à fleur de peau et pleurait pour un oui ou pour un non, il n'avait pas envie d'être témoin d'un suicide déguisé en meurtre pour qu'on accuse Harry, ben oui après tout ce n'était pas parce qu'on était mort qu'on ne pouvait pas encore faire chier le survivant.

D'ailleurs Harry ne savait même pas pourquoi il pensait à ça. Il avait l'impression que cet appartement lui faisait perdre la tête, ou leur faisait perdre la tête. Il jeta un œil au petit réveil posé sur la table de nuit : 19h12.

Encore une nuit et son cauchemar serait terminé. Il pouvait peut-être rester comme cela, à regarder Malfoy dans le blanc des yeux avec une tête d'alien ayant mangé un scrout à pétard, ou bien il pouvait aussi essayer, tenter lamentablement de dire quelque chose de cohérent à part 'Gelitel flaflati ?'

« Heu… » Fit intelligemment Harry.

Malfoy fut discret quand il s'étrangla à moitié. C'est qu'il réfléchissait vraiment à ça ce con. Malfoy était blessé.

Harry avait les yeux perdus dans le trou du nombril de Malfoy. Puis secouant la tête, remit ses idées en place. Il fallait qu'il soit clair. Il se racla la gorge.

« Ton visage ne me dérange pas, je m'en fiche. Le fait que tu sois sûrement dénué de tendresse ce n'est pas un problème. » Malfoy sentit le regard d'Harry glisser sur son corps « En fait, ton corps n'est pas déplaisant, je veux dire, je ne pense pas que je serais dégoûté de le toucher, c'est même le contraire mais… » Il s'arrêta remarquant que le blond commençait à avoir du mal à respirer. Par Merlin, qu'est ce qu'il était en train de dire ? Le dire aussi simplement était déroutant. Son regard s'arrêta sur la braguette bien fermée de son pantalon « En fait, c'est plus cette partie là qui me gène. Je ne sais pas te dire si je m'enfuirais en courant où si ça me serait égal car je suis pareil »

Ils se fixèrent puis Malfoy eut un sourire en coin en se rapprochant d'Harry dangereusement.

« Tu veux essayer ? » tenta Malfoy d'une voix suave tout en se penchant au-dessus de Potter.

Le cœur d'Harry accéléra, il s'agrippa (à) au drap de toutes ses forces pour ne pas faire quelque chose de stupide.

Il fallait réfléchir et vite. Réfléchir au fait que Malfoy soit un homme.

Même si depuis le début il se disait que le corps d'un homme ne l'attirait absolument pas, ce qu'il avait essayé d'oublier c'était la manière dont il essayait de se prouver qu'un corps masculin ne pouvait l'attirer. Ou bien le corps de Draco Malfoy l'attirait. Combien de fois il s'était surpris à essayer d'épier le moindre centimètre carré de peau que ses vêtements ne couvraient pas ? Au début il c'était durement convaincu qu'il avait envie de se comparer avec son ennemi, c'était normal de se demander si l'autre était mieux ou moins bien que vous. A la différence près que ce n'était ni moins bien ni mieux car c'était différent. Malfoy avait un corps fin, svelte et finement musclé, des épaules fines, une peau de poupée et ses hanches…

Harry se souvient d'un match de Quidditch où il avait passé le plus clair de son temps à lorgner Malfoy qu'à voler après le vif d'or, il avait remarqué, ce jour là, que Malfoy avait une chute de rein exceptionnellement prononcée. Sur le moment il s'était dit que le balai y jouait pour quelque chose, c'était peut-être une position plus confortable mais ses doutes s'étaient évaporés lorsqu'il l'avait vu retirer son pull pour aller se doucher, il était de profil et Harry l'avait juste aperçut, son arrière train plutôt bien moulé dans son équipement de Quidditch.

C'est drôle, Harry n'avait jamais repensé à ça. Il avait auto censuré certaines pensées qui n'avaient jamais atteints son esprit, heureusement d'ailleurs. Pourquoi ses souvenirs gênants lui revenaient-ils en mémoire maintenant ?

Au-dessus de lui Malfoy avait la bouche légèrement ouverte laissant échapper un souffle dont l'haleine sentait le dentifrice à la menthe.

C'était lamentable. Depuis que Malfoy lui avait dit qu'il l'aimait, Harry s'était convaincu de toutes les manières possibles qu'il ne toucherait pas à un cheveu du blond mais maintenant qu'il était dans le feu de l'action, ou bientôt, il pensait amèrement que tout ce qu'il avait essayé de ce convaincre n'était qu'un vieux tas de crotte de Buck.

Il venait de comprendre une chose essentielle : ce n'était pas le corps de Malfoy qui le dérangeait, c'était leur rivalité qui était en train de voler en poussière.

Il était normal qu'Harry, en se levant se dise 'tient aujourd'hui je me demande quelles insultes trouveras cette fouine' et ça le rendait même de bonne humeur. Mais maintenant qu'il savait ? Tout allait changer et c'est cela qui lui faisait atrocement peur.

Leurs lèvres se frôlèrent. Harry devait trouver quelque chose à dire même si sa crédibilité ne valait pas grand-chose tant ses yeux brillaient d'excitation.

« En fait tu as raison » il fut soulagé quand Malfoy se recula un peu pour l'écouter « Ce n'est pas ton corps de mec qui me dérange, en fait je m'en fou » Il essaya d'ignorer le grand sourire qui illuminait le visage de Malfoy « C'est que, je tiens trop à notre rivalité, je ne veux pas la perdre » il ne remercia pas la potion de Rimèd qui l'avait obligé à dire cela.

Malfoy le regardait bizarrement.

« Potter, c'est trop tard de toute façon » Il reprit contenance comprenant qu'il avait fait l'imbécile toute la journée en se laissant aller à ses émotions « Dès que nous serons sortis d'ici je vais avoir envie de rester cacher jusqu'à la fin de ma vie pour ne pas avoir à te croiser dans les couloirs » Harry se dit qu'il préférait ce Malfoy là, définitivement « Cette potion à tout foutu en l'air Potter, ce que je gardais enfermé comme le pire des secrets, il a foutu de trois petites questions pour que tu découvres tout »

Harry se dit aussi que Malfoy, quand ils ne seraient plus sous l'effet de la potion, s'en voudrait à mort d'avoir dit ce genre de choses.

Malfoy repris :

« Je ne voulais pas te le dire parce que je connais nos positions et je sais que c'est quelque chose d'impossible mais… » Ses yeux se mirent à briller « Mais je suis un homme et j'avais espoir que tu… ressentes la même chose »

A ce moment là Harry essayait d'ignorer les coups de marteaux que faisait son cœur contre sa poitrine, il essayait d 'oublier qu'après avoir embrassé Malfoy il avait eut la tête dans les nuages et qu'il lui avait semblé que c'était la plus belle chose de sa vie.

Harry, le regard un peu embrumé, rapprocha son visage.

Il n'avait plus envie de réfléchir à leur position et à toute cette merde. Malfoy avait un physique attrayant et il avait un effet sur l'esprit d'Harry plutôt radical, il avait l'impression d'avoir pris de la drogue dès qu'il le touchait.

« Potter, tu-je… tu… »

Harry effleura doucement la peau de ses joues du bout de ses doigts, délicatement il replaça une mèche échappée du désordre.

« Malfoy, je ne sais pas… peut-être que c'est la potion qui me fait agir comme ça, je ne veux pas y penser » Malfoy rougissait légèrement, plus rien à voir avec celui qui pleurait. « J'ai envie de t'embrasser parce que tu es beau, c'est tout, pour l'instant je ne veux pas penser à autre chose » C'était assez ironique sachant qu'une heure avant celui qui hurlait à tout bout de champs qu'il ne ferait pas ce genre de choses car ça allait avoir des conséquences était celui qui lâchait en premier.

Malfoy avait l'impression de parler à un Harry complètement différent. Soit il avait pris quelque chose, soit il était vraiment lunatique.

Ou alors c'était peut-être juste un garçon qui ressentait des émotions incontrôlables.

Malfoy scella leurs lèvres avec autant d'avidité que s'il n'avait rien mangé depuis trois semaines alors que ses mains passaient sous le tee-shirt du brun. Harry gardait les yeux ouverts tant que c'était possible, il voulait être sûr de ne pas rater une miette de ce qui allait se passer, il voulait être sûr qu'il n'était pas en train de rêver.

Ils s'embrassaient maladroitement, ne sachant toujours pas si c'était une bonne idée mais la chaleur commençait à augmenter et Harry voyait de moins en moins d'objection à ce qu'il faisait.

Une langue taquine vint effleurer les lèvres de Malfoy qui s'était contenté de ne pas forcer la barrière trop rapidement. Le cœur d'Harry fit un bond quand une autre langue vint toucher la sienne. C'était chaud, humide et très bon.

Puis tout s'enchaîna rapidement. Leur baiser s'enflamma jusqu'à créer de petites étincelles rouges au-dessus de leurs têtes. Harry se redressa pour aider Malfoy qui s'acharnait à lui retirer son tee-shirt puis il le jeta derrière lui sans y penser, enfouissant son visage dans le cou du brun, passant sa langue puis suçotant avec envie, puis mordillant légèrement sans laisser de traces.

Harry avait entrelacé ses doigts avec quelques mèches de cheveux blancs, et, ses mains reposant sur la tête de Draco exerçaient une petite pression sans qu'ils en aient conscience.

Malfoy embrassait ce torse qui lui était offert. Il le détailla furtivement alors que son souffle erratique trahissait son excitation. Harry était beau, bien foutu, bien musclé, bien bronzé et ses deux petits tétons roses ne demandaient qu'à être mangés. Alors c'est ce qu'il fit. Draco aspirait le petit bout de chaire jusqu'à ce qu'il se mette à pointer, puis mordilla la petite dureté entre ses dents. Il sentit qu'Harry lui tirait les cheveux sans faire attention.

Harry n'avait jamais rien ressentit de pareil, Malfoy s'y prenait foutrement bien pour lui faire envie et il ne pouvait plus ignorer l'érection qui devenait atrocement serrée dans son pantalon. Ses doigts lâchèrent les mèches de Draco pour venir courir sur la rondeur de ses fines épaules et apprécier la finesse de sa musculature.

Il avait les yeux fixés au plafond et se concentrait sur les sensations qu'il ressentait. Il n'avait pas besoin d'imaginer ce que Malfoy avait en tête puisqu'il descendait en flèche vers son bas ventre dans des bruits agréables de baisers. Il avait sursauté quand il avait senti quelque chose d'humide s'insérer dans son nombril puis en ressortir tout aussi naturellement, avant de revenir s'enfoncer violemment, donnant un léger aperçut de comment ils finiraient la soirée.

Puis Harry avait cru voir des paillettes un peu partout sur la surface qu'il s'obstinait à fixer quand le bruit de la boucle de sa ceinture avait retenti comme le commencement de quelque chose d'irréel et de trop agréable pour pouvoir le supporter. Son pantalon avait glissé le long de ses hanches étroites et c'est à ce moment là qu'il avait décidé de plonger ses iris dans celles de Draco.

Il faillit s'étrangler en le voyant accroupi entre ses jambes. Il s'y attendait, il était pressé de voir un tel spectacle mais cela lui donnait tout de même la chaire de poule.

Il bandait déjà dur mais quand il pensa 'Malfoy va me sucer ' son sexe se mit à vibrer et il se sentit grossir encore plus si bien que son gland avait forcé le barrage de l'élastique et dépassait fièrement de son boxer et tout ça sans que le blond ne l'ai encore touché.

D'ailleurs celui-ci semblait obnubilé par l'énorme, pour de pas dire monstrueuse, bosse qui déformait le vêtement. (3) Il n'avait jamais vu quelque chose d'aussi impressionnant. Il lança un regard pétillant à Potter qui, les joues aussi rouges qu'une écrevisse, haletait et attendait impatiemment la suite.

Draco ne se fit pas prier et tout en parsemant le bas ventre d'Harry de baisers papillons, il fit glisser ses doigts fins sous l'élastique. Il tenta de le descendre mais l'énorme chose cachée à l'intérieur bloqua son geste. Avec un mouvement calculé (voir expert) il réussit à descendre le caleçon jusqu'aux chevilles d'Harry non sans avoir dans le même temps caressé ses cuisses et ses mollets un peu poilu.

Un homme viril. Draco se pourléchât.

Mais il déchanta vite en voyant ce qu'il allait devoir faire rentrer dans sa bouche. Le sexe d'Harry était énorme, épais, long, vrombissant, gonflé de sang, des veines où Draco pouvait admirer les pulsions, le gland déjà humide… Il lança un regard inquiet à ses chaussettes, qui d'après son calcul, même étirées ne faisaient pas la moitié du pénis de Potter.

Il allait avoir l'impression de sucer un centaure.

Pourquoi diable avait-il fallu qu'il tombe amoureux de la plus grosse bite de Poudlard ?

Il se pencha, calculant la bête d'un œil admiratif et, sentant qu'Harry venait de poser sa main sur sa tête, il plongea. Il lécha toute la longueur pour se rendre bien compte de l'énormité de la chose. Après mûre réflexion, la moitié ne rentrerait même pas et vu la grosseur il n'était même pas sur de faire entrer plus que le gland. Il déglutit discrètement.

C'est lui qui avait basculé la situation pour que ce genre de choses arrivent il ne pouvait plus faire demi-tour surtout vu comment il était excité.

Sa main droite attrapa la base du sexe du brun pour le redresser et Draco se rendit compte d'une première chose : Il avait beau avoir de longs doigts le fait était que ceux-ci ne faisaient même pas le tour. Il se sentait ridicule avec son dix-huit centimètres.

La deuxième : Ca ne rentrerait jamais nulle part.

Il n'eut pas le temps de continuer dans ses réflexions car Harry appuyait sur sa tête d'un air désespéré. Draco posa ses lèvres contre cette peau brûlante puis suçota en aspirant un peu. Sous ses coups de langue habiles il pouvait sentir le sang affluer dans les veines de la hampe au grès des battements de cœur du brun. Il arriva à l'extrémité et récupéra les gouttes de liquide séminal qui s'échappaient déjà.

Harry ne ratait pas une miette de cette magnifique petite langue rose qui parcourait ses chaires avec avidité. Il avait l'impression d'avoir plein de fourmis dans les jambes tant le plaisir était intense. Malfoy commença à faire des va-et-vient lents sur le bas de son sexe avant de faire disparaître son gland en l'enfonçant dans ses joues.

C'était la vision la plus érotique qu'il n'ait jamais eut. Voir Malfoy essayer d'enfoncer son membre bouillant dans sa bouche et de voir que même en y mettant de la bonne volonté rien ne rentrait plus que quelques centimètres était orgasmique. Harry avait pensé à appuyer très fort sur la tête du blond pour pouvoir tout enfoncer dans sa gorge mais il se ravisa : Il n'avait pas envie de lui faire du mal.

Draco avait réussi à enfoncer la moitié mais la douleur qu'il ressentait dans les mâchoires le dissuada d'essayer d'aller plus loin et les gorges profondes n'était pas réellement sa tasse de thé et il était fort peu probable qu'Harry Potter soit un adepte de régurgitation. Malgré tout, il était heureux car il pouvait enfin goûter à Harry.

Il ne s'était jamais arrêté d'imaginer faire ça avec lui, mais en général dans ses rêves Harry avait des proportions raisonnables, même s'il aimait tout de même se dire qu'il était bien monté. La réalité dépassait de loin toutes ses espérances.

Harry lui grattouillait la nuque en signe de satisfaction et ses gémissements rauques venaient le conforter. Puis le brun lui toucha le front avant de le repousser pour lui faire lâcher prise.

Quand le membre fut sortit de sa bouche Draco remarqua qu'il ressentait la même douleur que lorsqu'il devait garder la bouche grande ouverte pour se faire soigner les dents. Il sentit des doigts glisser sous son menton et l'attirer vers le visage serein du brun. Ils s'embrassèrent, mélangeant leur salive et Harry goûtant le goût qu'il pouvait avoir (bien qu'avec la taille qu'il faisait une auto fellation ne devait pas être un problème).

Harry lui retira son pantalon en emmenant avec lui le caleçon (vert) de Malfoy. Il se débarrassa lui aussi de son pantalon resté bloqué à ses chevilles d'un coup de pied habile. Ses mains se posèrent fermement sur les hanches félines sur lesquelles il louchait depuis longtemps puis, comme la pluie dans une rigole ses mains coulèrent jusqu'à sa chute de reins : exquise. Puis ses fesses qu'il se mit à pétrir en gémissant de bien être : rondes, bombées et bien fermes. Comme il les avait tant de fois imaginé.

Et s'en fut trop pour en supporter d'avantage : la patience n'avait jamais été son point fort.

Il saisit le blond brusquement par les hanches faisant cesser leur baiser mouillé et l'allongea sur le ventre avant de se placer derrière et de se frotter contre lui, faisant passer son énorme sexe entre les fesses rebondies.

« Potter… Doucement » la voix de Draco tremblait légèrement d'excitation, de peur et d'appréhension, encore sous le choc d'avoir comprit qu'il serait celui qui se ferait prendre.

Le cerveau de Potter devait apparemment s'être fait la malle car il était clair qu'en ce moment il ne réfléchissait qu'avec sa queue.

« Mets toi à quatre pattes » ordonna justement Harry.

Malfoy obéit et écarta les jambes pour qu'Harry puisse venir plus facilement. Il eut un hoquet de surprise en sentant qu'il lui embrassait les fesses, puis la raie, puis en sentant quelque chose de mouiller le lécher et descendre jusqu'à son anus frémissant.

« Pour quelqu'un qu-qui semblait effrayé par le-le sexe entre garçons je te sens plutôt à l'aise HA ! » Gémit Draco alors qu'Harry enfonçait sa langue dans la petite cavité.

Harry ne trouvait pas ça dégoûtant, surtout que Malfoy était doux et que son nez coincé dans sa raie humait l'odeur du gel douche à la fraise. Sa langue ressortait pour laper le petit trou puis il l'a ré-enfonça plus profondément pour goûter son intérieur. Il ne savait pas comment le définir, c'était brûlant, plutôt serré et humide. Une de ses mains avait agrippé fermement une de ses fesses pour l'écarter alors que l'autre glissait entre ses cuisses pour toucher les bourses de Draco. Il enroula deux doigts autour de la hampe déjà dure pour se fixer une idée de comment Malfoy avait été fait. Et c'était plutôt satisfaisant.

Draco murmurait des insanités alors qu'Harry lui fouillait carrément l'intérieur. C'était… trop bon. Il y avait déjà pensé et s'était dit que c'était quelque chose de sale mais maintenant qu'Harry le lui faisait il trouvait que c'était quelque chose d'essentiel.

Puis Harry qui avait arrêté de titiller son gland, lui enfonça un doigt tout en continuant de mouiller cet endroit, faisant faiblement gémir Draco.

Nul doute que le blond s'était entraîné avec ses doigts, ou mieux, des objets.

« C'est… Potter » Tenta Draco. Faire une phrase cohérente était devenu difficile. « C'est trop bon… » Haleta-t-il. « Vient s'il te-te plaît »

Harry sourit et obéit. Il vérifia qu'il avait assez lubrifié pour que tout puisse rentrer sans difficulté, ou presque. Il se saisit de ses hanches et appuya sur son dos pour le cambrer. La vue était magnifique et Malfoy commençait déjà à se masturber.

Il frotta son gland rougit et humide contre le petit cercle de peau foncée et commença à s'enfoncer.

Draco mordit le drap de toutes ses forces en sentant son intérieur s'écarter terriblement. Une main réconfortante se posa contre son ventre alors que la moitié n'était même pas encore rentrée et il pouvait sentir les battements du cœur de Potter à l'intérieur de lui.

Harry se mordait les joues pour se retenir de s'enfoncer d'un seul coup. Il se sentait tellement serré qu'il avait peur de ne pas tenir longtemps. La vue de son sexe disparaissant dans l'antre de Draco (4) le faisait vibrer de plaisir.

Draco fit glisser sa main sur son ventre passant sous celle d'Harry. Il hoqueta de surprise. Il pouvait la sentir à travers son ventre, le membre d'Harry était tellement gros qu'une bosse commençait à se former sous sa peau.

« Par Merlin… » Gémit Draco en ne sachant pas s'il serait mieux pour lui de s'évanouir.

Et plus Harry s'enfonçait plus la bosse enflait et écrasait tout ses organes à l'intérieur. Ses yeux étaient brumeux et il se dit qu'il devait déjà avoir atteint le septième ciel alors qu'il se rendit compte qu'il durcissait encore plus.

« Malfoy, je suis dedans » constata Harry avec joie « Entièrement dedans, tu vas bien ? » demanda-t-il l'embrassant dans la nuque.

Etrangement Malfoy n'avait pas si mal que ça. La plus grosse douleur avait été d'accepter ce corps étranger proéminent.

« Vas-y » dit-il, son souffle erratique cognant contre le ne se fit pas prier et se recula. Draco gardait la main sur son ventre pour la sentir partir et revenir le déformer à nouveau, c'était étrange.

La cadence accéléra. Les hanches du brun claquaient contre les fesses du blond dans un bruit sourd mêlé de gémissements rauques et de cris de plaisir. Harry s'amusait à ralentir et à accélérer sans prévenir.

« Ha… Potter… Je-je... Oui c'est trop bon… » Criait Draco.

C'est seulement au bout de quelques minutes qu'il sentit toutes ses sensations descendre dans son bas ventre, comme l'aboutissement de quelque chose, le feu lui montant à la tête et la respiration devenant saccadée, incontrôlable, ses sourcils se froncent alors que son corps se paralyse pendant une petite seconde puis Harry joui à l'intérieur de Malfoy, le remplissant comme le réservoir d'une voiture avant de se retirer pour admirer son sperme ressortir et couler le long de ses cuisses.

Draco, sous ces nouvelles sensations, joui lui aussi sur le matelas. Il se sentit tout à coup très heureux et avait l'impression de flotter. Harry appuya sur son dos pour l'abaisser et s'allongea sur lui, embrassant sa nuque de baiser papillons.

« Potter… »

Il sentit Harry sourire dans son cou.

« Je pense que tu aurais du m'avouer tes sentiments bien avant » dit-il en se replaçant contre le dos du blond. « Tu peux me dire ce qui t'as fait comprendre que tu… de moi ? » Il embrassa son oreille.

Draco croisa les bras se redressant légèrement et réfléchit.

« J'ai des sentiments depuis la troisième année mais je ne l'ai découvert qu'en quatrième. » Il soupira de bien être « C'est bête mais quand j'ai dû retourner chez mes parents pour les vacances de noël je me suis rendu compte que tu me manquais » Il sentit Harry frissonner « Et puis une fois je t'ai vu embrasser Cho… j'ai pété les plombs et mes amis n'ont rien compris, c'est ce jour là que j'ai su que je … que je t'aimais, j'avais été jaloux » Il posa son menton sur ses mains « j'avais eu envie de la tuer »

Harry avait écouté sans bouger.

« Redit-le » demanda-t-il d'un air niais.

« De quoi ? »

« Que tu… enfin tu… »

Draco rougit furieusement et cacha son visage dans le matelas.

« Mhh mmhh » Marmonna Malfoy dans les draps.

Harry attrapa son menton et le força à la regarder. Il se pencha pour l'embrasser.

« Malfoy, je n'ai rien comprit » dit-il avait un grand sourire.

« Je… » Harry le fixait c'était déstabilisant « Je t'aime… » Il murmura aussi bas que possible.

Et Harry se jeta sur lui le couvrant de baiser.

.

.

Harry et Malfoy attendaient impatiemment dans le petit canapé. Harry était anxieux et regardait le feu qui ne s'était pas arrêté une seule fois. Il rouvrit son petit sac à dos pour vérifier une dernière fois qu'il n'avait rien oublié. Il jeta un œil à Malfoy qui semblait serein et lisait un livre tout en évitant soigneusement de regarder du coté de là où Harry se trouvait.

Malfoy avait mis trois heures à tout faire rentrer dans sa valise et après avoir fait une vingtaine d'aller retours entre la chambre, la cuisine, le salon et la salle de bain pour vérifier que rien ne traînait. Son énorme valise qui devait être plus lourde que lui était gonflée à bloc et Harry avait l'impression quelle allait bientôt exploser en leur envoyant tous les beaux habits de Malfoy à la figure.

Il avait épié le blond et il avait failli exploser de rire quand il l'avait vu sauter à pied joints sur la pauvre chose pour tenter de la fermer.

Mais finalement il avait réussi et maintenant ils se retrouvaient tous les deux assis à attendre que Dumbledore vienne les chercher.

Harry était impatient de retrouver la liberté et il se doutait que ce sentiment était partagé même si une petite boule commençait à se former dans le creux de leur estomac.

Pendant que Malfoy semblait captivé par sa lecture Harry repensait à la dernière soirée qu'il avait vécu auprès de son ennemi. Ils s'étaient beaucoup embrassés, sagement puis violemment, se cherchant l'un l'autre. Harry avait glissé ses doigts le long de son corps, les faisant courir sur ses côtes et s'arrêtant sur la chute de reins qui était succulente. Cela avait durée des heures. Puis ils s'étaient câlinés, caressés. Harry avait eu le droit de toucher les petits tétons roses qui pointaient durement et Malfoy aussi avait eu droit à son pelotage.

Puis leurs vêtements avaient disparu, Malfoy lui avait fait une merveilleuse fellation même s'il n'avait pas pu tout y mettre. Puis ils avaient fait l'amour.

Harry avait encore des étoiles dans les yeux. Il s'était moqué de Malfoy lorsque celui-ci avait titubé pour aller jusqu'aux toilettes.

Harry avait beaucoup aimé et cette nuit, allant dans la salle de bain pour se rafraîchir, il avait eu la joie de retrouver ses objets dansant et chantant dans tous les sens. A chaque fois qu'il embrassait Malfoy, il était au paradis. Mais cette fois, les brosses à dents et la poubelle avaient chanté quelque chose de différent.

Cela faisait un changement radical en une journée, ça avait été un changement rapide mais net.

Il regarda la grosse pendule au-dessus de la cheminée : 9h00

Et un cliquetis sonore retentit.

Malfoy sembla agacé en refermant son livre tout en soupirant. C'était devenu une manie. Il le posa sur la table et le fixa. C'était la dernière fois qu'il verrait cette table, ce feu, ce canapé, ce livre, cet abominable appartement.

Il fixa Harry droit dans les yeux.

« Potter, je te déteste » Dit-il avec un grand sourire.

Harry sentit son ventre se tordre avant de comprendre.

« La potion… elle ne fait plus effet… » Constata Harry avec un grand soulagement.

Le mur trembla et fut comme aspiré par le plafond, la porte commença à apparaître sous leurs yeux pétillants. Harry se rappelait de comment Malfoy avait essayé de rouvrir cette fichue porte en bois miteux.

La poignée s'abaissa et la porte s'ouvrit. Dumbledore les regardait les yeux toujours pétillants de malice au point qu'Harry se demanda s'il savait déjà tout de ce qui s'était passé dans cet appartement.

« Vous êtes libre, j'espère que cette punition vous aura été bénéfique mes garçons » dit-il en replaçant ses lunettes sur le bout de son nez.

Harry se leva s'apprêtant à dire quelque chose mais une fusée passa à côté de lui, le renversant à moitié. Malfoy l'avait bousculé et venait de passer la porte en courant à moitié avec sa grosse valise à bout de bras. Ca au moins, c'était normal, pensa Harry en souriant.

En passant le seuil de la porte, il se retourna une dernière fois pour se souvenir de la pièce où il avait découvert quelque chose de plus grand encore que d'attraper le vif d'or au Quidditch, de plus précieux que tous les galions qui reposaient sagement dans son coffre à Gringott : Le sentiment d'être aimé pour ce qu'il était et non l'image qu'on lui avait donné.

Il tourna les talons, un sourire aux lèvres en se souvenant de ce que la petite brosse à dents verte chantait :

« Il est amoureux, du grand fou fougueux, quand il le regarde dans les yeux il l'emmène aux cieux »

.

.

Un mois était passé depuis qu'ils avaient fait leur punition. Un mois sans joute verbale et sans bagarre, cela avait soulagé les élèves même si Hermione ne cessait de lui poser des questions.

Au début il n'avait pas su comment s'y prendre avec Malfoy, lui sourire aurait été sûrement malvenu, l'insulter également, alors il ne faisait rien. Il le regardait peut-être un peu trop alors.

Durant ce long mois Harry avait découvert sa jalousie. Il avait envoyé un jambe en coton à Pansy Parkinson qui s'était mis en tête que passer sa vie accrochée au bras de Malfoy devait être une bonne idée, mais elle avait vite déchanté, surtout que Malfoy n'était pas très réceptif à ses attentions.

Il laissa tomber les cubes qu'il faisait léviter grâce à sa baguette et se leva du fauteuil de la salle commune de Griffondor.

« Où tu vas ? » demanda Hermione levant à peine les yeux de son énorme grimoire.

« Me dégourdir les jambes, j'ai des fourmis à force de rester assis » mentit-il. Il était bien heureux de plus avoir de potion dans les veines, il se demandait la tête qu'aurait fait Hermione s'il avait répondu à la place 'Je vais voir Malfoy, on va s'embrasser comme des fous et baiser comme des lapins, à tout à l'heure !'

Il ne remarqua pas que Ron le suivait du regard jusqu'à ce qu'il quitte la salle.

A peine il passa la porte qu'il courut jusqu'au troisième étage, deuxième porte, couloir de gauche, puis gauche, escalier… Porte toute moche ! Il était arrivé.

Il entra dans un grincement hérissant. Malfoy était là, sagement assis sur un vieux bureau, les jambes croisées, il l'attendait.

Harry referma derrière lui, s'approcha du blond et sans ménagement le prit dans ses bras, le serrant le plus fort possible contre lui.

« Tu m'as manqué » dit-il

Malfoy ricana

« Toi qui disais que 'Jamais il ne se passerait quelque chose entre nous' je me demande ce qui a bien pu te faire changer d'avis… » Dit Malfoy un petit sourire en coin.

Harry lui fit décroiser les jambes et s'installa entre elles, il posa naturellement ses mains sur ses hanches et leurs lèvres se scellèrent.

Peut-être que Dumbledore devrait les punir plus souvent.

.

.

.

« Fin »

.

.

Verse une larme.

Y a-t-il des survivants ?

1 - Phrase du joueur du grenier de sa dernière vidéo sur Captain Planet, elle m'a trop fait rire.

2 - J'avais écrit : de la chaire à pété xD je me suis fendue la poire pendant un bon quart d'heure, j'suis con xD

3 - Bon d'accord je n'ai pas pu m'en empêcher, Harry est encore monté comme un cheval xD, même pire je crois xp

4 - Ben quoi ? xD (comprendrons ceux qui ont lu mes OS)

Merci à toutes celles qui m'ont suivi ça me fait vraiment plaisir de voir que mon travail plaît, ça m'encourage à écrire d'autres choses. Je vous remercie du fond du cœur.

PS : vous aussi vous avez tiré sur une de vos chaussettes pour voir ? Huhu !

Ayez une petite pensée pour les pauvres fesses de Draco qui devaient souffrir le martyr à chaque fois qu'il s'asseyait ! Si vous le soutenez : Review ! :D

Lovekisshu.