Family Night

Chapitre 1 :

L'idée était venue au départ pour calmer la tension qui était apparue lorsqu'il avait fallu séparer les familles en temps de guerre, ce qui évidement était inévitable avec des enfants scolarisés dans un internat. Les élèves angoissés pourraient ainsi s'enthousiasmer d'avance et savoir qu'ils verraient occasionnellement leur famille, une pensée réconfortante dans des temps si incertains. Les parents quant à eux pourraient ainsi prendre des nouvelles de leurs enfants sans paniquer qui que ce soit. Si en conséquence les notes s'élevaient, alors c'était tant mieux.

Quand Dumbledore annonça la nouvelle Soirée Famille trimestrielle, la plupart furent enthousiasmés par l'idée, d'autant plus que la restriction de l'usage de la magie aux élèves de premier cycle ne permettait pas à ces derniers de profiter des vacances pour montrer à leurs parents ce qu'ils avaient appris. Il y aurait des exposés à préparer pour l'événement, de grands festins et des visites du château, ce qui serait drôlement nostalgique pour les parents sorciers et excitant pour les moldus.

Cela s'avéra être un succès. Les élèves travaillèrent dur pour se préparer à la visite de leurs parents avides et tout le monde semblait s'amuser, en particulier à l'idée de regarder les moldus explorer le château pour la première fois.

Oui, tout le monde adorait l'idée… sauf une personne… enfin, deux si l'on comptait le professeur Rogue, mais lui, évidemment, n'aimait jamais rien.

Quand vint enfin cette soirée, Harry Potter se retrouva seul dehors, sur une rive éloignée du lac, en train de faire tristement des ricochets avec des pierres qu'il lançait à sa surface. Ron et Ginny avaient, bien entendu, offrit de partager leur famille avec lui, mais Harry avait décliné leur proposition, sachant tout d'abord que ce ne serait pas la même chose et ensuite que ces deux amis avaient besoin de leur propre occasion de briller.

Il leva les yeux vers son professeur favori quand celui-ci avança vers lui.

- Salut Harry, pourquoi n'es-tu pas avec les autres ? Demanda un Hagrid inquiet quand enfin il parvint à trouver son élève préféré.

Harry haussa les épaules.

- Pas pour moi, dit-il avec un sourire triste.

- Je pensais que tu allais demander à Remus de venir ? Interrogea le géant.

Harry évita son regard et déglutit difficilement.

- Je l'ai fait.

- Oh, il était occupé ? Demanda Hagrid avec sympathie.

- Non, répondit Harry d'un air abattu. En fait je crois qu'il est un peu énervé contre moi. A cause de ce qu'il s'est passé avec Sirius. Je crois qu'il m'en veut, non pas qu'il ne devrait pas. Je sais que c'est de ma faute, mais-

- Oh Harry, non ! Ce n'est pas de ta faute ! Je suis sûr que Remus avait simplement d'autres choses à faire, dit Hagrid en posant une lourde main sur l'épaule de Harry.

- Il a dit qu'il ne viendrait que si j'avais quelque chose de spécial à lui montrer, mais que si ce n'était pas le cas, il n'avait pas le temps, soupira Harry.

- Eh bien, est-ce que tu lui as dit que tu étais premier de ta classe en défense ? Si ça ce n'est pas spécial, alors je ne vois pas ce qui pourrait l'être ! Dit Hagrid d'un air exagérément enjoué.

Harry lui adressa un faible sourire de remerciement.

- Oui, je lui ai dit, et il a dit qu'il allait y penser, mais ensuite il m'a envoyé une lettre disant qu'il viendrait la prochaine fois, si mes notes augmentaient.

Hagrid fronça les sourcils en entendant cela mais ne laissa pas Harry voir son air désapprobateur.

- Bon, eh bien, pour ton information, ton exposé en soins aux créatures magiques était fantastique. Presque tous les autres l'ont fait sur les licornes, et je n'ai même pas enseigné moi-même cette leçon, dit Hagrid d'un air grincheux.

- C'est simplement parce que les gens sont attirés par les choses mignonnes et les sujets qui sont faciles à rechercher, comme les licornes ; ça n'a rien à voir avec ton enseignement Hagrid, le rassura Harry.

Hagrid jeta à contrecœur un regard vers la zone de cours de soins aux créatures magiques loin d'eux.

- Bon, Harry, je dois aller finir de tout préparer avant que les parents aient terminé leur repas. Est-ce que ça va aller ?

- Oui, je vais bien, dit Harry avec nonchalance. Je n'ai jamais vraiment aimé ce genre de choses de toute façon. On devait faire ça dans mon école primaire aussi. Je vais simplement profiter de ce moment pour faire mes devoirs.

Hagrid acquiesça et tapota l'épaule d'Harry en se levant.

- Bon, n'en fais pas trop, d'accord ?

- D'accord, acquiesça Harry en massant son épaule pendant que Hagrid retournait à sa classe.

Mais Harry avait un plan. L'année dernière, son échec à étudier l'occlumencie lui avait coûté la vie de Sirius, et Remus s'en rendait apparemment bien compte. Harry voulait montrer à Remus qu'il prenait ses études au sérieux, même si c'était trop tard pour son parrain. Il travaillerait plus dur qu'il ne l'avait jamais fait à l'école et il remonterait ses notes pour donner à Remus une raison de venir à la prochaine Soirée Famille. Peut-être ainsi pourrait-il prouver à Remus qu'il était en train de changer, de devenir plus mature, qu'il essayait de devenir quelque chose de plus qu'une charge pour ceux qui comptaient pour lui. Peut-être que si Remus voyait jusqu'où il était allé, Harry aurait finalement quelqu'un qui serait fier de lui.

Hermione était en extase face au nouveau projet d'étude de Harry. Puisqu'il ne leur avait pas vraiment dit pourquoi il l'avait commencé, Hermione était convaincu qu'Harry réalisait enfin qu'elle avait eu raison tout du long et qu'il essayait de remonter ses notes pendant ses dernières années avant d'avoir à chercher du travail dans le monde des sorciers.

Ron était horrifié, bien sûr, et n'acceptait de travailler avec Harry et Hermione qu'autant qu'il le faisait normalement, et le reste du temps, il préférait aller s'amuser avec d'autres garçons de Griffondor jusqu'à ce que Harry ne se décide à reprendre ses esprits.

Alors Harry et Hermione travaillaient ensemble, Harry s'étant résolu à travailler chaque fois que le faisait Hermione, aussi pénible que cela paraisse, d'autant plus qu'Hermione avait la réputation d'être l'étudiante la plus vigoureuse de l'école. Au moins, cela lui détournait l'esprit de l'année passée et de la douleur que le rappel de la disparition de Sirius lui causait toujours.

Et ce travail payait. Ses professeurs le gardaient après les cours pour le féliciter de la façon dont ses notes avaient progressé, à part Rogue évidement. Il avait même augmenté en divination. Après tout, il avait longtemps pensé que l'occlumencie ne servait à rien, mais après ce qui était arrivé en conséquence, il n'était pas prêt de jamais repenser la même chose sur une matière quelle qu'elle soit.

Quand arriva la Soirée Famille suivante, Harry envoya fièrement ses résultats à Remus, accompagnés d'une lettre lui demandant de se joindre à lui pour cette soirée.

Quand il reçut une réponse de Remus lui disant qu'il serait à Poudlard, Harry fut plus que soulagé. Il s'assura que ses exposés soient parfaits et quand arriva cette soirée, il fit en sorte d'avoir une bonne apparence et essaya même de discipliner ses cheveux pendant une demi-heure.

Quand arriva la soirée, il se tenait avec Ron et Hermione près de l'entrée tandis qu'ils attendaient les adultes, remuant nerveusement d'un pied sur l'autre.

- Harry, calme-toi, dit Hermione avec un rire amusé ; heureuse qu'Harry ait finalement quelqu'un qui vienne, puisqu'elle était sûre que les Dursley ne l'avaient pas fait quand il était en primaire.

Remus fut en fait le premier adulte à arriver de ceux que le trio attendait, mais rata Harry en se frayant un chemin entre les parents et les élèves. Harry dit au revoir à ses amis avec excitation au moment où Ron repérait le groupe familier de rouquin en train d'entrer par les portes, et il se fraya un chemin dans la foule pour rejoindre son ancien professeur de Défense contre les Forces du Mal.

- Remus ! Remus ! Appela-t-il en se libérant de la foule, se demandant où allait l'homme qui avançait dans le couloir.

N'était-il pas évident qu'Harry aurait été avec les autres élèves ?

Remus se retourna et vit Harry courir vers lui, son regard vide rendant rapidement Harry inquiet. Il essaya de ne pas le montrer et prit Remus dans ses bras, incapable de contenir son soulagement.

Quand Remus ne fit aucun geste pour lui rendre son étreinte, Harry la rompit, mal à l'aise et marcha avec lui puisque l'homme commençait à se rendre vers le grand escalier.

- Oh, tu veux visiter d'abord ? La visite des classes ne se fait qu'après le banquet, et je crois que c'est dans à peu près une demi-heure. Je pourrais te montrer la salle commune des Griffondors si tu veux, comme ça tu pourrais la revoir. Est-ce que je t'ai dit que j'étais premier de ma classe en défense ? Demanda-t-il avec enthousiasme, essayant de pousser Remus à au moins le regarder. Euh, merci en tout cas d'être venu. Ça compte beaucoup pour moi, d'autant plus que les Durs…

Harry fut coupé par Remus qui s'arrêta brusquement pour se tourner vers lui avec prudence.

- Je suis désolé que ma lettre t'ait induit en erreur Harry. Je t'ai dit que je serai à Poudlard, mais je ne voulais pas dire pour ça. J'avais besoin de prendre ma potion Tue-loup auprès du professeur Rogue.

Harry eut l'impression que son estomac venait de faire un saut périlleux et que ses poumons avaient oublié comment fonctionner.

- Oh ? Parvint-il à dire.

Presque comme s'il avait entendu que son nom avait été prononcé, Rogue apparut à ce moment-là, l'air encore plus de mauvaises humeur que d'habitude, probablement à cause des familles et des élèves enjoués qui gargouillaient partout dans le château.

- Ah, comme c'est attachant, le loup-garou est venu non seulement pour prendre sa potion, mais aussi pour voir l'Élu dans toute sa gloire, ricana sarcastiquement Rogue.

- En fait, je suis seulement venu pour la potion Rogue. Si on pouvait aller la chercher maintenant, je pourrais m'en aller, dit Remus prenant ainsi Rogue au dépourvu, quelque chose que l'on disait impossible à faire.

Le maître des potions les scruta tous les deux avant d'acquiescer.

- Très bien, j'étais en train de me rendre aux cachots.

Remus hocha la tête et commença à le suivre, mais Harry lui attrapa le bras dans un geste de désespoir.

- Tu voudrais peut-être rester ? Je veux dire, la pleine lune ne sera que dans quelques jours et tu n'aurais pas à rester longtemps. Tu pourrais peut-être juste voir quelques-uns de mes exposés ? Demanda-t-il, détestant le ton suppliant de sa voix, mais étant incapable de faire quoi que ce soit pour le réprimer. Même simplement celui de potion puisque de toute façon tu vas dans les cachots. Ce n'est pas le meilleur mais j'ai travaillé vraiment-

- Peut-être la prochaine fois Harry. L'année dernière tu n'as pas mis beaucoup d'efforts dans les choses que les gens ont essayé de t'enseigner ; si tu me prouves que tu essaies vraiment de faire ça au prochain trimestre, je viendrais, dit-il l'air beaucoup plus froid que d'habitude.

Harry ne put retenir sa demande de ses lèvres.

- Est-ce que tu veux au moins rester au banquet ? Tu pourrais partir après si tu veux, et on pourrait manger et parler puisque je n'ai pas vraiment-

- J'ai dit non Harry. Quand tu l'auras mérité, on parlera.

Sur ce, les deux adultes partirent, marchant vers les cachots pour prendre ce pour quoi Remus était vraiment venu, laissant Harry seul dans le couloir.

Harry se sentait abandonné et confus. Il savait qu'il ne pouvait pas retourner au festin, il ne pouvait affronter les questions que les gens allaient s'empresser de lui poser. La simple pensée de nourriture le rendait maintenant nauséeux… ou peut-être que ce n'était pas la nourriture.

Plus il repassait ce qu'il venait de se passer dans sa tête, et plus il se sentait rejeté et malade, jusqu'à ce qu'il plaque une main sur sa bouche et coure vers les toilettes, arrivant juste à temps. Il s'effondra sur les genoux et vomit dans la cuvette.

Après quoi, il resta assis un moment sur le sol, cherchant ce qu'il pourrait bien faire du reste de la soirée. Il ne voulait pas tomber sur ses amis et leur famille. Il songea aller à la salle sur demande, mais il savait que les membres de l'AD risquaient d'aller et venir pour la montrer à leurs parents.

Il entendit quelqu'un arriver, et, ne connaissant que peu de gens qui ne seraient pas en ce moment au festin mais dans cette aire du château, il passa la tête par la porte. Bientôt, il vit le dos de Remus tandis qu'il marchait dans le couloir en direction des escaliers.

Harry se rendit distraitement en haut des escaliers et regarda Remus se hâter vers les portes d'entrée.

Il resta ainsi, légèrement choqué jusqu'à ce qu'il entende le brouhaha des gens qui se levaient de leur chaise. Sachant que le banquet avait pris fin, Harry commença à courir, essayant de penser à une partie du château ou personne n'irait. Il devait y être tout de suite ; il savait qu'il allait se mettre à pleurer, aussi honteux que ce soit de l'admettre, et la seule chose à laquelle il pensait était de s'assurer que personne ne le voie le faire.

Il était en train de passer près d'une statue en courant quand il s'arrêta, se souvenant que c'était l'entrée d'un passage dont les jumeaux Weasley avaient mentionné qu'il s'était effondré. Heureusement, il avait mémorisé la façon dont on entrait dans chacun d'entre eux, puisqu'il avait trouvé l'idée de passage secret particulièrement captivante.

Après qu'il ait balbutié le mot de passe, le passage s'ouvrit et Harry s'engouffra à l'intérieur, s'éclairant de sa baguette pour éviter d'être plongé dans le noir complet.

Et pendant que le reste de l'école riait et passait du bon temps avec sa famille, Harry Potter resta assis dans un passage secret abandonné, recroquevillé en position fœtale, pleurant silencieusement d'avoir connu, à nouveau, la douleur cinglante d'être rejeté.

X

Harry entama le troisième trimestre avec une nouvelle mission. Il aurait des A dans toutes les matières, peu importe ce que cela lui coûtait. Son but était d'être le premier dans le plus de cours possible. Sa première étape dans ce sens avait donc été d'aller voir les professeurs des quelques cours dans lesquelles il n'avait pas de A (bien qu'avec tout son travail lors du précédent trimestre, beaucoup de ses notes étaient des A) et demanda des cours particuliers. McGonagall avait déjà donné son accord l'année précédente quand elle essayait de prouver à Ombrage que même des dictateurs malfaisants comme elle ne pouvaient empêcher Minerva McGonagall d'aider un élève à devenir un auror. Et ce fut l'excuse qu'il utilisa avec tous ses professeurs. Ils n'avaient pas à savoir qu'il avait déjà décidé qu'être un auror était à peu près la dernière chose qu'il ne voudrait jamais être.

Après ses améliorations des trimestres précédents, tous ceux à qui il le demanda furent avides de l'aider s'il était motivé à y mettre des efforts supplémentaires, à l'exception de Rogue, bien sûr, qui n'était jamais avide à l'idée de faire quoi que ce soit, à part retirer des points à Griffondor et mettre des retenues. Mais, aussi choquant que cela puisse paraître, Rogue accepta… après une grande leçon de morale qui disait qu'Harry ne devait surtout pas penser que cela le rendit aucunement spécial.

Ces cours particuliers avec Rogue étaient, bien entendu, ceux pour lesquels il était le plus anxieux. Mais étonnamment, Rogue n'utilisa pas cette opportunité pour davantage le maltraiter verbalement, à part pour demander à de diverses occasions s'il n'avait pas oublié son cerveau. Harry se rendit compte très tôt qu'il aurait à utiliser ces séances pour ce qu'elles étaient et enfin poser des questions sur ce qui entravait ses potions. Et à sa grande surprise, Rogue y répondit. Il semblait que le maître des potions appréciait vraiment enseigner, quand il s'agissait de le faire avec quelqu'un qui essayait véritablement de s'améliorer dans la matière, plutôt que de le faire seulement parce qu'ils le devaient ou pour « se faire remarquer », c'est-à-dire ce qu'étaient pour lui les motivations d'Hermione.

A la plus grande surprise encore de Harry, il commença à grandement s'améliorer en potions. Il trouvait cela bien plus facile qu'au début, et même Rogue ne trouva plus à redire, ce qui en disait définitivement long. Il s'améliora également dans les autres cours, mais les potions furent sa plus grande victoire.

En plus de ses cours particuliers avec ses professeurs, Harry travaillait de plus en plus, surpassant même Hermione dans le temps qu'il passait à lire ses notes et des livres. La fille aux cheveux touffus était légèrement horrifiée à l'idée que quelqu'un travaille plus qu'elle, et essaya de le rattraper, mais quand Ron commença à l'inviter à des rendez-vous, elle eut quelque chose d'autre à faire pour occuper son temps que d'étudier et de tricoter des vêtements pour les elfes.

C'est pour ces raisons qu'Harry commença à voir ses amis de moins en moins. Cela le blessait que ses amis semblent être devenus de plus en plus proches et avancent sans lui. Ils avaient toujours tout fait ensemble, et l'amitié qui les liait avait toujours été différente, mais égale. Mais maintenant, Harry avait l'impression d'être abandonné, pourtant il n'essaya rien pour empêcher ça. Après tout, c'était probablement pour le mieux après ce qui était arrivé à Sirius.

Alors il travailla plus dur encore pour garder son esprit loin de tout ça. Quand les examens arrivèrent, Harry sauta les heures de repas et des heures de sommeil précieux afin de s'assurer de connaître les cours aussi bien qu'il le pouvait.

Tout paya enfin quand ses résultats aux examens commencèrent à devenir plus élevés que ceux d'Hermione, et Harry savait que ce ne serait qu'une question de temps avant qu'il ne devienne premier de certains cours à sa place. Malheureusement, ce fut aussi ce qui déclencha entre Harry et Hermione la plus grosse dispute qu'ils n'aient jamais eue.

- Harry, dit-elle sérieusement en approchant le garçon aux cheveux noirs.

Il était en train d'étudier pour leur examen de sortilèges dans la salle commune, juste après que la dernière personne était allée se coucher. Ron se tenait à côté d'elle, ayant l'air de ne pas savoir s'il devait prendre part ou non à cette conversation.

- Il faut qu'on parle.

- De quoi ? Demanda Harry.

Il reposa son livre mais, intérieurement, il continuait à revoir la prononciation correcte des quatre variations des sortilèges de chaleur. Il était presque sûr de savoir ce dont elle voulait parler, cela dit. Il avait vu le regard d'Hermione quand ils avaient eu les résultats de leur examen de potions.

- Écoute, Harry, je pense que c'est génial que tu essaies de remonter tes notes, commença-t-elle avec hésitation, mais Ron et moi avons remarqué que c'est la seule chose que tu fais, vraiment. Et tu ne manges pas beaucoup et Ron dit que tu ne dors pas…

Harry envoya à Ron un regard trahi et celui-ci détourna le regard, l'air coupable.

- Et on est inquiet pour toi Harry. Je ne pense pas que ce soit bon pour ta santé.

Harry lança un regard noir à ses amis.

- Premièrement, merci beaucoup de parler de moi derrière mon dos. Et Ron, j'apprécierais que tu n'ailles pas rapporter mes habitudes de sommeil à Hermione. Tu n'es pas ma baby-sitter.

Ron ouvrit la bouche pour répondre, mais Harry le coupa.

- Et Hermione, je suis désolé de ne pas pouvoir te prendre énormément au sérieux là, puisque j'étudie comme ça depuis un moment maintenant et tu semblais heureuse de ça jusqu'à ce que tu vois que je commence à avoir de meilleures notes que toi, s'exclama-t-il.

- Non, Harry, ce n'est pas vrai. J'ai été inquiète, j'ai juste…

- Tu as juste quoi ? Tu n'avais juste pas le temps de venir me parler de ça parce que tu étais trop occupé à batifoler avec Ron ? Demanda Harry, énervé.

- Eh, qu'est-ce c'est censé vouloir dire ? S'indigna Ron.

- Ça veut dire que vous deux pourriez être heureux pour moi que je remonte mes notes, mais au lieu de ça, Hermione a peur que je finisse par la battre alors elle a décidé d'essayer de me faire baisser d'un cran et tu es dans le coup parce que tu es plus loyal envers elle qu'envers moi ! Aboya Harry.

- Ce n'est pas juste Harry ! S'écria Hermione. Comment oses-tu ? Je ne ferais jamais ça par jalousie ! Je suis inquiète pour toi, je ne comprends même pas pourquoi tu fais ça !

Harry n'avait pas exactement dit à ses amis ce qu'avait dit Remus ce soir-là, favorisant plutôt une histoire selon laquelle Remus avait dit qu'il ne pouvait absolument pas rester, mais qu'il avait voulu voir Harry avant d'avoir à filer.

- Pourquoi ? Tu ne penses pas que je puisse être intelligent Hermione ? Je sais que tu penses que je suis un idiot et que je ne m'intéresse à rien, mais devine quoi, j'en suis capable. Je peux faire des efforts, tout comme toi !

- Je sais que tu le peux et je sais que tu es intelligent ! Écoute Harry, est-ce que ça a quelque chose à voir avec le fait que Ron et moi soyons ensemble ? Demanda prudemment Hermione.

- Mon Dieu Hermione, tout n'est pas à propos de toi ! Je remonte mes notes pour mes propres raisons. Je ne suis pas en train d'essayer de te battre et je n'essaie certainement pas de vous empêcher de vous bécoter ou de faire quoi que ce soit ensemble ! Cria Harry énervé.

- Merlin Harry, écoute-toi! J'ai l'impression de ne même plus te connaître ! Dit Hermione, l'air horrifié.

- Bien ! Hurla Harry en sautant de sa chaise. Tu devrais être reconnaissante ! L'ancien Harry craignait. J'étais irresponsable et tout ce que je faisais c'était de faire tuer tout le monde ! Je ne sais pas si je peux faire comprendre ça à ton esprit supérieur, mais un jour, pendant que toi et Ron serez en train de vous emballez on ne sait où, je serais en train de combattre Voldemort et si je veux avoir la moindre chance contre lui, je dois être prêt ! Cria-t-il, secouant un livre avant de le jeter sur la table.

- Tu n'auras pas à le combattre, dit Ron d'une voix basse, l'air un peu apeuré. Dumbledore…

- Non, désolé Ron, mais tu as tort. Parce qu'il se trouve qu'il y a une petite prophétie, ouais, celle du ministère, on pensait qu'elle était perdue pour toujours, mais je sais ce qu'elle dit parce que Dumbledore le savait. Et c'est soit moi, soit Voldemort, et laisse-moi te dire que ça ne s'annonce pas bon pour moi là tout de suite.

Ses deux amis furent tellement choqués qu'ils devinrent silencieux et avant que l'un d'entre eux n'ait eu le temps de réfléchir à ce qu'ils pourraient dire, Harry rassembla ses livres et ses notes.

- Alors Hermione, je suis désolé que tu sois inquiète pour tes notes, mais j'ai des choses plus importantes pour lesquelles je devrais m'inquiéter en ce moment, et je ne vais pas arrêter d'étudier simplement pour te faire te sentir mieux, dit-il froidement.

Il se hâta à son dortoir juste assez longtemps pour attraper sa cape d'invisibilité et s'en recouvrir. Ses deux amis étaient toujours assis près du feu quand il redescendit, et bien qu'ils ne puissent le voir, ils parvinrent quand même à l'entendre passer près d'eux pour aller vers le portrait.

- Harry s'il te plaît attend. Il faut que l'on parle de…

Mais la porte du portrait se referma avant qu'elle n'ait pu finir.

Ron soupira.

- Eh bien, ça s'est bien passé, dit-il sarcastiquement, pris entre la colère et la confusion. Qu'est-qui lui arrive ? Il est tellement différent maintenant.

- Je crois que c'est ce que le manque de sommeil, le stress et la sous-alimentation font à quelqu'un. Ils peuvent devenir irrité et paranoïaque, déclara simplement Hermione et Ron fut sûr qu'elle avait lu là-dessus au moment même où elle avait commencé à s'inquiéter pour leur ami. C'est à cause de la Soirée Famille, j'en suis persuadée. Il a commencé ça peu après la première et il a demandé à tous les professeurs du tutorat juste après la seconde.

- Pense-tu que quelque chose soit arrivé pendant ces soirées ? Peut-être que quelqu'un lui a dit quelque chose ? Demanda Ron. Crois-tu que ça puisse être Malfoy ?

- Ça se pourrait, dit Hermione d'un ton désintéressé qui indiquait qu'elle réfléchissait plutôt dans un autre sens. Ron, pourquoi n'écrirais-tu pas à tes parents pour leur demander s'ils savent ce que Remus devait faire ce soir-là ? Je crois que Harry a dit que ça avait à voir avec l'Ordre, alors tes parents sauront probablement.

- Tu crois que ça a à voir avec Tu-sais-qui ? Demanda Ron, inquiet.

- Je suis plus intéressée par savoir s'il avait vraiment quelque chose à faire, que ce c'était, dit Hermione, les sourcils froncés d'inquiétude pour leur ami.

- Tu crois qu'il a menti à Harry ? Demanda Ron surpris.

- Eh bien, je pourrais avoir tort, Remus avait peut-être quelque chose à faire. Mais si non, j'espère qu'il a mentit à Harry à ce sujet.

Ron la regarda, déconcerté.

Elle soupira puis continua.

- Parce que s'il n'a pas menti à Harry, cela veut dire que Harry nous a menti et il doit y avoir une raison pour laquelle il l'a fait. Je ne sais pas pourquoi Remus l'aurait laissé autrement, mais si ça a cet effet sur Harry… J'ai simplement l'impression que c'était mauvais.

Harry se réveilla le lendemain matin pris d'une désagréable secousse qui venait quand on se réveillait sans d'abord avoir eu l'intention de s'endormir. Jetant un regard confus autour de lui, il réalisa qu'il était de nouveau sur un canapé dans la salle sur demande, des papiers éparpillés sur le bureau devant lui, avec une cafetière au pied du canapé qui était responsable de ne lui avoir accordé que quelques heures de sommeil cette nuit-là.

Vérifiant sa montre, il réalisa que le petit-déjeuner serait bientôt terminé. Avec un grognement, il rassembla ses affaires et courut à son dortoir, espérant pouvoir rapidement prendre une douche et se changer avant son premier cours.

Quand il se souvint de la dispute qu'il avait eue avec Hermione la veille au soir, son estomac se noua. Bien qu'il soit irrité qu'Hermione s'intéresse plus à ses résultats qu'à ses progrès, il n'avait quand même pas voulu se disputer avec ses amis. Il s'était dit que c'était pour le mieux, et que s'ils n'étaient pas ses amis, et bien ils n'étaient plus autant en danger, mais la pensées de ne pas se rabibocher bientôt avec eux le blessa encore plus que le rejet de Remus à la dernière Soirée Famille.

Sur son chemin vers la divination, il était encore en train de débattre avec lui-même pour savoir s'il devrait ou non se réconcilier avec eux, sachant qu'il devait se décider rapidement puisque lui et Ron s'asseyaient habituellement côte à côte au cours suivant.

Quand il prit place, Ron lui envoya un regard inquiet et lui passa quelque chose couvert d'une serviette sous la table. C'était deux petits pains.

- Tu as raté le petit-déjeuner, murmura-t-il comme s'il pensait que Harry ne s'en était pas rendu compte. Je te préviendrais si Trelawney regarde par là.

- Merci Ron, dit-il avec beaucoup plus de sincérité que ne pouvait le deviner Ron.

Le soulagement qui emplit Harry était débordant. Non seulement, Ron n'était pas en colère contre lui, mais en plus il avait assez pensé à lui pour lui apporter de la nourriture.

Harry grignotait des petits bouts chaque fois que le professeur regardait ailleurs et quand Trelawney l'interrogea juste après qu'il ait enfoui un nouveau morceau dans sa bouche, Ron essaya de ramener son attention sur lui-même, les yeux rieurs, en voyant Harry essayer de se tirer de cette situation. Harry eut l'impression de se sentir plus léger qu'il ne s'était senti depuis bien longtemps, jusqu'à ce que Trelawney lui prédise une chute imminente de ses notes.

Que ce soit une prédiction ou une menace pour ses gamineries, Harry commença immédiatement à s'admonester lui-même pour ne pas avoir prêté attention à la femme qui avait prédit quelque chose de si important dans sa vie. Même si pour le moment il trouvait la matière pour le moins vague, que se passerait-il s'il avait tort comme avec l'occlumencie ? S'il interprétait mal certains signes qui auraient pu sauver la vie de quelqu'un, il ne pourrait jamais se le pardonner.

Tandis que Trelawney allait vers l'autre côté de la salle de classe, expliquant ce que signifiaient les différents présages, Ron asséna un coup de coude à Harry qui prenait des notes.

- Tu veux aller voler un peu autour du terrain après les cours aujourd'hui ? Chuchota-t-il.

Harry cligna des yeux vers lui, surpris, avant de détourner le regard avec un air coupable.

- Je ne peux pas, murmura-t-il.

- Pourquoi ? Demanda Ron agacé, devinant déjà quelle serait la réponse à cette question.

- Je dois travailler. Je dois améliorer mes résultats si je veux devenir auror, répondit-il.

- C'est ridicule Harry, siffla Ron pendant que Trelawney se livrait à une Parvati Patil tout excitée, lui disant que son aura était vibrante. Tu seras accepté dans la formation d'auror sans avoir besoin de te tuer au travail.

- Je ne suis pas train de me tuer, et je dois aussi vaincre Voldemort au cas où tu l'aurais oublié, murmura Harry avec un regard noir tandis qu'il essayait avec détermination de voir s'il pouvait trouver quelconques prédictions de son livre dans la pièce autour de lui.

- Ouais, eh bien une pause ne te ferait pas de mal, autrement tu vas finir par devenir fou, protesta Ron, mais Harry ne répondit pas.

Ron laissa échapper un soupir exaspéré.

- Écoute Harry, est-ce que ça a à voir avec la Soirée Famille ? Demanda-t-il prudemment.

La tête de Harry se releva si brusquement que Ron eut peur de prendre un coup.

- Quoi ? Demanda Harry d'une voix basse mais énervée.

- Pourquoi n'oublierais tu pas Lupin, t'as qu'à rester avec ma famille. Maman adorerait…

- Ne sois pas stupide Ron. Pourquoi est-ce que je me ferais du souci pour une stupide soirée où tout le monde sa vante auprès de ses parents ? Il s'agit de Voldemort et de mon futur, insista Harry. En plus, Remus vient à la prochaine, ajouta-t-il sans regarder Ron. Maintenant, interroge-moi sur la signification de ces prédictions.

Ron hocha la tête et attrapa le livre qu'Harry faisait glisser vers lui, ne sachant plus que faire pour éviter de perdre son meilleur ami.

X

Rogue regarda, sourcils froncés, Harry Potter travailler sur une potion qu'il venait juste de lui donner pour son cours particulier. Le garçon avait l'air absolument exténué et stressé, comme toujours ces jours-ci. Bien que Rogue ne serait jamais capable de l'admettre à haute voix, il était un peu inquiet pour le garçon.

La scène dont il avait été témoin entre Lupin et le jeune Griffondor, à la dernière Soirée Famille, avait été surprenante et un peu dérangeante. Quand il avait sournoisement essayé de soutirer à Lupin des informations sur les raisons de la façon cruelle avec laquelle il traitait Harry, il avait été surpris par la réponse. Il semblerait que la mort de Sirius Black ait été la goutte d'eau de trop pour Lupin, rendant le loup-garou un peu à bout. Le pire étant qu'apparemment, il déversait toute sa colère et sa culpabilité sur Harry, reprochant injustement au garçon la mort de son meilleur ami.

Bien sûr, Rogue était d'accord sur le fait qu'Harry aurait pu faire plus d'effort dans l'apprentissage de l'occlumencie, mais ce n'était pas une excuse pour la cruauté de Lupin. Comment est-ce que quelqu'un pouvait blâmer un enfant pour une chose si horrible ? Qui pouvait mettre ce genre de culpabilité sur les épaules d'un adolescent, le forçant à se racheter si lourdement d'un péché qu'il n'avait même pas commis ?

Et comme d'habitude, il semblait que seul Rogue, parmi le personnel, voit la situation telle qu'elle était vraiment. Les autres trouvaient encourageant qu'Harry remonte ses notes et devienne si avide de connaissance. Il suspectait McGonagall de commencer à voir que quelque chose n'allait pas, mais tous les autres préféraient rester inconscients, y compris le directeur. Il pensait tous que c'était une façon saine pour Harry de se remettre de la mort de son parrain. Personne ne voyait le garçon malheureux, se raccrochant désespérément à sa dernière chance de trouver une figure paternelle, hurlant silencieusement, suppliant Lupin de ne pas l'abandonner comme l'avait fait tous les autres adultes à qui il s'était attaché.

- J'ai fini professeur, lui parvint une voix anxieuse.

Comme d'habitude, Harry était en train de vérifier ses notes pour la troisième fois quand Rogue vint vers lui.

- C'est légèrement trop épais. Savez-vous ce que vous avez fait et quels effets cela aura ? Demanda-t-il.

- Euh, c'est parce que j'ai laissé la première étape se refroidir trop rapidement et ça fera… ça causera une absorption plus lente et ça réduira les effets ?

Rogue haussa un sourcil.

- Est-ce une question ou une réponse ?

- Une réponse monsieur, dit Harry incertain, mais s'assurant de garder un ton ferme.

Rogue acquiesça.

- Bien.

- Devrais-je commencer la potion de sommeil sans rêves, monsieur ? Demanda Harry.

Au regard surpris de Rogue, il s'expliqua rapidement.

- Je veux juste être sûr d'être bien prêt à l'examen de vendredi.

- Non Potter, on laissera cette potion à demain, répondit Rogue.

Harry eut l'air déçu, et Rogue espéra que ce ne soit que parce qu'il aimait vraiment faire des potions.

- Professeur, je me demandais ce qu'était mon classement actuel en potion, dit nerveusement Harry.

Rogue le regarda, gardant prudemment une expression neutre.

- Mon cours n'est pas une compétition, Mr Potter. Je ne donne pas d'informations par rapport aux notes des autres élèves.

- Eh bien, monsieur, vous dites à la fin de chaque trimestre qui a reçu les meilleurs résultats, et je veux juste savoir si j'en suis proche. Si c'est possible, je ferais tout ce qu'il faudra pour avoir les meilleures notes. J'ai juste besoin de savoir ce que je dois faire et je le ferai, dit Harry d'un ton déterminé. Mais des années passées à déchiffrer ce que les gens ne voulaient pas laisser entendre permirent à Rogue de déceler le désespoir qui provoquait cette demande.

- Potter, asseyez-vous, j'aimerais discuter de quelque chose avec vous.

Rogue ignora le regard inquiet de Harry et nettoya le désordre d'un mouvement de baguette, faisant léviter les ingrédients vers leur place dans les étagères. Il indiqua la chaise face à son bureau et Harry s'y assit, craintif. Alors que Rogue faisait apparaître du thé, ignorant à nouveau l'air choqué sur le visage de l'élève, Harry se racla la gorge, mal à l'aise.

- Euh, est-ce que c'est sans espoir ? J'ai essayé de calculer mes moyennes, et j'ai trouvé ce que j'aurais à faire à chaque examen, mais c'est difficile sans connaître les points total du trimestre et quelle note je dois battre, alors je…

Rogue leva une main pour interrompre la tirade du garçon. Harry ferma instantanément la bouche. Rogue poussa une des tasses de thé vers lui. Que celui-ci ne pose pas de questions avant d'en prendre une gorgée en disait long sur son épuisement et sur son esprit embrumé, surtout après les événements de l'année précédente avec Ombrage qui essayait de lui faire boire du veritaserum à son insu.

Il ne savait pas comment commencer cette conversation. Comment dire à un élève d'arrêter de travailler autant ? Comment dire à un élève que ses notes devenaient trop élevées ? Comment avoir cette conversation tout en maintenant l'impression que vous vous fichez totalement de qui que ce soit, en particulier de Harry Potter ?

- Potter, votre directrice de maison vous a-t-elle parlé de votre travail ce trimestre ? Hasarda-t-il.

Harry eut l'air confus.

- Bien sûr. Elle me donne des cours particuliers en métamorphose et elle dit qu'elle est heureuse de me voir travailler si dur dans mes études. Elle a arrêté récemment parce que ça devenait un peu redondant… pourquoi ?

Rogue maudit intérieurement sa collègue de ne pas avoir eu cette discussion avec Harry, lui laissant la tâche de s'en occuper.

- Potter, que faites-vous à part étudier et faire vos devoirs ? Demanda Rogue.

Harry eut l'air légèrement pris au dépourvu, mais répondit tout de même.

- Pas grand-chose, je suis très sérieux pour ce qui est de remonter mes notes. En fait je me disais justement que je pourrais me libérer des heures pour travailler davantage les potions si ça pouvait m'aider à avoir la meilleure moyenne.

Rogue haussa un sourcil.

- Libérer des heures pour étudier davantage ? Et qu'est-ce que ces heures en plus remplaceront ? Vous sautez déjà la moitié de vos repas, avez-vous l'intention de renoncer totalement à manger ?

Harry avait maintenant l'air confus.

- Je mange, dit-il avec dédain. Mais si manger dans un endroit où je pourrais étudier plus souvent m'aiderait en potions…

- Potter, ne vous souciez pas de vos notes en potion, ce n'est pas ce que…

- Alors j'ai déjà les meilleures notes ? Laissa échapper Harry, soulagé.

- Non, s'exclama Rogue.

Il tressaillit intérieurement ; il n'avait pas voulu dévoiler cette information. Drago Malfoy avait un talent inné en potion et il avait les meilleures notes sans même battre un cil. Harry bataillait avec Hermione pour la seconde place, mais il ne serait pas surpris de voir Harry prendre sa place dès la fin du trimestre. Le regard misérable, mais tout de même résolu, qu'il vit sur le visage du garçon lui rappela pourquoi il n'avait pas voulu qu'il sache ceci.

- Potter, ne vous préoccupez pas de qui fait mieux ou pire que vous. Ou, devrais-je dire, ne vous préoccupez pas de la façon dont Remus réagira en fonction de qui est meilleur ou pire que vous ne l'êtes.

Harry releva la tête vers lui, choqué.

- Je ne…

- Vous oubliez que j'étais présent durant votre conversation brève avec lui à la dernière Soirée Famille, le coupa Rogue.

- Alors vous devriez savoir plus que quiconque que j'ai besoin de cette première place. J'ai besoin de lui montrer que j'essaie et que je travaille aussi dur que je peux, dit Harry en détournant les yeux avec embarras.

- Si besoin, je l'informerais de vos efforts dans mon cours, mais en retour vous allégerez votre temps de travail, dit sévèrement Rogue, pas surpris de voir Harry le regarder avec confusion.

- Quoi ? Je ne comprends pas. Je veux qu'il sache que j'ai travaillé vraiment dur…

- C'est différent que de travailler trop dur Potter. Avez-vous jeté un œil dans le miroir dernièrement ? Vous avez l'air d'un mort vivant, dit durement Rogue.

Harry le foudroya du regard.

- Vous êtes toujours en train de me dire de travailler plus, vous vous moquez de moi en classe, vous vous moquez parce que je ne comprends pas ceci ou cela. Et maintenant que je travaille plus vous voulez que je travaille moins ? Est-ce simplement parce que vous ne voulez pas que je sois premier ? Est-ce trop horrible pour vous d'avoir le fils de James Potter en premier de la classe ? C'est ça ? Demanda Harry alors que sa voix devenait de plus en plus haute et énervée.

- Il y a quelque chose appelé le juste milieu Potter, et vous en êtes bien loin. Vous mettez en péril votre santé, dit Rogue agacé.

- Vous savez quoi ? Oubliez les cours particuliers. Il ne reste plus que quelques semaines à ce trimestre et je peux y arriver seul sans avoir à me soucier de vous en train d'essayer de… d'essayer de me descendre parce que vous ne pouvez pas mettre de côté une ancienne rancœur contre mon père ! Hurla Harry, en se levant de sa chaise avant de jeter son sac sur son épaule. Vous n'arrivez même pas à voir que je ne suis pas comme ça ! Je ne suis pas une brute, je n'attire pas non plus intentionnellement l'attention sur moi et je n'attaquerais jamais quelqu'un au dépourvu. Bordel, je ne suis pas mon père !

Et sur ce, il partit à toute vitesse, claquant la porte derrière lui.

Mais Rogue avait réalisé qu'Harry n'était pas son père, il en avait reçu les premiers indices avec les souvenirs qu'il avait vus durant les leçons d'occlumencie et cette année, il le comprenait clairement grâce à ces nouvelles leçons de tutorat avec le garçon. C'était pour cette raison qu'il était inquiet. James Potter était entouré d'amis, de famille et d'admirateurs et aurait facilement répondu si quiconque l'avait traité si horriblement. Mais Harry Potter, était un garçon très solitaire, et n'avait presque personne sur qui se reposer, et n'avait apparemment personne non plus pour l'aider durant cette période compliquée. James Potter n'aurait pas été aussi durement blessé par des événements similaires, mais Rogue savait que dans le cas d'Harry Potter, c'était suffisant pour le briser.