10

Titre Anglais: Midnight Guardian

Titre Français : Le gardien de Minuit

Auteur : ksomm814

Genre : Neutre

Chapitre traduit par : Thamril

Rating : k+

Disclamer : Cette histoire est basée sur l'Ordre du Phoenix qui ne nous appartient pas. Le monde de Harry Potter appartient à J.K.R.

Suite à la disparition des histoires « Le gardien de Minuit » et « Les peines d'un champion » sur le compte de Thamril, nous nous permettons (sans son autorisation, donc si elle (il) nous le demande, nous effacerons ces traductions) de les mettre en ligne sous notre compte pour une meilleur compréhension de la suite de la saga.

Eni et Onarluca

Chapitre XX : Passer la main

Des voix éloignées tirèrent Harry de son sommeil paisible. Il se sentait engourdi et avait mal à la tête. Alors que ses sens commençaient à se réveiller, Harry réalisa qu'il était bordé très fort dans un lit et qu'il y avait quelque chose posé sur sa poitrine. Il grogna en levant son bras et sentit une fourrure familière passée au travers de ses doigts, les poils de Midnight. Posant une main sur le cou du chien, Harry se détendit et il commença à dériver à nouveau vers le sommeil. Midnight allait bien et c'était tout ce qui importait.

Le son d'une porte qui s'ouvrait fut rapidement suivit alors qu'une vague de murmures se répandait. Il y avait trop de voix pour comprendre ce qu'elles pouvaient dire. La porte se referma rapidement, assourdissant les voix au point de les rendre à l'état de murmures à nouveau au grand soulagement de Harry. Il ne voulait voir personne. Il voulait juste dormir.

"Je vois que Sirius a trouvé un endroit confortable", dit la voix agréable du professeur Dumbledore. "Tout les deux ont mérité un peu de paix après toutes ces années. Je souhaite que cela puisse durer."

Harry sentit une main douce toucher son front.

"Eh bien, Sirius veut d'abord parler à Harry", dit la voix calme du professeur Lupin. "Je pense qu'il s'inquiète du fait que Harry puisse placer ses espoirs trop haut. Combien de temps avons-nous avant que le Ministère ne commence pas l'instruction ?"

Le professeur Dumbledore laissa échapper un soupir. "C'est difficile à dire," répondit-il sincèrement. "La menace de Harry nous donne au moins quelques jours pour organiser un procès et préparer une défense pour Sirius". Il y eut un silence. "C'était un remarquable Patronus si je puis dire. Etes-vous parvenu à remarquer la troisième forme, elle ressemblait à un chien errant ?"

"Je ne peux pas m'expliquer ce que j'ai vu", admit le professeur Lupin. "Comment vais-je l'expliquer à Harry ? Personne n'a deux formes et encore moins trois. Qu'est-ce que cela signifie pour lui ? Dumbledore soyez honnête s'il vous plaît. J'ai besoin de savoir quoi dire à mon pupille quand il posera les questions, qu'il est en droit d'avoir. Je dois savoir ce que je vais lui dire quand il voudra savoir comment une telle affaire avec le Ministère a pu arriver."

Harry grogna alors qu'il remuait, constatant à quel point ses muscles étaient endoloris. Il inspira âprement et il tourna sa tête provoquant un picotement de douleur à travers sa moelle épinière. Il ne put trouver qu'un cou excessivement engourdi. Ses mouvements alertèrent Midnight qui s'éveilla et sauta hors du lit, se transformant avec un pop. Harry grogna encore au départ de Midnight et il ouvrit les yeux pour voir trois visages flous.

Le professeur Dumbledore glissa doucement les lunettes de Harry sur sa tête, permettant à l'adolescent de les voir distinctement.

"Comment tu te sens, bonhomme ?" demanda-t-il. "Nous commencions à nous inquiéter. Cela fait deux jours depuis ton altercation avec Fudge."

Harry prit un moment pour comprendre ce qu'on lui disait. Il avait dormi pendant deux jours ? Comment ? C'était comme si c'était arrivé juste quelques instants plutôt.

"Désolé ", dit faiblement Harry. Il imagina qu'il devait expliquer ce qu'il avait fait et qu'il devait avoir la force de le faire. "J-je ne savais pas quoi faire d'autre. J-je ne pouvais pas les laisser –"

"Eh, ralentit, Pronglet", dit Black en s'asseyant sur le coté du lit, posant une main sur le bras de Harry. Il semblait un peu plus heureux et en bonne santé que la dernière fois que Harry l'avait vu, mais il y avait cette douleur dans ces yeux qui ne semblait pas vouloir s'en aller. "Nous n'allons pas te crier dessus. Tu as sauvé ma vie et je t'en serais toujours reconnaissant…peu importe ce qu'il arrive."

Harry regarda Black, troublé.

"Quoi?" demanda-t-il. "Qu'est-ce qui va se passer ?"

Black jeta un coup d'œil au professeur Lupin avant de retourner son regard vers Harry.

"Rien de pire à s'inquiéter, gamin", dit-il avec un petit sourire. "Tu as déjà fait plus que ta juste part. À présent c'est à nous d'arranger les choses." Black sourit alors qu'il passait une main dans les cheveux désordonnés de Harry. "Je suis si fier de toi, Harry. Je sais que tes parents le seraient aussi."

Harry eut le sentiment inné que Black lui cachait quelque chose. C'était comme s'il disait au revoir mais pourquoi ? Il allait avoir un procès maintenant et serait jugé innocent. Cela n'avait aucun sens. Jetant un coup d'œil à Lupin et à Dumbledore, Harry vit que tous les deux avaient gardés leurs yeux sur leurs visages respectifs. Que ne lui disaient-ils pas ? Est-ce qu'il avait empiré le problème ? Est-ce que Black avait encore plus d'ennuis ? Ou le professeur Dumbledore ou le professeur Lupin ?

"Qu'est-ce qui se passe ?" répéta Harry en retournant son regard vers Black. "Pourquoi est-ce que tu me dis au revoir ?"

Black fut pris par surprise.

"Au revoir ?" demanda-t-il en touchant le coté de la figure de Harry. "Je ne vais nul part. je dois encore assister à un procès mais l'important est que tu saches et croies la vérité. C'est plus que ce que je pouvais espérer. J'ai à présent quelque chose à me réjouir quand toute cette affaire sera enfin terminé." Black jeta un coup d'œil à Lupin et sourit sournoisement. "Seulement si ton tuteur le permet bien sûr."

Le professeur Lupin grimaça.

"Nous verrons, Patmol", dit-il. "Je dois faire pour les meilleurs intérêts de Harry, tu sais."

Black imita une expression blessé pour le professeur de défense.

"Les meilleurs intérêts ?" Dit-il par jeu. "Lui refuser le droit de voir son parrain est dans ses meilleurs intérêts ? Tu me déchires le cœur, Lunard. Tu me le déchires très profondément."

Harry écoutait et ses yeux se fermèrent. C'est un changement bienvenu d'entendre le professeur Lupin si détendu et plaisantant. C'était quelque chose que Harry avait toujours voulu pour Lupin. Cela rendait les choses pires, voir Black et le professeur Lupin comme ils avaient été avant la mort de ses parents. Harry espérait que cela demeurerait dans le même sens.

Ce ne fut pas avant deux autres jours que Harry fut autorisé à quitter son sanctuaire et ce fut le même jour que paru la capture de Black et la date de son procès dans la gazette du Sorcier. L'article entier était extrêmement vague sur l'arrestation de Black, la localisation actuelle et la raison du procès furent occultés par quand est-ce qu'il était recevoir le Baiser. L'instance judiciaire était prévue pour la première partie de la semaine prochaine et se déroulerait à huis clos pour refouler la presse. Malheureusement Fudge avait aussi interdit les spectateurs ce qui voulait dire que Harry et le professeur Lupin ne pourrait pas non plus y assister.

Le professeur Lupin n'était pas content de cette décision. Il voulait être là pour supporter son ami comme il aurait du le faire il y a des années. Le professeur Dumbledore avait aussi précisé que de toute façon, ni Harry, ni le professeur Lupin ne pourraient y assister puisque le procès était durant les examens mais cela n'importait pas Harry ou Lupin. Ils étaient plus que déterminés à les manquer pour apporter leur support au troisième membre de leur famille.

Durant la guérison de Harry dans les appartements du professeur Lupin, Sirius Black n'avait jamais quitté les cotés de Harry. Ils avaient parlé de tout ce qu'ils leur avaient traversé l'esprit, la plupart du temps à propos des pleines lunes quand les Maraudeurs se promenaient dans le parc sous leurs formes animales. Le professeur Lupin n'avait pas été d'une grande aide puisqu'il lui était difficile de savoir ce qui arrivait dans ces nuits parce que le loup prenait le dessus aussi bien sûr son esprit que sur son corps. Black avait aussi expliqué à Harry les transformations du professeur Lupin mettant au courant Harry qu'elles n'étaient pas qu'une simple ballade dans le parc. Elles étaient extrêmement douloureuses et dérangeantes pour les témoins.

Le professeur Lupin n'avait pas été enchanté de cette discussion. Il aurait clairement voulu garder sa douleur pour lui.

L'atmosphère à Poudlard avait changé du tout au tout depuis la capture de Black. Tout le monde semblait plus détendu puisqu'ils assumaient que Black était loin de Poudlard. La garde vingt quatre heures sur vingt quatre autour de Harry avait cessée, permettant à l'adolescent de respirer et de filer en douce rejoindre son tuteur et son parrain. Ron et Hermione étaient au courant de tout, mais étaient les seuls étudiants à savoir aussi que Black était à Poudlard. Ils avaient même rencontré Black et Lupin, en voulant en savoir plus sur les deux personnes les plus importantes dans la vie de Harry.

Avec tout ce qu'il se passait Harry avait du mal à étudier pour les examens mais Black avait pris le rôle de précepteur puisque Hermione était trop surmenée avec tous ses cours. Les leçons d'Août aidait Harry en Métamorphose, Enchantements, Botanique et Défense contre les Forces du Mal ce qui lui laissait Potions, Astronomie, Histoire de la Magie Soins aux Créatures Magiques et Divination à se préoccuper. Black avait été d'une grande aide en Histoire de la Magie, Soins aux créatures Magiques et Astronomie mais avait admit qu'il n'était pas le plus fort pour Potions ou Divinations, laissant à Harry le soin de s'en charger.

Harry avait été là avec le professeur Lupin quand le professeur Dumbledore et Black – non, Sirius – étaient partis pour le Ministère de la Magie par le réseau de cheminette. Ils avaient été prévenu que le procès durerait certainement plus d'un jour ce qui voulait dire que Sirius était retenu dans une cellule du Ministère la nuit. Harry et Lupin avaient demandé un droit de visite mais on le leur avait refusé.

Une fois que le procès commencerait, la seule personne que Sirius pourrait voir était Dumbledore qui supervisait le tribunal.

Avec la pensée du procès qui prenait la plupart de son esprit, Harry trouva difficile de se concentrer sur les examens. Il suivait globalement le mouvement. Métamorphose fut en premier suivit d'Enchantements l'après-midi. Une fois qu'ils furent finis, Harry se précipita dans le bureau du professeur Lupin pour des nouvelles mais il n'y en avait pas. L'état préoccupé de Harry finit par être un plus pendant son épreuve de potions l'après midi suivant puisqu'il était trop affairé à s'inquiéter de Sirius pour même remarquer que le professeur Rogue était sur son dos la plupart du temps qu'il touillait sa potion de Confusion. Pour finir, sa potion se révéla être presque aussi bonne que celle de Hermione.

Après Potions, Harry sortit en courant de la classe si vite que personne n'essaya de l'arrêter. Une fois encore, il vit seulement le professeur Lupin pour recevoir aucune information le forçant à contenir ses émotions durant son examen d'Astronomie à Minuit, Histoire de la magie le matin suivant (l'aide de Sirius avait démontré être judicieuse), et Botanique l'après-midi. Entrant dans le château Harry aperçut le professeur Lupin marchant vers son bureau et sut d'après le regard nerveux sur sa figure qu'il n'y avait pas de nouvelles. Il devait admettre qu'il commençait vraiment à s'inquiéter. Combien de temps pour que Sirius puisse dire la Vérité ?

Jeudi matin amena l'épreuve de défense contre les Forces du Mal. Le professeur Lupin avait crée une course d'obstacle contenant strangulot, un épouvantard, et un hittiponks. Harry l'avait terminé sans dieu merci surchargé son Patronus quand le détraqueur/épouvantard était apparu. Depuis la nuit prés du lac Harry avait été extrêmement prudent à jeter des sorts. Il ne pouvait pas risquer que cela se reproduise.

L'examen final de Harry était celui de Divination, l'après-midi. Alors qu'il atteignait la classe avec Ron, Harry grogna quand Neville les avertit que l'épreuve consisterait à regarder dans une boule de cristal. Il n'avait jamais été capable de voir quelque chose durant les cours et savait que ce serait la même chose cette fois-ci. Cela voulait dire que Harry allait devoir faire ce qu'il avait fait la majeure partie de l'année en Divination : tout imaginer.

Ron passa avant Harry et après vingt minutes il revint et put seulement souhaiter bonne chance à Harry avant que l'on ne l'appelle. Entrant dans la pièce chaude, Harry fit son chemin au travers les sièges vides vers où était installée le professeur Trelawney, située derrière une boule de cristal, attendant qu'il prenne un siège. L'odeur étrange de la pièce fit tousser Harry et piquer ses yeux.

"Bonjour", dit doucement Trelawney. "A présent regardez à travers la sphère et dites-moi ce que vous voyez. Prenez votre temps.

Harry fit ce qu'on lui disait et observa la boule de cristal. Le brouillard blanc tourbillonnant semblait bouger à une telle vitesse le rendant fou. Après un moment, Harry fut forcé de se redresser, avant de fermer les yeux et de secouer sa tête. Ceci n'était jamais arriver avant mais Harry le mit sur le compte de la fatigue. Cela avait été une semaine stressante.

"Qu'est-ce que c'était, mon chéri ?" Incita le professeur Trelawney. "As-tu vu quelque chose ?"

Harry ouvrit les yeux et la regarda avant de retourner son regard à la boule de cristal. Le tourbillon avait disparu mais il y avait quelque chose qui ressemblait à un nuage sombre dans la brume. C'était faible mais il y avait une forme claire.

"Eh – je vois quelque chose qui ressemble à un rat", dit-il mal à l'aise. "Il semble effrayé comme s'il fuyait quelque chose."

Le professeur Trelawney commença immédiatement à écrire sur son parchemin.

"Intéressant", murmura-t-elle. "Il y a-t-il quelque chose d'autre ? Un autre animal ? Une personne peut-être ?"

Harry secoua la tête.

"Il est tout seul", dit-il en se redressant tandis qu'il fixait la boule. Pourquoi voyait-il un rat ? Pettigrow était enfermé et c'était le seul rat qu'il connaissait. Souviens-toi que ce n'est que des supercheries, se rappela Harry. Rien de tout cela n'est réel.

Le professeur Trelawney acquiesça.

"Très bien", dit-elle. "Nous pouvons nous arrêter ici. Rappelez vous que ce que nous voyons est parfois plus symbolique que véritable."

Harry acquiesça et prit son sac et se retourna pour partir. Il voulait être aussi loin de cette classe que possible. L'orbe le rendait nerveux. Harry savait qu'il avait besoin de parler au professeur Lupin le plus vite. Quelque chose à propos d'un rat lui semblait suspect. Il devait être certain que Pettigrow était encore sous la garde du Ministère.

Une voix forte et dure le tira hors de ses pensées.

"CELA ARRIVERA CE SOIR."

Harry se tourna rapidement pour voir le professeur Trelawney assise avec raideur sur son fauteuil les yeux dans le vide et une mâchoire pendante. C'était comme si elle était en transe.

"Professeur ?" demanda nerveusement Harry.

Les yeux du professeur Trelawney roulèrent dans leurs orbites avant qu'elle ne reparle de la même voix étrange, si différente de la sienne.

"LE SEIGNEUR DES TENEBRES EST SEUL ET SANS AIDE, ABANDONNE PAR SES PARTISANS. SON SERVITEUR A ETE ENCHAINE PENDANT DOUZE ANS. CE SOIR, AVANT MINUIT …LE SERVITEUR BRISERA SES CHAINES ET IRA REJOINDRE SON MAITRE. LE SEIGNEUR DES TENEBRES SURGIRA DE NOUVEAU, AVEC L'AIDE DE SON SERVITEUR, PLUS PUISSANT ET PLUS TERRIBLE QUE JAMAIS. CE SOIR …AVANT MINUIT…LE SERVITEUR…IRA…REJOINDRE…SON MAITRE…"

Harry recula lentement, choqué. Voldemort ? Revenir? Non, ce n'était pas possible. Cela ne pouvait pas être possible. Pas maintenant. Pas après tout ce qu'il avait traversé. Pas après qu'il est retrouvé le professeur Lupin et Sirius. Fixant l'enseignante, Harry regarda la tête de Trelawney tomber sur sa poitrine avant de la relever, ses yeux revenus à la normale et le fixant comme à l'accoutumée.

"Je dois m'être assoupi", dit doucement Trelawney. "Je suis désolée. Vous êtes excusé, M. Potter."

Harry ne se le fit pas dire deux fois et se précipita hors de la pièce aussi vite qu'il pouvait. Il devait absolument voir le professeur Lupin maintenant. Lupin saurait quoi faire. Harry ne s'arrêta pas avant d'avoir atteint les quartiers du professeur Lupin pour les trouver vide. Ne voulant pas oublier ce que le professeur Trelawney avait dit, Harry sortit rapidement un morceau de parchemin, sa plume et son encre et s'assit ensuite au bureau du professeur Lupin et écrivit tout ce dont il se souvenait. Il savait que cela ressemblait à une mauvaise blague mais il y avait quelque chose dans sa voix qui avait vraiment effrayé Harry. Ce n'était pas comme quand elle parlait, plutôt comme si elle était possédée ou autre chose.

Il avait bientôt fini quand il entendit la porte s'ouvrir et leva les yeux pour voir le professeur Lupin, suivit par le professeur Dumbledore et le professeur McGonagall. Tous les trois avaient un air sérieux qui rendit Harry extrêmement nerveux. Le professeur Lupin leva les yeux, vit Harry assit là et stoppa. Au moment où leurs yeux se rencontrèrent Harry sut que quelque chose n'allait pas.

Le professeur Lupin se précipita vers Harry, s'agenouilla et tourna l'adolescent pour qu'ils soient face à face.

"Harry…écoute…il y a quelque chose dont nous devons te parler", dit-il gentiment. "Le procès est fini – cela s'est fini plus tôt aujourd'hui mais quelque chose est arrivé, quelque chose que nous n'avions pas prévu – "

Harry agita lentement sa tête alors que ses yeux se remplissaient de larmes.

"Non !" pleura-t-il d'une voix tremblante. "Il est innocent : Ils ne peuvent pas faire ça !" Il leva les yeux vers le professeur Dumbledore et le professeur McGonagall espérant qu'ils allaient lui dire que ce n'était pas vrai. Les larmes commencèrent à tomber alors qu'ils restaient silencieux. Ce n'était pas possible. Comment le Ministre avait-il pu l'emmener ? Ce n'était pas juste ! Rien ne l'était !

Le professeur Lupin tourna gentiment la tête de Harry pour qu'ils se regardent à nouveau.

"Harry, écoute-moi", dit-il calmement. "Sirius a été jugé innocent de l'accusation d'avoir suivi Voldemort et de la trahison de tes parents mais nous n'avons pas été aussi chanceux avec l'accusation d'enlèvement. L'accusation voulait à tout prix coincer Sirius comme le Ministère. Il n'y avait rien que l'on puisse faire, bonhomme. Nous devions révéler la véritable raison qui a poussé Sirius à t'emmener loin de ton Oncle et de ta Tante. Nous avons du admettre que tu as été abusé."

"Innocent ?" demanda Harry en fermant ses yeux et laissant échapper un soupir de soulagement alors que les larmes continuaient de couler. Il avait cessé d'écouter après la deuxième phrase, son esprit étant incapable de réfléchir plus longtemps. "Il est innocent", se répéta Harry. "Il est innocent."

Lupin attira Harry dans une étreinte et le tint fermement avant de jeter un coup d'œil aux autres professeurs présents dans la pièce. Tous les trois réalisèrent finalement à quel point Harry était attaché à son parrain. Les professeurs Dumbledore et McGonagall se conjurèrent une chaise (chacun) et s'assirent, attendant patiemment que Harry ait assimilé tout ce que le professeur Lupin avait dit et du dire.

La porte s'ouvrit et se referma silencieusement, bien que tout le monde l'attende. Levant la tête, les yeux de Harry s'élargirent à la vue de la personne qui était entrée. Debout derrière le professeur Dumbledore, portant une robe bleue marine, il y avait Sirius Black. Il s'était arrangé, le faisant plus ressemblé au Sirius Black des photos que Harry avait. Ses cheveux étaient coupés courts ce qui le rajeunissait beaucoup, même le faisant paraître un peu plus respectable.

"Sirius !" s'écria Harry en se retirant des bras de Lupin et se précipitant sur son parrain.

Sirius s'abaissa et attira Harry dans une embrassade pleine de fierté, le tenant fermement tandis qu'il regardait directement le professeur Lupin. Celui-ci se leva, et jeta un coup d'œil au parchemin sur le bureau. S'approchant, Lupin lu les lignes qui y étaient écrites et pâlit.

"Harry ?", dit prudemment Lupin. "Qu'est-ce que c'est ?"

Harry brisa l'étreinte et se retourna.

"Oh, ça, dit-il nerveusement. "Hum… le professeur Trelawney a agit bizarrement pendant mon examen et à commencer à dire ceci. J'allais te demander si cela pouvait être vrai ou pas mais…"

Le professeur Lupin tendit le morceau de parchemin au professeur Dumbledore qui le lut alors que Sirius regardait par dessus son épaule. Harry sentit une main sur son omoplate et leva les yeux pour voir Sirius le regarder avant de diriger son regard vers Lupin. Il sembla y avoir un échange silencieux entre les deux avant que le professeur Dumbledore se lève et fit un signe de tête au professeur McGonagall pour qu'elle l'imite.

"Je sais que tous les trois avez de nombreuses choses à discuter", dit aimablement le professeur Dumbledore puis il regarda directement Harry. "Je vais y regarder, Harry. C'est peut-être une prophétie réelle. Ce ne sera pas la première que Sibylle fera."

Harry regarda Dumbledore avec un sourcil levé alors que le Directeur et le professeur McGonagall s'en allait. Le professeur Trelawney avait fait une prophétie avant ? Qui la connaissait ? Harry fut tiré de ses pensées par Sirius qui le guida par l 'épaule jusqu'à une chaise libre et le pressa à s'asseoir. Levant les yeux vers Black puis Lupin, Harry réalisa qu'il y avait quelque chose d'autre.

Le professeur Lupin contourna son bureau pour être debout à coté de Sirius. Tous les deux semblait légèrement nerveux.

"Harry, est-ce que tu m'as entendu quand j'ai parlé de l'accusation d'enlèvement ? " demanda-t-il gentiment.

Harry réfléchit un moment puis se rappela la seconde partie de la déclaration de Lupin. Ses yeux s'élargirent d'alarme alors que la profondeur du problème le heurtait. Sirius avait dû admettre ce qu'il avait vu à Privet drive.

"Tout le monde va savoir, n'est-ce pas ?" demanda-t-il nerveusement alors que son regard tombait sur le sol. "Il vont savoir que je ne suis même pas capable de faire face à mon Oncle."

Sirius s'agenouilla, plaça un doigt en dessous du menton de Harry et le leva pour que leurs yeux soient l'un dans l'autre.

"J'ai peur que le fait que ton Oncle te maltraitait va être dans la Gazette du Sorcier demain", dit-il gentiment. "Je ne voulais pas le dire, Pronglet, mais j'étais sous l'influence du Veritaserum. Je n'avais pas le choix. Tu comprends, hein ?"

Harry acquiesça. Le professeur Lupin lui avait parlé du Veritaserum donc Harry savait que Sirius n'avait pas le choix mais il était tout de même mal à l'aise du fait que sa vie familiale soit étalée en public. Qu'est-ce que l'on allait penser de lui ? Ron et Hermione savait déjà mais c'était différent. Ils avaient traversé beaucoup de choses ces dernières années. Ils savaient aussi à quel point les Dursley étaient horrible avant cet été. Personne d'autre (à part le reste de la fratrie Weasley) n'avait idée de ce qu'avait été l'enfance de Harry.

"Ecoute Harry, je sais que c'est beaucoup à supporter mais souviens-toi que nous serons là pour toi", dit tendrement le professeur Lupin. " Tu n'es plus seul. Tu resteras avec nous pour aussi longtemps que tu le voudras."

"Vraiment ?" demanda Harry avec espoir. "N-nous pouvons devenir une famille ?"

Sirius et le professeur Lupin sourirent.

"Bien sûr", dit Sirius en ébouriffant les cheveux de Harry. Levant les yeux vers Lupin, Sirius reçu un hochement de tête et retourna son attention vers Harry. "Pronglet, je voulais que tu saches que je ne vais pas essayer de foutre en l'air ce que tu as en ce moment avec Lunard mais il y a des restrictions qui empêchent quelqu'un comme Lunard de faire ce qu'il a toujours voulu faire pendant douze ans : t'adopter. J'avais l'opportunité de faire la meilleure des choses pour tous les deux et après mon procès, j'étais autorisé à présenter quelques requêtes. L'une d'elle était de donner ta garde à Lunard comme second tuteur. Il a fallu un peu de persuasion de la part de Dumbledore mais ça a marché."

Les yeux de Harry s'élargirent au-delà du possible alors que son regard vaquait entre Sirius et le professeur Lupin osant presque aller à l'encontre de ce qu'il venait d'entendre.

"V-vous voulez dire que je n'aurais vraiment pas à retourner chez les Dursley ?" Demanda-t-il gaiement. "Je vais rester avec vous deux à partir de maintenant ?"

"Si c'est cela que tu veux, Harry" dit le professeur Lupin avec un signe de tête. "Nous ne voulons pas te forcer. Il y a d'autres familles avec plus d'expérience qui pourrait te prendre en charge – "

" – Non, je veux vivre avec vous deux", interrompit Harry. "Les autres familles sont des autres familles. Vous deux êtes la mienne." Il sourit et sauta de sa chaise et entoura ses bras autour de Sirius qui répondit à l'étreinte. Ma famille", répéta-t-il en regardant le professeur Lupin avec un immense sourire. Le professeur Lupin s'agenouilla à coté de Sirius et Harry bougea pour embrasser les deux Maraudeurs, se sentant vraiment heureux pour la première fois de tout le temps dont il pouvait se souvenir.

Le matin suivant fut le plus chaotique que Poudlard est connu depuis longtemps. Le procès de Black était à la Une de la Gazette du sorcier, alertant tout le monde que Sirius Black n'était pas seulement innocent des charges dont il était accusé mais aussi le nouveau tuteur de Harry Potter. Au soulagement de celui-ci, le journal disait juste qu'il avait été maltraité par son Oncle, n'allant pas dans les détails que Sirius avait pratiquement dévoilé dans son témoignage. La plupart de l'école survola l'abus et se concentra sur le fait que Sirius Black était innocent. Des groupes d'étudiants essayaient d'en découvrir plus au sujet de Sirius par Harry mais Ron et Hermione le collaient comme de la glue, chassant toutes les personnes qu'ils pouvaient.

Le week-end après les examens était une sortie à Pré au Lard, la première à laquelle Harry était autorisé à participer, avec le professeur Lupin et Midnight servant de surveillants. Avoir Midnight à ses cotés causa plus de rire qu'autres choses. La moitié des personnes, qui voyait Midnight, le prenait pour le Sinistros et s'enfuyait. Midnight prenait plaisir à jouer à aller chercher avec Ron et Hermione tandis que le professeur Lupin semblait essayer de retenir son amusement. Parfois Sirius pouvait être un si grand enfant.

Leur journée ne dura pas. Il était tôt dans l'après-midi quand le professeur Lupin reçut un hibou du professeur Dumbledore qui insistait pour qu'ils retournent au château. Au moment où ils entrèrent dans le Hall, ils furent alarmés de voir le Ministre flanqué par deux Aurors. Harry, Sirius et le professeur Lupin furent immédiatement emmenés au bureau du professeur Dumbledore. Sirius et le professeur Lupin furent interrogés sur les derniers jours. Après trente minutes, Sirius avait perdu sa patience et demandait à savoir à quoi cela menait.

Ce fut Cornélius Fudge, le Ministre de la Magie, qui révéla que Peter Pettigrow s'était échappé de sa cellule. Sirius commença instantanément à réprimander le Ministre pour leur incompétence mais arrêta quand le professeur Lupin lui rappela la présence de Harry. Son offuscation immédiatement oubliée, Sirius fut à l'instant aux cotés de Harry pour réconforter son filleul. Harry ne pouvait pas le croire. Comment Pettigrow s'était-il échapper ? C'était censé être fini. Pettigrow était supposé coupable de ses crimes.

Sirius et Lupin ne dirent rien d'autre, et emmenèrent Harry dans les quartiers du professeur Lupin où ils passèrent le reste du jour essayant de digérer cette nouvelle révélation. Ce n'était pas seulement l'évasion de Pettigrow qui les ennuyait. Il y avait aussi la possible prophétie que le professeur Trelawney avait faite qui pesait lourdement sur leur esprit. Et si c'était vrai ?

Tout ce qu'ils pouvaient faire était d'espérer que ce ne l'était pas.

Le matin suivant toute l'école fut en tumulte. Il semblait que l'un des Aurors qui était avec Fudge avait laissé échapper un commentaire sur l'autorisation de « ce loup-garou de Lupin » à enseigner aux enfants. Le secret du professeur était éventé. Heureusement, personne à part les Serpentards ne sembla s'en soucier puisque Lupin était un professeur aimé. Le seul bénéfice était que personne ne pouvait vraiment y penser puisque l'année scolaire était fini.

Ce matin fut le jour où tout le monde quitta Poudlard pour les vacances d'été…tout le monde à part Harry, le professeur Lupin et Sirius. Tous les trois passaient leur été tout entier à Poudlard sur une invitation du professeur Dumbledore. Harry ne savait pas tout les détails mais il savait que ses tuteurs aidaient le personnel enseignant pour quelque chose qui aurait lieu au trimestre prochain.

Debout à l'extérieur du Hall d'entrée, Harry regarda les carrosses sans chevaux s'en aller à la gare. C'était étrange. Une année plus tôt, Harry redoutait ses vacances d'été et maintenant il était en fait impatient. C'était affolant à quel point tout pouvait changer en un an. Il savait que son été serait difficile et épuisant. Remus et Sirius l'en avait déjà avertit. Il se montrait impatient de relever le défi.

Sirius.

Penser à son parrain fit sourire Harry. Au lieu d'une tante, d'un oncle, et d'un cousin qui le méprisait, Harry avait un parrain qui risquerait tout pour le protéger et un « Oncle » qui ferait tout pour lui. Remus (ou Lunard comme l'appelait maintenant Harry) avait démissionné de son poste d'enseignant ce qui avait grandement déçu Harry. Il n'avait jamais donné une raison valable pour sa décision mais Harry savait que c'était partiellement par peur. Personne ne voudrait qu'un loup-garou enseigne à leurs enfants et maintenant que le secret de Lunard était éventé personne ne pouvait y faire grand chose. Il y avait aussi que son meilleur ami était revenu dans sa vie. Les deux Maraudeurs avait beaucoup à rattraper.

Harry continua à observer jusqu'à ce que la dernière carriole soit hors de vue. Ses pensées dérivèrent deux semaines avant quand il avait défié le Ministre de la Magie pour le liberté de Sirius Black. Tout le monde pensait qu'il avait perdu l'esprit. Même Sirius se questionnait sur sa stabilité mentale mais cela avait marché et maintenant Sirius était libre. C'était tout ce qui importait.

Une main familière toucha son épaule droite et Harry vit Sirius à sa droite, souriant.

"Tu es prêt pour un été Maraudeur ?" demanda-t-il gaiement.

Harry ne put s'empêcher de sourire.

"Plus prêt que jamais, Midnight", dit-il

C'était une plaisanterie entre eux. Sirius insistait pour être appelé Patmol au lieu de Midnight mais ça sonnait faux. Pour Harry, Sirius Black, son tuteur légal serait toujours Midnight, celui qui l'avait sauvé de l'Oncle Vernon et celui qui l'avait sauvé des mensonges que croyait le monde sorcier depuis douze ans. Midnight avait aussi été celui qui l'avait emmené à Lunard, qui avait secouru son âme, qui avait été endommagé par les Dursley. Harry ne savait pas ce qu'il serait devenu s'il n'y avait pas eu Lunard ou Midnight. A présent, Harry ne pouvait penser à aucun autre endroit où il se sentirait mieux.

FIN

Ou plutôt à suivre dans « Trials of a Champion »