Bon, après une intense et mûre réflexion qui m'a presque grillée les neurones, me revoilà. Apparemment j'ai réussi à pondre une suite. Vous m'en direz des nouvelles. Soyez indulgents ! C'est du lourd, du gras, du poilu, très difficile à digérer. Complètement nul en somme.

Il paraitrait que dans ce second volet j'ai pour mission d'aborder des choses nettement plus sérieuses à propos de l'ange qui est en fait assez chiant dans son genre et du démon aux yeux rouges qui n'est finalement peut-être pas si psychopathe que ça. Allons bon! Voilà que tout s'inverse. Pour le coup mon titre ne colle plus du tout mais est-ce vraiment un problème? Pff, je m'en fous de toute façon.

A y regarder de plus près, on a la nette impression que l'ange, alias Yuya, a finalement accordé toute sa confiance à l'espèce de détraqué incarné par le sanguinaire et puissant Kyo aux yeux de démon, le terrible samurai, celui qui fait trembler tout le Japon... et blablabla et blablabla... Si j'insiste il ne va plus se sentir pisser le coco alors j'évite d'en faire trop. Mais comment en est-elle arrivée à ce point cette petite chasseuse de prime que l'on retrouve partout sur la route de Tokai? (Mais au fait, elle est où cette route? Va falloir que je me renseigne sur Google.) Bah tout simplement à force de lui coller au basque. Forcément, avec la somme colossale qu'il représente, impossible de laisser échapper une telle prise et d'aller voir ailleurs ce qu'il s'y passe. Mais là où elle n'a pas tout compris c'est qu'elle ne fait du tout le poids contre lui. Une baffe dans sa tronche et c'en est fini de la chieuse à petits nibards (ce n'est pas moi qui le dit). Kyo aurait mieux fait de la violer et de lui foutre un bon coup de pied au cul pour qu'elle dégage. Non mais oh, sale gamine, elle se prend pour qui celle-là? Bof, je l'aime bien quand même et sans elle il n'y aurait certainement rien d'intéressant dans tout ce joyeux bazar.

Je disais donc que à force de rester accrochée à lui comme une sangsue, Yuya a découvert que derrière son masque de mec parfaitement hautain de je m'en foutisme à fond de tout, se cachait en vérité un démon pas si méchant que ça, la sauvant à de multiples reprises et lui répétant qu'il avait une dette envers elle. Qu'il est mignon !

Certes, Kyo aurait pu aisément se débarrasser d'elle en la laissant crever (ce n'était pas les occasions qui manquaient), mais il a surement dû se dire que sans la radio ambulante qu'elle représente la vie serait probablement chiante. Enfin, je me trompe peut-être hein! Personne n'est parfait après tout. Mais bon, sans déconner, Kyo a sauvé Yuya à de nombreuses reprises et ce n'est surement pas pour le plaisir de l'entendre lui exploser les tympans avec sa douce voix nasillarde, mais surement parce qu'il s'est rendu compte qu'elle était tout simplement bien plus battante, téméraire, volontaire, courageuse, dynamique et pétillante que toutes ces foutues bonnes femmes qu'il avait eu le loisir ou alors peut-être la malchance de rencontrer dans sa vie. Mais ce qui a le plus touché notre démon et qui restera à jamais gravé en lui, seront toujours ces paroles prononcées avec conviction "je crois en toi Kyo". Cette confiance absolue qu'elle a placée en lui, il ne la comprendra jamais mais il lui en sera éternellement reconnaissant. Cette fille, cette planche à pain était devenue pour lui la personne la plus importante dans sa vie. Bonjour le cadeau!

On rigole on rigole, mais tout ce que je dis là est vrai. Kyo kiffe Yuya et Yuya kiffe Kyo. Comme c'est beau ce que je dis, si fin si poétique si touchant. En vérité, je crois surtout qu'ils sont complémentaires. L'un est si taciturne et froid que ça en fait flippé et l'autre passe son temps à sourire et blablater à tout va. Pour ma part, je trouve qu'ils forment un couple parfait et ils sont tout à fait adorable ensemble.

Allez Kyo, maintenant que tu as décidé que Yuya était ta propriété, tu as intérêt à bien t'occuper d'elle et à veiller à ce qu'elle ne parte nulle part car une fille comme elle il n'en existe pas deux. (Ouf, heureusement quand même !)

Chacun sait à quel point tu as envie de te la faire en lui faisant goûter à ton nouveau corps, mais attention, même si tu es un peu bête sur les bords, tu dois être au courant de comment on fait les bébés hein ?! Je te vois bien avec un chiard dans les bras. Je lol toute seule.

Et toi Yuya, n'énerve pas trop le démon si tu ne veux pas finir la tête encastrée dans un arbre car ça ne doit pas faire du bien.

Que dire en conclusion ? Tout simplement que grâce au petit ange le démon n'en est plus vraiment un puisqu'à son contact il a recouvré la partie humaine qui lui manquait et que son cœur de pierre s'est finalement laissé envahir par l'amour et le bonheur d'être auprès de la femme qu'il aime (pouah trop romantique tout ça). Après tout, Yuya est également la personne qui le comprend le mieux et qui lui hurle dessus à la fois pour l'insulter de tous les noms mais aussi pour l'encourager dans ses combats et lui répéter inlassablement qu'elle aura toujours foi en lui. Comme c'est beau ! On leur souhaite alors tous le bonheur du monde et qu'ils tiennent bon ensemble dans le meilleur comme dans le pire, et surtout dans le pire. Bonne chance !


Mon Dieu, comme c'est pourave mon truc. Mille excuses. Je me rattraperai sur la prochaine fic, promis!