Je l'ai fait! Ça y est! Un nouveau chapitre complet! Tout ça grâce à vos reviews et à Minto qui me harcèle.

Donc j'en dis pas plus et je vous laisse lire… depuis le temps que vous attendiez ça…

Chapitre 1 : Le Rohan

Maïwen essuya d'un énième revers de main la sueur qui perlait à son front en s'efforçant de bien respirer. La jeune fille leva les yeux et aperçu Legolas un peu plus haut. Gimli à ses côtés semblait aussi épuisé qu'elle. Ils évoluaient désormais dans une région où les rochers et les prairies semblaient co-habiter.

Nous ne devons plus être loin du Rohan.

Elle entendit la voix de Legolas les encourager et il lui jeta un coup d'œil avant de reprendre sa course. Maïwen avait remarqué qu'il la surveillait de loin depuis le début de leur périple. Malgré la douleur qui lui labourait les poumons à chaque nouvelle foulée, la jeune fille ne se plaignait pas. Elle avait accepté la quête en connaissance de cause.

Ils coururent encore plusieurs heures avant qu'Aragorn ne se penche et ramasse au sol la broche elfique qui était fixé sur l'une des capes des hobbits. Cela sembla encourager le rôdeur et le prince elfique puisque qu'ils repartirent de plus belle. Quand enfin ils s'arrêtèrent à nouveau, Maïwen se stoppa auprès de Legolas et posa un genou à terre en tentant de retrouver son souffle. Le prince de la forêt noire baissa les yeux sur elle et demanda :

-Est-ce que ça va?

Encore un peu étourdie par l'excès d'exercice de ces derniers jours Maïwen eut du mal à réagir :

-Hein?…heu, ouais! Ouais, tout baigne!

L'elfe ouvrit de nouveau la bouche, mais Aragorn qui se tenait en retrait le coupa en demandant :

-Legolas! Que voient vos yeux d'elfe?

Le prince reporta son regard sur l'horizon et déclara d'une voix forte :

-Leurs traces dévient au Nord-Est…ils conduisent les hobbits en Izengard.

Ils échangèrent un regard, puis recommencèrent à courir. Maïwen étouffa une plainte, ses jambes douloureuses la brûlaient et tremblaient encore. Elle ferma les yeux, prit une grande inspiration et reprit aussi sa course. Lorsque le soleil se coucha, Aragorn les fit arrêter, déclara qu'ils prendraient quelques heures de repos. Le rôdeur fit du feu tandis que Legolas leur distribua du pain elfique. Maïwen avala rapidement le sien puis se coucha au sol, la tête sur son coude et s'endormit aussitôt.

Elle sentit qu'on la secouait ce qui lui sembla quelques minutes plus tard, et ouvrit des yeux fatigués sur Legolas qui lui fit un sourire désolé. Elle remarqua que les bûches de leur feu étaient consumées. Elle fronça les sourcils et demanda combien de temps elle avait dormi et Aragorn lui appris qu'ils étaient arrêtés depuis environ quatre heures. Elle s'étira un peu, puis ils reprirent leur périple.

Quand le soleil fit son apparition Legolas stoppa sa course un instant et tout en le fixant lâcha :

- Un soleil rouge se lève, beaucoup de sang à dût couler cette nuit.

A cette remarque, Maïwen haussa un sourcil septique, et secoua la tête.

Sont quand même un peu zarbi ces elfes!

Et tandis que cette pensée lui trottait dans la tête, elle entendit Gimli marmonner à ses côtés quelque chose ressemblant à " Bien sûr! Et là bas y a une fleur bleue, ça veut qu'un elfe raconte encore des conneries!" et ne put s'empêcher de rire. Surtout qu'en y réfléchissant Legolas avait dut l'entendre.

Bien des heures plus tard, Aragorn s'accroupit au sol alors qu'ils se trouvaient sur une colline. Maïwen fronça les sourcils et regarda les différents horizons qui les entouraient en déclarant :

- On devrait bientôt croiser les cavaliers du Rohan…

Ses compagnons lui jetèrent un drôle de regard, mais ils semblèrent se fier à son jugement. Legolas se mis à arpenter le paysage du regard jusqu'à ce que :

- Là ! s'exclama-t-il, pointant un groupe de cavaliers venant dans leur direction.

Elle regarda dans la même direction, Aragorn et Gimli suivirent le mouvement. Les deux humains, l'elfe et le nain attendirent que les cavaliers les rejoignent et en quelques secondes, ils furent encerclés et des lances furent pointées dans leur direction.

Ils levèrent les mains en signe de reddition tandis qu'un des cavaliers perçait les rangs pour se figer devant Aragorn.

-Que font un elfe, un homme, un nain et une…gamine dans le Ridermark? Répondez!

Maïwen vit rouge.

Gamine! Nan mais y se prend pour qui c' bouffon!

-Hey! Tu sais c'qu'elle te dit la..mhumm, commença Maïwen.

Cependant à son grand agacement Aragorn plaqua sa main sur sa bouche, avant de la balancer sans ménagement dans les bras de Legolas ignorant le cri indigné de cette dernière au moment ou Gimli annonçait :

-Donnez-moi votre nom dresseur de chevaux, je vous donnerai le mien.

L'homme descendit de sa monture et s'avança jusqu'au nain :

-Je vous couperais volontiers la tête, nain! Si elle sortait un peu plus du sol.

Legolas bandit son arc à une vitesse surhumaine (nda : Normal c'est un elfe!), lâchant Maïwen dans la manœuvre qui s'écroula au sol.

-Vous seriez mort au moindre geste, siffla t-il.

Aragorn allait intervenir, mais n'en eut pas le temps.

-Aie! Nan, mais ça va pas bien! C'est quoi cette manie de me prendre pour un objet! Faudrait voir à vous calmer les mecs! S'exclama Maïwen en se relevant.

Le regard que le chef des cavaliers lui lança à ce moment là était à pleurer de rire. Il est en effet peu fréquent de réussir une parfaite imitation de poisson, tout en écarquillant les yeux de stupéfaction et en voulant froncer les sourcils. Le rendu était…plutôt comique!

L'homme réussi finalement à se reprendre et Aragorn de calmer un peu l'ambiance :

-Je suis Aragorn, fils d'Aratorn, voici Gimli, fils de Gloïn, Dame Maïwen (la jeune fille lui fit un sourire qui tirait sur la grimace) et Legolas du Royaume Sylvestre (qui jetait un regard coupable à Maïwen pour l'avoir laisser tomber), nous sommes des amis du Rohan et de Théoden, votre roi.

L'homme parut ce calmer et déclara d'une voix morne :

-Théoden ne reconnaît plus ses amis de ses ennemis (il retira son casque) pas même les siens.

Comme répondant à ce signal, les cavaliers cessèrent de pointer leurs lances vers eux.

Eomer, car c'était lui, continua son explication :

-Sarouman a empoisonné l'esprit du roi et a revendiqué la suzeraineté de ses terres…mes cavaliers sont loyaux au Rohan et pour cela nous avons été bannis…le magicien blanc est rusé… il va et vient à ce qu'on dit…vieillard enveloppé d'un manteau à capuchon…et ses espions se faufilent partout à travers nos filets, termina t-il en regarda Legolas d'un œil noir.

-Nous ne sommes pas des espions, reprit Aragorn. Nous pourchassons un groupe d'Uroukaï en direction de l'Ouest, ils ont emmené captif deux de nos amis.

- Les Uruk ont été détruit nous les avons massacrés pendant la nuit.

-Mais ils y avaient deux hobbits! S'exclama Gimli. Avez-vous vu deux hobbits avec eux?

Avant que Maïwen ne puisse intervenir Aragorn continua :

-Ils seraient petits, des enfants à vos yeux.

Eomer baissa légèrement la tête puis croisa à nouveau leur regard et déclara :

-Il n'y a pas de survivants. Nous avons empilé les carcasses et les avons brûlées.

Il montra la fumée au loin.

Maïwen voulut parler, mais ce retint, décidant qu'il valait mieux attendre, prétendre qu'ils n'étaient morts pouvait paraître bizarre aux hommes du Rohan. Elle s'abstint également de croiser le regard de ses compagnons.

-Morts…murmura Gimli.

-Je suis désolé.

Eomer siffla alors et trois chevaux sortirent des rangs. Il les leur offrit et remonta en selle. Il déclara enfin :

-Cherchez vos amis, mais n'ayez pas trop d'espoir, c'est peine perdue sur ces terres….VERS LE NORD, cria t-il a ses hommes et la troupe de cavaliers le suivit.

Alors qu'ils s'éloignaient Maïwen déclara calmement :

-Ils sont vivants.

Les trois autres se tournèrent vers elle, les yeux pleins d'espoir. Elle poursuivit :

-Ils ont trouvé refuge dans la forêt de Fangorn durant l'attaque. C'est la prochaine étape de notre périple.

Voilà!

Alors?

Le deuxième chapitre est déjà en cours d'écriture… enfin ya le titre et une ligne… ^^