Coucou tout le monde, je sais, je sais, je suis lente à écrire (et encore une fois je m'en excuse.)

Sinon je vous souhaite une bonne et heureuse année!

Et en petit cadeau je vous invite à aller voir sur notre profil, où ce trouve désormais le lien vers un portrait de Maïwen que j'ai dessiné voilà!

Bonne lecture^^

Chapitre 5 : Allégeance, Alliance…Espérance.

Maïwen observait l'horizon, perchée à un endroit pas très fréquenté de la muraille du Gouffre de Helm. Sous ses yeux verts s'étendait la plaine qu'ils avaient traversés pour enfin entrer dans le gouffre et qui dans peu de temps serait noyé sous l'armée de Saroumane.

La jeune fille avait voulu s'isoler et à par les quelques gardes qui, comme elle, surveillaient l'horizon, l'endroit était plutôt calme. Maïwen se concentra une dernière fois et finit par sourire. Durant la dernière heure elle s'était entraînée à se "connecter" plus rapidement à ses pouvoirs, sans toutefois les utiliser, évitant ainsi de se fatiguer. Ses efforts avaient finalement porté leurs fruits et elle se décida à descendre de la muraille pour chercher ses compagnons de route. Elle parcourut le chemin jusqu'à la salle principale en remarquant que beaucoup se retournaient sur son passage. C'est vrai que voir une jeune fille humaine à peine sortie de l'adolescence, vêtue comme une elfe et armée ne devait pas être fréquent. Surtout quand celle-ci se baladait avec un elfe, un nain et un rodeur. Alors si en plus elle avait des pouvoirs…

Maïwen eut un petit sourire, puis repéra Legolas posté non loin de l'entrée de la dite salle. Elle le rejoignit :

-Alors? Demanda-t-elle. Prêt pour la baston?

Sa tentative d'humour n'apporta hélas qu'un léger tressaillement au coin de la bouche de l'elfe.

Maïwen poussa un soupir, jeta un œil à leur tenue, avisant que le prince elfique n'avait pas rajouté son armure par-dessus sa tenue habituelle et continua :

-Et si on allait commencer à se préparer?

L'elfe tiqua et se tourna vers elle :

-Comment ça "on"?

Maïwen fronça les sourcils.

-Bah, toi, moi, Aragorn et Gimli!

Cette fois, l'elfe se tourna totalement vers elle et la prit par les épaules, plantant son regard dans le sien.

- Maïwen! Tu n'espère quand même pas te battre ce soir?

La jeune fille haussa un sourcil.

-Ben non voyons! Mon épée elle est juste là pour faire jolie!, répondit-elle avec un sourire sarcastique.

- Maïwen…soupira l'elfe.

-Mais c'est quoi le problème? C'est pas la première fois que je vais me battre!

-Cette fois c'est différent! Répliqua l'elfe en haussant le ton.

-Ah oui? Et en quoi s'il-te plait? Demanda Maïwen en commençant à crier, ne s'occupant pas des visages qui se tournaient vers eux.

-Ce n'est pas une "petite" bataille cette fois! Tu n'as jamais combattu dans une vraie bataille. Tu as plutôt vécu des affrontements dans des espaces où tu pouvais plus facilement bouger ou d'échapper et contre peu d'adversaires à la fois. Cette fois c'est différent, il n'y a pas d'échappatoire et notre ennemi sera en surnombre. Pourras-tu te battre pendant des heures s'il le faut? Supporter de te déplacer parmi des cadavres alliés et ennemis?

-Tu semble oublier que je connais le déroulement et l'issue de cette bataille, que j'ai des pouvoirs et que si eux là haut (elle pointa le ciel du doigt) m'ont envoyé ici c'est pas pour me tourner les pouces!

- Maïwen…

-Quand à savoir si je tiendrais le coup face à des heures de combats et aux atrocités qu'ils engendreront, la question ne se pose pas puisque je n'aurais pas le choix! Je sais que ce sera dur, mais je refuse de me terrer dans une caverne pendant que vous risquerez vos vies!

- Maïwen…tenta de nouveau l'elfe.

-De toute façon, j'te demande pas ton avis! T'es pas mon père à ce que je sache! Et je pensais que tu avais compris que personne, non personne ne décide pour moi!

Et sur ces derniers mots, Maïwen tourna les talons et repartit en sens inverse. Elle sentait ses cheveux commencer à voler autour d'elle et préféra s'éloigner de l'elfe pour se calmer.

Manquerait plus que j'l'envoie valdinguer dans un mur!

Elle fit donc le chemin inverse et retourna se percher sur la muraille en marmonnant des choses incompréhensives. Elle finit par fermer les yeux et respira plusieurs fois avant que sa respiration redevienne normale. Quand ses yeux se rouvrirent, elle ne put pourtant s'empêcher de repenser à la scène venant de se produire. Même si elle était en colère sur le fait que l'on veuille décider pour elle, elle comprenait parfaitement que Legolas s'inquiète à son sujet, elle-même, malgré ce qu'elle savait, ne pouvait s'empêcher d'avoir peur pour lui, ainsi que pour Gimli et Aragorn. De plus, derrière ce masque de détermination qu'elle avait affiché devant l'elfe elle était en réalité terrifiée à l'idée de cette bataille. Cependant ce qu'elle avait dit au prince elfique n'était que pure vérité : elle ne se cacherait pas, pendant qu'eux se battraient!

Maïwen poussa un soupir quand soudain, le son d'un cor lui parvint. La jeune fille se leva d'un bond, un sourire étirant ses lèvres et se précipita à nouveau vers la salle principale. Elle arriva devant le bataillon elfique en même temps que le roi Théoden. Ce dernier était tellement surpris qu'il peinait à parler :

-Comment est-ce possible…?

Haldir qui était à la tête du bataillon s'inclina devant le roi du Rohan :

- J'apporte la parole d'Elrond de Fondcombe. Autrefois une alliance existait entre les elfes et les hommes. A cette époque nous avons combattu et péri ensemble.

L'elfe tourna la tête vers Aragorn qui arriver et termina :

-Nous sommes venus honorer cette allégeance.

Aragorn lui souhaita la bienvenue en elfique, puis surprenant l'elfe le serra dans ses bras.

-Vous êtes plus que bienvenu, dit le rôdeur.

Legolas le salua à la manière elfique. Le prince elfique eut à peine reculé que l'autre elfe dut réceptionner Maïwen qui s'était jeter dans ses bras dans un grand "Haldir!" faisant rire Gimli et Aragorn et froncer les sourcils à Legolas qui ne se souvenait pas les avoir vu si proche lors de leur séjour chez Galadriel (Bah oui, il était pas là pendant la scène (après la chanson) entre Haldir et Maïwen rapellez-vous). Quand elle le lâcha, il lui sourit et dit :

-Je suis heureux de vous retrouver Maïwen.

Puis il se tourna vers le roi :

-Nous sommes fiers de nous battre à nouveau au côté des hommes.

0o0o0o0o0o0o0o0o0o0o0

De longues minutes plus tard, Maïwen était postée sur la muraille. Elle s'était équipée et avait trouvé une cotte de maille à enfiler par-dessus sa tunique. Le poids de celle-ci la pesait déjà, mais pour rien au monde elle ne l'aurait retirée. Gimli qui se trouvait entre elle et Legolas lâcha :

-Tch, vous auriez put choisir un meilleur endroit!

Legolas et Maïwen échangèrent un regard et un sourire amusé.

-C'est la condition, si tu tiens à être en première ligne! Dit la jeune fille. Et puis, franchement tu ne rate rien, ils sont hideux même à cette distance!

Le nain et l'elfe rirent. Maïwen tourna la tête et en suivant son regard, le prince aperçu Haldir posté plus loin. A cette constatation l'elfe fronça à nouveau les sourcils, trouvant cette attention de plus en plus bizarre. Il fut interrompu dans ses sombres pensées par l'arrivée d'Aragorn. En le voyant Gimli déclara:

-Mon ami quelle que soit votre chance pourvue qu'elle passe la nuit.

Un éclair déchira le ciel.

-Vos amis sont avec vous Aragorn, ajouta Legolas.

Maïwen se tourna vers le rôdeur et lui sourit, puis lorsqu'il partit, elle reporta son regard sur l'elfe et tendis la main. Legolas la prit et senti la jeune fille la presser alors qu'elle déclarait :

-Je suis désolé pour tout à l'heure.

-Moi aussi Maïwen, lui répondit-il avec un léger sourire.

-Hey, vous deux! C'est pas le moment, intervint le nain.

Maïwen et Legolas rirent légèrement et se lâchèrent. La jeune fille sentit quelques gouttes tomber sur son visage, puis une pluie intense s'ébattit sur eux.

L'armée face à eux grondait et Gimli se mit à essayer de sauter pour voir au-dessus de la muraille :

-Qu'est-ce qui ce passe là bas?

-Dois-je tout vous décrire? Ou vous trouver un marche-pied?

Le nain rit, alors que Maïwen laissait sourire étirer ses lèvres. Elle jetait de fréquents regards vers Haldir, comme si elle craignait qu'il disparaisse, sans remarquer que Legolas les captait tous.

Bientôt tous armèrent leurs arcs et lorsqu'une flèche fusa vers l'armée adverse et tua un monstre, la bataille commença.

Non, non, non, on étrangle pas l'auteur parce que le chapitre s'arrête là, parce que sinon elle ne pourra pas écrire la suite! Merci!

J'ai quand même droit à des reviews?