Salut, alors première tentative d'une fic sur Vampire Diaries J'espère que vous aimerez !

Chapitre 1 : Première rencontre

La première fois qu'elle L'a rencontré, il lui a fait le seul effet d'être un abruti doublé d'un sale type. C'était à la première fête organisée par son nouveau lycée à laquelle elle participait bien malgré elle. Un espèce de bal masqué où les gens s'amusaient et dansaient. Sauf elle. Sa place n'était pas ici. La France lui manquait terriblement. Depuis que sa mère avait décidé traversé l'océan pour s'installer dans cette petite ville de Mystic Falls aux Etats-Unis, les choses étaient pires chaque jour. Son pays lui manquait, sa maison lui manquait et surtout ses amis lui manquaient. Elle en aurait eu vraiment besoin en ce moment. Elle n'était pas particulièrement belle et n'avait pas de réel talent qui l'aurait démarqué de tous ces adolescents qui se connaissaient depuis tout petit. Où qu'elle allait, elle restait l'étrangère, la French girl, tout juste débarquée qui ne semblait pas tourner rond et avait un sale accent. Pourtant elle avait décidé de faire l'effort suprême et d'aller à ce stupide bal. Bien sûr, c'était sa mère qui l'avait forcée et elle avait bien dû céder. Mauvaise idée. Maintenant, elle se retrouvait là, plantée seule comme un piquet au beau milieu d'élève qui avaient leur place ici. Elle poussa un soupir, avant de décider de rester cinq minutes encore et de mettre les voiles. Elle avait besoin d'aller aux toilettes, elle irait et bye-bye la fête. Au moins, elle aurait fait un effort. Elle posa sa pochette sur une table, pour ne pas être encombré et traversa la foule compacte de la piste de danse.

En chemin, elle eut l'infime chance de croiser Elena Gilbert, la hit-girl du lycée qui lui passa à côté sans même lui accorder un regard alors qu'elles avaient en commun trois cours. Mais même ça ne l'étonnait plus. Ici, les gens ne s'étaient pas ouverts à elle alors la pom-pom girl du lycée n'allait pas faire l'effort pour elle. Elena était suivie de son copain Stefan Salvatore, beau comme un dieu, qui intriguait Claire plus qu'elle ne voulait l'admettre. Il avait toujours le même visage figé et n'ouvrait presque jamais la bouche. Elle pouvait sentir qu'il souffrait sans réussir à comprendre pourquoi il souffrait autant. Mais il n'apparaissait en cours qu'accompagné d'Elena et ne parlait à quasiment personne d'autre, alors bon, le mystère resterait entier.

En revenant, elle ruminait les soirées géniales qu'elle avait passées en France entourée de tous ses amis. Les choses pouvaient être sacrément injustes. Elle n'avait jamais eu envie de déménager, pourquoi son frère a-t-il dû tout gâcher ? En recherchant son sac, elle vit interloquée un parfait inconnu qui s'amusait à fouiller dedans. Grand, les cheveux noirs et des yeux d'un bleu à tomber par terre, il en sortit son paquet de bonbon et se servit sans la moindre gêne. Elle se posa bien en face de lui pour lui jeter au visage :

- C'est à moi.

- Plus maintenant, rétorqua-t-il avec un grand sourire moqueur, sans la regarder.

- Si et j'aimerais assez récupérer mes affaires… genre maintenant.

- Non, tu as juste envie d'aller faire un tour et de m'oublier, lui dit-il d'une voix bizarre en se retournant et la regardant droit dans les yeux.

- Pas du tout. Je suis très sérieuse, s'énerva encore plus Claire.

Il eut un froncement de sourcil et retenta en s'approchant.

- Tu t'en fiches de tes affaires et tu vas te tirer d'ici immédiatement. Il attendit quelques secondes si proche d'elle qu'elle ne savait plus quoi faire, enivrée par son haleine, puis il fit un petit sourire ironique et se retourna.

- Ça, ça m'étonnerait, cracha-t-elle quand elle eut repris ses esprits, en lui arrachant ses affaires des mains. C'est quoi ton problème, pauvre type, ajouta-t-elle en se retournant pour l'admirer une dernière fois. Il la regardait stupéfait et la laissa partir.

N'importe quoi ! Furieuse, elle traversa la salle en bousculant une bonne partie des gens, mais elle s'en fichait complétement. Super soirée ! Elle recommencerait avec grand plaisir. Elle prit sa voiture et rentra en trombe. Sa mère, devant la télé, lui demanda comment ça c'était passé.

- Très bien, maman. J'ai rencontré plein de gens, fit-elle avec ironie.

Sa mère n'était pas très douée, pour l'ironie, elle la félicita sincèrement. Claire eut une moue affligée et monta s'enfermer dans sa chambre. Bref ce fut une première rencontre tout en couleur.