~Simon Curtis

Désolée j'ai tendance à oublier cette fanfic étant donné qu'elle est bouclée depuis belles lurettes. Voilà voici le dernier chapitre de cette... cette chose. Merci d'avoir eu le courage de la lire, et de l'avoir commentée o/ Bye bye.


Tony le fixait, les yeux rouges, exorbités. Sans doute encore secoué par l'alcool, il ne semblait pas se rendre compte de qui lui faisait face. Puis au bout d'un moment, il baissa les yeux, se frotta la nuque, en quête de paroles justes, qui ne seraient pas mal interprétées.
Il avait tant à lui dire, tant à lui confier. Mais paradoxalement il ne voulait pas se dévoiler, ne rien montrer. Il avait toujours agis en camouflant ses réels sentiments, préférant passer pour un con, pour un cynique, plutôt que pour un sentimental. Il ne savait pas comment réagir. Il aurait préféré boire encore, pour l'aider. Mais l'alcool désertait un peu plus son sang de minutes en minutes, à son grand damne.

L'alcool lui avait toujours donné du courage. Ca l'avait sortit de certaines galères parfois, l'avait enfoncé dans de nouvelles bien souvent. Il savait depuis longtemps qu'il avait un problème avec ça. Mais qu'est ce qu'il s'en foutait. Il aimait trop ça. Il était dépendant. Alcoolique.
Si Pepper avait été là, elle l'aurait encore engueulé, comme toutes les autres fois. Elle lui aurait dit qu'il finirait avec la mononucléose, ou pire, le sida, à force de s'envoyer en l'air avec n'importe qui en boîte, ou ailleurs. Elle l'aurait aidé à marcher jusqu'à sa voiture, l'aurait conduit chez lui, et l'aurait allongé dans son lit. Le lendemain, elle serait revenue pour lui apporter des cachets, et lui rafraichir la mémoire. Elle aurait été là pour lui.

Pepper aurait réagit comme ça.

Mais Loki n'était pas Pepper.

Il s'en rendait compte maintenant: Loki n'était pas attaché à lui comme Pepper l'était. Il ne le connaissait pas aussi bien et depuis aussi longtemps que sa meilleure amie. Ils n'avaient rien créé ensemble, n'avait lié aucune amitié. Il s'était cru à l'abris trop rapidement. Il pensait que Loki aurait eut la même réaction qu'elle. Que ça ne changerait rien. Qu'il pouvait fuir comme il avait l'habitude de faire.
Encore une fois, il s'était gouré.
Loki n'était pas Pepper. Loki n'avait pas les mêmes sentiments, les mêmes réactions que Pepper. Et bizarrement, dans la logique universelle que s'était imposé l'humanité, leurs réactions auraient dû êtres inversées.

"Si tu comptes rester muet, je me barre. Alors grouille-toi, j'ai froid."

Il releva les yeux vers le visage fermé, impassible et froid de Loki qui le regardait de haut, mais ça lui fit trop mal. Il fuit son regard.
Il ouvrit la bouche, mais aucun mot ne lui vint. Il ne savait pas par quoi commencer. Il ne savait pas s'il fallait qu'il dise la vérité, ou une convention populaire qui plaisait à tout le monde. Comme il avait toujours fait. Il ne voulait pas s'ouvrir, ne voulait pas s'excuser. Mais putain de quoi, d'abord ? Il ne savait même pas de quoi s'excuser, il ne connaissait pas le problème actuel. Ou plutôt il avait peur de le connaître. Sauf qu'il préférait très largement que ce soit tout autre chose.

Loki leva les yeux au ciel. Il n'avait pas de temps à perdre, il était déjà passé à autre chose. Il tourna les talons.

Tony vit du coin de l'œil le corps de Loki bouger, et s'éloigner. Il paniqua. Putain, non !

Il attrapa son bras, le tira à lui et le plaqua contre le mur. Il l'embrassa.

Il s'attendait à un baiser à sens unique, mais les lèvres de Loki capturèrent les siennes à son tour. C'était un baiser passionné, ardent. Ils s'abandonnaient. Ils en avaient tellement envie. Même s'il s'était promis de résister, il ne pouvait rien refuser à cet homme-là. Il désirait le corps de Tony d'une manière si bestiale. Leurs mains commençaient à glisser sous leurs vêtements. Ils cherchaient le plus de contact avec la chair possible. Ils voulaient tellement posséder l'autre de nouveau. Leurs souffles s'accéléraient, erratiques, prisonniers de leurs lèvres qui se scellaient.

Et pourtant, presque à contre cœur, Loki le repoussa. Son bras en travers de la poitrine de Stark, il le tenait à distance, le fusillant du regard.

"Ca ne marche pas avec moi, ça. Il va falloir t'y prendre autrement."

Tony ferma les yeux un instant. Il s'y était attendu. Loki connaissait beaucoup trop bien le désir pour s'y laisser succomber et lui permettre par la même occasion d'éviter toutes explications et toutes excuses. Il était comme ça, il préférait fuir plutôt que tout autre chose.
Il se recula, se détacha, pour s'aider lui-même à se retenir de se jeter sur le corps délicieux face à lui.

C'était affreux. C'était horrible. Il ne s'était jamais retrouvé dans une telle situation auparavant. Quand il devait des explications à une quelconque femme, un sourire, un petit "désolé" et un baiser, et hop c'était réglé. Personne ne l'avait encore repoussé pour exiger de réelles excuses. Il n'avait pas envie de parler, n'avait rien envie de dire. Ce qui était une première dans la vie de Anthony Stark. Putain, non, vraiment il préférait se terrer dans les égouts avec les tortues ninjas à manger des pizzas plutôt que ça.

"Ecoute Loki, je..."

Allez bordel mais lance-toi ! C'était pas bien compliqué ! Si des dizaines d'autres hommes avaient pu le faire avant, t'y arriveras sans problème. Pour une fois, juste cette fois, dis la vérité. Ta vérité. Ca marchera sans doute, c'est sans doute ça qui est attendu. Dis ce que tu as sur le cœur. Personne n'en saura rien. À part Loki.

"-Je... Je...
-Accouche.
-Maaaais bordel je sais même pas de quoi ! Je sais même pas ce que tu me reproches, je sais pas pourquoi t'es parti, là, comme ça, sans prévenir, je sais rien du tout !"

Loki se détacha du mur, s'éloigna. Mais Tony le rattrapa, se plantant devant lui.

"-Mais putain Loki, attends !
-T'as vraiment pas la moindre idée de la raison de mon départ ?
-Si... un peu... enfin, vaguement... mais... enfin, ça me paraît tellement... impossible.. et puis je préférerais que ça soit pas ça, pour être franc."

Il s'arrêta un moment pour scruter les yeux de Loki, tenter de trouver des réponses, des confirmations à ses doutes et ses espérances. Il espérait très sincèrement une chose, et la craignait presque tout autant. Mais voilà, tant qu'il ne saura pas quelle est la vérité, il ne pourra pas se lancer, pas sans filet, pas comme ça alors qu'il n'a jamais agit ainsi. Mais ses yeux restaient froids, foncièrement énervés.

"Tu n'es qu'un con, Anthony Stark."

Loki se décala pour le dépasser, soumettant Tony à une vague d'angoisse qui l'obligea à réagir instantanément. Il agrippa ses avants bras, le rapprochant de lui. Il avait terriblement envie de l'embrasser, d'autant plus maintenant que le contact s'était recréé entre eux, mais il ne le pouvait. Ca faisait mal.

"Loki, merde, non, pars pas ! Explique-moi. Je suis qu'un sale enfoiré qui agis comme le premier des salopards, mais je suis pas stupide. Parle-moi s'il te plaît. Je veux pas te perdre. Pas toi."

Loki le fixa, la colère avait disparu de ses prunelles. Il semblait à présent plus perplexe qu'autre chose.

"-Pourquoi ?
-Ha non, j'ai posé une question le premier, c'est à toi de/
-Ta gueule. Pourquoi ?"

Tony allait répliquer mais il songea qu'au vu de la situation actuelle, ce n'était pas vraiment la chose la plus judicieuse à faire. Quoi qu'il aurait bien tenté juste pour repousser ce moment d'encore quelques minutes. Le moment où il devrait se livrer à cœur ouvert pour tenter de garder la dernière personne qui lui restait dans sa vie.
Il lâcha ses bras, baissa la tête. Il fuyait son regard inconsciemment. Putain. Lui. Dans une situation comme celle-ci.

"-Tony, pourquoi ?
-Maaaaais, je sais pas moi, qu'est ce que tu veux que je te dise... C'est juste que... que... que putain de bordel de merde tu me fais grave chier ! Je suis seul depuis trop longtemps, j'ai envoyé merder l'intégralité de mes amis il y a presque un an de ça quand... quand quelque chose s'est passé... et à cause de ça je suis tombé en dépression. Alors forcément, toi tu débarques dans ma vie après un des plus grands bads que j'eusse connu, et puis t-tu représentais le seul espoir pour moi ! La seule personne qui m'acceptait, moi, la pourriture que j'étais, sans m'en tenir rigueur. Putain t'étais le seul quoi. T'as été plus présent en 3 jours que tout mes potes en dix ans quoi. Et puis... forcément... y a... y a eu ça... qui s'est passé.. en moi. Ce truc-là, qui est arrivé à un hétéro endurci tel que moi, forcément, j'ai flippé comme pas permis, et moi quand je flippe, je bois, c'est comme ça..."

Il s'arrêta un moment pour reprendre son souffle, avaler sa salive, retrouver ses esprits, se frotter la nuque, passer pour un con.

"-Alors voilà, ce soir j'ai sans doute grave merdé, mais ça c'était de ta faute, à me perturber un max comme ça.. j'avais besoin de me changer les idées, ou de me les remettre en place je sais pas trop. Et puis de boire, et d'oublier, et puis j'étais pas maître de moi, quoi merde !"

Il osait à peine regarder vers Loki. Celui-ci affichait de nouveau son air impassible. Il semblait se foutre tellement de la situation, que ça en faisait mal. Merde. Pourquoi ça faisait si mal d'ailleurs ?

"-T'es entrain de me dire quoi, là, Tony ?
-De... que... j-je sais pas...
-Qu'est ce que tu ne t'avoues pas, et que tu ne me dis pas ?"

Il releva ses yeux bruns. Bon dieu il n'en savait foutrement rien. Ou peut-être que si, il le savait au fond, l'explication à son attitude de toute la soirée, la raison à sa cuite, la réponse à "pourquoi je me suis mis à lui courir après comme ça ?". Mais c'était affreusement terrifiant à s'avouer.
Et pour le peu d'utilité que son cerveau ralentis avait encore, Loki l'handicapait encore plus. Il avait attrapé le bas du t-shirt de Tony pour l'attirer contre lui, se penchant pour frôler ses lèvres des siennes. Il y avait encore le sol sous les pieds de Stark ou était-ce l'autre homme qui lui permettait de tenir debout ? De vivre ?

"-J-J'en sais rien... vraiment rien...
-Menteur."

Tony avait posé sa main sur son cou, en quête de plus de contacts encore. Leurs yeux ne se quittaient pas. Leurs corps s'embrasaient.

"-Loki...
-Tony. Dis-le.
-J'ai pas envie."

La main de Loki glissa jusqu'à ses reins pour le presser contre lui, lui arrachant un profond soupir. Tony cherchait à l'embrasser, capturer ses lèvres, mais il le repoussait toujours, reculait sa tête, restait hors d'atteinte. Ca le frustrait. Ca l'excitait.
Il se fit plaquer face contre le mur, la pierre devait lui paraître sans doute être beaucoup plus froide que ce qu'elle n'était réellement à cause de sa peau brulante, mais les mains de Loki qui se glissaient sous son t-shirt lui firent oublier toute notion de toute façon. Ces doigts qu'il aimait tant, qui savaient tant faire, glissaient, caressaient, appuyaient là où ils savaient l'effet que cela donnerait dans le corps tremblant sous leur contact. Stark voulu se retourner, lui faire face, dominer à son tour, mais à peine esquissait-il un geste, que le corps de l'autre homme se collait à lui, le plaquait de nouveau contre la pierre. Il vint murmurer à son oreille.

"-Tony... je veux que tu le dises.
-Va te faire foutre."

Loki lui mordilla, lécha son oreille, lui procurant un frisson glacial qui remontait depuis ses reins. Tony voulu le toucher à son tour, mais ses mains se firent immobiliser contre le mur à leur tour tandis que celles de l'autre brun continuaient leur exploration, leur torture délicieuse. Leur propriétaire suçait et mordait la peau des épaules et du cou. Il l'entendait gémir, sa respiration irrégulière, le front posé contre la pierre, il l'appelait, tandis que ses mains à lui se glissaient sous son sous-vêtement, Stark se cambra.

"-Toujours pas décidé ?
-Jamais..."

Il accéléra son mouvement de poignet, lui arrachant des gémissements plus rauques, et ses doigts s'insinuaient en lui sans ménagement.
Tony tremblait littéralement. A moitié nu, le froid de la nuit contrastait horriblement avec la chaleur qui brûlait ses sens et son corps. Le désir se rajoutant à l'équation, il frémissait, gémissait, appelait. Il voulait se dérober, se battre, mais le plaisir lui chapardait ses forces et sa raison. Il n'avait plus conscience de rien mise à part du mur sur ses mains, et des mains sur son corps. Loki, lui, et personne d'autre. Sa bouche remonta encore lentement jusqu'à son oreille, le parcourant d'un nouveau frisson.

"Très bien. Je vais donc te prendre contre ce mur, encore, et encore, jusqu'à ce que tu te décides à prononcer les trois mots que je veux entendre."

Les mains de Loki se placèrent sur ses hanches, l'obligeant à s'affaler contre le mur, seuls ses avants bras lui permettant de se maintenir. Lorsqu'il le posséda, Tony se cambra violemment, son souffle coincé dans sa gorge sous le coup de la surprise. Loki se mit progressivement en mouvement, avec cette lenteur lancinante dont seul lui avait la maîtrise. Le corps de Stark s'embrasait, le plaisir explosait ses sens, les mettait en éveil. Chaque caresse était un délice et une torture lente à la fois. Il en voulait plus, tellement plus, mais l'autre s'obstinait à ne quasiment rien lui donner. Il allait et venait avec une telle lenteur et une telle douceur qu'elles en étaient crevantes et terriblement affreuses.

La frustration qui en résultait écrasait le corps de Tony en une entrave, une barrière à la libération ultime, il ressentait infiniment plus fort chaque sensation qui assaillait son corps en effervescence. Il mouvait ses hanches à la recherche de plus de contactes, plus du plaisir qu'on lui refusait, mais Loki les immobilisa, lui arrachant un grognement de profond mécontentement. Il avait l'impression de mourir entre ses mains, prêt à n'importe quoi pour qu'on le délivre, pour que l'exaltation totale de ses sens soient enfin révolue. Il suppliait, entre deux gémissements, appelait son prénom, priait. Mais rien n'y faisait. Loki se pencha, collant son torse à son dos, ralentissant encore un peu le mouvement de ses reins, le prenant dans sa main. Il lui murmura à l'oreille :

"Tu sais ce que je veux entendre, Tony... Tu veux jouir, n'est ce pas ? Alors dis-le. Dis ces trois mots."

Il haletait, gémissait. A chaque mouvement de ses propres hanches, Loki ralentissait le sien. C'était une torture, bon dieu de merde. Il n'en pouvait plus. Il allait crever de frustration.

"-Dis-le...
-Je...
-Dis-le !"

Putain. Vaincu, qu'il était.

"Bordel de merde, Loki... Je t'aime !"

Son corps s'enflamma, dévasté par le plaisir qui déferlait lorsque Loki accéléra finalement. Ils hurlaient, ils ne pensaient qu'à eux et à ce moment, les voisins qui dormaient pouvaient aller se faire voir. Cette nuit leur appartenait. Comme tant d'autres. Ils étaient les maîtres du monde, ils étaient puissants. Mais plus puissant encore fut l'orgasme lorsqu'il vint les trouver. Stark se fit mordre l'épaule. Il était persuadé qu'il devait saigner à présent.

Mais grand fuck qu'il s'en foutait. Il était heureux.

Enfin.


"Pourquoi étais-tu parti ?"

Ils étaient retournés à la maison de Tony, affalés dans les bras l'un de l'autre sur le canapé. Ils avaient allumé la télé qui servait plutôt de bruit de fond qu'autre chose; ils ne la regardaient pas. Qu'est ce qu'ils pouvaient bien en avoir foutre de l'histoire d'une nénette qui tente de se suicider sous prétexte que son copain ex-militaire avait oublié son anniversaire ? Sérieusement ? Certes le film était magnifique. Mais actuellement il y avait des choses infiniment plus plaisantes à regarder que ça. À savoir, le corps à peine vêtu de Stark dans ses bras.
Loki releva son regard du corps vers ses yeux bruns, un rien irisés de doré, sérieux et envoûtants à la fois. Il se pencha pour capturer ses lèvres un instant, mais Tony le repoussa rapidement.

"Réponds-moi."

Forcément. Ca ne marche pas dans un sens, ca ne va pas marcher dans l'autre. Evidemment, il lui en avait voulu. Terriblement. Mais avec le recul... Loki avait agi sous le coup de la colère. Ca n'en levait rien au caractère stupide des actes de Stark, loin de là. Et, obligatoirement, s'il ne voulait pas que cela recommence, si... s'il voulait tenter de construire quoi que ce soit, quelque chose, avec lui, il fallait que Loki soit honnête.

"J'étais blessé."

Tony quitta ses bras pour s'asseoir plus droitement dans le sofa.

"-Pourquoi ?
-Et bien... peut-être étais-je été trop con de croire si vite que tu tenais à moi d'une quelconque manière."

Le regard qui le fixait lui faisait mal, il préféra le fuir, détourner les yeux. Il n'avait pas envie de comprendre ce qu'il y voyait.

"-Pourquoi ?
-Tu comptes faire le poisson encore longtemps ?!"

Le tourna la tête ailleurs. Il avait parlé plus agressivement que ce qu'il aurait voulu. C'était sa façon de se défendre, comme d'habitude. Quelle connerie ça. Pourquoi réagissait-il toujours comme ça ? Il n'était définitivement pas doué en relation humaines. Il était juste un imbécile incompétent socialement parlant. Et stupide. Qui pourrait le supporter ? Personne n'avait pu pour le moment. Même pas ses parents. C'est dire. Ils répétaient qu'il était un bon à rien. Ils avaient sans doute raison. Avait-il déjà mentionné le fait qu'il était un imbécile, ou non ?

Stark cligna des yeux, interloqué.

"-Désolé. C'est juste que... ça sous-entendait qu'en retour, toi, tu tiennes à moi. Et je... jamais j'aurais pensé que-que tu tenais à moi d'une quelconque manière, avec ton "travail" je... j-je pensais que tu... tu...
-Etais juste intéressé par l'argent ?
-NON ! Loki, non, putain, pas du tout !"

Il se frotta la nuque, un sentiment désagréable au creux de l'estomac, encore plus accentué par Loki qui continuait à fuir son regard. Il soupira.

"Ce que je veux dire c'est que... j-j'en espérais pas tant, tu vois ? J'aurais su que tu... tu tenais à moi -bon dieu c'est juste étrange de le dire- bref je... j'aurais pas fait... ça, quoi."

Il se sentait incompris. Mais d'un coté il était conscient qu'il s'exprimait mal. Il ne savait exprimer ce qu'il ressentait réellement. Il savait encore moins comment lui décrire l'étendu de ses sentiments. Il n'avait jamais été doué à ça. Il avait toujours préféré sortir des phrases lambda qui plaisent à, à peu près, tout le monde, plutôt que de parler à cœur ouvert. C'était nouveau et déstabilisant. Et c'était un peu trop en une seule soirée.

Il posa sa main sur la joue de Loki, l'obligea à le regarder.

"Loki, je suis sincèrement désolé. "

Stark plongea ses prunelles dans les siennes quelques instants. Son regard brun était si dense et sincère qu'il réveillait en lui des instincts primaires. Celui de fuir le danger avant qu'il ne soit trop tard. Et celui de la luxure pure et simple.

Loki captura ses lèvres en un petit baiser chaste, sans quitter ses yeux. Puis il attrapa sa nuque pour l'attirer contre lui, sentir encore ce corps sur et sous lui, cette irrépressible envie qui l'assaille depuis la première nuit, depuis leur première rencontre.

"Je t'aime, Tony."

Ils s'embrassèrent.


Loki se sortit du lit, s'extirpant des bras de Stark. Il ne savait pas trop quelle heure il était, mais son travail avait l'avantage de n'avoir aucun horaire, et seulement quelques obligations. Et l'une d'entre elles se trouvaient avoir un calendrier fixe, et le jour fatidique tombait aujourd'hui. Car aujourd'hui était le jour de la rafle.

Il attrapa ses vêtements, s'habille silencieusement.

"Où vas-tu comme ça ?"

Il se retourna tout en continuant de boutonner son pantalon. Il avait pourtant la réputation d'être plutôt discret. À moins que Tony ne dormait tout simplement pas avant qu'il se lève. Dans tout les cas il était à présent assis dans le lit, à le fixer de cet air dégagé, cette expression de "rien ne m'atteins". Quand il prenait cet air-là, Loki n'avait qu'une seule envie, c'était de le faire gémir.

"-Je retourne travailler.
-Reste ici."

Loki resta interdit quelques instants. Il n'aimait pas tellement qu'on lui donne des ordres, même si celui-là n'était pas réellement contraignant, c'était juste pour le principe. Il lui lança un regard de défis, le suivant des yeux lorsque le propriétaire des lieux se leva pour le rejoindre, attrapant son t-shirt du bout des doigts. Mais il resta quand même incrédule, même face à la confiance extrême qui émanait de Stark.

"-Tony, tu ne t'as pas de travail, on ne va pas subsister à deux ici. Et puis je ne peux pas squatter éternellement.
-Loki, Loki, Loki... Je n'ai certes plus de travail, mais tu ne sais franchement pas celui que je pratiquais"

Il arqua un sourcil. Touché. Ils n'avaient jamais parlé de son ancien job, pas même après l'appel de l'autre hystérique... comment elle s'appelait déjà ? Poivron ? Poivre ? Pas sûr, c'est quand même étrange comme nom, ça. Enfin qu'importe.

"-Et quel était-il donc ?
-Mon petit chou, j'étais PDG d'une multinationale. Milliardaire si tu préfères."

Après quelques instants, Loki eut un rire jaune. Il ne connaissait pas grand chose de la vie de Tony finalement, malgré toutes leurs discussions diverses et variées sur à peu près tout et n'importe quoi. C'était un peu cocasse comme situation mine de rien. Ils restaient un peu comme des finalement. Ils ne savaient pas énormément de chose de la vie de chacun. Ils savaient juste qu'ils avaient foncièrement besoin l'un de l'autre. Et qu'ils s'aimaient.

Et puis après tout, rien n'empêchait de réparer cette erreur un peu plus tard.

"Très bien. Je reste."

THE END