Bonjour ! Malheureusement, je n'ai pas réussi à prendre Brynolf sous la douche, il y avait Vex qui était devant mon objectif ! C'est une perverse je vous dit !


4E182 Jour XX

M Journal, tu ne sauras jamais! Mon rêve, il s'est réalisé!

Il y a quelques jours, Il y a deux personnes comme moi qui sont entrées dans l'orphelinat pendant que je jouais sur mon lit. Ils sont allés voir Mme Grelod et ont dis qu'ils voulaient adopter un enfant! Alors moi, ni une, ni deux, j'ai sauté de mon lit, attrapé une brosse et me suis faite toute belle!

C'est un peu mon rituel quand il y a des parents qui viennent dans l'orphelinat. Quand c'est le cas, il faut faire deux choses. Il faut soit montrer le meilleur de soi-même, soit faire semblant pour plaire aux adultes. Moi, je fais toujours la deuxième. Parce que si je montre le meilleur de moi-même, je ne suis pas sûre que les adultes me prendront comme petite fille parce que les parents, ça aime pas quand on vole des choses, c'est pas bien. Mais moi, je n'arrive pas non plus à faire semblant, je ne suis pas une petite fille modèle. C'est dur de dire que je ne ferais pas de bêtises, que je me tiendrais droite, et que je ne volerais pas. Ça fait partie de moi, je suis trop sincère et je ne saurais jamais m'en séparer.

Alors, je me suis tenu comme je le pouvais et j'ai attendu. L'homme parlait à la vieille Grelod, et la mère est venue pour voir les enfants. Elle m'a vue et est venue s'assoir près de moi.

Elle m'a dit bonjour, et m'a demandé comment je m'appelais. Je lui ai répondu et elle m'a dit que j'avais un joli prénom, et j'ai rougi. Je suis comme ça, dés qu'on me fait un compliment, je deviens rouge comme une tomate!

Elle m'a demandé pourquoi j'étais dans l'orphelinat, et j'ai répondu que je ne savais pas, que l'on m'a laissé là, c'est tout. Alors, la dame m'a paru un peu triste et elle m'a demandé si je n'étais pas malheureuse des fois. Je lui ai répondu que oui, c'est un peu triste de ne pas avoir de papa et de maman, mais que Mme Grelod me dit que comme je suis différente, je ne serais pas adoptée, parce que les parents, ils n'aiment pas les petites filles qui ont des dents longues, des oreilles et une queue.

La jeune dame a eu l'air choquée et m'a dit d'attendre. Elle est repartie voir l'homme et lui a chuchoté quelque chose à l'oreille. Il m'a regardé, et s'est tourné vers la vieille Grelod et là, je pense que le rêve de tous les orphelins qui ont un jour été à Honorem s'est réalisé. Grelod s'est fait enguirlander comme pas deux! Pour un peu, les deux adultes se serait jeté sur la vieille et l'aurai griffé de partout!

Alors, l'homme est venue et m'a dit tout gentiment de lui prendre la main, qu'il m'emmenait quelque part où je serais plus heureuse. Je n'en croyais pas mes oreilles. Tout d'abord parce que personne, à part Brynolf, ne m'avait parlé gentiment auparavant, et ensuite, parce que il a dit qu'il m'emmenait loin d'Honorem! Alors, j'ai sauté sur mon lit, je t'ai fourré dans ma valise, j'ai pris mon doudou sous les bras et je les ai suivi.

Ensuite, c'était comme dans mon rêve. J'ai traversé la place du marché. J'ai vu tous les regards étonné des gens qui me regardaient bizarrement. Alors moi, pendant que les deux adultes ne regardait pas, je leur ai tiré la langue!

Mais quand on est arrivé près de la sortie, j'ai eu comme une boule au ventre. J'ai vu Brynolf qui me regardait. J'aurais pu faire comme dans mon rêve, attendre qu'il me fasse coucou et que je m'en aille comme ça.

Mais je ne voulais pas ça moi, donc, j'ai enlevé ma main de la jeune dame et j'ai couru vers Brynolf.

Une fois arrivée à sa hauteur, il m'a regarder en souriant et il m'a demandé si j'étais heureuse. Je lui ai répondu que oui, mais que j'étais un peu triste parce que je ne le reverrais peut-être pas. Alors, il m'a mit un doigt sur la bouche pour me demander de me taire et il m'a fait un énorme sourire. Il m'a dit qu'il était temps pour moi de voler de mes propres ailes, que je saurais faire de grandes choses, et que surtout, il faut que je prenne bien soin de mes parents. Alors je lui ai demandé si un jour, je le reverrais. Il m'a dit que ça, c'est aux divins de le voir, mais qu'il est quasiment sûr qu'on se rencontrera plus tard. Alors, il m'a fait un coucou et moi aussi, ensuite, je suis partie et je suis sortie de la ville.

À l'extérieur, il y avait une grande charrette tirée par un cheval tout marron. L'homme s'est assis devant pour prendre les rennes du cheval, tandis que la jeune femme m'a prise dans les bras et est montée derrière. Ensuite, on a démarré. J'étais super excitée parce que je ne suis jamais sortie de Faillaise, et là, on voyais tout plein d'autres villes! À chaque fois que j'en voyais une, la jeune femme me disais son nom, je m'en souviens d'une très jolie, avec un énorme château, je crois qu'elle s'appelait Blancherive. Ensuite, j'ai demandé où est-ce qu'on allait, et le jeune femme m'a répondu que l'on allait chez moi.

J'ai pas dû comprendre, parce que moi, je pensais qu'ils allaient retourner à Faillaise, mais non en fait. La jeune femme m'a dit qu'on allait dans le pays des Khajiits, et que moi, je suis une Khajiit aussi. Ce pays a un très joli nom, il s'appelle Elsweyr.

Puis, comme je n'arrêtait pas de les appeler Madame et Monsieur. La jeune femme a rigolé et m'a dit qu'à partir de maintenant, je pouvais les appeler Papa et Maman. Donc maintenant, au lieu d'écrire Monsieur et Madame, j'écrirais Papa et Maman. Comme ça, tu ne t'embrouillera pas, M Journal.

Elsweyr, c'est le Paradis sur Tamriel! Lorsque je suis arrivé, j'ai eu comme une drôle de sensation. J'avais l'impression d'être déjà chez moi. Il y avait deux sortes de paysages. Soit on traversait d'énormes étendus de sortes de petits grains jaune appelés « sables ». Et lorsqu'il y a plein de sable, on appelle ça, un « désert ». C'est Papa qui me l'a dit.

Puis, après on passait du sable à d'immense forêt avec des arbres très très hauts et très très beaux. Mais c'est pas des sapins comme ceux qui sont dans les forêts de Bordeciel, ce sont des arbres « exotiques ». Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je trouve ce mot très joli.

Et puis, Elsweyr, c'est le contraire de Bordeciel. Ici, il fait très chaud. C'est pour ça que j'ai dû enlever ma robe d'hiver et que Maman m'a donné une robe beaucoup plus légère et beaucoup plus belle. Elle est verte et jaune avec des manches qui s'arrêtent aux coudes et les bas de la robe s'arrête aux genoux. J'adore cette robe!*

Puis, au bout de quelques jours de voyage, on est arrivé dans une ville avec beaucoup de maisons, mais ça ne ressemblait pas à Faillaise, ça ressemblait plus à une ville que l'on a croisé en partant, Rivebois je crois.

On est descendu de la charrette, et je suis rentrée avec Maman dans la maison pendant que Papa rangeait tout. Maman m'a fait visiter toute la maison, elle est très belle, et il y a plein de trucs marrants qui viennent ni d'ici, ni de Bordeciel. Maman m'a dit que c'est parce que Papa est marchand, et qu'il voyage beaucoup, et qu'il ramène toujours des cadeaux comme ça à Maman. Ensuite, on est monté, et elle m'a montré une joli pièce, avec un lit, un bureau avec une lanterne, et une commode.

Maman s'est excusée de ne pas avoir mis plus de chose dans ma chambre, mais elle ne savait pas si je serais un garçon ou une fille. Moi je m'en fiche complètement que Maman ait juste mis un lit, parce que maintenant, j'ai une chambre pour moi toute seule, pas comme à l'orphelinat, et que maintenant, j'ai un vrai Papa et une vrai Maman qui font des bisous du soir et qui lisent des histoires, et ça, c'est tout ce qui compte pour moi.


*: Pour la robe, je me suis inspirée des habits de tavernes que porte parfois les bardes dans les auberges, j'espère que vous voyez ce que je veux dire!

Voili Voilou, Ma'Rine a enfin une petite famille, Mais ce n'est pas la fin de l'histoire pour autant! J'espère donc vous revoir au prochain chapitre, et n'oubliez pas, l'abus de reviews est bon pour la santé de l'auteur! =D