Yooooop !

Jeeee... m'excuse pour le retard ?

Non vraiment, je suis désolée, je suis en pleine période de révision, et de manière générale cette année est vraiment chargée niveau boulot donc... sorry ._.

Mis à part ça, je vous vénère !

Voici le nouveau chapitre, enjoy !


.

Chapitre 30 : De l'importance du cul

Ou

Comment devenir un stéréotype, par Harry Sovrano.

.


.

.

.

_Tu devrais lui dire.

_Pourquoi ? Ils ne sont plus ensembles !

_Harry mérite de savoir. Ça le concerne aussi, et c'est cruel de ta part de le laisser comme ça.

_...

_Tu sais que j'ai raison. Et tu sais aussi que ça ne me fait pas plaisir de te dire d'aller faire ça.

_Je sais. Mais je ne pense toujours pas que ce soit une bonne chose.

_Il est grand. Il doit savoir.

_Je vais y penser.

_Merci.

.

sSs

.

Ce n'était pas qu'Harry fut absolument dévasté par sa rupture avec Cho… mais globalement, si.

Le fait qu'il persistait à le nier avec la force d'un âne baté ne faisait qu'aggraver les choses. Parce qu'un garçon détruit par la fin tragique de sa première relation ? Facile. Poudlard était rempli d'adolescents aux hormones en furies depuis des siècles, ce n'était pas un môme qui se lamentait sur son ex qui allait lui faire peur.

Mais un garçon détruit par la fin tragique de sa première relation et qui assenait avec une conviction absolue que non, je le vis très bien, on est resté amis, tout va bien sisi vraiment ?

Plus dur.

Voir cauchemardesque.

En tout cas pour Neville, Cédric, Luna et Scath.

Parce qu'Harry avait non seulement succombé au déni, mais aussi au pire mal du monde.

Le sexe.

_J'en ai raz-le-cul ! Pesta Neville, choquant quelques jeunes Poufsouffles qui n'étaient pas habitués à entendre l'habituellement si poli Griffondor se mettre à jurer comme un charretier.

La tête quasiment plongée dans son assiette de champignons, Scath marmonna son assentiment. A côté d'elle, Amycus lui frottait le dos avec compassion, une teinte quelque peu crispée dans son sourire affectueux. Cédric se frappait lentement la tête contre la table.

_C'est la troisième ! La TROISIÈME ! Je ne dors plus, je ne mange plus, et J'EN. AI. MAAAAAARRE !

Trois grognements unanimes lui répondirent.

_A croire qu'il n'en a jamais assez… et puis sérieusement, pourquoi il nous les refourgue à nous ? Ce sont ses affaires, et il devrait laisser des élèves sérieux et responsables travailler EN PAIX !

_Je veux juste dormir, murmura Scath en fixant le vide. Juste… dormir… un peu…

_Ma vie est foutue, chuchota Cédric en sanglotant. Je vais vivre sous un pont et me nourrir de crottes de rats à jamais !

_Salut les enfants ! S'exclama une voix rayonnante. Vous allez bien ?

Les regards se tournèrent vers l'objet de tous leurs maux.

Harry Sovrano, radieux, leurs dédia son plus beau sourire.

_Je suis bien content d'avoir cours ce matin ! Nous avons Potions, c'est ça ? J'ai hâte ! Le professeur Rogue est un enseignant d'une qualité exceptionnelle après tout !

Scath sortit son couteau papillon, et lança un coup d'œil à Amycus.

Le jeune homme l'embrassa tendrement.

_Vas lui faire découvrir les sept cercles de l'enfer, angyalm.

_Merci mon chéri.

Scath se jeta sur Harry.

_TU VAS CREVER !

Neville, Cédric, Luna (qui venait de s'installer à la table), hochèrent la tête avec enthousiasme.

Harry se jeta hors de la Salle, courant pour sa vie.

Ginny, qui avait rejoint Luna, cligna des yeux.

_Qu'est-ce qui se passe ?

Soupir collectif.

_Harry est célibataire, résuma Neville.

Gros soupir collectif.

Les joues de la jeune fille devinrent rouge vif. Céli… célibataire ?

Cédric et Neville échangèrent un regard paniqué. NON !

_Procédure de désarmement de la bombe ! Commanda le Poufsouffle.

Aussitôt, l'adolescente se retrouva assise sur le banc, un verre de jus de citrouilles dans la main, Neville, Cédric et Luna devant elle, un air compatissant sur le visage.

_Chère, chère Ginny, commença Cédric en lui prenant la main.

_Avant toute chose, sache que la décision finale n'appartient qu'à toi et que nous ne nous y opposerons en aucun cas, poursuivit Neville en lui prenant l'autre main.

_Le vrai sage est celui qui apprend de tout le monde, dit Luna en opinant.

_Mais nous devons tout de même t'avertir.

_Car Harry n'est pas celui que tu crois !

Le ton de Neville était légèrement hystérique. Cédric l'appuya :

_Tu crois voir un jeune homme au physique attirant…

Ginny hocha la tête.

_Drôle…

Hochement de tête.

_Gentil…

Hochement de tête.

_Intelligent…

Hochement de tête.

_Détruit par une histoire d'amour tragique qui l'a amené à la recherche de quelqu'un qui pourra soigner ses plaies et lui faire redécouvrir le gout de la vie…

(Neville lança un regard admiratif à son ami, qui bomba le torse, très fier de sa phrase.)

Hochement de tête.

_EH BIEN NON !

Les trois jeunes gens avaient criés.

Ginny retint un sursaut.

_Car ce jeune homme si sympathique est en réalité le Diable incarné, murmura Neville, les yeux hantés.

_Il va te courtiser, te charmer, t'attacher…

_Tu ne demanderas qu'une chose : son cœur…

_Il te dira qu'il ne peut s'attacher, et qu'il n'est plus capable d'aimer…

_Il te dira qu'il ne cherche qu'une relation physique…

_Mais toi, persuadée de pouvoir le changer, tu diras oui…

_Et le soir, lorsqu'il t'entrainera vers son lit…

_Tu passeras la meilleure nuit de ton année…

_Mais le matin…

_Lorsque tu te réveilleras…

_Il ne sera plus là…

_Et détruite par le chagrin…

_C'est à nous que tu viendras te plaindre ! Ragea Cédric.

_ALORS NE L'APPROCHE PAS ! Conclut Neville en l'agrippant par les épaules, une lueur de démence dans les yeux.

Ginny déglutit.

_... Ok.

Les amis d'Harry (qui pour l'instant étaient plus les victimes d'Harry, mais c'est un détail), battirent des paupières, visiblement déstabilisé par la reddition de la Griffondor.

Laquelle haussa un sourcil.

_Il veut du physique. J'ai treize ans.

_Si seulement toutes les femmes de ce monde pensaient comme toi, se lamenta Neville.

_Et les hommes, rajouta Cédric.

Neville se figea.

_Ne me dis pas que-

_Est-ce que tu as vu la manière dont il regarde le popotin de Krum ?

Le Griffondor poussa un gémissement inarticulé.

_Si encore il n'y avait que les filles ! Mais s'il se met à coucher avec tout ce qui bouge, je ne survivrais jamais assez longtemps pour dominer le-

Il s'interrompit brusquement et toussota dans le creux de sa main.

_Bref. Mis à part ça, on mange ?

La tablée Poufsouffle le regardait avec suspicion.

_Tu es bien sûr au courant que tu ne peux pas devenir maître du monde, demanda lentement Cédric.

Neville opina très rapidement, les joues très rouges.

_Evidemment, c'est complétement impossible, il faudrait être idiot pour se dire ça, hahahaha-

_Ben oui.

_Bien sûr, bien sûr, après tout c'est un métier qui n'existe pas, babilla le Griffondor.

_Il existe, mais la place est déjà prise.

L'adolescent fixa Cédric avec des yeux ronds.

_... Hein ?

_Hannah Abott a signé avant toi, indiqua le jeune homme en pointant une silhouette à l'autre bout de la table. En première année. Et cette fille est effrayante. Tu n'y arriveras jamais vivant.

Neville loucha sur la jeune fille blonde, en surpoids, qui riait aux éclats. Soudain, elle se tourna, le regarda, fronça les sourcils, avant de lui dédier un sourire carnassier… et se remit à discuter avec ses amis comme si de rien n'était.

La couleur des joues de Neville faisait plus qu'honneur à sa maison.

De son côté, Cédric avait fermé les yeux. Il se mordit la lèvre, avant de se lever.

Il fallait qu'il parle à Harry.

.

sSs

.

Harry avait réussi à échapper à Scath.

Il n'était pas sûr d'avoir pu emmener sa dignité avec lui, mais il avait apprit à abandonner les batailles qu'il ne pouvait pas gagner.

Après une longue course-poursuite, il avait décidé de se cacher là où Scath ne penserait jamais à le trouver. Un endroit que même lui n'avait considéré qu'en tout dernier recours, et qui lui donnait des frissons rien qu'à y penser.

La salle commune des Griffondors.

Un regard glacial avait suffit à éloigner tout les élèves de lui, et il se terrait à présent dans la salle de bain des quatrièmes années, assit sur une cuvette des toilettes.

Qu'il était loin, le temps où il avait eu de l'honneur…

Tout de même, il avait du mal à comprendre pourquoi Scath lui en voulait à ce point. Et Cédric. Et Neville. Et Luna.

(Harry avait encore un peu de mal avec le fait que la Serdaigle puisse être en colère. Son regard noir allait probablement lui donner des cauchemars pendant les quatre-vingt prochaines années.)

(Et les proverbes. Merlin, les proverbes.)

(Son psy allait devenir riche.)

(Bref.)

Harry plongea sa tête dans ses bras, momentanément désespéré par la perspective de sa vie (et son usage de plus en plus fréquent des parenthèses mentales.)

(Oups.)

Quelqu'un toqua à la porte de ses toilettes.

Harry arrêta de respirer. Si c'était Scath, il était foutu. En revanche, si c'était une autre fille…

Il ouvrit. Il avait toujours aimé vivre dangereusement après tout.

Cédric battit des paupières en voyant que son jeune ami lui avait ouvert avec un sourire séducteur.

_... Tu dragues même dans les toilettes des Griffondors ? Fut sa première parole.

Le Serpentard se racla la gorge.

_L'amour n'a que faire du flot des ans ou du lieu, se justifia-t-il en tâchant de se donner un air convaincu.

Cédric haussa un sourcil.

_Et de toute manière, comment as-tu su que j'étais ici ? Et puis comment t'es entré ? Demanda rapidement Harry.

_J'ai le pouvoir.

Devant l'air mystérieux du Poufsouffle, Harry décida de ne pas en savoir plus. De toute manière, la dernière fois que Cédric avait sortit ce genre de chose et qu'Harry avait voulu en savoir plus, il s'était retrouvé pendu par un pied au toit le plus reculé de Poudlard, deux petites ailes de chauve-souris à la place des oreilles, et absolument aucun souvenir des trois jours précédents (si ce n'était le vague sentiment de dégout qui le prenait depuis à chaque fois qu'il voyait des olives.)

_Bon, ce n'est pas que j'adore papoter dans les toilettes des autres Maisons, mais tu ne voudrais pas qu'on sorte ? Interrogea Cédric en pointant la sortie du pouce.

Face à l'air suspicieux d'Harry, il leva les mains.

_Scath n'est pas là. En fait je pense qu'elle est allée défouler sa frustration sur Am-

_D'accordjetecrois, le coupa rapidement Harry qui n'avait absolument aucune envie de penser à la vie sexuelle de Scath.

Surtout avec l'Andouille.

Et même avec quiconque.

Voilà.

Cédric le regarda avec un sourire indéchiffrable alors qu'ils quittaient la salle commune des Griffondors –sous le regard à la fois effaré et résigné de ses habitants.

_On peut aller dans un endroit discret ? Proposa le Poufsouffle. J'ai quelque chose d'un peu difficile à te dire.

Harry fronça les sourcils.

_Je suis navré Cédric, mais je ne te vois que comme un ami.

Ledit ami leva les yeux au ciel.

_Tu brises mon cœur.

La répartie manquait de son sarcasme habituel, nota Harry. En fait, depuis qu'il était là, Cédric n'était pas comme d'habitude. Il avait l'air… nerveux.

_Ecoute, Harry…

Merlin. Ça s'annonçait très mal.

_Je ne voulais pas trop t'en parler parce que ça te ferait de la peine inutilement, mais après ton comportement des derniers jours, peut-être que ça t'aidera un peu…

Son comportement ? Quel comportement ?

_Et puis Scath pense aussi que ça t'aidera et honnêtement, je lui fais confiance sur ce genre de sujet…

Est-ce qu'il voulait parler de sa nouvelle passion pour les bonbons à la menthe ?

_J'espère vraiment que ça va t'aider à te remettre de, tu sais…

C'était très bon la menthe. Les filles adoraient son haleine en plus.

_Ne le prends absolument pas mal, ce n'est pas de faute, tu n'en savais rien, tu ne pouvais pas savoir…

Et lui-même devait avouer qu'il aimait beaucoup la sensation de fraîcheur que ça apportait à sa bouche.

_Cho s'est mise avec toi parce qu'elle avait des sentiments pour moi et qu'elle voulait me rendre jaloux. Je pensais qu'elle avait dépassé ça, mais elle m'a dragué il y a deux semaines, et je l'ai rembarré une bonne fois pour toute en lui disant que si elle continuait, j'allais t'avouer la vérité.

Et quand il buvait de l'eau-

Une main déversa un seau d'eau froide métaphorique sur l'adolescent.

_Quoi ? Murmura Harry.

Cédric baissa les yeux.

_Je suis désolé.

Quand Cho avait quitté Harry, il avait été dévasté. Il avait décidé de l'ignorer. D'ignorer combien il avait mal, combien ses tripes, ses poumons, son cœur brulaient, toujours, tout le temps- il avait tout ignoré.

Il pouvait ignorer la douleur qui disait que Cho l'avait quitté parce qu'elle ne l'aimait plus. Parce que ça arrivait. Parce qu'il y avait une chance (une toute, toute petite chance) qu'elle recommence à l'aimer de nouveau. Parce qu'il pouvait attendre.

Il ne pouvait pas ignorer la douleur qui disait que Cho ne l'avait jamais aimé.

Et pire, pire que tout, que tout le monde le savait.

Au loin, il lui sembla entendre un bruit de verre brisé. Il comprit que c'était sa dignité, son amour propre et ses sentiments qu'on piétinait.

_Depuis quand ? Demanda-t-il.

Sa propre voix lui semblait creuse et distante, comme si c'était quelqu'un d'autre qui parlait.

_Depuis quand est-ce que tu le sais ?

Cédric déglutit.

_Le bal de Noël.

Le début. Il savait depuis le début. Et il lui avait mentit.

_Tu as parlé de Scath. Elle savait aussi ?

Le silence chuchota à Harry tout ce que Cédric ne voulait pas exprimer.

Ils savaient tous. Ils l'avaient regardé tomber amoureux en sachant que ça ne durerait jamais. Ils l'avaient regardé être vulnérable en riant. Ils l'avaient regardé s'enfoncer en lui souriant et en lui disant qu'ils étaient ses amis. Même Scath.

Surtout Scath.

Scath qui était sensé être là, qui devait l'aimer, qui devait le supporter, et qui devait être la seule personne à qui Harry aurait pu confier sa vie.

Scath l'avait trahie.

Encore.

_Harry-

Une main sur son épaule. Il la chassa sans prendre garde à dissimuler sa force. Le gémissement de douleur de Cédric l'informa qu'il tenait son poigner un peu trop brutalement. Harry lâcha la main du Poufsouffle. Il ne le regarda pas.

_Vas-t-en, souffla-t-il.

_On peut en parler, je suis-

_VAS-T-EN !

Une vague de magie déferla hors d'Harry repoussant le Poufsouffle contre la porte, qui craqua sous l'impact.

Cédric haleta. Harry le regarda, stupéfié par ce qu'il venait de faire.

Il y avait de la peur dans les yeux si bleus de son ami.

Le jeune homme partit sans un mot. Harry ne chercha pas à le retenir.

Ses jambes cédèrent.

Dans la salle de classe vide, il n'y eut personne pour l'entendre pleurer.

.

sSs

.

Helmett s'étira en marchant dans le couloir, entouré de Ron et Hermione.

_C'était chiaaaaaant, grogna-t-il. Je déteste l'Histoire de la Magie !

Hermione lui jeta un regard irrité.

_J'espère que vous avez écouté tous les deux parce que je ne vous passerais plus mes cours, menaça-t-elle.

Immédiatement, ce fut la panique à bord.

_Hermione, je t'en prie, je t'en supplie, ne fais pas ça ! Débita Ron en joignant ses mains et en tentant de prendre une expression attendrissante. Tu sais que nous avons besoin de ta sagesse, de ton expérience, de ta-

La jeune fille leva les yeux au ciel.

_Non. Vous devrez vous débrouiller tous seuls pour le prochain devoir !

_Mais Helmett doit préparer la Troisième Tâche ! Il n'aura jamais le temps de tout faire s'il veut rester en vie !

Helmett approuva avec conviction. Hermione haussa un sourcil.

_Est-ce que tu as au moins commencé à y réfléchir ? Demanda-t-elle.

Prit de cours, le Griffondor se gratta la tête.

_Euh… oui ?

Cela lui valut une claque sur le crâne.

_Tu vas devoir t'y mettre avec sérieux ! Pesta Hermione. La dernière épreuve va forcément être compliqué, tu dois te préparer !

Le jeune homme leva les yeux au ciel.

_Relax, je le ferais. Et puis, les deux autres Tâches se sont plutôt bien déroulées non ?

Il sourit devant son air dubitatif.

_T'inquiéte Hermione. Je suis sûr que tout ira bien !


.

A suivre...

Les remarques pas constructives de l'auteure :

-Héhéhé.

*Pumkin out.*

Reviews ? Alleeeeeez !

A la prochaine pour... la troisième Tââââââche !

Signé : La folle

PS : non, pas de remarques constructives. Mon cours d'économie me pompe beaucoup trop le cerveau pour ça u.u