J'étais sur ma lancée alors j'ai traduit un autre chapitre ! N'oubliez pas de commenter !

Eileen pouvait voir qu'ils ne la soutenaient pas vraiment dans son idée et elle pouvait les comprendre. Cette comédie musicale était une grande partie de leurs vies, alors que pour elle c'en était juste une parmi tant d'autres. Toutefois elle était particulièrement attachée à celle-là et elle ne savait pas vraiment pourquoi. Peut-être que c'était les personnes travaillant dessus, ou la confiance qu'ils avaient eu en elle quand tout le monde abandonnait le navire à cause de son divorce, ou alors juste parce qu'il y avait quelque chose à propos de Marilyn à laquelle elle ne pouvait pas résister... Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver ce spectacle et pour ce faire elle avait besoin de gérer tout ça à sa façon.

"J'aimerais que cette conversation reste privée, si ça ne vous dérange pas. Donc pour ceux qui sont dans une relation avec un des acteurs, vous ne pouvez rien leur dire." Tom fut le seul à hocher la tête, peut-être parce qu'il était le seul dans une relation officielle. "En fait cela s'adresse à vous tous, pas seulement à Tom. Je n'arrive pas à croire que vous sortez tous avec des membres de la production !"
"Je ne sors pas avec un membre de la production !" Julia protesta rapidement. Pourquoi tout le monde pensait-il ça ?
"Voyons, Julia. Ne nous prends pas pour des idiots !" Apparemment Derek le pensait aussi. Eileen acquiesça et Tom ne dit rien. Pas vraiment le soutien qu'elle attendait.

"Je ne dirai rien sur l'arrêt du spectacle, si c'est ce que vous voulez entendre. Et puisque qu'il me semble qu'il n'y a rien d'autre dont nous avons besoin de discuter, je vais vous laisser parler de quelque chose qui n'est pas vrai, papotez autant que vous voulez mais juste pas devant moi." Et elle se dirigea rapidement vers la porte, énervé de voir que personne ne semblait la croire.

Ils avaient peut-être raison, peut-être qu'elle était dans une relation avec Michael, même s'ils n'avaient pas vraiment agi comme s'ils l'étaient depuis qu'elle avait rompu avec Frank, ou du moins pas comme ils l'auraient voulu.

Pendant qu'elle pensait à tout celà, l'écran de son téléphone s'illumina et elle vit un sms de Léo. Apparemment il avait oublié son livre d'histoire à la salle de répétition quand elle l'avait invité à venir voir où ils en étaient avec le spectacle. Elle l'avait beaucoup vu récemment mais elle n'aimait pas le fait qu'elle n'avait toujours pas de maison dans laquelle l'accueillir. Frank était d'accord pour qu'il passe une semaine sur deux chez elle mais seulement une fois que son appartement serait prêt. Elle avait pensé que cela serait difficile de le convaincre mais il voulait vraiment faire ce qui était le mieux pour Léo, même s'il était toujours fâché contre elle.

Elle regarda sa montre. Il était 21 heures. Cela serait probablement difficile de rentrer dans la salle de répétition mais elle l'avait déjà fait une fois, cette fameuse nuit, et elle ne voulait pas que Léo ait des problèmes à cause d'elle. Il avait l'air d'avoir vraiment besoin de ce livre.

Etonnamment cela n'avait pas vraiment été difficile de rentrer dans le bâtiment. Toutes les portes étaient déverrouillées. Alors qu'elle marchait dans le couloir elle pouvait entendre des voix et des rires venant de l'intérieur. Quand elle ouvrit la porte, elle eut la surprise de voir Ivy, Karen, Michael et beaucoup d'autres membres de la production assis par terre avec beaucoup de bouteilles à leurs côtés. Ils avaient apparemment déjà beaucoup bu. Ils la regardèrent tous quand elle entra dans la pièce et la saluèrent avec de grands sourires. Ivy marcha vers elle, se balançant un peu sous l'effet de l'alcool qu'elle avait déjà ingurgité. Elle mit son bras autour des épaules de Julia et leva sa bouteille.

"A notre talentueuse parolière qui a probablement elle aussi perdu son travail !"
"A Julia !" Ils levèrent tous leurs bouteilles et prirent une grande gorgée.
Elle leva les sourcils. "Ivy, de quoi tu parles ?"
"On sait qu'ils arrêtent le spectacle."
"Comment vous savez ?" Elle ne voyait pas l'intérêt de leur mentir, puisque de toute façon ils avaient déjà l'air au courant et, même s'ils ne l'étaient pas, ils le seraient le lendemain matin.
"C'est le monde du spectacle. Les nouvelles voyagent vite."
"Et bien, je ne sais pas ce que vous avez entendu exactement mais c'est juste temporaire et vous gardez tous vos emplois."
"On verra bien... Mais ce soir on se saoûle !" Et ils prirent tous une autre gorgée.

Elle reçut un nouveau sms de Léo. Il avait trouvé le livre dans sa chambre. Apparemment c'était un grand bazar et il était désolé qu'elle ait fait tout le chemin pour rien.

Ivy lui tendit une bouteille. "Tu veux te joindre à nous ?"
Julia considéra refuser l'offre et retourner à l'appartement de Tom mais elle était d'humeur à boire. Cela faisait longtemps qu'elle n'en avait pas eu l'opportunité. Elle attrapa donc la bouteille et alla s'asseoir où Ivy l'amenait, entre Michael et Karen. Ce n'était probablement pas l'endroit qu'elle aurait choisi mais cela n'avait pas d'importance. Elle sentait qu'après quelques verres cela lui semblerait plus normal.

Elle se pencha vers Karen, faisant en sorte que personne d'autre ne puisse entendre ce qu'elle avait à dire.
"Ce n'est pas un problème qu'Ivy boive autant après... l'accident avec ses médicaments ?"
"Ne vous inquiétez pas, je fais attention à elle. On ne peut pas l'empêcher de s'amuser un peu."
"Quand est-ce que vous êtes devenues amies ?"
"Aucune idée, et je ne pense pas qu'on soit vraiment amies. Mais on finit toujours ensemble donc j'imagine qu'on appris à se soucier l'une de l'autre. Mais tout ce que je vous dis maintenant est probablement juste dû à l'alcool. J'ai tendance à devenir un peu sentimentale quand je bois..."

Julia était un peu rassurée. Karen avait l'air d'avoir la situation bien en main, donc la parolière n'avait pas besoin de garder un oeil sur Ivy, même si elle se sentait un peu obligée de la surveiller à cause de Tom. Si quelque chose arrivait à Ivy il serait vraiment malheureux, et c'était bien la dernière chose qu'elle voulait voir arriver.


Quelques heures plus tard elle ne pouvait même plus se rappeler combien elle avait bu. Elle se sentait maintenant tout à fait à l'aise avec sa tête posée sur l'épaule de Michael. Elle avait oublié à quel point il pouvait être marrant.

"J'ai oublié de te demander, comment ça s'est passé avec Monica hier soir ?"
"Cela aurait pu mieux se passer." Il la regarda droit dans les yeux et hésita quelques secondes. "Elle pense qu'on couche ensemble."
"Derek et Eileen pensent aussi qu'on couche ensemble. Léo aussi... du moins je pense."
Ivy avait apparemment entendu ce qu'ils disaient parce qu'elle se tourna soudainement vers eux et s'exclama : "Quoi ? Vous ne couchez pas ensemble ?" Elle mit l'accent sur la négation.
Les quelques personnes à côté d'eux se retournèrent. Ils avaient eux aussi l'air surpris.

Michael et Julia se regardaient toujours dans les yeux. Leur regard devint plus intense. Ils essayaient de voir s'ils pensaient la même chose. Pourquoi devaient-ils affronter les conséquences de quelque chose qu'ils n'avaient pas fait ? Leur raisonnement et les conclusions qu'ils en tirèrent étaient probablement dûs à l'alcool mais à ce moment-là cela semblait très sensé. Julia se leva maladroitement.

"Je dois aller aux toilettes."
Elle n'avait pas décroché ses yeux de Michael et c'était facile de deviner où elle voulait en venir. Il se leva rapidement et la suivit. Ils n'avaient dupé personne mais ils s'en fichaient complètement. Quand ils quittèrent la pièce ils auraient pu entendre les rires et les sifflements venant des membres de la production s'ils n'avaient pas été aussi concentrés l'un sur l'autre. Elle prit sa main et le guida jusqu'aux toilettes de l'autre côté du couloir. Ils claquèrent la porte derrière eux et leurs lèvres se rencontrèrent avec toute la passion qu'ils avaient ammassée ces dernières semaines. Leur baiser devint de plus en plus passionné. Ils rêvaient de cela depuis longtemps et ils étaient heureux de pouvoir enfin franchir la barrière qu'ils avaient dressée entre eux. Ils ne se sentaient plus si saoûls que ça. En quelques minutes leurs mains étaient partout et leurs habits bien vite oubliés.

Ils finirent par revenir dans la salle de répétition. Julia portait le T-shirt de Michael et il était torse-nu. Il était tard donc tout le monde était parti, à l'exception de Karen et Ivy qui étaient en train de quitter la pièce ensemble. Julia rougit légèrement, elle avait pensé qu'ils seraient seuls. Mais les deux filles ne firent aucun commentaire, elles se contentèrent de leur sourire et partirent. Maintenant ils étaient vraiment seuls. Seuls avec les bouteilles vides.

Ils regardèrent autour d'eux et remarquèrent le canapé. Cela serait toujours leur canapé. Michael leva un sourcil d'une manière suggestive, la mettant au défi. Le relevant aussitôt, elle lui sourit et retira son T-shirt. Il n'hésita pas une seconde avant de la soulever et de la porter vers le fameux canapé, se souvenant de cette nuit quelques mois auparavant, qui resterait à jamais gravée dans leur mémoire.


Le matin suivant ils furent réveillés par quelqu'un entrant dans la pièce. C'était Derek et il avait la robe de Julia dans ses mains. Il l'avait probablement trouvée dans les toilettes. Cependant il ne s'attendait pas à les trouver tous les deux nus sur le canapé parce qu'il laissa échapper un cri de surprise quand il les vit.

"Oh mon dieu, Julia ! Je croyais que tu ne sortais pas avec un membre de la production !" Il avait vite retrouvé son sourire moqueur.

Elle ne prit même pas la peine de répondre. Elle chercha du regard ses habits et rougit fortement quand elle vit que Derek tenait sa robe. Michael cherchait aussi ses habits mais ils étaient plus près donc il s'habilla rapidement pendant que la parolière mit de côté ce qui lui restait de fierté et marcha vers Derek, qui ne cachait pas le fait qu'il appréciait la vue qu'elle lui offrait, pour récupérer sa robe. Michael le remarqua et regarda sévèrement Derek. "Ne te dérange surtout pas !"

Derek leva les yeux au ciel. Julia attrapa brusquement sa robe et glissa rapidement dedans.
La situation était déjà gênante mais cela aurait été bien pire si tout le monde était entré dans la pièce en même temps. Pour une fois elle était contente que Derek soit en avance. Elle savait qu'il n'était pas du genre à juger.

Sa tête était lourde et son esprit brumeux et elle pouvait voir que Michael n'était pas non plus au top de sa forme. Avoir la gueule de bois n'était pas vraiment la meilleure sensation du monde. Mais elle n'avait aucun regrets à propos de ce qu'il s'était passé la nuit dernière.