Bonjour !

J'ai commencé ce OS parce que, ce matin, une amie m'a mise au défi d'écrire un OS avec juste 500 mots par chapitre. J'ai accepté, et voilà ce que ça donne...

PS (Petit Secret): En fait, ce chapitre compte 502 mots...

Chapitre 1 : Injustice

-Mes chers fils, nous accueille mon père,une moue de contentement sur le visage.

Je hais cet air satisfait qu'il prend dès que l'un de nous entre dans son champ de vision. À l'en croire, nous sommes "sa plus belle réussite". Je hais cette expression, pour la simple et bonne raison qu'elle nous englobe tous les quatre, nous met dans le même sac, nous fait perdre notre personnalité, la multitude de petites choses qui font que nous sommes ceux que nous sommes...

En fait, mon père fait tout pour oublier que nous sommes différents.

Que JE suis différent.

Je ne lui ressemble pas, pas plus qu'à mes cadets.

Eux sont de parfaits clones, semblables en tous points à notre géniteur, partageant jusqu'à ses convictions les plus intimes.

Ils ont tous des cheveux bruns clairs, des yeux noisettes, une figure anguleuse, une bouche fine, presque féminine, qui tremble au moindre mécontentement. Ce ne sont qu'une bande de lavettes, tout juste bons à laver le sol.

Moi, je ne suis pas une réplique conforme. J'ai une stature plus imposante que la leur, mes cheveux sont plus foncés et mes yeux sont sombres, presque noirs. Et puis, je suis capable de manier n'importe quelle arme sans être un véritable danger publique.

C'est parce que je suis plus fort, plus loyal, plus rusé, plus apte au commandement, que mon père, craignant que mes frères ne me jalousent (ce que les "précautions" paternelles ne les empêchent pas de faire), nous réduit à ses quatre fils, sans jamais nous différencier autrement que par nos prénoms.

Parlons-en, de nos prénoms ! Des dénominations imbéciles, commençant toutes par la même lettre : Edern, Edvard, Eozen, Ewen.

Très original, n'est-ce pas ?

Nos vassaux ne se donnent même pas la peine de nous nommer ainsi, ils se contentent des "quatre fils MacHigh". Encore une preuve de cet anonymat qui m'étouffe...

Mais, quand je gouvernerai, tout cela changera. On connaîtra mon nom dans tout le pays, il sera craint et respecté. JE serai craint et respecté.

-...Je vous ai réuni aujourd'hui pour vous entretenir d'une affaire de la plus haute importance.

Alignés en rang d'oignon face au trône, nous avons une vue panoramique idéale sur notre père et souverain, qui, pour le moment, tousse à cause d'un mauvais rhume. Nous retenons tous notre souffle, attendant impatiemment qu'il reprenne la parole.

-Comme vous le savez, mes chers fils, je commence à me faire vieux...

Une seconde quinte de toux s'empare de lui. À croire qu'il va cracher ses poumons.

-Il est donc temps, réussit-il à dire en reprenant son souffle, que je vous laisse ma place.

Vous ? Que veut-il dire par là ?

-J'ai décidé de partager le royaume entre vous quatre.

Quoi ?! Mais il n'a pas le droit !

Je suis l'aîné, la souveraineté me revient. "Primogéniture", que ça s'appelle dans les lois.

Un vieux barbon moribond ne peut pas changer sur un simple coup de tête une phrase écrite dans un livre depuis des siècles !