Koyuki : Il y a très longtemps (ou pas) dans un vieux château perdu au milieu de nul part, vivait un prince qui avait tout ou presque pour réussir. En effet il était riche, possédait des vastes et magnifiques terres mais surtout il était bien fait de sa personne physiquement.

Rhadamanthe : Oui vas y, rajoute du cirage!

Koyuki : Mais ce prince était d'un égoïsme profond et n'était jamais satisfait, menant la vie dur à ses pauvres serviteurs, n'ayant d'attrait que pour son apparence...

Rhadamanthe : Mais euh ce n'est pas ma faute si je suis le plus beau !

Serviteurs : Mon dieu... Aidez nous !

Koyuki : Ne vous inquiétez pas ça vient ! C'est alors que, comme de par hasard, une vieille femme repoussante vint frapper à la porte du château, réclamant un gite pour la nuit en échange d'une simple rose. Bien évidemment le prince refusa.

Rhadamanthe : Non mais y a pas écrit "Chambre d'hôtes" ici alors dégage ! Il y a un hôtel Ibis à même pas dix minutes ! Et puis qu'est ce que j'en ai à faire d'une rose !

Koyuki : Mal lui en prit car à ses mots, la vieille se changea en une magnifique jeune femme. Horrifié, notre prince tente désespérément de se faire pardonner...

Rhada : Ah Pandore-sama ! Je ne savais pas que c'était vous !

Pandore : En même temps vu le super costume...

Koyuki : Hum passons les commentaires. Toujours est-il que malgré les supplications du prince qu'on sent un peu hypocrite sur les bords, la jeune femme lui jeta une malédiction !

Pandore : Espèce de méchant ! Pour m'avoir jeté comme un simple spectre, je te condamne à porter une armure qui masquera ta beauté et te rendra d'une cruauté bestiale !

Serviteurs : Ouais ! Merci madame !

Pandore : Silence bande de crétins ! Pour votre peine, je vous transforme en objet !

Serviteurs : NNNNNNNNNNOOOOOOONNNNNNNNNNN !

Pandore : Nyark Nyark ! Et pour rompre ce terrible sortilège, il faudra que toi Rhadamanthe tu te fasses aimer d'une personne d'un amour sincère avant que le dernier pétale de cette rose ne tombe !

Koyuki : Et elle disparu mystérieusement, laissant le prince triste et sans espoir dans sa nouvelle apparence. Une haine sourde semblait l'avoir envahi. Son château devint sombre et lugubre, plus personne ne vint lui rendre visite. Les serviteurs désespéraient de retrouver une apparence normale.

Serviteurs : Non mais comment tu veux que quelqu'un tombe amoureux d'un type aussi égocentrique et imbu de sa personne ?

Rhadamanthe : Hé ho les esclaves ! Retournez à votre boulot ou le prince imbu de sa personne vous bouffe, objets ou pas !

Serviteurs : Oh oh ! Tout de suite maître !

Rhadamanthe : Ah quand même ! Mais comment je vais faire moi ? Elle en a de bonnes blagues Pandore, comment je vais faire moi ?

Koyuki : Il regarda la rose avec tristesse. Puis il se fixa dans le miroir. Le choc fut rude. Il ne ressemblait plus à rien. Il brisa le miroir, tous les miroirs, déchira chaque portrait de lui. Il le savait, aucune chance que tout ne redevienne comme avant. Car qui en ce monde serait capable d'aimer une bête ?

Koyuki : Dans un petit village relativement proche vivait un jeune homme d'une grande beauté. En hommage à son physique charmant, on l'appelait Kanon (quel niveau dis donc). Il vivait tranquillement avec son frère Saga. Ils étaient heureux l'un comme l'autre. Saga s'occupait de toutes les tâches ménagères (on y croit) et son jeune frère allait au marché faire les courses où il suscitait une énorme admiration de la part de la gente féminine et masculine...

Femmes du village : NYYYYYYYYAAAAAAAAHHHH ! Il est trop mignon !

Kanon : Ah merci c'est gentil !

Hommes du village : Oh mais c'est une bombe ce gars !

Kanon : Non mais là vous faites peur les gars...

Hommes du village : Imagine si c'était une fille...

Kanon : Euh... On va entrer dans la librairie hein...

Koyuki : Kanon entra donc dans la librairie où se trouvait un libraire fort sympathique qui le conseillait à chaque fois dans ses lectures...

Shiryu : Bonjour Kanon ! Tu veux quoi aujourd'hui ?

Kanon : Il n'y aurait pas des livres sur la schizophrénie ? Vous savez pour mon frère...

Shiryu : Ah oui je vois... Que dirais-tu de celui là ?

Kanon : Hum... Il a l'air pas mal !

Shiryu : Si tu l'aimes tellement je t'en fais cadeau !

Kanon : C'est vrai ? Merci, Merci infiniment ! *s'en va* (NDA : les deux répliques précédentes viennent vraiment de la belle et la bête).

Koyuki : Donc notre jeune homme s'apprêtait à rentrer chez lui voir son frère qui souffrait d'un dédoublement de personnalité assez disons embêtant. Mais au détour d'une rue, il croisa la célèbre chasseuse Saori accompagnée de toute sa petite bande de fidèles. La jeune femme était adulée par tout le village et elle rêvait d'épouser Kanon, ce qui n'était pas du gout de l'intéressé...

Saori : Oh mais c'est Kanon ! Toujours aussi mignon !

Kanon : (Hé zut encore elle) Bonjour... *essaie de se barrer le plus vite possible*

Saori : Hé ne t'en vas pas comme ça chou ! Tu connais ma réputation à travers le village ? Parmi toute la gente masculine, c'est toi que j'aimerais épouser !

Kanon : Et ma réponse ne changera pas : C'est non ! Il faut que j'aille retrouver mon frère !

Saori : Oh mais laisse le tomber ! Il est complètement malade !

Fidèles de Saori : *rire débile*

Kanon : Je vous interdis d'insulter mon frère ! Il vaut mieux que n'importe lequel d'entre vous ! *s'enfuit chez lui*

Saori : Bouhouhou ! Il a encore refusé ma demande en mariage !

Seiya : Ne vous en faites pas Mademoiselle ! Personne ne peut résister à votre charme !

Saori : C'est vrai ça ?

Seiya : Mais oui, vous êtes sublime !

Saori : Merci ! Rentrons en attendant une nouvelle occasion de séduire Kanon !

Fidèles de Saori : Oui, beauté céleste ! ?

Koyuki : Et ils s'en allèrent tandis que Kanon venait d'arriver chez lui où il retrouva son cher frère Saga. Mais ce dernier était monté sur Hagen, leur cheval et semblait prêt à partir, ce qui surprit notre jeune héros (faut-il dire héroïne ?).

Kanon : Mais qu'est ce que tu fais Saga ?

Saga : Je dois me rendre dans une ville toute proche qu'on appelle Rodorio ou quelque chose dans le genre. On raconte qu'il existe un remède contre la schizophrénie là-bas.

Kanon : Tu t'en es dont rendu compte...

Saga : Oui et je ne veux plus que ça t'embête alors j'y vais !

Kanon : Tu vas me manquer grand frère !

Saga : On se reverra bientôt ! Mais surtout fais attention à Saori !

Kanon : Compte sur moi ! Prend soin de toi ! (Garnier !)

Koyuki : Et Saga partit, chevauchant Hagen en direction de l'endroit où on pourrait le guérir. Kanon eut un mauvais pressentiment en le voyant disparaître mais le chassa de son esprit. Au bout d'un demi- heure de route, en effet, Saga se perdit dans une grande forêt.

Saga : Tiens c'est bizarre, il fait super sombre d'un seul coup...

Hagen : Ah Baka ! On est paumé maintenant !

Saga : Hé y a pas écrit GPS sur ma tête !

Hagen : C'est pas ma faute non plus ! Mais c'est normal les grands yeux qui nous fixent dans le noir ?

Saga : Ben techniquement non...

Hagen : Je me disais aussi...

Koyuki : Et pendant que Kanon dormait tranquillement, son frère et son cheval venaient de se perdre dans une immense forêt avec un terrible danger qui allait leur tomber dessus...