Chapitre 3 : Son nom est Pandora !

Presque deux jours s'étaient écoulés depuis l'arrivée de cette inconnue à bord du Thousand Sunny. Elle n'avait pas une fois ouvert les yeux, trop épuisée et en besoin de forces pour ne cesser de dormir. Ses plaies se refermaient peu à peu et ses ecchymoses se résorbaient, tandis que son visage retrouvait une expression de paix. Parfois elle s'agitait dans sommeil, grimaçant et serrant les poings, luttant contre un mauvais rêve. Parfois un sourire s'esquissait sur sa bouche délicate, fruit d'un souvenir heureux ? Ce qui était sûr, c'est qu'elle était entre de bonnes mains. De tout l'équipage Sanji était, sans surprise, le plus présent à son chevet. Et lorsque l'heure était venue pour lui d'aller préparer le repas, il ne cédait sa place qu'à Nami ou Robin, et surtout pas à un autre homme ! Quand Chopper n'était pas en exploration dans la forêt environnante, il était bien sur auprès de la belle, surveillant sa guérison et étudiant les plantes ramassées.

Il n'y eut aucun incident pendant ces deux jours d'arrêt. Cependant Nami avait hâte de reprendre la mer, ne se sentant pas en sécurité près de cette île, qui sait habitée par cet oiseau inquiétant. Pourtant elle ne pouvait pas revenir sur ses mots, elle avait promis à Chopper qu'ils ne partiraient pas avant le réveil de cette femme. Maintenant tout ce qu'elle espérait, c'est qu'elle sorte de sa torpeur au plus vite. Cette peur silencieuse émanant de la navigatrice était partagée avec Usopp, éternel effrayé. Robin, au contraire, était plutôt heureuse ici. Ces derniers temps on la voyait très peu, trop occupée à contempler l'île dans son intégralité, et c'est avec une grande satisfaction qu'elle revenait le soir au bateau, son carnet de dessins mis à jour.

« C'est vraiment magnifique. Cette île recèle des spécimens d'animaux et de végétaux uniques en leurs genres. Malheureusement pour moi, aucune ruine ou vestige ancien à étudier…» dit Robin. «Je suis en train d'étudier certaines plantes. L'une d'elles est très intéressante, et je pense aller en chercher davantage avant notre départ.» dit fièrement Chopper. Le visage de Nami prit une expression de profonde tristesse. C'est d'ailleurs elle qui fut chargée par le médecin de bord de surveiller l'état de santé de l'inconnue en son absence. Et puis quoi encore, la navigatrice avait bien d'autres choses à faire que de rester à son chevet ! Elle devait finir de compléter le journal de bord, devait prendre certaines mesures quant à la météo changeante des environs, et aussi estimer le trésor ramené de Thriller Bark. Et Sanji, qui voulait avoir l'exclusivité de rester auprès de cette femme était occupé aux cuisines, pourquoi n'était-il jamais là quand on avait besoin de lui ? Exaspérée par cette situation, elle demanda à la première personne qu'elle voyait de prendre sa place.

«Hey Brook ! Tu peux pas venir surveiller la fille à ma place s'il te plait ? J'ai autre chose à faire.» dit-elle. Le musicien s'arrêta de jouer de son violon. «Avec plaisir ma chère Nami, mais avant aurais-tu l'extrême obligeance de mon montrer ta…» Il ne put terminer sa phrase à cause du coup de pied magistral de cette dernière, asséné en pleine tête. «Pas question, espèce de vieux squelette pervers !» hurla-t-elle. «Que tu es rude !» lui répondit-il tout simplement, une énorme bosse se formant sur son afro (un mystère parmi tant d'autres…). Sur ces mots il se releva tandis qu'elle partait, en colère. Il rangea son violon dans son étui et l'appuya contre le mât. Il dirigea son regard vers la porte de l'infirmerie, et marcha dans sa direction. Sa main osseuse vint tourner la poignée, tremblante. Il resta un instant figé, comme ayant peur d'entrer et de déranger. Il finit pourtant par pousser la porte, et entra dans la pièce.

Elle était là, dormant paisiblement. Une perfusion de saline était piquée dans son avant bras là où ses veines bleutées juraient avec la blancheur de sa peau, recouverte à plusieurs endroits de pansements et de bandages. Le rythme de sa respiration était calme et régulier comme le trahissait les mouvements de sa poitrine généreuse, dont les plaies commençaient à cicatriser. Les muscles déjà disparus du squelette se détendirent à la vue d'un sommeil si serein, lui qui craignait de devoir aller chercher Chopper en urgence si elle se trouvait de nouveau près de la mort. Pour lui, et vu sa condition, la vie était trop précieuse. Les orbites vides de Brook se posèrent sur la petite table de chevet au bord du lit : sur celle-ci se trouvaient les deux saïs en argent, seule possession de cette femme. Le musicien admira les détails des gravures sur la lame, des arabesques de toute beauté, colorés de noir et faits avec la plus grande délicatesse. Ces armes étaient vraiment uniques en leur genre, et devaient sans doute valoir beaucoup. Cependant, une chose fit que ces saïs devaient surtout avoir une valeur sentimentale pour leur propriétaire, en effet, un prénom était gravé sur les deux lames. «Anne…» murmura Brook. Etait-ce le prénom de cette femme ? Ces armes lui ont peut-être été offertes, ou alors était-ce un héritage d'une parente. La curiosité du musicien fut encore une fois piquée au vif, de tous les membres de l'équipage, mis à part Sanji, il devait être le plus curieux à propos de cette inconnue.

Brook fut tiré de sa rêverie par un gémissement à peine audible. Il se retourna et commença à paniquer : elle se réveillait ! Bien qu'il n'aye plus de peau, il suait à grosses gouttes, et ses dents claquaient de peur. Il ne savait pas du tout quoi faire ni quoi lui dire, et qu'est ce qu'elle fera quand elle le verra ? Après tout, ce n'était pas tout les jours que l'on pouvait voir un squelette vivant doté d'une imposante afro. Et la plupart des gens prennent peur en le voyant, même les chapeaux de paille ont eu peur de lui lors de leur première rencontre. Elle tourna la tête dans sa direction et cligna des yeux. S'il avait pu, il se serait enfuit à toutes jambes, mais sa curiosité étant plus forte il resta parfaitement immobile. A la vue du squelette, elle tressailli légèrement, mais ne semblait pas plus effrayée que ça. Au contraire, un faible sourire se dessina sur son visage, et vint faire rosir ses pommettes dont l'une portait encore une balafre violacée, ce qui n'altérait aucunement son charme. Elle parla d'une voix minime, mais néanmoins compréhensible. «C'est vous que j'ai vu la dernière fois, non ?» Ce fut au tour de Brook de tressaillir. « Hem… Oui, en effet.» Malgré son inconfort, il se ressaisit vite, il était un gentleman après tout. Son sourire ne s'effaça pas après cette réponse hésitante.

«Où suis-je donc ? Et si je puis me permettre, qui êtes vous ?» demanda-t-elle. «Nous sommes à bord du Thousand Sunny, le navire des pirates au chapeau de paille. L'équipage et moi-même vous avons trouvé grièvement blessée dans la forêt et nous vous avons ramenée et soignée. Je me présente, Brook, sac d'os ambulant, musicien et second bretteur de cet équipage. C'est un plaisir…» dit-il avec une petite révérence et son chapeau levé. Elle essaya de se relever en position assise, et y arriva péniblement malgré l'aide que lui proposait le squelette. «Enchantée Brook, je m'appelle Pandora.» lui répondit-elle.

«Venez voir, elle est réveillée !» cria la petite voix de Chopper à l'intention de tout l'équipage. Rapidement, ils vinrent rejoindre Brook et s'agglutinèrent dans la pièce. La réaction de Sanji ne se fit pas attendre quant il découvrit le musicien à la place de Nami. «Dis-donc Brook, qu'est ce que tu fous là ? C'est à Nami que j'avais cédé ma place !» Il s'apprêtait à le frapper quand il fut retenu par Nami elle-même. «Laisse tomber, Sanji.» Après ce petit argument, Luffy s'avança vers elle.

« C'est cool que tu sois réveillée. Moi, c'est Luffy. Comment tu t'appelles ?» Lui demanda-t-il avec un grand sourire. «Pandora. Vous devez être le capitaine, je suppose ?» Il acquiesça et lui présenta tour à tour les membres de son équipage. Tous lui parurent d'une grande gentillesse malgré leur condition de pirates, ce qui la rassura. «Que t'es-t-il donc arrivé ?» demanda Zoro, le visage grave. Elle considéra un instant sa question, son sourire s'évanouissant. Enfin, elle prit une grande inspiration et répondit : «Et bien, c'est une longue histoire. Il y a cinq ans, mon frère cadet a disparu sans laisser de traces. Lui et moi étions inséparables et, accablée par le chagrin, je me suis mise à sa recherche. Pendant ces cinq années je l'ai cherché sur les quatre mers ainsi que sur la première moitié de Grandline. C'est ainsi que j'ai retrouvé sa trace quelques semaines plus tôt, sur une île située à l'ouest du Triangle de Florian, il était entouré de pirates. Je me suis donc clandestinement embarquée à bord de leur navire, et j'ai attendu le moment propice pour aller le chercher. Malheureusement, je me suis fait attraper et ils m'ont appris ce qu'il en coutait aux clandestins de s'introduire sur ce bâtiment. J'ai eu beau me défendre, à la fin ils avaient gagné l'avantage.» Elle regarda un instant ses nombreuses blessures. «Avant qu'ils ne puissent m'achever, j'ai réussi à m'échapper et à venir jusqu'ici.» Une larme singulière vint couler sur sa joue. «Le goût de la défaite est amer, et la future cicatrice de ce coup d'épée sera toujours là pour me le rappeler…» dit-elle en touchant légèrement le pansement situé derrière son épaule droite.

Luffy se releva, le regard sombre. L'équipage ne savait que trop bien ce que ce regard voulait dire. «Si tu veux bien, nous sommes prêts à t'aider» dit-il confiant. Cette proposition la touchait énormément, mais : « Ecoutez, je connais votre force et votre réputation, et votre gentillesse me touche, mais je ne peux vous embarquer la dedans. Je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose par ma faute.» A sa grande surprise, Luffy ne paraissait pas vexé, et sourit encore davantage. «Tout ça c'est pas de ta faute, et puis, que peut-il bien nous arriver de pire que ce que nous avons déjà traversé ? T'inquiètes pas Pandora, on va le retrouver ton frérot, je sais à quel point il peut compter pour toi.» dit-il en pensant à Ace, son frère adoptif. Tous les membres de l'équipage lui donnèrent un sourire sincère et plein de promesses. Cette fois elle ne put contrôler davantage ses larmes. «Merci…» fut tout ce qu'elle fut capable de dire, submergée par l'émotion. Toutefois, un détail revint dans l'esprit du capitaine : «Et dis-moi, tu n'aurais pas vu un oiseau bizarre par ici ?» dit-il, avide de savoir. Elle cessa de pleurer et tous le regardèrent avec des yeux ronds. «Change pas de sujet comme ça !» hurla Sanji, tandis que Robin riait doucement. Pandora le regarda et son sourire revint enfin.

« Alors comme ça vous m'avez vu ?»

Voilà ! J'espère que le récit de Pandora tient la route :) Mais que signifie cette dernière phrase ? Je pense que vous savez déjà…

Merci à tous ceux qui suivent et particulièrement à AliceLaw pour ses reviews pleines de gentillesse !