Auteur : Seynee

Traductrice : Hermi-kô


Note de l'auteur : Mon cœur s'est brisé pour Kuranosuke, je le jure. Se passe durant le chapitre 47, donc ça pourrait vous spoiler le manga si vous n'en êtes pas encore là.


Garder son démon

_Sombrer_


Une partie de lui veut saboter leurs plans.

Kuranosuke se déteste. Presque. S'il y a bien quelqu'un qui sait traiter les femmes avec le plus grand respect, c'est son demi-frère. En plus, Shu est un homme (un homme bon, un homme respectable, ce qui est plus que ce que Kuranosuke peut dire de lui-même) qui est raide dingue amoureux de Tsukimi au point d'en avoir l'estomac noué et des cœurs dans les yeux.

OK, peut-être que ce n'est pas exactement de l'amour. Peut-être qu'il se prend trop la tête avec cette histoire, mais pour le moment, deux choses sont claires : Shu ressent décidément quelque chose pour Tsukimi et elle ressent décidément quelque chose en retour, ce qui … n'est pas bon. Mais alors pas bon du tout. Une partie de Kuranosuke veut toujours saboter leurs plans.

Face au miroir, Tsukimi est assise, son dos bien droit et ses épaules raides alors que Kuranosuke passe une brosse dans ses cheveux, démêlant méthodiquement chaque nœud. C'est différent cette fois : différent de toutes les fois où il lui a brossé les cheveux. Il a l'impression … l'impression qu'il va le regretter.

Il ne pense pas avoir jamais autant détesté ça que maintenant. Il ne détestait pas ça auparavant.

« Tsukimi. »

Elle tourne légèrement la tête vers lui. « O-oui ? »

Kuranosuke passe sa main dans ses cheveux, ses mèches d'ébène glissant entre ses doigts, ondulant sur ses épaules avant de cascader gentiment jusqu'à ses clavicules. Il demande : « Tu vas vraiment y aller ? »

Sa question ne fait qu'aggraver le violent tremblement de ses mains. Ses joues sont rouges et Kuranosuke doit serrer plus fort la brosse à cheveux pour s'éviter de toucher son visage, pour garder son démon sous clef. Si tu dis non, tu n'as pas à y aller. Si tu dis non, je jure que je …

Tsukimi hoche la tête. C'est un tout petit hochement, à peine visible. Il l'aurait loupé si ses doigts n'avaient pas été sur sa nuque.

t'arrêterai. Je t'arrêterai.

« J'irai, » murmure-t-elle. « J'irai. »

Sa voix est différente la deuxième fois qu'elle le dit, un peu plus fort, avec un peu plus de force. Quand Kuranosuke lève sa tête pour croiser son regard dans le miroir, ses lèvres bougent, répétant lentement ces mots comme un mantra. Ses mains ne se sont pas arrêtées de trembler mais elle rougit et ça n'a rien à voir avec lui mais tout avec son frère.

« Très bien, » dit-il au bout d'un moment. Il se saisit de ses mains, les immobilisant dans sa poigne. « Très bien. Ce soir je vais te rendre magnifique. »


Note de la traductrice : Pour ceux qui sont un peu largués, on en est au moment où Shu, poussé par ses sentiments, a invité Tsukimi au restaurant, et comme d'habitude Kuranosuke l'aide à se faire belle avant qu'elle ne sorte, mais visiblement cette fois il n'a pas le cœur à l'ouvrage. Pauvre garçon ! Et j'ai eu du mal à tout traduire au présent, bien que ce soit le temps utilisé dans la VO de cette fic. L'habitude d'écrire du passé : j'ai dû m'y reprendre plusieurs fois ! Dites-moi si quelque chose vous tracasse. Et je vous recommande le manga et la série ! (La version collector a même la peluche en porte-clés de la mascotte, Clara !)