Le lendemain matin.

Il est 7h du matin et cela fait plus d'une heure que je suis déjà réveillée. Rachel est à mes côtés. A mes côtés ! J'ai l'impression d'être dans un conte de fées. La plus belle femme du monde dort dans mes bras. Je suis dans un rêve et je n'ai pas envie de me réveiller, mais c'est encore plus beau car je suis déjà éveillée. Par contre, il faut que je la réveille, on doit être au travail dans 1h. C'est une vraie marmotte quand j'y pense.

« Rachel, ma douce. Il faut te réveiller, dans une heure on prend notre service. »

« Humm, grrr ! »

« Très charmante quand tu te réveilles. Je n'étais pas prévenue de ça. Si j'avais su jamais je n'aurais accepté de passer ma vie avec toi ! »

« Ne m'embête pas quand je fais surface. Je ne suis vraiment pas du matin… »

« Bon alors si tu n'es pas du matin, moi je vais prendre ma douche et préparer le petit déjeuner comme ça dés que tu auras pris ta douche toi aussi tu pourras manger et on pourra partir. Ça te va ? »

« Hum, parfait. »

« Oui, on me le dit souvent que je suis parfaite. » Je reçus un coup de son oreiller.

« Allez, va te laver ! »

« Oui, maman. Et toi debout ! » Je couru avant de me faire encore attaquer par un oreiller mal luné.

Après avoir tout préparé et mettre lavé. J'attends Rachel dans ma cuisine devant un bon café bien chaud. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour me rejoindre. On mangea en silence avant de partir pour la brigade. D'un comme un accord, on décida de ne prendre qu'une voiture : la sienne comme cela après le travail on ira directement chez elle pour récupérer quelques affaires. Comme mon appartement est plus grand que le sien, c'est elle qui vient s'installer chez moi et cela ne me dérange nullement.

Nous voilà arrivé avec bien sur, un quart d'heure de retard, je comprends mieux maintenant tous les retards qu'elle accumule.

« Bonjour Sergent, bonjour Rachel » Enfin quelqu'un de réveillé.

« Bonjour Dona » Répondis-je alors que Rachel grognai je ne sais quoi en direction de l'officier.

« Tu es en retard Rachel ! » Et voilà Jeff qui s'y met aussi. Elle est déjà de mauvaise humeur parce que je l'ai réveillé mais je crois que là, cela va être pire. Je crois que je vais me faire toute petite pour la journée.

« Oui, oui, je sais. On m'a réveillé trop tôt ce matin et je déteste être réveillée. » Elle dit cela en me lançant un regard noir.

« Helen, toi aussi tu es en retard. On t'a réveillé aussi trop tôt ? Ou tu as eu une panne de réveille ? »

« On va dire un manque de temps et surtout une heure de plus au lit aurai fait du bien à certaine personne. Hein Rachel ?! »

« Ouais, ouais. Bon, c'est pas que je ne vous aime pas mais j'ai du boulot, Moi. »

« Je sais pas ce que vous avez toutes les deux aujourd'hui et je n'ai pas envie de le savoir, mais réglez ça vite ! »

« Oui, ne t'inquiète pas pour nous Jeff. » Je dirigeai un clin d'œil à l'intention de Rachel qui se mit tout de suite à rire.

En fin de journée. Rachel était réveillée et en pleine forme. Alors que moi, je commençai à m'énerver sérieusement sur mon dossier. Je venais de lancer une énième insulte lorsque je sentie un regard sur moi. Rachel se tenait à l'embrasure de la porte de mon bureau un sourire aux lèvres.

« Qu'est-ce qui te fait rire comme ça ? »

« Toi, bien sur. Quand tu t'énerves, je te trouve tellement sexy. »

« Oui bah moi je me sens plutôt énervé avec ce dossier que sexy. Le prochain qui me demande de l'aider, je l'envoi sur les roses. Je suis fatiguée et j'ai qu'une envie : rentrée à la maison. »

« Oublie pas qu'on rentre avec ma voiture, donc tant que je n'ai pas fini, on reste là ! »

« Tu vas me tuer, tu sais ? »

« Oh oui, je sais. Mais c'est pour ça que tu m'aimes. »

« Tu me prends par les sentiments. Allez, viens par là. J'ai le droit à mon bisou quand même. Je l'attends depuis ce matin. »

« Fallait pas me réveiller aussi tôt. Mais je veux bien te le donner maintenant et promis, je vais finir le plus vite possible pour qu'on puisse rentrée rapidement car j'ai envie de t'avoir rien que pour moi. Ici, je suis obligée de te partager. »

« Tu es jalouse avoue-le ! »

« Oui, je suis très jalouse surtout quand je vois comment certains et certaines te regardent. »

« Et toi alors. J'en ai vu plus d'un te reluquer. Allez, on en parle plus. »

Rachel marcha alors lentement jusqu'à mon bureau. Elle s'appuya dessus, jeta un coup d'œil vers le couloir pour vérifier qu'il n'y avait personne. Et m'embrassa tendrement. Lorsque nous rompîmes notre baiser, je ne savais plus où nous étions jusqu'à ce que quelqu'un nous firent revenir à la réalité. Nous n'avions pas d'excuses assez valable pour essayer de nous en sortir.

« Dans mon bureau toutes les deux et tout de suite ! »

« Oui chef. »

« Je crois que ça va être notre fête. »

« Oui, je crois aussi. Mieux vaut ne pas le faire attendre plus longtemps. »

Rachel toqua à la porte et nous entrâmes en silence. Ni l'une ni l'autre n'osa parler.

« Je ne sais pas ce qui se passe entre vous… »

« Désolé Jeff, on aurait du venir te le dire. Mais sache que ça ne dérangera pas notre travail. » Je venais de parler quand je sentie la main de Rachel se placer dans la mienne. Ce geste me rassura tout de suite et je me sentie d'un coup plus sur de moi.

« Oui, vous auriez du. Et depuis quand ça dure ? »

« Depuis toujours, enfin pour ma part. Mais nous sommes ensemble que depuis hier. »

« Hier soir, Helen. Seulement hier soir Jeff. »

« Alors c'est toi qui a mis Rachel de mauvaise humeur. Donc, si je comprends bien, vous êtes maintenant ensemble définitivement ? »

« On l'espère. »

« OK. Mais je ne veux plus aucun retard de votre part. C'est bien compris ?! »

« Oui chef. »

Rachel sortie du bureau et je me retournai pour regarder Jeff.

« Merci, merci beaucoup Jeff. »

Il n'eut pas le temps de répondre que j'étais déjà partie. Il fallait que je retourne travailler avant que Rachel finisse son enquête et que nous rentions à la maison.

Voilà déjà deux heures que je suis en train de travailler sur ce dossier et je n'en vois toujours pas le bout. Je commence vraiment à être fatiguée et Rachel qui n'a toujours pas fini son enquête. Je ne sais pas à quelle heure on va rentrer mais je sens que demain nous allons être de nouveau en retard. Je vais aller voir où ils en sont avant de vraiment m'énerver.

« Vous en êtes où dans votre enquête ? »

Rachel me fixa, elle savait où je voulais en venir.

« On va en avoir fini pour aujourd'hui, de toute manière je tiens à peine debout. Je te rejoins dans 5 minutes en bas. »

« D'accord mais fais vite ou je rentre sans toi ! »

« Tu n'oserais quand pas même me laisser ici toute seule ? »

« Oh que si, tu veux parier ? »

« Non, c'est bon, je te crois de toute manière on a pris ma voiture ce matin. A tout de suite… »

Je fermai la porte et partie préparer mes affaires.

« Pourquoi est-ce qu'Helen t'attends ? Vous rentrez ensemble ? »

« Euh…oui. Je suis allée la chercher ce matin sa voiture est en panne. Donc elle n'a pas trop le choix pour rentrer que de m'attendre. »

« Oui et je vais te croire. Qu'est-ce qui se passe entre vous ? Hier Helen me dit qu'elle quittait la ville en larmes et aujourd'hui elle a le sourire aux lèvres. C'est grâce à toi qu'elle est restée ?! »

« C'est à cause de moi qu'elle voulait partir alors je l'ai retenu. »

« Et comment est-ce que tu as fait ? »

« Je l'ai prise par les sentiments et ce matin au réveil elle ne voulait plus me quitter. » Lui dis-je dans un clin d'œil.

« Ce matin… ? Au réveil… ? »

« Oui ce matin. Et j'espère bien pouvoir me réveiller chaque matin à ses côtés dorénavant. »

« Vous…vous êtes… »

« Bonne nuit Jack à demain. »

Rachel venait de fermer la porte quand Jack entendit la fin de la phrase de sa coéquipière.

« …ensemble. Et merde, je suis toujours le dernier au courant. Dommage, elle me plaisait bien pourtant. »

Rachel courut jusqu'à la voiture où je l'attendais et me sauta dans les bras pour m'embrasser. Jamais je n'aurais pensé aimer quelqu'un autant que cette femme. Je crois que je suis la femme la plus heureuse au monde.

« Je t'aime Rachel. Je suis la femme la plus heureuse au monde je crois… »

« Non, tu es la deuxième car c'est moi la femme la plus heureuse quand je suis dans tes bras. Ne me quitte jamais… »

« Jamais, promis ! »

« Je vous aime Sergent Blakemore ! »

« Je vous aime Inspecteur Goldstein ! »

THE END…