Bonjour/Bonsoir tout le monde ! Voila la suite !


Harry surveilla l'homme avec attention, son regard cherchant n'importe quel signe qui lui montrerait qu'il ne pouvait pas lui faire confiance. Il ne savait pas à quoi s'attendre – d'après ce qu'il a entendu, Komui était un supérieur gentil, qui s'entendait très bien avec ses subordonnés. Mais l'homme restait le Superviseur, et malgré tout, la vie d'Harry pourrait très bien être dans les mains de l'autre. Des fois il y a des décisions difficiles à prendre, et c'était le travail de cet homme de les faire.

- Qu'est-ce que tu fais là aussi tôt ? Parla Lavi de l'autre côté du lit d'Allen. – Lenalee nous a dit que tu ne te montrerais pas avant qu'on ait eu notre check-up.

Komui rit presque nerveusement alors qu'il remontait ses lunettes qui avaient glissées. Le verre brilla à cause des lumières, et il lança un regard par-dessus son épaule vers la porte, comme si il s'attendait à ce que quelqu'un entre. Il devait être un peu plus tendu qu'il n'y paraissait, parce que quand Lenalee entra dans son champ de vision – elle bougeait de la même façon silencieuse et effrayante que les autres Exorcistes tendaient à faire – il laissa échapper un cri aigu qui sonnait vraiment comme celui d'une femme.

- Grand frère ! Elle s'exclama avec reproche, lançant un regard d'excuse à la matrone qui portait un regard froid. – Est-ce que tu évite encore Mlle Bridget ?

- Oh, Lenalee, comment peux-tu dire une telle chose de moi ? Dit Komui en plaçant une main sur sa poitrine, même si Harry ne savait pas si c'était dans un signe de blessure ou pour calmer son cœur. – Je n'évite pas Mlle Fay, je … l'ai simplement perdue de vue.

- Qui est cette Bridget déjà ? Chuchota Allen en direction de Lavi même si son chuchotement fut entendu.

- Elle est la secrétaire du Superviseur. Répondit Marie à la place. – Elle vient directement de Central.

- Ce n'est pas important. Interrompit Komui alors qu'il redevenait sérieux. – De plus, je pense qu'il est mieux que je vous parle moi-même, et j'aimerais que ce qui va être dit reste dans cette pièce. Est-ce que c'est compris ?

Malgré son comportement d'avant qui avait été presque comique, ce côté montrait que l'homme avait les qualités d'un dirigeant. Harry se débattit pour se concentrer, une multitude de pensées et de sensations tournant dans sa tête. L'homme le regarda, et il hocha légèrement la tête et il sentit que c'était nécessaire qu'il demande :

- Est-ce qu'il y a une raison pour que ça reste secret ? Je pensais que tout le monde ici étaient de confiance ?

- Oh, évidemment. Ils sont tous de confiance, ne te méprend pas. Répondit l'homme d'origine chinoise alors qu'il s'appuyait contre le métal qui entourait le lit à côté de celui d'Allen. – Par contre, récemment Central nous a envoyé un groupe de personnes qui sont d'une grande aide et dont leur but est de nous faire avancer – mais elles ne sont rien de plus que des espions. Ils ne sont pas dangereux ou quoi que ce soit d'autre, ils sont là pour garder un œil sur nous pour Central, mais je veux juste que ça reste ici pour être certain qu'il n'y aura d'influences extérieures sur ta situation. Central est … plus efficace parce qu'ils se moquent de la vie des autres. Donc si ils étaient au courant des détails exacts, tu pourrais te trouver dans une mauvaise situation. Pire que celle où tu te trouves en ce moment.

- Donc ... vous allez mentir à vos supérieurs ? Demanda d'un ton neutre Harry.

- Mentir est un grand mot. Répliqua l'autre. – C'est juste que … j'omets quelques détails pour la santé de tout le monde.

Il ne savait pas s'il devait être amusé, soulagé, agacé, ou appréhensif. Il y avait tellement de façons de considérer le mépris qu'avait l'homme pour ses supérieurs.

La matrone fit un 'tsk' alors qu'elle regardait le genou d'Allen, faisant reculer une Lenalee inquiète qui alla se placer de l'autre côté du lit où elle s'asseya. La vieille femme commença à le sentir, le massant en faisant de petits cercles. Allen grimaça légèrement, mais sinon ne montra rien.

- J'ai compris le plus gros de ce qu'il t'était arrivé par les informations que Dumbledore m'avait données, ainsi que les rapports d'Allen, Lavi et de Kanda. Qu'est-ce que, exactement, tu comptes faire maintenant ? Je suppose que tu veux en terminer avec cet être maléfique ?

Surpris, Harry essaya d'organiser ses pensées ce n'était pas vraiment un de ses meilleurs moments.

- Oui, c'est certain. Je ... avant, on cherchait les Horcrux, et on en a trouvé un, mais on n'est pas capable de les détruire sans un certain type d'objet magique. On pensait utiliser l'épée de Griffondor, mais elle en dehors de notre portée. Il massa son front, essayant de repousser le début d'une migraine. – Je n'ai aucune idée d'où peuvent bien être les autres. On n'avait que des spéculations avant, je ne sais même pas par où commencer.

Komui hocha la tête pensivement en frottant son menton.

- Je vois. Ils sont tous reliés à lui-même, des parties de son âme, alors j'imagine qu'il les a mis dans des endroits sûrs, cachés, et quelque part où il a déjà été – probablement plus d'une fois. D'après mes données, il a été à ton école, Poudlard, et il y a de grandes chances qu'il y en ait un là-bas, mais c'est en dehors de portée pour le moment, et devra attendre. Il fredonna en pensant avant de continuer. – Il haïssait Dumbledore – il en a peut-être placé un à un certain endroit pour le mettre en colère ? Il faudrait chercher par là. Est-ce que tu penses qu'il en aurait confié un à un de ses subordonnés ?

Harry cilla, essayant toujours de rester concentrer. Il n'avait aucune idée de la quantité d'information que l'Ordre Noir avant, mais apparemment c'était impressionnant. Cet homme lançait seulement des idées, mais déjà il était plus loin que lui.

- Je- Je ne suis pas sûr. Peut-être à un de ses plus loyal, quelqu'un dans son Cercle Intérieur.

- Le Cercle Intérieur ... Lucius Malfoy et Bellatrix Lestrange sont de bonnes possibilités avec la richesse des Malfoy et leurs propriétés, et la dévotion maladive de Lestrange. Peut-être quelqu'un d'autre, mais je pense que c'est un d'eux. Le Superviseur soupira et croisa ses jambes. – Il semble être intelligent si ses résultats scolaires disent quelque chose. S'il est aussi intelligent que je le pense, il en garderait un près de lui à tout moment, au cas où quelque chose aille mal, même si pour lui c'est une petite possibilité, avec les autres. Est-ce qu'il garde quelque chose en particulier souvent près de lui ?

Abasourdit, le Potter réfléchit.

- Sa baguette, ses subordonnés. Depuis quelques temps Pettigrew était tout le temps avec lui, mais je ne pense pas qu'il en soit un. La seule autre chose serait son serpent Nagini. Mais est-ce que un être vivant peut être le réceptacle d'un morceau d'âme ?

- Je n'en suis pas certain. Je vais voir pour que quelqu'un vérifie. Dit l'autre en se relevant, ses yeux toujours perdu dans le vague.

- Et le gars, Snape ? Proposa Lavi. – Harry et Ron on dit qu'il était un Mangemort.

- Son bras droit. Ajouta Harry avec haine.

- Non, je ne pense pas. Komui haussa des épaules, mettant son porte-bloc de son côté. – Dumbledore m'a parlé de Snape, il était très certain que l'homme est un double agent, et digne de confiance. Plus maintenant, bien sûr, puisqu'il a dût devenir Mangemort à plein temps.

- C'est Snape qui a tué Dumbledore. Cracha Harry. – Je l'ai vu de mes propres yeux. Je me fiche de savoir ce qu'il était, à la fin, je suppose qu'il n'était pas aussi loyal que Dumbledore pensait.

- Oh ? Il fut vraiment surprit pendant un moment. – Eh bien, c'est intéressant. Je n'avais jamais pensé que c'était ça dont l'homme parlait … quoi qu'il en soit, Harry, tu devrais toujours garder ton esprit ouvert.

- Ouvert ? Il arrivait à peine à se retenir. – Je l'ai vu de mes propres yeux.

- Er, oui, eh bien, ce n'est pas une raison pour s'énerver. L'autre haussa les épaules avec défaitisme. – Je ne fais que dire. On ne sait jamais.

Le silence tomba, et c'était clair qu'il était énervé, donc l'autre toussa et fit le geste de 'continuer' avec ses mains.

- Quoi qu'il en soit, on commencera par là. Quand la matrone vous relâchera, tu pourras venir regarder nos documents et les informations qu'on a récoltées. On a aussi amassé une assez belle collection de livres qui pourraient t'être utiles. Pendant ce temps, moi-même et un petit groupe de Scientifiques chercheront à trouver quelque chose.

- Juste un petit groupe ? Parla faiblement Marie, ce qui était étrange vue sa taille.

- Oui. Ce sera plus facile à dissimuler comme ça. De plus, même si on est découvert, ça ne posera pas beaucoup de problèmes. Ne t'inquiète pas, on fera ce qu'on pourras. Il s'était adressé à Harry, et ignora la tentative de le rassurer. – Une fois que tu seras sorti, tu resteras avec Kanda-

- Quoi ?! S'exclama le japonais, intervenant pour la première fois. Il grogna dangereusement, son regard meurtrier. – Non. Personne ne restera avec moi. Je ne vais pas babysitter le gamin.

- Dans des conditions normales je ne mettrais pas de personne saine avec toi non plus, Kanda. Répliqua Komui avec un haussement d'épaules. – Surtout si je voulais m'assurer de leur santé mentale et physique. Mais je ne peux pas le mettre avec Allen, comme j'avais prévu, parce qu'il y a déjà quelqu'un avec lui. Lavi a Bookman, et je suis désolé, mais il est hors de question que je mette Harry avec Lenalee. Le jour où un homme mettra un pied dans sa chambre sera le jour où je mourrais.

Lenalee rougit et fronça des sourcils, roulant des yeux avant qu'elle n'aide Allen à remettre la patte de son pantalon en place par-dessus son genoux fraîchement traité et bandé.

- Je m'en moque. Dit Kanda, ses yeux brillant. – Ma chambre est hors limite. Met le avec Marie, ou celui avec les crocs, mais il ne reste pas avec moi. Tu peux même le laisser dans l'infirmerie, je m'en moque.

- Kanda-

- Non.

- Kanda.

Il y eu quelque chose qui est passé silencieusement entre l'épéiste et le Superviseur, et Harry les regarda, éreinté et agacé. Il n'aimait vraiment pas les problèmes que l'autre posait, mais aussi, l'autre était une personne très solitaire.

Soudain le regard de Kanda agrippa le sien, sombre et énervé.

- Très bien. Mais si tu fais une chose de travers, une seule chose, je te jure que tu souhaiterais avoir été attrapé par ces stupides Mangemorts.

Harry pensait qu'il y avait vraiment peu de chance que ça arrive, et il roula des yeux pour laisser l'autre savoir ce qu'il pensait. Puis il ignora son futur compagnon de chambre, regardant la matrone bander fermement les côtes d'Allen. Lenalee lui donna un petit sourire, et il dût détourner le regard quand il sentit un regard encore plus noir que celui de Kanda.

- De plus, dit lentement Komui, lançant un regard à Harry alors qu'il allait de lui à sa sœur – l'avertissement était clair, j'ai entendu dire que vous avez quelque chose qui pourrait être une Innocence ?

- Il semblerait. Répondit Allen, complètement inconscient de l'avertissement. – C'était étrange, et Harry a mentionné une migraine après l'avoir utilisée trop longtemps. A un certain point, il l'a utilisée trop longtemps et l'invisibilité qui nous recouvrait s'est désactivée, et il a dit que c'était inhabituel.

- C'est inhabituel que l'invisibilité affecte quelqu'un qui n'est pas sous la cape. Ajouta Harry. – Ca ne l'avait jamais fait. Et il y a aussi le fait que je puisse passer à travers les objets qui est étrange. Je ne devrais pas être capable de faire ça, après tout ce n'est qu'une cape d'invisibilité.

- Il n'y a qu'un seul moyen de savoir. Komui hocha la tête résolument. – Demain, je t'emmènerais voir Hevlaska. Elle saura. Je viendrais te chercher après le petit déjeuné, d'accord ?

Le sorcier hocha légèrement la tête, se demandant vaguement qui était Hevlaska, et qu'est ce qui lui permettait de savoir une telle chose.

- Okay, j'aimerais ajouter que si quelqu'un qui n'est pas dans cette salle, et qui n'est pas Reever, commence à vous poser des questions sur ce que vous faites là, essayez de rester vague. Peu importe ce que cette personne peut savoir, c'est pas grave, mais essayez de ne pas lui en donner plus. Oh, e-

La porte s'ouvrit soudainement, et une femme qui semblait être américaine entra. Elle avait les cheveux court, et apparaissait très professionnelle. Ses yeux se posèrent immédiatement sur eux, et elle s'approcha en faisant de longs pas confiants.

- Superviseur ! Je pensais vous avoir dit de ne pas vous promener ainsi ?

- Je suis vraiment désolé. Même s'il ne semblait pas du tout désolé. – Je m'inquiétais juste pour mes précieux Exorcistes. Je n'ai pas pût résister.

La femme regarda autour d'elle, posant une main sur sa hanche. Elle vit Harry et se redressa légèrement.

- Ils semblent aller bien pour moi. Vous avez beaucoup de choses plus importantes à faire – vous avez déjà perdu beaucoup de temps ici, et vous en avez perdu encore plus avant en discutant avec Jerry.

- Je vérifiais juste s'ils allaient bien. Il fit la moue, mais ça n'avait pas d'effet sur elle.

- Comme vous pouvez le voir, ils vont assez bien. Vous avez une pile de documents qui vous attend dans votre bureau, Superviseur.

Il se leva avec un profond soupir, prenant son porte document en même temps et sourit à Lenalee.

- D'accord. Il regarda chacun des Exorcistes et Harry. – J'y vais. Reposez-vous bien.

- Toi aussi, tu ne dors pas beaucoup ces derniers temps, grand frère. Observa Lenalee en se levant elle aussi, fronçant des sourcils avec inquiétude.

- Des fois il n'y a juste pas le temps. Répliqua Komui en plaçant une main sur son épaule et en la regardant un moment.

Harry pouvait voir, juste pendant un instant, qu'ils tenaient vraiment beaucoup à l'autre. Ses amis lui manquèrent encore plus. Il se demandait comment allaient les Weasley.

Puis le superviseur et la femme étaient partit, laissant derrière eux une salle plongée dans le silence. La matrone bandait maintenant le cou d'Allen par-dessus un morceau de coton situé sur la partie la plus endommagée. Lenalee souffla doucement avant d'aller vers le lit de Lavi. Elle s'asseya sur le rebord, lui demandant doucement comment il allait.

Harry observa simplement la vieille dame soigner le plus jeune, se demandant combien de fois les autres étaient passés par là, et se demandant quel avait été la pire blessure qu'ils avaient eus. Ils semblaient connaître la femme relativement bien, ce qui était à la fois positif et négatif après tout, la seule façon pour la connaitre aussi bien était venir la voir pour se faire soigner.

Elle continua, désinfectant certaines des coupures plus petites sur son visage avant de passer à ses mains. Elles n'étaient pas abimée ou quoi que ce soit d'autre, mais plusieurs doigts avaient étés frottés durement ou coupés, surtout le dos de sa main droite. Quand elle fut satisfaite, elle annonça :

- En plus de ce qui est apparent, tu es mal nourrit comme vous l'êtes tous je pense, et un peu déshydraté. Je suppose que tu n'as pas pût manger autant que d'habitude j'enverrais quelqu'un t'apporter quelque chose bientôt, mais pas trop parce que ton estomac doit se réhabituer. Elle se leva et regarda dans la direction d'Harry. – Je te regarderais en dernier parce que je devrais plus à faire. S'occuper d'une personne normale est différent de regarder l'un d'eux.

Il savait qu'elle ne demandait pas la permission, donc il la regarda simplement prendre des produits et se diriger vers Lavi. Lenalee se déplaça pour qu'elle ait suffisamment de place, s'asseyant tout au bord.

La porte s'ouvrit de nouveau, et encore une fois quelqu'un qu'Harry ne reconnut pas entra. Cette personne n'était pas beaucoup plus âgée que lui, et il se demanda s'il était aussi un Exorciste, sauf que l'autre ne portait pas une version de l'uniforme. Il avait de longs cheveux blond retenus en une natte, et apparaissait formel.

- Allen Walker ! S'exclama la nouveau avec agacement. Le blandinet grimaça, sa main passant sur l'arrière de son cou dans un signe d'inconfort. Il essaya de rire.

- Oh, bonjour Link, ça fait plaisir de te revoir, après-

- Tu n'es pas le moins du monde marrant, Walker. Claqua Link, allant se placer près du lit de l'autre. – Tu ne réalises même pas que tu as réussi à te mettre dans plus de problèmes, n'est-ce pas ?

Immédiatement Harry voulait savoir ce que le garçon avait fait pour avoir des problèmes, et il décida qu'il était assez fatigué pour simplement demander. Quand il le fit, l'autre le regarda d'un regard perçant. Il était bien conscient que celui-là ne bougeait pas comme un Exorciste, mais il avait la même sorte de force qu'il avait appris à reconnaître chez un guerrier.

- Vous devez être Harry Potter. Dit sèchement Link. – Enchanté, ou du moins j'espère que sera le cas. Je suis Howard Link. Je suis celui qui était chargé de surveiller Mr. Walker ci présent.

A la place de demander pourquoi quelqu'un devait surveiller Allen, comme il voulait le faire, il demanda :

- 'Etait' ?

- Oui. Walker a eu la chance d'avoir une pause et d'être envoyé sur cette mission – d'habitude je l'aurais accompagné, mais dût à la situation précaire sous laquelle vous vous trouviez, il a eu une chance de faire ses preuves. Malheureusement, il a échoué de façon spectaculaire. L'attention de Link retourna à l'Exorciste. – Vraiment, Walker, à quoi est-ce que tu pensais ? Tu sais que l'utilisation de l'Arche était interdite, et tu l'as utilisée pas une, mais deux fois ! Tu ne fais que rendre les choses plus difficiles en désobéissant, surtout en ce qui concerne l'Arche.

- C'était nécessaire. Contra Allen. – ce n'est pas que je l'utilisais juste parce que je le voulais, on en avait vraiment besoin ! Peut-être que si les règles n'étaient pas aussi déraisonnables, ça ne serait pas un problème.

- Les règles ne sont pas déraisonnables. L'autre lui lança un regard noir. – C'est toi qui peux être déraisonnable. Personne ne sait l'étendue des pouvoirs de l'Arche, et le fait qu'elle ait appartenu au Comte lui-même rend les choses encore plus suspectes. Sans compter que tu es le seul qui semble pouvoir l'utiliser, ce qui te laisse dans une situation dangereuse, et c'est sans compter toutes les autres choses qui se 'passent' de ton côté en ce moment. Evidemment qu'ils allaient te l'interdire.

- Alors laisse-moi deviner, tu vas de nouveau être sur mes épaules à surveiller tous mes mouvements ? Supposa Allen avec un froncement de sourcils, mais ce n'était pas vraiment mécontent il semblait juste un peu dégoûté.

- Tu t'es toi-même mit dans cette position. Répliqua Link en croisant ses bras.

- Je ne regrette rien. Déclara Allen avec la tête haute.

Harry avait la distincte impression que quelque chose passait au-dessus de sa tête, qu'il loupait un point, mais il était trop fatigué pour deviner ce que c'était. Il résista à l'envie de s'allonger, se retourner, dormir, et avec un peu de chance, rêver de quelque chose de mieux. Après tout, ça ne devrait pas être difficile.

Lavi maugréa, et Harry pouvait voir que la tête du rouquin était en grande partie bandée. Lenalee rigolait doucement alors que l'autre plaisantait sur quelque chose. La matrone alla vers le lit de Kanda et commença à s'occuper de lui.

Elle termina avec Kanda assez rapidement, mais encore, ça n'était pas vraiment une surprise au vu des capacités régénératrices de l'autre. Elle se tourna ensuite vers Harry avec un regard terne qui le surprit. Elle n'alla pas immédiatement vers lui, allant à la place nettoyer ses outils et jeter ce qui était souillé. Elle nettoya de nouveau ses mains, puis avança avec un objet familier qu'elle attacha à son avant-bras pour prendre sa pression sanguine et son poult.

Pendant qu'elle attendait pour ces résultats, elle rassembla plusieurs choses, comme un thermomètre, des solutions nettoyantes et des bandages. Elle plaça le thermomètre dans sa bouche dès qu'elle était retournée à ses côtés. Alors qu'elle vérifiait ce que l'appareil sur son bras lui disait, elle murmura doucement :

- Enlève ton haut s'il te plaît. Il fronça des sourcils, mais quand elle retira l'appareil il fit ce qu'elle lui avait demandé. – Merci. Est-ce qu'il y a des blessures autre part ?

- Je ne pense pas. Répliqua-t-il. Elle leva les yeux vers lui alors qu'il parlait avec le thermomètre toujours dans sa bouche, et c'était comme si Mme Weasley le regardait avec un de ces regards. – Vraiment. Je promets.

Elle sourit chaleureusement, et le changement était suffisant pour qu'il réalise qu'elle ne ressemblait pas à la femme stricte qu'il avait pensé qu'elle était, mais qu'elle était juste inquiète et qu'elle le montrait d'une façon indirecte. Elle hocha la tête, tendant la main pour toucher les côtes endolories. Ses mains étaient tièdes, et ça fit mal quand elle appuya, mais elle dit simplement :

- Juste des bleus, rien de sérieux.

Elle désinfecta les petites coupures qu'il avait avant de le bander, répétant la même chose pour celles sur son visage et ses bras. Sa température semblait normale car elle ne commenta pas ni ne fit une grimace quand elle la vie. Elle le jeta, puisque c'était à usage unique, puis parla avec vigueur :

- Tu es pire qu'Allen. Je vais demander à Jerry qu'il te fasse quelques petites choses pour remettre ton estomac en état pour la nourriture plus lourde, et tu devras faire attention de ne pas manger trop. C'est assez simple de s'occuper de la déshydrataion, mais j'ai aussi remarquée que tu as des bleus internes. Ca se soignera très bien tout seul, mais ça veut dire que tu devras faire attention. Il n'y a aucun doute que vous partirez dans la matinée de demain, mais je veux que vous reveniez après le déjeuner.

- D'accord. Il hocha la tête légèrement en remettant son haut. – Merci.

Elle le regarda et lui donna un autre sourire chaleureux.

- C'est normal. Répondit-elle. – Repose-toi bien, et tu devrais être rétabli en un rien de temps.

Elle nettoya de nouveau ses outils, et pendant qu'elle le faisait, s'adressa à tout le monde :

- Puisque vous avez tous besoin de vous débarbouiller, vous serez autorisés à utiliser la salle de bain un à la fois après le dîner, et je vous donnerais à tous un rapide check up pour être certaine que je n'ai rien manquée.

- Un à la fois ? Se plaignit Lavi. – Ca prendra trop longtemps. Est-ce qu'on ne peut pas retourner dans nos chambres ? Ce n'est pas comme si on allait mal.

- Si tu fais un pas en dehors de ce lit sans ma permission, je ferais en sorte que tu aies deux cache œil au lieu d'un.

Elle termina avec une bonne imitation du Regard du Démon. Il frissonna et s'enfonça dans son lit avec honte.

- Au fait, où est le Vieux Panda ? Se demanda-t-il à haute voix.

- Bookman a été très occupé ces dernier temps. Expliqua Link. – Il y a de grande chance qu'il n'ait même pas entendu que tu es revenu. Je suis sûr qu'il viendra quand il le saura.

- Ah. C'est ce que je craignais. Lavi grimaça, et Harry se demanda à quoi ressemblait cette nouvelle personne. Mais il espérait qu'il ne le rencontrerait pas maintenant parce qu'il avait rencontré assez de personne pour aujourd'hui. Sa migraine était toujours présente, et elle commençait à augmenter.

Il se sentait complètement erreinté, et ce n'était même pas l'heure du déjeuné. Il c'était passé tellement de choses ces dernier temps qu'il n'arrivait plus à suivre, et il détestait ça. Il était à un nouvel endroit, où il y avait beaucoup de choses qu'il ne comprenait pas et des personnes qu'il ne savait pas s'il pouvait croire ou non – il avait été capable de connaître et de comprendre, et à un certain point devenir ami avec les trois Exorcistes, mais ça n'empêchait pas qu'il se sentait inconfortable. Il se laissa tomber sur le lit, sa tête tombant sur l'oreiller. La sensation était divine. C'était comme s'il pouvait juste flotter jusqu'au plafond, le lit était tellement moelleux du moins il l'était pour lui après les semaines passées à dormir sur du ciment.

Alors que le sommeil tirait sur son esprit, il se demanda ce que faisaient ses amis à cet instant.