Ils trouvèrent la maison au bout de quelques kilomètres, après avoir vérifié une autre qu'ils avaient trouvé. Comme l'avait suggéré Ron, il la reconnurent la seconde même qu'ils la virent, même si ils n'y avaient jamais été avant. Elle ressemblait à un château géant – Ron fit la réflexion qu'elle ressemblait à une tour d'échecs géant, et Lavi agréa avec un mysticisme amusé.

Le chemin zigzaguait sur toute la longueur, et ils le suivirent après avoir passés des arbres de pommes sauvages et un parterre de fruits ressemblant à des radis. Harry était en tête aux côtés d'Allen, tandis que Ron et Hermione les suivaient, Kanda et Lavi à leurs côtés. Il agrippa le heurtoir en forme d'aigle et frappa plusieurs fois avant d'attendre une réponse avec les autres, espérant qu'il y avait quelqu'un.

Quelqu'un était là, car à peine quelques secondes plus tard Xenophilius fit balancer la porte vers l'intérieur, son apparence sale, non entretenue, et en rien la personne attentive et joyeuse qu'il avait été lors du mariage. Harry ne le montra pas, mais il était surprit et inquiet – il était certain que le comportement que l'homme avait montré lors de celui-ci était normal pour lui, et donc qu'il y avait quelque chose qui clochait avec ce changement.

- Quoi ? Qu'est-ce c'est ? Qui êtes-vous ? Qu'est-ce que vous voulez ? Cria Xenophilius, sa voix aiguë et légèrement alarmée, surtout quand ses yeux se posèrent en premier sur l'apparence plus qu'inhabituelle ainsi que l'uniforme d'Allen. Puis son regard glissa sur les deux autres derrière lui, et enfin sur Harry, et sa bouche s'ouvrit et se referma alors que l'œil qui ne regardait pas vers son nez se dirigea vers la cicatrice d'Harry.

- Bonjour, Mr Lovegood. Salua calmement Harry en lui tendant une main. – Je m'appelle Harry. Harry Potter. Pourrait-on discuter avec vous ?

L'autre ne bougea pas, que ce soit pour prendre sa main ou laisser le passage libre. Harry pensa qu'il avait peut-être vu quelque chose de plus que du choc avant que l'autre ne détourne son regard et murmure :

- Je … je ne suis pas certain que ce soit bien. C'est assez choquant … mon Dieu … Je … Je crains ne pas être sûr …

- Ça ne prendra pas longtemps. Rassura Harry, profondément déçu de la réaction hésitante et presque défavorable de l'homme, prenant note des yeux de l'autre qui scannaient le jardin.

- Je – Oh, très bien. Entrez, vite. Vite !

Harry entra seulement après Allen, voyant le regard de l'autre et le reconnaissant ainsi que les mouvements de ses doigts. Ils furent presque tirés à l'intérieur, et se retrouvèrent dans une assez singulière cuisine, parfaitement ronde, et ça incluait tout ce qui se trouvait à l'intérieur et pas seulement la pièce. Tout était peint avec des couleurs claires, décorés avec des fleurs, des insectes, des oiseaux, et il ravala l'envie de sourire.

Il crût entendre Luna à l'étage, et de quelque part au-dessus d'eux, mené par un escalier en spiral au centre de la pièce, venait des bruits de chocs.

Il se retourna, lançant un regard curieux en direction du père de Luna. En faisant ça, il vit que son regard était fixé sur l'épée de Kanda qu'il prenait plaisir à montrer dans un signe silencieux d'avertissement. L'expression de Xenophilius était pincée alors qu'il murmurait :

- Vous devriez monter.

Il se dirigea vers les escaliers, et ils le suivirent dans la même formation qu'avant. Il entendit clairement Lavi commenter à faible voix :

- Vous les sorciers avez vraiment un goût particulier pour ce qui est de la décoration.

Hermione siffla de façon menaçante, accompagnée par une toux étouffée de la part de Ron. Harry secoua la tête en lançant un regard vers Allen qui dissimulait un sourire.

La salle dans laquelle ils entrèrent était une sorte de salon et de salle de travail mixés, remplit au maximum de livres, de papiers, et de modèles de créatures posés sur chaque surface possible. Cette salle, aussi, était ronde, et il vit Lavi, qui s'était placé un peu sur le côté, admirer les modèles bougeant qui étaient accrochés au plafond. Regardant lui aussi la pièce, il vit que Luna n'était pas là – la chose qui faisait le bruit était un large objet en bois avec des boulons et rouages magiques. Il lui fallut quelques instants pour réaliser que c'était une sorte d'imprimante, et c'était seulement parce qu'elle était en train d'imprimer des Chicaneurs.

- Veuillez m'excuser. Dit Xenophilius en allant rapidement à la machine et attrapant en même temps une nappe qui se trouvait en dessous plusieurs livres et papiers, ouvrages qui tombèrent tous au sol. Il la jeta sur l'imprimante, et le bruit fut étouffé. Il se tourna pour faire face au groupe, son expression mal à l'aise.

- Pourquoi êtes-vous venus ici ?

Harry prit rapidement la parole, sentant que c'était à la fois important et parce qu'il voulait partir d'ici au plus vite.

- Je suis venu parce que j'ai besoin de votre aide.

- Ah. De l'aide. Hmm. L'œil valide de l'homme alla de nouveau sur sa cicatrice, à la fois effrayé et émerveillé. Puis il glissa sur les Exorcistes, s'arrêtant sur la cicatrice d'Allen, le cache-œil de Lavi, et puis, restant plus longtemps sur l'épée de Kanda. – J'ai entendu parler de … l'incident. Mais le fait est … aider Harry Potter … est assez dangereux …

- Est-ce que c'est pas vous qui n'arrêtez pas de dire à tout le monde que leur premier devoir est d'aider Harry ? Demanda Ron avec un froncement des sourcils. – Vous l'avez assez dit dans le Chicaneur.

- Uh – Oui. Oui, c'est-ce que j'ai dit. Mais –

- Tout le monde devrait le faire, sauf vous ? Proposa Ron.

Xenophilius ne répondit rien il continuait de regarder dans le vague, apparemment prit dans un débat interne qui ne semblait pas facile à résoudre. C'est là que Harry devint plus suspicieux, et il demanda d'une voix ferme :

- Où est Luna, Mr Lovegood ?

Le père de Luna ne répondit pas immédiatement, avalant difficilement sa salive. Il passa discrètement ses mains sur son pantalon, jeta de nouveau un regard sur Mugen dans cette étrange fascination qu'Harry ne comprenait pas. Puis, de sa voix tremblante et difficile à entendre par-dessus le bruit de la machine, dit :

- Luna est au ruisseau, en train de pêcher des Boullus d'eau douce. Elle … elle sera contente de vous voir. Je vais aller la chercher et – oui c'est ce que je vais faire. J'essayerais de vous aider ensuite.

Il fit quelques pas en direction de la porte, et Lavi suggéra, sa propre voix calme, amicale et joyeuse :

- Est-ce que vous voulez de la compagnie ? Vous semblez nerveux. Si vous avez peur de vous faire attaquer ou quelque chose comme ça, je peux venir, et faire en sorte que tout aille bien.

- Non ! Non – ce ne sera pas nécessaire. S'exclama l'autre, écarquillant les yeux avec d'accélérer le pas en direction des escaliers. – Ca ne … ça ne prendra pas longtemps.

L'homme sortit par la même porte qu'ils avaient prise, et un moment plus tard ils entendirent la porte s'ouvrir et se refermer. Harry regarda les autres avec suspicion :

- Qu'est-ce que vous en dîtes ?

- J'en dis que c'est beaucoup trop dangereux d'avoir ça dans une maison ! Siffla Hermione, sa voix un peu plus aiguë qu'a l'habitude, en pointant vers une corne accrochée au mur. – C'est une corne d'Eruptif, un objet de Classe B, et ça explose au moindre choc ! Je n'ai rien dit parce que tu étais en train de parler et je ne pensais pas qu'il me croirait, puisque Luna croit les choses les plus étranges.

- Alors il est étrange, même pour vous ? Demanda Lavi.

- Les Lovegood sont très … excentriques, même pour nous. Acquiesça Ron.

- Les gars, je voulais parler de Xenophilius. Interrompit Harry, ignorant le regard agacé d'Hermione comme si elle pensait qu'il devrait faire quelque chose qui serait très dangereux mais pas sa place de le faire.

- Je commence à croire que votre amie Luna n'est pas là du tout. Offrit Lavi. – Et qu'il est beaucoup trop nerveux. Il pourrait être en train de planifier quelque chose contre toi, mais je pourrais me tromper.

- Evidemment qu'il est nerveux ! Insista Hermione. – En pensant à tous les problèmes qu'il pourrait avoir en aidant Harry c'est normal !

- Je ne pense pas que ce soit ça.

- Quoi, la peine de mort ou la torture ne sont pas assez pour être nerveux ? Questionna Ron, étrangement sérieux.

- Non, ce n'est pas ce que je veux dire. Soupira Lavi. – C'est … est-ce que vous l'avez vu ? Il ne pouvait pas nous regarder pour plus que quelques secondes, il bégayait … il n'arrêtait pas de regarder l'épée de Yuu comme si elle allait sauter hors de son fourreau et l'empaler. C'est quelque chose qu'un homme coupable fait.

- Et il n'a pas laissé Lavi aller avec lui. Ajouta Allen.

- Il y a ça aussi.

- C'est comme si il ne veut pas qu'il voit quelque chose, ou être autour de lui dans ce qu'il fait, si il est vraiment en train de faire quelque chose. Il regarda silencieusement la machine.

- Elle n'est pas là. Contribua Kanda. – Cette amie. On l'aurait vu en arrivant. Ou je l'aurais vu … elle n'est pas là.

Harry s'arrêta pour réfléchir sur ce fait. C'était la première fois qu'il avait vu l'Exorciste détourner le regard avec inconfort, mais il devinait pourquoi. Kanda l'aurait remarqué … et qu'est-ce qui donnait à Kanda la capacité de voir quelque chose que les deux autres ne pouvaient pas ? Les sens surdéveloppés d'un loup-garou.

- Pas si le ruisseau se trouvait derrière la maison et qu'elle se trouvait là. Contra Hermione. – De plus, tu ne peux pas en être certain.

La porte du bas s'ouvrit et se referma à ce moment-là, et Allen se dépêcha de murmurer aussi bas que possible pour se faire entendre à travers les bruits de la machine :

- Quoi qu'il en soit, soyez prudent et restez sur vos gardes.

Harry hocha de la tête, comprenant, surtout puisqu'il avait eu ses suspicions confirmées. Il vit l'expression incertaine de Ron et celle têtue d'Hermione alors qu'ils s'installaient celle d'Hermione se calma lorsqu'elle réalisa qu'il n'y avait pas de mal à être prudent, et qu'ils ne pouvaient plus se permettre d'agir en tête brûlée.

Quelques moments plus tard, Xenophilius réapparut, portant des bottes et tenant un plateau de tasses de toutes formes et couleurs ainsi qu'une teillère fumante. Il les regarda, en grande partie calmé, et il posa le plateau sur une pile de livres qui tanguèrent dangereusement, même si il ne le vit pas.

- Est-ce que je peux vous proposer une infusion de Ravegoud ? Proposa-t-il. – Nous la préparons nous-même.

Il commença à servir des tasses, et c'était aussi pourpre que du jus de betterave. Il hocha la tête pour lui-même, ajoutant :

- Luna est partie vers le Bottom Bridge, elle était excitée de savoir que vous étiez là. Elle ne devrait pas être longue, elle a attrapée assez de Boullus pour faire de la soupe pour nous tous. Asseyez-vous et prenez autant de sucre que vous voulez.

Harry se demanda brièvement où, exactement, ils étaient censés s'asseoir, mais repoussa cette pensée lorsque l'homme enleva une pile de papier d'un fauteuil, croisa ses jambes, et s'enquit

- Maintenant, comment pourrais-je vous aider, Mr Potter ?

- C'est à propos du symbole que vous portiez autour de votre cou au mariage de Bill et de Fleur, Mr Lovegood. On voulait savoir que qu'il représentait.

Il vit les sourcils de l'homme s'élever

- Est-ce que vous faites référence au symbole des Reliques de la Mort ?

Harry jeta un rapide coup d'œil vers Hermione, puis Ron, et les deux semblèrent perplexes. C'était évident qu'ils n'en avaient jamais entendu parler avant. En revanche, il vit une lueur dans l'œil de Lavi, attentif et perçant comme il ne l'avait jamais vu en dehors de batailles, et même là, ça avait été différent.

- Les Reliques de la Mort ? S'enquit-il tout de même, incapable de demander ce que Lavi savait sur le moment.

- Oh oui. Vous ne connaissez pas ? S'étonna Xenophilius, son regard parcourant tous les visages, tout en ignorant les Exorcistes comme s'ils n'existaient pas. – Ca ne me surprend pas. Très, très peu de sorciers y croient. Prenons par exemple ce jeune simplet qui était au mariage de votre frère- mentionna-t-il avec un signe de la tête vers Ron, - qui m'a attaqué parce que je portais le symbole d'un Mage Noir bien-connu ! Tant d'ignorance. Il y a rien de Noir chez les Reliques – du moins, pas dans le sens propre. L'un porte simplement ce symbole pour se montrer aux autres partisans, dans l'espoir qu'ils puissent les guider sur la Quête.

- Pardon, mais je ne comprends toujours pas. Répliqua Harry en regardant sa tasse. Il se souvenait des mots de Lavi et décida d'oublier les politesses, juste au cas où il y avait quelque chose dans le thé. Il remarqua que personne à part le père de Luna, qui ajouta plusieurs cuillérées de sucre au sien, ne burent le leur.

- Eh bien, vous voyez, les partisans cherchent les Reliques de la Mort.

- D'accord, mais c'est quoi les Reliques de la Mort ? Coupa Ron. Hermione hocha la tête, comme si elle s'apprêtait à poser la même question.

- Je suppose que vous connaissez 'L'Histoire des Trois Frères' ?

Ron et Hermione furent les deux seuls à hocher la tête.

- Vous voyez, Mr Potter, tout commence avec 'L'Histoire des Trois Frères' … j'ai une copie quelque part …

Xenophilius commença à chercher le livre dans la pièce, mais avant qu'il ne puisse se lever, Hermione l'arrêta :

- J'ai une copie sur moi, Mr Lovegood. Je l'ai juste là.

Elle sortit le livre du petit sac qu'elle portait.

- L'original ? S'enquit brusquement l'autre, et quand elle hocha la tête, il continua - Dans ce cas, pourquoi ne le lierais-tu pas à haute voix ? C'est le meilleur moyen pour que tout le monde comprenne.

- Er … d'accord. Elle toussa nerveusement, puis ouvrit le livre. Harry remarqua le symbole qu'ils recherchaient passer avant que la sorcière ne commence à lire.

L'histoire était en fait un conte pour enfant sur la Mort et trois frères. Quand les trois frères créèrent un pont au-dessus d'une rivière, la Mort en fut mécontente, mais sournoise comme elle était, elle prétendit le contraire, leur offrant un objet chacun pour les féliciter. L'ainé demanda une baguette imbattable, avec laquelle il ne perdrait jamais. La baguette qu'il reçut fut faîte de sureau. Le second frère voulu le pouvoir de ramener les morts à la vie, et il reçut une pierre le permettant. Le troisième frère ne faisait pas confiance à la Mort – il demanda quelque chose qui lui permettrait de rester caché, et partir sans être suivit, et il reçut la Cape d'Invisibilité de la Mort. Puis les trois frères partirent, et à la fin choisirent des directions différentes.

L'ainé finit par rencontrer un sorcier avec lequel une dispute éclata, et gagna évidemment le combat grâce à sa baguette de sureau. Après s'en être vanté, il fut tué lorsqu'il était soul, et sa baguette lui fut volée. La Mort vint le chercher. Le second frère utilisa la pierre pour ramener la femme qu'il aurait mariée avant qu'elle ne meurt, mais elle n'était pas en vie, les deux séparés par un voile. Triste et désespéré, il mit fin à ses jours pour retourner avec elle. La Mort le prit aussi. Le plus jeune frère ne fut jamais retrouvé et mourut de vieillesse, partant avec la Mort quand elle vint le trouver.

Alors qu'Hermione terminait de lire, Harry réfléchissait. Il fallut une minute de plus à Xenophilius, l'homme n'ayant pas réalisé qu'elle avait arrêtée de lire.

- C'est ça.

- Pardon ? Demanda Hermione.

- Ce sont les Reliques de la Mort. Expliqua-t-il en amenant un morceau de parchemin à lui ainsi qu'une plume. Il s'appliqua à redessiner le symbole.

- La Baguette de sureau. Il traça une ligne droite. – La Pierre de résurrection. Il ajouta un cercle entourant la ligne. – La Cape d'invisibilité. Puis un triangle englobant la ligne et le triangle. – Ensuite, cela donne les Reliques de la Mort.

Il n'y a rien dans l'histoire qui mentionne les Reliques de la Mort. Pointa Hermione.

- Bien sûr que non. Dit-il avec un rictus. – C'est une histoire pour enfant, racontée plus pour amuser que pour enseigner. Ceux qui comprennent ces choses, en revanche, reconnaîtront l'ancienne histoire référant aux trois objets, ou Reliques, qui, si réunies, permettront à son possesseur de devenir le maître de la Mort.

- Alors … vous pensez que ces objets – ces 'Reliques' – existent vraiment ? Demanda Hermione avec incrédulité.

- Evidemment. Répondit Xenophilius avec un haussement de sourcils.

- Mais, Mr Lovegood, comment pouvez-vous vraiment croire - ?

Harry pouvait entendre son scepticisme, et il aurait normalement sourit à cette réaction si prévisible, mais il était trop intéressé par la réponse.

- Luna m'a parlée de vous, jeune fille. Dit-il en fronçant des sourcils. – Vous êtes, d'après ce que je sais, intelligente, mais aussi douloureusement limitée. Étroite d'esprit.

On sait que des choses comme la Cape d'invisibilité existent. Coupa avec efficacité Harry, grimaçant intérieurement en voyant l'expression furieuse de la jeune fille, l'amusement de Lavi, et le léger penchement du corps de Kanda qui montrait qu'il était aussi vaguement amusé. – Mais votre histoire semble un peu …

Mais la troisième Relique est une véritable Cape d'invisibilité ! Ce n'est pas un manteau de voyage imbibé d'un sort de Désillusion, ou d'un maléfice d'Aveuglement, ou encore tissée avec des poils de Demiguise. On parle d'une cape qui a vraiment permis à son porteur d'être invisible, et ce depuis tout ce temps, le rendant complètement et constamment invisible, peu importe les sorts utilisés. Combien de cape de cette nature avez-vous déjà vue, Mr Potter, Mlle Granger ?

Harry ne pouvait pas vraiment dire qu'il en avait une juste là avec lui, mais il vit Ron et Hermione échanger un regard qui disait qu'ils pensaient à quelque chose du même style, voir la même chose.

- Exactement. Continua l'homme comme si leur silence était la preuve qu'il avait raison. – Aucun d'entre vous n'a jamais vu chose pareille. Le possesseur serait immensément riche, vous ne croyez pas ?

- Même si la cape existe. Essaya de nouveau Hermione. – Comment pouvez-vous expliquer la 'Pierre de résurrection' ?

- Ça ne peut pas être expliqué, Mlle Granger. – Prouvez qu'elle n'existe pas.

- Mais c'est- !

- Et la Baguette de sureau ? Interrompit Harry, souhaitant intérieurement qu'il ait eu ce genre de talents avant qu'il ne quitte Poudlard. Ça aurait été bien de pouvoir dire quand ses amis étaient sur le point de dire ou de faire quelque chose qu'il ne voulait pas qu'ils fassent.

- C'est sur celle-ci qu'on a le plus d'évidences – la Baguette de sureau est de loin la plus facilement tracée à cause de la façon dont elle passe de mains en mains.

- Ce qui est ?

Xenophilius expliqua que la baguette devait être prise de son ancien possesseur si ils voulaient vraiment être le maître de la baguette. Il mentionna plusieurs noms qu'Harry ne reconnut pas, apparemment tous assassinés dans le but d'obtenir une baguette. Hermione ne dit rien, elle se tint juste là avec une expression pensive.

- Et vous pensez qu'elle est où maintenant ? Demanda Ron.

- Hélas, qui sait ? Qui sait où la Baguette de sureau de trouve ? La piste-

Harry arrêta d'écouter pendant un moment, ses pensées se bousculant dans sa tête. Il remarqua quand les choses se calmèrent, et mentionna son idée :

- Je doute que les Reliques de la Mort ont quelque chose à voir avec la famille Peverell ? En voyant le regard confus d'Hermione et réalisant qu'il n'en avait jamais parlé, il expliqua rapidement - J'ai vu ce symbole sur une tombe à Godric Hollow. Quelqu'un du nom d'Ignotus Peverell.

- Si ! Exactement ! Le sorcier excentrique répondit en pointant un doigt sur lui. – Nombreux sont les partisans qui pensent que tout a à voir avec les Peverell ! Que, en fait, les trois frères de l'histoire sont les frères Peverell, Antioch, Cadmus, et Ignotus ! Qu'ils étaient les premiers possesseurs des Reliques !

Puis il se leva et se dirigea vers les escaliers :

- Resterez-vous pour dîner ? Demanda-t-il en continuant de descendre. – Tout le monde veut toujours essayer notre soupe de Boulus d'eau douce.

- Probablement pour créer un anti-poison. Marmonna Ron.

Quand ils ne purent plus entendre Xenophilius dans les escaliers et des mouvements dans la cuisine, il dit :

- Qu'est-ce que vous en pensez ?

Hermione soupira profondément en s'adossant contre la table

- Oh Harry. Je ne peux pas croire à tout ça, c'était juste une perte de temps, je suis désolée.

- Ben, c'était l'homme qui possède une corne de Ronflax Cornu, sourit Ron.

- Est-ce que tu as déjà entendu parler de quelque chose comme ça ? Harry demanda à Lavi qui sembla surprit. – On aurait dit que tu savais quelque chose.

- J'étais surpris au début. Admit Lavi alors que tout le monde se tournait vers lui. – Le vieux panda est tombé sur un livre une fois, et je l'avais lu parce que j'étais curieux. Je me souviens que l'histoire portait sur trois frères, mais puisque c'était censé être un conte de fées, je ne me suis pas trop arrêté dessus. Mais je ne vois pas comment ça pourrait prouver qu'elles existent.

- C'est stupide. Insista Hermione. – La cape, d'accord, peut-être. Mais la pierre ne peut pas exister, et je peux comprendre que certains puissent croire en la baguette. Il y a beaucoup d'histoires sur des baguettes surpuissantes, il y en a toujours eu. Mais je ne pense pas qu'elles puissent toutes être la même !

- Eh bien, peut-être. Commença Allen avec un air pensif. – Quand Dumbledore est venu nous voir pour la première fois, il avait dit de 'ne pas toujours douter de tout ce que vous entendrez' et de ne 'jamais écarter une possibilité'.

- Il l'a dit en effet. Ajouta Lavi, tapant sa tempe comme si pour leur rappeler sa mémoire.

Kanda s'éloigna d'eux, regardant la pile de papiers et de livres, son regard sombre se posant sur la machine. Harry écouta Ron et Hermione se disputer, Ron rappelant à la sorcière que la Cape d'invisibilité de Harry en était une et qu'elle était probablement ancienne. Il se dirigea vers les escaliers en spirales et regarda vers le haut, et fut surprit de voir son propre visage le regarder. Il lui fallut un moment pour réaliser que ce n'était pas un miroir, mais une peinture. Il entendit Hermione réprimander Kanda pour être trop curieux, et quand il commença à monter les escaliers, elle s'exclama :

- Pas toi aussi Harry ! Je ne pense vraiment pas que vous devriez fouiner quand il n'est pas là !

Il l'ignora et se retrouva bien vite à l'étage supérieur.

C'était la chambre de Luna, et le plafond était peint avec les visages de Harry, Ron, Hermione, Ginny et Neville. Elle était bien faîte et extrêmement réaliste. Il y avait de petites chaines encastrées autour d'eux, les reliant les uns aux autres, et après un moment à les regarder, il vit que le mot 'amis' était répété encore et encore avec de l'encre dorée.

Il sourit en voyant cela, souhaitant la revoir, elle et tous ses autres amis. Il vit une grande photo d'une jeune Luna et d'une femme qui lui ressemblait, mais il y avait quelque chose qui clochait. Elle était pleine de poussière, tout comme la moquette épaisse quand il baissa les yeux. Il n'y avait pas de vêtements dans la penderie entrouverte, et on aurait dit que personne n'avait dormit sur le lit depuis longtemps. Une toile d'araignée se trouvait sur la fenêtre la plus proche.

Il entendit des pas monter en direction de la pièce où il se trouvait, et pendant un moment il eut peur que ce soit un Mr Lovegood en colère, parce que c'était ce que le brui suggérait. A la place, Kanda apparut, et il remit sa baguette en place. L'épéiste lui tendit une édition du Chicaneur avec une expression mécontente, et il regarda la photo sur la première page, titrée des mots 'Indésirable Numéro Un' et suivit de la rançon. Sa résolution ne se fit que plus grande et il réalisa pleinement ce qu'il se passait.

Il redescendit dans l'autre pièce avec un léger soupir, et vit que Ron et Hermione apparaissaient vraiment inquiet tandis qu'Allen le regardait avec attention et que Lavi cherchait des objets cachés qui devraient être vus. Il les rejoignit, et sentit une odeur de sous-vêtements brûlés. Il se demanda quelle nourriture pouvait bien empester comme ça, puis secoua la tête.

Avant qu'il ne puisse parler, Kanda lui signala de rester silencieux et quelques secondes plus tard il entendit Mr Lovegood monter. Un moment plus tard, l'homme apparut en portant un plateau de bols.

- Mr Lovegood. Dit Harry, et c'était comme si il le saluait de nouveau, parce qu'il en avait l'impression. Saluant le nouveau côté de l'homme qui le décevait légèrement. – Où est Luna ?

- Je – je vous l'ai déjà dit. Elle est à Bottom Bridge, en train de pêcher des Boulus.

- Je ne vous crois pas. Répliqua-t-il, sa voix ne laissant pas place aux arguments. – Pourquoi est-ce qu'il y a juste assez de bols sur ce plateau que pour nous ici ? Son armoire est vide, son lit n'a pas été utilisé depuis des jours voir des semaines, sa chambre est pleine de poussière. Où est-elle vraiment ?

Xenophilius tremblait tellement qu'il lâcha le plateau. Les bols rebondirent et se cassèrent. Il avait sorti sa baguette avant même que l'homme ne touche la sienne, et Hermione et Ron le suivirent. Soudain, la machine gronda bruyamment, et beaucoup d'exemplaires du Chicaneur atterrirent autour de leurs pieds. Il ne regarda même pas, sachant très bien ce qu'il verrait.

- Que comptiez-vous faire ? Demanda Ron avec une grimace. – Nous attaquer et vendre Harry ? Je ne crois pas.

- Ils ont pris ma Luna ! Cria Xenophilius, son expression horrifiée alors que tout son corps tremblait. Ses yeux parcoururent la salle et tombèrent sur les Exorcistes qui l'observait, prêt, mais pas tout à fait en position pour attaquer. – Ils me l'ont prise à cause de ce que j'écrivais. Je ne sais pas où elle est, ce qu'ils lui ont fait, ou ce qu'ils sont en train de lui faire, et je ne peux pas perdre Luna. Ils pourraient me la rendre si je- si je-

- On va y aller. Dit Hermione d'un ton terne. – S'il vous plaît écartez-vous.

- Vous ne devez pas partir. L'autre supplia presque. – Ils seront là d'un moment à un autre, et je ne peux pas perdre ma Luna.

Des ombres passèrent devant les fenêtres, et Hermione étouffa un cri, attirant l'attention de Ron ainsi que les réflex des Exorcistes qui les sauvèrent en agissant, les couvrant alors que Xenophilius sortait sa baguette et lançait un sort. Il s'élança vers eux lorsqu'Harry plongea et poussa ses amis vers le sol tandis que Lavi s'écartait de la trajectoire. Le sort alla percuta la corne sur le mur.

Tout explosa.

C'était peut-être le bruit lui-même, mais la salle fut ravagée instantanément. Le bois, les papiers, des gravats de toutes sortes s'écrasèrent tout autour d'eux. Il se sentit devenir invisible et intangible lorsqu'il activa sa cape, les débris passant à travers lui.

Quand tout s'arrêta, il fut immédiatement sur ses pieds, son regard cherchant Mr Lovegood avant de réaliser qu'il avait été projeté en bas des escaliers par l'explosion. Tout était en ruines, détruit et déchiré. La poussière était tellement épaisse qu'il était presque impossible de respirer. L'imprimante était tombée sur le côté, bloquant l'entrée, et il se tourna pour voir les autres qui se trouvaient dans différents états alors qu'il se laissait redevenir visible et tangible.

Hermione était à moitié ensevelie, tandis que Ron se trouvait en dessous des ruines. Allen s'accroupit près du mur, et Kanda hésita à pousser l'étagère le piégeant, Lavi tapant sur son manteau fumant.

La porte d'entrée s'ouvrit à la volée, et il entendit une voix rauque :

- Est-ce que je ne t'avais pas dit que c'était pas la peine de se dépêcher, Travers ? Est-ce que je ne t'avais pas dit que c'était une autre élucubration de ce vieux fou ?

Il entendit un coup partir, suivit par un cri de douleur de la part de Xenophilius.

- Non … non … en haut … Potter !

Il entendit la voix rauque le menacer et encore plus de coup.

- Non- non- Je vous en prie ! Xenophilius pleurait maintenant. – C'est vraiment Potter ! Vraiment !

- Et tu nous as en fait appelés juste pour essayer de nous faire partir en fumée ! Continua le Mangemort en hurlant de colère.

Harry leva sa baguette et attendit alors qu'en bas les cris continuaient et qu'une autre voix se joignait aux autres, pointant le fait que la maison semblait vouloir s'écrouler d'un moment à un autre. Après une suggestion et encore plus de menaces, il entendit un sort être lancé du bas des escaliers :

- Homenum revelio.

Il pût sentir le sort glisser sur lui, et il sût immédiatement que les autres l'avait aussi sentit. Surtout quand il entendit Kanda tressaillir violemment et manquer d'envoyer l'étagère droit sur le sol et Hermione laisser échapper un halètement de surprise.

- Il y a quelqu'un en haut, Selwyn.

- C'est Potter, je vous dis, c'est Potter ! Je vous en prie … s'il vous plait … rendez-moi Luna, rendez-moi juste Luna …

Ce qu'il allait dire ensuite fut perdu lorsqu'Allen siffla et qu'Harry vit ce qui n'allait pas – l'œil maudit de l'autre s'était activé et le regarda intensément pendant plusieurs long moments avant de se concentrer sur l'escalier. Quelques secondes plus tard, l'étagère fut finalement repoussée lorsque Kanda remarqua la même chose, décidant probablement qu'il était inutile de rester discret si ils devaient se battre.

Les cris du père de Luna se rapprochant de plus en plus devinrent de plus en plus forts alors qu'il essayait de déblayer les escaliers.

- Combien ? Demanda faiblement Lavi alors qu'il aidait Ron à se dégager, et Harry alla pour aider Hermione.

- Juste deux. Répondit Allen en se levant avant de lancer un regard noir à Kanda qui leva les yeux au ciel.

- Okay, ce sera facile. Répliqua Lavi en époussetant Ron. – Est-ce qu'on passe par la porte ou … ?

- Harry, est-ce que tu peux rendre Ron invisible ? Demanda soudainement Hermione. – S'il te plaît ?

Il ne demanda même pas, se souvenant juste qu'il serait mauvais que Ron soit vu alors qu'il était censé être chez lui, malade. Ron disparut quelques secondes plus tard.

- Est-ce que tu peux faire un trou dans le sol ? Demanda Lavi à l'intention d'Hermione avec un rictus, et la jeune fille fronça des sourcils mais hocha de la tête.

- Quand ? Demanda-t-elle nerveusement. Ils entendirent l'imprimante être déplacée.

- Maintenant.

Le sol fut réduit à néant lorsqu'elle cria

- Deprimo !

L'atterrissage fut douloureux pour Harry, les chocs remontant de ses pieds au reste de ses jambes. Il pouvait voir que Lavi avait attrapé Ron et qu'Allen s'était occupé d'Hermione. Ils atterrirent, et avant qu'Hermione n'ait retrouvée son équilibre, Harry avait lancé un Protego qui fit rebondir un sort rouge, et Allen s'était élancé en avant.

Il y avait deux Akumas, un niveau un, qui explosa dans les premières secondes, et un autre Akuma, cette fois un niveau deux, qui esquiva.

Un sort passa au-dessus de l'épaule d'Harry, vite suivit par un autre. Il retint un rictus et avança sur le côté, lançant un autre Protego en face d'Hermione. Un des Mangemorts trébucha sur la direction d'une balle d'Akuma, et il disparut en poussière. Le visage pâle de l'autre se concentra sur lui et il y vit sa chance. En revanche, avant qu'il ne puisse attaquer, l'autre se retourna et disparut en transplannant.

Il sût le moment exacte où le niveau deux fut détruit, et il se sentit nerveux et près à retourner à la Congrégation de l'Ombre. Il sentit la main de Ron sur son épaule, et un moment plus tard Hermione murmura

- Je crois … je crois qu'on devrait rentrer, maintenant.

Ils étaient tous du même avis, et ils se regroupèrent rapidement. Alors qu'ils transplannaient, ils purent voir Xenophilius apparaître en bas des escaliers.