Au vol

Disclaimer : les personnages appartiennent à CLAMP.

Mini Os écrit sur la fin du chapitre 52 « Le cadeau du monstre » dans le tome 8. Nos voyageurs sont dans la jungle des lapins et la tornade vient les remercier en leur offrant une pluie de fleurs. Les deux dessins (p 73 et 75) où l'on voit Fye pendu au cou de Kurogane m'enchantent particulièrement.

oOoOo

Il y avait des instants précieux que Fye savait saisir au vol. Ceux où il pouvait se rapprocher de Kurogane à la faveur d'un danger, d'une blague ou d'une situation imprévue. Pendant quelques secondes, il se collait contre le corps absolument parfait du ninja, se délectant de ressentir sa chaleur, lui dont l'âme était glacée.

Alors il pouvait oublier même si ce n'était qu'un instant. Oublier l'horreur de son passé, sa douleur d'être au destin maudit, que sa mission était de les trahir tous…

Oui le magicien chérissait ces moments fugaces. D'ailleurs il était souvent jaloux de Mokona, qui lui n'hésitait pas à se réfugier sous les habits de Kurogane, dès qu'il en avait l'occasion.

Ce jour là, ils étaient dans la jungle des lapinous quand la tornade était revenue, juste après que Shaolan ait rendu la plume à Sakura.

C'était littéralement saisir au vol que de se jeter au cou de Kurogane tandis que le vent tourbillonnant menaçait d'emporter le poids plume qu'il était. Fye s'accrochait à lui de toutes ses forces.

Mais le magicien n'était pas seul sur le coup, les lapinous aussi. La blancheur de leurs fourrures tranchait sur les habits noirs du guerrier et Mokona se retenait aux curieux pics de ses cheveux.

L'air résigné de Kurogane le rendait encore plus craquant et Fye profitait de cet instant où il pouvait se blottir contre lui en toute impunité… Les fleurs qui tombaient du ciel, donnaient une ambiance irréelle et romantique, sans doute plus adaptée à la princesse endormie dans les bras de son chevalier. Mais le magicien savourait ce moment, sachant qu'une telle aubaine ne se reproduirait peut-être pas d'aussi tôt.

oOoOo

Kurogane n'en revenait pas… Lui le ninja le plus craint du Japon, renvoyé de son pays par une princesse pourtant douce et compréhensive à cause de sa fureur guerrière, servait de porte-peluche !

Que penserait-on en le voyant ainsi ? Avec des lapinous accrochés partout sur lui, une boule de poils sur la tête et un grand blond hilare pendu à sou cou. Comme s'il était un gros nounours à qui on peut faire un câlin collectif !

Et la pluie de fleurs était la cerise sur le gâteau de cette scène improbable.

Le vent se calma d'un coup, mais les pots de colle ne semblaient pas prêts à le lâcher si vite. N'empêche, malgré son sourire archi-faux, il était quand même bien mignon ce blondinet. Kurogane, tout ninja qu'il était, se disait que lui aussi pouvait profiter un peu de cet instant…

Fin

Merci de votre lecture et pour les reviews sur le chapitre précédent !