Chapitre 3 : Enlèvement

« Neo… il faut qu'on parle. »

Les yeux de la blonde étaient cernés, et légèrement gonflés, comme si elle avait pleuré. Pour la première fois depuis que Neo la connaissait, on pouvait lire la lassitude et le découragement sur son visage angélique.

« Qu'est ce qu'il se passe, Coralie ? demanda Cortex d'un ton inquiet.

- Eh bien… Tu sais, ça fait cinq ans qu'on est ensemble, et en cinq ans, je t'ai dit hier encore qu'on avait de la chance que Clarisse ne nous aie pas balancés ou que ma tante ne nous aie pas découverts.

- Oui ? De toute façon, Clarisse ne nous balancera pas, j'ai une souris à disposition. »

Coralie se tortilla, mal à l'aise. Son petit copain semblait oublier que la peste avait maintenant quinze ans, et qu'après sept années passées dans une école autoproclamée « maléfique », il y avait peu de chances qu'une souris, même bien plus grosse que la normale, suffise à la tenir au secret.

« Ben… ma tante a tout découvert…

- QUOI ?

- Oui, et… je t'épargne les détails, mais en gros, elle m'a dit qu'une Amberley ne devait pas sortir avec quelqu'un comme… comme toi, avoua-t-elle au bord des larmes, et qu'en conséquence, pour nous séparer… elle me changeait d'école. »

Coralie baissa le regard. Neo écarquilla les yeux, incrédule. C'était impossible ! Pourquoi la tante de celle qui comptait le plus à ses yeux voulait la lui enlever ?

« Donc, ce soir sera ma dernière nuit à l'Académie…

- Non ! On… on va trouver un moyen pour que tu restes ici ! Nitrus et Nathan vont nous aider et tu vas rester, tu vas voir ! s'anima le jeune Cortex en pressant les épaules de la blonde.

- Tu ne connais pas bien ma tante, fit Coralie avec un pâle sourire et en se dégageant doucement de l'emprise de l'adolescent. Elle est pire en privé qu'en directrice… on ne pourra pas lui faire changer d'avis.

- Coralie ! Ne sois pas défaitiste !

- Je ne suis pas défaitiste, Neo… simplement réaliste. Alors je voulais te demander quelque chose.

- Quoi ?

- Est-ce que je peux passer ma dernière nuit ici avec toi ? »

Neo rougit. Avait-elle oublié qu'il était dans une chambre de trois garçons ? Bonjour l'intimité et le romantisme ! Comme si elle avait lu dans ses pensées, Coralie se rattrapa :

« Enfin, dans ma chambre plutôt, vu que je suis seule.

- Bon… d'accord… »

oO*Oo

Coco dressa la table. Comme il faisait beau, les Bandicoot et leur invitée avaient eu l'idée de faire un barbecue pour dîner, et avaient dressé la table entre la forêt et la plage. Crunch s'occupait de faire cuire la viande. Michiko avait proposé de faire le service, mais Coco lui avait dit qu'elle s'en chargerait, et que, chez elle, les invités ne travaillaient pas. L'écolière avait donc entamé une partie de cartes avec l'aîné des marsupiaux, qui avait réussi à convaincre sa cadette d'être dispensé de mettre la table.

Crash et Crunch avaient immédiatement sympathisé avec la nouvelle venue. Il faut dire qu'une fois sa timidité passée, Michiko était de très bonne compagnie et avait le rire facile, ce qui avait beaucoup plu au benjamin de la fratrie. En effet, celui-ci aimait raconter des blagues, mais elles avaient fini par lasser son frère et sa sœur. Quant à Crash, son cœur avait battu un peu plus vite quand il avait croisé le regard de l'adolescente.

Enfin, Aku Aku et Pasadena revinrent, un pli soucieux barrant leur front.

« Pasadena ! » s'exclamèrent les mâles Bandicoot, qui n'avaient pas vu leur amie depuis deux ans.

Tour à tour, ils enlacèrent l'opossum avec joie et passèrent à table, tout en pressant la Texane de questions. Le dîner se déroula dans la bonne humeur, tous savouraient la délicieuse nourriture tout en conversant allègrement les efforts de Crash et Coco parvinrent même à faire sortir Michiko de sa réserve habituelle. Pour une fois, elle bavardait sans se poser de questions, sans se censurer. Soudain, un bruit se fasse entendre. Tous cherchèrent son origine et ne tardèrent pas à la trouver : Tiny, Dingodile et Koala Kong étaient mystérieusement apparus juste à côté d'eux, dans la forêt.

« Regardez ! s'écria Michiko. Tiny a un pendentif comme celui de…

- Chut !» lui intima Coco en lui plaquant la main sur la bouche elle ne tenait pas à ce qu'on révèle sa botte secrète.

En effet, le colosse arborait un talisman semblable à celui de la Bandicoot, à la différence qu'il était noir avec des motifs rouge sang. Il y eut un moment de silence presque gênant. Tous se regardèrent et, d'un accord tacite, la bataille commença, tandis que l'écolière jugea plus prudent de se cacher sous la table.

Malheureusement pour le Bien, Coco et Pasadena étaient fatiguées de leur précédent affrontement. Elles durent donc se battre ensemble contre Dingodile, tandis que Crash se chargeait de Koala Kong et Crunch de Tiny. Seuls Michiko et Aku Aku ne prenaient pas part au combat, l'un observant la scène, l'autre tremblant sous la table, fermant les yeux de toutes ses forces et collant ses genoux à sa poitrine. La petite brune bouillonnait intérieurement, mourant d'envie d'aider ses nouveaux amis, bien qu'étant effrayée. Mais elle savait très bien qu'elle n'avait aucune chance de s'en sortir… du moins, pas entière.

Soudain, Koala Kong souleva la table qu'il envoya valser, faisant pousser un cri de frayeur à Michiko. Le mutant éclata de rire. Mais alors, Dingodile adressa une gerbe de flammes à ses adversaires féminines celles-ci, bien que difficilement, parvinrent à l'esquiver, et le feu se dirigea vers la troisième fille.

L'adolescente, par réflexe, protégea son visage avec ses bras, tout en sachant que cela serait vain, et ferma les yeux. Mais elle les rouvrit quand elle comprit qu'elle avait été épargnée. Elle s'apprêtait à remercier Aku Aku, mais se ravisa quand elle constata que tous les regards étaient tournés vers elle. Et pour cause…

Une pâle lueur dorée l'enveloppait, et un long bâton doré, orné d'un genre de pavé blanc avec de petites ailes à son bout, était apparu dans sa main droite.

Profitant de l'effet de surprise produit accidentellement par Michiko, Koala Kong et Dingodile s'emparèrent chacun d'un bras de Crunch. Celui-ci tenta de se débattre, et ses amis de le libérer, mais c'était trop tard : le troisième envoyé de Cortex avait déjà lancé le transfert. Les bras de Coco se refermèrent sur du vide.

« Oh non… murmura la seule humaine du groupe, au bord des larmes. C'est de ma faute…

- Non, la rassura la sœur de Crash. Tu n'as pas choisi d'attirer l'attention de tout le monde ! Et puis, on aurait être plus réactifs. »

Coco savait pertinemment qu'elle avait dit la deuxième partie de sa réponse juste pour que sa nouvelle amie ne culpabilise pas. Il leur aurait été impossible d'être plus au taquet. Cependant son frère hocha la tête en signe d'approbation et demanda à son protecteur :

« Doujinolokoep Michiko? (Pourquoi tu ne nous avais pas dit, pour Michiko ?)

- Parce que, répondit Pasadena à la place du masque millénaire, on savait que Cortex voulait exploiter ses pouvoirs. Et on ne voulait pas qu'elle sache qu'elle en avait, pour pouvoir jouer les innocentes si l'autre fou la capturait.

- J'ai des pouvoirs ? demanda innocemment la lycéenne. Moi ? »

« Ouiiii, toi, pensa l'ex-assistante de Von Clutch. Pourquoi tu crois qu'il y a un halo autour de toi, pauvre nouille ? »

Mais elle ne dit rien. Elle savait que la diplomatie était loin d'être son fort.

« Oui, acquiesça le masque. C'est pour ça que Cortex a besoin de toi. On ne sait pas pourquoi, mais c'est évident qu'il y a un rapport. C'est pour cela qu'on est partis, tout à l'heure… essayer de comprendre…

- Mais là, reprit la Texane, je ne suis plus rien. Pourquoi ont-ils enlevé Crunch ? »

oO*Oo

« Tiny, Dingodile, Koala Kong… je vous avais demandé de ramener la Bandicoot…

- Ben oui, boss.

- ALORS POURQUOI VOUS REVENEZ AVEC CRUNCH ? »

Les trois mutants reculèrent instinctivement, sous le regard amusé de Sachiko, assise dans un coin de la pièce.

« Ben… on croyait que vous aviez dit « un Bandicoot »…

- BANDE D'INCAPABLES !

- Mais, Papa – Cortex poussa un énorme soupir- il pourrait quand même nous être utile. Il n'est pas si bête qu'il en a l'air, affirma Sachiko d'un air faussement innocent.

- Hey ! protesta Crunch.

- Mouais… bon, on peut toujours essayer… Sachiko, garde-le pendant que je mets le Cortex Vortex en route. Et vous, tas de minables, venez avec moi ! »

Le scientifique sortit de la pièce, suivi par les mutants. Sa fille resta seule avec le prisonnier, que Tiny avait eu la prudence de menotter

« T'es qui, toi ? aboya le marsupial. La fille de ce dégénéré ?

- On peut dire ça comme ça… mais je suis vexée que tu ne souviennes pas de moi.

- Quoi ? Je devrais ?

- Bon, soupira l'adolescente, c'est vrai que j'étais un peu plus petite à l'époque, mais quand même, un tel niveau d'ingratitude me dépasse… »

Crunch détailla la fille. Elle était plutôt grande, mais il estima qu'elle ne devait pas dépasser les treize, quatorze ans. Elle avait noué ses cheveux bruns en une queue de cheval s'arrêtant au milieu de son dos. Son regard d'un bleu perçant le mettait mal à l'aise. Malgré l'air adulte qu'elle essayait de se donner, son visage était juvénile, bien qu'elle eût une expression décidée. Elle était vêtue d'une courte robe noire.

« Non, j'me souviens pas.

- Tu me vexes ! C'est quand même moi qui suis à l'origine de ta création !

- Toi ?!

- Oui, moi, répondit Sachiko en levant les yeux au ciel. J'avais sept ans, et je venais d'attraper un bandicoot. Il était plus costaud que les autres et j'ai décidé de l'appeler Crunch parce que c'était le bruit qu'il faisait en mangeant… mais mon père a décidé qu'il ferait un super mutant capable de détruire Crash Bandicoot, moi j'étais d'accord, et tu connais la suite. »

Le Bandicoot resta bouche bée. Ainsi, il n'avait pas été enlevé directement pour devenir une bête de combat, contrairement à ce qu'il avait toujours cru… il avait été recueilli par une petite fille ! Quand bien même la petite fille en question était la fille d'un scientifique maléfique…

« Sachiko ! hurla une voix.

- J'arrive ! » répondit l'adolescente sur le même ton.

Elle fit signe au marsupial de la suivre, et celui-ci s'exécuta à contrecœur après que sa geôlière eût lâché un petit « je ne tenterais rien d'idiot, si j'étais toi ». Ils finirent par arriver, après une petite minute de marche, dans la salle où trônait le Cortex Vortex.

« Maintenant, ordonna Cortex, tu t'allonges gentiment sur la table.

- Jamais ! Plutôt mourir !

- Ca peut s'arranger facilement. »

Celui qui avait parlé était un homme de petite taille, vêtue d'une blouse de scientifique verte. Il était chauve et avait deux vis enfoncées dans le crâne.

« Vous êtes qui ? demanda agressivement le prisonnier.

- Le docteur Nitrus Brio, co-créateur de l'Evolvo Rayon. Alors soit tu fais ce que mon collègue te demande, soit je t'empoisonne. »

Crunch regretta d'avoir dit ça. Il avait l'air malin, maintenant ! Il obéit aux ordres de son créateur sous le regard satisfait de celui-ci et de Tiny, l'ennemi juré du Bandicoot.

Ce fut N. Gin qui l'attacha à la table de métal dur et froid. Puis il s'éloigna rapidement, et son supérieur lança le processus. Tout se passa comme pour Tawna, à la différence que Crunch criait moins…

oO*Oo

« Il faut qu'on fasse quelque chose. »

C'était Coco qui avait parlé. Deux jours s'étaient écoulés depuis l'enlèvement de Crunch, et aucun plan proposé n'avait été retenu, et pourtant, ce n'était pas faute d'avoir essayé. C'était la première fois que le clan Bandicoot se trouvait en pareille situation. Cet état des choses perturbait énormément la cadette Bandicoot elle n'avait pas l'habitude d'être à sec en matières de plans et idées.

« Tyudidok, nandjehla ghaodk ? (Pourquoi on irait pas simplement au labo iceberg ?) proposa Crash.

- Le soleil de l'Australie tape dur, à ce que je vois, ironisa Pasadena. Tu voudrais qu'on aille se jeter dans la gueule du loup comme ça, au petit bonheur la chance ?

- Calme-toi, tempéra la Bandicoot. Ca ne me semble pas être une mauvaise idée… à condition de prendre ses précautions.

- Comment ? demanda l'opossum.

- Tu vas voir. »

Coco mit son ordinateur portable en route, et lança un programme. Elle était ainsi en train de pirater le réseau de surveillance du labo de l'ennemi, de la même façon que depuis des années – ce qui lui faisait souvenir bénir la stupidité d'N. Gin, le responsable de la sécurité du labo, qui n'avait jamais changé radicalement le système. En se déplaçant d'une caméra à l'autre, elle poussait des petits bruits de surprise.

« Que se passe-t-il ? interrogea le masque ancestral.

- C'est… c'est plus que bizarre ! répondit la marsupiale. Il n'y a personne dans le labo ! Personne, pas un garde, pas un mutant… dans aucune pièce ! Ni même dans les prisons !

- Alors, conclut la Texane, pas besoin d'y aller.

- Si… pour que je puisse accéder aux ordis de Cortex et visionner des infos qu'il est impossible de pirater.

- Et si c'était un piège ? »

Tout le monde se tourna vers Michiko, qui rougit immédiatement, peu habituée à ce qu'on l'écoute.

« Que veux-tu dire par là ? demanda doucement Aku Aku.

- Eh bien… si… si j'étais un scientifique maléfique, je diffuserais de fausses bandes pour qu'en cas de piratage, mes ennemis croient qu'il n'y a personne…

- Impossible ! déclara Coco. Ca fait des années que je lui pirate son truc et il ne se rend jamais compte de rien !

- Et… et si justement il se servait de ta confiance en toi ? »

La blonde en resta bouche bée. Michiko interpréta son silence de travers.

« Pardon… c'était stupide…

- C'était génial.

- Hein… Quoi ?!

- Ben, oui ! Je vois bien Cortex faire ça. Mais on ira quand même. Après tout – Coco désigna son pendentif – en cas de pépin on a notre ticket de retour. »

La décision de se rendre au labo dès le lendemain fut donc acceptée par tous.

Le soir, dans son lit, Michiko eut du mal à s'endormir. C'était si excitant ! Le lendemain, au lieu d'aller à l'école… elle affronterait Cortex et ses alliés ! Et tenterait d'en savoir plus sur cette Sachiko…

Sachiko. Ni les Bandicoots, ni Pasadena ne savaient quoi que ce soit à son sujet, ils ne l'avaient jamais vue auparavant… quant à Crash, il ne savait même pas à quoi elle ressemblait. Seul Aku Aku semblait détenir des éléments de réponse, mais il refusait de dire quoi que ce soit à ce sujet, même sous la pression de l'adolescente. Mais, dans la recherche d'un plan pour délivrer Crunch, tous, sauf la petite brune, avaient oublié la mystérieuse alliée de Nina et auto-proclamée fille de Cortex.

La lycéenne se mit soudain à paniquer : si elle avait juste, tout à l'heure ? Si tout cela n'était qu'un piège ? Un traquenard pour les attirer en jouant sur la tendance bien connue de Crash et Coco à jouer les héros et à leur amour pour Crunch ? Mais elle se rappela que comme Coco l'avait assuré, fuir serait aisé, et tomba dans les bras de Morphée.

Le lendemain, Aku Aku téléporta les quatre amis devant l'entrée principale du labo Iceberg. Il aurait été bien trop risqué de se téléporter directement dedans. Coco tenta immédiatement de l'ouvrir, mais elle était solidement verrouillée, et ses coups de kung-fu les plus puissants n'y changèrent rien. Ce fut alors au tour de Crash d'essayer en tourbillonnant dans la porte… il ne parvint toujours pas à l'ouvrir, tout comme les coups de bâton de Pasadena.

« Allez, Michiko, l'encouragea Coco, sers-toi de tes pouvoirs !

- Tu plaisantes ? demanda l'écolière en rougissant légèrement. Je ne parviens même pas à faire tenir un champ de force plus d'une seconde et demie ! »

Tous soupirèrent même Aku Aku, qui avait décidé d'oublier la prudence, ne parvenait pas à les téléporter à l'intérieur du bâtiment. Soudain, la Bandicoot eut une illumination :

- Attends ! Crash ! Tu te souviens, quand tu as du combattre avec Cortex, tu es venu ici, non ? Alors tu dois connaître une autre entrée !

- He fohoki… (j'ai oublié…) avoua honteusement le marsupial.

- Attendez ! s'exclama la seule humaine du groupe. Peut-être que Crash ne s'en souvient plus, mais moi si ! »

Les autres se dévisagèrent, interloqués, avant de se rappeler que Michiko était fan de leurs jeux vidéos. Ils la suivirent. Après un long cheminement, la petite troupe parvint à une petite porte.

« Elle est fermée, constata la Texane.

- Kidjeplo, mikoal ! (On pourra quand même la défoncer !) » dit Crash.

Effectivement, il avait vu juste. La porte céda après quelques coups du marsupial, et le groupe pénétra dans l'édifice. Aucun piège ne les attendait : le bâtiment était bel et bien vide. Et même si Coco parvint à pénétrer dans les ordinateurs laissés sur place, ils ne lui apprirent rien.