"Vi, nous sommes attaquées!"

Pantelante, le front dégoulinant de sueur, une des jeunes Tueuses du centre venait d'apparaître sur le pas de la porte de la salle d'entraînement, et regardait Faith et Vi d'un air éperdu, mais soulagée de les trouver encore là.

Les deux jeunes femmes avaient instinctivement tourné la tête en entendant les bruits de la course de rapprocher, et bondi instantanément sur leurs pieds à l'annonce de la jeune fille.

"Nous sommes attaquées!" répéta-t-elle très vite alors que les deux aînées accourraient vers elle.

"Tu es blessée?" s'enquit Vi avant toute chose, examinant la gamine des pieds à la tête, à la recherche d'une blessure éventuelle.

Elle secoua rapidement la tête, et soulagée, Vi ajouta rapidement:

"Comment ça, attaquées?"

"Attaquées par quoi?" précisa Faith, une once d'impatience contenue dans la voix.

"J'ai pas bien vu" répondit la jeune fille sur un ton d'excuse. "On aurait dit des sortes de morts-vivants."

"Ils sont où?" réclama Vi. "Ils sont entrés?"

"Ils sont arrivés par la porte Est, côté dortoirs," répondit la Tueuse. "Camille essaie de les contenir en bas, dans le réfectoire, pour les empêcher de se répandre dans le reste de l'école et elle m'a envoyée te prévenir"

"Bien joué" approuva Vi avec un hochement de tête.

"Assez bavardé" gronda Faith. "Allons-y"

"Il faut d'abord passer à l'armurerie," répondit Vi alors que les trois filles se mettaient en route. "Les filles n'ont pas d'armes"

Faith grimaça, indiquant clairement qu'elle trouvait saugrenue l'idée que des Tueuses se promènent sans arme, mais elle emboîta le pas à Vi sans commenter.

Les trois filles s'élancèrent dans le long couloir à l'extérieur du gymnase, et le parcoururent à toute vitesse jusqu'à un escalier derrière une double porte que Vi ouvrit à la volée sans même ralentir l'espace d'une seconde. Elles montèrent l'escalier quatre à quatre et débouchèrent dans un nouveau couloir. Vi tourna immédiatement sur la droite et pénétra dans la première pièce après avoir déverrouillé la porte à la hâte à l'aide d'un trousseau de clés sorti de la poche de son treillis beige. La nouvelle pièce dans laquelle les trois filles pénétrèrent n'était pas très vaste: elle avait du servir de buanderie, voire même de placard à l'époque où le manoir servait de pensionnat ordinaire pour jeunes filles. Les trois murs autres que celui dans lequel était bâti la porte étaient tous couverts de larges et hautes vitrines qui montaient jusqu'au plafond et qui contenaient toutes sortes d'armes. Faith suivit Vi jusqu'à la vitrine du fond où étaient exposés des dizaines de couteaux, dagues et mêmes des épées de toutes tailles et de toutes formes. Elle resta un instant admirative devant ce déploiement, avant que le bruit des clés qui s'entrechoquaient alors que Vi cherchait celle qui ouvrait la vitrine, ne la ramène à la réalité.

"Qu'est-ce que tu fous?" gronda-t-elle.

"Je cherche la clé, bien sur" répondit la rouquine sans la regarder, ses doigts essayant d'enfiler fébrilement une nouvelle clé dans la serrure.

Faith la regarda faire, mi-incrédule, mi-agacée, et quand la clé fut officiellement disqualifiée comme étant la bonne, elle écarta légèrement Vi de l'épaule.

"Pousse-toi," fit Faith. "Je m'en occupe."

"Quoi?" demanda Vi en fronçant les sourcils d'un air interrogateur.

Pour toute réponse, Faith balança d'un coup sec son coude droit dans la partie droite de la vitrine et la vitre se brisa dans un bruit de tonnerre sous les yeux horrifiés de Vi.

"Faith!" glapit-elle.

"On n'a pas de temps à perdre!" rugit Faith sans lui laisser le temps de continuer. "Prends des armes et allons-y"

Vi sembla sur le point de protester, mais elle se ravisa et fit ce que Faith demandait. La Tueuse brune enfila nombre de couteaux et d'épées à sa ceinture avant de se tourner vers la jeune fille qui était venue les prévenir.

« Et toi? » s'écria-t-elle avec impatience. « Tu fais quoi? » La gamine la regarda un instant sans comprendre, et Faith lui jeta alors un pieu qu'elle tenait en main, « Viens nous aider » précisa Faith.

La gamine obéit sans hésiter et se précipita vers Faith qui lui fourra plusieurs armes dans les mains. Elle imita son aînée et glissa les dagues dans sa ceinture les unes après les autres avant de garder en main une lame plus longue et plus large. Faith et Vi empoignèrent elles, plusieurs épées dans chaque main avant de se précipiter vers la sortie de nouveau, la jeune Tueuse sur les talons. Elles dévalèrent l'escalier quatre à quatre et parcoururent les couloirs à toutes jambes jusqu'à l'autre aile du bâtiment. Rapidement, elles entendirent des cris, des exclamations, des bruits sourds de coups et de combat. Quand elles parvinrent au réfectoire, Faith ne prit pas un instant pour embrasser la scène devant elle. Elle se précipita dans la mêlée au milieu des jeunes Tueuses débordées, certaines terrifiées, d'autres transcendées par l'enjeu. Des dizaines de morts-vivants avaient réussi à pénétrer dans le bâtiment et mettaient en pièce la salle du réfectoire, renversant les tables et les chaises, arrachant les portes des placards, attaquant les jeunes filles avec une violence que ne laisserait pas deviner leurs frêles silhouettes décharnées. D'autres étaient agglutinés contre la porte Est et essayaient de la forcer alors que plusieurs Tueuses s'efforçaient de maintenir l'accès fermé, protégées par certaines de leurs camarades qui empêchaient les morts-vivants déjà présents d'aider leurs semblables à entrer. Dans le capharnaüm qui régnait dans la salle, Camille essayait de se faire entendre et de diriger ses homologues. La jeune Hope, pour sa part, faisait partie du groupe de filles serrées contre la porte et qui essayaient de résister à la poussée de leurs attaquants extérieurs.

Faith lança toutes les armes qu'elle pouvait aux jeunes Tueuses désarmées qui l'entouraient, et vit Vi en faire autant. La brunette se jeta dans la mêlée centrale, là où le plus grand nombre de morts-vivants était concentré, pendant que son homologue se précipitait à la rescousse du petit groupe près de la porte. En quelques minutes de combat, l'arrivée des deux Tueuses plus aguerries et d'une ribambelle d'armes permit d'inverser la tendance et les rangs des morts vivants commencèrent à diminuer.

« Qu'est qu'on fait pour ceux dehors? » hurla Faith en direction de Vi, tout en décapitant le mort vivant à sa droite d'un seul coup d'épée.

« J'en sais rien encore! » répondit Vi de la même façon, alors qu'elle même transperçait son adversaire direct de sa lame.

Elles n'eurent cependant pas le temps de se concerter sur le sujet. Hope, qui tenait fermée l'une des doubles portes qui menait à l'extérieur, en s'appuyant contre elle de toutes ses forces, eut soudain une violente crampe dans le bras gauche, et eut un mouvement de recul qui lui fit lâcher son poste pendant un bref instant. Il n'en fallut pas plus aux morts vivants qui tentaient vainement de franchir la porte depuis dix minutes pour enfin se frayer un chemin à l'intérieur. Le côté de la porte brièvement relâché par Hope, vola en éclats, et des dizaines de corps squelettiques et déguenillés refluèrent dans le réfectoire, repoussant violemment au passage les jeunes Tueuses qui tentaient de les empêcher d'entrer. Hope se retrouva balayée par la horde et tomba sur le sol où elle fut piétinée par plusieurs dizaines de pieds nus et sales avant de parvenir à se glisser hors de portée, sous une table renversée. Vi, qui tournait le dos à la porte au moment où celle-ci cédait, eut à peine le temps de se retourner pour voir ce qui se passait avant que plusieurs morts vivants ne se ruent sur elle. La rouquine leva le bras gauche qui tenait fermement une dague effilée dans sa main et frappa à deux reprises le mort vivant le plus proche, tout en essayant de dégager son épée toujours enfoncée dans le ventre de sa précédente victime.

« Vi! » hurla Faith en voyant la rouquine si mal entourée.

Elle fit un geste pour se précipiter à son aide, mais un cri aigu à son droite lui fit tourner la tête. Camille était son tour submergée par le nombre, et l'aide de Natalie venue la secourir n'était pas suffisante. Faith n'était qu'à quelques mètres et elle les parcourut sans réfléchir pour aider les deux jeunes. Jouant de sa dague main gauche, puis de celle main droite, elle déchira le dos d'un mort vivant, coupant la tête d'un autre, lacéra la poitrine d'un troisième avant d'écarter un quatrième d'un violent coup de pied dans la poitrine. Quand enfin, elle se fut débarrassée du groupe de morts vivants et que Camille et Natalie furent dégagées, Faith prit juste le temps de leur lancer « Ça va? » et à leur hochement de tête, elle se retourna vers l'endroit où se trouvait Vi précédemment. La rouquine n'était nulle part en vue mais un petit groupe de Tueuses semblait désespérément essayer de dégager plusieurs monstres d'une de leur proie. En deux enjambées, Faith se rua dans cette nouvelle mêlée et fit parler sa dextérité pour décimer un nouveau groupe de morts-vivants en un temps record sous le regard admiratif des plus jeunes.

Elle trouva Vi sans connaissance, allongée sur le sol à l'endroit où Faith l'avait aperçue alors que le groupe de monstres lui tombaient dessus. La brunette se précipita prés d'elle alors que les jeunes hurlaient de terreur en voyant leur mentor à terre. Faith prit immédiatement le pouls et constata avec soulagement que la rouquine respirait. Elle avait pris un vilain coup à la tête et une plaie saignait abondamment. Faith épongea le sang avec un morceau de la manche de Vi qu'elle arracha à son tee-shirt avant d'appuyer sur la blessure pour arrêter l'hémorragie. Derrière elle, elle sentit plus qu'elle ne vit, plusieurs Tueuses en découdre avec des morts-vivants qui cherchaient à s'en prendre à elle. Quand elle eut fait tout ce qu'elle pouvait pour soulager la blessure de Vi dans l'urgence de la situation, elle se releva d'un bond et embrassa la scène autour d'elle du regard. Il restait quelques groupes de morts-vivants dans le réfectoire, sur lesquels une groupe de Tueuses, que tentait de diriger Camille, peinait à prendre l'avantage. Prés de la porte qu'avait laissé échapper Hope un peu plus tôt, plusieurs jeunes s'étaient remises en position pour empêcher d'autres morts-vivants d'entrer. La plus grande confusion régnait, et on allait et venait, et s'interpellait en tous sens autour d'elle. Elle jeta un coup d'œil à Vi, espérant secrètement que la rouquine se relève et reprenne son rôle de chef, mais cela n'arriva pas. Elle eut une brève pensée pour Tara, pensa à ses boules de feu et à son pouvoir d'apaisement sur les autres. Mais Tara n'était pas là. Faith était seule, et elle devait se débrouiller pour gérer la situation. Cette réalisation la fit sortir de sa torpeur passagère, et elle bondit soudain sur une des rares tables de la pièce qui n'avait pas été éventrée, afin d'attirer l'attention des jeunes Tueuses sur elle.

« Camille! » hurla-t-elle à l'adresse de l'aînée, et le temps sembla se suspendre, chacune cessant de faire ce qu'elle faisait pour se tourner vers elle. Faith ne put s'empêcher de trouver étrange la façon dont toutes les Tueuses – et leurs adversaires même – étaient suspendues à ses lèvres. « Bloque tous les accès possibles pour que rien ne puisse sortir de cette salle, prends les tables, les chaises, ce que tu veux, mais ferme moi tout ça! »

Il n'y eut pas l'ombre d'un questionnement dans l'attitude de la jeune fille. Elle hocha la tête, acheva le mort vivant le plus proche d'elle, fit un geste à deux plus jeunes prés d'elle pour qu'elles l'aident, et se précipita vers la porte du fond contre laquelle elle commença à entasser chaises et morceaux de tables éventrées.

« Natalie! » continua Faith quand elle constata qu'elle était obéie. « Débrouille toi comme tu veux, mais finis moi ces derniers morts vivants! »

Et elle finit sa phrase en plantant sa dague dans la poitrine de l'un d'eux qui essayait de renverser la table sur laquelle la brunette s'était perchée. « Vous trois, aidez-la! » ajouta-t-elle à l'adresse de trois petites qui la regardaient avec de grands yeux ronds.

Immédiatement, toutes se mirent en action, et Natalie et ses trois acolytes désignées par Faith, redoublèrent d'efforts pour nettoyer le réfectoire des quelques morts vivants qui restaient encore debout. Faith se précipita ensuite vers la porte fenêtre où se pressaient encore la plupart des filles qui conjuguaient leurs efforts pour maintenir l'ouverture fermée. La brunette s'approcha de la fenêtre et vit tous les yeux se tourner vers elle dans l'expectative.

« Combien sont-ils dehors? » demanda-t-elle en plissant les yeux pour essayer de percer l'obscurité qui régnait à l'extérieur. Elle distinguait des silhouettes agglutinées contre la vitre, mais il était quasiment impossible de savoir combien exactement de monstres se trouvaient là dehors. A première vue, il pouvait y en avoir plusieurs dizaines. Faith se tourna de nouveau vers Camille qui avait déjà entassé une montagne de meubles cassés devant la porte principale et qui commençait à en faire autant devant la porte de service.

« Attend! » cria-t-elle à son intention, et Camille stoppa son geste pour se tourner vers elle d'un air interrogateur.

« Tenez encore un peu » fit Faith en se tournant de nouveau vers les filles qui bloquaient la double porte fenêtre.

Puis elle attrapa Hope – qui était toujours à moitié cachée sous une table – par un bras et la traina derrière elle en direction de Camille.

« Où mène cette porte? » demanda Faith en essayant de l'ouvrir, mais elle était verrouillée. « Aucun mort vivant n'est sorti par là? »

Camille secoua la tête.

« Non » expliqua-t-elle. « J'ai demandé à Nat de fermer tout de suite les issues, et ils ont délaissé celle là de toutes façons, ils essayaient plutôt de sortir par la grande porte »

Ce-disant, elle désignait l'issue qu'elle venait de condamner.

« Parfait » approuva Faith en tirant avec force sur la poignée de la porte étroite devant laquelle elle se trouvait, avant de se tourner vers Hope. « Écoute, je veux que tu montes à l'étage et que tu regardes par la fenêtre au-dessus combien il y en a et que tu me cries le nombre par la fenêtre. Ensuite, va chercher les autres Tueuses qui ne sont pas ici, sors les de leur lit, prenez les arbalètes et tirez leur dessus depuis les fenêtres de l'étage. OK? »

« Ce sont les plus jeunes qui sont dans l'autre aile et qui ne sont pas là » intervint Camille. « Leur entraînement à l'arbalète n'est pas encore très avancé »

« Tant pis » répliqua Faith. « Ce sont des Tueuses de toutes façons, n'importe quelle Tueuse peut tirer avec une arbalète aussi naturellement qu'elle peut marcher. »

« On pourrait faire sortir les plus jeunes et les moins aguerries par cette porte » proposa Camille qui ne semblait pas convaincue.

« Non » répondit Faith immédiatement sur un ton sans réplique. « On ne sera pas assez pour faire face sinon. Elles s'en sortent très bien » ajouta-t-elle sur un ton plus rassurant.

Puis elle se tourna vers Hope de nouveau.

« Compris Hope? »

La petite hocha la tête, l'air mi-terrifiée, mi-enthousiaste.

« Allez, fais vite » ordonna Faith, et elle tira une dernière fois sur la porte, et cette fois, la serrure céda, autorisant la Tueuse à dégager l'ouverture pour laisser passer la gamine. Celle-ci se précipita et Faith la vit disparaître dans l'obscurité d'un couloir étroit.

« Et maintenant? » demanda Camille.

« Condamne cette porte » répondit Faith, et elle repartit sans un regard en direction de la porte fenêtre, et elle entendit Camille crier des instructions aux filles qui l'avaient aidée à bloquer l'entrée principale du réfectoire.

Faith revint vers la dizaine de Tueuses qui s'efforçaient de maintenir fermé le troisième et dernier accès au réfectoire, alors que Natalie et son groupe venaient d'achever les derniers morts-vivants debout.

« Restez concentrées » ordonna Faith en voyant les jeunes filles se détendre comme le dernier monstre rejoignait les dizaines de cadavres décharnés qui jonchaient désormais le sol du réfectoire.

Toutes redoublèrent alors d'efforts pour maintenir la porte contre les assauts redoublés des morts vivants toujours agglutinés dehors.

« Qu'est-ce qu'on va faire? » demanda une jeune Tueuse qui semblait terrifiée, en jetant un coup d'œil à Vi toujours allongée sur le sol. « Vi est blessée ou peut être morte même et... »

« Elle est pas morte ! » protesta une autre.

« On va pas tenir éternellement comme ça! » enchaîna une troisième, alors que le brouhaha de conversations diverses s'éleva dans la pièce.

« Du calme! » réclama Faith d'un ton ferme, et le silence revint immédiatement comme par enchantement. Faith fit une pause quand elle remarqua que tous les yeux de la pièce étaient tournés vers elle, mais elle se reprit avant que cela ne devienne embarrassant:

« On ne va pas rester là à attendre qu'ils finissent pas défoncer la porte, ou que la cavalerie arrive. La meilleure défense, c'est l'attaque, et on ne va pas avoir peur de quelques morts vivants. A mon signal, nous allons ouvrir ces fenêtres, et les laisser entrer. »

Il y eut d'abord un silence, puis un murmure parcourut les Tueuses, un murmure auquel Camille donna voix:

« C'est... c'est vraiment une bonne idée? On a déjà eu du mal à se défaire de ceux-là... »

« C'est la seule chose à faire » répliqua Faith avec une confiance qui l'étonnait elle-même. « Ils ne pourront rentrer que deux par deux au plus. On les embrochera au passage. Placez vous en lignes, de part et d'autre de la porte. Et vous » elle faisait signe à plusieurs Tueuses en disant cela, désignant du geste la zone où elle souhaitait qu'elles se placent, « en demi-cercle juste derrière, au cas où... »

Faith s'éloigna de quelques pas alors, jusqu'à Vi toujours allongée et inconsciente. Elle vérifia une nouvelle fois son pouls, puis la déplaça avec attention, pour la mettre à l'abri derrière une table à moitié tombée. Puis elle revient vers le groupe, et regarda chaque Tueuse une à une.

« Vous êtes toutes armées? »

Hochement de tête collectif, et chacune serra son arme un peu plus fort.

« Vous avez toutes compris ce que vous avez à faire? »

Nouveau hochement de tête et échange de coup d'œil entendu entre les filles.

« Parfait. A mon signal, on ouvre »

Faith, vint alors se positionner devant le groupe de filles placées en demi-cercle, ses deux dagues brandies.

« A trois, vous vous écartez de la porte, ok? »

Le petit groupe qui résistait encore contre la porte la regarda avec un air terrifié, mais les filles hochèrent la tête bravement.

« Un » hurla Faith.

« Deux » les filles se dégagèrent imperceptiblement.

« Trois! »

Comme un seul homme, tout le petit groupe se dégagea en même temps de la porte et les Tueuses bondirent de chaque côté de l'ouverture, où elles vinrent se placer prés de leurs homologues déjà prêtes à en découdre.

La double porte fenêtre céda immédiatement sous les assauts des morts vivants qui se déversèrent dans la pièce si vite et si brutalement que Faith se demanda pendant une seconde si son plan était une aussi bonne idée qu'il lui avait paru quelques instants plus tôt.

« Allez! » hurla Faith pour encourager les plus jeunes. Elle-même se rua en avant et découpa en deux coups de dagues le premier mort-vivant qui avait pénétré à l'intérieur.

Son cri et la rapidité de sa réaction donnèrent l'impulsion nécessaire à ses homologues qui s'animèrent toutes ensembles, et il n'y eut bientôt plus que les mouvements fluides des Tueuses, le bruit des armes qui s'entrechoquaient, les respirations saccadées de l'effort qui remplirent la salle.

Au bout de quelques instants à peine, Faith put constater l'efficacité de son idée. .Les morts-vivants venaient se fracasser contre les groupe de Tueuses disposées en demi cercle autour de la porte, comme des poissons viendraient se prendre dans un filet, et les corps ne cessaient de tomber et de s'entasser devant la porte, si bien que se déplacer devint bientôt difficile. Quand en plus, Faith entendit finalement Hope s'époumoner depuis la fenêtre du dessus pour lui indiquer que prés d'une centaine de monstres se trouvaient dans le parc, et qu'à travers la vitre, elle vit des carreaux voler depuis l'étage pour s'enficher dans les corps des morts vivants qui se pressaient encore à la porte, elle sut que la victoire n'était plus très loin.

Malgré l'issue de plus en évidente, les morts vivants ne renonçaient pourtant pas, insistant pour entrer à toutes forces, et Faith en vit même certains essayer d'escalader les murs du manoir.

Elle regarda autour d'elle rapidement, et constata que ses petites camarades avaient la situation bien en mains.

« Camille, charge-toi d'en finir ici! » cria Faith en se tournant vers l'ainée des Tueuses.

Cette dernière était aux prises avec deux morts vivants, mais elle leva tout de même le pouce en direction de Faith pour signifier son assentiment. La brunette se précipita alors en direction de la porte et entraîna avec elle quelques unes des Tueuses qu'elle trouva sur son passage. Elle se fraya un chemin jusqu'à l'extérieur sans trop de difficulté, et constata que, comme elle l'avait prévu, les tirs d'arbalète depuis les étages étaient efficaces, criblant les morts vivants de flèches sans que ceux-ci puissent faire quoi que ce soit pour se défendre contre les tireuses.

« Avec moi! » enjoignit-elle aux quelques Tueuses qui l'accompagnaient.

Elles se précipitèrent vers les morts vivants éparpillés près de l'entrée, et revigorées par leur succès, le petit groupe eut tôt fait de participer activement à la décimation des montres. Petit à petit, coup après coup, leur nombre semblait enfin diminuer, et la perspective de la victoire imminente permettait à Faith de combattre la fatigue, alors qu'autour d'elle, les carreaux pleuvaient sur ses adversaires. Elle prenait d'ailleurs note intérieurement de l'adresse des Tueuses, quand une nouvelle flèche rasa son épaule de très prés.

Faith leva les yeux vers les fenêtres au dessus de sa tête, et au milieu des Tueuses toutes plus concentrées les unes que les autres sur ce qu'elles faisaient, elle remarqua Hope qui, la main sur la bouche, lui adressait une grimace d'excuse. Faith soupira et se remit en action.

Quelques minutes plus tard, elle vit Camille et quelques filles passer prés d'elle en courant et en conclut que l'intérieur était nettoyé. Elle jeta un coup d'œil circulaire et vit qu'il ne restait plus qu'un petit groupe d'ennemis. Faith se précipita dans cette direction, écarta les jeunes Tueuses déjà aux prises avec les montres, et se chargea elle-même d'en finir. Quatre morts-vivants plus tard, des applaudissements et des exclamations de joie retentirent, les carreaux cessèrent de siffler à ses oreilles, et Faith réalisa que c'était enfin fini. Elle se redressa du dernier monstre qu'elle venait de terrasser et regarda autour d'elle : des dizaines de cadavres grisâtres jonchaient la pelouse du parc, et une quinzaine de gamines étaient rassemblées autour d'elle, la regardant comme si elle était le Messie en personne, certaines encore prêtes à l'applaudir, d'autres soutenant des camarades blessées ou épuisées. Faith leur offrit un petit signe de tête gêné, et après un dernier regard aux cadavres sur le sol pour s'assurer qu'il n'y avait là que des zombies, elle fit signe aux Tueuses de la suivre à l'intérieur, et leva au passage un pouce de félicitations en direction des plus jeunes penchées aux fenêtres du premier étage.

A l'intérieur, les plus valides dégagèrent les portes barricadées, et en quelques minutes, tout le reste de l'école fut dans la pièce, des autres Tueuses, isolées dans l'autre aile du bâtiment jusqu'aux aides-soignantes en passant par les cuisinières.

Quelqu'un s'était penché sur la blessure de Vi, et cette dernière avait repris connaissance, bien qu'elle semblât encore un peu sonnée et étrangère à l'agitation autour d'elle. A quelques pas de la rouquine, Natalie passait un baume apaisant sur le visage tuméfié de Camille, alors qu'un peu plus loin, Hope racontait avec force détails comment elle était allée chercher la cavalerie à l'étage et comment elle avait transpercé de son arbalète des dizaines de morts-vivants. Elle évita bien entendu, soigneusement le passage où elle avait failli embrocher l'épaule de Faith, ce qu'étrangement, cette dernière trouva amusant.

Comme plus personne ne faisait attention à elle, chacune occupée à raconter sa propre version de la soirée, elle se laissa tomber sur une chaise encore debout, à côté de Vi qui recouvrait peu à peu ses esprits.

« Comment ça va, Red? » s'enquit-elle avec un sourire narquois. « Ça va mieux après un petit somme? »

La rouquine sembla mortifiée à la remarque, et Faith la regretta immédiatement. Elle tenta de se rattraper à l'instant où elle avait fini sa première phrase.

« Je veux dire, comme tu te sens? Vraiment? Tu m'as fait une belle frayeur, tu sais.»

La brunette avait changé de ton si vite, que Vi n'eut pas le temps de s'empourprer. Elle porta sa main à sa tête, là où elle avait été blessée, et haussa les épaules.

« J'ai un mal de crâne terrible » fit-elle sur un ton amer.

Elle tenta alors de se lever, et manqua de vaciller. Faith se précipita pour la rattraper et tenta de la rasseoir, mais Vi la repoussa.

« Non, non » protesta-t-elle. « Il faut que je fasse l'appel, que je m'assure que tout le monde est là et va bien. »

« Il n'y a pas eu de blessée grave » l'assura Faith.

Mais Vi secoua de nouveau la tête, et cette fois se dégagea de la poigne de Faith.

« Il faut que je m'en assure. »

Elle dit quelques pas vers le centre de la pièce et interpella les jeunes dans la pièce.

« Camille, Natalie, Martha, Tori, au rapport! » s'écria-t-elle d'une voix forte, et un silence immédiat et complet tomba sur la pièce. Les quatre Tueuses concernées, firent un peu petit pas dans sa direction, en la fixant intensément. « Faites l'appel de votre groupe, vérifiez que tout le monde est là et rapportez moi les blessures de chacune, compris? »

Les autres hochèrent la tête dans un bel ensemble et partirent dans des directions différentes. Faith voulut alors faire asseoir Vi de nouveau, mais celle-ci se lança alors dans une grande conversation avec une des cuisinières qui venait s'enquérir de son état, et la médecin de l'école qui s'attelait à désinfecter une plaie sur le bras d'une jeune fille que Vi encourageait d'un regard bienveillant. Faith renonça alors à la déranger, et se laissa de nouveau retomber sur sa chaise, sentant la fatigue l'envahir finalement.

Elle resta un long moment à observer pensivement l'activité autour d'elle, les filles qui prenaient des nouvelles les unes des autres ou se racontaient leurs aventures, celles qui venaient demander à Vi si elle allait bien; elle rêvassait ainsi encore sur sa chaise lorsque Vi revint vers elle, dix ou quinze minutes plus tard. La salle n'était pas encore déserte mais la plupart des Tueuses étaient parties pour regagner leurs chambres, même si Vi savait pertinemment qu'il se passerait un long moment avant que tout le monde dorme. Seules Hope, Camille et deux ou trois autres étaient encore présentes, attendant visiblement que la médecin ne finisse d'examiner l'une d'entre elles.

« On nettoiera tout ce bazar demain » fit Vi à l'adresse de Faith en regardant autour d'elle et en soupirant d'un air las. « Je sais pas ce qu'on va faire de tous ces cadavres de morts-vivants... Je vais devoir appeler Mr Giles pour savoir s'il y a quelque chose de particulier à faire... »

« Au moins, les vampires n'encombrent les salons une fois morts » fit remarquer Faith, et Vi hocha pensivement la tête en examinant un cadavre à ses pieds.

« Quand même... » Réfléchit-elle à haute voix. « Je me demande bien d'où ils pouvaient venir... Encore une chose qu'il faudra résoudre demain. »

« Pas la peine d'attendre demain » Répliqua Faith en soulevant légèrement le cadavre avec son pied. « Regarde leur peau et leurs pieds »

Vi s'exécuta, puis releva la tête vers Faith qu'elle regarda sans comprendre.

« Regarde cette espèce de boue partout sur leur peau » expliqua Faith après avoir levé les yeux au ciel d'un air entendu. « La couleur, la texture... Ils traînaient pas dans des salons... »

« Merci pour cette information de première nécessité » rétorqua Vi sèchement. Puis elle se pencha plus prés du corps en question pour observer les dépôts sur la peau de façon plus attentive.

Ses sourcils se froncèrent, et après quelques secondes, elle murmura, plus pour elle-même que pour Faith :

« Ce n'est pas de la boue, c'est de la vase... »

Sa tête tourna vers l'arrière à la vitesse d'un ressort, et Vi bondit sur ses pieds.

« Hope! » hurla-t-elle sur un ton véritablement furieux.

La gamine manqua de tomber à la renverse en s'entendant ainsi appeler, et regarda Vi d'un air extrêmement mal à l'aise.

« Tu sais d'où venaient tous ces montres? » cria la rouquine en marchant dans sa direction, Faith, qui s'était levée précipitamment, sur les talons. « D'un marais! » reprit Vi sans laisser le temps à personne de dire quoi que ce soit. « Et qui a été se promener dans un marais récemment et y a chatouillé un monstre qui ne demandait qu'à rester tranquille? »

Hope devint cramoisie et baissa les yeux sur ses chaussures, alors que les regards de toutes ses camarades étaient désormais tournés vers elle.

« Tu crois qu'on essaie de vous priver de vous amuser en vous empêchant de vous jeter dans des marais infestés de morts-vivants? » reprit Vi, toujours aussi furieuse. « Tu vois où mènent tes grandes idées? Quelqu'un aurait pu être tué cette nuit! Une cuisinière, une de tes camarades, ou même toi! »

« Vi... » Fit Faith doucement, mais la rouquine était si furieuse qu'elle hésitait à l'interrompre plus franchement. « C'est sûrement du au fait que j'ai tué le démon... » Essaya-t-elle d'expliquer sur un ton qu'elle voulait apaisant.

« Toi, ne dis rien! » hurla Vi en se tournant vers la brunette avec une telle vivacité qu'il était difficile de croire qu'elle avait reçu un violent coup à la tête une heure plus tôt. « Ça s'est bien fini, tant mieux, mais ça aurait pu finir très mal! Et nous faisons tout ce qui est possible ici pour que ça ne finisse pas mal! » Elle se tourna de nouveau vers Hope. « La plupart d'entre nous le font! »

Elle se tut pour reprendre son souffle, et fusilla la gamine du regard tout en essayant visiblement de maîtriser sa colère. Enfin, après ce qui sembla sans doute durer une éternité pour Hope qui n'avait toujours pas levé le nez, Vi conclut sur un ton glacial:

« Nous en reparlerons demain. Filez toutes au lit maintenant, et restez tranquilles. »

Hope ne se le fit pas dire deux fois, et elle tourna les talons à peine Vi eut-elle fini de les congédier. Elle courut presque jusqu'à la porte et disparut dans le couloir, suivie des autres filles qui chuchotaient entre elles aussi vite et bas que possible.


Une heure plus tard, Faith était avachie dans un fauteuil dans le bureau de Vi qui pour sa part, était affalée dans un petit canapé rapiécé prés d'une petite cheminée dans laquelle brûlait un bon feu de bois.

« Quelques bobos, mais pas de blessure grave » annonça Vi qui avait non seulement retrouvé son calme, mais qui semblait désormais épuisée. « Personne ne manque à l'appel. On a eu de la chance qu'aucune fille ne soit blessée sévèrement. »

Elle resta un instant pensive, puis se tourna vers Faith.

« Merci, c'est grâce à toi »

Faith haussa les épaules.

« J'ai juste fait ce que j'avais à faire. »

« Tu l'as bien fait » répondit Vi sur un ton sans réplique.

« Tes gamines s'en sont bien tirées aussi » insista Faith. « Elles sont bien formées » ajouta-t-elle avec sympathie et sincérité.

Vi réprima un sourire et haussa les épaules à son tour.

« C'est mon boulot »

« Faut croire que tu le fais bien » répondit Faith qui semblait avoir décidé de se montrer agréable.

Vi sourit à la réplique de son homologue, similaire à la sienne quelques instants plus tôt, et s'enfonça un peu plus dans son canapé.

« Quand je pense au travail qui nous attend demain... » Maugréa-t-elle. « Je devrais laisser Hope tout nettoyer toute seule tiens... »

« Ne sois pas trop dure avec elle » fit Faith avec prudence. « C'est une bonne gosse je crois, elle a juste besoin de trouver sa place. »

Vi la regarda bizarrement, et pendant un moment, Faith pensa qu'elle allait de nouveau se mettre en colère et lui rétorquer qu'elle n'avait pas de conseils à lui donner. Mais il n'en fut rien, et Vi se contenta de soupirer.

« Oui, sûrement... » Finit-elle par dire.

Faith fut surprise de ne pas avoir à dépenser plus d'énergie pour défendre Hope, mais elle apprécia de ne pas avoir à insister sur le sujet.

« Tu as réussi à avoir Giles pour savoir quoi faire des corps? » demanda-t-elle à la place.

Vi secoua la tête.

« J'ai laissé un message tout à l'heure. Il va me... »

Elle fut interrompue par la sonnerie de son téléphone qui la fit sursauter. Elle se leva légèrement pour attraper le téléphone dans la poche arrière de son jean et jeta un coup d'œil à l'écran sur lequel le nom de Giles clignotait.

« En parlant du loup... » Commenta-t-elle, et elle déplia son téléphone pour répondre.

Faith l'écouta raconter les événements de la nuit et rassurer Giles sur la santé de toutes les habitantes, puis vanter les mérites de la brunette dans la victoire obtenue. Finalement, elle observa la rouquine prendre quelques notes sur un calepin rapiécé en écoutant religieusement les conseils du Britannique. Quelques quinze minutes plus tard, Vi remercia longuement Giles, l'assura de nouveau qu'elle et les filles allaient bien, et finit par tendre le téléphone à Faith.

« Il veut te parler » annonça-t-elle.

Faith prit le téléphone et le colla sur son oreille.

« Hello G » lança-t-elle sur un ton décontracté.

« Hum, bonsoir Faith » répondit Giles, de toutes évidences un peu décontenancé devant tant de familiarité. « Je tenais à te remercier moi-même d'avoir récupéré Hope à ma demande, et d'avoir sauvé les filles du centre de cette attaque. »

« Allez-y mollo » protesta Faith. « Je n'ai pas à proprement parlé 'sauver' les filles du centre. Je suis sure qu'elles s'en seraient très bien sorties sans moi »

« Permets-moi d'en douter, Faith » répliqua Giles. « Je suis convaincu que ta présence, ton expérience et ton expertise ont été précieuses dans ce succès. Tu ne devrais pas minimiser la portée de tes actes, ce que tu as fait est formidable.»

La brunette se trouva à court de mots pour protester devant cet éloge simple et direct, et elle se contenta de hocher la tête maladroitement d'un air gêné, bien que Gilles ne puisse pas la voir. Un silence s'ensuivit, durant lequel Giles sembla réfléchir, et Faith chercha quelque chose à dire.

« Hum, Faith... » Reprit finalement Giles après un moment d'hésitation. « Je sais qu'il est peut-être un peu prématuré de te demander ce que je vais te demander, mais j'aimerais vraiment que tu considères la question avant de répondre quoi que ce soit et... »

« Accouchez, Giles » coupa Faith, mi-amusée, mi-inquiète par les précautions que prenait le Britannique à son égard. « De quoi s'agit-il? »

L'Observateur étouffa une exclamation choquée, et Faith devina qu'elle l'avait quelque peu désarçonné en lui parlant ainsi. Le Britannique prit quelques secondes pour se refaire une composition avant de reprendre où Faith l'avait interrompu.

« Au regard de ce que m'a raconté Violet, il semble que tu te sois montrée à ton aise et à ton avantage dans la direction de ces jeunes Tueuses alors qu'elles courraient un grave danger et... »

Faith dut se retenir pour ne pas le couper une nouvelle fois. Mais elle y renonça, songeant qu'elle saurait plus vite où Giles voulait en venir en l'écoutant sagement, plutôt qu'en l'interrompant et lui en faisant oublier ce qu'il avait à dire toutes les dix secondes par ses impertinences.

« ...et je me demandais si tu ne serais pas prête à revenir sur ta décision et à reprendre un poste au Conseil. »

Il se tut une seconde, attendit sa réaction, puis finalement reprit avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit:

« Il s'agit bien sur d'un poste à responsabilité, auprès des nouvelles Tueuses, il s'agirait d'un poste de chef de section... » Il fit une nouvelle pause, et de nouveau enchaîna sans attendre que Faith dise quelque chose: « Je ne te cache pas que la situation à Cleveland est telle qu'une Tueuse de ton envergure pour diriger toutes ces jeunes serait un atout inestimable... »

Nouvelle pause, et nouvelle tirade encore une fois avant que la Tueuse ne réponde.

« Évidemment, nous pourrons discuter des conditions de ta venue. Tu serais salariée par le conseil, et tu aurais un appartement à ta disposition. »

Cette fois, il se tut pour de bon, et il s'ensuivit un silence malaisé. Faith était bouche-bée, et tentait de réfléchir à la question que soulevait Giles. A bien y penser, elle n'aurait pas du être surprise considérant ce que Vi lui avait dit de la situation à Cleveland. Mais elle n'avait jamais vraiment pris le temps de réfléchir à cette option, et elle se trouvait prise au dépourvu. Étrangement, cependant, elle trouvait un certain attrait à la proposition, même si elle ne pouvait se résoudre à répondre oui et à sacrifier sa liberté qu'elle appréciait tant.

« Giles, je... » Commença-t-elle sur un ton hésitant. « Je ne sais pas vraiment. J'ai... »

Elle essaya d'imaginer à quoi pourrait ressembler la vie là-bas, puis à quoi ressemblerait sa vie si elle déclinait. Aucune image fixe ne parvenait à se former dans son esprit dans aucune de ces situations, mais soudain, autre chose lui apparut clairement.

« Faith, de toutes évidences, nous ne sommes pas... »

« Vous fatiguez pas » l'interrompit la brunette de nouveau. « Je ne peux rien vous garantir, mais je vais y réfléchir. Mais avant de vous donner une réponse ou quoi que ce soit, j'ai quelque chose d'important à faire. Je verrais après et je vous rappellerais. »

Giles voulut insister un peu, mais il se ravisa.

« Très bien. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à me téléphoner, je serais ravi de te répondre. »

« Pas de problème. »

« A très bientôt, Faith. Mes amitiés à Tara »

« Hum, Giles » reprit Faith rapidement pour l'empêcher de raccrocher, et changeant de ton du tout au tout. « Avant que vous ne partiez, c'est quoi cette page sur moi dans le manuel de la Tueuse? »


L'aube se levait à peine le lendemain matin pendant que Faith chargeait ses affaires dans sa voiture, ainsi que des provisions et de nouvelles armes offertes par l'école. Vi, Camille et Hope se trouvaient toutes les trois autour du véhicule et observaient la brunette, tendant occasionnellement un nouveau paquet. Quand tout fut chargé, Faith tendit la main à Camille qui la prit franchement.

« Continue comme ça, petite » lui lança la brunette. « Tu seras une grande Tueuse »

L'aînée hocha la tête et lui sourit avec fierté.

« Merci pour tout, et bonne chance. J'espère qu'on se reverra, à Cleveland peut-être. »

« Peut-être » conclut Faith.

Elle se tourna ensuite vers Hope, qui fixait le sol d'un air maussade, semblant véritablement attristée par son départ. Lorsque Faith lui tendit la main à son tour, elle ne lui tendit pas en retour, et la brunette se pencha vers elle pour lui parler sans que les deux autres n'entendent.

« Allez petite, je suis sure que Vi sera indulgente pour cette fois. Mais promets-moi d'arrêter les catastrophes? »

« Tu es sure que je ne peux pas venir avec toi? » demanda Hope en ignorant la question de Faith. Elle leva les yeux vers elle, et Faith vit que la question était sincère. « Ta vie est super » reprit Hope à voix basse. « Toute seule, sur la route, aller où tu veux quand tu veux, sans personne... »

« Ma vie n'est pas si super qu'elle en a l'air » coupa Faith gentiment, mais fermement. « Ce n'est peut-être pas toujours facile ici, mais tu as plein de chouettes amies, des gens autour de toi, prêts à t'aider et à t'entourer. C'est important, et tu as du t'en rendre compte cette nuit. Toute seule, ou même toute seule avec moi, tu ne t'en serais pas sortie, pas vrai? »

Hope hocha piteusement la tête et baissa de nouveau les yeux vers ses chaussures.

« Tu m'écriras? » demanda-t-elle, si bas que Faith l'entendit à peine.

La brunette fut prise au dépourvu par cette demande inattendue.

« Heu... Je dois dire que je ne suis pas trop courrier tu sais... » Commença-t-elle. «... mais je vais voir ce que je peux faire... » Acheva-t-elle en voyant le regard implorant de la petite. « Mais à condition que tu me promettes de te tenir à carreau! »

« Promis! » assura Hope.

Faith lui tapota alors maladroitement sur l'épaule en guise d'adieux, et Hope attrapa Camille par le poignet et les deux filles s'éloignèrent dans l'allée qui retournait au centre.

« Alors? » fit Vi, comme elles restaient seules. « Tu as tout ce qu'il te faut? »

« On peut dire ça » répondit Faith en refermant le coffre de la voiture. « Merci pour tout. »

« Merci à toi » répliqua Vi. « Je ne sais pas comment ça aurait fini si tu n'avais pas pris les choses en mains. »

« Sûrement très mal d'après Giles! » plaisanta Faith, et cela tira effectivement un sourire à la rouquine.

« Qu'est-ce que tu vas faire maintenant? » demanda Vi. « Tu envisages de retourner à Cleveland? »

Faith parut pensive un moment, puis elle répondit sur un ton quelque peu énigmatique.

« Comme j'ai dit à Giles, j'ai quelque chose d'important à faire avant. Je verrais après »

« Ça doit être vraiment important pour que tu te lèves si tôt » fit remarquer Vi, et Faith apprécia qu'elle ne pose pas de questions.

« Ça l'est » approuva-t-elle.

Vi hocha simplement la tête et alors que Faith lui tendait la main à son tour, elle la serra dans ses bras brièvement.

« Prends soin de toi » encouragea-t-elle.

« Toi aussi » répondit Faith en montant en voiture.

« Et appelle Kenn un de ces jours » conclut Vi, alors que Faith démarrait.

La brunette hocha la tête en signe d'approbation, puis elle mit le contact et démarra. Vi se retourna et prit à son tour l'allée qui la ramenait au manoir pendant que Faith s'éloignait dans le soleil levant.


Fin de 'Wars'

Le prochain épisode 'Alive' sera le final de la 'saison'... Date de parution à déterminer ultérieurement...

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires!

17