Ma première fanfiction sur les Experts Manhattan. Elle se base sur la bande-annonce de l'épisode 5 de la saison 9 "Misconceptions": je n'ai donc pas vu l'épisode, mais c'est la dernière scène entre Mac et Jo de la bande-annonce qui m'a inspirée. J'ai donc essayé de partir de là et d'imaginer ce qui avait bien pu se passer (sans tenir compte de l'enquête, je me suis vraiment concentrée sur Mac et Jo). N'hésitez pas à laisser des commentaires et des critiques: cela m'aide à progresser. Bonne lecture!

Note: les passages en italique sont des flashbacks chronologiquement ordonnés, c'est-à-dire que le premier flashback correspond au début de la journée et le dernier des flashbacks correspond au moment qui a précédé "l'affrontement" (si on peut dire) entre Mac et Jo. Cela a l'air compliqué, mais j'espère que ça sera plus clair en lisant. :)


« Fais attention où tu fourres ton nez. Ne t'occupe pas de mes affaires. »

Dès qu'il avait dit cette phrase, Mac l'avait regretté. Il vit le visage de Jo s'assombrir, les coins de sa bouche se contracter et il put lire dans ses yeux de la douleur. Tout se passa en une fraction de secondes, mais Mac la connaissait et il se rendit compte qu'il l'avait blessé. Jo se reprit en moins de deux, elle déglutit difficilement et en se forçant de sembler impassible, elle le regarda dans les yeux et dit :

« Je m'excuse patron. Si vous le permettez, je retourne à ma scène de crime. »

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre. Elle lui tourna le dos et s'éloigna sans un mot. Elle força un sourire quand elle rejoignit Lindsay et reprit son travail.


Jo traversait les couloirs encore déserts du labo. Elle était en avance étrangement et elle se dit qu'elle serait allée se chercher un café chaud ainsi qu'un donut au sucre. Elle n'avait pas eu le temps de prendre son petit-déjeuner avant de partir et Ellie avait fini les petits gâteaux dans le placard. Elle posa ses affaires dans son bureau et repartit quand elle vit que Mac était déjà dans son bureau. Elle sourit et décida d'aller le voir pour lui proposer un café chaud. Mac était assis dans sa chaise et tournait le dos à la porte. Il semblait regarder par la fenêtre et ne vit pas Jo entrer. Dès qu'elle s'approcha, elle nota que Mac était sur son iPad. Il soupira.

« Jaune…bleu…et… »

Elle fronça les sourcils et elle le vit tapoter quelque chose sur le clavier. Elle fit un pas en arrière, ne voulant pas sembler trop envahissante et fit remarquer sa présence. Elle se racla la gorge et dit :
« Bonjour Mac ! »

Mac se tendit et tourna sa chaise pour faire face à Jo. Il éteignit rapidement son iPad et le rangea. Jo lui sourit et lui dit :

« Désolée Mac, je ne voulais pas te faire peur. Je vais me prendre un café et un donut, tu veux quelque chose ? »

« Non ça va, merci. » répondit-il rapidement.

« Tu es sûr que ça va, Mac ? »

« Oui. »

Ils restèrent un instant à se regarder dans les yeux. Jo était décidée à ne pas laisser tomber et soutint le regard jusqu'à ce que Mac baisse ses yeux et dit :

« Tu ne devais pas aller prendre ton petit-déjeuner ? »

« Euh oui, je vais y aller. »

« Vas-y ».

Jo força un sourire et sortit du bureau. Elle resta troublée par le comportement de Mac: il l'avait subtilement forcée à partir. Elle commença à marcher le long du couloir, et quand elle se retourna, elle vit que Mac avait repris la même position avant qu'elle ne fasse irruption dans son bureau et ne l'interrompe.


Jo resta un moment immobile, accroupie à fixer le sol. Lindsay le remarqua et elle posa une main sur l'épaule de sa collègue. Jo sursauta et Lindsay lui dit :
« Je ne voulais pas te faire sursauter. Tu avais l'air perdue dans tes pensées. »

Jo força un sourire et se releva avant de dire :
« Ah j'étais en train de me repasser la liste des courses dans ma tête. Si j'oublie d'acheter les cookies, Ellie ne me le pardonnera pas. »

Lindsay rit et répliqua :

« Je sais ce que c'est. »

Jo sourit à nouveau. Elle ferma sa mallette, la prit et se dirigea vers sa voiture après avoir salué Lindsay. Elle monta à bord, ferma les yeux un instant et prit une profonde inspiration. Quand elle les rouvrit, elle vit au loin Mac parler avec Hawkes, tandis que Lindsay rangeait ses affaires. Tout semblait comme d'habitude.


"Jo! Jo!"

Jo s'arrêta dans ses pas quand elle entendit quelqu'un l'appeler. Elle se retourna et vit Christine qui tentait de la rejoindre en se frayant un chemin dans la foule.

"Oh bonjour Christine! Excusez-moi de ne pas vous serrez la main, mais j'ai du sucre plein les doigts."

"Pas de soucis" sourit Christine.

"Mac est déjà à son bureau si vous le cherchez."

"Oui je sais, mais c'est vous que je cherchais."

"Oh. Moi?"

"Oui, vous connaissez Mac mieux que personne."

"Tout de même! Je ne suis pas là depuis longtemps." sourit Jo.

"Mais en attendant, vous êtes la personne qui figure sur la liste des personnes à contacter en cas d'urgence. Il vous fait confiance."

Jo ne répondit rien et se rendit compte de l'importance de ce détail. Mac aurait pu choisir Flack ou Danny: il les connaissait depuis si longtemps. Mais il avait choisi elle.

"Mac est différent. Je l'ai remarqué. Il change d'humeur facilement, il perd plus vite patience et chaque fois que j'essaie de lui en parler, il change de sujet. Il s'est peut-être confié avec vous."

"Ce n'est pas le cas..."

"Vous pouvez peut-être lui en parler..."

"Ecoutez Christine, vous êtes sa copine, compagne...appelez ça comme vous le voulez. C'est à vous de lui en parler. Mac a risqué sa vie il y a quelques mois, il me semble inévitable qu'il ait encore des séquelles. Il faut du temps. Moi aussi je constate qu'il éprouve des difficultés. Je suis son amie et collègue, mais il y a des limites que je ne peux pas dépasser. C'est à vous de l'aider, de rester à ses côtés. Il a vraiment besoin de vous, ne le lâchez pas maintenant."

Jo fixa Christine du regard et cette dernière, après quelques instants d'hésitation, acquiesça et lui dit:

"Merci Jo. Je ne vais pas plus vous retenir, vous devez sûrement avoir du boulot."

"En effet."

"Bonne journée! Au revoir!"

"De même!"


Jo soupira une nouvelle fois et démarra sa voiture avant de chuchoter:

"Et merde Jo, ça t'apprendra à t'occuper de tes affaires!"