Voici le 4ème chapitre !

Hehe bravo Yaya pour avoir trouvé la réponse à cette fameuse porte )

Bonne lecture !

Chapitre 4

Son coeur s'arrêta un instant. Elle l'observait depuis 5 minutes et lui le savait. Il jouait encore avec ses nerfs. Elle s'approcha. Il ne se retourna pas, sentant juste ses mouvements. Cette fois c'est son coeur à lui qui se serra. Être là, avec elle. Il essayait de se contrôler mais elle avait deviné son ressentit. Cette fois c'est elle qui jouait avec lui. Elle posa la main sur la poignée, attendit quelques secondes puis la tourna. Le coeur battant.

« Le nain ne va pas être content ... » Évidemment il fallait qu'il casse ce moment intense.

Elle souffla.

« Depuis quand ça vous importe qu'il soit content ou non ? »

Toujours sans se regarder, face à la porte en bois massif, elle actionna la poignée et tout en faisant ce geste, elle inspira, ferma les yeux et poussa la porte.

« Il n'y a plus de Lucas dans ma vie depuis quelques ... Semaines ... »

Elle fit un pas en avant et entra dans la pièce. Observant chaque centimètre de mur, cherchant chaque détails qui lui rappelait ses années d'étudiante. Elle ouvrit la bouche plusieurs fois sans qu'un son ne sorte, trop émue.

« C'est dingue, rien n'a changé ... Rien n'a bougé ... » Elle posa sa main sur le bureau. « C'est le même ... Je ... »

House était toujours sur le pas de la porte, transi par ce qu'il venait d'apprendre. Il la regarda s'approcher du lit. Sans le regarder et avec un soupçon de sensualité dans la voix elle lui demanda :

« Vous pensez que c'est le même ? »

Il ne répondit pas.

« Je vous ai connu plus ... Extraverti. » Répondit elle en pensant à ce qu'il lui avait dit, il y a une petite demi-heure.

Elle s'approcha de la fenêtre et observa la vue. De magnifiques arbres d'une hauteur et largeur incroyable, sûrement les mêmes eux aussi. Une nuit noire parsemée d'étoiles. Elle ne l'avait pas entendu s'approcher, plongée dans ses souvenirs, elle se raidit au souffle chaud qu'elle sentit sur sa nuque. Elle ferma les yeux. Il dégagea une mèche de cheveux et frôla de ses doigts son cou.

« Arrêtez moi de suite ou je ne répondrais plus de mes actes ... »

Sa voix était déjà rauque. Comme il y a 20 ans dans cette pièce. Comme il y a un an chez elle, après ce baiser passionné. Elle se retourna pour lui faire face. Elle ne dit rien, juste plongea le regard dans le sien. Elle posa ses mains sur le torse de son médecin. Pour une fois il n'arrivait pas à lire en elle. Que voulait-elle ? A quoi pensait-elle ? Le temps s'était suspendu. Elle le fit reculer, doucement jusqu'à la porte. D'un mouvement brusque, elle la ferma. House n'arrivait plus à réfléchir. Elle venait de claquer la porte. Lui derrière. Elle se jouait de lui. Il revint à la réalité quand il sentit les bras de Lisa s'enrouler autour de son cou. Elle aussi se trouvait derrière la porte. Ou devant, ça dépendait du point de vue. Elle arqua un sourcil ayant peur de sa réaction. Il lui offrit un sourire avant de poser des mais sur ses hanches et l'amena à lui. Un baiser chaste. Un regard. Un baiser passionné. Leurs gestes furent identiques à ceux d'il y a 20 ans. Les vêtements glissaient le long de leurs corps doucement. Il l'allongea sur le lit une personne et après de longues minutes, l'orgasme les atteints, ensemble, crispant leurs membres, enfonçant ses ongles dans le dos de son amant. Avaient-ils déjà vécu un moment aussi intensément ? Pas sur.

Lisa, sur le côté droit, regardait le ciel étoilé. Aucun d'eux n'osait briser le silence. Peur du retour à la réalité. Peur de fuir. Elle avait la tête posée sur son bras, leurs doigts jouant ensemble. House balada timidement une main sur son ventre. Torse contre dos, il pouvait sentir le cœur de Cuddy reprendre une cadence normale. Pour une fois depuis bien longtemps, il s'abstient de parler. Puis quelques minutes plus tard, dans un silence et une gêne de plomb, elle se leva et s'habilla. Il fit de même. Ils empruntèrent l'escalier en bois et naturellement, Cuddy prit le bras gauche de House. Il se laissa faire. La musique résonnait toujours. Ils se sourirent. Une musique déjà entendue il y a quelque temps, à un autre bal. Ils sortirent de l'immense bâtisse et rejoignirent la voiture.

TBC …