Chapitre deux :

"Je ne vois vraiment pas, Jackie."

Celle-ci soupira avant de répondre à son coéquipier. "Il te suffit de désembrouiller les mots…"

Danny leva les yeux de son journal. "Je ne le voit toujours pas, Jack. Ça n'a aucun sens !"

Jackie le regarda froidement. "Les hommes. Honnêtement. Vous êtes tous si… Je suis sur le point de passer de l'autre côté de la barrière, à moins que je rencontre un homme qui ne soit pas entêté et stupide !"

Danny leva un sourcil. "Hmm… ça ne me dérangerais pas de voir ça ! Ouch !" Il se frotta l'arrière du crâne, une légère douleur irradiant de l'endroit où Jackie l'avait frappé. Quelqu'un se racla la gorge, lui faisant relever les yeux pour tomber sur le visage amusé de son frère. "Oh, hey Jamie. Qu'est-ce qui t'amènes ?"

"Oh, voilà quelqu'un avec qui je pourrais m'entendre !" roucoula Jackie en pinçant les joues de Jamie. Tout en dégageant Jamie lui lança un regard curieux "Ton frère est un abrutit, Reagan." Lui dit-elle en guise d'explication. "Apprend-lui quelques-unes des tes bonnes manières avant qu'il n'offense quelqu'un d'autre !" Elle lança un dernier regard froid à Danny en quittant le bureau pour aller se chercher un café, mais elle partait surtout pour laisser les deux frères discuter en paix. Jamie, n'ayant pas suivi le début de la « dispute » regarda Jackie quitter la pièce, confus.

"Tout ça cause d'un journal ?" renifla-t-il en prenant place en face de son frère.

Danny secoua la tête. "Elle aime ses jeux de vocabulaire." Il regarda l'énigme sur laquelle il bloquait avant de continuer. "Je comprends pas. Tiens, Mr. Harvard, peut-être que toi tu…"

Jamie sourit en levant la main. "Non, Danny. Je suis pas venu pour ça."

"Oh, okay. Que se passe-t-il ?" demanda Danny sentant l'angoisse monter en lui à mesure que le visage de son frère passait d'amusé à légèrement mal à l'aise. "Tout va bien ?"

Jamie s'arma de courage. "Je pars pour le weekend. Camping."

Danny parut surpris, puis un grand sourire vint éclairer son visage. "Ooh, Jamie ! Comment elle s'appelle ?"

Jamie lui jeta un regard incrédule. "Vraiment ?"

"Tu pars camper, tu ne mentionne pas avec qui tu y vas, et en plus tu as l'air gêné de me dire que tu quittes la ville pour le weekend. Il y a une femme là-dessous. Je la rencontre quand ?"

Jamie le regarda avant de secouer la tête. "Whoa, Jackie avait raison… c'était sans doute pas une bonne idée…" le plus jeune se lava pour quitter la pièce. "Tu sais Danny, je n'irais pas faire du camping si je voulais ramener une fille à la maison." Jamie jeta un dernier coup d'œil à son aîné avant de se tourner vers la porte. Il lui avait au moins dit qu'il quittait New York pour le weekend. C'était suffisant, non ?

Danny se leva à sa suite, le rattrapant alors qu'il allait franchir le seuil du bureau. "Whoa, gamin rassied-toi. Désolé, quoi ? "

Jamie grogna, mais reprit sa place. Danny fit de même, tout en fixant intensément son petit frère. N'étant pas discret, Jamie s'en rendit compte et celui-ci ne put contenir un soupir, las.

"Je vais camper, Danny, seul."

"Okay… pourquoi ?" demanda Danny en appuyant bien chaque mot.

Jamie soupira une fois de plus. Encore ce regard plein d'inquiétude. "Ce n'est rien, Danny. J'ai juste envie de passer un peu de temps seul."

"'Kay. Tu vas où ?" répondit Danny en tentant de faire taire son angoisse. Il connaissait Jamie et il savait que son frère pourrait la lire clairement sur son visage, et lui pouvait lire l'agacement sur celui de Jamie. Peut-être que ce n'était rien, en fait, il n'y avait rien de mal à vouloir passer un peu de temps seul.

Jamie marqua une courte pause, il n'avait vraiment aucune envie de répondre mais il le devait. "La Retraite des Anges." Dit-il dans un soupire.

L'inquiétude que Danny avait plus ou moins réussit à repousser dans les tréfonds de son esprit le frappa de plein fouet. "Jamie, ce coin est fait pour les solitaires."

"Oh vraiment ? … Je ne le savais pas." Répliqua sarcastiquement Jamie.

Danny souffla de frustration. "Les gens vont là-bas pour se chercher…"

Jamie se leva avec l'intention de mettre fin à cette conversation. "Tu sais, j'ai déjà entendu papa et grand-père me dire ça, pas besoin que t'en rajoute…"

Danny sauta de sa chaise. "Jamie, tu n'as pas besoin de te retrouver. Tu sais qui tu es !"

"Peut-être que ça n'a rien avoir avec ça Danny ! J'ai peut-être simplement besoin d'un endroit calme où j'aurais la paix !" répliqua Jamie en sentant la colère monter en lui, colère qu'il ressentait un peu trop souvent à son goût.

"La paix ? La paix de quoi ? Questionna Danny, levant la voix sans s'en rendre compte.

"De toi !" hurla à moitié Jamie. Tout était bien silencieux après son éclat de voix, et il put constater que tout le monde les regardaient avec de grands yeux. "Whoa... Danny, je suis désolé…" il secoua la tête, horrifié de ce qu'il venait de dire. "Je devrais y aller…"

Danny balaya la surprise de son visage et celle-ci fut remplacer remplacée par l'interrogation quand il vit son frère se précipiter vers la sortie. "Jamie… attend !" le héla-t-il en courant après lui, il le rattrapa et le saisit le bras alors qu'il allait franchir la porte. "Je suis désolé, Jamie. J'aurais pas dû m'énerver, mais je suis inquiet, d'accord ? Qu'est-ce qu'il y a ?"

Jamie se libéra de la poigne de son frère. "Rien, Danny. J'ai juste besoin de temps, okay ?" Ses yeux suppliaient clairement son frère de laisser tomber. "Je reviens manger avec vous dimanche."

Danny le fixa, anxieux, tentant de combattre le sentiment de malaise qui se faisait de plus en plus persistant. Il voulait forcer Jamie à lui confier ce qui n'allait pas, mais ne voulant pas le contrarier d'avantage, il se contenta de hocher la tête.

"Bien, on se verra dimanche alors. Um… passe un bon moment ?" lui dit Danny dans un faible sourire, sa phrase sonnant plus comme une question qu'autre chose.

"Ouais… merci." Sourit-il mal à l'aise. "À plus…" Il n'attendit même pas de réponse et se hâta de quitter le bâtiment, laissant un Danny inquiet qui resta planté là, à regarder dans le vide, à l'endroit où il s'était tenu quelques secondes plus tôt.

"Tout va bien ? Ton frère semblait bouleversé. "

Danny se retourna et tomba sur sa coéquipière qui le fixait, un air inquiet plaqué sur le visage. "Ouais. Ouais, tout va bien." Assura Danny en lui faisant un sourire, clairement forcé. Alors qu'ils retournaient à leur bureau respectif, Danny stoppa soudainement. "Jack…"

Jackie s'écarta vivement, histoire de ne pas percuter son partenaire. "Qu'est-ce qui te prends ?"

Danny saisit un stylo qu'il tapota d'impatience contre le bureau quelques instants, puis il finit par s'assoir, la concentration irradiait de chaque pore de sa peau. Jackie attendait qu'il se décide à parler, mais elle perdit rapidement patience et leva les yeux au ciel.

"La Terre à Reagan !"

Danny surpris posa les yeux sur elle. "Désolé, Jack."

Jackie prit place en face de lui. "Danny, qu'est-ce qui se passe ? Y a un problème avec Jamie ? "

"Je ne sais pas Jack. Est-ce que c'est normal d'aller faire la Retraite des Anges, juste comme ça ? "

Jackie parut déconcertée. "C'est là qu'il va ?"

"Oui."

"Eh bien, je ne sais pas trop… il cherche peut-être un endroit tranquille et calme. Tu sais que le boulot est parfois très dur, il a sans doute besoin d'une pause."

"Possible, mais il n'a jamais fui comme ça avant. Pourquoi part-il soudainement comme ça, seul ? Et surtout pourquoi veut-il être seul ? "

"Danny, tout le monde a besoin d'un peu de temps en solo de temps à autre." L'apaisa Jackie "Donne-lui du temps. Je commence à bien cerner Jamie, et je sais qu'il s'en sortira, qu'importe ce qui le chiffonne, et il le fera avec brio. De plus, il sera de retour dimanche."

Danny eut un sourire narquois. "Tu nous espionnait."

Jackie lui sourit en retour. "Vous étiez en train de vous hurler dessus, j'ai dû venir, au cas où vous auriez eu besoin d'être séparés."

Danny renifla. "Bien. Je lui donne du temps si c'est qu'il veut. S'il ne semble pas être dans son état normal à son retour, alors je trouverais ce qui cloche avec lui. C'est lui-même qui me le dira, d'ailleurs." Déclara Danny en regardant son journal abandonné sans vraiment le voir. Quelque chose n'allait avec petit frère, et il avait l'étrange impression que les choses n'allaient pas s'arranger.