A/N: Désolée du délai ! :O Ce chapitre devrait vous plaire... ;)


Chapitre 13 : Naomi. - Je ne veux pas dormir seule.

Je contenais mes larmes pour ne pas l'affoler d'avantage. La scène à laquelle je venais d'assister était des plus horribles. J'étais rentrée il y a moins d'une heure et lorsque je voulus me préparer un thé, je l'entendis appeler mon prénom. En vérité, elle ne m'appelait pas; elle hurlait.

Je suis donc immédiatement montée, pensant qu'elle ressentait à nouveau des douleurs au niveau de son dos ou de son ventre, mais je la retrouvais au contraire en sueur dans son lit, les yeux fermés et respirant difficilement. Je la pris immédiatement dans mes bras pour la réveiller, car elle n'était visiblement pas en train d'apprécier son rêve. Elle avait donc effectivement fait un cauchemar, dans lequel j'étais "partie". Je n'avais pas eu plus de détails, mais cela m'importait peu, je voulais simplement m'assurer qu'elle allait bien à présent.

"Je ne veux pas dormir seule, ce soir…" avoua-t-elle. "Je ne veux plus dormir sans toi, Naoms. Jamais."

J'acquiesçai et embrassai son front, qui était incroyablement chaud. J'espérais qu'elle n'avait pas de fièvre. Je mis ma main là où mes lèvres furent posées et examinai son visage. Elle ne semblait pas malade, juste encore sous le choc des événements.

"Je vais te faire une tisane, d'accord ?" dis-je calmement, mais elle me retint par le bras. "Je reviens tout de suite, je te le promets."

Il lui fallut quelques secondes avant de relâcher sa prise et j'embrassai le coin de sa bouche avant de me dépêcher de lui préparer le breuvage. J'essayais moi aussi de reprendre mes esprits après cette scène, peu agréable à voir.

Pendant que l'eau bouillait, je me changeai en vêtements plus confortables et qui ne sentaient pas l'odeur infecte du chien qu'avait récemment acheté Lara et JJ pour l'anniversaire d'Ellie.

Je remontai rapidement avec la tasse, et m'assis sur le rebord du lit en l'aidant se mettre en position assise. Elle but le liquide assez rapidement, malgré sa température élevée. Je mis à nouveau ma main sur son front et expirai joyeusement lorsque je vis qu'elle n'était plus aussi brûlante qu'avant.

Elle finit rapidement de boire la tisane et posa le mug sur sa table de nuit. Elle s'empressa ensuite de se coller à moi et j'éteignis la lumière, laissant l'éclairage des réverbères illuminer légèrement la pièce. Je l'enveloppai dans mes bras et me rendis compte que le bébé remuait intensément dans son ventre. Cette agitation avait du le réveiller et je ne savais pas si elle avait mal ou pas.

"Ça va mieux ?" demandai-je.

"Beaucoup mieux, oui…" répondit-elle en enfonçant sa tête plus profondément dans mon cou.

"Je ne te quitterai jamais, Em. Peu importe si tu me pardonnes un jour ou pas, je ne quitterai jamais."

J'embrassai encore une fois ses cheveux et resserrai mon étreinte.

"Je t'aime, Em." ajoutai-je.

"Je sais." répondit-elle.

Elle savait.


04/07/17 - J'écris ce soir mes mémoires d'une merveilleuse journée. La crainte et la colère n'étaient plus au rendez-vous. Depuis quelques jours, je ne quitte plus Emily d'une semelle et elle ne semble plus vouloir me quitter non plus. Je ne sais pas exactement comment avance notre relation, mais notre couple semble fonctionner à nouveau de façon correcte. On a acheté des habits pour bébé (oui, encore) et on s'est baladé dans le parc. Rien d'extraordinaire me direz-vous, mais ça a été pour moi l'une des plus belles journées que j'ai passé depuis un long moment. On ne s'est toujours pas embrassé depuis la nuit dernière, il y a de ça plus d'une semaine, mais ça ne fait rien; je me rends compte que passer des journées comme celles-là était tout simplement parfait, même notre relation se limiterait à ça pour le reste de ma vie.

Demain, Em a rendez-vous chez le gynéco et on s'est demandé si ce serait le bon moment pour connaître le sexe du bébé. Puisqu'Emily voulait absolument décorer la chambre de notre futur enfant dès que possible, j'ai pensé qu'il serait préférable de connaître son sexe pour pouvoir trouver une décoration adéquate. Je sais bien qu'on s'était mise d'accord sur le fait qu'on ne ferait pas une chambre rose s'il s'agissait d'une fille, ou bleu s'il s'agissait d'un garçon, mais je pense que connaître son sexe nous aidera foncièrement pour choisir la décor de la pièce.

Enfin venait le "problème" de son prénom. On n'en avait pas réellement discuté, même si Emily m'avait proposé quelques prénoms qui lui plaisaient s'il s'agissait d'une fille. Je lui en avais à mon tour proposé quelques uns si elle attendait un garçon et quelques prénoms nous plaisaient à toutes les deux : Leah, Katherine (elle avait insisté pour que celui-ci soit son deuxième prénom si le bébé était une fille), Rebecca, Ann, Lily; Benjamin, Samuel et Jack. Bien sûr, on n'était toujours pas décidé et même s'il fallait qu'on se mette d'accord un jour, on avait encore quelques mois devant nous.


Je posai mon stylo et mon carnet dans le tiroir de la table de chevet, puis arrangeai mon coussin pour me préparer à dormir. Emily était absorbée par la série qui passait à la télé, et je ne voulais pas la perturber. J'avais pourtant envie de l'embrasser. J'en avais tellement envie que mes yeux se perdirent involontairement sur ses lèvres, qui formaient un arc de cercle à chaque fois qu'elle riait.

"Tu veux que j'éteigne ?" demanda-t-elle, en se retournant brusquement.

Je secouai la tête en lui souriant.

"Tu as sommeil ?" s'enquit-elle.

À vrai dire, je n'étais absolument pas fatiguée. Mais comment faisait Emily pour restée en forme était un grand mystère pour moi (aussi était-ce peut-être dû à la quantité inimaginable de nourriture qu'elle engloutissait chaque jour); quand elle me demanda donc si j'avais sommeil, je me contentai de secouer la tête encore une fois.

Elle examina mon visage un instant pour savoir si je mentais, puis haussa les épaules en tournant à nouveau son attention vers la télé. Pour ma part, mes yeux restèrent fixés sur son visage et plus précisément sur sa magnifique bouche que je rêvais d'embrasser.

"Tu sais que c'est malpoli de fixer les gens comme ça ?" demanda-t-elle en gardant les yeux sur son programme.

"Je sais." répondis-je. "Mais je ne peux pas m'empêcher."

Cette fois-ci, elle tourna doucement la tête vers moi, et je remarquai que ses yeux avaient viré au noir-ébène. Ses pupilles s'étaient donc dilatées et je savais exactement que c'était pour la bonne et simple raison que j'avais utilisé cette voix qui la rendait folle. Cette voix qui lui faisait comprendre à chaque fois combien j'avais envie d'elle.

Elle prit la télécommande, éteignit la télé, puis concentra à nouveau son attention sur moi. Elle fixa alors mes lèvres en se pinçant les siennes par anticipation et je jurai que si je ne l'embrassais pas dans la seconde, mon corps allait exploser.

"J'ai envie de t'embrasser."

"Qu'est-ce que tu attends ?"

Alors je m'exécutai. Je rapprochai mes lèvres des siennes en la tirant doucement par le coup avec ma main gauche et aussitôt, le baiser devint très sensuel. Elle caressait mon torse avec une main, tandis que l'autre restait simplement posée sur l'oreiller pour qu'elle puisse prendre appui.

Je la ramenai doucement vers moi en la soulevant comme je pouvais pour qu'elle se retrouve à califourchon sur moi. Ses deux mains étaient à présent attachées à mon cou, ramenant nos lèvres le plus proche possible l'une de l'autre.

Le fait que son ventre ait pris légèrement plus de volume ne posait pas un réel problème, mais il rendait effectivement mes mouvements délicats. J'avais envie de lui arracher ses vêtements, mais il allait de soi qu'aucun de mes gestes ne pouvait être brusque, aussi me contentai-je de simplement la caresser tendrement, en l'embrassant du plus passionnément que je le pus.

Sans que mes mains ne quittent son dos, j'embrassai sa mâchoire, puis commençai à attaquer son cou en faisant en sorte d'y laisser de longs baisers sensuels. Je remarquai alors que sa respiration devenait plus coupée et que sa prise autour de mon cou se resserra. Elle en griffait même légèrement ma chair et je savais alors que mes baisers avaient encore ce même effet sur elle.

"Tu es sûre que c'est une bonne idée ?" demandai-je. "Je veux dire, avec le bébé et-"

"Naomi, ma libido a certainement atteint son point culminent et on n'a pas fait l'amour depuis des mois. Si on ne le fait pas maintenant, je crois que je vais devoir le faire moi-même encore une fois."

"Encore ?" demandai-je en levant un sourcil, d'une manière que j'espérais être sexy.

"Oui, j'ai… Enfin… Je me suis peut-être touchée une fois ou deux…" hésita-t-elle.

"Montre-moi."

Et si ses yeux n'étaient pas déjà noir, ses pupilles venaient d'atteindre leur taille maximale, ne laissant entrevoir que deux billes noires au centre de ses yeux.

Elle retira donc son soutien-gorge et mes yeux se perdirent sur sa poitrine lorsqu'elle retira le bas de sa lingerie. Elle se trouvait à genoux devant moi et se positionna de sorte à ce que sa jambe droite se retrouve au milieu des miennes, tandis que sa gauche se trouvait à droite de ma cuisse.

Ses mains caressait d'abord ses seins gentiment et je la regardais s'exécuter en restant positionnée sur mes coudes. Ses doigts se baladèrent alors le long de ses magnifiques formes jusqu'à atteindre le niveau de son entre-jambe. Là, elle commença à se caresser, d'abord doucement, puis de plus en plus rapidement.

Je commençai à caresser sa poitrine avec une main pour l'aider à se procurer plus de plaisir. Elle se pinçait les lèvres et bascula légèrement sa tête en arrière, tout en accélérant la cadence.

Mon autre main vint se placer sur sa cuisse et j'en caressai tendrement la peau; cette action lui procura la chair de poule et je l'entendis gémir bruyamment. Bien joué, Campbell

Je la vis fermer les yeux et je ne pus m'empêcher de me lever vers elle pour l'embrasser. D'abord sa poitrine, puis sa clavicule, son cou et enfin son visage. J'étais ivre d'Emily Fitch et j'en demandais encore.

Alors qu'elle atteignait petit-à-petit son orgasme, je ne pouvais plus me contenir et dirigea ma main là où reposait la sienne. Je savais exactement ce que j'avais à faire à ce moment précis pour la faire jouir et je comptais bien le lui donner.

"Oh mon Dieu !" s'exclama-t-elle lorsque je commençai à la caresser.

Mes doigts bougeaient rapidement et elle s'agrippa à mes épaules en plantant ses ongles dans ma peau. Elle griffait l'arrière de ma nuque et j'étais persuadée qu'il y aurait des marques demain.

Alors que ses gémissements devenaient de plus en plus forts, j'utilisais mon pouce pour caresser son clitoris et frottai plus fort contre les parois de son vagin.

"Oh Naoms !" hurla-t-elle. "Putain !"

Sa respiration devint entrecoupée par de multiples petits cris et sa tête bascula entièrement en arrière; ses mains s'agrippèrent plus fort encore à ma nuque et je posai une main dans son dos pour ne pas qu'elle tombe en arrière. Lorsque mes mouvements avaient atteint leur rythme maximum, Emily hurla de toutes ses forces et je sentis tous ses muscles se contracter et sa respiration se bloquer. J'embrassai sa gorge et elle gémit de plus belle, criant mon nom du plus fort qu'elle le put.

Elle se calma ensuite de son orgasme et m'embrassa avec cette passion que je croyais éteinte. Sa langue dansa avec la mienne et ses doigts caressaient tendrement mon dos. Elle s'assit sur ma cuisse droite pour trouver une position plus confortable pour notre baiser et déclipsa mon soutien-gorge au même moment.

Elle embrassa ensuite mon sein gauche, puis le droit et je gémit bruyamment. Tout en s'occupant de la partie supérieure de mon corps, elle essaya de retirer ma culotte de façon pour le moins experte.

Elle se rassit ensuite sur ma cuisse et commença à frotter son sexe contre ma jambe, et oh putain qu'est-ce que c'était sexy ! Je sentais combien elle était mouillée pour moi, combien j'avais réussi à la rendre trempée.

Elle continuait de déposer des baiser sur mon corps tout en opérant ce mouvement de balancier avec son bassin et ma jambe. Je donnai même des coups de genou volontaire pour plus de sensations.

Ses doigts vinrent ensuite rencontrer ma partie intime et je grognai (oh oui) à ce contact. Elle ne perdit pas son temps en accélérant immédiatement le rythme et en se frottant elle-même plus rapidement contre mon genou. Je n'arrivais cependant plus à la toucher, car le plaisir était trop intense. Je la retenais encore avec ma main gauche, mais je ne savais pas pour combien de temps.

Elle me repoussa en arrière avec sa main libre et mes bras vinrent instantanément se poser sur ses hanches pour l'aider à rendre ses mouvements contre ma cuisse plus puissants.

On était à présent toutes les deux en train de gémir et de respirer difficilement. Ses doigts opérant leur magie et ses frottements devenus incroyablement agréables, procuraient un plaisir intense.

"Oh Em-"

"Bébé !" s'exclama-t-elle en même temps.

"Putain, putain, putain !"

D'un dernier coup de main rapide, elle me fit perdre le contrôle total de mes membres, les rendant à l'état de gelée, et je l'entendais crier aussi fort que moi. Mes mains se crispèrent autour de ses hanches et je sentis mon vagin se contracter à chaque caresse.

Elle vint ensuite embrasser le bout de mes lèvres, en essayant de retrouver une respiration normale. Mes mains virent caresser son dos et j'embrassai son épaule. On resta dans cette position encore quelques minutes avant de se donner à nouveau mutuellement des orgasmes à couper le souffle.

Au bout de quelques heures, on fut exténuée et Emily posa sa tête sur mon épaule, un bras autour de ma taille. J'embrassai sa chevelure comme j'avais toujours eu l'habitude de le faire et la ramenai au plus près de moi possible.

"Naoms ?" demanda-t-elle alors que je sentais que j'allais m'endormir.

"Hm ?"

"Il faudra qu'on parle de Noah."


A/N: J'ai oublié de prévenir qu'on passait en rated M ? Ça aurait probablement gâcher la surprise. ;) Laissez un commentaire ! :)