Tire: Déjà Vu

langue originelle: anglais

auteur: ?

Traductrice: angedegatelly

Bonjour.

Voici le dernier chapitre de Déja Vu. J'espère que cette histoire vous aura plu autant qu'à moi.

Déjà vu

chapitre trois

« Archer? » Ben se dégagea soigneusement d'un rosier particulièrement épineux et s'arrêta pour chercher à nouveau Sailor Archer. C'était l'heure habituelle de leur rendez-vous, vers midi, et elle était généralement là avant lui. Cependant, il avait déjà fouillé le jardin et s'apprêta à recommencer. « Archer, où es-tu? »

Elle attendait presque toujours près de son rosier préféré, sombre et rouge, qui sentait comme son parfum – chaude, douce vanille mélangée à un peu de fleur. Un jour, quand il fera parti de la garde intérieure d'Endymion et qu'elle sera acceptée comme une senshi accomplie, elle sera autorisée à porter une de ses roses sur le devant de son ruban. Il l'avait aidé à choisir la couleur, un jaune pâle qui fera ressortir ses beaux yeux.

Nous avons planifié toute notre vie après avoir été choisi, c'est spécial. Cela le rendait triste. Il repoussa alors toutes ces idées tristes afin de ne pas se noyer à nouveau.

La pensée de cette noyade a réveillé les Ténèbres de son âme, et excité sa faim. Il ferma les yeux. Cela ne signifiait pas qu'elles avaient tellement faim. Elles l'aimaient, prenaient soin de lui. Cependant, elles étaient restées trop longtemps sans maître. Elles étaient les seules à pouvoir survivre un siècle? Il ne le savait pas. Mais sans maître, elles étaient devenues froides et ne pensaient qu'à sa survie. Il les ramenait à lui, lentement mais sûrement, et non sans difficulté. Elles étaient des créatures difficiles.

Ben les aimait de toute façon.

« Archer? » il l'appela à nouveau et recommença à bouger. « Mon enfant du deuil, porté par les étoiles, titulaire du Clair de Lune d'Argent. Viens à moi, mon cher amour. »

«Tu es d'un romantisme écœurant, Ben. »

Ben se retourna, ses lunettes flamboyant d'un bleu vif avec la fureur d'un maître des Ombres, prêt à frapper. Puis il a vu Sakura aux cheveux fauves, Zack. « Zack , sais-tu combien tu était près de mourir, crétin?! Par la Dame! Je croyais que tu était plus intelligent que ça! » Les Ombres gémissaient de douleur alors qu'ils les repoussaient. Non, mes aimées, c'est un ami. « J'ai failli te tuer! »

« Tu ne le feras pas. » Zack sourit doucement. « Je sais que tu le feras pas. Tu attends quelqu'un, Ben? »

« Non, je m'occupais de mes fleurs. »

« Mmm. » Zack leva les yeux. « Quelqu'un te l'as dit? Kenny a été appelé par Sa Majesté aujourd'hui. »

« Je ne suis pas une commère, donc non, je ne le savais pas. Qu'est-ce qui s'est passé? »

« Il n'est pas encore revenu. Je ne sais pas si je dois être inquiet, ou triste, ou... »

« Ne t'inquiète pas Zack. Il ne peut pas partir sans toi. »

Le visage de Zack s'est émietté. « Il partira s'il est choisi, Ben. »

C'était au tour de Ben de regarder le ciel. « Je n'ai pas envie de me disputer. Je ne suis pas d'humeur. Je suis inquiet au sujet de ma propre petite fleur. Mais elle n'est pas un Sakura. Veux-tu que je jette un coup d'œil, Zack? Je peux savoir ce qui se passe entre Kenny et Endymion. »

« Endymion? C'est le nom de Sa Majesté? »

« Zack , tu le sais. »

« Je- oui, bien sûr. » Zack hocha la tête en fronçant les sourcils. « C'est dans tous les livres d'histoire. J'ai la tête ailleurs en ce moment? »

« Tout va bien? »

« Bien sûr. »

Non, ça ne va pas, quelque chose ne va pas. « OK. » Ben l'étudia un moment, puis se tourna vers un jeune rosier et enleva toutes saletés de ses branches. « J'espère qu'Endymion ne tentera plus rien dans le jardin. Il étouffe toujours les petits chéris, mais moi je peux les soigner correctement, n'est-ce-pas? »

« Mm... » Zack hocha la tête avec satisfaction. « Oh, regarde! »

Des étincelles argentés voletaient dans les airs, venant apparemment de nulle part, et Sailor Archer apparut. Elle cligna des yeux plusieurs fois, délivrant sa magie, et jeta un coup d'œil autour d'elle. « Toi! » Elle sursauta en voyant Zack. « Que fais-tu ici? »

« Tout va bien ma dame. » Ben se leva et tendit sa main. Elle la lui donna, mais ne détourna pas les yeux de Zack. « II a promis qu'il ne dira rien à personne. Pourquoi es-tu en retard, mon amour? »

Archer fit une horrible grimace. Zack se mit à rire. « Sa Seigneurie doit avoir son huile de bain, faite par mes propres mains, immédiatement. Je ne serai pas tranquille tant qu'elle sera aussi pointilleuse. Si je ne connaissais pas aussi bien mes histoires, je jurerai qu'elle soit enceinte. »

« Histoires? » demandèrent les garçons ensemble.

« Elle ne peut avoir qu'un seul enfant, un héritier. Lady princesse Sérénité. Mais parfois, je jure par la Lune, elle est si... Oh, je ne sais même pas pourquoi elle m'a pris dans sa troupe. J'aurais été mieux avec la Reine de Saturne! »

« Tu es un enfant de la destruction. » taquina Ben gentiment. « Mais, vraiment? Elle ne peut avoir qu'un seul enfant? »

« C'est ce qui se dit. Je ne sais pas. J'envisage d'ajouter un peu plus de parfum à son huile de bain demain et je verrai si ça fait quelque chose, et je saurai quoi alors. »

« Je pourrais demander à Nate» dit Zack gentiment. « Il verse dans l'astrologie et la divination par les étoiles. Peut-être qu'il peut trouver. »

Archer le regarda de ses yeux bleus profonds. « Peut-être. »

« Hey Zack, on pourrait se parler plus tard? » Ben lui lança un regard suppliant.

« Désolé. » Zack rougit et disparut sous une pluie de pétales de fleurs de cerisiers.

« il prend cela vraiment au sérieux » songea Ben.

« Quoi donc? »

« Son surnom, Sakura. »

Archer pencha légèrement la tête et haussa des épaules. « Peu importe. Je suis désolée d'être en retard. J'ai cru que tu serais déjà parti. »

« Archer, je t'attendrai volontiers des siècles ici si je savais que tu viendrais. » Il s'inclina et lui baisa la main. Son sourire rempli d'adoration a déclenché mille émotions semblables au feu d'artifice en lui. « Je suis content que tu n'ai pas été choisi par la Dame de Saturne. Nous n'aurions pas eu souvent d'occasion pour nous voir. »

« Les Reines La visitent souvent, Ben. »

« Pas assez souvent pour satisfaire mon cœur. »

« Incorrigible romantique » gloussa-t-elle, mais elle rougissait et baissa la tête timidement. « Je t'aime, le sais-tu, Ombre?

« Et c'est ce qui me maintient en vie. » Il se pencha et l'embrassa. « Ça me garde raisonnable. »

Elle tendit la main et toucha ses lèvres de ses mains gantées. « S'il-te-plaît ne dis pas cela. S'il-te-plaît? »

« C'est la vérité. »

« Même si elle l'est. Penses-y Benny. Nous avons tout planifié pour en arriver jusque là. Qu'est-ce qui arrivera si- »

« Non, Archer. Ne le dis pas. Plus de si. Plus de question, plus de doute. Nous devons croire. Si nous n'y croyons plus, nous ne le ferons jamais. »

« Promets moi que tu ne feras pas n'importe quoi de stupide si cela devait arriver. »

Il la regarda dans les yeux, ces saphirs insondables qui le fascinaient. « Je ne le peux, murmura-t-il. Je ne le peux. »

«Benjamin ? »

Ben leva les yeux. « Hey, Ken. »

« Quelque chose ne va pas? » Ken attrapa une chaise, la retourna et s'assit dessus. « Tu as l'air ailleurs. »

« Non, je vais bien. »

« D'accord. Que signifie le jaune pour tes ombres, Ben? »

« Danger. »

« Dans ce cas, arrête de me mentir. Tes lunettes sont jaunes vif. »

Ben ôta ses lunettes, les regarda, et les remit en place. « Endymion t'as dit qu'elles avaient un esprit propre à elles. »

Ken haussa les épaules. « Il s'inquiète à ton sujet à cause d'elles. Je suis sûr que lorsque tu rentreras au palais avec nous, il sera plus proche et il comprendra. »

« Mm... » Puis soudainement, le Maître des Ombres se redressa. « Quoi? Qu'est-ce que tu as dit? »

Ken sourit, puis se mit à rire. « J'ai dit que lorsque tu rentreras au palais avec nous, il sera plus proche et il comprendra. »

« Ah- que- mais- je ne comprends pas. »

«Ben! Je te parle d'être l'un de ses gardiens. »

« Comment... Comment le sais-tu? »

« Je sais. Nous discutions aujourd'hui, Endymion et moi. »

« Zack a dit que tu avais été appelé. Il était inquiet. »

« Je l'ai déjà rassuré. »

« Il a vraiment dit ça? Bien sur. Il a déjà décidé. »

« Endymion n'est pas la personne la plus subtile que j'ai connu. En outre, ses yeux sont expressifs. Je l'ai vu. La façon qu'il s'inquiète pour toi aussi. »

Ben ferma les yeux et laissa retomber sa tête sur la table. « Oh, par la Dame d'Argent! Oh, par les dieux! »

Ken plaça sa main sur l'épaule de Ben. « Je n'aurai pas du te le dire. »

« Non, chuchota Ben. Non, je suis content que tu l'ai fait. »

« Ta senshi, tu m'as dit que son surnom venait d'une vie antérieure. Tu as dit que tu ne voulais pas me tracasser avec les détails mais je veux savoir. Endymion me parlait du Millénium d'Argent, lorsque quatre de ses cinq gardiens ont été capturés par un démon mais tu as pu prévenir la Reine de l'arrivée des Ténèbres. Il m'a dit que le senshi du deuil et toi-même avaient été envoyés par la Reine pour le protéger lui et la Princesse Sérénité. »

« Oui. »

« S'il-te-plaît. Pourquoi pleures-tu, Benjamin? »

Ben leva les yeux avec horreur, et deux larmes brûlantes coulèrent de sous les verres jaunâtres. « N'essaie pas, dit-il lamentablement quand il sentit un contact mental. Tu ne voudrais pas ça. »

« J'ai ressenti de la douleur. » Ken redressa les épaules fièrement, ses yeux jetant une faible lueur. « Endymion dit qu'il a lui aussi essayé de te mettre en garde. »

« Et je ne l'ai pas écouté, mais je ne le regrette pas autant que lui. » Ben essuya ses larmes. « Mon enfant du deuil a été envoyé à la Princesse et moi à Endymion mais nous étions là quand ils se sont rencontrés. C'était contre la volonté de la Reine mais nous l'aurions quand même fait. Nous n'y faisions pas attention. Ça fait si mal de se sentir à part, d'une façon que je ne pourrais jamais te décrire. Je ne sais pas si c'était l'amour ou quelque chose d'autre. Puis l'obscurité est venue sur Terre, et les généraux ont été piégés mais mon lien avec mon amour et mes Ombres m'ont éloigné de celle-ci. Comme Endymion l'a dit, j'ai trouvé la Reine et je lui ai dit. »

« Et ensuite? »

« La Princesse et Endymion ont été tués et nous sommes morts dans l'agonie sachant que nous avions échoué, et la Reine... »

« Ensemble au moins? »

Ben serra les poings alors que les souvenirs déchiraient son cœur en morceaux. Ses ombres criées dans l'angoisse. « Non. Séparés par le sang de leurs Majestés. Nous ne pouvions plus nous voir. Sans eux, nous n'avions plus de but, et notre étoile était éteinte. »

« Tout le monde a une étoile dans son cœur. » murmura Ken, se souvenant de la citation célèbre de la Dame d'Argent.

« C'est vrai. Sa propre, belle, étoile. »

« Puis-je te demander quelque chose? Quelque chose de secret? »

« Quoi? »

« Endymion m'a dit qu'entre le Millénaire d'Argent et le début du Millénaire de Cristal, il ne se souvenait pas de toi. Il ne ressentait pas ta présence. Qu'est-ce qui s'est passé? »

Ben regarda son ami d'un air absent, ses yeux cachés remplis de douleur, ses lunettes toujours d'un jaune vif. « Le temps a oublié notre existence. Les étoiles nous ont abandonnées. Le monde tel que nous le connaissions nous a abandonné. Seuls la douleur et les souvenirs de cette douleur existaient. »

« Je ne comprends pas. Que veux-tu dire? »

« Il ne s'est rien passé. Rien du tout. As-tu déjà essayé de t'endormir dans l'espoir que tu ne te réveilleras plus jamais? Imagine chaque seconde d'une vie qui n'existe pas. Imagine d'être retenu conte ton gré, mais qu'il n'y a rien, rien qui ne te retient, rien autour de toi. Le néant. L'infini. Pas de ténèbres, pas même de corps. »

Ken tressaillit. « Ben... »

« Si seulement tu pouvais voir quelque chose, entendre quelque chose de réel, ressentir quelque chose. Mais tout ce qu'il y a, c'est la douleur, et la connaissance distincte et atroce que la personne que tu aimes le partage. »

« Ben... » Ken semblait désespéré.

Mais Ben était perdu dans ses souvenirs et son esprit, et les mots sortaient de sa bouche sans qu'il ne le sache ou ne les entendent. « Un lieu où le temps n'a pas de sens et l'espace n'existe pas, là où rien n'existe vraiment. Un endroit pire que n'importe quelle description ou de l'idée de l'enfer. Au moins, quand tu es soi-disant en enfer, tu le sais. Ici tu ne le sais pas. Tu ne sais rien excepté la douleur et rien pour en trouver l'origine. Tu ne peux pas l'arrêter. Tu ne peux pas en sortir, tu ne peux pas évanouir, tu ne peux pas mourir et encore tu ne peux pas vivre. »

BEN! cria Archer dans l'agonie.

Ange, non!

« NON! » Ken cria et se démena.

CRASH! Ben a senti quelque chose faire une pause dans son esprit et tomba sur la table. Enfin l'inconscience bienvenue l'accueillit.

Ken ouvrit les yeux après sa tentative désespérée pour briser la mémoire de Ben et trouva son ami froid, à demi couché sur la table en face de lui. Ses lunettes étaient d'un jaune vif de colère, et elles étaient de de guingois sur son visage. Un sang d'un incroyable rouge foncé coulait de sa bouche et son nez.

« Non. Non, tu ne peux pas mourir, pas quand tu es si près, fils de pute! » Ken saisi l'épaule de Ben et le redressa brusquement dans sa chaise. « Réveille toi! Réveille toi ou je te jure par la Dame de la Lune que ta senshi mourra avec toi! »

Rien.

« Endymion! » Ken cria le premier nom qui lui était venu à l'esprit. « Endymion! Alors, Zack! Zack, s'il-te-plaît! Quelqu'un! »

Ses cris ont attirés d'autres étudiants mais ils restaient bouche bée alors qu'il appelé quelqu'un, n'importe qui qui puisse l'aider.

«Kenny?! » Zack apparut dans un tourbillon de pétales et regarda la scène avec horreur. « Oh, par la Dame! Qu'est-ce qui s'est passé? » D'une façon ou d'une autre, malgré sa taille, il réussit à soigneusement poser Ben sur la terre plus confortable. «Ken, il ne respire pas! »

Pourquoi ne réponds-tu pas?! cria Ken mentalement dans le vide. Pourquoi...

Ken, Zack et Ben apparurent dans le palais ou Endymion, la Reine de Mercure et la Dame d'Argent étaient au côté de la senshi de Ben.

« Je peux t'entendre? » dit Endymion avec mauvaise humeur.

Ken fixa ses yeux sur lui, oubliant temporairement qui était cet homme. « Et pourtant, alors qu'il était perdu dans sa tête, alors qu'il avait mal comme personne ne devrait l'être, vous ne faisiez rien. Vous n'avez même pas essayé de l'arrêter! Vous êtes un monstre! Je sais que vous l'avez senti, je le sais! Il était votre meilleur ami tout comme moi-même et vous le laissez faire! Vous n'êtes même pas digne d'être appelé humain! »

«Kenny?! » cria Zack de surprise.

« Si j'aurais été capable de casser ce lien, l'auriez-vous laisser mourir? accusa Ken. Vous auriez provoqué deux morts tout en ignorant sa douleur. Ils étaient connectés, et elle l'a senti elle aussi et maintenant ils vont mourir parce que vous n'avez rien fait! »

Endymion le dévisagea.

Les larmes ont remplis les yeux d'argents de Ken . « Vous ne méritez pas d'être Roi, murmura-t-il. Et jamais je ne voudrais vous servir même si le soleil lui-même sort de sa place dans le système solaire et me le demande. » Ken sortit de la pièce et courut, courut dans les couloirs jusqu'à ce que la douleur se fasse sentir sur son côté. Alors il s'effondra à bout de souffle. Je vous hais. Je vous hais.

Il était là et il sanglotait dans les manches de sa veste. Il ne s'était jamais senti aussi impuissant, alors que Ben était mort sur la table dans la cour, que le sang coulait de sa bouche. Et même ses ombres l'avaient quitté. Ken n'avait jamais, jamais vu ses lunettes glissaient, même quand Ben duellait ou dormait en classe ou Daemon l'attaquait.

« Hey, tu vas bien? » demanda une douce voix de jeune fille. « Qu'est-ce qui ne va pas? »

Sans regarder, Ken frappa avec son bras.

« Tu m'as raté. » dit la jeune fille avec mépris.

« Va t'en! Laisse-moi tranquille! »

« Dis-moi pourquoi tu es triste. S'il-te-plaît? Tu pleures, n'est-ce-pas? Dis moi pourquoi. »

« Non! Laisse moi tranquille! »

Elle renifla. « Les garçons sont vraiment stupides quand ils pleurent. Ils pensent que c'est réservé aux petites filles, et ensuite, quand ils pleurent, ils ne permettent à personne de les voir. Regarde moi. »

La fierté dans la voix lui ordonnait de le faire. Il leva la tête pour voir une fille avec les cheveux roses coiffés dans une forme étrange. Elle semblait de son âge et lui lançait un regard qui lui disait clairement d'arrêter de jouer les bébés.

« Es-tu heureuse maintenant que tu m'as vu pleurer? » rompit-il avec colère.

Le regard s'est fané dans la compassion. « Non, dit-elle doucement, je ne suis pas heureuse. »

Ils se regardèrent pendant un long moment. Puis, finalement, elle se répéta: « Pourquoi es-tu triste? »

« Mon ami vient de mourir, et quelqu'un pouvait l'aider mais il n'a rien fait. »

« Es-tu sûr qu'il soit mort? »

Ken fronça les sourcils. « Que veux-tu dire par là? »

La jeune fille sourit béatement. « Néo Reine Sérénité a un grand pouvoir. Elle peut guérir n'importe qui. Peut-être a-t-elle guéri ton ami. »

« Non. » Sa voix était rempli d'amertume. « Elle ne peut pas l'aider, et le Roi ne peut pas l'aider même s'il lui chantait ses louanges. Le fils de pute. Je le hais. »

« Ne dis pas cela. Tu ne devrais pas le détester. C'est mal. » Elle mis un doigt sur ses lèvres. « S'il-te-plaît, assieds-toi. Tu as l'air bête couché sur le sol comme ça. Allez. »

Il a obéi. « Qui es-tu? »

« Toi d'abord. »

« Kennith Hoseki. »

« Je suis Cera. Vis-tu dans le palais? Je ne t'ai jamais vu ici. »

« Non. Pourquoi, tu vis ici? »

Cera haussa les épaules. « Tu sais ce que c'est. Donc ton ami est mort, tu as crié sur le Roi et tu t'es enfui? »

Il hocha la tête. « Assez stupide de ma part, hein? »

« Je ne crois pas. Je pense que c'était une bonne idée. Tu avais besoin de pleurer, et si tu serais resté, tu aurais fait quelque chose de stupide. Vas-tu mieux maintenant. Je peux te ramener au Roi? »

« Je ne veux pas le voir. »

« Mais il le faut. Et si ton ami est toujours en vie? Tu auras blâmé le Roi pour quelque chose qui n'est pas arrivée. »

« Cera, tu ne comprends pas. Même si Ben n'est pas mort, le Roi le laissera dans sa douleur et ne fera rien pour l'aider, même s'il dit être son ami. »

« Oh. » Elle joua avec l'une des boucles de ses cheveux. « Alors que vas-tu faire? Tu peux rester ici pour toujours. Oh, je sais. Viens. Je te promets que je ne t'amène pas à Lui. » dit-elle en lui lançant un regard mauvais.

Ken la suivit à contrecœur dans une pièce bien éclairée. « Où sommes-nous? »

« Juno! Pallas! Vesta! » appela Cera. « J'ai amené un invité. Ne soyez pas grossières. »

Trois filles aux cheveux verts, bleus ou rouges coiffés dans un drôle d'assortiment arrivèrent. « Ceres? »

« Whoa! » cria la fille aux cheveux rouges coiffés dans une drôle de queue de cheval. « Cere, un garçon?! On n'a pas le droit! »

« Tais-toi, Vee. Il avait besoin de moi. » Cera – Ceres? Cere? - lui lança un clin d'œil. « De toute façon, c'est un bon gars. »

« Et même s'il ne l'aurait pas été, nous pourrions lui botter le cul. » répondit la jeune fille aux cheveux et aux yeux verts. Elle croisa les bras sur sa poitrine et le regarda.

« Jun! Un tel langage! » Cera mit ses mains sur les hanches. « Tu n'en diras pas plus. »

« Tu es une vraie maman, Cere. » La dernière fille, avec les cheveux bleus, jeta une boule bleue en l'air. « Gemme crée! »

« Palla! On nous a interdit de le faire! » gronda Vee. « Sérénité nous a dit de ne pas le faire! »

« Pourquoi pas? » Palla bu la boisson qui était apparu entre ses mains. « Mm. Chocolat au lait. Aimes-tu le chocolat au lait, monsieur l'Inconnu? »

Malgré lui, Ken se mit à rire. « Oui, j'aime bien. Mon nom est Ken. »

« Gemme crée! » Et Palla lui tendit un verre identique. « Tiens. Le chocolat au lait rend les choses meilleures. Tes yeux sont tous rouges, monsieur Ken. »

« ils le sont? » Ken se frotta les yeux. « Je m'en occuperai plus tard. »

«Ken? » Les yeux verts de Jun se sont rétrécis. « Je ne l'aime pas, Cere. »

« Tais-toi, Jun. Ne sois pas désagréable. »

Ken s'était rendu compte trop tard qu'il avait dit Ken à la place de Kennith. Puis il haussa les épaules. Cela n'avait vraiment plus d'importance. « Je ne compte pas faire n'importe quoi, Jun. Si c'est le cas, Cera – uh, Cere me trainera par les fesses vers le Roi Endymion et je ne le souhaite pas. »

« Je te surveille. » Jun le pointa du doigt dans la poitrine et s'éloigna.

« Je t'aime bien. » dit Palla joyeusement. « Je dis que nous devrions le garder, les filles! Nous allons nous amuser, n'est-ce-pas Ken? »

« J'essaierai. »

« Nous pouvons lui montrer notre ancien spectacle! Ça serait cool! Viens! » Palla lui attrapa le bras et l'éloigna.

Les quatre filles, comme Ken le découvrit, semblaient faire partie d'un cirque autrefois. Elles firent un petit spectacle pour lui, trapèze, dressage d'animaux, acrobatie et jonglerie. C'était assez mignon, et pendant un moment, il oublia ce qui était arrivé.

« Sailor Quartet! » cria une voix impérieuse.

Les filles hurlèrent et détalèrent de leurs places pour se tenir droite au côté de la porte. « Ceres Asteroid Power, makeup! Juno Asteroid Power, makeup! Pallas Asteroid Power, makeup! Vesta Asteroid Power, makeup! »

Le Sailor Quartet?! Ken se frappa la tête. Évidemment! Les protectrices de Lady princesse Sérénité! Il aurait du les reconnaître!

Sérénité entra dans la pièce et le vit. « Toi! Viens avec moi immédiatement! »

Ken croisa les bras sur sa poitrine. « Non. Je ne viendrais pas. »

Sailor Pallas se tourna vers lui et lui lança un sourire malicieux.

« Lorsque mon père appelle quelqu'un, c'est qu'il a ses raisons! » Sérénité lui attrapa le bras et l'éloigna.

Ou plutôt, essaya. Même si elle était au moins mille ans plus vielle que lui, elle n'était pas assez forte pour le déplacer.

« Tu-vas-venir! »Sérénité le tira avec fureur.

« Pas du tout! Je ne veux plus jamais le voir! » Sa colère était revenu, plus ardente.

« Aidez-moi! » Sérénité supplia son Quartet.

Elle s échangèrent un regard d'incertitude. « Euh, Princesse? Nous- »

« J'ai dit que je ne le forcerai pas s'il venait ici, dit Sailor Ceres. Et il est venu. Je ne peux donc pas le forcer. »

« On l'aime bien, ajouta Pallas. C'est un bon public. »

« Ouais. »

Kenny

Les yeux de Ken s'élargirent. Zack? Comment?

Kenny s'il-te-plaît

Zack? Que fais-tu...

Kenny viens s'il-te-plaît

« Je reviendrai, promis Ken au Quartet. Je le ferais » Il se téléporta dans la place damnée où se situait Zack et apparut dans une clinique médicale. Ben et le senshi du deuil étaient dans des lits d'hôpital, encore inconscients.

«Kenny!, gémit Zack en lui saisissant la main. Kenny, ne me fait plus jamais peur comme ça! J'ai cru que tu allais te jeter du haut d'une falaise, ou un truc du genre. Je me serai tué juste pour te trouver et te tuer à nouveau! »

« Zack, ne jure pas. » Ken appuya sa joue contre celle de Zack pour le calmer. « Comment vont-ils? »

Les yeux de mousse de Zack se remplirent de larmes et il les baissa, honteux de pleurer devant son amant. « Nous ne savons pas. Nous ne savons même pas ce qui se passe. »

« Il m'a raconté ce qui lui était arrivé avant. » Ken serra les dents alors qu'il lançait un regard de pure haine à Endymion. « Il s'est piégé dans ses propres souvenirs. Et je parie qu'elle a été aspirée dedans, elle aussi. J'ai cru que je l'en avais écarté, mais quand j'ai ouvert les yeux, il était inconscient. » Il remarqua Zack et le serra fermement ente ses bras. « Tout va bien, petit Sakura. J'ai pleuré, moi aussi. »

« Toi? » Une lueur de malice brillait parmi les larmes. « Le grand, fort et viril Kennith pleurait? Tu plaisantes. »

Ken secoua la tête en souriant un peu, alors que ses larmes revenaient. « J'ai peur. Benjamin est mon ami. Je ne veux pas qu'il meurt, pas alors qu'il est enfin près d'elle. »

« Quoi? Chuchota la Dame. Que veux-tu dire, Ken ? »

« Ils sont amoureux. La seule façon pour eux d'être ensemble était pour elle de devenir un véritable senshi et pour lui d'être accepté dans la garde personnelle de sa Majesté. »

«Kenny, s'il-te-plaît, arrête. »

« Non, Zack. Tu ne sais pas. Ce- ce soi-disant homme dit qu'il était l'ami de Benjamin, puis il se détourne et le laisse presque mourir. Pas même un ennemi ne le laisserait souffrir comme ça! »

Zack essaya d'enterrer le visage de Ken dans sa chevelure fauve. «Kenny, arrête ça, ne te fâche plus comme ça à nouveau! Ne t'enfuis pas à nouveau. Tu me fais peur, Kenny! »

Ken se dirigea vers le lit de Ben, entrainant Zack sans effort, et regarda le maître des ombres. « Est-ce tes ténèbres, Benjamin? Demanda-t-il doucement. Est-ce comme tu l'as dit, que tes ténèbres étaient ta faiblesse? Est-ce elles qui te retiennent maintenant? » Prudemment, il tendit la main et prit les lunettes. À sa grande surprise, et douleur, elles sont venues facilement. Est-ce que cela signifiait qu'elles avaient abandonnées leur maître?

Comment sais-tu cela? se demanda-t-il. Comment peux-tu le savoir?

Je ne sais pas comment. Mais je sais que c'est la vérité.

« Le seul qui peut nous le dire, c'est celui qui est couché à côté de nous. » Ken ferma les yeux. « Il doit y avoir un moyen. » Il lâcha Zack et se rendit près de son ami à nouveau, cette fois plaçant ses doigts sur sa tempe.

« Non! cria Endymion. Tu ne peux pas! »

« Je le dois. » dit Ken catégoriquement et lança un contact mental.

Ben? Ken marcha à travers la nuit noire. Ben, où es-tu?

Noir, le noir de la douleur mais pas la même qu'il avait ressenti avec Endymion. Qu'est-ce qui était différent?

Puis il vit les pétales de fleurs de cerisier dérivaient autour de lui, pas blanc, mais de la couleur dorée de l'amour. Zack. L'amour de Zack me protège. Oh Dieux, Zack, je t'aime.

Et la lumière doit éclipser les ténèbres chuchota une voix très faible. C'était l'esprit de Ben qui pensait en ses termes, cela signifiait quelque chose de très différent. Cela signifiait qu'il perdait. Que le bien perdait face au mal.

Ben! Ben, attends! Ken courrait à travers le brouillard. Appelle-moi! Dis-moi où tu es! J'ai besoin de t'entendre pour te trouver! Je t'aiderai mais oh dieux s'il-te-plaît!

La mort froide de la lumière. Toujours la lumière, toujours elle fait mal.

Ben, non! S'il-te-plaît attends!

Quand s'est-il tant attaché au maître des ombres? Ne se battaient-ils pas encore hier?

Ken trébucha sur quelque chose et s'affala sur le sol, ou du moins quelque chose de mou. Il retourna cette chose et trouva Ben.

Le corps de Ben était surtout fait d'ombre maintenant, à l'exception de ses yeux qui étincelaient d'un bleu clair avec un peu de vert. Malgré cela, Ken pouvait voir la douleur sur le visage lisse. Il était mourant.

Ben. Ben, regarde-moi. Regarde-moi. Tu dois tenir le coup. Pour elle, Ben, pour votre amour, pour l'amour.

Et la lumière doit s'éclipser

NON!

Mes ténèbres

Qu'en est-il d'elles? Aide-moi, Ben, je ne peux pas t'aider sans toi!

La mort froide doit éclipser l'obscurité, la douce et magnifique obscurité qui me maintient vivant et la lumière aveugleront les beaux saphirs de mon cœur. De leur cœur.

Il parlait de son senshi. Elle avait les yeux bleus.

Quel cœur? Qu'est-ce que lui fait la lumière?

Aveuglé les saphirs le deuil

Peut-être que Ben ne pouvait pas l'entendre vu les demi-réponses à ces questions, mais il était toujours piégé dans son esprit, et il devenait confus. Le deuil, les saphirs, c'était elle. Mais la mort froide d'une partie de la lumière? Qu'est-ce que cela signifiait, outre le mal?

Et pourquoi la lumière était le mal?

Ken, dit tout à coup Ben très clairement. Ken le réaliste, l'esprit. Zack, le cœur. Daemon, le corps. Jacob, l'espoir. Nate, l'âme. Et moi, que suis-je?

La magie, Ben. Tu es le pouvoir mystique, les ténèbres, l'inconnu. Tout cela. S'il-te-plaît, s'il-te-plaît écoute-moi!

Peut-être que c'était ça! Il cherchait un but à atteindre!

Tu es la crainte. Rappelle-toi comment ils te regardent; ils ne comprennent pas. Ils ont peur. Mais tu n'es pas la peur, cependant. Je comprends, et je n'ai pas peur.

L'esprit le cœur le corps l'espoir l'âme. Et la douleur. C'est moi. Je suis la douleur.

Non! Ben, écoute-moi!

C'était inutile. Ben ne voulait pas l'entendre. Les poings de Ken se serrèrent. Il ne pouvait pas l'atteindre! Mais il le fallait!

Mon Archer. Mon Archer de la Lune d'Argent, des douces étoiles. Ceux sont les bonnes lumières, les étoiles et la Lune.

Archer? Était-ce son nom? Son vrai nom?

Pas du deuil. Des Étoiles. Elle est le senshi des Étoiles. Pas plus de la tristesse, pas plus du deuil de la Reine perdue.

Cela valait la peine d'essayer! Archer! appela Ken. Archer, viens à nous!

Une odeur chaude de vanille taquina son nez.

Ombre! Ombre, où es-tu?!

C'était elle! Il pouvait le sentir! Archer, par ici! Ton ombre!

Elle était faite de ténèbres elle aussi, des pieds aux cuisses. Elle le regarda de ses yeux bleus douloureux et tomba à genoux. Ombre Ben. Regarde-moi, mon amour perdu. Regarde-moi.

Ben sembla le faire. Et la mort froide de la lumière doit éclipser les ténèbres.

Non. Pas cette fois, mes ténèbres. Elle le toucha et les ténèbres se séparèrent du corps de Ben, seulement pour reformer un simulacre de corps humain à côté de lui. La séparation s'arrêta au niveau des yeux, laissant l'ombre sur le côté sans tête. Ken, aide-moi.

Tu connais mon nom? Ken se sentit coupable. Il ne connaissait pas le sien.

Je connais tous vos noms. Elle lui fit un sourire triste et lui prit la main. Il la lui donna et elle la plaça sur le front de Ben. Je ne peux pas le faire sans toi. Je n'en ai pas la force.

Si, tu le peux, gronda-t-il pratiquement. Mais je le ferai de toute façon. Dis-moi comment.

Tu sais comment.

Et il savait. Il poussa son amour dans Ben avec toute la force mentale qu'il avait, tout ce qu'il savait créer. Il voulait que Ben l'aide à apprendre cette chose nouvelle, spéciale.

Tu n'as pas besoin de mon aide, Ben paraissait plus fort. Tu es l'esprit. Tu sais comment, Ken Kunzite, tu dois juste te rappeler, essaye.

Tu vas vivre et tu vas m'en apprendre plus! lui dit Ken d'un ton brusque. Maintenant aide-nous! Nous avons encore besoin de ta volonté!

Il revenait. Il le savait. Il savait comment faire, il savait comment utiliser ce pouvoir et il savait qui il était et qui il fut.

Kunzite le protecteur d'Endymion, Kunzite du Dark Kingdom et Kennith Hoseki de la garde personnelle du Roi.

Oui.

L'ombre se sépara complétement et tant elle que Ben se levèrent. Leurs mains étaient jointes et il fermèrent les yeux.

Ken se réveilla.

«Kenny! » rugit Zack en le frappant au visage.

« Ouch! »

« Menteur! Je pourrais te tuer! » Zack frappa plus fort. « Tu aurais pu mourir! Je vais te... ooh! »

« Je t'aime aussi, Zoisite. » marmonna Ken en se roulant sur le ventre pour échapper aux coups.

« Ne m'appelle pas ainsi! Je suis Zack! » Un autre coup.

« Tu t'es réincarné, marmonna Ben. Ohhh! Je me sens comme une merde. »

« Je me sens plus mal. » répliqua Ken.

« Je me sens plus mal. » dit Archer, mettant fin à la discussion. « Tous les deux, taisez-vous, je ne suis pas d'humeur.

Tous les trois se redressèrent. « Toi, dit Ken en montrant Ben du doigt, je vais te tuer dès que j'irai mieux. »

Ben sourit presque. « Bien sûr, Ken. »

« Et je ne te permets pas de m'appeler Ken à nouveau. »

« Tu aimes bien et tu le sais. »

« Va au diable! »

« A l'intérieur de ma tête, n'est-ce-pas? »

Ken marqua une pause, puis se mit à rire un peu douloureusement. « Ouais. Retourne à l'intérieur de ta foutue tête jusqu'à ce que tu en meurs. »

« Tu m'as dit de ne pas jurer, alors toi non plus. » Zack brossa les cheveux de Ken autour de son visage et regarda dans les yeux argentés. « Tu m'as fait peur, Kenny. »

« Je suis désolé, mon joli petit Sakura, dit Ken honnêtement. Me pardonnes-tu? »

Le visage de Zack s'éclaira d'un sourire. « Toujours. »

« Les mecs, vous êtes dégoutants. » marmonna Ben.