Enfin. Après avoir déballé son dernier carton, Will était enfin chez elle. Le chemin avait été long, elle avait changé de pays pour sa mère et elle devait maintenant faire avec cette nouvelle épreuve.

Sa mère, Carine, avait rencontré son nouveau compagnon pendant un sejour à Tokyo, et elle avait décidé de rester avec lui, Will n'avait pas eu le choix. Elle avait eu son compte de déménagements, après la mort de son père elle avait du quitter la Nouvelle Orleans pour rejoindre Carine à Paris et maintenant elle recommençait sa vie à Tokyo.

Elle avait immédiatement cherché un appartement pour y vivre seule, ce n'est pas qu'elle n'aimait pas sa nouvelle famille, mais elle ne supportait pas sa mère. Tokaji Hiroshi, son beau-père, l'avait beaucoup aidé à trouver un appart et un boulot, et son fils n'était pas désagréable, même si il était rarement à la maison.

Will replia le dernier carton et alla finalement se coucher.

3 semaines plus tard.

Will se leva en sursaut, arrachée du sommeil par des coups tapés contre sa porte d'entrée.

J'arrive, deux minutes !

Elle enfila un pull et se rendit dans l'entrée, où elle reconnu la voix qui l'appelait. Elle ouvrit sa porte et fila vers le salon.

« Qu'est ce que tu veux Yuji, il est 9h tu devrais pas être au bahut ? »

« Oh comme tu es sur mon chemin je me suis dit que je passerais voir si ça allait. Ta mère n'arrête pas de brailler parce que tu ne viens plus la voir. » lui répondit Tokaji en s'installant sur le canapé.

« Ok je passerais dimanche. Tu veux boire quelque chose ? »

« Jus d'orange si t'as. Dis moi, ça a été le taff hier, pas d'incidents ? »

Elle aurait du sentir le coup venir...

« Donc c'est pour ça que tu es la... Oui ça a été, juste un gamin qui a voulu me voler un paquet de cigarettes donc je l'ai un peu bousculé. Comment tu sais ça toi ? »

« Ce gars, à qui tu as cassé le bras si j'ai bien compris, est de Suzuran et je t'avais interdit de les approcher. Tu es peut être assez maline pour ne plus avoir à aller au lycée, mais ne te frotte pas à Suzuran. »

«Yuji, je ne l'ai pas non plus attaqué, j'ai défendu ma marchandise. Je n'ai pas été habitué à me laisser faire par des gamins qui se la jouent caïds. Et tu n'as pas à me donner d'ordres ! » cria t-elle, fatiguée d'être considérée comme une gamine.

« Ok », lui répondit il sur un ton glacial, « mais ne penses même pas à recommencer, si ils s'en prennent à toi ce sera pas la peine de venir pleurer ! »

Et il partit en claquant la porte, vexé de s'être fait rembarré par celle qu'il considérait comme sa sœur. Will ne savait plus quoi penser, elle avait agi instinctivement la veille et maintenant on lui reprochait son comportement. Elle était censée faire quoi maintenant ?

Quand elle s'aperçut que Yuji avait oublié son portable, elle hésita sur ce qu'elle devait faire. Bien sûr, elle pourrait le ramener chez lui, mais elle verrais sa mère et serait bloquée là bas pour la journée. Elle pourrait aussi attendre qu'il vienne le chercher, mais il recommencerait son cinéma. Ou alors, elle pourrait lui rapporter au lycée, il n'oserait pas la provoquer devant les autres élèves et elle s'en sortirait en l'évitant pendant quelques jours.

Elle prit sa décision, enfila un jean et des Converse, attrapa son sac et sortit de son immeuble.

Tokaji arriva à Suzuran plus vite que prévu, sa dispute avec Will lui avait mis les nerfs à vif. Elle ne comprenait pas, ou ne voulait pas comprendre, qu'on se comporte différemment avec les jeunes de Suzuran. Il se rendit sur le toit et rejoignis Serizawa, décidé à penser à autre chose qu'à cette histoire.

« Alors quoi de neuf ? » Il récupéra un livre sur une table et s'installa sur le canapé, écoutant distraitement les frères Mikami parler à Serizawa.

« Serizawa ! Makise s'est allié avec Genji ! » cria Shoji en arrivant vers eux. « Et ils veulent récupérer Izaki ! »

Tokaji se leva et se rapprocha du groupe en entendant Shoji mentionné Izaki. Il attendait depuis tellement longtemps d'écraser ce connard de blond, il allait enfin pouvoir le démolir sans que ça ne dérange les plans de son chef...

Il observa Tokio quitter le groupe, se demandant pourquoi il ne partageait pas l'enthousiasme ambiant.

Il allait retourner à son livre quand des sifflements dans la cour attirèrent son attention. Il s'approcha du grillage et, sans vouloir y croire, aperçu Will qui rentrait timidement dans son lycée. Son sang ne fit qu'un tour et il se rua vers les escaliers, prêt à traîner sa sœur hors de Suzuran pour lui passer le savon de sa vie. Il ne se rendit pas compte que ses amis le suivait, étonnés de sa réaction.

« Mais qu'est ce que tu fous la ? » hurla t-il, lui agrippant le bras pour la faire sortir.

« «Hey calmos tu me fais mal ! Et j'ai plus 12 ans alors lâche moi ! » répliqua Will, prenant conscience qu'une trentaine de lycéens les observait en se moquant. « Et fermez la, espèces de dégénérés ! »

Les rires stoppèrent, peu à peu remplacés par l'envie de donner une leçon à cette étrangère. Tokaji tirait de plus en plus Will vers la sortie, sentant la situation lui échapper.

« T'aurais pas pu te taire, idiote ? Maintenant tu vas m'écouter sagement. Un fois sortie, cours à ton appartement et ne sors plus avant que je vienne, compris ? »

A ce moment, Serizawa intervint dans l'histoire, faisant reculer la plupart des élèves.

« C'est bon Tokaji, sors avec la fille et va attendre plus loin. »

Tokaji recula jusqu'au grillage et une fois sortis, il entraîna Will dans une ruelle derrière le lycée. Ne faisant pas attention à sa sœur, il ne vit pas la gifle arrivé, le frappant de plein fouet.

Elle rageait intérieurement, choquée par l'attitude de Yuji. Il l'immobilisa contre un mur, à deux doigts de perdre le contrôle et de la gifler en retour.

Il fut stoppé par Serizawa, intrigué par ce qui venait de se passer.

« C'est qui elle, tu la connais comment ? » interrogea Serizawa en fixant la jeune fille.

« C'est ma demi sœur, elle vient d'arriver ici. D'ailleurs, qu'est ce que tu foutais à Suzuran ? » demanda t-il à Will

« T'as oublié ton téléphone, je te le ramenais. Maintenant que c'est fais, je repars. » Et sans un regard, elle marcha lentement et rejoignis son appartement.

Tokaji remercia Serizawa, mais ne répondit pas aux regards interrogateurs de son ami. Il devait prouver aux autres que ce qui venait de se passer ne changeait rien à sa réputation. Et il comptait bien utiliser Izaki pour ça...