Coucou

Je suis vraiment super contente que cette fiction plaise autant, alors un grand merci à tout le monde !

Je suis plus que ravie de sa réussite, en espérant que ça dure !

Réponses :

Cs85 : Merci pour ta review, contente que tu aimes mon histoire.

Amande16 : Merci de lire toutes mes histoires sur Twilight, ne t'en fait pas tout le monde ne lit pas du HP ! J'espère que celle là te plaira, tu me mets la pression, lol

Benedicte : Il faut bien un Paul tout nu pour attirer les foules (moi la 1ère), ravie que tu aimes mon histoire.

She-wolf : Merci pour ta review.

Guest : Merci.

Lisou : Pas de soucis, je poste sur les deux pour le moment et quoi que je face, je préviendrais. Merci de m'avoir lu

OoO

Chapitre 2

OoO

PDV BELLA

OoO

Je remercie le rapidement et prend mes pizzas mais il me tend son numéro de téléphone et dit d'une voix qu' il veut sexy :

- Appelle moi.

A ce moment j'ai un entendu un déchirement, quand je me suis retournée, j'ai vu un énorme loup gris de la taille d'un cheval en plein milieu de mon salon.

Ma mâchoire s'est décrochée, mes yeux se sont exorbités et la nourriture s'est retrouvée au sol. C'est bien que la console soit à coté de moi, j'ai pu mis raccrocher.

Mes yeux ne le quittent pas, lui aussi me fixe, sa respiration est lourde de colère mais son regard se radouci rapidement. Mon instinct détraqué me dit de m'approcher alors je fais un pas mais il se recule et fait non de la tête. Je devrais avoir peur, pourtant j'ai toujours ce truc en moi qui me dit d'avoir confiance et d'aller chercher le réconfort dans ses bras, je suis de plus en plus perdu.

Le fait de voir un énorme loup dans mon salon, ne me gêne pas outre mesure. Il y a vraiment quelque chose derrière tout ça et foi de Bella, je trouverais.

- Tu vas bien ? Demandais je la voix éraillée

Il ferme les yeux, deux secondes plus tard, il est de nouveau lui. Je souffle de soulagement et m'avance rapidement vers lui pour le prendre dans mes bras, soulagée. C'est la première fois que je fais le premier pas, en temps normal c'est lui.

- C'est la première fois que ça t'arrive ?

Je ne vois pas pourquoi je pose la question, il n'a pas l'air étonné de sa transformation et à l'air de savoir redevenir lui même rapidement. Mon cerveau tourne à 100 à l'heure, essayant de comprendre le pourquoi du comment, de tout simplement trouver une logique à cela. Je crois qu'il n'y en a pas...

Une fois mon esprit calmé, je me rend compte que je suis allongée sur le canapé, la tête de mon inconnu loup sur mon ventre, le visage inquiet tourné vers le mien. Je lui souris, il a l'air rassuré et va chercher les pizzas pour me mettre quasiment de force une part dans la bouche.

- Et si tu allais remettre un caleçon ? Proposais je après avoir avalé une bouché.

Il part la tête haute en prenant son temps mais revient rapidement. Pour ma santé mentale et ma libido, il doit rester habillé le plus possible. Ce mec est parfait à moins que ce soit plus un loup qu'un homme ? Ce qui explique son coté sauvage que je peux voir dans ses yeux. Pourtant il a l'air de connaitre certaine chose humaine, même si parfois il se comporte comme un animal.

- Ça fait longtemps que tu te transformes ?

Il hausse les épaules.

- Tu ne te souviens de rien ?

Il fait non de la tête. Tout ça ne nous avance à rien et surtout qu'est ce que ça va donner ? Nous ne pouvons pas rester dans cette situation. Il a surement des amis, de la famille, une copine... Non non pas de copine, je ne veux pas... Bon, je crois que je vais arrêter mon caprice et réfréner ma jalousie. J'en deviens pathétique ou folle, on se connait que depuis 48 heures et nous n'avons aucun lien, pour le moment. J'imagine même pas au bout d'un mois. Aie... J'aurai perdu tous mes neurones.

- Même pas où tu habites ? Un tout petit souvenir ? Un paysage ?

Il réfléchi quelques secondes pour me donner la même réponse.

OoO

Quelques jours que mon inconnu est là. Heureusement que je n'ai pas de contrat de prévu pour les jours à venir, ni rien d'autre. On pourrait croire que j'ai plein d'amis avec mon job mais non, je n'aime pas trop les gens qui restent par intérêt, d'ailleurs je n'aime pas les gens du tout, je préfère être seule ou avec mon frère ainé mais lui aussi à sa vie.

J'aurai pensé que vivre avec quelqu'un que l'on ne connait pas serait difficile mais non. On est bien tous les deux, personne ne gêne l'autre, comme si on est fait pour vivre ensemble, en harmonie, c'est reposant. Dieu que c'est agréable. J'ai eu une colocataire pendant plusieurs mois, c'était l'enfer. Elle utilisait toute l'eau chaude, laissait trainer ses affaires, ne faisait ni lessive, ni ménage, ni cuisine... Rien. Je l'ai mise dehors avec un coup de talons aiguilles dans les fesses.

J'ouvre les yeux, il fait encore nuit. Foutu pleine lune et ce n'est que le premier soir, je dors toujours mal à cette période du mois. Je me retourne brusquement dans mon lit mais mes jambes sont arrêtées par quelque chose de dur. Paniquée, je me relève brusquement pour voir ce qui est sur mon lit et souffle rassurée de voir que ce n'est que mon inconnu - Il va falloir que je lui trouve un nom - couché en boule au pied de mon lit en train de dormir.

Ça ne doit pas être confortable. Sans faire de bruit je m'avance vers son corps et m'allonge à ses cotés. Mes envies sont bizarre en ce moment, j'ai toujours envie de le voir, de discuter ou de le toucher. Je passe ma main dans ses cheveux en frottant doucement mes ongles contre son crane. Il soupire de plaisir et fini par ouvrir les yeux.

- Qu'est ce que tu fais là ? Demandais je doucement. Ton lit ne te plait pas ?

Il fait non de la tête et d'un coup de menton m'indique qu'il préfère mon lit. Je rêve ou il vient clairement de me dire qu'il passe toutes ses nuits dans ma chambre ? Je ne peux pas vérifier son lit n'étant pas rentrer dans sa pièce pour lui laisser un peu d'intimité.

- Tu dors ici depuis le début ?

Il fait oui. Malgré moi je trouve cela attendrissant et l'embrasse sur la joue. Chose curieuse, il est étonné de mon geste, comme si c'était nouveau. Enfin s'il est amnésique c'est normale...

- Viens.

Je me recouche à ma place et lui fais signe de venir à mes cotés, il ne se fait pas prier. Je fini, comme à chaque fois que nous sommes proches, collée à lui, comme deux aimants.

A mon réveil, je suis allongée sur le dos, mon bras autour de sa tête qui est posée sur mon épaule, son bras autour de ma taille et une de ses jambes sur les miennes. Sa respiration lente m'indique qu' il dort.

Il dégage de la chaleur, moi qui suis frileuse c'est parfait. Je me cale encore plus contre lui, appréciant le contact de sa peau sur la mienne. D'instinct mes doigts se retrouvent dans ses cheveux et passent mes ongles dedans. Je sens qu'il se réveille et commence à faire des bruits bizarre. On dirait qu'il grogne de plaisir, non il... Ronronne. Pourquoi je ne trouve pas ça flippant ? Je devrais, certes je n'ai pas eu beaucoup de petits copains mais aucun ne faisait ce genre de bruit, dans aucune circonstance.

- Tu as mieux fini ta nuit ?

Il relève la tête et me sourit, un vrai sourire, comme si je lui avais offert un cadeau inestimable. Mon ventre se met à gargouiller. D'un seul coup il se lève et m'entraine avec lui dans la cuisine et m'oblige à m'assoir assez rapidement me faisant glisser de mon siège, heureusement que j'ai des réflexes et que je me suis rattrapée à la table. Je veux bien croire que je suis légère mais il m'a assise avec beaucoup de force sans pour autant de me faire mal.

Il me lâche, je le regarde amusée mais ne bouge pas. Je le vois regarder dans tous les placards, il sort tout ce qu'il faut pour le petit déjeuner et d'un signe de tête m'oblige à manger.

- Tu t'es rappelé de quelque chose ?

Il me fait non de la tête mais à l'air peu convaincu.

- Tu as rêvé ?

Il me fait oui.

- C'est bien, souris je

Je me lève et pars l'embrasser sur la joue, mais ça ne semble pas lui faire plaisir mais ça ne lui déplait pas non plus, il ne semble pas comprendre.

Depuis ce moment, c'est lui qui prépare les repas et je ne me plains pas.

Un jour je décide de rentrer dans la chambre inutilisé, je vois un bout de tissus, le morceau qui était accroché à sa cheville, le premier soir de notre rencontre. J'avoue l'avoir oublié, le tissu parce que son corps est gravé dans ma mémoire. Non non je ne suis pas obsédée, je sais juste apprécier les belles choses.

Je le prends pour le mettre à la poubelle, mais un petit objet noir tombe un portable que j'essaye d'allumer mais bien sur il n'a plus de batterie.

Je rejoins mon loup et lui tend le portable.

- Tu te souviens de ça ?

Il regarde l'objet sous toutes les coutures avant de me rendre. Je regarde si j'ai un chargeur adapté, c'est le seul objet qui peut nous mener à son passé.

Si au moins je l'avais retrouvé prêt d'une ville, mais non je l'ai trouvé au milieu de nul part. Mais vu sa condition particulière, il vaut mieux.

Son téléphone date de trop longtemps, je n'ai rien qui pourrait correspondre. Il va falloir le commander sur internet, minimum 7 jours. Je ne suis pas pressée de me séparer de mon inconnu, je ne veux pas être loin de lui, d'ailleurs à cette pensée mon cœur se serre, j'aime être avec lui, je l'apprécie, beaucoup. Mais je suis réaliste, il a eu une vie avant moi et une fois ses proches prêt de lui, je ne servirai plus rien. Je l'aurai juste aidé pendant quelques semaines.

Je suis égoïste de vouloir le garder prêt de moi, après tout, si je tiens à lui, je ne dois vouloir que son bonheur et son bonheur est de retrouver ses souvenirs. Il se sentira de nouveau entier et peut être retrouvera t' il sa voix ? En tout cas il sera surement plus heureux chez lui, plutôt qu' ici avec moi, dans un appartement qu'il ne connait pas en ville. Je ne sais pas pourquoi mais je ne le vois pas vivre entouré d'immeuble.

J'essaye de ne pas montrer ma tristesse à son futur départ, c'est ridicule d' être ainsi pour un garçon dont je ne sais pas grand chose. J'ai aussi remarqué que ses émotions dépendent des miennes, comme si nous étions chacun la moitié de l'autre. Il n'y a que dans les livres que l'on voit ça. Mouais, comme les hommes qui se transforment en loup. Je dois seulement me faire à ces créatures.

Je me demande si ses proches sont au courant pour sa condition, s'il est seul à être ainsi. Es ce que c'est dangereux pour lui ? Pourquoi se transforme t' il ? Es ce que quelqu'un sait pourquoi nous nous comportons ainsi depuis que nous nous sommes regardés ? Quelqu'un pourrait il répondre à mes questions ? Es ce que je pourrais rester dans le secret, parce que je me doute qu'il ne faut pas ébruiter ce genre de détail. Ou es ce qu'au contraire, je n'aurai jamais du savoir ça, et ils vont vouloir me tuer ? Ou me garder prisonnière ? Ou pire me réduire au silence sans me tuer ? Tout un tas de scénario se bousculent dans ma tête et me fait flipper.

Mon inconnu qui veille sur moi, me prend dans ses bras. Je me cale contre lui, tout de suite rassurée. Il me caresse la joue qui n'est pas contre lui, je suis bien jusqu'à ce qu'une horrible crampe me prenne au ventre.

Zut...

Bordel, je déteste cette période du mois. D'instinct je pose mes deux mains sur mon ventre. Mon loup recule mon visage de son torse et me regarde dans les yeux, inquiets.

- Ce n'est rien, le rassurais je, ça arrive souvent. Malheureusement, grimaçais je

Il me fixe attentivement avant d' approcher son visage prêt du mien, je le vois hésiter avant de m'embrasser sur la joue. Il se recule inquiet de ma réaction mais je lui souris tendrement. Mon mal au ventre fini par calmer.

Nous restons tout l'après midi enlacer à profiter de la présence de l'autre, je n'ai pas envie de bouger, me santant bien, à ma place surtout que cela ne va pas durer éternellement. Pourtant je vais devoir me lever, foutus règles.

Je ne sais pas comment mais une seconde plus tard je suis debout, les mains de mon inconnu partout sur moi, je le vois renifler.

Oh mon dieu, il n'a pas senti le sang, si ?

Il est paniqué et cherche... Une blessure ? Mon cerveau m'ordonne de le rassurer, mais je suis trop perturbée par son touché tout en douceur sur moi, ça me donne des frissons partout et des idées peu catholique envahissent mes pensées.

Je n'ai qu'une envie c'est de me jeter sur lui, mais je dois me calmer, ce n'est ni le moment, ni l'endroit. Le pauvre il ne saurait pas ce que je lui veux, en sachant qu'un baiser sur la joue le perturbe, il ne comprend pas pourquoi. C'est bien ma chance, j'ai un canon sous mon toit et je reste sage pourtant je suis satisfaite.

Vu que je ne réagi pas, il commence à soulever mon tee shirt mais je reviens brusquement à la réalité et attrape ses poignets, baisant au passage mon vêtement. Je suppose que ça ne le gênerait pas de me voir nu vu qu'il ne semble pas gêné avec la nudité, se promenant la plus part du temps, très déshabillé.

- Je vais bien.

Il me regarde septique. Je dois vraiment lui expliquer que j'ai mes règles ? Ok, ça passera dans le top 10 de mes pires honte. Bon je me lance. La première reste celle ou j'ai défilé sur un podium et que ma robe s'est déchirée toute seule, je me suis retrouvé en string devant un par terre de photographe qui bien sûr m'ont tous pris en photos...

- J'ai mes règles, lâchais je

Il ouvre grand les yeux mais ne semble pas comprendre.

- Ça te dit quelque chose ?

Il fait non.

- C'est des trucs de filles et malheureusement, ça débarque tous les mois. Ok ? Donc pas d'inquiétude.

Je dis ça le plus détachée possible alors que je souhaite me cacher dans un trou de souris. Il acquiesce. Une fois pleinement rassurée, je pars prendre une douche. A la sortie de ma salle de bain, il est là, faisant les 100 pas devant ma porte. Je n'ai pas le temps de comprendre que la chaleur de son corps s'enroule autour de moi, son visage dans mon cou.

A croire que je vais mourir. En tout cas on dirait qu'il tient à moi autant que je me suis attachée à lui. Es ce que c'est réciproque ou bien je deviens folle ?

Il ne parle pas, alors ce n'est pas forcement facile de savoir ce qu'il pense ou ce qu'il veut, bien qu'il est expressif. A moins que je le comprenne ?

- Tout va bien. Ok ? Tu me fais confiance ?

Il me fait oui.

- Je ne suis pas malade ni mourante ok ? Par contre j'ai faim !

Manger. Au moins il oublie tout. C'est un estomac sur pattes mais c'est surement du à sa condition spéciale de loup.

OoO

A suivre...

Alors la découverte de l'un et l'autre ?

Je me suis beaucoup amusée à écrire ce chaitre, j'espère qu'il vous plait autant qu'à moi !

Vos avis ?

xx