Info : Et oui vous ne rêvez pas il s'agit bien d'un nouveau chapitre de ma fiction.

Il faut savoir que la fiction était finie et complète sur mon pc il y a de cela trois ans, j'avais d'ailleurs commencer à réécrire certain chapitre afin de les purger de leur fautes, ect, et que ce pc en question a décidé de m'abandonner. Et évidemment je n'avais pas penser à sauvegarder tous mon travail.

Bref, vous comprendrez qu'il m'a fallu du temps pour accepter de refaire ce qui avait été fait, surtout qu'il est très difficile de réécrire quelque chose qu'on a déjà écrit. Je suis actuellement en pleine relecture de la fiction pour éviter les incohérences .

Voici donc un nouveau chapitre de cette fiction, un court pour me remettre dans le bain.

Si jamais je me rends compte que je ne parviens plus du tout à écrire cette fiction, je vous ferais un gros chapitre résumé de tout ce qui devaient se passer.


Chapitre 24 : Interlude ~Dream on

Dream on, dream on, ah

Sing with me, sing for the year
Sing for the laughter, sing for the tear
Sing with me if it's just for today
Maybe tomorrow, the good Lord will take you away

Dream on, Amerosmith

Alors qu'ils s'approchaient, ils furent estomaqués par la vision qui s'offrait à eux sous les hurlements de Mme Black.

Devant eux se trouvait Hortense. Elle semblait fatiguée mais ce n'est pas ce qui les frappa le plus. Non ce qui les frappa le plus était le corps allongé par terre à côté d'elle. Hortense regarda les nouveaux arrivant avec des yeux un peu fous, il fallait bien l'avouer.

«Occupez-vous d'elle, et vérifier les protections du Square. Je reviens dans peu de temps » leur dit-elle avant de disparaître comme elle était arrivée.

James, Sirius, Draco et Harry étaient restés quelque instant bloqués devant la silhouette qui se trouvait désormais devant eux. La femme était couverte de poussière et sans doute de sang provenant clairement de ses blessures. Son corps était mince, trop mince montrant clairement qu'elle avait été affamée. Elle portait des vêtements crasseux et à en juger par les marque sur ses poignets, elle avait été ligotée récemment. Une série d'objet divers étaient étalés autour d'elle

Ayant déjà perdu de longue seconde dans la contemplation de la nouvelle venue, James se reprit soudain et décida de diriger les opérations puisque les trois autres semblaient ne pas reprendre leur esprits..

« Harry, va chercher Dumbledore et dit lui que la sécurité du Square a été peut-être compromise. Draco, va aussi à Poudlard et ramène Severus, Hermione et Madame Pomfresh, j'ai le pressentiment que ses blessures sont dues à des sorts de magie noire. Sirius, transfigure un lit dans le salon et ensuite viens m'aider à la porter. »

Personne n'osa contredire les ordres de James Potter. L'homme abattu ou l'ami blagueur laissa place à un professionnel. Son statut d'Aurors refaisait surface soudainement et son habilité à diriger et commander était en action. Harry s'accorda quelque seconde pour admirer la manière dont James semblait se reprendre et savoir quoi faire, puis lui et Draco quittèrent le Square tandis que Sirius préparait l'aménagement nécessaire pour accueillir la blessée, prévoyant aussi des sorts de sécurité afin de la garder captive si jamais il s'agissait d'un ennemi. Un cri de surprise provenant du hall le fit abandonner sa tâche.

Il se précipita toute baguette dehors vers James. Constatant qu'il n'y avait pas d'assaillant et que la jeune femme était toujours allongée sur le sol, Sirius soupira.

« Pourquoi ce cri James ? » demanda-t-il.

James ne lui répondit pas, il semblait paralysé. Sirius s'avança plus amplement pour avoir une meilleure vue de le scène et ne pu à son tour retenir un hoquet de stupeur quand il regarda plus amplement la sorcière.

James avait retourné la jeune femme sur le dos et dégagé son visage, sans doute pour l'identifier. Et désormais devant les sorciers se trouvait Nymphadora Tonks.

L'esprit de Sirius travailla à toute vitesse, imaginant les implications de cette découverte.

La première question qui lui vint à l'esprit était comment ?

Comment pouvait-elle se trouver ici ? Pourquoi Hortense l'avait-elle amené ici soudainement? Pourquoi devait-ils vérifier les sorts de sécurité ? Comment était-elle en vie ? Est-ce réellement Tonks ? Comment avait-elle survécu plus de six mois aux mains des mangemorts ? Avait-elle changé de camp ?

Mais alors que Sirius était figé dans l'encadrement de la porte qui séparait le salon du hall, James sembla reprendre ses esprits.

« Sirius, aide moi à la déposer au salon. »

Sirius secoua la tête pour sortir de sa torpeur et se précipita au côté de James. Les deux sorciers déplacèrent la jeune femme sur le lit prévu à cet effet, tandis que la cheminée s'illuminait déjà, laissant passer Madame Pomfresh, Severus, Hermione Granger et Albus Dumbledore entouré de Draco et Harry.

Dès que ses yeux se posèrent sur la blessée, Harry ne pu retenir un cri de surprise. Il avait assez fréquenté Tonks dans son monde pour la reconnaître même sans ses cheveux roses.

Toutes les personnes présentes se posaient mille question quant à la présence de la sorcière, tandis que l'infirmière de Poudlard et Hermione Granger procédaient aux premiers examens.

« Severus, je vais avoir besoin de potion. » signala la soigneuse.

« je vous écoute Madame Pomfresh. »

« J'ai besoin de potion contrant les effets d'une exposition régulière aux doloris, une potion de régénération sanguine, une de réhydratation et une potion nutritive. Je suppose qu'une potion de sommeil serait aussi la bienvenue. » dit-elle tout en activant sa baguette dans tous les sens autour de la patiente.

« Severus, prenez aussi du veritasérum et une potion pour contrer le polynectare, si vous voulez bien. » ajouta Dumbeldore.

Severus hocha la tête et revient quelque minutes plus tard avec toutes les potions requises.

Tonks fut déplacée dans une chambre à l'étage dès que son état fut un peu stabilisé, la potion de sommeil devant faire effet six heures . De nombreuses protections furent posées à la fois sur la chambre de la sorcière mais aussi sur le Square, malgré le fait que le fideltas ne soit pas tombé. Mme Pomfresh et Hermione prirent congé des habitants du Square, après avoir poser un sort d'alerte sur la patiente, dont l'état ne semblait au final pas si catastrophique étant donné la situation. Ne restait plus que Harry, Draco, James, Sirius, Albus et Severus dans le salon. Chacun se demandant comment la jeune femme avait pu survire aussi longtemps et comment expliquer sa présence ici. Car c'était bien Nymphadora Tonks qui était présente. Severus lui avait administré l'antidote du polynectar et aucun doute n'étaient possible. Mais ces questions devaient sans doute attendre le réveil de la jeune femme.

« James, maintenant que les choses sont plus calmes, Harry et Draco m'ont donné des informations partielles très perturbantes. Est-ce vraiment Hortense qui a amené miss Tonks ici ? »

Severus se crispa légèrement au prénom de la jeune femme mais il n'eut pas le temps de se morfondre, un craquement sourd se fit entendre à nouveau entendre à l'entrée du Square. Cette fois Albus, Remus qui était arrivé entre temps, Severus, Harry, Draco, James et Sirius accueillirent l'arrivant.

Hortense se tenait là, dans l'entrée, une main posée sur le mur en guise de soutient, semblant à cours de souffle. Quand elle releva la tête tous les habitants du Square purent à nouveau voir cette sorte de folie qui régnaient dans les yeux de la jeune femme.

Severus fut le premier à réagir, et cette fois ne se gênant pas pour les personnes présentent, il engloutit Hortense dans se bras. Il ne dit rien pour le moment, savourant juste le fait de savoir que la sorcière était en vie.

Un petit hum hum discret se fit entendre.

« Désolé de vous interrompre mais je pense que des explications sont à l'ordre du jour. » dit un Dumbledore visiblement un peu agacé et gêné.

« Cet en effet le cas. Allons dans la salle à manger. » acquiesça Hortense prenant un ton autoritaire.

Voyant que Harry et Draco ne semblaient pas suivre spontanément mais qu'ils semblaient tout deux attendre l'accord de James et Severus, qui eux ne semblaient pas prêter attention aux jeunes hommes, elle haussa un sourcil interrogateur.

« Vous deux aussi Draco et Harry. » dit-elle finalement avant de se diriger vers la salle.

Remus, Albus, et tous les autres suivirent. Sirius nota au passage qu'Hortense n'avait pas lâcher la main de Severus, comme si celle-ci était une sorte de support nécessaire.

Ce que Sirius ignorait mais que Severus lui comprenait depuis qu'il avait pris Hortense dans ses bras, c'était qu'Hortense était épuisée. Magiquement épuisée et physiquement. Severus sentait à travers son lien avec Hortense, qui s'était réactivé lorsqu'il l'avait serrée, que celle-ci pompait sa magie, et que cela était totalement inconscient.

Une fois que tous furent installé, Hortense se mit à parler.

« Albus, avez-vous ordonner une attaque sur la manoirs Malfoy ? » demanda-t-elle de suite, surprenant les personnes présentes.

« Non ma chère, mais je sais que la cellule de résistance Irlandaise avait prévu une mission de sauvetage depuis quelque semaines. »

« Pour récupérer le Président moldu je suppose ? » demande-t-elle, ne semblant pas surprise.

« En effet, j'en déduis qu'ils ont attaqué si vous posez cette question ma chère ? »

« Attaquer ? Oh non, on ne peut pas appeler cela attaquer Abus ! » dit-elle sa voix devenant de plus en plus forte.

« Que c'est-il passé ? » demanda à son tour James curieux de la réaction de la jeune femme.

« Ces idiots d'irlandais ont tout simplement décider d'utiliser les méthodes moldues. Ils ont bombarder le manoirs ! » dit-elle très clairement énervée.

« Je ne vois pas en quoi est-ce un mal » répliqua Sirius, ne comprenant pas l'énervement d'Hortense.

« Je vois que le cerveau fonctionne toujours aussi bien Black ! Que comptaient-ils récupérer après cet acte ? Une jambe ou un bras de leur foutu ministre ? » dit-elle passant sa main dans ces cheveux clairement fâchée.

« Si la perte d'un moldu permet de détruire la base de face de serpent et de tuer un maximum de mangemort, je ne vois pas le mal ! » répliqua-t-il croisant ses bras sur son torse.

Hortense éclata de rire devant ce qu'elle estimait être une imbécillité de Black.

« As-tu seulement un cerveau au final ? Je me le demande... » dit-elle acide.

« Je ne te ... » allait répliquer Sirius mais Albus leva les mains en signe d'apaisement, alors que Severus prenait la parole.

« Cette méthode a été utilisée dans notre monde, une fois. Quand les résistants sont venus fouillés les lieux et qu'ils se sont rendus compte que les seuls cadavres présentent étaient ceux des prisonniers. » expliqua celui-ci d'une voix traînante ...

« Mais ... » allait reprendre Sirius quand James intervint.

« C'est logique quand on y pense. Dès que la 1er bombe atterrit les mangemorts n'ont qu'à transplaner, par contre je ne pense pas qu'ils prennent le temps d'évacuer les prisonniers. » expliqua Harry. Il se souvenait avoir vu de nombreuses fois des films de guerre, Dusley en était grand fan et Harry entendait le bruit et voyait parfois les images défilées. De plus ils en avaient aussi parler lorsqu'il était à l'école moldue.

« Pour être exacte, non seulement ils n'évacuent pas mais en plus on revient sur place pour achever les blessés et ensuite brûler ce qui peut rester des décombres. »

Draco eu son coeur qui se serra un peu à cette pensée. Brûler les décombres ... cela voulait dire que ...

« Le manoir Malfoy a été réduit en cendre donc ? » demanda-t-il essayant de ne faire transparaître aucune émotion dans sa voie.

« Oui Draco, je suis désolée. » dit Hortense qui s'adoucit pour la première fois depuis qu'elle avait pris la parole.

« Vous nous donnerez les détails plus tard si vous le voulez bien, mais pourriez-vous nous expliquer pourquoi vous êtes arriver ici avec Miss Tonks, et pourquoi pensez-vous que les défense de la maison Black étaient amoindrie ? » demande Dumbledore visiblement sur les nerfs.

« Miss Tonks et moi étions dans le même cachot. Dès que le bombardement a commencé, les sorts anti-transplanage du manoirs ont été levé. Je me suis dit que j'allais l'emmener avec moi. Et comme je ne sais pas si elle est vivante ou morte ou même s'il s'agit bien d'elle, et bien cela voulait dire que la sécurité du Square était compromise. » expliqua Hortense avant de commencer à tousser violemment.

Severus rempli un verre d'eau d'un coup de baguette et s'approcha d'Hortense pour lui donner.

Lorsque celle-ci repris le contrôle de sa toux, Albus recommença son interrogatoire.

« Et pourquoi êtes vous repartie aussi vite ? » demande-t-il

« Si je n'étais pas aller directement au lieu de rendez-vous fixé par le Lord, j'aurais été cataloguée comme déserteur. Et je n'ai aucune envie de subir le châtiment réserver à ce cas précis. » répondit-elle de manière sèche.

C'était pourtant de la pure logique. Le Lord n'allait pas dire à ses suivants, aller aux quatre vents.

Severus et Draco de leur côté cachèrent un haussement de sourcil. Certes le Lord donnait des instructions claires concernant le cas de figure d'une attaque ne pouvant être esquivées, mais les mangemorts avaient toujours un délais de plusieurs heures pour se présenter à lui. En réalité, ils ne devaient se présenter que lorsque la marque était activée. Et cela n'était pas encore le cas, Draco au moins l'aurait senti.

Ouvrant son lien télépathique avec Severus pour un bref instant, Hortense lui fit juste passé un mot :

*Plus tard*

Albus semblait pensif, il réfléchissait à toutes les conséquences possibles de cette attaque, de son côté Hortense semblait vraiment mal en point, elle était restée debout durant toute la discutions mais là, ses jambes ne semblaient plus vouloir la porter.

Remarquant ce fait, et étant très curieux de connaître toute l'histoire, Severus décida d'intervenir.

« Albus, pouvons-nous remettre la suite de l'interrogatoire à quelque heures. Je pense qu'Hortense à besoin de se reposer. » dit-il en jetant un regard appuyer sur la jeune femme comme pour dire à Dumbledore, regardez dans quel état elle est.

« Si il n'y a plus d'éléments qui doivent être connus immédiatement ... » répondit le directeur en direction d'Hortense.

« Le Lord n'a rien de prévu pour les jours à venir. Aucune attaque n'est planifiée dans l'immédiat. » précisa la jeune femme.

« Bien dans ce cas, nous reviendrons demain. Sirius, je peux compter sur votre hospitalité concernant Miss Tonks ? » demande le directeur

« Oui, oui bien entendu. » répondit Sirius, sortant de son silence.

« Bien dans ce cas, à demain mes enfants. Reposez-vous Hortense, comme Severus le précisait, vous ne semblez pas en grande forme » précisa-t-il avant de se diriger vers la sortie entraînant dans sa suite tous les membres de l'ordre à l'exception des résidents du Square.

Essaie de passer les mêmes semaines que celles que je viennes de passer et on reparlera de ton « pas en forme » se dit Hortense mais elle n'avait pas la force de commencer une joute verbale dans l'immédiat.

Dès que le directeur fut sorti, Harry, Draco et Severus se tournèrent vers Hortense, mais celle-ci secoua la tête de gauche à droite .

« Je suis épuisée, je suis sale, je suis fatiguée. On parlera plus tard, là j'ai besoin d'une douche et de dormir » dit-elle en s'éloignant vers les escaliers.

James, Remus, Sirius, Draco et Harry la regardaient partir surpris et inquiète lorsqu'ils la virent tituber légèrement.

Severus se précipita à ses côtés et sans un mot la dirigea jusqu'à sa chambre à lui. Tandis qu'Hortense prenait sa douche dans le silence le plus total, Severus alla lui chercher des vêtements propres et les déposa sur le lit avec une fiole de potion de sommeil sans rêve ainsi qu'une potion contrant les effets du doloris.

« Merci » lui souffla-t-elle doucement tout en lui faisant un petit sourire en remarquant son attention.

Lorsqu'elle eu enfiler les vêtements, elle se faufila sous les couvertures et laissa échapper un soupire.

« Cela ne te dérange pas si je reste. » lui demanda Severus en s'allongeant en dehors des couvertures pour bien lui monter qu'il n'y avait aucune autre intentions que celles de la veiller.

« Non non bien entendu » lui répondit-elle très doucement.

« Hortense ... » commença Severus mais il fut coupé dans son élan par les lèvres d'Hortense sur les siennes.

« Pas aujourd'hui Sev, je ne suis pas en état de parler. » lui dit-elle après avoir mit fin au baiser.

« Quand alors ? » lui répondit-il, plongeant dans les souvenirs douloureux de leur passé dans leur monde. Cette époque durant laquelle Hortense ne lui disait rien. Elle rentrait comme aujourd'hui après une longue absence et n'expliquait rien. Au moins à cette époque Severus était-il au courant de certain fait grâce à son statut de mangemort. Ici et maintenant, il se sentait impuissant et inutile.

« Demain » souffla Hortense juste avant de plonger dans ce sommeil artificiel et sans rêve.