Titre : and that's just romance

Disclaimer : Tout à la magnifique, la fantastique, l'incroyable Kazue Kato. Ah, et la fanfic n'est qu'une traduction, l'original en anglais est écrit par la géniale sarsaparillia qui m'a gentiment autorisé à traduire ça.

Résumé : Amaimon, à la base, il ne comprend pas grand-chose. Surtout ces habitudes bizarres qu'ont les humains. — Amaimon, Rin/Shiemi.

Notes : Ah ah, entre ma chaîne YouTube, mon blog, mon entrée au lycée et le cours d'audio-visuel où je suis la seule à bosser, j'ai plus trop de temps pour penser à des fics. Du coup je vais beaucoup traduire et non pas écrire dans ces prochains mois (je pense). Eh d'ailleurs, ça fait longtemps que j'avais pas posté ici, un peu plus que deux mois !

Bref bref bref. Pour commencer l'année en beauté, j'ai décidé de me lancer dans un fandom que j'avais pas encore exploré : Blue Exorcist ! Ce manga c'est juste de la bombe. Et sachant qu'Amaimon est mon personnage préféré (en fait... j'les aime tous ;.;) bah j'ai voulu traduire une fic sur lui. Celle-là m'a tapé dans l'œil. En espérant qu'elle vous fera rire autant qu'elle m'a fait rire moi.

.

.

.: And that's just romance :.

.

.

.

Amaimon ne pigeait pas.

Vraiment.

Il ne comprenait tout simplement pas l'intérêt de la chose. Et ils le faisait tous. Tout le monde. Même ses petits frères. Même le cadet, et c'était assez épouvantable pour que lui-même ait déjà eut envie d'aller se planquer dans la chambre de son frère aîné. Au final, Mephisto paraissait censé.

Rin et Yukio, non.

La façon dont ces gens se mangeait la figure, non.

C'était plutôt dégoûtant, franchement.

Il baissa les yeux sur son petit frère et la jeune fille blonde, profondément repoussé et en même temps bizarrement fasciné par la manière dont ils s'accrochaient l'un à l'autre, frénétiquement, sans réserve, pressés dans l'ombre de la ruelle.

Rin l'avait soulevé et ils étaient... c'était quoi le mot déjà ?

Ils se pelotaient.

Oui.
Ça.

C'était horrible.

Amaimon les observa pendant un moment, jusqu'à ce que Rin se détache d'elle, se mordille les lèvres et baisse les yeux sur elle en rougissant. La blonde rougissait aussi et se tortillait. La gorge de Rin laissa échapper un son grave qu'Amaimon n'entendit pas totalement et il se pencha de nouveau.

Vraiment, qu'est-ce qui était attirant là-dedans ?

Ils ressemblaient à des morses en train de s'accoupler.

C'était hideux.

Il aurait voulu venir plus près, mais vraiment, il aurait pu être infecté par ce virus qui avait frappé son frère et cette pauvre fille blonde et, en fait, tout le monde. Amaimon voulait pas attraper ça.

Ça avait l'air fatal.

Et pourtant, il ne pouvait pas s'en empêcher.

"—on doit y aller, Rin, on a cours—" chuchota-t-elle

"Cinq minutes", murmura Rin. Il pressa sa bouche contre la sienne une nouvelle fois.

Amaimon était complètement révolté.

Ils bavaient dans la bouche de l'autre.

Ça ne pouvait pas être hygiénique !

Ils finirent par se dégager en pouffant et retournèrent dans la rue, encore accrochés l'un à l'autre. Leurs vêtements à tous les deux étaient sales et froissés, et c'était tout à faitinapproprié. Et amusant.

Mais tout de même.

Amaimon ne pigeait tout simplement pas.

Et il ne le ferait sans doute jamais.

fin.