La sorcière de l'Anduin

Auteur : Haldomir

Classé : T

Déclaration : Tous les personnages féminins sont de ma propre création. Les autres ne m'appartiennent pas. Ils sont la propriété de Tolken. Classé T pour certaines scènes violentes.

Résumé : Elur était considérée comme une femme étrange par la plupart des gens qui la connaissaient. On venait la consulter de partout pour ses conseils et ses potions miraculeuses. Ses méthodes étaient considérées comme bizarres et peu ordinaires. On l'appelait la sorcière de l'Anduin.

Prologue

Elur habitait une petite maison sur les rives de l'Anduin avec comme compagnon, un vieux canasson et un loup qu'elle avait élevé depuis qu'elle l'avait trouvé abandonné par sa mère dans les bois non loin de chez elle. Elle n'était pas riche et vivait de ses maigres récoltes ainsi que de la générosité des gens qui venaient la consulter. Elur était reconnu comme une des meilleures guérisseure de la terre du milieu.

Étant donné qu'elle avait séjourné un certain temps avec les rôdeurs du nord, puis ensuite, elle avait partagé la vie des mercenaires des montagnes et voyagé avec les gitans, ses fréquentations étaient mal vues de la majorité de la population. Mais la vie de nomade ne lui plaisait pas autant qu'elle ne le croyait. Après plusieurs années à visiter certains pays, apprendre de nouvelle chose et augmenter ses connaissances dans plusieurs domaines, elle ne sentait plus le besoin de bouger et décida de vivre tranquille et en paix. Grâce à Gandalf, elle avait pu s'établir dans une vieille maison près de la rivière Anduin.

Elle ne fréquentait personne, préférant la solitude et la vie calme de sa maison, loin des habitants des villages et cités. Elle ne parlait pas beaucoup, et ne socialisait que très peu. Elle avait toujours préféré la nature et les animaux sauvages, qui selon elle, ne la jugeraient jamais, ni ne la trahirait. Et pourtant, Elur aurait aimé vivre différemment, mais les épreuves du passé en ont voulu autrement. Beaucoup la craignait disant d'elle qu'elle était trop étrange et bizarre pour être de bonne fréquentation.

Ses méthodes de guérisons ne plaisaient pas à tout le monde, des méthodes qui faisaient peur pour le commun des mortels. Elle était généreuse et très aimable avec les rares visiteurs qu'elle avait. Les villageois la toléraient sans toutefois l'inviter chez eux. Ses pouvoirs de prémonition faisaient peur et ses réactions suite à une vision rendaient les gens mal à l'aise. C'est pourquoi elle restait discrète et passait inaperçue à chacune de ses visites au village le plus près. On l'appelait la sorcière de l'Anduin, ce qui éloignait les gens de son entourage.

Seulement aujourd'hui, la vision qu'elle avait eue l'avait troublé plus que de raison. Elle avait vu cet homme se battre contre les orcs. Il protégeait des enfants… non, plutôt des petits hommes selon ce qu'elle voyait. Il était habile, fort, courageux et une bonne lame aussi, mais l'ennemi était en très grand nombre et lui… seul. Elle le voyait tomber sous plusieurs flèches et malgré son état de faiblesse, il cherchait à se remettre sur pied. Mais il était trop affaibli pour le faire et c'est résigné qu'il attendît la mort. Elur savait que cette vision lui indiquait que ses services seraient requis. Le lieu du combat ne lui était pas inconnue, mais elle ignorait ou se trouvait cet endroit.

Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait cette scène. Elle sentait que cette fois, elle pourrait intervenir avant que le pire ne se produise. Elle devait se tenir prête à tout signe inhabituel qui pourrait la mettre sur la piste. Elle ne voulait pas qu'il arrive malheur à cet homme qu'elle voyait gravement blessé ou peut-être mort.

Ce fut suite à une vision que la jeune femme s'était assise sur le balcon de sa chaumière pour se reposer tout en flattant distraitement la tête de son loup qui était couché à ses côtés. Elle se berçait doucement en fermant les yeux pour reprendre des forces. Elle ressentait toujours ce malaise après une vision et son mal persistait jusqu'à ce qu'elle prenne son médicament. Une potion qu'elle avait réussi à mettre au point grâce a ses nombreuses connaissances de diverses médecines pour soulager ses maux de tête douloureux.

Après un moment de repos, elle se leva de son siège et se rendit dans sa maison. Elle saisit son sac de voyage et y inséra un grand nombre de bandages, des crèmes, des potions et plusieurs instruments dont elle pourrait avoir besoin si nécessaire. Elle déposa le tout près de la porte et y ajouta une couverture et une corde. Elle regarda tout autour d'elle si quelque chose pouvait lui être utile. Puis, elle se rendit ensuite à l'écurie pour préparer sa monture dans l'éventualité d'un départ rapide. Elle en avait suffisamment vu dans sa vision pour pouvoir intervenir avant qu'il arrive malheur à ce brave guerrier.

Après avoir pris soin de mettre à porter de la main ce qu'il fallait pour seller son cheval, elle prit une profonde respiration satisfaite de ce qu'elle avait fait et dit à son fidèle compagnon à quatre pattes :

- Bon! Une bonne chose de faites. J'espère que ce sera suffisant. J'aimerais pour une fois que ce don serve à quelque chose d'utile. Quand penses-tu Foril?

Le loup gémit légèrement et assis sur ses pattes arrière approuva ses dires en remuant la queue. Elur sourit à son attitude et caressa son collet pour remercier la bête de sa bonne conduite. Elle avait fait un bon travail de dressage avec ce loup et elle pouvait compter sur l'animal en tout temps pour la seconder dans ses tâches. C'était encore mieux qu'un garde de la citadelle selon elle.

Elle retourna chez elle dans l'espoir qu'elle n'avait rien oublié et repris ses tâches quotidiennes. Elle savait que l'attaque aurait lieu dans la forêt et elle restait alerte aux moindres signes qui pourraient là mener sur les lieux des combats. Cette fois, elle voulait prévenir plutôt que guérir. Si elle possédait un don semblable, c'était pour s'en servir pour faire le bien et pour elle le bien c'était d'éviter à cet inconnu une mort tragique.

C'était la première fois qu'elle vivait des visions aussi intenses. Ce qui lui indiqua que les valars tenaient à ce qu'elle comprenne le message qu'ils lui envoyaient. Et ce message, c'était de sauver la vie de cet homme et c'est ce qu'elle allait faire par tous les moyens.