Chapitre 16 – Farah la meilleure amie

Farah n'avait pas perdu de temps et s'était accaparé Elur qu'elle avait entrainé dans ses appartements pour l'aider à s'installer. Pendant un bon moment, Farah racontait sa vie dans les montagnes et des anecdotes sur les enfants. Farah et Hermathon avaient six enfants qui faisaient leur joie. Après son installation, les deux femmes se rendirent sur la terrasse qui surplombait sur la cour ou jouait les enfants. Elur put les rencontrer et souriait à la bonne humeur de chacun. Foril s'était d'ailleurs joint aux jeunes humains qui s'amusaient à le faire courir partout. Elur se sentait chez elle dans les montagnes et ne se gênait pas pour le dire à son amie.

- Je vous remercie tous les deux de m'accueillir chez vous sans prévenir. Je vais tâcher de ne pas vous déranger…

- Allons ma chérie, tu ne déranges pas du tout, au contraire, tu sais très bien que nous sommes toujours heureux de te voir. Il y aura toujours de la place pour toi ici. Et puis, ça me donne une bonne occasion de discuter d'autres choses que les problèmes des enfants ou du domaine. Dis Farah en souriant aimablement à la jeune femme.

- Je te remercie quand même pour tout. Tu es une vraie mère pour moi. Dit Elur prenant une gorgée de vin que Farah lui avait servi.

- Non Elur, je ne suis pas ta mère, mais ta meilleure amie. Et en tant que ta meilleure amie, tu dois tout me dire. Je sens que tu en as gros sur la conscience. Dis encore l'épouse d'Hermathon.

Elur figea et regarda Farah avec surprise. Comment pouvait-elle deviner qu'elle lui cachait quelque chose? Elle prit une profonde respiration et hésita à lui répondre. Farah releva les sourcils pour l'inviter à parler et la jeune sœur d'Aragorn finit par lui dire :

- Que crois-tu que je te cache?

- Je n'en sais rien, mais à ton air et ton attitude, je sais que tu ne m'as pas tout dit. Tu parles plus que ça en temps normal. Alors, je devine aisément que tu as un secret et que ce secret n'a rien à voir avec tes visions. Je sais que tu en as encore. Dit Farah.

- Comment sais-tu pour mes visions?

- J'ai vu ta fiole sur le bureau, alors ce n'est pas difficile de deviner. Si tu n'avais pas voulu que je le sache, tu aurais caché ton médicament. Donc, je pense qu'il y a autre chose que tu ne veux pas me dire. Ajouta Farah avec compréhension.

- Tu me connais mieux que personne Farah. J'ai effectivement encore des visions, et tu as raison, j'ai vécu une expérience que me fait réfléchir. Je dois admettre que mes priorités ont changé depuis ce jour et que je vois l'avenir différemment. Dis Elur en rougissant légèrement.

- Alors, dis-moi ce qui s'est passé pour que tu sois devenue si sage et conciliante. Dis Farah moqueusement.

Elur prit une profonde respiration et fixa les enfants qui jouaient dans le jardin. Sans porter un regard sur son amie, Elur lui dit de façon nonchalante :

- J'ai vu Estel sur les rives de l'Anduin. C'est une vision qui m'a mené vers lui. Un de ses compagnons de voyage fut gravement blessé et je l'ai soigné.

- Tu as revu Aragorn? Comment c'est passé la rencontre? Demanda Farah avec intérêt.

- Au début ce fut dur, mais vu les circonstances, nous avons tous les deux convenu d'une trêve. Mais nous nous sommes parlé assez longuement et de façon civilisé. Je ne voulais pas m'éterniser à cet endroit et après un certain temps, nous nous sommes quittés en assez bon terme. J'avais un blessé qui demandait une attention particulière. Dis Elur toujours en fixant le jardin.

Farah voyait qu'il était difficile pour elle de parler de sa rencontre avec Aragorn et son groupe. Seulement, elle se demandait bien qu'est-ce qui était le plus difficile. Sa rencontre avec Aragorn avait dû laisser des marques puisqu'elle en parlait sans agressivité. C'était une bonne chose par contre. Elle devenait plus sage et mature en vieillissant. Mais il y avait autre chose, elle en était sure. Elle risqua alors un commentaire et dit à Elur :

- Tu es la meilleure guérisseure que je connaisse. Je ne suis pas inquiète, tu as fait tout ce qui était nécessaire pour le tirer d'affaire. Je suis certaine qu'Aragorn ne t'aurait pas confié la vie de son compagnon s'il ne te faisait pas confiance. Mais je crois qu'il s'est passé autre chose que tu ne veux pas me dire.

Elur leva les yeux sur elle offusqués. La réaction ne fut pas longue à venir et elle se leva brusquement de son siège et se tourna vers son amie en lui disant :

- Il ne s'est rien passé de particulier pour que tu penses le contraire. Tu doutes de mes paroles maintenant? Dis Elur froidement.

- Je ne doute pas de tes paroles, mais je te connais plus que toi-même et ton langage corporel me dit que tu ne m'as pas tout dit. Dis Farah en la regardant avec arrogance.

Elur savait bien qu'elle ne pouvait pas la contredire. Elle soutenait le regard de Farah et au bout d'un moment, elle baissa les yeux. Une énorme pression s'abattit sur elle et se laissa choir sur son siège. Elle ferma les yeux et retint ses larmes. Farah posa une main rassurante sur son bras et lui sourit avec encouragement. Seulement, ce que lui dit Elur confirmait ce qu'elle avait deviné en regardant ses yeux.

- Tu as raison Farah, il s'est passé quelque chose que je ne croyais jamais vivre. Dis Elur avec émotion.

- Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu sois dans un état pareil? Dis-moi ce qui serre ton cœur de la sorte!

Elur sut, dès lors, qu'elle ne pourrait pas lui mentir et elle soupira lourdement en baissant les yeux. Farah insista tout en serrant sa main légèrement pour lui signifier qu'elle était là pour elle.

- Elur, tu sais que je ne te jugerai jamais et que tu peux compter sur moi en tout temps. Je vois dans ton regard une étincelle qui me porte à croire qu'il y a un homme là-dessous.

Cette fois, Elur ne put retenir ses larmes et se cacha le visage entre ses mains. Farah entoura les épaules de la jeune femme et la consola de son mieux. Elle sourit heureuse de constater qu'enfin sa jeune amie ne sera plus seule au beau milieu des bois. Elur aurait avec elle un homme pour prendre soin d'elle. Elle secoua la tête positivement et lui dit :

- Allons ma chérie, tu peux te confier à moi. Qui est celui qui fait battre ton cœur? Le compagnon d'armes d'Aragorn? Tu crains qu'il ne soit pas d'accord avec ton choix? Demanda Farah calmement.

Elur releva la tête et du revers de la main, et essuya ses joues. Elle fit un faible sourire à Farah et tristement elle lui dit :

- Disons que ce n'est pas l'opinion d'Aragorn qui m'inquiète, mais celle de la famille de…

- De qui? Elur je t'en pris, dit moi qui est ton prétendant!

Elur la regarda encore hésitante et finit par lui dire

- Boromir du Gondor.

- Le fils de l'Intendant Denethor? Seigneur... dit Farah en secouant la tête négativement.

Elle savait que la pauvre Elur était loin de se douter qu'elle n'aurait pas la vie facile. Que sa protéger soit amoureuse, c'était normal, mais qu'elle le soit du fils de l'Intendant, c'était autre chose. Hermathon n'accepterait jamais qu'elle fréquente le fils de Denethor, non jamais. Quand à Aragorn, il en devait une à Denethor.