Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous, en vous remerciant de vous êtres arrêté pour jeter un petit coup d'œil à cette fanfiction. C'est la toute première que je publie dans le fandom du Hobbit. J'ai lu le livre il y a un moment et j'ai vu le premier film. De ce fait, ce que j'écris s'appuie davantage sur le film, notamment en ce qui concerne l'apparence des personnages et leur comportement, mais je connais également la fin de l'histoire. Donc, cette fic, qui se divise en trois parties, contiendra des SPOILERS sur la fin de l'histoire, merci de prendre vos précautions.

A présent, concernant cette fic, elle tourne autour des personnages de Fili et Kili, mais les points de vue sont ceux des personnages qui les entoure - leur famille donc, ainsi que leurs amis. Notre cher Bilbo ne sera pas présent dans cette histoire. N'étant pas une grande experte du monde de la Terre du Milieu, de son histoire et de sa chronologie, il se peut qu'il y ait des erreurs, malgré les recherches et vérifications que j'ai faite. Pardonnez-moi si vous en voyez.

Disclaimer: Absolument rien du Hobbit, du Seigneur des Anneaux et de tous les autres récits s'y rattachant ne m'appartient.

Bonne lecture.


Ainsi perdurera la lignée de Durin

C'était un soir d'été pluvieux. Thorin travaillait à la forge. La sueur lui coulait dans les yeux, ses bras étaient brûlés par la chaleur des flammes, et ses muscles raides de fatigue, mais jamais il ne brisa la cadence avec laquelle son marteau s'abattait sur le morceau de fer posé sur son enclume.

Balin pénétra à l'intérieur alors qu'il allait remettre la future lame dans le feu. Il s'interrompit dans son geste et se tourna vers son ami sans un mot.

-Dis n'est plus chez elle, annonça Balin d'une voix solennelle.

Thorin resta un instant impassible, puis il hocha la tête, et retourna au travail. Il savait qu'il n'avait rien à faire, rien qu'il ne pouvait faire. Il devait simplement attendre, comme tout le monde.

Dis était enceinte. C'était un évènement exceptionnel, car rares sont les femmes chez les Nains, et ils vivent si longtemps qu'ils ne procréent que rarement. Les accouchements restaient une affaire personnelle, strictement personnelle. Thorin savait que les femmes des Hommes mettaient au monde assistées le plus souvent, mais la résistance naturelle des Nains permettaient aux mères d'accoucher seules et loin du monde en toute sécurité, aussi bien pour elles que pour l'enfant. Personne n'était jamais présent avec une Naine quand elle était en couches. Elle se retirait toujours un soir, puis revenait au matin avec son bébé dans les bras.

Si Dis était partie, la naissance serait pour cette nuit. Inutile de la chercher, elle s'était sans doute cachée quelque part, dans une cave des environs. C'était son premier enfant, un enfant qui serait l'héritier de Thorin.

-Comment l'appelleras-t-elle ? interrogea Balin.

-Comment veux-tu que je le sache ? répliqua Thorin en trempant son épée brûlante dans l'eau.

-Ne me prend pas pour un idiot, rit Balin. Je sais que vous en avez parlé.

Thorin soupira. Il ne pouvait jamais rien cacher à ce vieux loup de mer.

-Fili, annonça-t-il.

-Et c'est une fille ?

-Ce sera un garçon.

Balin ne répondit rien. Les filles étaient extrêmement rares. Leur naissance était toujours sujette aux fêtes et aux célébrations. Thorin se souvenait de la naissance de Dis. Thraïn, comblé qu'une femme soit née dans la lignée de Durin, avait organisé une fête de plusieurs jours en l'honneur de la princesse. Peu étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir une fille. Dis ne serait sûrement pas de ceux-là.

-Fili, répéta Balin. Un beau nom pour un beau bébé.

-Il n'est même pas encore né.

-Sous-entendrais-tu que ton futur neveu sera laid ? interrogea l'aîné non sans malice.

Thorin laissa transparaître un sourire et jeta un regard à Balin par-dessus son épaule. Le vieux hibou était bien des seuls à pouvoir le faire encore sourire. Lui et Dis. Sa petite sœur. Sa seule famille. Leur grand-père Thror, Roi sous la Montagne, était mort à la guerre il y avait plus de soixante ans, et leur père avait disparu peu après. Quant à Frerin, leur frère, il était mort à la bataille d'Azanulbizar avec leur grand-père. La lignée de Durin avait pratiquement été décimée avec la prise d'Erebor. Une lignée qui avait survécu malgré tout, et une lignée qui perdurera avec l'enfant que Dis mettait au monde.

« Un héritier de Durin, » songea sombrement Thorin. « Un héritier royal. Il aurait dû naître dans l'une des cavernes d'Erebor, pas dans une cave humide de ces montagnes inhospitalières. » Encore une raison pour haïr Smaug le Doré, un Cracheur de Feu qui leur avait volé leur royaume, leur force, et leur dignité. C'était à cause de lui que les Nains d'Erebor n'étaient vus comme rien d'autre que des perpétuels voyageurs sans avenir, travaillant dans les villages des Hommes.

Une lourde main se posa sur son épaule, le tira de ses pensées. Balin lui souriait d'un ait bienveillant.

-Viens. Il serait dommage que tu passes une telle nuit à la forge. Fêtons l'évènement avec de la bière.

-Les autres sont déjà là ? devina Thorin en lâchant son marteau.

Balin hocha la tête.

-Oin, Bifur et Bofur, sans oublier mon cher frère. Dori et Nori seront présents aussi, ils souhaitent te présenter leur jeune frère.

Thorin arqua un sourcil surpris, mais rien d'autre ne vint déformer son visage impassible. Il retira son tablier, et suivit son ami à l'extérieur.

Ce soir, la fête était de mise.

OOO

Étrangement, ce fut Ori qui vit Dis le premier. Il avait tiré ses frères aînés par la manche et avait désigné la silhouette de Dis au loin, avant de jeter un regard rempli d'appréhension et d'espoir à Thorin. Le Prince lui avait adressé l'ombre d'un sourire. Ori était un bon garçon, jeune, timide et naïf, mais plein de bonne volonté, et c'était tout ce que Thorin pouvait exiger.

Dwalin, Oin, Bifur et Dori étaient trop soûls pour vraiment prendre part à la scène qui allait se dérouler. Ils étaient affalés contre le mur de la taverne et riaient bêtement. Ils faisaient du bruit, mais heureusement, le jour pointait et le village commençait à se réveiller. Thorin se tenait droit devant la troupe, grave et noble. Mais ses yeux portaient une once d'incertitude, et ses poings étaient serrés, les jointures saillantes.

Dis marchait à grands pas, mais sans se presser. Ses longs cheveux blonds et sa barbe étaient laissés au vent, libérés pour un temps de leurs parures d'argent. La longue tunique qu'elle portait n'était pas celle qu'elle avait la veille, et elle portait à présent sa ceinture de cuir à laquelle pendait le fourreau de son épée, courte et large. Sa grande cape bleue la couvrait entièrement, masquant de la vue de tous le fardeau qu'elle portait contre sa poitrine.

Aucun des Nains ne dit mot quand elle arriva à hauteur de Thorin. Frère et sœur se jaugèrent du regard, leurs yeux à la couleur identique plongés dans le regard de l'autre. Balin observait la scène en silence, le visage solennel. Bofur avait un petit sourire en coin, tout comme Nori à la manche duquel Ori s'agrippait alors qu'il essayait de voir le paquet de couvertures que Dis tenait.

Finalement, la Naine sourit et secoua doucement la tête.

-Ne fais donc pas cette tête, mon frère, dit-elle d'une voix cassée. Tu devrais te réjouir. Tu as un neveu, ton héritier.

D'un léger coup d'épaule, elle rejeta le pan de la cape qui cachait son fardeau. L'enfant était soigneusement enveloppé dans une épaisse couverture. Il dormait à poings fermés.

Thorin sentit une curieuse étreinte dans son cœur. Un sentiment qui n'était ni tristesse, ni joie. Simplement une émotion, forte, puissante. Dis lui tendit légèrement l'enfant, signe pour qu'il le prenne dans ses bras. Il se sentit soudain plus intimidé par le nouveau-né qu'Ori l'était par lui.

Il jeta un regard à sa sœur. Le regard de Dis était malicieux.

-Aurais-tu peur de mon fils, Thorin Ecu-de-Chêne ?

Thorin lança un regard noir à sa sœur, qui ne sourit que davantage. Lentement, doucement, le Prince prit l'enfant dans ses bras, parvenant à le caler contre lui sans qu'il ne se réveille. Le bébé n'était ni très grand, ni très petit, et semblait en bonne santé. Il était probablement en bonne santé si Dis était si paisible et tranquille.

Balin s'approcha à ce moment de lui, suivi de Bofur et Nori. Le vieux Nain sourit en voyant le nouveau-né dans les bras de son ami.

-Un bel enfant, en effet, commenta-t-il en adressant un regard complice à Thorin.

-Félicitation, Dis, congratula Bofur en souriant à celle-ci. Un petit garçon, je présume ?

-En effet, répondit Dis d'une voix douce.

Ori tirait sur la manche de Nori pour qu'il le soulève. Il n'était encore guère plus qu'un enfant et il était particulièrement petit pour son âge. Thorin hocha imperceptiblement la tête, et Nori glissa deux mains puissantes sous les aisselles de son jeune frère pour le soulever à hauteur des bras du Prince.

Le jeune Nain écarquilla les yeux en voyant le bébé, et un sourire, aussi idiot qu'il était radieux, illumina son visage rond. Il leva un regard brillant vers Thorin.

-Comment s'appelle-t-il ?

Thorin haussa les sourcils. C'était la première fois depuis leur rencontre qu'Ori s'adressait directement à lui. A voir la tête de Nori, il était aussi surpris que son souverain. Thorin laissa son regard s'adoucir, un sourire étirer ses lèvres, et son regard glissa sur son neveu.

-Fili.

Fin


Je publierai la suite dans quelques jours. En attendant, merci d'avoir pris le temps de lire cette première partie, en espérant qu'elle vous ait plu.