Hey !
Je sais, le dernier chapitre date d'un mois, mais ne vous inquiétez pas, c'était juste le temps de m'y remettre après les fêtes, les vacances, les partiels et la rentrée (oui s'en est passé des choses). Pis j'ai fais pire comme pause donc bon. Si vous me connaissez, vous savez que la régularité c'pas mon truc mais ça veut pas dire que j'ai abandonné un projet pour autant.

Et je sais même pas pourquoi je raconte ça, si ça se trouve vous vous en doutez déjà. Mais voilà.
Bonne lecture ! =)


Chapitre 5 : Échec


-Ils arrivent ! Ok, je vais ranger ça dans ma poche et vous les gars, ne dites rien. Peut-être qu'il lâchera une indication sur où je suis.

-Compris.

Conan remit le badge dans sa poche arrière et s'immobilisa. Il entendit la porte s'ouvrir ainsi que deux lourds bruits de pas.

-Oooh, mais qu'est-ce que je vois là ? C'est Conan-kun ! Où sont tes amis, Shounen-tantei dan ou cet autre détective ? Dit une voix autre que celle du type qu'il avait vu.

La voix de l'homme avait l'air un peu différente, comme s'il avait du mal à parler.

Il n'a pas été poignardé par un attaquant inconnu qui s'est enfuit ? Qui l'a poignardé et pourquoi ?

Une seconde... J'ai compris. Mais... pour quelle raison ? Alors ça veut dire...

Conan ne répondit pas et ne bougea pas. Il entendit les pas de l'homme s'approcher de lui. Soudain, on le frappa dans l'estomac, et ses poumons se vidèrent d'un coup. Il commença à tousser, essayant de reprendre son souffle.

J'espère qu'ils n'ont pas entendu ça.

J'espère que Ran n'a pas entendu ça. Ça l'inquiéterait tellement.

-Hey, tu te souviens de moi, Conan-kun ? Il entendit le type demander.

-Vous êtes Ushiro-san... Vous avez tué Haruto-san... Réussit à répondre Conan entre plusieurs respirations saccadées.

-Tout juste.

-Hey Aniki, c'est quoi ton plan ? Dit l'homme qui l'avait kidnappé.

-Ils n'ont pas écouté ce qu'on leur avait dit. Ils cherchent les ennuis, ils vont en avoir... Ça me fait rire de penser que la police n'a toujours pas trouvé où on était. Je veux dire, on est littéralement à côté du parc, rit-il.

Soudain, le badge de Conan émit un bourdonnement.

Je suis mort ! Ce type veut me blesser de toute façon, et maintenant il a une raison de le faire !

-C'était quoi ça ? Attends, je pense savoir...

Il s'accroupit près de Conan et ce dernier retint sa respiration, espérant que le type ne trouverait pas le badge. Mais c'était trop tard. Il ne pouvait rien faire.

-Hey hey hey, regarde ça ! C'est un mini talkie-walkie.

-Tu avais raison aniki. C'est vraiment un gamin futé.

Conan ne dit rien.

-Est-ce qu'il y a quelqu'un qui écoute ? Répondez où je le frappe !

La réponse arriva environ 5 secondes plus tard.

-Qu'est-ce que vous voulez ? Laissez Conan-kun partir ! Vous avez commis un crime et vous devez en payer le prix. Vous ne gagnerez rien en faisant cela !

-Il a raison, dit Conan, même s'il ne savait pas où le type se trouvait.

-Ah, je vois. C'est le grand détective de l'ouest. T'es le meilleur ami de cet enfant non... ? Pourquoi tu n'as pas suivi les instructions ? Peut-être que tu aimes juste l'idée que cet enfant souffre ? Hurla Ushiro.

Il donna un nouveau coup de pied à Conan, cette fort fort dans les côtes. Conan cria de douleur et roula sur l'autre flanc. Il ne pensait pas qu'il lui avait cassé les côtes, mais elles étaient probablement abîmées, ou pire, fêlées.

-Hey, stop ! Laissez le ! Je ferais tout ce que vous demanderez ! Hurla un Heiji paniqué.

Conan grimaça.

-Oh, vraiment ? Répondit le type comme si c'était une vaste blague. Bien bien bien, je te donnerais les instructions plus tard.

Il rit. Un rire cruel et significatif.

-Non non, attendez ! At-

Shinichi entendit le badge se briser sous le pied du type.

-Devrait-on changer d'endroit ? Dit le frère d'Ushiro.

-Bien sûr qu'on change d'endroit ! Ils écoutaient ce qu'on disait, grâce à ce petit morveux.

Il donna un nouveau coup de pied à Conan dans les côtes, rendant la douleur insoutenable. Conan sentit ses sens se brouiller et tenta de rester conscient.

-Alors où allons nous ?

-Cet entrepôt près de l'usine de plastique. Takashi, tu t'occupes du gamin. Et assure toi qu'il ne parle pas. Amène le à la voiture. J'arrive.

Conan eu du mal à respirer pendant plusieurs minutes alors qu'il réfléchissait à un moyen de s'échapper.

Bon sang, comment vais-je réussir à m'éloigner d'eux ? Ma seule chance est Hattori. S'il te plaît...

Il sentit l'homme appelé Takashi le soulever et le balancer sur son épaule. Il cria à nouveau en sentant la douleur dans ses côtes.

-Ne parle pas ou tu le regretteras, le menaça l'homme mais Conan n'était pas en position de s'échapper.

L'homme le laissa tomber dans le coffre et monta dans la voiture. Les cordes s'enfonçaient dans sa peau, laissant de profondes marques. Fatigué comme il était, il s'endormit.


-KUSO ! Hurla Heiji en faisant les 100 pas dans le parc.

-Ils savent qu'on connait leur location, ils ont trouvé le badge... Répéta-t-il pour lui-même à voix basse.

Calme toi. T'énerver n'aidera pas Kudo. Tu dois juste espérer qu'il aille bien, et patienter. On doit attendre de nouvelles instructions.

Il lança un regard à Megure qui donnait des ordres pour rechercher l'endroit, aux DB qui décrivaient ce qu'ils avaient vu à Takagi et Sato, et Kogoro et Ran qui discutaient à voix basse.

De tous les enfants, il a fallut que ce type te trouve... C'est comme si ça ne pouvait pas être un enfant au hasard. Pourquoi une vengeance ? C'est fini. Et s'il prévoyait de...

Kudo avait résolu une affaire et l'avait aidé face à cette avocate une fois. Cette fois, c'était à lui de l'aider.

-Megure-keibu, Mouri-tantei, nous avons trouvé une maison abandonnée près d'ici. On y a trouvé du sang sur le tapis. Nous sommes en train de confirmer s'il s'agit de celui de Conan-kun.

Heiji courut après l'officier de police pendant qu'il le menait jusqu'à une petite maison. Il observa l'endroit. Il n'y avait pas grand chose. Une petite pièce carrée, avec un peu de sang séché près d'un angle, et un rouleau d'adhésif. Il savait pourquoi chaque élément était là.

Mais al question était : où gardaient-ils Kudo ? Sans doute un entrepôt, mais il y en avait tellement.

Le téléphone de Heiji sonna.

Il courut dehors et décrocha.

-Moshi moshi ?

-Quoi de neuf... Détective de l'est ? Entendit-il l'homme dire.

-HEY ! QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ ? DITES-LE ! JE FERAIS N'IMPORTE QUOI, LAISSEZ JUSTE L'ENFANT PARTIR !

-Wow, du calme... Tu as le sang si chaud !

Heiji arrêta de hurler et l'homme reprit :

-Donc, je veux que tu amène l'argent aujourd'hui, à 18h à l'entrepôt près de l'usine de plastique. SEUL. Si je vois le moindre policier ou la moindre personne en dehors de toi, le gamin mourra. Compris ? C'est ta dernière chance.

-Attendez ! Est-ce que je peux lui parler ? Demanda Heiji avec espoir.

-Hum... Hé bien, il n'a pas l'air conscient actuellement mais je vais essayer. Comme quoi, je ne suis pas une si mauvaise personne finalement.

La voix de l'homme parut distante après cela.

-Hey, gamin. Ton ami veut te parler. Hé ! Hé !

Heiji entendit Conan crier de douleur puis parler au téléphone avec une voix trahissant sa souffrance.

-Ha-Hattori ?

-Kudo ? Ça va ?

-Pas vraiment... Mais je tiens le coup.

-Attends moi, j'arrive.

-Hattori... Écoute moi. Sois sûr d'amener ton habileté avec toi.

Mon habileté ? Quoi ? Oh, je vois...

-Bien sûr, je le ferais... Je vois ce que... Commença-t-il avant d'être interrompu par les hurlements de l'homme appelé Ushiro.

-Vous êtes en train de faire un plan sous notre nez ? Vous nous croyez vraiment si stupides ? Hé bien, nous verrons ça, kokosei-tantei et petit tantei. Je ne pense pas que ce gamin, commença-t-il avant de s'interrompre et Heiji entendit le son d'une main giflant quelqu'un et Conan crier puis repris, est en état de faire quoi que se soit, peut importe ce que vous avez prévu. Donc bonne chance. Mais vous ne nous aurez pas. Je suis prépara cette fois aux attaques de ce gamin.

Click.

Heiji rangea son téléphone.

Ne t'en fait pas. Je ne te laisserais pas tomber Kudo.


Posté le 26-01-2018