Je me réveille ce matin avec une drôle d'impression. Je me repasse la nuit dernière en boucle dans la tête, je n'arrive pas à me reconnaître, je ne peux pas croire que j'ai été cette personne.

Je regrette tellement ce que j'ai fait, je ne comprends même pas ce qui a pu me pousser à accepter de sortir avec mon meilleur ami alors que je savais pertinemment qu'il avait aussi invité sa fiancée Allison Argent.

Scott avait enfin sauté le pas en la demandant en mariage deux semaines après que la meute de Derek gagne contre celle des alphas. J'étais sincèrement heureux pour Scott, il mérite un peu de bonheur lui aussi malgré la méfiance de Derek contre les Argent – la tante de Alison a tout de même tuer toute sa famille, c'était compréhensible – n'empêche qu'il pourrait faire plus confiance à Allison, elle nous a vachement aidé lorsque grand-père Argent s'est transformé en une créature sanguinaire.

Mais bon, revenons sur cette soirée qui me cause autant de soucis, on peut même parler de chagrin. Mon rêve vient de se terminer après avoir à peine commencé. Je n'arrête pas d'y repenser. Pourtant, tout avait si bien débuté.

FLASHBACK

Je me prépare à sortir pour aller à cette stupide fête que Lydia a organisé en l'honneur de son Jackson adoré. Ce mec me fout la trouille depuis qu'il traîne avec Derek-bad-boy-sexy-Hale.

Ils sont carrément collés, quand on en voit un l'autre n'est jamais bien loin. Derek est très fier de son premier bêta, et je ne peux pas m'empêcher d'être jaloux de la relation qu'il y a entre eux. Oui, je l'avoue haut et fort – même si ce n'est que dans ma tête – que je suis raide dingue de mon petit loup grognon, j'ai nommé Derek Hale.

Je me suis rendu compte de ce que je ressentais pour lui quand il s'est retrouvé paralysé à cause de l'attaque de Jackson, alors transformé en Kanima, pendant que j'essayais de le garder hors de l'eau à la piscine pour qu'il ne coule pas et évite de se noyer. Je ne voulais pas qu'il claque aussi bêtement.

C'est à ce moment là que j'ai ouvert les yeux, je ne pouvais pas imaginer vivre en sachant que lui n'était plus alors j'ai supporté la douleur et la morsure du froid pendant des heures juste pour qu'il soit sauf malgré les menaces de Derek qui me promettait mille morts et souffrances différentes. Il a eu de la chance que je sois fou de lui sinon je l'aurais bien laissé se noyer sans pitié, mais bon, je l'aime plus que tout.

Enfin je suis devant l'entrée de la maison de Lydia, je rentre sans sonner puisque de toute façon, personne ne serait venu m'ouvrir vu le volume de la sono. Il y a un monde pas possible et une chaleur à crever, je me demande si ce ne serait pas une bonne idée de rentrer chez moi mais comme j'ai promis a Scott de venir... En parlant de lui, où peut-il bien être ? Sûrement avec Alison.

Je regarde un peu partout, cherchant mon meilleur ami avec l'espoir de le retrouver dans cette soirée de débauché. Non mais, ils n'ont pas honte d'échanger leur salive et lot de microbes devant tout le monde ? Je me demande quel plaisir les gens ont à boire autant jusqu'à ne plus se souvenir de rien le lendemain.

Plus la soirée avance, moins je doute de retrouver Scott. En passant devant une chambre, un mec me propose un verre que j'accepte sans grande conviction. Je pars vers le salon en le remerciant. Il fait une chaleur d'enfer, du coup je bois le contenu du verre cul sec, ma gorge semble si sèche. Je veux me lever mais je tiens plus debout. Je n'ai pourtant pas bu d'alcool.
Je vois Derek dans un coin avancer en vacillant vers moi.

« T'es pas avec ton petit copain Scott ? » Grogne l'alpha.

« Non, je crois qu'il n'est pas venu finalement, il a dû se dire qu'une soirée tranquille chez lui avec Allison était mieux que de venir faire la fête avec tout le monde. Pas que je m'en plaigne mais il aurait pu me prévenir, comme ça je ne me serais pas retrouvé comme un idiot à le chercher dans tous les coins de cette putain de baraque, je veux dire... Hum, Derek, dis-moi, pourquoi les loups sont si proches les uns des autres ? Je veux dire, par exemple, toi et Jackson, vous... »

« La ferme, Stiles, ou je t'arrache la gorge avec mes crocs. T'es saoulant. »

« T'es pas drôle mon pote. Allez, lâche-toi un peu, monsieur l'alpha coincé ! »

« Bon, ça suffit, je te ramène chez toi. »

Derek me tire à sa suite et je le suis sans dire un mot. Le trajet jusqu'à chez se déroule dans le silence total. Arrivés devant chez moi, Derek me porte jusqu'à dans ma chambre, mon corps est tellement chaud que j'ai envie de retirer tous mes vêtements... Non, j'ai envie que ce soit lui qui me les retire, je veux sentir sa peau contre la mienne, c'est une question de besoin. Je sens que si je ne fais rien, je vais me briser en mille morceaux. Je ne comprends pas ce qu'il m'arrive.

Quand nous sommes dans ma chambre en désordre, je trébuche et m'étale comme une masse sur mon lit. Derek tombe une moi, il est lourd bordel. Je veux lui dire de se relever mais je me rends compte que ses yeux me regardent avec envie. Ou bien je me trompe ? Ils sont tellement beaux, je n'arrive pas à détacher mon regard du mien. Je lève mon visage sans m'en rendre réellement compte et pose mes lèvres sur les siennes.