« Espèce de salaud ! Vous ne savez rien d'elle ! Vous n'avez aucun droit de parler d'elle ! Je vous jure que si vous faites ne serait-ce que prononcer son nom une fois de plus, je vous tuerai !

— Me tuer ? Tu ne sembles pas en position de proférer des menaces de mort. Cela dit… » Il redressa calmement ses lunettes sur son nez. « …ce n'est pas une façon de parler très maternelle…

— Vous… Je vous tuerai. Je vous tuerai. Je vous tuerai ! Je vous tuerai ! JE VOUS T-argh… t-tu… »

Tandis que le corps s'effondrait devant lui, Gendo porta sans s'en rendre compte une main à son cou, duquel les mains menottées ne s'étaient retrouvées qu'à quelques centimètres, dissimulant ce geste révélateur au dernier moment en réajustant son uniforme. Il ne l'aurait pas admis, mais il avait eu un moment de choc lorsqu'elle s'était dégagée pour bondir vers son bureau. Peut-être aurait-il mieux valu commencer par le garçon…

-x-x-x-x-x-x-x-x

La 2ème Tentative

Par JimmyWolk (traduit de l'anglais par Ereiam)

Le Final

-x-x-x-x-x-x-x-x

Il avait toujours détesté ces cellules.

Bien sûr, les cellules n'étaient pas censés être aimées de leurs occupants, mais dans ce cas précis, il doutait qu'elles soient légalement acceptées par tout pays reconnaissant le concept de droits de l'homme.

Non pas que la NERV se soit jamais souciée de ceux-ci.

La seule raison pour laquelle une personne normale ne souffrait pas de claustrophobie dès l'instant où elle était poussée dans le réduit étroit qui n'offrait quasiment aucun espace qui ne soit occupé par le lit dur et la froide cuvette de toilettes, était l'obscurité constante. C'était probablement la pire arme psychologique que détenait cet endroit : supprimer la capacité de mesurer l'écoulement du temps, ne vous laissant rien d'autre à faire que de réfléchir.

Réfléchir était quelque chose que Shinji avait beaucoup fait depuis… depuis qu'il avait été conduit ici. Réfléchir et s'inquiéter.

Il aurait dû le prévoir. Ils avaient pensé à toutes les manières possibles de changer ce qui s'était produit, mais ils avaient sous-estimé une chose importante : Gendo Ikari n'était pas stupide et, en escomptant qu'il ferme tout bonnement les yeux sur ce qu'ils faisaient, ils s'étaient bercés d'illusions. À l'évidence, ils n'avaient pas été assez prudents pour empêcher son père de découvrir une information quelconque.

Mais pourquoi fallait-il que ça arrive maintenant ? Ils avaient été si près du but…

Cependant, ne pas savoir ce qui était arrivé à Asuka était ce qu'il y avait de pire pour lui. Il ne s'était bien sûr pas attendu à ce qu'on les laisse ensemble, ni à ce que quelqu'un réponde à ses questions à son sujet. Mais plus il devait passer de temps sans le moindre signe d'elle, plus ça le rendait dingue.

Pour la centième fois environ, il se fit la promesse de s'excuser à nouveau pour le mois où il l'avait laissée à se faire du souci, en proie au doute.

Depuis combien de temps était-il donc là maintenant ? Pour ce qu'il en savait, la force stratégique d'autodéfense était peut-être déjà en train de pénétrer dans le quartier général, se dirigeant droit vers les cellules de détention où ils seraient une cible presque aussi facile qu'il l'avait été l'autre fois. Ou peut-être les soldats impitoyables étaient-ils déjà passés par là sans se soucier des cellules, ce qui voulait dire qu'il ne resterait plus personne pour les faire sortir désormais.

Shinji donna un coup de pied dans le mur de la prison sous le coup de la frustration. À sa surprise, de la lumière se déversa dans l'obscurité, en provenance de la porte qui venait de s'ouvrir à ce moment précis, mais toute idée absurde qu'il ait accidentellement heurté un bouton de sortie secret fut rapidement balayée quand les silhouettes ténébreuses de deux agents de la NERV entrèrent dans son champ de vision.

« Le commandant veut vous parler. »

-x-x-x-x-

"Le commandant".

Shinji se demanda s'il pourrait jamais revoir l'homme devant lui autrement qu'ainsi. La façon dont il se tenait là, derrière son bureau prétentieux, fixant du regard son fils comme s'il n'était qu'un autre criminel — la même façon dont il regardait qui que ce soit, en fait. Qu'il ne puisse même pas montrer une déception paternelle devant son enfant rebelle…

« Vous pouvez nous laisser maintenant, dit le plus âgé des deux Ikari aux agents qui avaient escorté Shinji à son bureau.

— Vous êtes sûr, monsieur ? demanda l'un d'eux. Après…?

— Faut-il que je me répète ?

— Non, monsieur ! » répondirent-ils tous deux rapidement avec un salut empressé.

Shinji eut un faible sourire en voyant les deux brutes refermer la porte derrière eux. « Tu m'as l'air de te sentir plutôt courageux aujourd'hui », se permit-il de commenter d'un ton sarcastique, avec une traction démonstrative sur les menottes clinquantes à triple bracelet qui lui enserraient toujours les poignets.

Avec toute la frustration qu'il avait accumulé ces dernières heures, il ne se souciait plus de faire semblant. Ce n'était plus nécessaire de toute façon ; se comporter comme le garçon docile qu'il était autrefois, mal assuré et ignorant, ne lui servirait plus à rien maintenant. Son père ne serait pas allé aussi loin s'il n'avait pas eu de sérieux soupçons et il ne lâcherait pas le morceau tant que Shinji ne les aurait pas confirmés. Maintenant la question n'était plus que de savoir combien son paternel en savait vraiment.

Le commandant ne sembla guère se soucier de son impertinence inhabituelle. « J'aime mieux garder cette conversation privée, dit-il calmement. Et j'avais l'impression que tu préfèrerais cela, toi aussi. Après tout, vous avez jusqu'ici pris grand soin de garder le secret sur votre retour à cette époque. Néanmoins, il m'a fallu prendre mes précautions. »

Les yeux de Shinji se baissèrent sur l'arme posée sur le bureau près de son père, mais elle ne le troubla pas autant que la confirmation de ses craintes à l'instant.

« La Seconde Élue, poursuivit Gendo, a réagi assez violemment quand elle s'est retrouvée confrontée à mes questions, surtout quand le sujet de notre discussion s'est orienté vers la communication que vous avez partagée lors de l'incident avec le 15ème Ange. Il nous a fallu la mettre sous sédatifs après qu'elle ait tenté de m'attaquer lorsqu'elle a été interrogée au sujet de cette… "Aki". »

Les doigts de Shinji s'enfoncèrent dans les paumes de ses mains tremblantes. Rarement auparavant il avait ressenti une colère aussi furieuse qu'à ce moment précis contre son père. La seule chose qui le retenait était de savoir que c'était exactement ce que voulait le commandant : le provoquer. S'il avait vraiment fait du mal à Asuka, il le paierait plus tard.

« Que… qu'est-ce que tu veux ? siffla Shinji entre ses dents serrées.

— Je suis sûr que tu le sais. » Son père prit le temps de réajuster ses lunettes avant de poursuivre. « Je veux savoir… ce qui va se passer.

— Quoi ? » Ce n'était pas que Shinji n'avait pas compris. Connaître le futur était sûrement tentant pour n'importe qui, et plus encore pour quelqu'un qui avait des plans aussi capitaux que ceux du commandant. Ce qu'il n'arrivait toujours pas à croire était l'arrogance de l'homme devant lui.

Cependant, l'aîné des Ikari se méprit sur sa réticence. « Inutile de jouer les imbéciles. Je sais que tu l'as vu. Ma conversation avec Soryu a déjà confirmé ma théorie, mais à cause de son manque de coopération, je ne connais toujours pas les détails. »

Shinji tenta de ravaler sa colère, sans grand succès. « Qu'est-ce qui te fait croire que je te donnerai plus de réponses qu'elle ? Est-ce que tu vas me torturer ? Ou lui faire encore plus de mal devant moi ? »

Cependant, les mots que prononça alors le commandant le frappèrent encore plus fort que quoi que ce soit de tel. « Tu es, dit-il d'un ton quasi implorant, mon fils… »

Shinji n'en croyait pas ses oreilles.

« Quoi ? murmura-t-il d'une voix rauque, ses bras tremblants tiraillant inconsciemment les menottes à ses poignets. QUOI ⁇ Ces mots… ces mots que j'avais si longtemps espéré entendre… et tu oses… » Des larmes jaillissaient dans ses yeux, mais il ne pouvait dire si elles étaient de colère ou de déception. « …tu OSES me les dire maintenant ? Tu n'as jamais été un père pour moi. Tu m'as abandonné en ne me rappelant que pour piloter contre mon gré, me forçant à vivre les pires moments de ma vie. Rien qu'au cours de ces dernières heures, tu m'a emprisonné, menacé indirectement de me tuer et, pire que tout, tu t'es servi de ma fille disparue pour torturer la femme que j'aime. Et tu t'attends sérieusement à ce que je sois… un bon fils… et que je te dise tout ce que tu veux savoir…

— Ce serait préférable, se contenta d'opiner Gendo, mais je peux prendre des mesures plus drastiques si nécessaire.

— Je… je déteste être ton fils. Je déteste t'avoir comme père. Parce que… parce que là maintenant, je voudrais vraiment pouvoir te détester de tout mon cœur. » Shinji parvint à interrompre le flot de ses larmes, mais incapable qu'il était de les essuyer, des traînées humides subsistèrent sur ses joues lorsqu'il releva la tête pour braquer son regard sur l'homme assis devant lui, un sourire glacial et machiavélique s'étirant sur son visage. « Tu veux vraiment savoir ? Très bien, lança-t-il calmement d'un ton rogue. Tu vas mourir ! »

Si cette déclaration toucha le commandant de quelque manière que ce soit, il n'en laissa rien paraître. « Des menaces en l'air ne te seront d'aucune utilité non plus. »

Le sourire de Shinji disparut aussi vite qu'il était venu tandis qu'il renvoyait à son père un regard aussi froid que le sien. « Ce n'était pas une menace ! Tu vas mourir ! Tout le monde va mourir ! Tu as raison : je l'ai vu ! J'ai vu la fin du monde ! Tout ça à cause de ton plan égoïste ! »

Le silence qui suivit son éclat de voix ne fut troublé que par sa respiration haletante qui résonnait dans l'immense bureau.

« Il ne te rapportera rien d'autre que la mort, ajouta Shinji dans un murmure, mais il fut assez fort pour être entendu au milieu du silence qui régnait. Croyais-tu vraiment qu'elle reviendrait à toi grâce à ça ? »

L'espace d'une seconde, il aurait juré avoir vu une réaction sur le visage de son père. Même s'il s'était probablement imaginé des choses, vu qu'aucun muscle n'avait remué, il avait vu le vieil homme brisé derrière ce masque dur.

« Va-t-en. »

Shinji cilla de surprise. L'ordre avait été donné calmement, mais pas avec la froideur à laquelle son père l'avait habitué. En d'autres circonstances, il aurait pu croire que c'était la voix de quelqu'un d'autre.

« Apparemment, je m'étais trompé dans mes suppositions. Je n'ai pas de temps à perdre avec un canular stupide monté par deux gamins.

— Mais… » Il n'en croyait pas ses oreilles. L'homme qui l'avait gardé enfermé pendant des heures, si ce n'était des jours, qui était probablement allé jusqu'à torturer Asuka pour obtenir les informations qu'il désirait, renonçait maintenant aussi facilement — après avoir pourtant obtenu ce qu'il avait voulu entendre ?

— Tu trouveras… la Seconde Élue dans la chambre 303 de l'infirmerie. Le garde dehors te retirera tes menottes.

— Je ne… je ne plaisante pas ! » Shinji lutta pour trouver les mots dans sa confusion. « C'est la véri…

— Va-t-en ! » l'interrompit le commandant avec une dureté renouvelée.

Shinji poussa un soupir furieux, mais il ne mettrait pas plus longtemps en doute cette décision qui était toute à son avantage. Aussi, il se retourna et se dirigea vers la sortie sans un regard en arrière.

Peu à peu, il réalisa que même s'il avait répondu sincèrement à la question de son interrogateur, ce n'était évidemment pas ce qu'il avait voulu entendre. Ce n'était pas que son père ne l'avait pas cru. Mais le commandant, son père, ce vieil homme brisé ; tout ce qu'il avait voulu était qu'il le rassure. Tout ce qui lui disait que jamais son souhait ne se réaliserait — jamais il ne voudrait croire à une chose pareille.

"« Ne pose pas de questions dont tu ne veux pas vraiment connaître la réponse. »"

-x-x-x-x-

La chambre 303. Pourquoi, entre toutes, fallait-il que ce soit celle-là ? Ce n'était pas comme si toutes les autres chambres était occupées, quand même ? Le pavillon crânien était-il le seul à être assez isolé pour ne pas soulever trop de questions en la plaçant là ? Le sort avait dû se dire qu'il serait prodigieusement amusant de lui rappeler ainsi son pire moment de faiblesse.

Ça y ressemblait bien trop. Bien sûr, il n'y avait pas autant de machines pour surveiller constamment son état, et il n'y avait pas d'intraveineuse pour la maintenir en vie durant son coma. Mais la voir étendue sur ce lit, le léger soulèvement rythmique de sa forme pour seule réponse quand il appela son nom à voix basse, suffisait à lui retourner l'estomac devant son impuissance, tout comme alors.

Une autre différence : les sangles utilisées pour retenir ses bras au cadre du lit, mais il eut tôt fait de les défaire, après quoi elle roula presque aussitôt sur le côté en lui tournant le dos. Cela ne fit qu'accentuer l'impression inconfortable de familiarité.

Pendant un moment, il se contenta de la regarder, assis sur le lit à côté d'elle en lui tenant sa main tiède, caressant du pouce sa peau douce.

Cependant, en fin de compte, il la retourna délicatement pour la remettre sur le dos. Prenant son visage entre ses mains pour qu'il ne retombe pas de côté, il se pencha lentement vers ses lèvres légèrement entrouvertes et y joignit les siennes, les gardant ainsi là pendant plusieurs secondes.

« Encore à embrasser la belle au bois dormant pour la réveiller ? demanda une voix rauque. Tu aurais peut-être dû essayer ça la dernière fois. »

Son sourire surpassa celui, empreint de lassitude, qu'elle lui adressait. « Je ne crois pas vraiment que ça aurait marché à l'époque.

— Ça aurait mieux valu qu'une certaine autre activité.

— Je sais. » Il décida de clore promptement le sujet avec un autre baiser. « Comment te sens-tu ?

— Fatiguée. Je ne sais pas trop ce qu'ils m'ont administré, mais c'était sans doute suffisant pour assommer un éléphant. »

Shinji rit de cette comparaison. « Tu es loin de ressembler à un éléphant.

— Mais je les ai sans doute effrayés comme l'un d'eux en train de charger. » Son visage se durcit lorsque le souvenir lui revint complètement. « Quel… quel salaud ! Il n'avait pas le droit… pas sur elle…

— Chut. » Il lui caressa la joue. « Tout va bien maintenant. »

Elle le laissa la calmer et se détendit sur l'oreiller, apparemment sur le point de replonger dans le sommeil. Mais soudain elle cligna des yeux comme si elle venait de se rendre compte de quelque chose. « Comment… comment es-tu arrivé ici, au fait ? Tu as trouvé un moyen de t'échapper ? Tu… tu ne le lui as quand même pas dit ?

— En fait, si. Mais ce n'était pas vraiment ce qu'il voulait entendre. » Il s'interrompit un instant et remarqua la curiosité s'intensifier dans ses yeux. Il secoua vite la tête. « Ne t'en fais pas pour ça pour le moment. Repose-toi. Il va nous falloir être en parfaite condition bien assez tôt. »

Asuka n'essaya même pas de discuter. Un léger hochement de tête et ses paupières tout juste entrouvertes se refermèrent.

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

« Une alerte de niveau 1 ! lança Shigeru avec dédain. Parfois je me demande vraiment où ils ont la tête ! D'abord ils disent que le garçon était le dernier Ange et maintenant il disent que nous ne sommes même pas autorisés à quitter la base.

— Ma foi, espérons qu'il était BIEN le dernier, dit Makoto, se joignant au dénigrement des supérieurs. Si maintenant ils annoncent qu'ils ont fait une erreur, mieux vaut espérer que la SAD a quelques bombes NN de côté.

— Ouais, on a deux pilotes sans Evas et deux Evas sans pilotes. Avec l'arsenal limité que nous avons par ailleurs, nous ne faisons plus rien d'autre que des cibles de choix.

— Je ne comprends pas ce qui s'est passé avec Shinji et Asuka, d'ailleurs. Ils ont été arrêtés pour complot, mais pourquoi œuvreraient-ils contre nous ? Ce sont nos propres pilotes.

— Peut-être qu'une faction rivale leur a fait subir un lavage de cerveau. Ce ne serait pas la première fois que quelque chose aurait échappé à la 2ème Section.

— Mais alors pourquoi n'ont-ils pas tenté de fuir avec les Evas, ou bien volontairement semé le chaos pour ruiner définitivement notre réputation ? Ou même de s'en servir pour nous affronter ? Nous n'avons pas pu arrêter l'EVA-01 quand Shinji a désobéi auparavant, alors lui au moins en aurait tout à fait eu l'occasion.

— Peut-être qu'ils voulaient attendre que tous les Anges soient éliminés. Personne n'a trouvé de moyen de les éliminer par des méthodes conventionnelles après tout. Mais avec des ennemis ordinaires…

— Ne parle pas comme ça, l'implora Maya en frissonnant, interrompant leur discussion pour la première fois. Si nous ne sommes pas dissous… j'espère que nous n'utiliserons jamais les Evangelions contre des humains. J-je préfère encore démissionner dans ce cas-là. »

Un silence gêné s'installa entre les trois collègues et amis. Même s'ils partageaient les mêmes scrupules moraux, Maya était probablement la seule des trois à les considérer comme étant plus importants que son travail, mais aucun des deux hommes n'était prêt à l'admettre haut et fort.

« Enfin, il y a aussi pas mal de rumeurs selon lesquelles le commandant Ikari voulait juste se débarrasser d'eux maintenant qu'il n'a plus besoin d'eux, finit par changer de sujet Makoto.

— Se débarrasser d'eux ? demanda Shigeru en haussant un sourcil. Pourquoi ? »

Makoto se contenta de hausser les épaules, mais Maya prit doucement la parole.

« Est-ce que vous croyez à ce qu'on dit ? Que Shinji et Asuka viennent… » Le murmure de sa voix baissa encore d'un ton. « …du futur ?

— Qui a dit ça ? » s'étonna Makoto, l'incrédulité nettement audible dans sa voix.

La jeune femme nerveuse se mordit la lèvre, ne souhaitant rien d'autre que de se cacher derrière sa tasse de café. Elle n'aurait pas dû laisser échapper ça, mais elle avait toujours eu du mal à supporter de garder des secrets pour elle toute seule. « J-j'étais là quand ils ont récupéré l'enregistrement qui a été effectué quand ce garçon… au cours de l'attaque du dernier Ange. Le vice-commandant Fuyutsuki m'a dit d'oublier ce que j'avais entendu, mais… » Elle ferma les yeux, s'attendant presque à subir d'un instant à l'autre ses foudres en réaction à sa trahison. « On aurait dit qu'ils étaient ensemble depuis un bon bout de temps. Que… qu'ils étaient mariés et avaient même eu un enfant. Et qu'ils avaient été "ramenés" ici d'une manière ou d'une autre et qu'ils l'avaient perdu à cause de ça.

— Un voyage dans le temps ? rumina Shigeru, échangeant un regard avec Makoto. Est-ce seulement possible ?

— Je ne sais pas. Mais Shinji semblait tellement affecté par la perte de cette "Aki"… Je ne crois pas qu'il jouait la comédie, expliqua Maya. Apparemment, ils ont tenté de changer certaines choses pour le mieux. Peut-être que le commandant… » Elle baissa la voix davantage encore. « …peut-être qu'il ne veut pas que les choses changent.

— Changent… par rapport à quoi…? »

Tous trois se regardèrent les uns les autres avec le même air interrogateur. « Est-ce que l'un d'entre vous sait quel est vraiment l'objet du Plan de Complémentarité…? »

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

La lumière vive de la pleine lune brillait à travers la fenêtre, mais ce n'était pas à cause d'elle que Rei s'était réveillée.

Elle la sentait qui l'appelait, plus fort que jamais auparavant. Le moment d'accomplir sa destinée était proche.

Elle ne fit aucun bruit en se levant, sans se préoccuper d'enfiler autre chose que le tee-shirt qu'elle portait, et se dirigea silencieusement vers la porte.

Rien qu'une fois de plus, elle voulait nager, avant qu'il ne l'appelle. Et alors, elle serait enfin libre à nouveau ; libérée des souffrances et des soucis qui la tourmentaient en ce monde.

Oui, c'était la voix qu'elle était censée écouter. Pas celle qui la terrifiait ; celle qui lui disait que la raison même de son existence était mauvaise, que ses désirs égoïstes à lui n'avaient plus d'importance pour elle. Celle qui, ces derniers temps, lui avait fait remettre en question le bien-fondé de cette voie pour l'humanité.

Si elle écoutait cette voix-là, jamais elle ne parviendrait à –

« Tu vas où ? »

Les yeux de Rei s'ouvrirent en grand. Sa main ne toucha même pas la poignée de la porte.

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Les doigts de Misato voletaient sur le clavier de son ordinateur portable, une manière commode de les empêcher de geler dans les confins étroits de sa cachette située au plus profond du vaste système de refroidissement du MAGI. S'introduire dans la base de données à partir de ces nœuds de connexion avait été bien plus facile qu'elle ne l'aurait cru, mais il était difficile de dire si c'était grâce aux excellentes instructions de Kaji, parce que la NERV ne s'attendait pas à ce qu'un espion potentiel découvre cet endroit (ou parvienne si loin) ou si cette endroit était si mal protégé parce qu'il avait tout simplement été oublié quand la base et les supercalculateurs étaient encore en construction.

Elle ne s'était pas encore servie à fond du cadeau d'adieu de Kaji. Avec deux voyageurs temporels à la maison, elle pouvait obtenir directement de nombreuses réponses. Mais même ces deux-là n'avaient pas tout su de ce qui se passait au cœur de la NERV et ils renâclaient à la mettre au courant de tous les détails cruciaux avant que leur découverte potentielle ne représente plus une menace

Apparemment, tout ce secret avait été pour rien.

Misato ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable de se cacher pendant que Shinji et Asuka étaient arrêtés. Elle avait l'impression de mal agir, comme si elle fuyait en les abandonnant. Mais elle savait qu'elle n'arriverait pas non plus à les aider si elle se retrouvait détenue elle aussi. Aussi, jusqu'à ce qu'elle puisse s'assurer que le commandant ne savait rien de son implication dans la transmission hélas pas si secrète, un repli stratégique s'était imposé, qu'elle avait effectué en quittant le centre de contrôle aussi discrètement que possible après qu'ils se soient occupés de l'Ange, prenant garde à ce que personne ne l'ait suivie en entrant dans la cachette où elle avait passé ces dernières heures inconfortables.

Un bruit sonore déchira soudain le silence, faisant instinctivement sursauter le major, ce qui envoya valser par terre l'ordinateur sur ses genoux.

"Est-ce qu'ils m'auraient…?" Sa main était déjà sur son arme lorsqu'elle se rendit compte que le bruit était la sonnerie de son téléphone portable. Elle l'avait rallumé lorsqu'il était devenu clair que la NERV avait mieux à faire que de la localiser pour l'enfermer. S'il fallait se fier à ce qu'elle avait découvert, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre leur chef des opérations maintenant — quoique encore moins leurs deux seuls pilotes actifs. Qui pouvait savoir où le commandant pouvait bien avoir la tête ces temps-ci… "Fébrile, mes fesses…"

Sortant le téléphone de sa veste, elle soupesa de nouveau sa décision. L'identifiant de l'appel ne lui disait rien, à part qu'il provenait du centre de contrôle. Mais s'ils avaient vraiment voulu la trouver, ils l'auraient déjà fait de toute façon. Elle appuya sur le bouton.

« Katsuragi à l'appareil… Makoto ? Non, je faisais… des recherches… Du nouveau ? … Quoi ? Libres ? Vraiment ? C'est formidable ! … Oui, je leur rendrai visite dès que possible. Chambre 303, c'est bien ça ? … Oui, merci. »

Mettant fin à la connexion, Misato poussa un soupir de soulagement. Enfin de bonnes nouvelles, même si cela lui faisait douter des décisions d'Ikari davantage encore qu'auparavant. Avait-il voulu simplement leur faire peur et les intimider pour leur montrer qu'il était toujours le chef ? Pas forcément la meilleure manière de motiver ses subordonnés.

En secouant la tête, elle composa un autre numéro en mémoire.

« Rits ? C'est moi. Où en es-tu ? … Ça y est ? … Il est là ? Oh, tu lis dans mes pensées. » Jetant un coup d'œil à l'écran de l'ordinateur portable renversé, elle frémit légèrement à la vue de l'image de la créature blanche. « Je sais que j'avais mes soupçons, mais tu aurais vraiment pu me dire qu'Ikari nous embarquait dans une croisade contre la SEELE. »

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Shinji avait essayé lui aussi de dormir un peu pendant qu'il restait assis au chevet d'Asuka, mais son anxiété vis-à-vis de la journée à venir ne le laissait s'assoupir que quelques minutes à la fois. Il avait tenté de contacter Misato dès que possible pour l'informer, mais personne ne l'avait vue depuis des heures. Plus que jamais, il se maudit de ne pas l'avoir mise au courant des détails plus tôt. S'ils ne pouvaient pas la prévenir à temps, ils ne pourraient plus faire les préparatifs nécessaires, tout ça parce qu'ils avaient voulu jouer la sécurité.

Asuka se réveilla longtemps après que la nuit soit tombée. Ce n'est que lorsqu'elle sortit du lit et étira ses membres fatigués qu'une femme à la chevelure violette familière passa enfin la porte.

« Salut vous deux, Hyuga m'a dit que vous vouliez me parler ?

— Misato ! s'exclama Shinji, soulagé. Où étais-tu ? J'ai essayé de te contacter il y a des heures.

— Désolée. Vu que vous étiez hors course tous les deux, j'ai décidé de me servir du cadeau d'adieu de Kaji et de faire un peu de recherches de mon côté.

— Peu importe ! Si on ne se dépêche pas, alors… » Il n'acheva pas, sentant monter en lui la nausée en repensant aux détails sanglants de ce jour-là.

— La force stratégique d'autodéfense va nous attaquer d'un moment à l'autre, répondit Asuka pour lui.

— La SAD ? Mais pourquoi feraient-ils…? » Elle s'interrompit, le devinant rapidement toute seule. « La SEELE…

— Sans nul doute. Je crois qu'on leur a dit que c'était nous qui allions déclencher le Troisième Impact. Sinon je ne peux pas m'expliquer comment ils… ils… » Shinji serra les paupières pour réprimer l'envie de vider le contenu de son estomac, tandis que les souvenirs qu'il tentait d'ordinaire d'enfouir aussi profondément que possible refaisaient surface. « Ce n'était pas une simple attaque, c'était un massacre ! Je n'était pas tout à fait présent à ce moment-là, ça m'aide à ne pas y penser. Mais j'en ai quand même entendu la plus grande partie et ça a suffi pour me donner des cauchemars jusqu'à aujourd'hui. Les coups de feu, les cris. Ça leur était égal que les gens soient armés ou pas. Parfois ça sentait même la chair brûlée. »

Misato frissonna visiblement. « J'ai moi-même découvert que la SEELE veut se servir des nouveaux modèles d'Evas pour déclencher l'Impact eux-mêmes. Mais je m'attendais à ce qu'ils n'envoient que ceux-là contre nous. Je savais qu'ils avaient des hauts gradés dans leur poche, mais que leur influence s'étende assez loin pour manipuler la SAD en les incitant à lancer une attaque aussi radicale sans discussion… » Elle soupira en se massant les tempes. « Je crois que j'ai besoin de sommeil. Au moins, Ikari doit s'attendre à quelque chose de son côté, du moins ça expliquerait le couvre-feu.

— Le couvre-feu ? s'étonna Shinji, surpris.

— Oui. Il n'avait pas fait ça, la dernière fois ? »

Il secoua la tête. « Comme je l'ai dit, j'étais plutôt hors du coup. Merde, et moi qui voulais… » Il cessa aussitôt de marmonner lorsqu'il remarqua qu'il était sur le point de se trahir, mais trop tard pour empêcher les deux femmes de le regarder en attendant la suite. « N-non, rien… »

Asuka continua à le fixer d'un air soupçonneux un peu plus longtemps que Misato, visiblement mécontente d'un possible changement de plan qu'elle ignorait, mais finit par tourner son attention vers le major. « Il faut aussi placer Rei sous surveillance pour qu'elle ne se rende pas jusqu'au géant là-dessous.

— Rei ? »

Shinji hocha la tête. « Elle était au centre du Troisième Impact lui-même, après avoir fusionné d'une manière ou d'une autre avec Lilith.

— À la façon de ce qui est arrivé à l'EVA-00 ? devina Misato.

— Eh bien… dans un sens. Elle semblait plus conscience de ce qu'elle faisait qu'avec l'Eva. Et… beaucoup plus puissante. Et entre tous, elle m'a choisi moi pour décider que faire de cette puissance. À cause de l'état mental dans lequel j'étais à ce moment-là… je voulais juste mourir… et emporter le monde qui m'avait causé tant de souffrances avec moi. »

Les yeux de Misato s'écarquillèrent sous le choc. « Toi ? C'est à cause de toi que…? »

Une fois encore, il hocha la tête de manière solennelle. « J'étais encore accablé par la culpabilité d'avoir tué Kaworu, j'avais peur de Rei à cause de ce que j'avais récemment découvert à son sujet et Asuka était dans le coma. Et je lui ai fait quelque chose qui m'a fait me sentir encore plus mal, du moins à l'époque.

— C'est toujours dégoûtant, intervint Asuka en grommelant, avant qu'un petit sourire en coin n'apparaisse sur son visage. Mais au moins tu attends que je sois réveillée maintenant. »

Shinji eut un léger rire, mais celui-ci se brisa rapidement. « Peu après ça, l'attaque a débuté. Au cours de celle-ci… tu… tu… t'es fait tirer dessus en tentant de me traîner jusqu'à mon Eva. Tu as tenté de faire comme si ce n'était pas si grave, mais une fois hors de vue, j'ai su… » Il porta une main à sa poitrine. « J'ai su que tu étais morte. Tout ça parce que j'avais été trop paumé pour aller jusqu'aux cages tout seul. »

Désormais, il devait se forcer à la regarder, tentant de ne pas se laisser submerger pas les images qui lui venaient du passé. Ce sourire triste quand les portes de l'ascenseur s'étaient refermées… « As-Asuka, pendant ce temps, s'était réveillée de son coma et combattait, mais là encore je… je me suis contenté de me morfondre. L'EVA-01 avait été congelée dans la bakélite et cette seule vue a suffi à me faire baisser les bras. Le temps que je sorte enfin de là pour l'aider, il… il ne restait rien de l'EVA-02, à part un cadavre mutilé. »

Le regard choqué de Misato s'arrêta sur l'expression distante qui était apparue sur le visage d'Asuka à ces mots. Shinji voyait bien qu'il devait être incommodant d'entendre parler ainsi de sa propre mort, mais au moins, contrairement à la rousse, elle ne pouvait pas s'en souvenir.

« Tu vois, je n'étais pas dans un état d'esprit très objectif pour juger du sort de l'humanité à l'époque, poursuivit-il. Mais j'ai fini par me rendre compte de mon erreur. J'ai réalisé que dans un monde sans douleur, aucune autre émotion ne pouvait exister. Si je voulais ressentir le véritable bonheur, je devais retourner à la réalité, même si ça voulait dire également endurer à nouveau la douleur, la tristesse et la solitude. Mais pour une raison ou une autre, comme tu le sais déjà, seule Asuka a choisi de revenir.

« Comme tu le vois, dit-il en reprenant son souffle, outre la SEELE, il faut aussi qu'on empêche Rei de fusionner avec Lilith. Nous ignorons totalement si cette fois-ci elle exaucerait les désirs de mon père ou si elle ferait quelque chose de son propre chef. Même si elle me choisissait à nouveau, impossible d'être sûr que tout irait bien si je lui demandais de tout arrêter et de revenir à la normale. »

Le major hocha la tête, mais son expression paraissait tout sauf rassurée. « Il y a un seul problème : nous ne savons pas où se trouve Rei. Nous avons déjà tenté d'aller la chercher quand le couvre-feu a été instauré, mais elle n'était plus chez elle et elle a laissé son téléphone. »

Shinji échangea un regard choqué avec Asuka. Était-il déjà trop tard ?

« Pourquoi ne pas tout simplement détruire Lilith dans ce cas ? proposa agressivement Asuka. Il faudra de toute façon qu'on se débarrasse de cette chose et pendant l'attaque…

— Nous aurons besoin de tout ce qu'on a, acheva la tacticienne pour elle, rejetant l'idée d'un signe négatif de la tête. Et si elle est aussi importante pour le commandant que je le crois, je doute que la SAD nous fournisse une diversion suffisante pour déployer les moyens nécessaires pour la détruire sous son nez sans qu'il le remarque. »

La rousse haussa les épaules. « D'accord, d'accord ! Mais dépêchons ! les pressa Asuka en se dirigeant vers la porte. Si nous ne pouvons rien faire à ce sujet pour le moment, il faudra nous en occuper quand nous le pourrons. Je ne veux pas être encore sur place quand nos "invités" arriveront.

— Tu ne veux pas te changer avant ? lui demanda Misato en montrant du doigt la chemise d'hôpital qu'elle portait encore.

— Pas la peine. J'enfilerai directement ma plug suit au vestiaire. »

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

"« Croyais-tu vraiment qu'elle reviendrait à toi grâce à ça ? »"

Pourquoi les paroles du garçon ne lui quittaient-elles pas l'esprit ? Était-ce sa punition pour avoir gaspillé un temps et des efforts précieux ?

Où avait-il eu la tête ? Il n'avait pas de temps à perdre avec de telles bêtises. Les vieillards allaient bientôt passer à l'action et il devait agir avant eux. Les chances que ni lui ni eux ne triomphent étaient quasi nulles. Il ne pouvait pas se permettre de perdre sa longueur d'avance en interrogeant des adolescents rebelles et menteurs. Qu'ils aient inventé cette histoire pour leur propre plaisir, rien que pour le contrarier ou que ce soit de la folie pure et simple de leur part, bientôt ça n'aurait plus d'importance. Cependant, plus ils parviendraient à retenir la SEELE longtemps, mieux ça vaudrait pour lui.

C'était comme si l'implant dans sa paume savait que le jour promis était arrivé.

Ironiquement, Keel aussi. « L'heure est proche ! tonna-t-il d'une voix non déformée, mais toujours caché derrière son hologramme monolithique. Sans la Lance de Longin, nous ne pouvons pas utiliser Lilith pour mener à bien la complémentarité. Notre seule alternative est de recourir à l'unique véritable descendant de Lilith, EVA-01. »

Gendo s'était attendu à cette manœuvre, mais se tendit néanmoins en entendant ces mots, même s'il était assez professionnel pour n'en rien laisser paraître. La sacrifier pour les beaux yeux des vieillards n'était absolument pas admissible. « Ça n'était pas le projet initial de la SEELE.

— Les humains ont atteint leur apogée pour créer l'Evangelion », protesta Fuyutsuki de son côté. C'était presque une surprise de trouver le professeur à ses côtés. Ces derniers temps, il semblait être devenu plus distant.

— L'humanité doit évoluer et façonner ce monde idéal. C'est pour cela que nous avons créé les Evas », rappela Gendo à tous, faisant toujours mine de ne rester fidèle qu'aux plans élaborés longtemps auparavant.

— Nous n'avons aucune intention d'abandonner notre forme humaine pour faire de l'Eva notre propre arche », lança naturellement l'un d'entre eux, dévoilant son vrai visage derrière son masque holographique, et les autres approuvèrent.

— Cela fait simplement partie du processus libérateur en vue de la renaissance.

— L'issue finale de la destruction est aussi la joie de la résurrection.

— Grâce au sacrement de la mort, Dieu, l'humanité et tous les êtres vivants renaîtront pour ne faire plus qu'un. »

Hypocrites. Tous autant qu'ils étaient. Parler d'accorder le plus grand bien à toute l'humanité. Mais les humains n'étaient pas comme ça.

Gendo en avait assez d'eux. « La mort n'engendre rien », déclara-t-il sur un ton de défi.

« Alors nous vous donnerons la mort ! » proclama la voix de Keel avant que les monolithes ne s'évanouissent.

"« Il ne te rapportera rien d'autre que la mort. »" Il se rembrunit lorsque les mots de son fils résonnèrent dans un coin de sa tête. "Pas si je peux la devancer."

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Shinji prit une profonde inspiration, tripotant l'objet dans sa poche en se tenant devant la porte. Il n'était pas aussi nerveux que la plupart des autres hommes dans son cas, du moins pas pour les mêmes raisons. Il n'avait pas peur d'essuyer un refus, mais il savait dans quel état elle pouvait se mettre quand quelqu'un la faisait s'inquiéter — et il n'avait que peu de doutes qu'il l'ait fait. Elle l'adorerait, ça au moins il en était sûr. Mais cela ne le sauva pas de la gifle à laquelle il s'était attendu lorsqu'il pénétra enfin dans le vestiaire.

« "Je te suis tout de suite", mon cul ! Tu as disparu pendant trois heures !

— Désolé, il fallait que je sorte pour…

— Que tu SORTES ? Où étais-tu passé, bon sang ?! » lui hurla dessus Asuka. Comme elle l'avait annoncé, elle était déjà revêtue de sa plug suit, prête à effectuer sa sortie à tout moment. « Comment es-tu sorti avec le couvre-feu en place, d'ailleurs ?

— Comme on est entrés durant la coupure de courant. On devrait dire à Misato de mieux garder les conduits d'aération.

— Espèce d'idiot ! Et s'il l'avaient été ? Tu aurais pu te faire tirer dessus avant que quiconque ne remarque que c'était toi qui rampait là-dedans !

— Ouais, je sais. Les gardes à l'entrée avaient beau me connaître, ils étaient plutôt nerveux quand je suis revenu, fit Shinji en haussant les épaules. Mais il fallait que je passe prendre quelque chose chez nous avant le combat.

— Mais où avais-tu la tête ?! continua Asuka sans se démonter. Tu sais bien qu'ils pourraient débarquer d'un moment à l'autre à l'heure qu'il est ! Et s'ils t'avaient coincé ? Tu as risqué ta vie pour un truc idiot ? Tu… tu aurais pu être…

— Du calme, la coupa Shinji en plaçant ses mains sur ses épaules. Ça ne tournait peut-être pas assez rond dans ma tête à l'époque pour que je me souvienne des moindres détails, mais je suis tout à fait sûr qu'il ne faisait pas nuit quand ils ont attaqué.

— Ça ne veux pas dire qu'ils ne sont pas déjà dans le coin ! Ils auraient pu… » Là encore, elle fut interrompue, cette fois-ci par son doigt qu'il posa sur ses lèvres.

— Même s'ils auraient pu, ils ne l'ont pas fait », tenta de la calmer Shinji, même s'il s'efforçait de réprimer les frissons involontaires qui lui parcouraient l'échine, vu qu'il n'avait vraiment pas réfléchi à cette éventualité. Mais ce n'était pas le moment de culpabiliser. Avec précaution, il la poussa vers le banc au milieu des rangées de casiers. « T-tu veux bien t'asseoir ? »

Elle s'exécuta, bien que sa demande parut la laisser un peu perplexe, plus encore lorsqu'il s'agenouilla devant elle, portant une main à sa poche de pantalon gauche.

« Quant au "truc idiot"… ma foi, ça l'est peut-être, mais… » Il sourit en entendant son hoquet de surprise quand il exhiba l'écrin en velours. « Je voulais faire ça avant qu'on ne sorte.

— Mais… Shinji, nous sommes déjà… »

— Je sais que nous le sommes, du moins en esprit. Et… et ça a été le plus beau moment de ma vie. Mais après tout ce qui s'est passé, il m'a semblé juste que nous renouvelions ce lien devant la loi et nos amis aussi. » En levant les yeux, il la vit se mordre sa lèvre inférieure tremblante lorsqu'il ouvrit l'écrin pour dévoiler la bague en or. « Asuka, veux-tu m'épouser à nouveau ?

— Baka ! » jura-t-elle à voix basse en détournant son regard de lui. Ce n'était pas vraiment la réaction qu'il avait espéré. « Tu ne sais pas que ce genre de choses porte la poisse avant un combat ? Tu sais… comme de dire que c'est la dernière mission avant de prendre sa retraite.

— Asuka…? » demanda-t-il, abasourdi, incapable de croire qu'elle était sur le point de refuser à cause d'une superstition pareille.

Il ne fut pas déçu, car elle se retourna vers lui avec des larmes aux yeux et un large sourire. « Tu peux t'estimer heureux que je ne croie pas à la chance », annonça-t-elle avec enthousiasme avant de se pencher, lui prenant le visage entre les mains pour lui donner un tendre baiser, d'abord sur les joues, puis un autre sur le nez et enfin sur le front. « Bien sûr que oui, baka », chuchota-t-elle d'une voix tremblante de joie.

Appuyant sur le bouton du bracelet de sa plug suit, elle détendit la tenue moulante autour de la moitié supérieure de son corps, la retroussant suffisamment vers le bas pour en extraire son bras. Elle le laissa lui tenir la main tandis que de l'autre il retirait la bague de l'écrin. Ils demeurèrent les yeux dans les yeux quand il la lui passa au doigt.

Lorsque son regard se posa enfin sur l'anneau doré dans lequel était enchâssée une petite pierre rouge, Shinji lut dans ses yeux qu'elle avait enfin remarqué.

« Shinji… est-ce que c'est…? »

Il hocha la tête. « Elle m'a évidemment coûté plus cher que la dernière fois, mais en retour elle est intacte et à ta taille. » Souriant devant sa stupéfaction, il se leva et lui embrassa le front tandis qu'elle gardait le regard fixé sur sa main. « Bon, maintenant je ferais mieux d'y aller pour me préparer moi aussi. »

Il tourna les talons pour partir, mais n'eut le temps que de faire quelques pas.

« Shinji…? »

Stoppé par son nom appelé à voix basse, il tourna la tête pour entendre ce qu'elle voulait lui dire. Elle le laissa cependant patienter. Les yeux baissés, elle réfléchissait apparemment à si elle voulait vraiment lui dire ou non ce qu'elle avait en tête.

« Est-ce que… est-ce que tu veux rester ici pour la nuit… avec moi ? » Elle ne laissa guère de doute sur le sous-entendu dans sa demande, révélant sa poitrine un peu plus qu'elle ne l'était déjà.

Shinji déglutit un grand coup en revenant lentement vers elle. Techniquement, c'était loin d'être leur première fois, mais cela faisait si longtemps que c'était presque tout comme.

« Tu es sûre ? demanda-t-il en s'asseyant à côté d'elle, l'enlaçant légèrement. Est-ce qu'il ne faut pas qu'on soit en forme pour demain ?

— Baka, murmura-t-elle en souriant, ses bras passés mollement autour de son cou. Je ne demande pas une folle nuit de sexe torride. On n'est même pas obligés d'y aller à fond jusqu'à jouir pour de bon. Je… je veux juste faire l'amour un moment, d'accord ?

— D'accord, répondit-il avec un baiser. Encore qu'un banc dans un vestiaire n'était pas vraiment ce que j'avais en tête pour notre "nouvelle première fois". Tu n'as pas peur de ces "vieux obsédés" avec leurs caméras de surveillance ? »

Elle se joignit à ses éclats de rire. « Laissons-les regarder. De toute façon, s'ils le font, ils mourront probablement d'un formidable saignement de nez. »

Leurs lèvres se réunirent à nouveau, la passion du baiser s'intensifiant rapidement tandis qu'ils parcouraient chacun de leurs mains le corps de l'autre dans leur étreinte serrée, lui tombant la chemise tandis qu'elle laissait glisser sa combinaison vers le bas centimètre par centimètre.

« Souviens-toi juste, souffla Asuka entre ses halètements, interrompant brièvement le baiser. Au… au moins physiquement, je suis…

— Oui, je sais, la rassura Shinji. Je ferai attention cette fois-ci. »

Nul autre mot ne fut échangé au cours des heures suivantes entre les deux amants tandis qu'ils s'unissaient pour la première fois — à nouveau.

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Ça n'avait pas été le moment idéal pour prendre une pause, mais Fuyutsuki n'était plus tout jeune et l'attente apparemment interminable que la SEELE ouvre les hostilités l'avait mis à rude épreuve. Mais bien sûr, c'est quand on a le dos tourné que la bouilloire se met à siffler.

Il s'empressa de retourner au centre de contrôle aussi vite qu'il le put quand les alarmes résonnèrent. Si son informateur avait vu juste, ils emploieraient une approche subtile pour commencer, en tentant de pirater le MAGI, voulant sans nul doute s'en servir pour prendre le contrôle du complexe. Quoiqu'il doutât quelque peu que cela se passe totalement sans effusion de sang même dans ce cas-là. Et le résultat serait encore pire.

S'ils parvenaient à tenir bon face à cette attaque initiale, il ne faudrait pas longtemps pour que la SEELE tente de prendre le quartier général avec toutes les forces qu'ils pourraient rassembler. Dans tous les cas, ça ne se présentait pas bien pour la NERV. D'une manière ou d'une autre, ce jour serait sans doute celui qui mettrait un terme à tout ça.

Tandis qu'il se hâtait à travers les couloirs, il remarqua de nombreux membres inquiets du personnel, mais il eut la surprise de voir une silhouette, revêtue de son uniforme noir, s'approcher de lui.

« Ikari, les alarmes, rappela-t-il à son cadet. Vous ne venez pas ?

— Non, dit Gendo d'une voix claire en le dépassant. Fuyutsuki… chargez-vous des pierres que les vieillards vont nous lancer.

— Déjà ? » demanda le plus âgé d'un ton assez hargneux pour surprendre le commandant. Même si Ikari n'en laissa rien paraître autrement qu'en s'arrêtant et en lui rendant son regard.

— Je les devancerai. Et je ne prendrai aucun risque », se contenta-t-il de déclarer avant de reprendre son chemin.

Kozo savait qu'il aurait dû l'arrêter. Ce scénario qu'il suivait, il allait à l'encontre de leurs anciens plans, à l'encontre de ce qu'elle avait souhaité. Nul, sans doute pas même Ikari lui-même, ne pouvait dire si son issue vaudrait mieux que celle que voulait la SEELE.

Il savait qu'il aurait dû l'arrêter. Mais… il le comprenait également. Parce qu'elle lui manquait à lui aussi.

« Ikari, lança-t-il gravement à son supérieur qui s'éloignait. Passez le bonjour à Yui de ma part. »

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Misato détestait ça. Tout ce qu'elle pouvait faire était regarder les diagrammes et écouter tous les détails techniques qu'elle saisissait à peine. Elle préférait avoir l'ennemi en vue. Ça lui rappelait bien trop le 11ème Ange, mais en pire. Cette fois-ci, c'étaient leurs propres systèmes MAGI de par le monde qui tentaient de pirater leur original.

Et comme si ça ne suffisait pas, toute communication sortante était bloquée, même les connexions satellites étaient brouillées. Du coup, même s'ils l'avaient voulu, ils ne pouvaient même pas se rendre, encore moins s'expliquer ou appeler à l'aide.

Ritsuko lui avait assuré que ça ne mettait pas leur plan en péril, mais Misato ne pouvait rien faire d'autre que d'espérer que le docteur avait raison. Après tout, son amie lui avait déjà expliqué qu'ils ne pourraient pas utiliser ce moyen de communication restant pour transmettre un message, vu qu'il était relié à ce terminal particulier et qu'aucun humain ne serait là pour le recevoir.

Jetant un coup d'œil aux niveaux inférieurs du centre de contrôle, elle vit le châssis relevé de MAGI-Gaspard où Ritsuko était occupée à travailler sur quelque chose qui allait donner à ces ordinateurs maintenant hostiles un os à ronger pour un bon bout de temps.

Assez longtemps pour que la SAD ouvre les portes de l'enfer pour la NERV.

Même si on ne le lui avait pas déjà dit, elle serait aisément parvenue à cette conclusion. Ne rien céder après que la directive A-801 l'ait exigé équivalait après tout à une rébellion ouverte et se verrait opposer de sévères représailles — surtout au vu de la menace potentielle qu'ils représentaient. Mais laisser la SEELE faire comme bon leur semblait était hors de question.

« Le piratage du MAGI a été stoppé, annonça Maya, accompagnant le changement de l'affichage qui montrait maintenant des grilles hexagonales superposées indiquant l'activation réussie d'un pare-feu de type 666. Un programme défensif Danang de type B a été mis en place. Tout accès externe sera bloqué pendant les 62 prochaines heures.

— C'est fini, alors ? entendit Misato demander naïvement l'un des opérateurs.

— Non. Ils n'abandonnerons pas aussi facilement, marmonna-t-elle tristement. Ça ne fait que commencer… »

Fermant les yeux, elle tenta de s'éclaircir la tête pour la tâche à venir. Ce ne serait pas un combat contre un ennemi inconnu. Ce ne serait pas contre des monstres énormes aux terribles pouvoirs. Ce serait contre d'autres humains. Un ennemi qui les surpasserait aisément en nombre. Un ennemi qui connaissait leurs points forts et, plus important, leurs points faibles. Un ennemi qu'ils ne s'étaient jamais attendus à affronter. Ce serait leur combat le plus difficile jusqu'à présent.

"Maintenant que les Anges ont disparu, tout devrait être fini après ça. Peut-être alors pourrai-je enfin te laisser reposer en paix…" Elle baissa les yeux là où sa main serrait la croix autour de son cou. "…papa…"

-x-

Au-dessous, dans les entrailles de MAGI-Gaspard, Ritsuko s'accorda un petit soupir victorieux en mettant de côté son clavier. Maintenant que c'était fait, elle devait revenir aussi vite que possible. Nul doute que la SEELE allait bientôt déployer l'artillerie lourde et si elle voulait éviter de traverser des zones de combat, elle ferait mieux de se dépêcher.

"Ce sera sans doute le dernier affront que je lui infligerai. Je sais qu'il aurait mérité pire, mais je suis sûre que ça lui fera plus de mal que la mort. Tu n'es pas d'accord…" Sa main caressa l'acier dans lequel était logé le "cerveau" cybernétique de Gaspard. "…maman…?"

-x-x-x-x-

Toshiki Asakura s'était toujours vanté d'appartenir à la "ligne dure". L'ère de chaos qui avait suivi le Second Impact n'avait pas permis la moindre faiblesse. La nation avait eu besoin d'hommes forts tels que lui pour la mener, la rebâtir et restaurer son prestige d'antan. Et ce parcours avait fini par lui valoir le poste de Premier ministre.

Mais apprendre la trahison de la NERV, une organisation paramilitaire dotée des armes les plus puissantes au monde était à n'en pas douter… inquiétant, même pour lui. Dire qu'il fut un temps où il avait été fier d'avoir leur base principale sur le sol japonais. Mais là encore, il ne s'était jamais vraiment fié à cet Ikari.

Il ne réalisa à quel point la tension l'avait affecté que lorsqu'il tressaillit quand la porte de son vaste bureau s'ouvrit soudain à la volée. Il voulut aboyer un rappel à l'ordre furieux de frapper d'abord, mais il reconnut alors la personne qui venait d'entrer avec une telle impolitesse, suivie de sa secrétaire visiblement tendue.

« Monsieur, je suis terriblement désolée, mais il n'a… bredouilla-t-elle, mais elle fut coupée par l'arrivant mal rasé.

— Veuillez excuser mon intrusion soudaine, monsieur, mais c'est extrêmement urgent. Si vous le voulez, je peux vous répéter mon autorisation de sécurité, mais ça m'a déjà pris trop de temps les 34 premières fois pour parvenir ici. »

Toshiki hocha pensivement la tête. « Mlle Yamashita, laissez-nous je vous prie », dit-il à sa secrétaire qui obéit à son ordre après une révérence d'usage.

« Je me souviens de vous, M. Kaji, s'adressa-t-il au nouveau venu dès que les lourdes portes se furent refermées. Vous êtes l'un des agents qui travaillent pour le Bureau du renseignement. Désigné pour infiltrer la NERV afin de garder un œil sur leurs intentions, si je ne m'abuse.

— Oui, mais j'ai bien peur de ne pas avoir beaucoup de temps pour échanger des politesses. Premier ministre Asakura, j'ai reçu plusieurs éléments au cours de ces derniers mois indiquant qu'il y a au moins un traître de haut rang dans l'armée. Le général Kato est apparemment influencé par une puissante organisation secrète appelée la SEELE. Et à ce que j'ai entendu, il a récemment pris le commandement d'une opération inquiétante contre la NERV.

— Hmm, si ce que vous me dites est vrai, alors on peut considérer cela comme inquiétant, en effet. Mais pour en revenir à vos données personnelles, il m'est apparu que vous étiez… mort, énonça-t-il calmement en dégainant l'arme cachée sous son bureau et en la pointant vers l'espion sans hésiter, et je ne voudrais pas voir gâcher toute cette paperasse. »

Cependant, l'homme à la queue de cheval ne parut pas du tout perturbé par la tournure que venaient de prendre les événements. « Croyiez-vous vraiment que je ne connaissais pas également l'identité du plus haut placé des traîtres envers la nation japonaise ?

— J'imagine que c'est une question de point de vue, sourit Toshiki. Mais quoi qu'il en soit, vous devez être très courageux ou tout simplement un imbécile pour venir me défier avec cela de manière si directe.

— Annulez l'attaque contre la NERV », ordonna calmement Kaji.

N'en pouvant croire ses oreilles, Toshiki agita son arme. « Je crois que vous ne vous rendez pas bien compte de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Si vous croyez que j'hésiterai à cause de ma réputation, vous faites une erreur fatale. Mon personnel ici est très discret. Ce ne serait pas la première fois que ce bureau aurait besoin d'être nettoyé.

— Je crois que c'est vous qui ne vous rendez pas bien compte de votre situation, dit Kaji avec un léger rire. J'ai naturellement pris quelques précautions pour ressortir d'ici en parfaite santé. Si je ne reviens pas, un grand nombre de documents déplaisants seront révélés au public. Sur le Second Impact, la SEELE, leurs intentions et, bien sûr, leurs petits pions comme vous. »

Toshiki fronça les sourcils. Ce type n'avait pas pu venir ici sérieusement avec une histoire aussi minable en s'attendant à ce qu'il y croie, quand même ? « Aucune force de police nationale ou internationale, agence de presse ou gouvernement ne se servira de ce que vous avez bien pu préparer à leur envoyer. La SEELE les interceptera avant qu'ils ne soient rendus publics.

—La SEELE occupe peut-être bien toutes ou du moins la plupart des positions influentes pour détourner la vérité des gens. Alors évidemment j'ai fait le nécessaire pour la leur apporter directement. » Son sourire s'élargit. « Internet est quelque chose de merveilleux, vous n'êtes pas d'accord ?

— Internet ? » Le Premier Ministre éclata soudain de rire. « Internet est une farce ! Les théories du complot y émergent constamment. Leurs partisans en revanche sont trop peu nombreux pour représenter une menace. Personne ne prendra ça au sérieux.

— Oh, je crois que tout dépend de l'échelle. Dans deux heures, un virus déjà implanté dans les serveurs de tous les grands journaux en ligne s'activera, remplaçant leur contenu habituel par mon "reportage spécial". Et même si vous parveniez à couper les serveurs à temps, ce qui suffirait en soi à générer une forte attention et tout autant de soupçons, cela ne fera que différer brièvement les choses. Comme le font les virus d'ordinaire, celui-ci s'étendra à travers le réseau tout entier et rappellera toujours vos combines aux gens.

— De prétendues preuves comme celles-là peuvent être aisément réfutées, cracha Toshiki un peu trop furieusement, comme il le remarqua. Il ne pouvait pas montrer la moindre faiblesse devant cette ordure au sourire bien trop arrogant.

— Oh, j'ai hâte d'entendre l'histoire que vous allez jeter en pâture aux masses pour couvrir ça. J'imagine que cette fois-ci un météore ne fera sans doute pas l'affaire. Mais peu importe ce que ce sera, les gens se souviendront de cet événement et il y aura toujours des voix qui s'élèveront pour douter de votre honnêteté. »

Remarquant que sa main qui tenait l'arme tremblait trop, il la reposa sur le bureau à contrecœur. Il répugnait à l'admettre, mais pour le moment il était à la merci de ce type. Il faudrait qu'il veille à prendre sa revanche plus tard. « Q-que voulez-vous ?

— Annulez l'attaque contre la NERV », réitéra Kaji, maintenant sérieux.

Toshiki n'arrivait pas à y croire. « Vous… vous êtes fou ! Vous voulez vraiment que la NERV déclenche le Troisième Impact ?! »

Les traits de l'espion se durcirent. « C'est vous le fou si vous croyez vraiment que la SEELE veut l'empêcher ! Ce n'est pas parce qu'ils ont financé votre carrière qu'ils ont toujours raison !

— Ils… ils ne feraient pas ça ! » pâlit Toshiki. Non, ils ne feraient pas ça. C'était eux les bons. Prendre des mesures draconiennes et impopulaires les avait forcés à agir en secret, mais toujours en œuvrant pour la bonne cause. Pourquoi l'auraient-ils aidé à atteindre cette position si ce n'était pas pour le bien du Japon…?

Il s'effondra dans son fauteuil en tirant par lui-même les conclusions désagréables. « C'est trop tard, se contenta-t-il de murmurer. Ça a déjà commencé. Et ils ont reçu l'ordre formel de ne pas entrer en communication avec nous une fois le signal donné.

— Pour que ce qui se passe là-bas ne puisse pas remonter jusqu'à vous et soit classé comme l'acte de barbarie isolé de quelques soldats déloyaux si les choses ne se passaient pas comme prévu, cracha Kaji avec mépris. Alors envoyez les troupes restantes à Tokyo-3 aussi vite que possible ! Si nous ne pouvons pas le leur dire par radio, il faut que nous le leur disions face à face — les armes à la main, s'il le faut ! »

-x-x-x-x-

Les bras croisés sur sa poitrine, les doigts de la main droite de Misato pianotaient nerveusement sur son coude gauche. « Comment progresse l'évacuation du personnel non combattant ?

— Environ la moitié d'entre eux sont parvenus aux abris intérieurs. »

Pas assez rapide. « Pas assez rapide, répéta-t-elle à voix autre. Nous pourrions être attaqués d'un moment à… »

Les premières explosions la coupèrent à ce moment précis.

« Nous avons perdu le contact radar avec les sites 8 à 17 ! cria quelqu'un, tandis que l'un après l'autre, les écrans n'affichaient plus que du bruit de fond.

— Un détachement technique de la SAD a envahi le périmètre de sécurité de Gora !

— Deux autres bataillons en approche dans le secteur de Gotemba ! »

Misato serra les poings tandis que de plus en plus de rapports de pertes et de terrain cédé leur parvenaient, son esprit fonctionnant à toute allure pour analyser la situation. Si seulement Shinji avait pu se souvenir de quelque chose qui ait une importance stratégique. Les forces ennemies étaient déjà en train de les envahir, mais où…?

"Minute ! Ils avancent certainement pour éliminer leur menace la plus importante d'abord, mais ils n'ont rien contre les Evas. Mais ils pourraient éliminer le point faible des Evas…"

« Les forces qui attaquent par l'ouest ne sont qu'une diversion ! cria-t-elle ce qu'elle venait de réaliser. S'ils en ont vraiment après les Evas, ils s'attaqueront d'abord aux pilotes ! Où sont Shinji et Asuka ?

— Ils sont déjà aux cages et nous font signe qu'ils sont prêts à sortir, lui dit Makoto.

— Bien. Enfin une nouvelle qui n'est pas catastrophique, soupira de soulagement Misato. Déployez les Evangelions directement en surface dès qu'elles seront prêtes. Et Rei ?

— Impossible à localiser, rapporta Shigeru. Nous n'arrivons toujours pas à retrouver sa trace. »

Misato grinça des dents. Le fait qu'elle soit introuvable voulait dire soit qu'elle était avec le commandant et sur le point de déclencher le Troisième Impact, soit qu'elle était déjà morte. Et une part d'elle-même qui l'écœurait souhaitait presque que ce soit ce dernier cas. Mais l'absence du commandant, en ce moment même qui plus est, en réduisait considérablement les chances.

Cependant, elle avait présentement d'autres sujets d'inquiétudes. Les forces d'invasion continuaient à s'infiltrer dans les couloirs du quartier général bien plus vite que prévu, forçant toutes les barricades improvisées par la NERV comme si elles n'étaient pas là.

Shinji lui avait dit qu'ils tueraient tous ceux qui se trouveraient sur leur chemin, mais peut-être avait-elle sous-estimé leur efficacité brutale. Elle avait songé à augmenter les effectifs afin d'intercepter la force d'attaque attendue, mais maintenant il était évident qu'elle les aurait juste envoyés à une mort certaine.

Non, ce n'était pas un combat qu'ils pouvaient gagner en face à face.

Elle devait réfléchir ! Qu'aurait-elle fait auparavant ? Que pouvait-elle faire pour le rendre encore plus efficace ? Elle poussa un soupir de frustration avant de se ressaisir et d'ouvrir le canal de communication. « Que tout le monde se replie dans le complexe central ! Barrez le passage derrière vous autant que vous le pouvez, mais n'essayez pas de les retenir vous-mêmes. Si vous ne pouvez pas y parvenir dans la minute qui vient… » Elle baissa la voix. C'était le genre de décision qu'elle détestait toujours dans le fait d'être celle qui commandait : les décisions qui réduisaient une vie humaine à un simple chiffre dans une cruelle analyse coût-bénéfice. « Cachez-vous et priez pour qu'ils ne vous trouvent pas. »

Elle doutait fort que quiconque parvienne à survivre si les choses en arrivaient là. Ceux qui, tout comme les forces d'invasion, étaient encore dans les niveaux supérieurs avaient peu de chances d'arriver à temps. Mais ils n'avaient guère le choix.

« Dans 50 secondes, remplissez entièrement les niveau de bakélite, ordonna calmement Misato. Ouvrez toutes les portes, toutes les écoutilles pour inonder tous les passages et toutes les pièces. On devrait en éliminer un paquet avec ça, et au grand minimum les retenir un bon moment. Avec un peu de chance, ça devrait nous faire gagner assez de temps.

— Assez de temps… pour quoi ? »

Misato aurait souhaité avoir une réponse à cette question.

-x-x-x-x-

Les tanks tournèrent aussitôt les fûts de leurs canons vers les deux géants, gaspillant leurs munitions contre les A.T. Fields impénétrables. Tels d'énormes insectes agaçants, des ADAV contournèrent la tête des titans en rugissant, les pilotes apparemment pris par surprise par les obstacles qui avaient été soudain catapultés dans leur trajectoire de vol, l'un d'eux esquivant trop tard et s'écrasant contre le bouclier défensif orange de l'EVA-01.

Elle vit la fenêtre de communication de Shinji apparaître à sa droite, montrant sa mine abattue. « Asuka…

— Tout va bien », lui dit gentiment la rousse, ne sachant que trop bien qu'il ne tuerait pas d'autres humains à moins qu'il n'y ait vraiment pas moyen de faire autrement. Ce n'était pas comme si l'idée d'ôter des vies lui était agréable à elle non plus, mais elle pouvait plus facilement persuader sa conscience qu'il s'agissait d'un acte nécessaire de légitime défense que lui. « Je m'occupe d'eux. Ces types ne sont pas le véritable problème après tout. Contente-toi de prendre soin de mon câble, d'accord ? »

Il eut un faible sourire en hochant la tête. « Bien sûr. »

Asuka lui rendit son sourire avant de fermer les yeux, inspirant un grand coup. Puis elle chargea.

-x-

Le général Kato n'aimait pas du tout ce qu'il voyait à travers ses jumelles, à quelques kilomètres de distance du champ de bataille ; quoique, vue la taille de leurs ennemis, ils auraient tout aussi bien pu se trouver juste à côté d'eux. Le monstre rouge abattait leurs ADAV comme on chasse des mouches, aplatissant leurs tanks sous ses talons géants comme des insectes qu'on écrase et, pire que tout, n'encaissait lui-même aucun dégât visible, car même les bombardements intensifs par de multiples ogives étaient stoppés nets par ce maudit champ de force avant de pouvoir parvenir assez près.

Il y avait eu un unique moment d'espoir lorsqu'un missile avait atteint sa cible, entrant en collision directe avec la vilaine tête de la bête, mais il ne lui avait même pas fait une égratignure. Soit ce bouclier pouvait modifier constamment son périmètre, soit l'armure était plus épaisse qu'on le leur avait dit. Voir les piètres progrès qu'ils avaient fait jusque là dans leur avancée, tant de puissance de feu, d'argent, sans parler de vies humaines gâchées contre ce mur rouge apparemment impénétrable, était accablant.

Mais il aurait été indigne de son rang s'il suffisait d'un tel revers pour lui faire perdre tout espoir de victoire. Il eut été préférable de "sécuriser" les Evangelions et leurs pilotes avant qu'ils ne puissent prendre part au combat, mais ce n'était pas comme s'ils n'avaient pas été du tout préparés à cette situation.

« Le câble ! aboya-t-il à son officier de liaison. Concentrez les tirs sur ce câble d'alimentation !

— C'est inutile, monsieur ! Violette le garde !

— QUOI ?! » Aussitôt, il pivota pour concentrer sa vue sur le second mastodonte qui ne semblait pas encore avoir engagé le combat, et en effet, il restait près du câble du rouge, se baissant et bondissant de manière impressionnante pour l'esquiver sans que la pilote de Rouge ait à s'inquiéter que son partenaire ne limite accidentellement sa liberté de mouvement. Chaque fois que l'une de ses troupes ouvrait le feu contre la source d'alimentation, ces hexagones oranges apparaissaient, manifestement émis par l'unité violette.

Et Violette elle-même n'avait pas de câble comme point faible.

Kato grogna de frustration. « Alors je crois que c'est fini pour nous… »

Un de ses officiers le regarda, attendant qu'il clarifie. « Retraite, monsieur ? »

Le général ferma les yeux, pensif. Il avait encore une mine NN à sa disposition, mais celle-ci était précieuse et il avait vu des Anges résister à bien plus d'une. Qui pouvait lui garantir qu'elle suffirait à éliminer les deux bêtes qui avaient prouvé qu'elles surpassaient les autres ? Et il avait prévu d'ouvrir une brèche dans le Géofront avec.

« Oui », finit-il par confirmer en grimaçant. Aussi vain un combat soit-il, c'était toujours une atteinte à son honneur que de l'abandonner, même si c'était pour des raisons purement tactiques. « Donnez le signal et appelez les gros bras. Laissons les monstres s'entretuer. »

-x-

« Je capte huit, non, neuf appareils de transport ! signala Aoba. Ils lâchent… ils lâchent des Evas ?

— Les Evas de série, marmonna Misato, loin d'être aussi surprise, bien qu'elle soit tout sauf réjouie de cette nouvelle. Ça leur a pris plus de temps que je ne l'aurais cru.

— N-neuf ? hoqueta Maya. Contre deux ?

— Ma foi, je vais voir pour ce qui est du rapport de forces », marmonna Misato pour elle-même en pianotant sur son téléphone portable. Il n'eut à sonner qu'une fois. « Ritsuko ? Tu es prête là-dessous ?

— Déjà en route », lui parvint la réponse succincte de la blonde à travers le haut-parleur.

Le major sourit. « Brave fille », la félicita-t-elle avant de mettre fin au bref appel et de ranger le téléphone.

Hyuga, comme la plupart des autres, n'avait même pas remarqué l'échange. « Franchement, neuf contre deux. Ils en font tr… ATTENDEZ ! Il y a un nouveau signal, en approche rapide !

— Ne vous en faites pas pour celui-là, annonça Misato à voix haute cette fois-ci. C'est l'un des nôtres ! »

-x-

« Tu es prête ?

— Autant qu'il m'est possible de l'être, répondit-elle avec un sourire circonspect, sans quitter des yeux les petits points blancs qui auraient tout aussi bien pu être des oiseaux à cette distance. C'est-à-dire pas tellement. »
En les regardant planer si haut, elle se demanda si elle n'aurait pas dû réclamer une arme à longue portée et tenter d'en dégommer une ou deux tant qu'elles étaient en l'air. Mais elle savait mieux que quiconque qu'il lui faudrait plus d'un tir pour les descendre, peu importe leur précision.

Son cœur battait la chamade, mais elle avait du mal à dire si c'était à cause de l'effort que lui avait coûté le précédent combat ou de la pensée de celui qui se profilait. Probablement des deux. En inspirant profondément, elle replia ses mains pour calmer les picotements en elles qui lui était transmis par celles de son Eva. Sans doute le résultat d'avoir été rattachées à la va-vite après avoir été tranchées par le dernier Ange. Ça valait mieux que de ne combattre qu'avec des moignons, mais c'était loin de la calmer alors que se profilait ce qui serait sûrement le plus rude combat de toute sa vie.

Dos à dos, les deux unités attendirent que les bêtes blanches achèvent leur descente en cercle autour d'elles. Peu avant que les neuf Evas n'atterrissent avec fracas, Shinji et Asuka se ruèrent tous deux en avant, vers celles qui étaient les plus proches d'eux, taclant leurs adversaires avant qu'elles ne puissent se rétablir, encore moins être prêtes à combattre.

Du moins était-ce le plan.

Pas même une seconde après avoir plaqué sa cible au sol, elle sentit la sentit lui décocher une ruade pieds joints dans le dos de sa propre Eva, la faisant aussitôt tomber à la renverse. Elle se servit de l'impulsion pour s'écarter d'une roulade avant de constituer une cible immobile pour les autres, se retournant tout en se relevant.

L'unité qu'elle avait envoyée au tapis s'était déjà remise debout elle aussi, déjà si terriblement proche qu'elle eut à peine le temps d'éviter le coup de l'épée qu'elle maniait encore. À la grande surprise d'Asuka, le coup de pied par lequel elle répliqua fut tout aussi élégamment esquivé par le modèle de production en série souriant, de même que la tentative de lui agripper le bras pour le projeter à terre par laquelle elle enchaîna et où elle ne fit que lui passer devant.

Remarquant du coin de l'œil que deux autres unités la serraient de près et qu'une autre se rapprochait de son câble, elle décida qu'elle ferait mieux de battre en retraite. Shinji devait avoir eu des problèmes identiques car ils se retrouvèrent là d'où ils étaient partis, dos à dos, face aux monstruosités qui les lorgnaient.

« Il y a quelque chose qui ne va pas, là ! Elles ne devraient pas être aussi fortes ! cria Asuka en dégainant son couteau progressif de son holster d'épaule, un geste imité par Shinji.

— Mais je croyais qu'elles t'avaient… ben… » Il baissa tant la voix qu'elle en devint à peine audible au milieu de sa respiration. « …battues… »

Elle balaya rapidement cette idée. « Mais seulement parce qu'elles se sont régénérées. Et à cause des… » Un hoquet se coinça dans sa gorge lorsqu'elle remarqua d'un coup d'œil que les deux qui avaient affronté l'EVA-01 avaient déjà transformé leurs épées. « …lances… Elles étaient loin d'être d'aussi bonnes combattantes alors. À moins que… »

Sa soudaine prise de conscience lui fit sentir le tréfonds de ses entrailles se glacer. Ce n'était pas seulement la mort qu'elles lui avaient donné, c'étaient une destruction totale. Et pour cela, elle sentit une colère froide monter en elle, surpassant même de loin la haine qu'elle avait ressenti à l'époque. « Elles se sont jouées de moi…

— Quoi ?

— Sans le câble, mon énergie allait s'épuiser tôt ou tard, poursuivit-elle d'une voix sourde. Elles savaient que je ne pouvais pas les battre. Alors elles se sont contentées d'attendre, en s'amusant un peu avec moi pendant ce temps-là. Elles voulaient juste alimenter ma fierté pour la faire à nouveau voler en éclats. Elles ont joué avec moi comme un chat avec une souris avant de lui rompre le cou.

— Asuka… béa Shinji, incrédule. T-tu es sûre qu'elles sont vraiment capables de malveillance ? Elles auraient risqué…

— Je me fiche de savoir pourquoi elles l'ont fait ! le fit-elle taire d'un hurlement de rage. Mais je vais le leur faire payer ! »

Sur ce, elle se rua en avant, sans écouter les appels de Shinji l'enjoignant d'attendre, de rester calme et de réfléchir, de dresser un plan. Mais même si ces bêtes blanches devant elle se regroupaient déjà pour l'accueillir, même si elles l'avaient prise par surprise pour la deuxième fois maintenant, elle ne ferait pas marche arrière. Elle les anéantirait, les mettrait en pièces jusqu'à ce qu'elle soit sûre qu'elles ne se relèveraient plus jamais.

Mais c'est alors qu'elle s'arrêta net. Une ombre gigantesque surgit apparemment de nulle part sur le champ de bataille, s'abattant sur l'un des modèles de production surpris et s'écartant d'un bond avant que les autres ne puissent réagir.

« Qu-qu'est ce que c'est que ça ? » s'étonna Asuka, suffoquée.

Shinji, en revanche, reconnut aisément la silhouette massive grise et rouge, mais sa surprise n'en était pas moindre. « Le Jet Alone ?

— Salut la compagnie ! retentit une voix pleine d'assurance à travers le canal. On m'a dit que vous auriez besoin d'un coup de main !

— Toji ? demanda Shinji, déconcerté d'entendre son ami.

— Ouaip, c'est moi. »

Asuka avait encore plus de mal à le croire. « C'est toi qui pilote ce truc ?

— Ma foi, oui… »

-x-

« …et non. Je crois que "contrôler" est un mot plus juste, dit Toji depuis son siège, situé à l'intérieur d'une des chambres dans les profondeurs du quartier général, en adressant un regard à Ritsuko. Mais je crois que le doc peut vous expliquer ça mieux que moi. »

La blonde grimaça en entendant le surnom, mais décida que ce n'était pas le moment d'entamer une dispute. « Comme tu t'en souviens peut-être, Shinji, le JA était censé fonctionner sans pilote, en recevant ses instructions de plusieurs contrôleurs par signal radio. Je me suis contentée de remplacer cette installation simpliste par un contrôle intuitif plus efficace qui ressemble davantage à celui des Evas. »

En effet, le siège de pilote de Toji était un vieux modèle issu des prototypes d'Entry plugs ; il portait même les barrettes d'interface sur sa tête. Mais celles-ci, tout comme les commandes, étaient reliées par des fils à un terminal MAGI à proximité pour permettre aux supercalculateurs de se charger de la conversion des signaux envoyés au robot.

« Mais… commença Shinji, visiblement nerveux parce que, comme le montraient les écrans, les Evas ennemies se rapprochaient à nouveau, maintenant que le moment de surprise était passé. Comment-l'avez-vous récupéré ? Est-ce qu'il n'avait pas été confisqué par le gouvernement après l'incident ? Et encore, je me serais attendu à ce qu'il soit sur l'autre site.

— Tu avais tes secrets, j'avais les miens, intervint Misato par le canal ouvert, s'accordant un petit moment de triomphe dans ce chaos. Mais disons que nous avons un ami commun qui nous a offert ce petit cadeau.

— Nous avons fait notre premier essai lorsque l'interdiction d'accès a été déclarée, expliqua Ritsuko. Juste au bon moment, sinon Toji ne serait jamais arrivé là à temps.

— Il ne l'a jamais manié auparavant ? protesta la voix stridente d'Asuka dans le canal, tandis qu'elle esquivait instinctivement un coup venant de derrière.

— Oh, t'en fais pas, Soryu ! rétorqua Toji d'un ton moqueur. J'ai déjà fait des simulations. Et je crois que je me défends pas trop mal !

— C'est ça, répondit Asuka en souriant après avoir balancé son agresseur par-dessus son épaule. Tâche de ne pas nous gêner !

— Moi, te gêner ? rit le garçon en retour, tirant les commandes d'un coup sec pour faire tournoyer les longs bras autour du robot, frappant deux Evas à la fois. Je te parie que j'en dégomme plus que toi ! »

Ritsuko s'éclaircit la gorge pour rappeler aux adolescents la gravité de la situation. Après tout, c'était un combat dans lequel se jouait la vie ou la mort de la race humaine toute entière, pas une compétition amicale. « Souvenez-vous, le Jet Alone n'a ni A.T. Field, ni la capacité d'en neutraliser un, alors ce sera à vous de vous en occuper, s'adressa-t-elle aux pilotes d'Evas. Mais en contrepartie, il annule l'avantage des lances.

— Gardez aussi en tête qu'il marche à l'énergie nucléaire, reprit Misato, grimaçant légèrement en se souvenant de quand elle avait tenté en vain d'arrêter le colosse. Une explosion atomique n'est pas aussi terrible qu'un Troisième Impact, mais je préfèrerais éviter ça si possible.

— Compris, obtempéra Shinji.

— Alors montrons-leur que le nombre importe peu pour nous ! déclara Toji.

— Pas la peine de me le dire, intervint Asuka. J'ai vu le résultat de ton dernier contrôle de maths. »

Ritsuko secoua la tête. Ah, les gamins…

-x-

« Au rapport !

— Ici l'escouade Shinjo ! répondit Akita dans la radio. Niveau 2 enfin sous contrôle, terminé !

— Qu'est-ce qui vous a pris tant de temps ? » brailla en retour la voix arrogante.

Cela énerva encore plus le soldat. « Il y avait de cette bakélite de partout ! On n'a pas pu trouver de moyen de la contourner alors il nous a fallu tailler dedans ! » Il prit une inspiration, hésitant à exprimer ou non sa colère face à un officier supérieur. « Et ç'aurait été beaucoup plus rapide si nous avions eu les renforts qu'on nous avait promis !

— Nous n'avons pas pu leur faire passer Violette et Rouge. »

Akita soupira. « Ça n'a sans doute plus d'importance, de toute façon. Nous n'avons pas rencontré de grosse résistance depuis qu'ils ont bloqué les premiers niveaux.

— Ça n'est pas vraiment étonnant : la plupart d'entre eux n'ont pas d'entraînement militaire. Ils nous ont probablement balancé tout ce qu'ils avaient avant d'aller se planquer.

— Non, monsieur, je voulais dire que nous n'avons vraiment pas rencontré beaucoup de gens. » Il fit une pause, cherchant des yeux le reste de son escouade. « Vous croyez que c'est un piège ? »

-x-

Gendo Ikari n'était pas homme à sourire ouvertement dans la simple attente de ce qui allait suivre, mais il se sentait assurément jubilant en traversant les couloirs obscurs du Terminal Dogma, une indéniable accélération dans le battement de son cœur alors qu'il s'approchait de son but. Il était maintenant si proche, des années de travail portant enfin leur fruit. Une fois qu'il aurait récupéré Rei, ce ne serait plus qu'une question de minutes avant qu'il ne la revoie enfin.

La dernière porte s'ouvrit en coulissant.

« Je savais que je te trouverais… » Il s'interrompit en réalisant son erreur. La salle était vide, seuls les restes des clones flottaient dans le réservoir de LCL toujours éclairé.

Il avait été sûr qu'elle serait là, revenue sur les lieux de sa naissance une dernière fois. Peut-être était-il en avance, tandis qu'elle était encore en train de se préparer à quitter sa forme physique, neutralisant son propre A.T. Field. Mais ne l'aurait-il pas remarquée sur le chemin, dans ce cas ?

Il tourna les talons, accélérant le pas en se mettant à sa recherche dans la zone sécurisée. Son cœur cognait toujours aussi fort, mais ce n'était plus à cause de l'allégresse. L'incertitude et la crainte l'emplissaient maintenant.

Elle devait être là ! C'était le but de son existence, sa destinée ! Chaque fibre de son être devait être en train de l'attirer ici à présent. Le fait que les services de renseignement de la NERV n'aient pas pu la retrouver voulait forcément dire qu'elle était descendue dans le Terminal Dogma ! Elle était forcément là quelque part !

Mais où qu'il cherchât, près des bassins, dans sa chambre de mise au monde, dans le cimetière, dans les vieux laboratoires, elle était introuvable.

Tout le long, une pensée trop horrible pour être vraie le hantait : "Le garçon aurait-il eu raison ?"
Et si la SEELE avait mis la main sur elle bien avant qu'ils ne lancent leur attaque ? Même s'il lui était resté des copies, il n'aurait pas eu le temps de la ressusciter. Mais même si ses services de renseignement avait reçu l'ordre de ne pas le déranger avec des choses insignifiantes, il l'aurait tout de même su si quelque chose lui était arrivé — à elle ou aux agents veillant sur sa sécurité. D'un autre côté, ils s'étaient avérés avoir déjà perdu les pilotes de vue auparavant. Se pouvait-il qu'il ait plus de traîtres dans ses rangs qu'il n'en connaisse ?

Quoi que ce soit qui avait empêché Rei de venir à lui, il ne pouvait plus rien faire pour la ramener ici. Et sans elle, tout lui échappait des mains, tout ce pour quoi il avait travaillé, si proche que d'ores et déjà il aurait presque pu le toucher.

Ce n'était tout simplement pas possible…

Il haletait sous l'effort de sa recherche alors que déjà il atteignait la gigantesque salle qui avait été censée être le lieu de la renaissance pour la deuxième fois. Mais comme auparavant, il n'y avait personne d'autre que lui et la créature blanche crucifiée qui pendait de manière inerte sur sa croix dans le lac de LCL.

Aucune trace de Rei…

Il tomba à genoux, physiquement épuisé, mais surtout moralement vidé. Si proche…

En levant les yeux vers le visage du géant, les sept yeux de son masque lui renvoyèrent son regard. Ils semblaient lui marquer l'âme au fer rouge, se moquant de lui et de sa stupidité. Lilith était peut-être emprisonnée, impuissante face à leurs sondages, à leurs tests, à leurs expériences pour acquérir sa puissance. Mais maintenant c'était comme si elle se riait de lui pour avoir cru qu'il pouvait y parvenir. Jamais auparavant il n'avait réalisé à quel point cela avait été inutile, à quel point il était inférieur, même avec toute la science de l'humanité derrière lui, face à ce dieu.

Il y avait une démangeaison dans la paume de sa main droite, un désir qui remuait en lui de l'accomplir par lui-même, d'amorcer la connexion sans intermédiaire, mais Gendo avait assez de discernement pour ne pas écouter les tentations d'Adam. Il n'aurait aucune chance de le contrôler.

À ce moment précis, il sut que tout ce qu'il avait espéré et pour quoi il avait œuvré, tout que qui l'avait poussé à continuer durant toutes ces années, tout ce pour quoi il avait sacrifié son humanité, avait été pour rien.

Parce que celle qui avait toujours été la pièce la plus fiable dans son jeu avait trahi ses espérances.

Il avait perdu en fin de compte. Leurs défenses finiraient par être débordées. Rien ne pourrait empêcher éternellement la force stratégique d'autodéfense de pénétrer dans les domaines les plus sacrés du quartier général.

Mais lorsque sa main se referma sur l'acier froid dans sa poche, il se rendit compte qu'il lui restait peut-être une autre manière de revoir Yui.

Et, tandis qu'à plusieurs centaines de mètres au-dessus de lui, les fusils et les armes des soldats retentissaient dans les couloirs et les coursives, un unique coup de feu résonna dans le Terminal Dogma.

-x-

La surprise de l'ennemi inattendu s'étant depuis longtemps dissipée, les neuf modèles d'Evangelions produites en série ne montraient aucune hésitation, et encore moins de respect, face aux guerriers de la NERV. Contrairement à la première bataille d'Asuka contre ces créatures, elle n'attendaient pas d'attaquer l'une après l'autre. Elles avançaient en groupe, mais pas simplement à trois contre une — une fois que l'un des trois ennemis avait été attaqué, elles passaient au suivant, indifféremment de si elles avaient porté un coup ou été repoussées avec succès, ayant parfois même reçu elles-mêmes un coup de pied ou de couteau progressif.

De cette manière, elles obligeaient les pilotes à se défendre contre une nuée apparemment sans fin, sans la moindre chance de se concentrer sur l'une d'elles pour lui infliger des dommages notables. Certaines accéléraient même les choses en déployant à nouveau leurs ailes et en agitant leurs lames géantes d'au-dessus en direction de leurs adversaires cloués au sol. Inutile de dire que la pilote rousse en particulier était loin d'être enchantée par cette situation.

« Bon DIEU ! jura-t-elle sous le coup de la frustration en évitant de justesse de se faire décapiter tandis que sa propre arme ne faisait rien d'autre que fendre l'air une fois de plus. Si ça se trouve, vous devriez me laisser seule tous les deux, je me débrouillais mieux contre elles par moi-même !

— Asuka ! parvint à protester Shinji, malgré ses propres difficultés avec les bêtes blanches. Ne dis pas des choses pareilles !

— Il n'empêche qu'elle n'a peut-être pas tout à fait tort, médita Misato à voix haute à travers le canal. Si vous vous dispersiez un peu plus, elles seraient obligées de changer de méthode. Par contre ne vous éloignez pas trop les uns des autres, au cas où l'un de vous ait besoin de renforts si elles prévoient de se focaliser toutes contre un seul.

— Plus facile à dire qu'à faire ! lança Asuka en retour.

— Pourquoi ne se servent-elles pas de ces lances ? » se demanda Toji. Bien qu'il ne soit pas en danger immédiat comme Shinji et Asuka, il faisait tout autant d'efforts pour maintenir indemne son avatar géant. Ce n'était pas seulement dû à l'immersion qui était loin d'être aussi profonde que lors de sa brève expérience avec l'EVA-03. Mais il était là pour aider, pas juste pour voir son robot se faire mettre en pièces sans éliminer au moins l'une de ces saloperies pour ses amis.

— Probablement qu'elles ne veulent pas prendre le risque de se blesser mutuell- MERDE ! » La fin de la phrase d'Asuka fut noyée par les signaux d'alerte lorsque son compte à rebours s'enclencha. Derrière elle, jusque là passée inaperçue dans la confusion générale, se tenait l'une des bêtes souriantes, sa lame encore abattue entre les deux moitiés du câble ombilical fraîchement tranché. « Très bien ! Ça suffit ! »

Mue par la rage, Asuka ne tenta pas de parer le coup suivant. Au lieu de ça, elle se rua sur l'Eva avec un cri de guerre sauvage, lui flanquant un coup de tête avant qu'elle ne puisse frapper. L'impact de l'Evangelion rouge percutant sa poitrine fit perdre à l'unité surprise son arme vers laquelle Asuka plongea aussitôt tandis que son adversaire était distrait.

« Asuka, du calme, implora Shinji alors qu'elle se mettait à fouetter furieusement l'air de sa lame, chassant les assaillant en les obligeant à rester plus à distance d'elle. Pense à ton énergie ! Tu ferais mieux de…

— De quoi ? aboya-t-elle en retour. De me mettre à l'abri et de vous laisser vous en charger ? Ne sois pas ridicule ! Il me reste encore quatre minutes et demie pour les vaincre !

— Asuka… tenta une fois de plus Shinji, mais il laissa tomber. Promets-moi juste que tu te serviras des vingt dernières secondes pour te sortir de là ! »

Observant l'échange, Toji en manqua presque le modèle de production en série qui ignorait la nouvelle menace que représentait l'EVA-02, planant en piqué vers le JA. Presque.

Il plongea de côté pour éviter l'impact, déployant son bras simultanément. L'unité fut abruptement stoppée lorsque la main métallique empoigna l'une de ses ailes. Toji se servit de l'inertie du JA pour balancer l'Eva dans l'intention de la projeter contre une falaise montagneuse à proximité. Cependant, un bruit de déchirure sonore annonça l'échec de son plan, bien que ce ne soit pas en sa défaveur. Avec une aile en moins, l'unité s'écrasa au sol, le corps blanc faisant plusieurs tonneaux, sa masse s'enfonçant dans le sol avant qu'il ne percute un petit tas de rochers contre lequel il demeura inerte.

« Whaou ! se félicita Toji. C'est la première à terre !

— Pas encore assez à terre ! » Le cri d'Asuka ne la précéda que d'une fraction de seconde avant qu'elle ne bondisse devant le JA avec son Eva sur l'unité apparemment inactive, enfonçant profondément la pointe de la lame dans le koa rouge. Des étincelles volaient tandis qu'elle la poussait de plus en plus profond, les fissures se multipliant sur la surface lisse. L'Eva pas si morte que ça se raidit soudain dans un spasme accompagné d'un cri perçant, ses bras se tendant vers son assaillante — et retomba mollement pour de bon lorsque le koa se brisa en mille morceaux.

Un sourire dément mais plus que satisfait s'étala sur le visage de la fille pantelante tandis qu'elle se retournait. « Erster… »

-x-

Moins d'un instant après, une clameur se fit entendre dans la salle de réunion du conseil de la SEELE. « Ils ont détruit l'EVA-09 ! Comment est-ce possible ?

— La nouvelle génération était censée être invincible ! Même les koas n'auraient pas dû cesser de fonctionner avant d'être endommagés à plus de 63 pour cent !

— Tout est perdu ! Comment allons-nous commencer la cérémonie maintenant ?

— Il n'y a pas de raison de paniquer ! Nous avons encore un substitut sur le champ de bataille.

— Un substitut qui n'est pas de notre côté et n'a pas la puissance nécessaire !

— Ça n'a pas d'importance. Si nous sommes vainqueurs, nous pourrons soustraire Adam et Lilith à Ikari. Nous construirons une nouvelle Évangelion pour prendre la place de celle qui a été vaincue. La cérémonie ne sera qu'ajournée.

— En construire une nouvelle ? Facile à dire pour vous ! Mais si d'autres tombent ? Mon pays a dépensé toutes ses ressources pour construire celles que nous avons maintenant ! Et je sais pertinemment que nous ne sommes pas les seuls !

— Je suis d'accord. Par contre, relancer le programme spatial nous coûterait moins cher. Nous pourrions récupérer la Lance originelle !

— La Lance ne nous servira que si nous sommes vraiment vainqueurs ! Nous avons commis une erreur en plaçant tous nos espoirs dans cette attaque ! Nous avons été trop imprudents et nous avons sous-estimé ces enfants !

— Comment pourrions-nous perdre ? Nous n'avons perdu qu'UNE unité ! Nous leur sommes toujours de loin supérieurs en nombre !

— Ne nous disputons pas maintenant ! Nous pourrons toujours nous adapter à cette situation une fois que nous aurons gagné cette bataille.

— Tout à fait. Avons-nous des nouvelles de cette escadron renégat qui a été repéré ?

— Nous avons d'autres sujets de préoccupation que quelques ADAV manquant à l'appel ! »

La discussion s'échauffa de plus en plus, les bavardages se recouvrant, chacun ayant depuis longtemps perdu le fil de qui avait dit quoi derrière leurs hologrammes anonymes.

Dans la confusion qui s'ensuivit, cependant, nul ne remarqua que le monolithe portant l'inscription "SEELE-01" demeurait silencieux.

-x-

« Monsieur ! cria le pilote de l'ADAV par-dessus le rugissement des moteurs. Nous approchons de Tokyo-3 ! »

Kaji se contenta de signaler qu'il avait bien compris et reprit sa contemplation par la fenêtre. L'annonce n'avait pas vraiment été nécessaire : même à plusieurs kilomètres de distance, il était difficile de manquer le combat entre les géants maintenant au nombre de onze. Il ressentit de la fierté en voyant que Katsuragi avait découvert et fait bon usage de son cadeau. Mais ils étaient toujours inférieurs en nombre et il était difficile de dire si l'expérience de Shinji et Asuka et l'élément de surprise sous la forme du JA suffiraient contre les capacités des Evas de série.

« Y'a-t-il moyen de les arrêter ? » demanda-t-il à Sakamoto, le chef de l'escouade qui l'accompagnait.

Le moins qu'on puisse dire était que la plupart des soldats n'étaient pas très enthousiastes à l'idée d'aller affronter leurs propres camarades. Mais certains qui savaient dans une certaine mesure de quoi il retournait étaient heureux de mettre fin à ce qui était à même de devenir la plus grande honte de la SAD. Sakamoto d'ailleurs avait été censé faire partie de la section d'assaut, mais avait refusé, réticent à tuer tous ceux qui se présentaient, qu'ils soient des civils désarmés ou même des enfants.

"Si cela avait signifié la fin du monde, au moins je serais parti en homme et non en monstre", avait-il dit à Kaji. Étant donné la situation délicate, ils n'avaient pas eu à craindre de passer devant un tribunal pour leur insubordination, mais ils avaient été confinés à leur base sous embargo total. Mais cela lui avait fourni trois escouades entières qui étaient maintenant en chemin vers la zone de combat et d'autres qui suivaient de près.

« J'ai bien peur que non, répondit Sakamoto en secouant la tête. Elles ne sont pas sous notre contrôle.

— C'est bien ce que je craignais, marmonna Kaji en regardant l'EVA-02 parer un coup de pied porté à sa tête. Alors bonne chance, les jeunes… »

Il était sur le point de s'écarter de la fenêtre quand quelque chose attira son regard dans un parking non loin en-dessous d'eux. « POSEZ-VOUS SUR CETTE ROUTE TOUT DE SUITE ! hurla-t-il au pilote sans hésiter en se ruant sur la porte de la cabine.

S'assurant à la hâte, il s'empara du fusil d'un soldat surpris à côté de lui, puis s'accrocha et enfonça le bouton d'ouverture. La décompression le saisit aussitôt, tentant d'aspirer vers l'extérieur tout ce qui se trouvait dans la cabine, mais il tint bon et visa. Curieusement, il ne semblait y avoir qu'un seul soldat brandissant une arme, au lieu des trois qu'il avait cru voir auparavant, mais la touffe de cheveux bleus était reconnaissable entre toutes. Il n'était pas sûr de savoir ce qu'elle faisait si loin là-dehors, mais ce n'était pas le moment de réfléchir. Les deux premiers tirs manquèrent leur cible à cause de la distance et du mouvement de l'appareil, mais le troisième l'atteignit. Apparemment pas mortellement, mais de toute façon, tout ce qu'il voulait était gagner du temps. Ce n'est qu'alors qu'il remarqua que les deux hommes qu'il avait remarqués auparavant gisaient déjà à terre.

Quelques secondes plus tard, l'ADAV était assez bas pour qu'il puisse en sauter en toute sécurité et Kaji courut vers le parking, suivi de Sakamoto et de quelques autres membres du groupe.

Rei semblait les attendre.

« Je vous suis reconnaissante de votre aide, M. Kaji, le remercia-t-elle solennellement, tandis que les soldats se précipitaient vers leur camarade blessé et ceux qui étaient apparemment morts.

— Il n'y a pas de quoi, fit l'homme à la queue de cheval, indifférent à ses remerciements. Même si ça m'a fait une sacrée surprise de te voir ici.

— J'ai tenté de fuir avant qu'ils n'attaquent, reconnut calmement Rei. J'étais sûre que le quartier général ne serait pas sûr. »

Kaji la regarda longuement mais comme à son accoutumée, son langage corporel n'en disait pas plus long que ses paroles. « Je ne parlais pas vraiment de raisons de te mettre en sécurité…

— Je… » Contre toute attente, elle fit exception à la règle en baissant les yeux au sol. « J'avais mes raisons de ne pas… assister le commandant. »

Estimant qu'il n'en tirerait pas davantage pour le moment, il hocha la tête. « Très bien dans ce cas, ça devrait nous simplifier les choses. Sakamoto ! cria-t-il à l'officier. Est-ce qu'on a de la place pour une passagère ?

— J'ai bien peur qu'on soit déjà un peu serrés avec ces trois-là ! » répondit le soldat en désignant ses camarades abattus qu'on amenait à l'ADAV.

Kaji se gratta le menton, réfléchissant un instant lorsque son regard s'arrêta sur la jeep de la patrouille qui avait été arrêtée là de manière si radicale. Ils n'en auraient sans doute plus besoin, n'est-ce pas ?

« Vous croyez que vous pourrez mettre fin à ça tous seuls ? lança-t-il une fois de plus. C'était une question franchement rhétorique, vu qu'il n'était guère plus qu'un passager lui-même, sans véritable influence sur les troupes de la SAD. Mais une part de lui espérait probablement entendre un « non », rien que pour se sentir utile.

Celui-ci, évidemment, ne vint pas, Sakamoto levant le pouce à la place.

« Bon, d'accord. » Kaji se retourna vers Rei. « On va prendre cette jeep et je t'emmènerai où tu veux jusqu'à ce que ce soit fini. »

Rei hocha la tête mais ne fit pas mine de le suivre lorsqu'il partit en direction du véhicule. « Pourriez-vous amener la voiture de l'autre côté du bois ? Je ne veux pas repasser par ces lieux.

— Heu, bien sûr, s'étonna-t-il en la voyant se diriger vers le bosquet d'arbres tout proche entre le parking et la route, mais pourquoi ne pas tout simplement t'emmener avec moi tout de suite ? »

Elle s'arrêta brièvement. « Je dois aller chercher quelqu'un.

— Quoi…? »

-x-

La perte de l'une de leurs camarades avait forcé les Evangelions de série à adopter une nouvelle stratégie. Au lieu de maintenir leurs proies en place et de les attaquer toutes en même temps, elles formaient maintenant des groupes pour les séparer en attaquant beaucoup plus férocement. Les lames avaient disparu en faveur des lances, à part celles des deux unités qui s'en prenaient au Jet Alone. Lorsqu'une tentative d'embrocher le robot n'avait fait qu'érafler l'épaisse armure, elles avaient vite fait reprendre à leurs armes leur forme précédente.

« Hé, Asuka ! cria Toji à la rousse qui se défendait toujours contre ses trois adversaires avec l'épée dont elle s'était emparée. Pourquoi tu ne transformes pas ce truc aussi ? Je croyais que les Evas étaient allergiques à ces lances.

— Bien sûr, pas de problème », répondit Asuka, le sarcasme clairement audible dans sa voix, tandis qu'elle lançait son couteau progressif maintenant obsolète en plein dans la tête de l'une de ses ennemies. Comme il fallait cependant s'y attendre, la bête blanche ne fit que tituber légèrement sous l'impact, apparemment pas du tout gênée par l'acier planté dans sa cervelle. Mais cela constitua une diversion suffisante pour qu'Asuka lui enfonce son épée dans l'épaule, parvenant à trancher le bras de l'Eva avant qu'elle ne puisse se dégager. « Dis-moi juste comment !

— Comment se fait-il qu'elles ne les lancent pas ? » se demanda Shinji. Il était de loin le plus en difficulté actuellement, se défendant contre trois Evas avec seulement son couteau progressif. Inutile de dire qu'il était plus occupé à esquiver les coups de lance qu'à autre chose, tentant de rester autant que possible à distance d'elles. « Comme ça je pourrais au moins essayer d'en choper une !

— Tu viens probablement de répondre à ta propre question, lui fit remarquer Misato à travers le canal. Elles veulent — HÉ ! Toji, attention ! »

Les deux unités volantes piquèrent sur le JA par derrière, l'empoignant par les épaules et les tiges qui dépassaient de sa tête. Apparemment, elles avaient prévu de l'envoyer s'écraser contre une montagne ou de le laisser tomber de haut pour s'en débarrasser facilement une fois qu'il aurait perdu son précieux contact avec la terre ferme. Mais elles ne parvinrent qu'à traîner le lourd géant au sol sur une courte distance avant que Toji ne réagisse en agitant l'un des bras élastiques du robot.

Bien qu'il ne puisse pas frapper très fort dans la position où il était, la proximité des deux assaillantes s'avéra fatale pour elles. L'unité frappée dévia de sa trajectoire et s'écrasa contre l'autre, les envoyant toutes deux à terre quand leurs ailes s'emmêlèrent.

De son siège, Toji eut un sourire triomphant. « Hé. Vous ne m'aurez pas si facil… » Sa raillerie s'éteignit lorsqu'il vit que la seule réaction du robot à sa dernière manœuvre fut de s'affaisser en avant et de s'immobiliser complètement. Il actionna les commandes encore et encore, mais toujours rien. « Pourquoi ça marche plus ?! »

La grimace d'Akagi qui regardait les écrans de contrôle lui en dit aussitôt plus long qu'il n'en avait besoin. « On dirait qu'elles ont endommagé les tiges de contrôle avec cette dernière attaque. La force du signal est inférieure à cinq pour cent ! »

Toji retomba sur son siège, non pas de décontraction mais de pure fureur. Être battu à cause d'un dommage aussi mineur, rendu impuissant et obligé de regarder tandis que ses amis étaient en train de défendre leurs vies. En grognant, il libéra sa frustration en frappant du poing les commandes maintenant inutiles.

« Désolé les gars, marmonna-t-il. On dirait que vous allez devoir vous occuper du reste tous seuls. »

-x-

« Misato ? Ritsuko à l'appareil, dit la blonde dans son téléphone portable en descendant dans les profondeurs du complexe d'un pas un brin plus rapide que d'habitude. Oui, je sais que tu es "un peu occupée" ! Mais tu sais que je t'ai dit que j'avais aussi autre chose à faire, et maintenant que notre jouet est cassé, il faut vraiment que j'y aille… Quoi ? Oui, j'allais justement y venir : je voulais juste savoir si le commandant s'est montré depuis la dernière fois ? » Elle ferma les yeux en entendant la réponse négative, réprimant un juron. « Ouais, c'est bien ce que je craignais. Mais merci quand même. »

Elle mit fin à la connexion en poussant un soupir furieux.

« Et merde, laissa-t-elle finalement échapper, touchant la télécommande dans la poche de sa blouse blanche en pénétrant dans l'ascenseur qui la conduirait au Terminal Dogma. Je voulais qu'il voie ses espoirs ruinés, pas me faire enterrer avec. »

-x-

Asuka resta saisie d'horreur tandis que les souvenirs l'accablaient. Une troisième unité avait retrouvé les deux qui avaient terrassé le Jet Alone, et d'autres encore arrivaient des autres groupes. Elles n'avaient aucune intention de dévorer leur proie métallique, mais prenaient un plaisir sadique à enfoncer leurs griffes dans le robot impuissant, le réduisant en pièces détachées. Et elle le sentait, le sentait comme si c'était son Eva, sa propre chair et ses propres os qui étaient à nouveau déchiquetés.

Le choc ne dura que quelques secondes, mais celles-ci furent déjà trop longues. Elle bougea, mais pas assez vite.

Son épaule explosa de douleur.

L'impact de la lance qui la transperça la projeta en avant, envoyant son Eva s'écraser à terre. La surprise ne dura guère, mais la douleur subsista. Sa respiration se réduisit à des halètements tandis qu'elle se morigénait en silence pour ne pas avoir remarqué la menace à temps. Maintenant que ses instincts combattants étaient revenus, elle voulut vite porter le bras valide de son Eva à cette maudite pique qui lui empalait l'épaule gauche, la clouant au sol, l'immobilisant dangereusement dans l'agitation de la bataille.

Mais sa tentative de se libérer fut aussitôt interrompue. Levant les yeux, elle vit une énorme main blanche saisir le poignet rouge de l'EVA-02 — ainsi que le sourire tordu et ignoble de sa propriétaire. Six chocs sourds firent trembler le sol autour d'elle, ne laissant aucun doute sur l'arrivée de ses renforts.

Elle sourit tristement tandis que son regard se posait sur son annulaire, où un léger renflement étirait sa plug suit. "Baka… Je t'avais bien dit que ça portait malheur de faire ça avant."

Elle se retint de gémir en sentant les griffes s'agripper à l'armure de son Eva, mais y parvint tout juste. Le pire avec la mort était de savoir que vous étiez sur le point de mourir. La perte de son existence ; toute forme de bonheur emportée, ainsi que toute chance de le retrouver.

Elle ne voulait pas mourir. Pas maintenant, pas comme ça.

Mais elle savait combien les chances que Shinji les batte toutes à temps s'il venait à son secours étaient minces. Elle ne pouvait qu'espérer qu'il finisse au bout du compte par l'emporter, que lui au moins puisse continuer à vivre avec tout le monde. Et peut-être pourrait-elle enfin voir…

Sa peur avait disparu. Il y avait une sensation, une sensation de fierté et d'amour. Mais il y avait également autre chose, quelque chose qui ressemblait à… de la tristesse ?

"Au revoir ?"

Lorsqu'elle comprit soudain, il était déjà trop tard.

-x-

Dès que Shinji se fut assuré qu'il avait mis assez de distance entre lui et l'unité qui le poursuivait, il fit à nouveau pivoter l'EVA-01 pour voir où étaient soudain passées les deux autres. Mais ce qu'il vit le figea instantanément sur place.

Shinji ne voulait pas voir ça. Mais il ne pouvait pas non plus détourner le regard. À ce moment précis, il était incapable de faire quoi que ce soit. Il ne pouvait même pas cligner des yeux.

Shinji ne voulait pas voir ça. Mais il vit tout.

Il vit les Evas de série tenter d'échapper aux flammes. Il vit chacune d'elles se faire rattraper par l'explosion qui les expédia dans l'enfer qu'elles méritaient. Mais ça n'avait plus d'importance.

Il vit l'EVA-02 s'autodétruire.

« A… Asu… Ah… » Ce n'était même pas un murmure, juste un râle. Il ne réalisa même pas que c'était lui qui avait émis ce son.

Ils avaient su que ça risquait d'empirer avec leurs changements. Ils l'avaient toujours su. Mais il n'avait jamais voulu voir…

Ce n'est que lorsque quelque chose tira son Eva par le bras, le projetant au sol, qu'une part de lui-même se rappela vaguement de l'ennemi qui l'avait harcelé et était maintenant penché sur son unité.

Un autre de ces monstres blancs. À cause d'eux… C'était à cause d'eux qu'Asuka… Asuka…

La bête n'eut rien le temps de voir venir.

Les mains de l'EVA-01 lui empoignèrent le cou avant qu'elle ne puisse seulement songer à esquiver. De plus en plus fort, elles serrèrent. Peut-être la bête tentait-elle de riposter, mais Shinji ne sentait pas les coups. Il ne ressentait rien d'autre que de la haine.

Le blanc éclatant fut maculé de sang lorsque le cou se déchira sous la pression impitoyable. Il hurla en rejetant le corps sans vie loin de lui, hurla sa perte et sa haine à la face du monde en se relevant, hurla pour réclamer l'instrument qui les ferait payer !

C'était de leur faute ! À tout le monde ! Tout le monde…!

Ça n'avait plus d'importance. L'homme qu'il était devenu pour elle. Ce qu'ils avaient accompli ensemble. Leur famille… d'abord Aki… et maintenant elle aussi…

Ça n'avait plus d'importance. Pas même s'il en devenait la cause. Au moins — peut-être — pourrait-il alors les revoir. Et peut-être lui pardonneraient-elles.

« Tu vas m'aider, pas vrai… maman ? »

-x-

Le choc ne quittait pas le visage de Maya tandis qu'elle regardait l'affichage montrant le cratère à l'endroit où s'était trouvée l'EVA-02 quelques instants plus tôt à peine. Elle n'avait jamais été si proche que ça des enfants, mais elle avait toujours sympathisé avec eux. Après tout, c'étaient eux qui combattaient pour eux : de simples adolescents qui risquaient leur vie avec le sort de l'humanité reposant sur leurs épaules. Et maintenant ils avaient perdu l'un d'eux.

Cependant, une alarme assourdie attira son attention avant qu'elle ne puisse se laisser complètement submerger par la culpabilité et le chagrin. « Le… le taux de synchronisation de Shinji augmente… »

-x-

Une douleur lancinante lui fit émettre un grognement tandis qu'elle se forçait à ouvrir les yeux, la tête lui tournant encore. Comme si la blessure causée par la lance n'avait pas été assez douloureuse, le LCL n'avait pas pu absorber complètement le choc lorsque la plug s'était écrasée contre une falaise à proximité pour la dévaler aussitôt en roulant jusqu'à ce que la forme cylindrique s'immobilise enfin.

Elle tendit son bras valide vers la poignée de l'écoutille d'urgence, se soulevant de son siège de pilote. Contrairement à l'extérieur qui devait être échauffé par la friction à un point quasi insupportable, l'intérieur était à peine affecté car le LCL dedans dissipait rapidement le gros de la chaleur. Le reste était tempéré sans problème par la plug suit, mais ça ne rendait pas les choses plus faciles pour ouvrir manuellement l'écoutille, surtout quand vous ne pouvez vraiment vous servir que d'une main.

En fin de compte, elle parvint à ouvrir le panneau, impatiente de voir ce qui s'était passé dehors durant la minute qu'elle avait manqué.

Elle souhaita presque ne pas l'avoir fait.

-x-

Misato avait entendu l'annonce de Maya, mais elle parvenait à peine à maintenir le professionnalisme toujours nécessaire dans cette situation critique. L'explosion de l'EVA-02 lui avait déchiré un trou dans le cœur par lequel s'engouffrait la sensation de vide. Elle n'arrivait même pas à s'imaginer ce que Shinji pouvait ressentir en ce moment précis. Et elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir d'avoir apparemment abandonné le combat.

Même si ça signifiait la fin du monde.

-x-

L'EVA-01 emplissait la majeure partie de son champ de vision, poussant un hurlement assourdissant en direction du cratère à l'emplacement duquel sa propre Eva s'était tenue. Le géant était trop proche pour qu'elle puisse voir sa figure, très haut au-dessus d'elle, mais elle n'avait aucun mal à s'imaginer les yeux luisants de la créature démoniaque.

Elle tendit précipitamment le bras à l'intérieur de la plug l'espace d'une seconde, afin d'activer le système de communication avant qu'il ne se retrouve à nouveau perdu à l'intérieur, probablement de manière définitive.

« Shinji, calme-toi ! J'ai été éjectée juste à temps ! »

Mais s'il pouvait l'entendre, il n'eut aucune réaction.

-x-

La voix surprit tout le monde dans le centre de contrôle, quoique le soupir de soulagement de Misato fut de loin le plus fort de tous. Cependant, cela ne dura que le temps que Maya mette à jour son rapport.

« Taux de synchro toujours en augmentation, il approche des 100 pour cent !

— Pourquoi ne s'arrête-t-il pas ?! s'exclama Misato en pivotant sur place. Il ne l'a pas entendue ?

— Elle a dû ouvrir accidentellement le canal pour nous seuls ! l'informa Shigeru d'un ton anxieux.

— Alors dites-le lui ! »

Mais il se contenta de secouer la tête. « J-je ne crois pas qu'elle puisse nous entendre par-dessus tout le bruit qu'il y a là-dehors », répondit-il avec résignation.

Elle voulait déjà modifier cet ordre mais Makoto l'interrompit. « L'A.T. Field s'étend ! »

-x-

Ses cheveux se mirent à flotter sous un vent étrange qui semblait se renforcer avec les cris inhumains de l'Eva. Osant regarder autour d'elle, elle remarqua en effet la poussière et les débris qui tournoyaient dans l'air, les arbres se courbant pour former un cercle, faisant paraître l'unité violette comme étant non seulement l'épicentre, mais aussi la source même de la tempête glaciale.

« Je vais bien, Shinji, du calme ! » hurla-t-elle dans le canal avec une nervosité accrue.

Une étrange secousse parcourut son corps, lui faisant à nouveau lever les yeux. L'Eva s'était à nouveau libérée de l'armure qui l'entravait, exposant à l'air libre son koa rouge. Sa bouche béa avec un hoquet choqué lorsqu'un A.T. Field comme elle n'en avait jamais vu auparavant jaillit du dos de l'Eva tel des ailes difformes tandis que celle-ci tendait les bras de côté, penchée en arrière comme pour accueillir à bras ouverts quelque chose venant d'en haut.

Et ce quelque chose transperçait déjà les nuages.

-x-

« Quelque chose approche en provenance de l'atmosphère à une vitesse phénoménale ! »

C'était la dernière chose dont Misato avait besoin maintenant.

« Dépêchez-vous donc de la mettre en ligne ! »

-x-

« BON DIEU, BAKA SHINJI ! ARRÊTE ÇA TOUT DE SUITE ! »

-x-

"Asuka…?"

-x-

Des mains géantes et tachées de sang stoppèrent le vol de la Lance de Longin en un instant.

Celle-ci lutta contre la prise, si proche de son but, quelques mètres à peine séparant son extrémité pointue du cœur rouge qui l'avait appelée à lui avec son énergie infinie. Mais le nouveau maître de la Lance ne souhaitait plus détruire.

Au lieu de ça, elle fut enfoncée dans le modèle de production en série partiellement décapité qui venait de se remettre sur ses pieds, passant à travers le corps blanc avec aisance, transperçant directement son complexe S2. L'EVA-01 ne se retourna même pas pour le regarder glisser mollement de l'arme rouge.

Ses yeux brillants examinèrent le sol autour du cratère que l'explosion avait laissé. Il ne restait rien d'identifiable comme appartenant spécifiquement à l'EVA-02, mais il y avait quelques morceaux blancs éparpillés, une main ici, la moitié d'une tête là.

Une avait apparemment survécu à la déflagration après tout, tentant de s'éloigner en rampant à l'aide de son bras droit, le seul membre qui lui restait. Il n'en restait d'ailleurs guère plus que ce bras brûlé et un torse dont le gros de l'armure avait disparu. Elle s'immobilisa lorsque l'EVA-01 plongea la Lance dans son koa clignotant.

Enfin, à quelque distance de là, se trouvait la forme cylindrique d'une Entry plug, une minuscule silhouette rouge la tête passée au dehors. La silhouette en bondit complètement en faisant de grands signes au géant.

Il lui fut impossible cependant de voir son expression stupéfaite lorsque l'Evangelion déploya ses ailes énergétiques et s'élança dans les airs, s'élevant de plus en plus haut.

-x-

« Ça va aller maintenant ?

— Oui. Elle va bien. C'est tout ce qui compte pour moi. Mais… » Shinji détourna le regard. « …est-ce vraiment nécessaire ?

— Il ne doit pas rester une seule Eva. Ce n'est qu'une fois qu'elles — et la Lance de Longin — auront disparu que le monde aura une chance. Shinji, tu sais qu'il le faut, n'est-ce pas ? »

Il hocha la tête. « Tant que le soleil, la lune et la terre existeront, tout ira bien », récita-t-il. Pourtant son sourire, même triste comme celui-là, s'effaça lorsqu'il releva la tête. Se séparer de quelqu'un d'important arrivait toujours trop brusquement. « Mais est-ce que tu le veux vraiment ? Est-ce que tu veux vraiment demeurer là-haut pour l'éternité ? Ne vas-tu pas te sentir… seule ?

— Non… lui parvint la réponse sincère. Parce que je t'aurai toujours avec moi dans mon cœur. » En souriant fièrement, elle lui caressa la joue. « Au revoir, mon fils. Prends soin de ceux que tu aimes : ta petite famille, tes amis. Sois toujours présent pour ceux qui ont besoin de toi. Au revoir…

— Au revoir… maman… »

-x-x-x-x-x-x-x-x

-x-x-x-x-x-x-x-x

Quand Shinji ouvrit les yeux, sa première réaction fut de les refermer aussitôt devant la lumière aveuglante et intrusive. Il attendit une seconde avant de les cligner par deux fois jusqu'à ce qu'il se retrouve à contempler l'étendue blanche au-dessus de lui. « Un plafond inconnu…

— Tu devrais bien le connaître depuis le temps… »

Surpris par la voix inattendue, il tourna la tête. Asuka était assise sur le lit à côté du sien en lui souriant. À part les bandages autour de son épaule qui la forçaient à porter son bras en écharpe, seuls quelques sparadraps couvraient de légères ecchymoses sur son corps. À part ça, elle semblait en parfaite santé.

« Je ne sais pas, j'ai l'impression qu'il a été repeint… » plaisanta-t-il d'un ton pince-sans-rire en se redressant sur son séant.

Asuka se releva de son matelas et s'approcha de lui, l'embrassant sur le front.

« Bonjour, paresseux. On est déjà l'après-midi, tu sais ? railla-t-elle avec affectation. Franchement, tu n'as que quelques bleus après avoir été éjecté avec ta plug à quelques centaines de mètres d'altitude à peine, alors que je me suis fait cogner plus souvent et bien plus fort, sans parler de mon épaule transpercée — mais regardez qui décide de rester dans les pommes pendant des heures.

— Tu oublies de préciser que toi aussi tu t'es fait éjecter.

— Hum, ah ouais, je ne voulais pas que te sentes trop mal », fit-elle avec un haussement d'épaules espiègle. Grimpant sur son lit et se mettant à califourchon sur ses jambes, elle enlaça ses épaules sans le serrer trop fort, le regardant dans les yeux avec un grand sourire. « Tu sais, on a été tous les deux "jetés dehors" par nos mères. Je me demande comment les gens interprèteraient ça.

— Ma foi, dans un sens, elle l'ont fait pour notre propre bien, sourit-il en lui rendant son étreinte légère, plaçant ses mains sur sa taille. Je me demande juste comment on va… tu sais… s'occuper du reste maintenant.

— Je crois qu'on n'a plus vraiment à s'en faire pour ça. » Il lui adressa un regard interrogateur, la pressant de s'expliquer, ce qu'elle fit avec un sourire en coin. « Ritsuko s'est débarrassée de Lilith pour nous. »

Shinji cilla de surprise. « Quoi ?

— Ouais. » Asuka elle-même semblait encore un peu étonnée. « Elle a programmé le MAGI pour que les explosifs censés servir à l'autodestruction du QG ne sautent que dans le Terminal Dogma et dans les quelques étages au-dessus qui étaient vides à ce moment-là. Ce qui reste de Lilith après cette déflagration gît maintenant écrasé sous quelques centaines de tonnes de béton. »

Dérouté, Shinji en restait sans voix.

Le visage d'Asuka, en revanche, devint soudain plus sérieux, anxieux, sa voix baissant jusqu'à devenir un murmure plein d'espoir. « Alors… on l'a fait, pas vrai ? »

Avec un sourire faible mais heureux, il hocha la tête. « Oui. »

Elle se colla soudain contre lui en le serrant fort. « Alors est-ce que… est-ce que nous pouvons enfin faire son deuil ? » demanda-t-elle, se retenant tout juste de sangloter.

Son cœur se serra aussitôt, la grande victoire oubliée, tandis qu'ils sentait ses yeux s'humecter à ses mots. « Oui, répéta-t-il, mais d'un ton maintenant plus solennel en resserrant lui aussi son étreinte. De la manière que nous le souhaiterons.

— Je… je crois que je voudrais lui faire des funérailles. Même si la tombe serait vide. Juste… juste pour rappeler à tout le monde qu'elle était là, qu'elle n'était pas qu'un… » Sa voix fut soudain interrompue par le chuintement de la porte qui s'ouvrait.

Rei fit un pas en arrière en les voyant, ses joues pâles prenant une légère teinte rose. « Je vous prie de m'excuser. Je n'avais pas l'intention de vous déranger. »

Le couple échangea un regard, se dégageant lentement de leur étreinte mutuelle.

« Non Rei, il n'y a pas de mal », dit Shinji. La voir ici était un soulagement, mais bien qu'il ait plein de questions en tête, il se limita pour le moment à : « Est-ce qu'on peut faire quelque chose pour toi ? »

La fille aux cheveux bleus hocha la tête. « Il faut que vous m'accompagniez à mon appartement. J'ai… quelque chose à vous montrer à tous les deux. »

-x-x-x-x-

Asuka sentit un frisson lui parcourir l'échine en pénétrant chez Rei. Comme l'énigmatique pilote paraissait anormalement pressée et que Shinji avait encore des papiers à remplir (ainsi qu'à changer de vêtements) avant de quitter l'infirmerie, ils s'étaient mis d'accord pour que les deux filles partent devant.

Asuka avait entendu Shinji lui parler des horribles conditions de vie de Rei, mais c'était la première fois qu'elle voyait de ses propres yeux l'immeuble décrépit. Elle ne s'était pas attendue à ce que ce soit aussi déplorable.

Au moins Rei semblait avoir décoré les murs avec quelques images, mais l'attention d'Asuka était davantage attirée par les impacts de balle qu'on voyait de partout. Elle ne se souvenait pas en avoir vu dans l'appartement de Misato à l'époque et espérait qu'il n'y en aurait pas non plus cette fois-ci. Apparemment, soit ils savaient où s'attendre à trouver les pilotes, soit la SEELE avait informé la SAD que Rei représentait la plus grande menace entre eux tous et devait être éliminée à tout prix. Cela aurait expliqué aussi pourquoi ils ne s'étaient pas encombrés de précision et avaient sauvagement ouvert le feu sur tout ce qui se trouvait en vue. Il semblait surprenant qu'ils ne se soient pas servis d'une grenade ou contentés de bombarder tout l'immeuble.

Un unique verre était posé sur le réfrigérateur dans le coin, mais des tessons autour de lui montraient qu'il y en avait eu d'autres. Le lit se trouvait au milieu de la pièce, bizarrement aligné, le matelas plein de trous pas tout à fait ajusté sur le cadre non plus. Asuka devina qu'il avait dû être replacé provisoirement après avoir été renversé au cours l'assaut.

Elle secoua la tête en se tournant vers son hôtesse. « Alors, qu'est-ce que tu voulais nous montrer ? » demanda Asuka avec curiosité, mais aussi un brin d'irritation dans la voix, tandis que Rei regardait autour d'elle, apparemment elle-même à "sa" recherche.

Mais avant que la fille aux cheveux bleus ne puisse répondre, l'attention de la rousse fut soudain attirée par quelque chose qui remuait derrière le rideau sur sa gauche. Elle ne put dire si sa respiration et son cœur s'arrêtèrent ou s'accélérèrent quand ses yeux bleus écarquillés croisèrent le regard d'une paire identique lorsque le tissu fut écarté avec hésitation.

« Maman…? »

-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-

-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-

N.D.A. : Ooh, vous ne trouvez pas que ça ferait un bon endroit pour terminer ? Assez évident, et cependant tellement ouvert ; tout à fait dans le style d'Eva
Mais j'ai beau aimer Eva comme elle est, je ne suis pas Anno et ce n'est tout simplement pas mon genre de ne pas partager mes "connaissances" au sujet de comment nous en sommes arrivé là. Alors attendez-vous à voir "fin" arriver très vite, dans lequel nous verrons ce qui s'est passé lors de la journée de la veille pour Rei, avant de baisser le rideau final sur L2T. Même si ceux d'entre vous qui ont les dents sensibles préfèreront peut-être s'arrêter là, si vous voyez ce que je veux dire…

Notes diverses :
- Les premières lignes ont été rajoutées après coup. Je voulais (à l'évidence) définir là le statu quo d'EoE aussi vite que possible, mais ça sortait un peu trop de nulle part. Le coma originel d'Asuka avait lui aussi bénéficié d'une petite présentation, après tout.

- Aucune idée si l'endroit où Misato piratait le MAGI se trouvait vraiment « au plus profond de son vaste système de refroidissement ». Mais il faisait apparemment assez frisquet là-dedans, alors…

- Je sais que tout le truc avec le JA (surtout la façon dont il a été obtenu) a été amené de manière assez naïve, mais il reçoit toujours un tel feu de critiques de la part du fandom (« L'aurait jamais pu espérer battre un Ange -PTDR- ») que je voulais donner au pauvre engin au moins un moment (même bref) de gloire. Et ça me donnait une raison de ramener Toji dans le jeu.
En parlant de jeu, j'ai entendu dire que le modèle Prime fait la même chose dans Eva 2 sur PS2/PSP (j'avais entendu parler du JA Prime, mais je croyais que c'était un ennemi…), alors l'idée du JA qui donne un coup de main dans le combat contre les MPS n'est pas aussi neuve que je le croyais… *boude*

- Je crois qu'il vaut mieux que je le dise. Les gars : une bague ne vous permettra pas automatiquement de vous envoyer en l'air. Ça ne marche que pour les personnages de fiction dans les histoires bourrées de clichés. ;P

- Merci à LD, William T. Martin et Tarage pour la pré-lecture.

- Gendo… Oh, je crois que je vais garder les notes restantes de côté pour le dernier chapitre. À bientôt. À très bientôt… (et je parle sérieusement)

N.D.T. : Nous y voilà enfin. L'avant-dernier chapitre est enfin prêt — avec un peu plus de retard que prévu, mais la vie étant ce qu'elle est, il faut bien faire avec — et le dernier ne devrait pas tarder à suivre. Tout dépend maintenant de si je parviens ou non à garder un rythme d'écriture soutenu et sans trop de contretemps au cours de la semaine prochaine (aucune certitude que je tienne le délai, mais j'ai bien l'intention de tenter le coup).
Quoi qu'il en soit, préparez-vous à recevoir une dose massive de diabète avec cet épilogue, comme annoncé. ;)

Et ainsi, c'est le dernier rendez-vous que je vous donne avant que cette histoire ne s'achève. *snif* J'arrive à peine à croire que ça va faire un an. En tout cas, j'aurai eu beaucoup de plaisir à la traduire et j'espère que vous en aurez eu autant à la lire (si c'est — ou non — le cas, n'hésitez pas à m'en faire part).

Sur ce, je vous laisse, ce dernier chapitre ne va pas se traduire tout seul, après tout. ;)