Ianto Jones n'était pas le genre d'homme dont l'Histoire se souvient. Il n'était pas l'homme extraordinaire prisé des romanciers et des jeunes filles en mal de fantasques aventures. Sa vie n'avait été faite que de secrets, d'absences et de mensonges. Combien de fois avait-il caché la vérité à ses proches ? Au sujet de son travail, des nuits qu'il passait entre les bras d'un homme ? Combien de fois avait-il fait faux bond à sa sœur, loupant allègrement tous les rendez-vous qu'ils fixaient ?

Sa vie n'avait rien eut d'une romance ou d'un conte de fée. Elle n'avait été jalonné que de morts et de douleur. La joie parfois, rarement. L'amour, intense, profond, dévastatrice.

Et son histoire ne se terminait pas bien.

Loin s'en fallait.

La première à partir avait été Suzie. Sa chère Suzie, trop fragile pour supporter, trop épuisée pour encaisser. Torchwood avait cet effet sur les gens. Il les détruisait. Lentement, patiemment, cruellement. Et le jour où l'on réalise à quel point on s'est perdu, il est déjà trop tard pour faire marche arrière. Il n'y a pas de marche arrière à Torchwood, jamais.

Ianto n'en avait jamais voulu à Suzie. Nous avons tous une capacité limitée à endurer la douleur, un point de rupture qu'il nous arrive parfois d'atteindre. Suzie avait atteint le sien.

Non, il ne lui en voulait pas. Il regrettait simplement de ne pas avoir su reconnaître les signes, de ne pas avoir pu la sauver. Les choses auraient pu être différentes alors.

Le second à partir avait été Owen. Enfin, si l'on peut dire. Le mort qui marche. Celui qui aurait pu rester mort pendant toute l'éternité. Le seul à les avoir quitté deux fois. Le plus brisé d'entre eux. Le plus fragile aussi, bien plus que ce qu'il se plaisait à faire croire. La vie ne l'avait pas épargné. Elle en avait fait un martyre.

Avec l'aide de Tosh, peut-être serait-il parvenu à remonter la pente. Peut-être. Ou peut-être pas. Il n'en avait de toute façon pas eu le temps. Il était mort. Une seconde fois. Pour de vrai.

Et puis il y avait eu Tosh. Douce, tendre, comme devrait l'être une mère. Longtemps elle avait joué le rôle de confidente auprès du jeune gallois. Avant qu'elle ne parte à son tour. Comme une lionne, elle s'était battue jusqu'à la fin. Elle avait usé de son dernier souffle pour sauver le monde. Encore une fois. Une fois de plus. Beaucoup de femmes auraient dû prendre exemple sur elle.

C'était le genre de femme dont les gens auraient dû se souvenir. Le genre de personne qui aurait dû inspirer les auteurs et les faiseurs de héros.

Le genre de personne qui ne devrait jamais être oubliée.

Ils étaient tous ce genre de personne. Tous méritaient que l'on se souvienne d'eux.

Même si leur vie n'était pas à l'image de celle que l'on se fait des héros. Parce qu'ils en étaient quand même, des héros. De vrais héros. De ceux qu'il nous arrive de croiser dans la réalité. Ceux qui ont le courage d'œuvrer en silence, sans jamais rien attendre des autres, sans jamais rien demander en retour de tous les sacrifices qu'ils consentaient à faire.

Les gens auraient dû se souvenir d'eux.

Ils auraient dû connaître leur nom : Toshiko Sato, Owen Harper, Suzie Costello… Ianto Jones.

Mais personne ne saurait jamais. Parce qu'il n'était pas dans l'ordre des choses qu'ils apprennent tout ce qu'ils avaient sacrifié à l'humanité. Leur place se trouvait à l'ombre du monde. Là où les gens n'osent jamais porter leur regard.

Après Suzie, Tosh et Owen, ils avaient tous priés pour que l'hécatombe cesse enfin. Leur souhait n'avait pas était exhaussé. Comme souvent, le ciel était resté sourd à toutes leurs prières.

Et le silence du ciel avait guidé Jack et Gwen juste à l'endroit où ils se trouvaient maintenant. Effondrés l'un contre l'autre, sur le sol, pleurant la mort de Ianto Jones. Pleurant l'ami, le frère, l'amant, l'amour.

Parce qu'une fois de plus, l'un d'entre eux rendait les armes. Parce qu'une fois encore un être cher leur était arraché. De la plus cruelle des façons.

Ça n'était pas juste. Ca ne l'était jamais. Et pourtant c'était arrivé.

Longtemps ils restèrent sur ce sol froid, longtemps ils pleurèrent, longtemps ils prièrent pour que tout ceci ne soit qu'un affreux cauchemar. Un de plus.

Mais ça n'en était pas un.

Alors ils finirent par se relever. Parce qu'ils avaient encore du travail. Parce que les 456 était toujours là, à deux doigts de briser leur monde. Parce que rien n'était encore terminé. Et que rien ne se terminerait jamais.

Ils abandonnèrent le corps sans vie de leur ami. Il n'y avait rien d'autre à faire pour le moment. Si ce n'est faire en sorte que son sacrifice n'est pas était vain. Et continuer d'honorer sa mémoire en combattant. Et en remportant la victoire. Comme ils l'avaient toujours fait. Parce qu'ils le pouvaient. Parce qu'ils le devaient.

Après leur départ le silence régna à nouveau dans la pièce. Cette grande pièce emplie de cadavres et de souffrance, de souvenir et de mort. Le silence aurait pu durer encore des heures, des jours. C'était le genre de silence que l'on n'ose pas briser. Le genre de silence qui s'impose et reste. Longtemps.

Le genre de silence que rien ne vient jamais interrompre.

Rien…

Sauf peut-être une chose…

Une simple chose, aux apparences inoffensives, dont peu de gens savent mesurer la valeur.

Parce qu'après tout ce n'est qu'une boîte. Juste une simple boîte.

Une boîte bleue…

Elle émet un son étrange, unique. Un son annonciateur de changement, de désordre et d'aventure.

Un son qui doucement se fait entendre dans la pièce.

Et la boîte apparaît, comme elle le fait toujours.

Comme par magie. Parce que son propriétaire vous dira surement qu'elle l'est un peu, magique. Et parce qu'il aura certainement raison.

L'étrange boîte bleue apparaît. Mais elle ne reste pas. Bien que ce ne soit pas dans ses habitudes. Ça n'est pas pour rester qu'elle s'est posée aujourd'hui. Elle a quelque chose d'autre à faire. Quelque chose à emmener avec elle. Un corps. Un homme.

Un homme dont les gens auraient dû connaître le nom. Un homme dont l'Histoire aurait dû se souvenir.

Ianto Jones disparu à l'intérieur de cette étrange boîte bleue.

Et toujours accompagnée de ce son étrange, la boîte disparait. Son précieux chargement embarqué, elle n'avait plus rien à faire sur cette planète. Elle y reviendrait bientôt, très bientôt.

Mais pas maintenant. Pas encore. Car il y avait un homme à l'intérieur de cette boîte. Un homme comme on en voit peu. Un homme que l'Histoire n'oubliera probablement jamais. Un homme qui, une fois encore, s'est donné pour mission de réussir l'impossible.

Un homme prêt à tout pour redonner au capitaine Jack Harkness un peu de son humanité, un peu de son innocence. Et Ianto Jones était la clé de sa réussite.

Encore fallait-il qu'il parvienne à tirer le jeune gallois des profondes ténèbres qui s'étaient emparées de lui. Et il ne connaissait qu'une seule façon de ramener un homme à la vie.

S'il y parvenait, alors Jack ne serait plus jamais seul et peut-être parviendrait-il à retrouver un éclat de la vie qui avait été la sienne avant que son immortalité ne vienne lui empoisonner l'existence.

Une fois encore l'homme des étoiles, l'homme à la boîte bleue, se manifestait pour faire le bien. Ça n'était qu'un simple coup de dés abandonné entre les mains du hasard, un espoir de fou, une vue de l'esprit. Une entreprise qui nécessiterait bien plus que de la chance pour réussir.

Mais peut-être que le ciel n'avait pas été si indifférent qu'il se plaisait à le croire, peut-être avait-il prêté l'oreille aux sombres prières d'un immortel qui s'arrachait déjà le cœur d'avoir perdu son amour.

Car après tout, l'homme à la boîte bleue vient des étoiles…